Evolution des métiers entre 1990 et 1999 : De la place pour les non qualifiés

De
Publié par

Dans une région où les emplois sont traditionnellement peu qualifiés, le nombre de cadres et de professions intermédiaires a fortement progressé entre 1990 et 1999. Les enseignants et les professionnels de la santé sont également plus nombreux. Les besoins de main-d'oeuvre sur des emplois à faible qualification sont cependant toujours importants et certains de ces métiers accueillent un grand nombre de jeunes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Tags :
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

N° 16 - Juin 2002
Lettre
statistique
et
économique
de Haute-Normandie
RESTE T-IL UN ESPOIR
POUR LES NON DIPLÔMÉS ?
La diffusion de certaines informations pour- ÉVOLUTION DES MÉTIERS ENTRE 1990 ET 1999
rait parfois donner l’impression que les
jeunes dépourvus de diplôme n’ont plus De la place pour les non qualifiésaucune chance de s’insérer dans la vie profes-
sionnelle, ce qui n’est pas vrai. Tâchons de
montrer que le paradoxe n’est qu’apparent. François GITTON
On dit :
- que les métiers les plus qualifiés se dévelop-
pent tandis que les moins régressent :
c’est vrai. encore peu nombreux par rapport à cer-Dans une région où les emplois
- que le niveau de formation de la population tains métiers traditionnels représentant
augmente : c’est globalement vrai. sont traditionnellement peu
de gros effectifs. D’autre part, la connais-
Mais on constate en même temps :
qualifiés, le nombre de cadres et sance du passé, telle qu’elle est donnée
- que le niveau du chômage reste élevé : c’est vrai,
par les recensements de la population,- qu’il reste toujours beaucoup de non diplô de professions intermédiaires a-
més parmi les jeunes ; on peut même ajouter ne permet pas de préjuger de l’évolution
fortement progressé entre 1990
que la proportion de non diplômés est future. Néanmoins, l’analyse du passé
presque aussi élevée actuellement chez les et 1999. Les enseignants et les récent apporte des indications
gens de 25 ans que chez ceux de 50 ans (de
professionnels de la santé sont intéressantes.
15 à 20%).
La tentation serait forte d’en tirer la conclusion également plus nombreux. Les
que les non diplômés n’ont plus aucune chance
besoins de main-d’œuvre sur
de trouver du travail : c’est faux. FORTE HAUSSE
Certes, ces jeunes sans diplômes ne peuvent des emplois à faible DES TAUX D’ENCADREMENT
prétendre s’insérer dans les “nouvelles pro- qualification sont cependant
fessions” qui explosent, celles-ci recrutant es-
Tout d’abord, rappelons les quel-sentiellement des cadres et des techniciens toujours importants et certains
ques très grandes tendances qui neplutôt que des manœuvres ou des ouvriers
de ces métiers accueillent un
peu qualifiés. Mais c’est oublier un élément sont pas des spécificités haut-norman-
très important : le fait que les gros bataillons grand nombre de jeunes. des. Entre 1990 et 1999, le nombre de
de personnels peu qualifiés se trouvent dans cadres et de professions intermédiai-
des activités traditionnelles qui, même si elles
ne des premières questions que res a fortement augmenté. Même dans
diminuent leurs effectifs, n’en continuent pas Use posent les formateurs ou en l’industrie, qui a perdu de nombreuxmoins à remplacer chaque jour des personnes
règle générale toutes les personnes emplois, les cadres sont 13% plusprenant leur retraite, changeant d’activité ou
bénéficiant d’une promotion. s’intéressant au marché du travail est nombreux et les professions intermé-
C’est pourquoi le flux d’embauche de person- celle des métiers en développement. diaires 15% de plus. Ceci signifie donc
nels peu qualifiés de moins de 30 ans reste
Quels sont les besoins en termes de un taux d’encadrement nettement su-
considérable.
métiers ? Quels sont les métiers pour périeur : en bref, les niveaux de qualifi-Certes, il est plus facile de trouver du travail
lesquels les besoins sont de moins en cation des postes sont trèsquand on a un diplôme et il est regrettable
que plus d’un Français sur sept ne parvienne moins importants ? Quels sont ceux qui sensiblement plus élevés. En effet,
toujours pas à en décrocher un. Mais ne lais- accueillent les jeunes actifs, avec ou dans le même temps, le nombre d’ou-
sons pas croire qu’il n’y a plus aucun espoir sans diplôme ? Il est difficile de ré vriers a fortement diminué, en particu- -
pour ces personnes.
