De fortes différences selon l'âge et la situation de famille

De
Publié par

En 1997, un ménage réunionnais dispose en moyenne de 5 540 francs par mois et par unité de consommation. Les familles mono-parentales, les familles nombreuses et les jeunes ont les plus bas revenus. Au plus fort de leur vie active, les quadragénaires ont un revenu moyen par unité de consommation de 6 740 francs. Les ménages dont le chef de famille a soixante ans ou plus sont à peine moins aisés que la moyenne.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

so cié té
Revenus
De for tes dif fé ren ces se lon
En 1997, un mé nage réu nion nais dis pose en moyenne de 5 540
francs par mois et par uni té de consom ma tion. Les fa mil les
mo no pa ren ta les, les fa mil les nom breu ses et les jeunes ont les
plus bas re ve nus. Au plus fort de leur vie ac tive, les
qua dra gé nai res ont un re ve nu moyen par uni té de consom ma tion
de 6 740 francs. Les mé na ges dont le chef de fa mille a soixante
ans ou plus sont à peine moins ai sés que la moyenne.
Dé fi ni tions
Les revenus des ménages sont des
ren trées mo né tai res. Ils en glo bent : e puis la fin des an nées quatre-
les re ve nus d’ac ti vi té sa la riaux etn vingt les re ve nus des mé na ges
non sa la riaux D réu nion nais ont for te ment pro -
les re ve nus du pa tri moine mo bi lier gres sé sous l’ef fet cu mu lé du dé ve lop pe -n
et im mo bi lier ment des em plois et de l’ap pa ri tion de
-nou vel les me su res so cia les ou de l’ex les pres ta tions de chô magen
ten sion dans les DOM de me su res exis -
n les pen sions et les re trai tes tant déjà en mé tro pole. Esti més à 7 500
francs par mois en 1987, les re ve nus desn les pres ta tions so cia les, à l’ex clu sion
mé na ges s’élè vent en moyenne à 9 650des ai des au lo ge ment qui sont
consi dé rés dans l’en quête lo ge ment francs en 1994, et à 10 550 francs en
comme une mi no ra tion de la charge 1997. Ils ont donc aug men té de près de
fi nan cière du lo ge ment et non pas 40 % en une dé cennie, pendant que les
comme un sup plé ment de re ve nu. prix grim paient de 30 %.
Ils ne cor res pon dent pas à la to ta li té
Sur les trois an nées étu diées, le re ve nudes re ve nus me su rés par la
Quand il n’y a qu’une ou deuxdes mé na ges a aug men té de 9 %, alorscomp ta bi li té na tio nale. En sont ex clus per son nes dans le mé nage les re -que la hausse de l’in dice des prix est deno tam ment l’au to con som ma tion et les ve nus sont le plus sou vent su pé-
loyers fic tifs des pro prié tai res oc cu pant 5,5 % entre dé cembre 1994 et dé cembre rieurs à la moyenne.
leur lo ge ment. 1997. L’aug men ta tion des re ve nus des
mé na ges est lé gè re ment ac centuée par la à cette uni té, le re ve nu des mé na ges estLe revenu par unité de consommation di mi nu tion de leur taille. Pour com pa rer
c’est le revenu total divisé par 1 pour alors de 5 540 francs par mois en 1997,
le re ve nu des mé na ges dans le temps etla personne de référence, + 0,5 pour soit 13 % de plus qu’en 1994. Cette
dans l’es pace, il est plus fa cile de rap -chaque personne âgée d’au moins 14 hausse est ce pen dant loin de com bler lapor ter ce der nier, non pas au nombre deans, + 0,3 pour les jeunes enfants. dif fé rence avec les re ve nus ob ser vés en
per son nes du mé nage, mais au nombre France mé tro po li taine puis qu’ils s’éle -La personne de référence du ménage d’uni tés de consom ma tion, qui tient vaient, en 1996, à 13 050 francs par(ou chef de ménage) est définie selon compte de l’âge des in di vi dus. Rap por té mois et par mé nage et à 7 800 francs par une règle basée sur la prédominance
uni té de consom ma tion.donnée aux familles, puis aux pères, à
l’activité et à l’âge. Si le ménage
Ces ré sul tats moyens mas quent une forte comprend au moins un couple, la
dis per sion que ne par vient pas à évi terpersonne de référence est l’homme du
couple. S’il y a plusieurs couples, on l’af flux mas sif de trans ferts so ciaux dans
choisit le plus âgé des actifs ou, à le dé par te ment. Un quart des mé na ges
défaut d’actif, le plus âgé. dis po sent de moins de 2 100 francs par
mois et par uni té de consom ma tion, tan -
dis qu’un autre quart per çoit plus de
5 400 francs. Plu sieurs fac teurs ex pli -
quent les dif fé ren ces entre mé na ges, no -
tam ment la com po si tion fa mi liale du
-mé nage et l’âge de la per sonne de ré fé
rence.
Les fa mil les mo no pa ren ta les ap pa rais -
Plus du tiers des fa mille mo no pa - sent comme une po pu la tion aux res sour -
ren ta les sont dans la tranche de -ces mo des tes : 35 % d’entre el les ap par re ve nus la plus basse.
tien nent au quart le plus dé sa van ta gé et
