L'intérim en Haute-Normandie en 2006 : La reprise de l'intérim se confirme en 2006

De
Publié par

En 2006, l'intérim poursuit son développement en Haute-Normandie. Le nombre de contrats conclus, le volume du travail et la durée moyenne des missions se sont accrus en 2006. Ces trois indicateurs ont progressé plus rapidement au plan national, mais la Haute-Normandie reste une des régions où le recours à l'intérim est le plus élevé. La hausse est plus nette en Seine-Maritime que dans l'Eure.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L’INTÉRIM EN HAUTE-NORMANDIE EN 2006
La reprise de l'intérim se confirme en 2006
Martial MAILLARD (Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle)
ÉVOLUTION DU NOMBRE DE CONTRATS EN COURS EN HAUTE-NORMANDIE DE 2002 À 2006En 2006, l’intérim poursuit son
35développement en
Données brutes
30Haute-Normandie. Le nombre
Tendance
de contrats conclus, le volume 25
du travail et la durée moyenne
20
des missions se sont accrus en
15
2006. Ces trois indicateurs ont
10progressé plus rapidement au
plan national, mais la 5
Haute-Normandie reste une des
0
Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil.régions où le recours à l’intérim
Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct.
2002 2003 2004 2005 2006est le plus élevé. La hausse est
Sources : DRTEFP - UNEDIC - DARES Unité : millier de contratsplus nette en Seine-Maritime
que dans l’Eure.
ÉVOLUTION DU NOMBRE DE CONTRATS CONCLUS EN HAUTE-NORMANDIE DE 2002 À 2006
80
n 2006, en Haute-Normandie, 70
Données brutesE57 000 contrats ont été conclus
60
Tendanceen moyenne chaque mois contre
5056 100 en 2005, soit une hausse de
1,7 %. Cette croissance est plus 40
marquée au plan national (+ 4,8 %), et
30
20
DÉFINITIONS
10
CONTRAT CONCLU
0
C’est une mission dont la date de début
Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil. Janv. Juil.
appartient au mois considéré. Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct. Avril Oct.
2002 2003 2004 2005 2006
CONTRAT EN COURS
Sources : DRTEFP - UNEDIC - DARES Unité : millier de contrats
C’est un contrat dont la date de fin n’est
pas remplie ou dont la date de fin (si elle
est mentionnée, et quelle que soit sa date
en Seine-Maritime (+ 2,3 %) que dans l’Eure (+ 3,5 %).de début) n'est pas atteinte au dernier jour
ouvré du mois. Pour des raisons de cohé- l’Eure (+ 0,7 %). Le nombre moyen de La durée moyenne des missions a
rence, on fait une moyenne des contrats en
contrats conclus progresse pour la se- augmenté.Elle est passée de 1,77 se-
cours sur les cinq derniers jours ouvrés du
mois. conde année consécutive. maine en 2005 à 1,83 en 2006 en
Le nombre d’établissements utilisa- Haute-Normandie. En augmentation
ÉQUIVALENT TEMPS PLEIN
teurs s’élève à 10 660 en moyenne danschaquedépartement,cetteduréeC’est le rapport entre le nombre d’heures
effectuées par un intérimaire et celui réali- mensuelle, avec une pointe de 12 100 reste plus élevée en Seine-Maritime
sé par une personne travaillant à temps en juillet. Ce nombre s’est accru de (1,86 semaine) que dans l’Eure (1,79
plein, dont le volume quotidien de travail
7,4 % entre 2005 et 2006. Le rythme semaine). Les missions sont enserait équivalent. Sur l’année, 45 semaines
de travail sont retenues pour le calcul de de progression est plus soutenu en moyennepluslonguesauplannational
cet indicateur.
Seine-Maritime (+ 8,9 %) que dans (1,9 semaine).
8 CAHIER D’AVAL n° 75 - Juin 2007
EMPLOI
CHÔMAGEPART DES INTÉRIMAIRES mesurés en équivalents temps plein SOURCE
DANS L’EMPLOI SALARIÉ EN 2006
(ETP)enmoyennemensuelle,soit500 L’UNEDIC recense les missions d’intérim
5 déclarées par les agences de travail tem-deplusqu’en2005.Cetteévolution,de
poraire. A partir de cette information men-+ 2,1 % en Haute-Normandie, masque
suelle, la DARES élabore divers4
des évolutions différentes : une pro- indicateurs mensuels, trimestriels et an-
nuels. Les statistiques relatives au mois Mgression de 3,4 % en Seine-Maritime
sont basées sur les missions adressées3 et une stagnation dans l’Eure. Com-
par les établissements de travail tempo-
parée à la Haute-Normandie, l’évolu- raire avant la fin du mois M+2. Les séries
2 des principaux indicateurs figurent sur letion est légèrement supérieure au
site du ministère (www.travail.gouv.fr) ou
niveau national (+ 2,7 %). sur le site de l’UNEDIC (www.unedic.fr).
