Faut-il travailler pour être heureux ?

De
Publié par

Plus d'un Français sur quatre déclare que le travail est une composante importante du bonheur. À la question : « Qu'est-ce qui est pour vous le plus important pour être heureux », 27 % des personnes interrogées invoquent dans leur réponse le « travail », soit directement (22 %), soit sous la forme d'un synonyme - « emploi », « boulot », « métier », « profession » ; (5 %). Cette proportion varie fortement selon la position sociale. Parmi les ouvriers de moins de 35 ans, au chômage ou n'ayant qu'un emploi temporaire, 65 % évoquent le travail ou ses synonymes dans la définition du bonheur. Ce n'est le cas que de 5 % des femmes au foyer. Infime est la proportion de ceux qui, se référant au travail dans leurs réponses, l'invoquent sous la forme négative d'un rejet (moins de 2 %).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 389
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°560 DECEMBRE 1997
PRIX : 15 F
Faut-il travailler pour être heureux ?
Christian Baudelot, Ecole Normale supérieure
et Michel Gollac, Centre d‘étude de l’emploi
pas de la même façon pour les hommes etlus d’un Français sur quatre dé-
pour les femmes.clare que le travail est une compo-P sante importante du bonheur. A la
Le travail représente d’autant plus
question : “Qu’est-ce qui est pour vous le
le bonheur qu ’il fait défaut
plus important pour être heureux ?”, 27 %
des personnes interrogées inv oquent Pour les hommes, la situation sociale telle
qu’elle est mesurée par la catégorie socio dans leur réponse le “travail”, soit direc-
professionnelle (ouvrier ou non ouvrier) esttement (22 %), soit sous la forme d’un sy
déterminante ; le statut d’emploi ne l’est pas
nonyme - “emploi”, “boulot”, “métier”,
moins : les chômeurs (43 %) et les salariés
“profession” (5 %). Cette poporr tion varie à emploi temporaire (45 %) avancent beau
fortement selon la position sociale. Parmi coup plus souvent le travail comme une con
dition du bonheur que les titulaires d’emploisles ouvriers de moins de 35 ans, au chô-
stables (31 %). S’ils vivent en couple et sur mage ou n’ayant qu’un emploi temporaire,
tout s’ils ont des enfants, les hommes invo 65 % évoquent le tavair l ou ses sy nony-
quent moins, toutes choses égales par
mes dans la définition du bonheur. Ce
ailleurs, le travail comme une composante
n’est le cas que de 5 % des femmes au du bonheur.
foyer. Infime est la proportion de ceux qui,Par contre, chez les femmes, la profession
et le diplôme exercent peu d’influence sur lese référant au travail dans leurs réponses,
fait de citer le travail comme un élément dul’invoquent sous la forme négative d’un
bonheur. La valorisation du travail décroît aurejet (moins de 2 %).
contraire fortement chez les femmes dès
qu’elles vivent en couple et après 40 ans, à
profession exercée ou diplôme égal. On ne
peut pas savoir s’il s’agit d’un effet d’âge ouCe sont les catégories dont les conditions de
de génération.travail sont les plus pénibles, les rémunéra
Comment expliquer que les catégories donttions les plus faibles et les risques de chô
les conditions de travail sont les plus péni mage les plus forts qui font du travail l’une
bles et les moins gratifiantes associent plusdes conditions essentielles du bonheur (ta
fréquemment le bonheur au travail ? Le ré bleau 1). En raisonnant toutes choses éga
sultat est d’autant plus paradoxal que,les par ailleurs et en limitant l’investigation
d’après la même enquête, les ouvriers ne seaux actifs occupés et aux chômeurs, la pro
plaignent pas d’être mis à la retraite trop tôtbabilité de citer le travail comme une condi
tandis que, partant plus tard, les cadres sou tion ou un élément du bonheur apparaît
haitent plus souvent prolonger leur activitédépendre de deux types de variables. Les
professionnelle au delà de l’âge imposé. Depremières, nettement liées à la position de
même, alors que la proportion de cadres etl’individu à l’égard du travail, ont trait à la
de professions intermédiaires qui citent leprécarité et au risque, plus ou moins grand,
travail comme une composante du bonheurde se retrouver au chômage. Le mot “travail”
