En Midi-Pyrénées, changer de métier ne rime pas toujours avec promotion

De
Publié par

Les salariés qui occupent certains métiers ne souhaitent pas en changer ou ont du mal à en « sortir ». D’autres métiers se caractérisent par une mobilité plus forte, qu’il s’agisse de métiers attractifs ou en perte de vitesse. Si, pour un homme, les filières de la qualification et de la promotion sont assez courantes, pour une femme, ces filières sont moins nettes. Le parcours des jeunes en début de carrière est heurté : leurs changements de métiers, nombreux, ne traduisent pas une qualification croissante, ni une reconnaissance progressive de leur qualification.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 55
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 92 : novembre 2006
En Midi-Pyrénées, changer de métier
ne rime pas toujours avec promotion
Les salariés qui occupent certains métiers ne souhaitent
pas en changer ou ont du mal à en « sortir ». D’autres
métiers se caractérisent par une mobilité plus forte, qu’il
s’agisse de métiers attractifs ou en perte de vitesse.
Si, pour un homme, les filières de la qualification et de la
promotion sont assez courantes, pour une femme, ces
filières sont moins nettes. Le parcours des jeunes en début
de carrière est heurté : leurs changements de métiers,
nombreux, ne traduisent pas une qualification croissante,
ni une reconnaissance progressive de leur qualification.
Odile RUHLMANNn Midi-Pyrénées, comme dans Les sa la r iés des en tre pr i ses ar ti sa - Les mé tiers les moins at trac tifs enEl’ensemble de la France, un na les sont ma jo r i tai re ment mo bi les , Midi-Py ré nées cor res pon dent aux
salarié du secteur privé et semi-public seuls 44 % d’entre eux oc cu paient em ployés de di vers ser vi ces et à
sur trois a changé de métier entre le ce type de mé tier à la fois en 2002 et trois ca té go r ies d’ou vr iers : ou vr ier
er er
1 octobre 2002 et le 1 octobre 2004. en 2004 ; des flux si gni fi ca tifs de ces non qua li fié de la ma n u ten tion,
Ces mouvements d’entrée-sortie sa la r iés se di r i gent v ers l’in dustr ie , ou vr ier des in dus tr ies g r a phique s
entre familles professionnelles de sans doute à la re cherche d’une plus et ouvrier qua li fié du tex tile et du cuir.
métiers sont analysés pour les g r ande sé cu r i té de l’em ploi, d’un Cette liste dif fère de celle va lant
salariés en emploi sur une période de sa laire su pé rieur et peut-être de pour l’en semble de la France qui
deux ans (2002-2004) et détaillés sur meilleu res condi tions de trav ail. compte les ou vriers non qua li fiés de
une période d'un an (2003-2004). l’é lec tr i ci té et de l’é lec tro nique , du
Fi gu rent égale ment par mi les mé - bois et de l’a meu ble ment, les
Les tr a jec toi res pro f es sion nel les des tier s les plus mobiles ceux dont la ou vr iers qua li fiés de la mé ca nique
in di vi dus ne sont pas re tr a dui tes ici ; qua li fi ca ti on gé né r a liste f a ci lite le et les em ployés de l’in forma tique.
en parti cu lier, l’entrée des jeu nes chan ge ment v ers d’au tres do mai nes
sur le mar ché du tra vail, les re traits (in gé nieurs et ca dres de l’in dustrie, Pour les hommes, des
tem po r ai res d’ac ti vi té, le re tour en ca dres du bâ ti ment, ca dres ad mi nis - filières de qualification et
ac ti vi té des fem mes et les dé parts à tr a tifs , en sei gne ment et f or ma tion).
de promotion la re traite ne sont pas dé comp tés. Pour les ou vriers non qua li fiés de la
Les échan ges em ploi-chô mage ne ma nu ten tion et les ou vriers non qua -
sont pas non plus comp ta bi li sés, ni li fiés de la mé ca nique, la plus forte La mo bi li té pro f es sion nelle v ar ie
les chan ge ments d’emploi sans mo bi li té ré sulte d’une pro por tion de pr in ci pa le ment se lon le se x e et l’âge .