1
sont aussi sur-représentés. En 2005,0
L’INTÉRIMAIRE HAUT-NORMANDHaute- FranceSeine- Eure les ouvriers non qualifiés constituaient
Normandie métropolitaineMaritime EST SOUVENT UN JEUNE OUVRIER 53 % des ETP, les ouvriers qualifiés
Sources : UNEDIC - DARES Unité : % 32 %, les employés 10 %et les profes-
En 2005, les hommes représentent
sions intermédiaires 5 % (1).
69 % des intérimaires, mesurés en
Le secteur de la construction est le
En 2006, 26 170 intérimaires ETP. Du fait des spécificités sectoriel-
premier recruteur d’intérimaires. Il a
haut-normands étaient en mission en les, cette proportion varie fortement
fournienmoyenne4 500ETPen2006,
fin de mois en moyenne, soit 1,1 % de entre les deux départements haut-nor-
et occupé principalement des hommes
plus qu’en 2005. Néanmoins, si ce mands : 58 % dans l’Eure et 76 % en
(95 %). L’industrie emploie 54 % des
nombre a progressé de 2,9 % en Seine-Maritime. Dans l’Eure, la phar-
intérimaires, principalement dans le
Seine-Maritime, il a diminué de 2,2 % macie et la plasturgie emploient de
secteur chimie-caoutchouc-plastiques
dans l’Eure. Il a stagné à l’échelle nombreuses femmes en intérim. En
(2 000), les équipements mécaniques
nationale. Seine-Maritime, les intérimaires sont
(1 750), la métallurgie, l’industrie auto-
Fin novembre 2006, la Haute-Nor- plus souvent employés dans la cons-
mobile, la pharmacie-parfumerie
mandie figure au premier rang des ré- tructionoulesindustriesdesbiensd’é-
(1 400 chacun) et les industries des
gionsquiontleplusrecoursàl’intérim, quipement, secteurs typiquement
composants électriques et électroni-
avec la Picardie, le Centre et les Pays masculins.
ques (1 300). Les transports offrent
delaLoire.L’intérimseconcentredans Les intérimaires sont souvent des
1 700 emplois intérimaires en ETP et
le secteur privé. La part des intérimai- jeunes.Lesmoinsde25 ansreprésen-
le commerce 1 200
res parmi les salariés du secteur privé tent 35 % des ETP, les moins de
est de 5,5 % dans la région, contre 30 ans 53 % et les seniors (50 ans et
(1) Ces données sont redressées dans la mesure où la PCS
4,2 % en France.En effet, l’industrie et plus), seulement 7 %. Les ouvriers n’est pas renseignée pour un tiers des ETP.
la construction, qui recourent plus que
d’autres secteurs à l’intérim, occupent
L'INTÉRIM EN ÉQUIVALENTS TEMPS PLEIN EN HAUTE-NORMANDIE PAR SEXE ET ÂGE DE L'INTÉRIMAIRE
une place plus importante dans l’éco-
2004 2005
nomie régionale.
Seine- Haute- Seine- Haute-
En 2006, le volume de travail de Eure Maritime Normandie Eure Maritime Normandie
l’intérim a représenté 24 650 emplois
Par sexe
58,1 74,8 69,1 57,6 75,6 69,4Hommes
41,6 25,0 30,8 42,2 24,3 30,5Femmes
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Avertissement
Les données des mois de décembre 2006 Par âge
Moinsde25ans 36,9 34,2 35,1 36,2 33,7 34,6n’étant pas encore disponibles lors de la ré-
De25à29ans 17,4 18,4 18,0 17,5 19,3 18,7daction de cet article, l’analyse des mis-
De30à39ans 23,8 24,3 24,1 23,8 23,9 23,9
sions d’intérim est réalisée en année
40 ans et plus 21,4 22,4 22,0 21,9 22,5 22,3
glissante (moyenne de décembre 2005 à Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
novembre 2006).
Sources : DRTEFP - UNEDIC - DARES Unité : %
CAHIER D’AVAL n° 75 - Juin 2007 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.