ne fléchit pas avec l’âge (30 % entre 25 etou l’un de ses synonymes est cité par 43 %
34 ans, 27 % entre 35 et 49 ans, 29 % aprèsdes ouvriers, contre 27 % des chefs d’entre
50 ans), employés et ouvriers sont beau prise, cadres et professions libérales. L’ana
coup moins nombreux, après cinquante ans,lyse ne permet pas de faire la part entre ce
à considérer le travail comme une conditionqui relève de la probabilité individuelle ou de
du bonheur (42 % entre 25 et 34 ans, 42 %la perception d’un risque collectif. Le fait que
entre 35 et 49 ans, mais 31 % après 50 ans).cette probabilité augmente à mesure que
La tendance ici exprimée chez les hommesl’origine sociale devient plus populaire tend
est de même sens chez les femmes. Pour à donner quelque consistance à l’hypothèse
quoi les cadres qui bénéficient de conditionsd’une représentation collective propre à un
de travail dans l’ensemble plus favorablesgroupe social. La deuxième dimension expli
sont ils moins nombreux que les ouvriers àcative relève de la position dans le cycle de
déclarer que le travail est une condition duvie et de la situation familiale. Elle ne joue
INSEE
PREMIEREbonheur alors même qu’ils éprouvent les plus privées de travail (les jeunes)certain nombre de ses conditions mi
plus de difficultés à le quitter ? et les plus exposées au chômage nimales de possibilité. Le travail est ici
(chômeurs, formes particulières d’em la clé qui permet d’accéder à d’autres
ploi et ouvriers) que culmine cet usagebiens (tableau 2).Les cadres ont du mal
du terme “travail”. Ces mêmes catégo à « décrocher »
ries parlent aussi d’ “emploi” et de Le boulot est la condition
L’explication la plus simple consiste à “boulot” : reprendre ainsi à son comp du bonheur, un métier n’en est
supposer qu’il en va du travail commete les appellations officielles ou une qu’une composante
de toutes les composantes du bon désignation péjorative traduit l’intério
heur : c’est son absence qui en fait lerisation d’un statut d’infériorité : le de Autre chose est d’évoquer le travail en
mieux mesurer la valeur, et cela d’au mandeur d’emploi est exposé aux termes de “métier”, de “profession”, de
tant plus que cette absence est subie. petits boulots et s’oppose au détenteur“vie professionnelle”, de le qualifier
Une analyse plus détaillée des répon d’un métier ou d’une profession. comme une source d’épanouissement
ses confirme cette explication tout en Qualifiés ou non, les ouvriers et, dans(“se sentir bien dans son travail”, “être
la nuançant. une moindre mesure, les employés es heureux dans son travail”, “avoir un tra
Les sens du mot “travail” et de ses sy timent que l’accès au bonheur est vail motivant”) ou comme l’une, parmi
nonymes varient fortement selon la d’abord suspendu à l’acquisition d’un d’autres, des multiples composantes du
position de ceux qui les invoquent. Ré certain nombre de ressources large- bonheur considéré comme une harmo
pondre “avoir du travail”, comme le ment dépendante d’aléas extérieurs. nie subtile entre diverses grandeurs.
font 46 % des personnes utilisant le Après la santé (43 % pour les ouvriersCes usages sont plus fréquents parmi
terme “travail” dans leur réponse, c’estet 40 % pour les autres) et la famille, les catégories les plus riches et les plus
tenir le travail comme un simple syno le “travail” est la première d’entre ellesdiplômées (4 % contre 1 % parmi les
nyme de l’emploi en privilégiant le sta suivi de “l’argent”et de ses synonymesemployés et ouvriers)( tableau 3).
tut social qu’il confère en même temps(salaire, revenus, finances) (23 % Le bonheur est moins souvent consi
que la source de revenu qu’il procure contre 15 %), du “logement” et de la déré par les membres de ces catégo
indépendamment de son contenu. Ré “maison”. Pour “être” heureux, il faut ries comme un état résultant de
pondre “le travail” (30 %) est déjà plusd’abord “avoir”. Ce n’est pas tant le conditions matérielles de base (travail,
ambigu. C’est du côté des catégories bonheur en soi qui est ici évoqué qu’un argent, maison...), mais plutôt comme
une construction bâtie à partir de dis
positions psychologiques favorablesQui associe le travail au bonhe ur ?