changement de métier. dé parts net te ment plus élevée que Les hom mes et les fem mes exer cent
celle des en trées (de 9 points). Dans des mé tiers sou vent dif fé rents et les
leur grande ma jo ri té, ces ou vriers jeu nes sont plus mo bi les que les se -La stabilité dans un métier
ont été re con ver tis en ou vriers qua li - niors.peut répondre à des
fiés, le plus gé né ra le ment dans leur
déterminants opposés do maine mais éga le ment dans le bâ - Un homme sur trois tra vaille dans les
ti ment, la main te nance ou la ges tion do mai nes du bâ ti ment et des trav aux
Parmi les mé tiers les plus sta bles, on d’en tre pr ise . pu blics, des trans ports et de la lo gis -
trouv e lo gi que ment ceux re cou rant à tique ou du com merce. Les do mai nes
des fi liè res de f or ma tion spé ci fi ques Ouvrier, un métier peu dans les quels les hom mes sont
et liés à des sec teurs of frant une moins en clins à chan ger de mé tierattractif
cer taine sé cu r i té de l’em ploi et un sont la banque et les as su ran ces, la
ni v eau de sa laire suf fi sant pour fonc tion pu blique et les pro fes sions
que l’on sou haite y res ter. C’est Les mé tiers at trac tifs (où les en trées ju r i di ques .
le cas des mé tiers de la san té (mé - de sa la r iés dé pas sent les sor ties)
1 sont ceux qui re cru tent ou qui s’ins -de cin, in fir mier et sage-f emme ), Parmi les g rands flux mas cu lins
de la re cherche, de la f onc tion pu - cr i v ent dans des tr a jec toi res pro f es - d’entrée et de sortie des fa mil les
b li qu e terr ito riale, de la banque sion nel les as cen dan tes (ni v eau de pro f es sion nel les , la fi lière de la pro -
ré m u né r a tion plus a v an ta geux queet des as su ran ces. Il en va de mo tion est cou rante : par exemple,
même pour les mé tiers tech ni ques dans la si tua tion an té r ieure , pro mo tion d’ou vrier non qua li fié en ou vrier
très spé cia li sés tels que coif f eur , au to ma ti que du sa la r ié). Les mé tiers qua li fié (plus de la moi tié des mou -
peu at trac tifs sont les mé tiers en perteconduc teur de vé hi cu les et cui si nier . ve ments des ou vriers non qua li fiés),
d’em plois ou f ai b le ment ré m u né rés au de cais si er-v en deur v ers at ta ché
Mais parmi les mé tiers sta bles, il en re gard de leur pé ni bi li té. com mer cial-re pré sen tant (13 %
est dont il semble dif fi cile de sortir , du des en trées dans le mé tier d’at ta -
fait de la faible qua li fi ca tion des sa - Les mé tiers pro por tion nel le ment les ché com mer cial et 22 % des sorties
la riés qui y sont em ployés (agents plus at trac tifs sont les mê mes en du mé tier de cais sier) puis vers
Midi-Py ré nées qu ’en France : pa trond’en tre tien, em plo yés de l’hô tel ler ie- cadre com mer cial (18 % des sor-
r es tau r a tion). D’au tres sec teurs très sa la r ié et cadre d’hô tel-res tau r ant, ties des at ta chés com mer ciaux),
lo ca li sés dans la ré gion (te x tile et cadre du bâ ti ment, tech ni cien de l’in - d’ou vr ier qua li fié v ers tech ni cien et
f or ma tique , se cré taire de di rec tion et cuir), bien qu ’en dé clin, conti nuent de agent de maî trise (13 % des sor -
gar der cap tive sur leur ter ri toire une cadre ad mi nis tr a tif , comptab le et ties d’ou vrier qua li fié), ou en core
po pu la tion peu qua lifiée . financier . d’a gent d’en tre tien v ers tech ni cien
(1) les difficultés de codification ne permettent pas de commenter le métier d'aide-soignant.
2
6pages n° 92 - Insee Midi-Pyrénées








de la main te nance et de l’or ga ni sa - Glo ba le ment, les f em mes sont mil les pro f es sion nel les fé mi ni nes ;
tion (16 % des sor ties des agents moins sta b les pro f es sion nel le ment c’est le cas par exemple avec les pro -
d’en tre tien). que les hom mes : le taux de sta bi li té f es sions de l’ac tion so ciale , cul tu relle
er
des fem mes entre le 1 oc tobre 2003 et sportiv e ou avec les cais siè res,
er
D’au tres mou v e ments re flè tent et le 1 oc tobre 2004 (78 %) est in fé - em ployées de libre ser vice.
plu tôt la per méa bi li té entre les rieur de 6 points à ce lui des hom mes.