pondre à ces questions. D’une part, les lier dans l’industrie qui en emploie
Jean LEMATTRE
métiers qui se développent le plus ne beaucoup. Le nombre d’employés a,Chef du Service des Études et de la Diffusion
sont pas souvent ceux qui produisent le quant à lui, connu une hausse sensible
plus d’embauches, parce qu’ils sont liée au développement des activités
ÉVOLUTION DES CATÉGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES EN HAUTE-NORMANDIES O MM A IRE
SELON LE SECTEUR D’ACTIVITÉ ENTRE 1990 ET 1999
Artisans, Cadres et
EMPLOI commerçants professions
et chefs intellectuelles ProfessionsÉVOLUTION DES MÉTIERS ENTRE 1990 ET 1999
d’entreprise supérieures intermédiaires Employés Ouvriers TotalDe la place pour les non qualifiés . . . . . . . . . . . 1
Industrie -14 13 15 -17 -24 -14
Construction -24 4 3 2 -10 -10
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI FÉMININ ENTRE 1990 ET 1999
Tertiaire -15 22 22 16 3 12Féminisation des cadres haut-normands . . . . . 4
Total -15 20 20 13 -10 2
ANALYSES CONJONCTURELLES Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) Unité : %
LES TAUX DE CHÔMAGE AU 1ER TRIMESTRE 2002
Un an de hausse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
EMPLOIEnfin, pour être complet, rappelons
LES FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI ONT CONNU LES PLUS FORTES VARIATIONS
que le nombre d’exploitants agricoles aFamille professionnelle Effectif 1999 Variation 1990-1999 Évolution 1990-1999 (%)
Assistants maternels 18 817 10 425 124 fortement chuté (-10 000), proportionnel-
Agents d’entretien 39 746 5 210 15
lement plus qu’en France. On compteEnseignants 34 019 4 815 16
Professionnels de l’action sociale culturelle et sportive 13 434 4 030 43 près d’un commerçant sur cinq en moins
Caissiers, employés de libre service 10 490 3 970 61
Représentants 14 100 3 256 30 avec, en particulier, une baisse sensible
Techniciens agents de maîtrise des industries de process 12 549 3 085 33
du commerce de détail et du nombreInfirmiers, sages-femmes 10 485 2 469 31
Maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce 8 207 2 395 41 d’exploitants de petits restaurants, cafés
Aides-soignants 10 050 2 122 27
ou hôtels. Les artisans sont égalementEmployés administratifs d’entreprises 12 150 1 962 19
Techniciens des services administratifs, comptables et financiers 8 880 1 912 27 de moins en moins nombreux mais ce
Employés de maison 8 156 1 692 26
constat est à nuancer en fonction de l’acTechniciens, agents de maîtrise de la maintenance et de l’organisation 9 976 1 592 19 -
Formateurs recruteurs 3 836 1 496 64 tivité. Les artisans bouchers, les charcu-Conducteurs de véhicules 21 985 1 421 7
tiers, les plombiers, les maçons, les
Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) Unités : nombre, %
artisans peintres en bâtiment, les menui-
siers, les charpentiers ou encore les cortertiaires. Enfin, même dans les servi nombreux avec, par exemple, 800 poli- --
donniers sont sensiblement moinsces, le taux d’encadrement a claire ciers supplémentaires, 1 040 agents de-
présents qu’il y a dix ans. Les boulangersment progressé. sécurité et 4 000 personnes de plus dans
en revanche, les artisans coiffeurs, lesles hôpitaux (aides soignantes…).
électriciens du bâtiment et les artisansLe nombre de secrétaires a fortement
spécialisés dans le travail des métauxPLUS D’ENSEIGNANTS chuté (-4 000) tout comme celui de dacty-
sont au moins aussi nombreux, si ceET PLUS D’INFIRMIÈRES, los (-1 500). Dans le commerce, les em-
n’est plus, qu’en 1990.MOINS DE SECRÉTAIRES ployés de libre-service et les caissiers
sont de plus en plus nombreux en con-
De manière un peu plus détaillée, ba trepartie d’une baisse importante du-
layons brièvement les évolutions des nombre de vendeurs en alimentation. CERTAINS MÉTIERS
grandes catégories socioprofessionnel Les assistantes maternelles sont beau- «À FAIBLE NIVEAU DE QUALIFICATION»-
les. Le nombre de cadres dans la région coup plus nombreuses ; deux explica- RECRUTENT ÉGALEMENT...
a fortement augmenté. Avec certes une tions peuvent aider à comprendre ce
Ce constat traduit finalement quelhausse du nombre de cadres d’entre phénomène. Tout d’abord, le taux d’acti- --
ques grandes évolutions récentes : uneprise, dans l’industrie notamment, mais vité des femmes a fortement progressé
hausse du niveau de qualification en gésurtout 8 000 cadres supplémentaires et cela s’accompagne de nouveaux be- -
néral, la place de plus en plus importantedans la fonction publique, dont 3 600 (1) soins. Ensuite, des mesures de lutte
du tertiaire et le recul de l’industrie, unprofesseurs agrégés ou certifiés et 1 400 contre le travail au noir ont sûrement
effort conséquent sur les professions deenseignants de l’enseignement supé permis un meilleur système déclaratif-
santé et d’enseignement. Parmi les familrieur. Les collectivités territoriales se qu’il y a dix ans. Il ne s’agit donc pas réel- -
les professionnelles* qui ont créé desont développées et ont recruté 700 lement d’un surplus d’activité mais plutôt
nombreux emplois, on trouve celles descadres supplémentaires, le nombre de de la reconnaissance officielle de cette
agents d’entretien, des enseignants, desmédecins dépendant de la fonction pu activité.-
*Voir encadré page 4blique a augmenté de 400.