4so cié té
l’âge et la si tua tion de fa mille
Pour cen tage de mé na ges dis po sant de re ve nus pri mai res Sour ces se lon l’âge de la per sonne de ré fé rence.
En de hors des don nées par cel lai res sur
% de mé na ges per ce vant Ensem 15 à 30 30 à 40 40 à 50 50 à 60 60 ans cha cun des ty pes de re ve nu (sa lai res
ce type de re ve nu ble ans ans ans ans et plus dans les sec teurs pri vé et pu blic,
trans ferts so ciaux), les comp tes
Sa laire ré gu lier 53 56 64 65 58 22
éco no mi ques me su rent les res sour ces
Re ve nu d'ac ti vi té non sa la rial 9 3 9 15 9 4 des mé na ges dans leur glo ba li té, et les
don nées fis ca les four nis sent des
Re ve nu du pa tri moine 5 0 2 7 10 6 in di ca teurs uti les.
Deux ty pes d’en quê tes réa li sées parSource : INSEE - Enquête lo ge ment 1997.
l’INSEE per met tent d’as so cier à chaque
type de mé nage, leurs re ve nus etla fin de sa vie ac tive ses re ve nus flé -seu le ment 12 % au quart le plus aisé. A cer tai nes condi tions de vie : l’en quêtechis sent pour s’éta blir à 6 100 francsl’in verse les cou ples sans en fants sont “bud get des fa mil les” et l’en quête
entre cin quante et soixante ansplus re pré sen tés dans les quar ti les aux “lo ge ment”. Cette étude est menée à
par tir de l’en quête lo ge ment de 1997re ve nus les plus éle vés. Cette évo lu tion cor res pond à celle de ses
qui a per mis de col lec ter des-re ve nus d’ac ti vi té sa la riaux et non sa la La taille des mé na ges est aus si source de in for ma tions au près de 2 700 mé na ges.
riaux. En ef fet les re ve nus d’ac ti vi técli vage entre les mé na ges. Les fa mil les
cons ti tuent en moyenne 65 % des ren -de une ou deux per son nes sont plus sou -
trées fi nan ciè res des mé na ges. Au dé butvent pré sen tes dans les quar ti les les plus
de leur vie ac tive, seuls 55 % des chefs L’au teurfa vo ri sés, tan dis que les au tres se si tuent
de mé na ges de moins de trente ans ontma jo ri tai re ment au des sous de la mé - Nel ly ACTIF est res pon sable de la
un sa laire ré gu lier. De plus, leur sa lairediane. di vi sion “étu des” à la di rec tion
moyen est peu éle vé. Tan dis que les mé - ré gio nale de l’INSEE.
Enfin, les re ve nus va rient se lon l’âge du na ges dont les per son nes de ré fé rence
chef de mé nage. Les re ve nus les plus sont âgées de qua rante à cin quante ans
mo des tes af fec tent les mé na ges dont la dis po sent d’un sa laire ré gu lier dans
per sonne de ré fé rence est la plus jeune. Bi blio graphie65 % des cas, et de re ve nus d’ac ti vi té
Les jeu nes chefs de mé na ges dis po sent non sa la riaux dans 15 %. Par ail leurs “Les re ve nus des mé na ges / Ta rekn
d’un re ve nu par uni té de consom ma tion 7 % d’entre eux ont ac cu mu lé un ca pi tal Tou bale” dans “Eco nomie de La
de 30 % in fé rieur que ce lui des qua dra - Réu nion”, n° 49, sept-oct. 1990.dont ils tou chent les bé né fi ces.
gé nai res. A moins de trente ans, un chef
n “Les trans ferts at té nuent les iné ga li tésLes mé na ges dont la per sonne de ré fé -de mé nage dis pose en moyenne de 4 300
de re ve nus / Gé rard For geot” dansrence est âgée de soixante ans ou plus-francs par mois et par uni té de consom “Eco nomie de La Réu nion”, n° 94,for ment un cas à part. Leurs chefs dema tion. Puis ses res sour ces aug men tent mars-avril 1998.
mé nage sont sor tis de la vie ac tive ouavec son âge : el les sont de 5 100 francs
n “Des re ve nus plus fai bles et plussur le point de l’être. Peu d’entre euxentre trente et qua rante ans, et de 6 740
iné ga li tai res dans les DOM / Gé rarddis po sent de sa lai res (22 %) ou de re ve -francs entre qua rante et cin quante ans. A For geot, Jac ques La ver tu, Chris tiannus d’ac ti vi té non sa la riaux (4 %). L’es -
Loi sy” dans “Eco nomie de La Réu nion”,
sen tiel de leurs res sour ces est four ni par n° 95, mai-juin 1998.
des pen sions de re traite, qu’el les soient
-di rec tes pour les an ciens co ti sants ou in pour leurs conjoints. Le re ve nu
moyen par uni té de consom ma tion de
ces mé na ges s’élève à 5 100 francs, soit
6 % de moins que la moyenne des mé na -
ges, mais plus que les gé né ra tions de
moins de qua rante ans. De plus, près de
70 % de ces mé na ges sont pro prié tai res
de leur lo ge ment et n’ont pas à sup por ter
de charge de loyer. Qua si ment au cun de
ces mé nages a moins de 2 000 francs par
uni té de consom ma tion et ils sont moins
pré sents que les au tres clas ses d’âge
dans le quart des mé na ges les plus mo -
Les jeu nes mé na ges ont un re ve - des tes. n
nu in fé rieur de 30 % à ce lui des
qua dra gé nai res. Nel ly ACTIF
5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.