et de ressources matérielles et mora
Effet " toutes choses égales pailler aurs " les. Le recours à un registre de l’action
Modalités des variables Ensemble (“activité”, “faire”, “pouvoir”), de laHommes Femmes
des actifs
réussite (“réussir”, “réussite”) ou de
Homme + l’accomplissement (“se réaliser”), si
Femme réf gnificativement plus fréquent dans le
Agriculteur - - = vocabulaire des cadres, professions li
Employé -- -- = bérales et intermédiaires, renvoie à
Patron, cadre supérieur et professions intermédiaires cette entreprise de construction. Le
Chômeurs n’ayant jamais travaillé
travail cesse alors de constituer la
Ouvrier réf réf réf
condition minimale et quasi unique du
Emploi stable -- -- - bonheur pour en devenir l’un des élé
Emploi temporaire = + -
ments. La fréquence du verbe “être”
Chômeur réf réf réf
associé à des expressions comme
Aucun diplôme, CAP, BEP réf réf réf “être bien dans sa peau” conçoit le
BEPC - -- =
bonheur comme un état intérieur dont
Bac et diplôme supérieur - -- =
la paix a été conquise, par l’activité,
Enfant d’ouvrier ou d’agriculteur (ou père de CS inconnue) réf réf réf contre les menaces du monde exté
Enfant de patron, cadre, intermédiaire, employé - = -
rieur (“tranquille”, “tranquillité”, “paix”,
16 34 ans + + + “sécurité”, “confort”, “stable”).
35 49 ans réf réf réf La “vie familiale”, les “revenus”, l’ “ai
50 ans et plus - = --
sance financière”, la “sécurité”, l’ “ami
Ne vit pas en couple + + + tié”, l’absence de “problèmes” et de
Vit en couple réf réf réf “soucis”, “financiers” en particulier se
Pas d’enfant + + + trouvent ainsi associés, au titre de
Des enfants réf réf réf composantes du bonheur, à la “vie
Champ = actifs ayant un emploi. professionnelle”, au “métier”, et à la
Lire ainsi : On a supposé que la probabilité d’employer l’un des mots "travail", "emploi", "métier", "profession" oboulu "ot"
“profession”. Les catégories les pluspouvait être assimilée au logit d’un score dépendant des caractéristiques sociodémographiques (c’est-à-dire que cette
s 1
probabilité vaut (1+e) où S est le score). Le tableau indique les caractéristiques qui, comparativement à une situation riches privilégient l’aisance financière
prise, par convention, pour référence, augmentent ou diminuent le score, donc la probabilité de parler du travadans lil a (“revenus”) et la tranquillité ; c’est au
définition du bonheur. Par exemple, par rapport à une femme ayant par ailleurs des caractéristiques en tous points
contraire une place plus large faite àidentiques, cette probab ilité est plus fortepour un homme (signe +) et l’écart à la moyenne est statistiquement significatif
au seuil 5% (double +).
˚Conception du bonheur et position sociale l’affectivité et aux liens interperson
nels (“amitié”, “amour”, “unie”, “aimer”,
“s’entendre”, “amis”, “aime”) qui pré
vaut chez les catégories surtout do-
tées d’un capital culturel étoffé :
enseignants, professions de santé, ar
tistes et journalistes. C’est dans l’as
semblage personnalisé de ces
multiples composantes que réside la
clé du bonheur. Les membres de ces
catégories emploient quatre fois plus
souvent les termes “harmonie” et
“équilibre” que ceux des classes popu
laires. C’est dans l’usage des mots “li
bres” et “liberté” que culmine la
distinction qu’il s’agisse de temps libre
ou de liberté de mouvements. Cette
conception du bonheur suppose à la
fois réunies et transformées, par l’ac
tion ou la volonté, toutes les conditions
considérées comme des objectifs en
soi par les ouvriers. Quand on a un
travail, il faut y réussir. Quand on a un
salaire, il faut que le revenu soit con
fortable. Quand on a une famille, il faut
s’y sentir libre.