Globalement, le nombre de techni- ÉVOLUTION DES CATÉGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES ENTRE 1990 ET 1999
ciens ou professions intermédiaires a Haute-normandie France
Variation Évolution Évolutionconnu une forte croissance. Les hausses
Famille professionnelle Effectif 1999 1990-1999 (%) (%)
d’effectif les plus importantes concernent Agriculteurs exploitants 13 156 -10 120 -43 -38
Artisans 18 363 -3 684 -17 -16les infirmières (+2 000), les techniciens
Commerçants et assimilés 17 311 -4 017 -19 -12
de la chimie (+1 500), de la maintenance Chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus 4 322 158 4 0
Professions libérales 7 477 613 9 13(+1 200) ou les représentants. Le
Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques 28 845 8 361 41 25
Cadres d’entreprises 28 454 1 686 6 12nombre d’ouvriers a fortement diminué,
Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé de la fonction
avec sensiblement moins d’ouvriers non publique et assimilés 61 052 8 619 16 19
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 40 252 9 448 31 29qualifiés en général. Parmi les employés,
Techniciens 28 725 7 141 33 23
les fonctionnaires sont de plus en plus Contremaîtres, agents de maîtrise 20 688 -572 -3 0
Employés de la fonction publique 74 122 9 477 15 15
Employés administratifs d’entreprises 47 769 -4 436 -8 -8(1) Les professeurs des écoles appartiennent à la caté-
Employés de commerce 24 887 2 347 10 19gorie A de la fonction publique, tandis que les instituteurs
Personnels des services directs aux particuliers 40 133 13 609 51 46appartiennent à la catégorie B et ne sont pas comptés par-
mi les cadres. Entre 1990 et 1999 il y a donc un transfert Ouvriers qualifiés 129 254 -9 391 -7 -5
de catégories : certains instituteurs sont devenus profes- Ouvriers non qualifiés 74 108 -18 028 -20 -14
seurs des écoles et les départs à la retraite d’instituteurs Ouvriers agricoles 5 174 -798 -13 4
ont été compensés par des arrivées de professeurs des Ensemble 664 092 10 413 2 4
écoles. Il ne s’agit donc pas seulement d’une hausse d’ef-
fectifs pour ce métier d’enseignant. Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) Unités : nombre, %
2 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16 - Juin 2002constater que, malgré une baisse senconducteurs de véhicule, des techniciens - NOUS AVONS LU POUR VOUSNOUS AVONS LU POUR VOUS
sible des effectifs, les industries de proet agents de maîtrise des industries de -
cess (chimie, bois, papier-carton) ont PARTICIPATION ET INTÉRESSEMENT,process ou de la maintenance, les assis-
PRINCIPAUX DISPOSITIFS D’ÉPARGNEencore de réels besoins d’ouvriers sanstantes maternelles, les infirmières ou les
SALARIALE
nécessairement un niveau de qualificaaides soignantes, les caissiers… avec, -
La participation et l’intéressement sont deux dis-
tion élevé. Le constat est identique pouren particulier, certains métiers qui de- positifs de l’épargne salariale permettant d’associer
les secrétaires : l’effectif chute mais les les salariés aux résultats de leur entreprise. Lesmandent un niveau de formation relative-
primes versées peuvent varier selon le secteurbesoins sont toujours importants (ce quiment élevé et d’autres non. Malgré une
d’activité et la taille de l’entreprise.
n’est plus le cas pour les dactylos où l’eftendance à la hausse du niveau de for -- En 2000, les entreprises dotées d’un accord de
fectif est en chute libre). Il en est de participation (environ 3%) ont versé 4,1 milliardmation, certains métiers qui recrutent for-
d’euros (26,9 milliards de francs) à 4,2 millions demême pour les ouvriers qualifiés du bâtitement ne demandent pas un niveau de -
salariés. Le montant moyen de la prime était de 976
ment, les ouvriers non de la maqualification particulièrement élevé. - euros (6 400 francs). Les entreprises qui pratiquent
nutention ou de la mécanique, les l’intéressement ont versé quand à elles 3,5 milliards
d’euros (22,8 milliards de francs) à 3,5 millions deemployés de l’hôtellerie et de la restaura-
salariés, ce qui représente une prime moyenne de
tion : tous ces métiers qui, même s’ils re... EN PARTICULIER DES JEUNES -
990 euros (6 500 francs), supérieure à celle de la
présentent de moins en moins de monde, participation.
Au total, en 2000, 5,6 millions de salariés (soitaccueillent de nombreux jeunes. PourMais au-delà de savoir quels sont les
37,6%) ont reçu une prime au titre d’au moins un
terminer, soulignons que pour certainsmétiers en fort développement, une des
des deux systèmes. Son montant moyen était de
de ces métiers, ilyaun «déclassement»questions fondamentales est celle des 1 362 euros (8 940 francs).
