Des parcours professionnels mouvementés

De
Publié par

Un contexte de crise économique, moins d'ouvriers, plus de professions tertiaires : le paysage social de la région s'est transformé ces vingt dernières années. Aussi, 40% des actifs qui avaient un emploi en 1968, s'ils ont toujours un emploi en 1990, ont changé de catégorie socioprofessionnelle. Pas toujours dans une logique d'avancement de carrière : entre chômage et déclassement, certains n'ont pas hésité. Et si, avoir un parcours professionnel cohérent a été difficile, le fait d'être un homme, mobile ou diplômé, a facilité les choses.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
FÉVRIER 1997Prix : 15 francs N°2P
emplois industriels de 1982 qui étaientUn contexte de crise économique,Des parcours passés dans le secteur tertiaire huit ansmoins d’ouvriers, plus de professions
plus tard. On retrouve en 1990, dans letertiaires : le paysage social de la
tertiaire, un tiers des femmes et un quart
région s’est transformé ces vingt
des hommes qui occupaient un emploi en
dernières années.Aussi, 40% des 1975 dans le secteur industriel.professionnels actifs qui avaient un emploi en La main-d’œuvre peu qualifiée,
1968, s’ils ont toujours un emploi employée principalement dans l’industrie
textile a dû se recycler ou est venue grossiren 1990, ont changé de catégorie
les rangs des chômeurs. La structure de socioprofessionnelle.Pas toujoursmouvementés la population active a été soumise, dedans une logique d’avancement de
fait, à de nombreuses transformations. Le
carrière : entre chômage et déclas-
groupe des ouvriers a fortement diminué.
sement, certains n’ont pas hésité. Les commerçants, les artisans et les
Et si, avoir un parcours professionnel agriculteurs ont mal supporté les de 1968 à 1990
cohérent a été difficile, le fait d’être conséquences de la production et de la
distribution de masse.Les entreprises un homme, mobile ou diplômé, a
qui répondaient aux nouvelles donnes facilité les choses.
économiques ont fait appel à une
main-d’œuvre de plus en plus qualifiée,Au cours des deux dernières décennies, le
ce qui a engendré une augmentation Nord-Pas-de-Calais a connu de profondesChantal Devos
considérable du pourcentage de cadres etmutations économiques. La crise de la
Division Synthèses de professions intermédiaires (1). sidérurgie, le déclin de l’industrie textile,
la fermeture des mines ont eu de nom- Si l’on suit le cheminement des actifs dedémographiques et sociales
breuses répercussions sur le monde du moins de 35 ans qui avaient un emploi
travail. La région a perdu à la fois sa en 1968, deux sur cinq ont, ving-deux
spécificité industrielle et les nombreux ans plus tard, un emploi classé dans une
emplois qui s’y attachaient : 240 000 autre catégorie socioprofessionnelle.
emplois dans l’industrie ont disparu entre Ils ont pu bénéficier d’une promotion
1968 et 1990. La montée du tertiaire, mais aussi, devenir artisan, commerçant
devenu le premier employeur avec 63% ou chef d’une petite entreprise ou encore,
des emplois en 1990, n’a pu compenser victimes des crises conjonturelles, voir
totalement les pertes d’emploi subies leur carrière compromise et subir un
dans l’industrie et l’agriculture. déclassement.Un quart de ces actifs
Un transfert des emplois du secteur occupés de 1968 n’ont plus d’emploi en
industriel au secteur tertiaire s’est opéré, 1990. La proportion de chômeurs n’a cessé
avec une accélération dans la seconde de croître durant cette période, tandis
moitié de la période : en effet, alors que les cessations d’activité restaient à
que 10% des titulaires d’un emploi dans peu près constantes. Le retrait d’activité
l’industrie en 1975 travaillaient dans le est plutôt féminin dans la période 1968-
secteur tertiaire en 1982, c’est 17% des 1975, les premiers retraités viennent
(1) Les professions intermédiaires comprennent, entre autres, l’encadrement intermédiaire des entreprises et
de la fonction publique, les instituteurs, les éducateurs spécialisés, les infirmières, les assistantes sociales et
les techniciens.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130 avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Mais d’autres facteurs jouent dans l’évo- bâtiment et le commerce influent fortement Un taux de défaillance plus grand dans la métr
lution du nombre des défaillances, parmi sur l’évolution globale. Ainsi, l’amélio-
lesquels le comportement du système ration de la situation régionale s’explique
bancaire, la législation et naturellement grâce à ces deux activités. L’augmentation
164la conjoncture. du nombre de défaillances dans l’industrie
78En 1994, le Nord-Pas-de-Calais est une est modérée (+4%). Les progressions les
des régions où le nombre de défaillances plus fortes se rencontrent dans l’immo-
48est le plus élevé. Elle se classe en quatrième bilier, les services aux entreprises, et, dans 117
55position derrière l’Île-de-France, une moindre mesure, dans les transports,
Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône- mais ces trois activités regroupées repré-
141
Alpes. Mais, c’est une des rares régions sentent un peu moins d’une défaillance sur 74
212où le nombre de dépôts de bilan diminue cinq.