mé tiers : entre ceux du bâ ti ment Les pas sa ges plus fré quents des Le parcours erratique
et des tra vaux pu blics, entre les f em mes par l’i nac ti vi té et le des jeunes en début de
f onc tions com mer cia les et les non-em ploi (in ter r up tion suite à
carrière
fad mi nis tr a ti v es , entre ma ter ni té, plus f or te e x po si tion au
les per son nels d’é tu des et les in - chô mage, à la pré ca ri té de l’em ploi)
gé nieurs . ex pli quent pour une part leur plus Un jeune (âgé de 15 à 29 ans) sur
g r ande mo bi li té pro f es sion nelle . Les quatre oc cupe un em ploi dans les
do mai nes du com merce ou de laAin si, parmi les sa la riés ayant quit té do mai nes où el les sont les plus
un mé tier, 19 % des ou vriers qua li - sta bles sont iden ti ques à ceux des ges tion-ad mi nis tr a tion d’en tre pr ise .
fiés du gros œuvre du bâ ti ment sont hom mes, mais s’y ajoute ce lui de Sur l’en semble des fa mil les pro fes -
sion nel les , le taux de sta bi li té desde v e n us ou vr iers qua li fiés des tr a - la san té-ac tion so ciale .
vaux pu blics, 14 % des ca dres com - j eunes (71 %) est in fé rieur de
mer ciaux se sont tournés v ers le Chez les fem mes, mis à part la 9 points à ce lui de l’en semble
des sa la r iés .mé tier de cadre ad mi nis tra tif et 39 % re con v er sion des ou vr iè res non
des per son nels d’é tu des et de qua li fiées en ou vr iè res qua li fiées
recherche sont pas sés in gé nieurs et (plus du quart des mou ve ments Les do mai nes les plus sta bles pour les
jeu nes ne sont pas exac te ment lesca dres tech ni ques de l’in dustr ie . des ou vr iè res non qua li fiées), l es
flux les plus im por tants, en entrée mê mes que ceux qui va lent pour l’en -
comme en sortie, s’ob ser vent dans semble des sa la riés : san té-ac tionUn domaine très stable
sociale, banque et as su ran ces, maisles ca té go r ies des em plo yées , pourpour les femmes : la santé
les quel les les pro ba bi li tés de pro mo - aus si in f or ma tique , bâ ti ment et
et l’action sociale
tion sont re la ti v e ment f ai b les . tr a v aux pu b lics .
La f a mille pro f es sion nelle des se cré - Parmi les jeu nes, 17 % pra ti quent les Plus de deux fem mes sur trois sont
tai res et em plo yées ad mi nis tr a ti v es mé tiers sui vants : cais sier, em ployéem ployées dans les do mai nes de la
de libre-ser vice, ven deursployéd’en tre prise, qui oc cupe 13 % desges tion-ad mi nis tr a tion d’en tre pr ise ,
f em mes , in ter vient fré quem ment en ad mi nis tr a tif d’en tre pr ise .la san té-ac tion so ciale , les ser vi ces
entrée et/ou en sortie des au tres fa -aux par ti cu liers et le com merce.
3
6pages n° 92 - Insee Midi-Pyrénées




Note de lecture
En 2003-2004, 10,3 % des jeunes âgés de moins de 30 ans exercent le métier de caissier, employé de libre-service, vendeur. Parmi ceux qui sont
entrés dans le métier sur cette période, 16,9 % exerçaient antérieurement le métier de secrétaire, employé administratif d'entreprise. Parmi ceux qui
sont sortis du métier, 17,9 % se sont orientés vers les métiers d'attaché commercial, représentant, maîtrise et intermédiaire du commerce.
 P  our en savoir plus
« Enquête sur la formation et la qualification professionnelle 2003 », Insee Résultats n° 48 soc, décembre 2005.
« Le secteur de premier emploi oriente-t-il le début de parcours professionnel ? », Insee, Économie et statistique,
n° 378-379, 2004.
« Interne ou externe, deux visages de la mobilité professionnelle », Insee Première, n° 921, septembre 2003.
« Topographie des secteurs d’activité à partir des flux de mobilité intersectorielle des salariés », Insee, Économie et
statistique, n° 354, 2002.
« Une nouvelle carte de la mobilité professionnelle », Insee, Économie et statistique, n° 331, 2000.
« La mobilité et les parcours professionnels », Anact, Études et documents.
« Mobilités professionnelles et compétences transversales », La documentation française, Qualifications et
prospective.