D’autres dispositifs existent : les plans d’épargneévident à l’embauche. C’est le cas desmétiers qui constituent un potentiel d’ac-
d’entreprise (PEE) et l’actionnariat des salariés. Lesjeunes secrétaires qui ont souvent unecueil important pour les jeunes. Où les
PEE sont alimentés à 40% par tout ou partie de la
formation d’assistante de direction (BTS)jeunes s’insèrent-ils et quels sont les mé- prime d’intéressement des salariés et à 25% par
des versements volontaires. En 1999, seules 1,4%ou encore des employés de comptabilitétiers qui recrutent des personnes de
des entreprises ont vu des salariés se porter ac-ou, plus généralement, de jeunes emmoins de 30 ans (2) ? Le fait qu’on re --
quéreurs d’actions d’une des sociétés de leur
ployés administratifs d’entreprise. Pourtrouve essentiellement des métiers à groupe.
d’autres métiers en revanche, la qualififaible niveau de qualification parmi les - L’épargne salariale en 2000 / Jallet F. – In : Premières infor-
mations et premières synthèses DARES. – N° 17.1 (2002,cation des jeunes est assez bien remétiers qui accueillent le plus grand -
avril) ; 8 p.
connue : pour les ouvriers qualifiés denombre de jeunes peut s’expliquer à
SALAIRES MINIMA EN EUROPE : DE 406 À 1 290l’industrie, par exemple, ou pour les techl’aide de plusieurs facteurs : un effet de -
EUROS
niciens de la chimie ou de la maintenomenclature ou de taille qui fait que ces -
Parmi les pays de l’Union européenne, neuf doi-
nance où les niveaux de formation desfamilles professionnelles regroupent plus vent respecter un salaire minimum légal compris
personnes et la qualification des postes entre 406 euros et 1 290 euros par mois. Les salai-de personnes que d’autres ; une plus
res minima les plus bas se situent au Portugal (406occupés semblent correspondreforte représentation des moins diplômés
euros), en Grèce (473 euros) et en Espagne (516
dans cette génération (certains n’ont pas euros). Dans les six autres pays, le salaire minimum
est supérieur à 1 000 euros avec un maximum defini leurs études et donc le poids des non
1 290 euros au Luxembourg.(2) En fait, le recensement de la population permet seule-ou peu diplômés est plus important) ;
ment de regarder quels sont les métiers occupés par les Avec un montant de 1 126 euros, la France se
enfin et surtout, un réel besoin de personnes (les moins de 30 ans en l’occurrence) à un mo- situe plutôt vers le haut. La part de salariés à temps
ment donné. Il ne s’agit donc pas vraiment des embauches
main-d’œuvre dans ces familles profes plein percevant ce type de rémunération se situe- mais réellement de la photographie des métiers qui ac-
entre 1,4% et 2,2% pour l’Espagne, lecueillent à un moment donné le plus de jeunes.sionnelles. Il est donc intéressant de
Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Irlande. Elle atteint
13,6% en France et 15,5% au Luxembourg. D’une
manière générale, les femmes sont deux fois plus
nombreuses que les hommes à percevoir ce typeLES FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI EMPLOIENT DES JEUNES
de salaire.
Évolution Effectif
Les systèmes nationaux de salaires légaux diffè-Variation 1990-1999 des moins
Famille professionnelle Effectif 1999 1990-1999 (%) de 30 ans rent quelque peu d’un pays à l’autre. La plupart du
Agents d’entretien 39 746 5 210 15 6 588 temps, le salaire minimum national est défini sur la
Vendeurs 21 234 -8 018 -27 6 387 base d’un taux horaire ou mensuel arrêté par une
Professionnels de l’action sociale culturelle et sportive 13 434 4 030 43 5 399
loi avec consultation des partenaires sociaux. EnEnseignants 34 019 4 815 16 5 338
Belgique et en Grèce, il est le fruit d’une négocia-Caissiers, employés de libre-service 10 490 3 970 61 4 438
tion entre partenaires sociaux avec une distinctionOuvriers non qualifiés de la manutention 13 348 -1 236 -8 4 426
Ouvriers non qualifiés des industries de process 15 290 -3 326 -18 4 271 entre ouvriers et employés pour la Grèce. Enfin,
Employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie 8 821 1 149 15 4 247
dans certains pays, le salaire minimum légal peut
Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C) 23 953 321 1 3 939
être modifié selon l’âge, l’ancienneté, les compé-Ouvriers non qualifiés de la mécanique 10 107 -5 921 -37 3 632
tences, les aptitudes du salarié ou la situation éco-Représentants 14 100 3 256 30 3 491
Conducteurs de véhicules 21 985 1 421 7 3 443 nomique de l’entreprise.
Employés administratifs d’entreprises 12 150 1 962 19 2 944 Salaires minima dans l’union européenne 2002 / Clare R. –
Secrétaires 14 529 -5 484 -27 2 937 In : Statistiques en bref Eurostat population et conditions
Ouvriers qualifiés du bâtiment, second oeuvre 15 478 -2 454 -14 2 805 sociales. – N° 5 (2002) ; 4 p.
Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) Unités : nombre, %
Florence PIMENTA
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16 - Juin 2002 3
❑ÉVOLUTION DE L’EMPLOI FÉMININ ENTRE 1990 ET 1999
Féminisation des cadres haut-normands
François GITTON
BEAUCOUP D’EMPLOYÉES,L’emploi féminin a fortement tifs. Globalement, pendant la décennie
PEU D’OUVRIÈRES, 90, la part des femmes a augmentéprogressé entre les deux
DE PLUS EN PLUS DE CADRES dans la grande majorité des métiers.