Plus on s’enrichit en biens de toutes
sortes (revenus, famille, enfants, tra
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de janvier 1997, Insee vail “enrichissant”) et plus nombreu
Qui évoque le t avair l ou ses sy nonymes ? Les mots les plus souvent associés à la définition
du bonheur, en fonction de l’appartenance socio En %
professionnelleL’un de
Profession
Mots employés Travail Emploi Boulot ces mots En %
Métier
au moins
Patrons,
Ouvriers,
Ensemble cadres et
Mots utilisés employés,
professionsdes enquêtés 23,0 1,6 1,5 0,7 26,6
agriculteurs
intermédiaires
Hommes 25,9 1,6 1,7 1,0 30,1
Avoir 20,6 26,3Femmes 20,1 1,6 1,3 0,4 23,1
Etre 13,8 11,1
Titulaires d’emploi
Faire 3,2 1,2
durable 27,2 1,7 2,1 0,5 31,5
Maison 0,6 1,5
Titulaires d’emploi
Peau 2,2 1,2
à durée limitée 38,0 2,2 3,7 1,5 44,6
Envie, plait, plaire 2,3 0,9
Chômeurs 36,0 4,3 0,5 2,8 43,1 Réussite, réussir, se réaliser 3,5 1,6
Personnes au foyer 4,5 0,2 0,1 4,9 Harmonie, équilibre 7,5 1,9
Retraités 13,4 0,2 0,0 0,2 13,8 Libre, liberté 2,7 1,1
Moins de 35 ans 31,5 2,6 3,1 0,7 37,6 Santé 39,5 43,0
35 ans à 59 ans 24,4 1,6 1,0 0,9 27,7 Famille, enfant
60 ans et plus 5,6 0,1 0,2 6,0 Couple, ménage
Conjoint, épouxEnsemble des actifs
Mari, femme 37,8 34,0occupés 28,0 1,8 2,3 0,6 32,6
Amour, affection, sentiment 6,5 6,5
Patrons, cadres
Travail 22,5 32,3
et professions
Emploi 1,6 1,2
intermédiaires 23,2 1,7 3,8 0,5 29,1
Profession, métier 4,0 1,0
Ouvriers, employés et
Boulot 0,4 0,8
chômeurs n’ayant
Champ : actifs ayant un emploi
jamais travaillé 33,1 2,4 0,9 1,2 37,4
Lire ainsi : 26,3 % des ouvriers, employés et agriculteurs ayant un emploi utlisent le
Lire ainsi : 23,0% des enquêtés emploient le mot travail dans leur réponse à la quest Quion :’es "t-“ce mot "avoir" dans leur réponse à la question : "qu’est-ce qui pour vous est le plus
qui est pour vous le plus important pour être heur”eux?" Ce taux est de 25,9% pour les hommes et important pour être heureux ?" Ce taux est seulement de 20,6 % pour les patrons,
20,1% pour les femmes. cadres et professions intermédiaires. Le chiffre le plus élevé est en gras pour
Le chiffre le plus élevé est en gras pour exprimer que l’écart à la moyenne est statistiquement exprimer que l’écart est statistiquement significatif au seuil 5%.
significatif au seuil 5%. Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de janvier
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de janvier 1997, Insee 1997, Insee
¸?ses sont sur la terre les sources de susceptible d’une formulation rapide. Pour comprendre
bonheur alors que pour ceux qui n’ontUn taux de non réponse très faible ces résultats
rien, le travail est encore le bien mini (moins de 2 %) atteste pourtant que la
mal, la première marche qu’ils aspi question n’apparaît pas comme totale
rent à gravir. Voilà pourquoi ouvriers, ment saugrenue aux enquêtés. La fré Les données utilisées dans cette étude pro
employés et chômeurs associent da quence élevée du mot "travail" parmi lesviennent du volet « Travail et mode de vie »
vantage et plus directement que les enquêtés les plus démunis culturelle de l’enquête Permanente Conditions de Vie
cadres, bonheur et travail. Mais le tra ment pourrait n’avoir pour seule fin que des ménages. Cette enquête a été réalisée
vail étant pour les seconds une com de satisfaire, sans perdre la face, les at par l’Insee en Janvier 1997 auprès d’un
posante du bonheur alors qu’il n’est tentes supposées de l’enquêteur chargé échantillon représentatif de la population
pour les premiers qu’une condition, on de faire remplir un questionnaire intitulé française d’environ 6 000 personnes en
comprend mieux pourquoi, l’âge de la "Travail et mode de vie". L’hypothèse partenariat avec la DARES et l’ENS (Ecole
retraite venant, les cadres et les pro est contredite par la très faible occur normale supérieure).