entre 1989 et 1994. Dans le même temps, Si les défaillances dans l’industrie aug-
123il augmentait en France d’environ 30%. mentent entre 1989 et 1994, chaque
Si la situation prise en terme d’évolution secteur industriel ne se comporte pas de la
annuelle recèle quelques lueurs d’opti- même manière. Le nombre de défaillances
misme, il n’en est pas de même en tenant dans les industries agroalimentaires
compte du taux de défaillance (1). En diminue presque de moitié sur la période. Source : Bodacc, Insee - Sirene
1994, le Nord-Pas-de-Calais se situe en Par contre, les trois autres secteurs indus-
dernière position avec un taux de 3,2%, à triels connaissent une situation inverse. Les
égalité avec l’Île-de-France, la Lorraine et dépôts de bilan s’accroissent de 30%
Provence-Alpes-Côte-d’Azur, régions où dans la “production de biens de consom-
le nombre d’entreprises est important. Il mation”, de 20% dans la “production de
convient tout de même de souligner que biens d’équipement”, et de 18% dans la
quinze régions sur vingt-deux affichent “production de biens intermédiaires et
un taux de défaillance supérieur à 2,5%. d’énergie”. Cependant, ces deux derniers Deux défaillances sur trois dans
Les zones d’emploi de Lille et de Roubaix- secteurs voient leur situation s’améliorer le commerce et les services en 1994
Tourcoing possèdent les taux de nettement en 1994 par rapport à l’année Répartition des défaillances par secteur d’activité
défaillance les plus élevés de la région. 1993 (environ 15% de baisse). Englobant Autres
Industrie
services
(16,5%)L’attrait de la métropole lilloise envers les environ la moitié des défaillances indus- (12,6%)
créateurs d’entreprises (un sur trois s’y trielles, ces deux activités comptent pour
Hôtels, cafés,
restaurantsinstalle) entraîne un risque de défaillance beaucoup dans le ralentissement des
(16,2%)
Bâtiment, plus fort. Trois zones du bassin minier défaillances dans l’industrie. génie civil
(16,3%)(Lens, Valenciennes et Douai) se distinguent Entre 1989 et 1994, le commerce de gros
également par un taux de défaillance est la seule activité commerciale où le
supérieur à la moyenne régionale. nombre de défaillances augmente (+10%).
Services
Cependant, le taux de défaillance est Mais, en 1994, la hausse observée les aux entreprises
(9,6%)
Commercemoins dispersé entre les zones d’emploi années précédentes s’atténue. Par contre,
(28,8%)
(2 points d’écart entre le plus élevé et le le commerce de détail, le commerce et la
Source : Bodacc
plus faible) qu’entre les secteurs d’activité, réparation automobile sont régulièrement
où cet écart atteint 3,1 points. en baisse sur l’ensemble de la période,
excepté en 1994. Le commerce dans son
Le risque de défaillance se situe surtout ensemble représente presqu’un tiers des...grâce essentiellement au BTP
entre un et deux ans en 1994et au commerce défaillances régionales, dont plus de la
Taux de défaillance par âge de l’entreprise
moitié proviennent du commerce de détail.
%
Dans chaque secteur d’activité, la variation Mais, ces secteurs fortement implantés
7
du nombre de défaillances d’entreprises, dans la région présentent des taux de 6
entre 1989 et 1994, est moins forte dans défaillance plus faibles que la moyenne. 5
4la région qu’en France. Si tous les secteurs En 1994, tous les secteurs de la région ont
3sont en augmentation à l’échelon national, un taux de défaillance supérieur à celui de
2le Nord-Pas-de-Calais enregistre une bais- la France. L’écart le plus important est
1
se dans trois activités : le bâtiment observé dans le bâtiment. Les taux de
0
0 1 2 3 4 5 6 789 10 11et +(-20%), le commerce (-14%) et les services défaillance les plus élevés se rencontrent
Âge de l'entreprise
Nord-Pas-de-Calais France
aux particuliers (-4%). Représentant à eux aussi dans les secteurs de l’immobilier, de
Source : Bodacc, Insee - Sirene
seuls 45% des défaillances régionales, le l’industrie, et des hôtels, cafés, restaurants.
(1) C’est le rapport du nombre de dépôts de bilan de l’année au stock d’entreprises du début de l’année.