recensements. Les femmes, les
Parmi les rares exceptions à cette
plus jeunes en tête, accèdent à En mars 1999, date du dernier re- régle, signalons tout d’abord que les
censement de la population, les femmes ont plus souffert de la chuteune plus grande variété de
femmes occupaient 45% des emplois du nombre d’ouvriers non qualifiés
métiers, aux postes
de la région, contre 42% neuf ans plus dans l’industrie. Les secteurs dans les-
d’encadrement notamment. Pour tôt. Ce résultat, proche de la parité, est quels elles sont traditionnellement pré-
très global. Dès qu’on le détaille, on sentes ont connu des années difficilesautant, certains métiers restent
s’aperçoit de différences importantes et elles sont donc moins nombreuses
très masculins et d’autres,
selon les métiers ou groupes de mé- parmi les effectifs restants. Bien que
féminins. L’emploi des femmes, tiers (familles professionnelles). Les toujours très nettement minoritaires,
femmes représentent toujours 80% des les hommes sont de plus en plus nomplus que celui des hommes, -
employés et 20% des ouvriers. En breux parmi les employés du com-reste concentré sur quelques
1999, plus d’un cadre sur trois est une merce. Enfin, la proportion de femmes
principaux métiers. femme (35% contre 28% en 1990) et a également baissé parmi les agricul-
parmi les professions intermédiaires, teurs, les commerçants et les artisans.
ntre 1990 et 1999, l’emploi ré les femmes constituent 45% des effec- - L’évolution marquante de la dé-Egional a connu une croissance
PART DES FEMMES SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE ET L’ÂGE EN HAUTE-NORMANDIEmodérée (+1,6%). Ce chiffre, qui traduit
1999 1990donc une apparente stabilité, masque
Moins de 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 ans et plus Ensemble Ensemble
deux évolutions clairement distinctes. Le
Agriculteurs exploitants 16 19 28 48 33 42
nombre d’emplois occupés par des Artisans, commerçants 39 31 28 31 31 35
hommes a régressé de 2,3%, tandis que Cadres et professions
intellectuelles supérieures 46 38 33 28 35 28
l’emploi féminin a progressé de 6,9%.
Professions intermédiaires 51 47 44 40 45 42
Bien sûr, ceci est en partie lié à la dé- Employés 74 80 82 83 80 80
mographie et à l’évolution des taux Ouvriers 15 182221 1920
d’activité : des générations de femmes Ensemble 44 45 45 44 45 42
très présentes sur le marché du travail Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) (actifs ayant un emploi) Unité : %
en ayant remplacé d’autres moins «ac-
LES FAMILLES PROFESSIONNELLES “FÉMININES” EN HAUTE-NORMANDIE
tives». Au-delà de ce rééquilibrage,
Famille professionnelle Effectif 1999 Part des femmes (%)
l’emploi féminin a connu en dix ans
Assistants maternels 18 817 99
Secrétaires 14 529 98quelques modifications considérables :
Employés de maison 8 156 98de plus en plus de femmes accèdent à
Secrétaires de direction 2 235 97
des postes de cadre ; certains métiers Aides-soignants 10 050 93
Infirmiers, sages-femmes 10 485 91se féminisent assez rapidement,
Employés de comptabilité 9 261 90
d’autres, au contraire, restent quasi- Coiffeurs, esthéticiens 5 251 88
ment exclusivement réservés aux Employés et techniciens des assurances 6 260 84
Caissiers, employés de libre-service 10 490 84
hommes. L’inverse est également vrai :
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999, exploitation complémentaire (actifs ayant un emploi) Unités : nombre, %
certains métiers demeurent très fémi-
nins. Le recensement de la population
LES FAMILLES PROFESSIONNELLES
nous permet de faire le point sur la si-
Une famille professionnelle est un regroupement de métiers qui ont un contenu de travail
tuation actuelle et sur les évolutions ré- commun, que ce soit du point de vue de la fonction exercée, du savoir mobilisé ou de l’expé-
centes, parfois spécifiques, de rience professionnelle. La nomenclature ainsi utilisée comprend 84 familles professionnelles
regroupées. Pour plus de détail, confère le document de la Dares “Les familles professionnel-l’emploi féminin.
les” (tables de correspondance ROME/PCS 1994).