fessions libérales éprouvent plus de rence du mot dans les réponses des L’analyse de données textuelles a été réali
difficultés à renoncer à ce qui consti agriculteurs et, à un moindre degré, dessée à partir du logiciel Spad selon les prin
tue pour eux l’un des éléments du bon femmes même de milieu populaire (tou cipes élaborés par Ludovic Lebart. Cet
heur. Dès lors au contraire que la tes choses égales par ailleurs). article est le produit d’un travail collectif
retraite assure aux ouvriers le niveau Les chômeurs étant censés recher- réalisé dans le cadre du Département de
de ressources minimales qu’ils atten cher activement un emploi, l’interac Sciences sociales de l’Ecole normale supé
daient du travail, ce dernier cesse tion officielle avec un enquêteur perçu rieure. Ont activement participé au sémi
d’occuper la place fondamentale qui comme un agent de l’administration naire dont cet article reprend les
était la sienne précédemment. les inciterait à invoquer le travail conclusions : Tania Angeloff, Claire Aubé,
comme une composante du bonheur Céline Bessière, Guillaume Burnod, Tho
afin de se donner une contenance lé mas Brisson, Marie Cartier, Damien Car Le bonheur : un sujet qui ne
gitime. Mais cette recherche de légiti tron, Jean Louis Chapelet, Frédériquelaisse personne indifférent
mité (dont l’importance reste d’ailleurs Houseaux, Elisabeth Labrousse, Jérôme
La question « Qu’est ce qui est pour à estimer) n’est pas propre à la situa Maillot, Delphine Serre, Frédéric Viguier,
vous le plus important pour être heu tion d’enquête : elle joue pour les chô Emmanuelle Yohana.
reux ? » était très personnelle mais meurs dans beaucoup d’interactions
plus qu’une conception intime du bon de la vie quotidienne que la situation
heur radicalement inaccessible par d’enquête ne fait ici que reproduire. La Pour en savoir plus
voie de questionnaire , les réponses préoccupation "affichée" et recueillie
recueillies expriment des représenta dans le questionnaire a donc un sens
L’éthique à Nicomaque, Aristote, Tricot
tions collectives propres à différents et des effets hors de cette situation.
trad, édition Vrin 1990
groupes sociaux des relations entre le Si stéréotypes il y a, ils correspondent
« La consommation en 1997 : vers le
bonheur et le travail. A ce titre, elles dans la diversité de leurs composan
cyberconsommateur ? », Babayou P.,
sont très éloignées des propos que tes à des variations dans les condi Cahier de Recherche n°99 - mai 1997,
peut obtenir un proche, un psychana tions de travail et d’existence, à des Credoc
lyste ou un sociologue expérimenté aumoments du cycle de vie, à des diffé Psychopathologie du travail, Dejours C.,
terme d’entretiens approfondis et suc rences de genre. Spontanément énon Entreprise moderne d’édition, 1985
cessifs avec un même individu. De cées, elles révèlent les normes qui Les chômeurs de Marienthal, Lazarsfeld
P., Editions de Minuit, Paris 1981fait, les personnes interrogées sont permettent à chacun d’orienter sa con
Statistique textuelle, Lebart L., Salemloin de disposer toutes des moyens duite en lui donnant un sens. L’accent
A., Dunod, 1994leur permettant d’exprimer leurs pré mis sur la valeur du travail par les plus
Les nouvelles formes de dominationoccupations personnelles en termes démunis, qui sont les mieux placés
dans le travail, Actes de la recherche enassez généraux pour les communi pour en mesurer le prix, rappelle que
sciences sociales, n° 114 115, sept dé
quer à un enquêteur inconnu et de sur le travail conditionne le bonheur des
cembre 1996
croît délégué par une administration. Il catégories les plus exposées aux si
L’épreuve du chômage, Schnapper D.,
s’en faut que chacun ait déjà élaboré tuations d’emploi et de rémunération Gallimard, 1981
une construction cohérente du bonheur les plus difficiles.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : B. Doguet
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.