130 avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISEmployés* : une position
Unité : %
transitoire pour les hommes Hommes Femmes
Employés en 1968 1975 1982 1968 1975 1982
Ils sont devenus en 1975 en 1982 en 1990 en 1975 en 1982 en 1990Légende commune aux graphiques
Employés667256838681
Exploitants agricoles Ouvriers 11 6 12 7 4 4
Professions intermédiaires 15 17 22 6 7 11Commerçants, artisans, chefs d'entreprise
Cadres supérieurs et prof. intellectuelles 5 4 7 1 1 2
Professions intellectuelles et cadres Commerçants, artisans, chefs d’entreprise 3 1 3 3 2 2
Total 100 100 100 100 100 100Professions intermédiaires
* âgés de moins de 55 ans en 1968Employés
Source : Insee - Échantillon démographique permanent
Ouvriers
interrégionaux progressent mais restent Entre 1982 et 1990, la part des cadres
en défaveur du Nord-Pas-de-Calais, supérieurs évoluant vers les professions
Plus de promotion pour les hommes
surtout en ce qui concerne les cadres. intermédiaires (15%) a triplé par rapport
Répartition par catégorie socioprofessionnelle
aux années soixante-dix.en 1968 et 1990 des actifs occupés
ayant moins de 35 ans en 1968 Le chômage s’intensifie, Enfin, les artisans, commerçants ou chefs
%
100 le déclassement s’accroît d’entreprise étaient moins de un sur six à
Hommes Femmes
80 devenir salariés lors des années soixante-
Le début de la période étudiée correspond
dix ; dans les années quatre-vingt, un surà celle de l’installation progressive du60
quatre suit ce trajet professionnel.
chômage. Ce sont les ouvriers qui ont
40
d’abord, été les plus atteints et principa- La profession d’employé :
20 lement les femmes entre 1968 et 1975. un tremplin pour les hommes
Depuis, le chômage touche le monde
0
1968 1990 1968 1990 ouvrier sans distinction de sexe. Ce sont Le groupe des employés est le plus mobile,
Source : Insee - Échantillon démographique permanent
les ouvriers de type industriel qui sont les surtout par le fait des employés masculins.
plus concernés surtout s’ils ne sont pas Il ne reste plus en 1990 qu’un peu moinsLe chômage s’insinue dans toutes
qualifiés. S’ils ne sont pas au chômage ils du tiers des hommes de moins de 35 ansles catégories socioprofessionnelles
Répartition des chômeurs selon leur catégorie sont à la merci d’un déclassement. Ainsi, comptabilisés en 1968 à un poste
socioprofessionnelle au recensement précédent entre 1968 et 1990, la part des ouvriers d’employé, tandis qu’il reste presque les
%
100
qualifiés qu’on retrouve au recensement deux tiers des femmes. Près du tiers de
80
CS en 1968 CS en 1975 CS en 1982 suivant sur un poste d’ouvrier non qualifié ces employés appartiennent au groupe
60 dépasse régulièrement 10%. des professions intermédiaires, 16% ont
40 Mais le chômage et le déclassement accédé à un emploi de cadre et 13% se
s’insinuent dans toutes les catégories sont orientés vers un emploi d’ouvrier. Le20
socioprofessionnelles. Les techniciens ne cheminement des femmes, interrompu
0
Chômeurs 1975 Chômeurs 1982 Chômeurs 1990
sont pas épargnés puisque près de 9% parfois par des périodes d’inactivité aSource : Insee - Échantillon démographique permanent
d’entre eux ont basculé dans la catégorie abouti à moins de promotion. Moins de
des ouvriers qualifiés de type industriel 20% sont parvenues à des professions
entre 1982 et 1990. La montée du intermédiaires, quelques-unes sont l des hommes et des femmes*
chômage pousse aussi les jeunes femmes commerçantes en 1990. La mobilité desnnel de 1968 des actifs encore occupés en 1990
socioprofessionnelle employées du commerce et personnels de hommes s’est encore accélérée dans la
Hommes%
100 service direct aux particuliers, vers des période récente.Peu représentés en
emplois d’ouvrières non qualifiées. Il faut 1968 dans la catégorie des employés,
80
souligner que près de 19% des personnels ils sont maintenant plus nombreux
60
de service qui étaient en activité en 1982 mais cette profession reste pour eux
40 sont à la recherche d’un emploi en 1990. une position transitoire.Un employé
20 Les professions intermédiaires adminis- de 1982 sur deux avait changé de
tratives et commerciales des entreprises catégorie socioprofessionnelle en 1990.0
Exploitants Commerçants, Professions Professions Employés Ouvriers
agricoles artisans, intellectuelles intermédiaires connaissent au cours des périodes inter- Les plus diplômés sont devenus cadres
chefs d'entrepr. et cadres
supérieurs censitaires de 1968 à 1990 une hausse ou professions intermédiaires pendant
importante des déclassements en employés que plus de 10% d’entre eux se
administratifs d’entreprise. Plus de 10% de sont orientés vers une profession
emmes de moins de 35 ans en 1968 qui exerçaient un métier ceux qui dans cette catégorie avaient un d’ouvrier.