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16- Juin 2002
EMPLOIassez complexe à mesurer. Si on com-LES FAMILLES PROFESSIONNELLES “MASCULINES” EN HAUTE-NORMANDIE
pare la répartition des emplois occupésFamille professionnelle Effectif 1999 Part des femmes (%)
Ouvriers qualifiés des travaux publics, du béton et de l’extraction 2 882 0 par des femmes avec celle des emplois
Conducteurs d’engins du BTP 1 343 0
en général, on s’aperçoit que la diversi-
Conducteurs d’engins de traction et de levage 895 0
Ouvriers non qualifiés du gros oeuvre du BTP et de l’extraction 5 688 1 té des emplois occupés par des
Ouvriers qualifiés du bâtiment, second oeuvre 15 478 1 femmes n’est guère inférieure à ce
Ouvriers de la réparation automobile 5 884 1
qu’elle est pour les hommes. Mais si lesOuvriers qualifiés du gros oeuvre du bâtiment 7 354 2
Ouvriers qualifiés formage de métal 6 415 2 emplois féminins sont assez diversifiés,
Marins, pêcheurs 2 083 3
on remarque qu’ils sont fortementOuvriers qualifiés de la maintenance 12 822 3
concentrés sur quelques activités. Ainsi,Source : INSEE - Recensement de la population de 1999, exploitation complémentaire Unités : nombre, %
parmi une assemblée de personnes
cennie est la place prise par les quelconques, la probabilité que plusieursparmi les cadres ; en fait, si elle n’est
femmes dans l’emploi des cadres. Qu’il femmes exercent le même métier estpas de mise, c’est simplement dû au
y ait plus de femmes cadres est tout à sensiblement supérieure à celle que plufait que les femmes sont moins souvent -
fait logique puisqu’en dix ans le nombre sieurs hommes exercent le mêmeactives. De nombreux métiers d’em-
de cadres a progressé de 20%. Mais métier.ployés anciennement réservés aux
au-delà de cette hausse «générale», le A cela plusieurs raisons. Lesfemmes (emplois du commerce et em-
nombre de femmes cadres a sensible hommes sont très nettement majoritai- plois de bureau), s’ouvrent désormais -
ment plus augmenté que celui des res parmi les ouvriers et la nomenclaaux hommes. Seule, la population des -
hommes. Ainsi, par exemple, la part ture des métiers utilisée ici est assezouvriers n’a pas suivi la tendance à
des femmes est passée de 29 à 34% détaillée pour les ouvriers qualifiés enune répartition plus égalitaire entre
parmi les cadres de la fonction pu particulier, beaucoup plus que pour les- hommes et femmes. Ceci est lié au
blique, de 24 à 30% parmi les cadres employés par exemple, alors que lesmanque d’attractivité de l’industrie qui
administratifs et commerciaux d’entre femmes y sont majoritaires. Mais der- a perdu beaucoup d’emplois et au fait -
prise, de 6 à 10% parmi les ingénieurs rière cette nomenclature, il existe uneque les ouvriers non qualifiés repré-
et cadres techniques d’entreprise… réalité : les métiers d’ouvriers qualifiéssentent une part de plus en plus faible
Dans le même ordre d’idée, la part des peuvent être très différents les uns desdu total. Or, dans certaines industries
femmes a augmenté dans les profes autres. Il existe des formations différen- notamment, les femmes étaient très -
sions intermédiaires ; elles sont, par tes, spécifiques, pour occuper cesbien représentées (et le sont toujours
exemple, de plus en plus présentes postes, ce qui est nettement moins lepour les générations les plus âgées)
parmi les techniciens ou les agents de cas pour les postes d’employés parsur les postes d’ouvriers non qualifiés.
maîtrise. exemple. Par ailleurs, il se trouve que
D’autres métiers, jusqu’alors essen les métiers dans lesquels les femmes-
tiellement masculins, évoluent. La L’EMPLOI FÉMININ RESTE CONCENTRÉ sont nettement majoritaires sont des
police et l’armée ont féminisé leurs ef SUR QUELQUES MÉTIERS «poids lourds» de l’emploi : les aides-
fectifs, les femmes sont de plus en plus soignantes, les infirmières, les secré-
nombreuses parmi les chauffeurs, de taires, les assistantes maternelles sontUne des questions importantes
taxi et de bus notamment (les femmes très nombreuses.concernant l’emploi féminin est celle
sont toujours très peu présentes parmi Enfin, en dix ans, avec l’accessionde la diversité des emplois occupés.
les routiers). Pour un grand nombre de des femmes aux emplois de cadre, deL’éventail des métiers des femmes
métiers d’ouvriers qualifiés, en re techniciens et d’agents de maîtrise,- est-il aussi large que celui des
vanche, c’est le statu quo : les femmes avec la chute du nombre d’ouvrièreshommes ? Il s’agit d’un phénomène
étaient déjà quasiment absentes et
elles le restent. Ceci a bien sûr un lien
LES FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI ONT CRÉÉ DE L’EMPLOI EN HAUTE-NORMANDIE
avec leur absence quasi systématique Évolution Part
Variation 1990-1999 des femmeset répétée au fil des années passées
Famille professionnelle Effectif 1999 1990-1999 (%) (%)
de certaines formations. Assistants maternels 18 817 10 425 124 99
Agents d’entretien 39 746 5 210 15 76
Enseignants 34 019 4 815 16 65
Professionnels de l’action sociale culturelle et sportive 13 434 4 030 43 61
Caissiers, employés de libre-service 10 490 3 970 61 84PARITÉ CHEZ LES MOINS DE 30 ANS Représentants 14 100 3 256 30 35
Techniciens, agents de maîtrise des industries de process 12 549 3 085 33 16
Infirmiers, sages-femmes 10 485 2 469 31 91
Une autre manière simple de regar- Maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce 8 207 2 395 41 48
der les choses consiste à observer dif Aides-soignants 10 050 2 122 27 93-