Nomenclature des métiers (site DARES) : www.travail.gouv.fr
4
6pages n° 92 - Insee Midi-Pyrénées5
6pages n° 92 - Insee Midi-Pyrénées M Les princi paux flux d’entrée-sortie de    éthodologie
ces f a mil les pro f es sion nel les pr i ses
une à une ne sem blent pas ré pondre àChamp de l’étude : pour des raisons techniques liées à la source, les
mouvements de salariés pris en compte ne sont que ceux qui une lo gique par ti cu lière de pro mo tion,
s’accompagnent d’un changement de métier. Sont par ailleurs exclus de les mé tiers en entrée d’une fa mille pro -
l’étude les salariés de la fonction publique d’État, de l’agriculture et des fes sion nelle étant sou vent les mê mes
services domestiques. que ceux en sortie, avec no tam ment
des mou ve ments croi sés entre le com -
Codification de la famille professionnelle (FAP) : la codification de la merce et la ges tion-ad mi nis tr a tion
FAP dans les DADS est obtenue de manière directe dans tous les cas où la d’en tre pr ise .
profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) est renseignée, soit
50 % des salariés. Pour tous les autres cas, elle a été reconstituée à l’aide Par exemple, 17 % des jeu nes oc cu pant
d’un modèle d’estimation basé sur la catégorie socioprofessionnelle du
un des mé tiers de cais sier, em ployé de
salarié (CS à 2 positions) et l’activité de l’établissement employeur (en
libre-ser vice et v en deur , oc cu paient
nomenclature NAF) fournies par la DADS, ainsi que sur les données du
pré cé dem ment le mé tier d’em plo yé
recensement de la population de 1999. Le passage entre l’ancienne et la
ad mi nis tr a tif d’en tre pr ise . De même ,
nouvelle nomenclature des PCS et des FAP s’est appuyé sur les
15 % des jeu nes sa la riés quit tent un
informations fournies par l’enquête emploi en continu de 2003 et les DADS
de ces mé tiers pour ce lui d’em ployéde 2002. Quelques FAP n’ont pu être reconstituées qu’à un niveau agrégé,
ad mi nis tr a tif d’en tre pr ise ; sy mé tr i -ce qui explique les regroupements présentés ici (comme L00-Secrétaires et
que ment, dans le mé tier d’em ployéL20-Employés administratifs d’entreprise par exemple). Pour d’autres, la
ad mi nis tr a tif d’en tre pr ise , 16 % descodification s’est avérée trop incertaine pour en permettre l’étude à part
en trées et 14 % des sorties re lè vententière (c’est le cas de la famille V00-Aide-soignant).
du mé tier de cais sier, em ployé de
libre-service et v en deur.
 S  ources et définitions
La déclaration annuelle de données sociales (DADS) : les
établissements employeurs fournissent, chaque année, aux
administrations fiscale et de sécurité sociale des informations sur leurs
salariés. Ces déclarations annuelles de données sociales (DADS)
contiennent, pour chaque salarié des caractéristiques d’état civil, des
données sur l’emploi et les rémunérations. L’Insee en fait une exploitation
statistique exhaustive sur le champ de l’ensemble des employeurs, à
l’exception de la fonction publique d’État et des particuliers-employeurs.
Les familles professionnelles de métiers (FAP) : les besoins d’analyse
de l’emploi et du chômage par métier ont conduit à la création d’une
nomenclature spécifique des métiers, rapprochant le Répertoire INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUESOpérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) utilisé par l’ANPE et la
DIRECTION RÉGIONALE
nomenclature des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) DE MIDI-PYRÉNÉES
de l’Insee, utilisée notamment dans le Recensement de la Population, les
Téléphone : 05 61 36 61 36 DADS et l’enquête emploi. Les métiers sont regroupés en 86 familles
Télécopie : 05 61 36 62 00
professionnelles (FAP), elles-mêmes rassemblées en grands domaines Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
BP 94217professionnels (au nombre de 22).
31054 TOULOUSE CEDEX 4
Taux de stabilité, taux d’entrée, taux de sortie : le taux de stabilité Directrice de la publication :
Magali Demotes-Mainard2003-2004 est égal à l’effectif de salariés présents dans une FAP donnée, à
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plauxla fois au 1/10/2003 et au 1/10/2004, rapporté à l’effectif moyen sur la
Maquettistes : Isabelle Darles
période. Ce dernier est égal à la demie-somme des effectifs salariés de
cette FAP en 2003 et 2004. Selon le cas le taux de stabilité est calculé sur
Imprimeur : Escourbiac
un intervalle de deux ans (2002-2004) ou un an (2003-2004). Dépôt légal : novembre 2006
Le taux d’entrée est égal à l’effectif salarié présent dans la FAP d’étude au ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183AD1/10/2004 et absent de cette FAP au 1/10/2003, rapporté à l’effectif moyen.
SAGE : SIPAG9276Le taux de sortie est égal à l’effectif salarié présent dans la FAP
1/10/2003 et absent de cette FAP au 1/10/2004, rapporté à l’effectif moyen.
Prix : 2,5 !
6
6pages n° 92 - Insee Midi-Pyrénées

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.