4% appartenaient encore à cette catégorie en 1990 si elles
emploi en 1982 sont, en 1990, à lasaient une situation analogue était de 50%. Les autres étaient
recherche d’un emploi.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130 avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00recensement précédent étaient élèves ouLes ouvriers sont moins nombreux
L’échantillon démographiqueétudiants sont, s’ils ont un emploi, cadres,
permanent (EDP)Le déclin de l’industrie textile, la crise de près de 30% exercent une profession
la sidérurgie, la fermeture des puits de intermédiaire et 25% d’entre eux sont L’échantillon démographique
mine ont influencé la baisse du nombre ouvriers. permanent est constitué de per-
d’ouvriers dans la région. sonnes résidant en France
Le quart des ouvriers de l’industrie de Parfois surqualifiés par rapport au poste métropolitaine, sélectionnées
1975 émargeait dans un autre métier ou selon leur date de naissance :occupé, les diplômés gravissent plus
quatre jours de l’année ont étéune autre activité en 1982. rapidement l’échelle sociale. Dans les
choisis et toute personne néeLes hommes avaient soit bénéficié d’un années quatre-vingt, un quart des
l’un de ces quatre jours d’uneavancement de carrière, en devenant hommes de la catégorie “employés” ont
année quelconque fait partie
contremaîtres ou techniciens, soit trouvé accédé à un poste de cadre ou de de l’échantillon.Pour chaque
un emploi d’ouvrier dans le secteur profession intermédiaire. Diplômés, ils individu, on collecte les bulletins
tertiaire pour 6% d’entre eux. ont eu de plus grandes chances individuels remplis lors des
Les femmes s’étaient davantage tournées d’ascension puisque la proportion est recensements de la population
vers le secteur tertiaire (près de 15%) depuis 1968 ainsi que les alors, de un tiers pour les titulaires du
bulletins statistiques de l’étatpour un poste d’employée, ou avaient, baccalauréat et de trois quarts pour les
civil. L’échantillon de la régiondans une plus grande proportion, cessé titulaires d’un diplôme de l’enseignement
comprend environ 40 000leur activité. supérieur. individus.
Dans les années quatre-vingt, le transfert Dans la même période, 20% des hommes L’intérêt majeur d’un tel échan-
des emplois ouvriers de l’industrie vers le de la catégorie “professions intermé- tillon est de permettre des
tertiaire s’est encore accentué pour les diaires” sont devenus cadres, la moitié études longitudinales par
hommes dont seulement deux sur trois appariement, pour les mêmesd’entre eux avec un diplôme
individus, des observationssont restés ouvriers dans l’industrie et universitaire de premier cycle.
issues des différents recense-près de 11% sont passés ouvriers dans le Il faut souligner que quinze ans plus tôt,
ments et de l’état civil.Lasecteur tertiaire. cette promotion était plus accessible
reconstitution des itinéraires
aux moins diplômés puisque ce type peut échouer ou n’être que
de diplôme n’était détenu que par un partielle lorsque les individusLes jeunes diplômés gravissent
quart des bénéficiaires. séjournent hors du territoireles échelons
métropolitain ou lorsque les
conditions d’appariement sontEn 1968, ils étaient encore scolarisés,
défectueuses.Le taux de
sept ans plus tard, ils avaient un emploi.
sondage avoisine 1/100.
Presque la moitié d’entre eux étaient
ouvriers, le tiers employés et un sur six
Moins de place pour les jeunes dans le monde ouvrier
exerçait une profession intermédiaire.
Répartition par catégorie socioprofessionnelle des personnes recensées
Au cours des recensements suivants, le comme élève ou étudiant au recensement précédent
nombre de jeunes diplômés a progressé
et l’allongement des études a retardé
en 1975 en 1982l’entrée des jeunes sur le marché du
travail. Les efforts de productivité des
entreprises se sont traduits par un renfor-
cement des postes qualifiés. Elles ont
Pour mémoire :
recruté davantage de jeunes diplômés population
active capables de s’adapter aux nouvelles en 1990 ayant un
emploi technologies et se sont entourées d’un
en 1990
personnel d’encadrement. Ainsi, en
1990, plus de 10% des jeunes qui, au Source : Insee - Échantillon démographique permanent
Pour en savoir plus
• L’archipel des employés - Insee Études, 1990.
• Deux siècles de travail en France - Insee Études, janvier 1991.
• Plus de cadres et moins d’ouvriers - Insee - Profils de l’économie Nord-Pas-de-Calais n°4,
juillet 1994.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Robert MORIZUR - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal février 1997 - © INSEE 1997 - Code Sage PR0970220 - UNIVERS STUDIO LILLE Tél : 03 20 63 10 07
130 avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.