Employés administratifs d’entreprises 12 150 1 962 19 83
férentes tranches d’âge. On se rend Techniciens des services administratifs, comptables et financiers 8 880 1 912 27 63
Employés de maison 8 156 1 692 26 98ainsi compte que parmi les moins de 30
Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999 (exploitation complémentaire) Unités : nombre, %ans, la parité est presque atteinte
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16 - Juin 2002 56
aides-soignantes, caissières…) et,non qualifiées et la place de plus en d’emploi et l’emploi féminin reposent
même si cela favorise toujours laplus importante prise par les femmes toujours en grande partie sur un faible
concentration de la main-d’œuvredans la plupart des métiers, la diversifi nombre de métiers. Cette concentra- -
féminine sur quelques métiers, cecation de l’emploi féminin est réelle tion n’est pas nécessairement un désa-
n’est pas sans lien avec une haussemais limitée. Les femmes sont globale vantage. En effet, les métiers qui ont-
de l’emploi nettement favorable auxment mieux représentées sur beau connu les plus grandes hausses d’ef- -
femmes entre les deux recensecoup de métiers et la liste des métiers fectifs en dix ans sont essentiellement -
mentsque les femmes occupent s’est effecti féminins (assistantes maternelles,-
vement allongée. Malgré cela, l’offre agents d’entretien, infirmières,
Les Tableaux Economiques de Haute-Normandie
C’est l’indispensable document de base, pour tous ceux
qui s’intéressent à la vie économique et sociale de la région
TEHN
C’est aussi l’image en chiffres
de la Haute-Normandie,
avec les résultats
du dernier recensement
de la population
5 grands domaines sont présentés
Espace - Population,
Société - Modes de vie,
Emploi - Revenus,
Economie - Finances,
Système productif
Pour plus d’informations adressez-vous à :
INSEE Haute-Normandie 8 quai de la Bourse76037 Rouen cedex 1
Tél:0235524994 Fax:0235150632
6 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16 - Juin 2002
❑ANALYSES CONJONCTURELLES
ÉVOLUTION DES TAUX DE CHÔMAGELES TAUX DE CHÔMAGE
AU 1ER TRIMESTRE 2002 16
15Un an de hausse
François GITTON 14
13
Haute-Normandie Seine-Maritime
12
u 31 mars 2002, le taux de chômage de la
A Haute-Normandie est de 11,1% de la population active 11
en données corrigées des variations saisonnières. Ce taux France
10reste l’un des plus élevé de France, deux points au-dessus de
Eure
la moyenne. Au cours du dernier trimestre comme sur un an, le
9
département de l’Eure est plus touché par le retournement de
conjoncture que la Seine-Maritime. La hausse est particulière- 8
234123 4 1 2 3412 341234 1ment sensible dans les zones de Bernay, Évreux et Vernon
1997 1998 1999 2000 2001 2002
dans l’Eure et la Vallée de la Bresle en Seine-Maritime.
Source : INSEE Unité : % CVSAprès avoir très nettement profité de la reprise des années
passées, les moins de 25 ans sont fortement concernés par la
hausse du chômage sur la période récente. Enfin, la moitié des
chômeurs sont des femmes. Cette proportion tend à diminuer,
DEMANDEURS D’EMPLOIles hommes, en effet, paraissent avoir plus de difficultés et leur
nombre de demandeurs d’emploi augmente plus vite
Un demandeur d’emploi en fin de mois est une personne inscrite
aux ASSEDIC. Les personnes à la recherche d’un emploi sont clas-
sées selon différentes catégories.
Les personnes inscrites en catégories 1 et 6 sont les plus souvent
LES DEMANDEURS D’EMPLOI INSCRITS AUX ASSEDIC EN HAUTE-NORMANDIE dénombrées. Ce sont des personnes sans emploi, disponibles, à la
(catégorie 1) recherche d’un emploi à durée indéterminée (CDI) à temps plein (ca-
1er trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim. 1er trim. tégorie 1) ou ayant exercé une activité de plus de 78 heures au
2001 2001 2001 2001 2002 cours du mois (catégorie 6).
Moins de 25 ans 14 604 14 683 16 084 16 376 17 188 Les autres catégories correspondent à :
Hommes de 25 à 49 ans 21 101 21 560 22 727 23 191 23 617 - des personnes sans emploi, disponibles, à la recherche d’un CDI à
Femmes 36 609 36 479 38 251 38 509 38 655 temps partiel (catégorie 2) ou un emploi à durée déterminée (CDD)
Haute-Normandie 70 173 70 644 74 820 76 223 76 904 temporaire ou saisonnier (catégorie 3).
Eure 18 052 18 432 19 722 20 606 21 338 - des personnes non disponibles, sans emploi, à la recherche d’un
Seine-Maritime 52 121 52 212 55 098 55 617 55 566 emploi (catégorie 4) ou ayant un emploi et cherchant un autre
Sources : INSEE - DRTEFP Unité : nombre CVS
emploi (catégorie 5) même à temps partiel (catégorie 7) ou un CDD
temporaire ou saisonnier (catégorie 8).
LES DEMANDEURS D’EMPLOI INSCRITS AUX ASSEDIC EN HAUTE-NORMANDIE
(catégorie 6)
TAUX DE CHÔMAGE PAR ZONE D’EMPLOIAvertissement1er trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim. 1er trim.
Les résultats détaillés et définitifs du2001 2001 2001 2001 2002 1er trim. 1er trim.recensement ont permis la rétropo-
Eure 6 096 5 884 5 007 5 463 5 511 2001 2002lation (révision) des estimations
d’emploi par zone d’emploi. DansSeine-Maritime 15 109 14 489 13 480 13 837 13 042
Dieppe 12,8 13,1certaines zones, cette révision ap-Haute-Normandie 21 205 20 733 18 487 19 300 18 553 Le Havre 13,2 12,8porte des modifications sensibles, et
Bernay 10,4 11,4France 454 400 454 900 410 300 412 700 409 807 les taux de chômage publiés ce tri-
Sources : INSEE - DRTEFP Unité : nombre brut mestre peuvent être assez différents
Fécamp 11,0 11,1
de ceux publiés précédemment.
Pont-Audemer 10,7 10,8
Rouen 10,4 10,8
Vallée de la Bresle 9,2 10,7
TAUX DE CHÔMAGE Verneuil-sur-Avre 10,0 10,1
Lillebonne 10,0 9,8
Le taux de chômage est le rapport du nombre de chômeurs au sens du BIT (Bureau International
Évreux 8,3 9,4
du Travail) à la population active. La population active comprend les personnes qui ont un emploi, Vernon 8,0 8,9
les chômeurs et les militaires du contingent. A l’échelon des zones d’emploi, le nombre de chô- Pays de Bray 7,9 8,6
Gisors 8,0 8,3meurs BIT est évalué à partir du nombre de demandeurs d’emploi inscrits aux ASSEDIC, catégories
1 et 6. La population active au lieu de résidence est calculée à partir de l’emploi estimé au lieu de Eure 8,9 10,0
Seine-Maritime 11,2 11,6travail, en supposant que les comportements de déplacements domicile-travail sont restés les
Haute-Normandie 10,5 11,1mêmes que ceux observés lors du recensement de la population de 1999.
France 8,7 9,1
Les taux de chômage sont calculés au niveau France entière, à l’échelon régional, départemental
Sources : INSEE - DRTEFP Unité : % CVS
ainsi qu’au niveau des zones d’emploi.
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 16 - Juin 2002 7

CHÔMAGEL’ACTUALITÉ À L’INSEE
Vient de paraître :
ANNUAIRE STATISTIQUE DE LA FRANCE
édition 2002
L’INSEE publie la plus importante synthèse de toutes les
données du système statistique français :
En 15 domaines, 67 chapitres et plus de 800 tableaux et
graphiques, l’Annuaire statistique de la France permet de
retrouver les indicateurs économiques et sociaux les plus
significatifs et les plus récents, complétés par de nom-
breuses comparaisons internationales.
Les nouveautés 2002
Les résultats de l’exploitation complémentaire du recensement de
la population de 1999 ont été intégrés dans cette nouvelle édition et
INSEEl’ensemble des données financières est désormais publié en euros.
Institut national de la statistique et des études économiques
Direction Régionale de Haute-Normandie
8, quai de la Bourse
76037 Rouen cedex 1
Un million de données à portée de clic
ACCUEIL, CONSEIL, INFORMATION
Du lundi après-midi au vendredi soir de 9h à 12h30
et de 13h30 à 17h
L’Annuaire Statistique de la France sur cédérom Service téléphonique : 02 35 52 49 94 - Télécopie : 02 35 15 06 32
Indices courants (serveur vocal 24h/24) :
vous donne accès à l’ensemble des informations 08 92 68 07 60 (0,34€/mn)
Service vidéotexde l’édition papier 2002 ainsi qu’aux principaux
Informations générales : 3615 INSEE (0,15€/mn)
Pour plus d’informations avec possibilité de les recevoir par télé-résultats des six éditions précédentes.
copie : 3617 INSEE (0,84€/mn)
Consultation SIRENE : 3617 SIRENE (0,34€/mn)Celui-ci offre, en complément de la quasi-totali-
Principaux indices de prix : 3617 PVI (0,34€/mn)
té des tableaux des éditions précédentes, des
L’INSEE sur Internet : http://www.insee.fr
http//www.sirene.tm.frséries rétrospectives : les comptes nationaux de
1978 à 2000, de nombreuses données démogra-
ABONNEMENT ANNUELphiques de 1801 à nos jours, des données sur
Prix : 45€
l’environnement depuis 1947, etc.
L’abonnement comprend :
La version cédérom de l’Annuaire permet de re- AVAL, publication mensuelle de huit pages en quadrichromie
(10 numéros par an),chercher rapidement l’information en texte inté-
“L’année économique et sociale en Haute-Normandie” bilan 2000
Cahier d’Aval publié en juin,gral ou par mots clés. Elle offre la possibilité
Les tableaux économiques de la Haute-Normandie, TEHN 2001.
d’exporter des tableaux et graphiques vers sa
base de données pour réaliser ses propres analy- INSEE Haute-Normandie :
Directeur régional : Jacques JACOBses ou encore, de se connecter sur les sites inter-
Service des études et de la diffusion : Jean LEMATTRE
Service statistique : Christian COPENOLLEnet des principaux organismes publics.
Service de l’administration des ressources :Jean-Paul BOCQUET
Aval : Directeur de la publication : Jacques JACOB
Rédacteur en chef : Marie-France GUILLIEN
© INSEE 2001 - ISSN : 0245-9809 -
Dépôt légal : juin 2002 - Code Sage : AVAL1668Pour plus d’information, commander ou consulter nos publica-
Imprimerie IPP 560 bis, route de Dieppe
76250 Déville-lès-Rouentions, contactez l’INSEE de Haute-Normandie - 8 quai de la
Tél : 02 35 76 33 30
Bourse à Rouen - tél : 02 35 52 49 94
Prix : 3,8€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.