Les revenus déclarés par les Bretons au titre de l'année 2001 (Flash d'Octant n° 100)

De
Publié par

En 2001, le revenu médian de la population des ménages bretons est de 14 300 euros par unité de consommation. Une personne sur deux vit dans un ménage déclarant un revenu supérieur à ce seuil. La Bretagne est la région où l'éventail des revenus déclarés est le plus resserré, avec un rapport entre les « hauts revenus » et les « bas revenus » de 4,1, un point de moins qu'au niveau France de province. Les revenus médians les plus élevés se situent dans l'espace urbain, plus particulièrement en périphérie des villes. Les inégalités de revenus sont en règle générale très prononcées dans les villes-centres, là où se côtoient « beaux quartiers » et quartiers sociaux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Revenus
Numéro 100 - Juillet 2004Fiscaux
Les revenus déclarés par les Bretons
au titre de l’année 2001
En 2001, le revenu médian de la population des ménages bretons est
de 14300 euros par unité de consommation. Une personne sur deux vit
dans un ménage déclarant un revenu supérieur à ce seuil. La Bretagne
est la région où l'éventail des revenus déclarés est le plus resserré,
avec un rapport entre les « hauts revenus » et les « bas revenus » de 4,1,
un point de moins qu'au niveau France de province.
Les revenus médians les plus élevés se situent dans l'espace urbain, plus
particulièrement en périphérie des villes. Les inégalités de revenus sont
en règle générale très prononcées dans les villes-centres, là où se côtoient
« beaux quartiers » et quartiers sociaux.
n 2001, la moitié de la plus faibles en Languedoc- Un éventail des revenus
population bretonne vit dans Roussillon, Nord-Pas-de-Calais et plus resserré que dansEun ménage qui déclare un Corse. Au total, la Bretagne arrive les autres régionserevenu par unité de consommation en 6 position parmi les 22 régions
(UC) inférieur à 14 300 euros métropolitaines. En 2001, 10 % de la population
(encadré Définitions). Ce revenu Par département, le revenu médian bretonne vit dans un ménage dont
est inférieur de 300 euros à celui de le plus élevé est celui de l'llle-et- le revenu par UC est inférieur à
l'ensemble de la France métro- Vilaine avec 14 805 euros par UC ; 6 500 euros. Ce seuil de bas
politaine mais supérieur de 200 viennent ensuite dans cet ordre le revenus est toutefois supérieur à
euros au revenu de la seule France Finistère, le Morbihan et les Côtes- celui des autres régions (hormis en
de province. Ces écarts d'Armor. Dans les départements Alsace). A l'opposé, 10 % de la
s'expliquent par les revenus élevés limitrophes, la Loire-Atlantique, population bretonne vit dans un
de la région parisienne, où le avec 14 641 euros, est légèrement ménage déclarant un revenu par
revenu médian est supérieur de en dessous de l'Ille-et-Vilaine, UC supérieur à 26 900 euros, seuil
27 % à celui des autres régions. alors que la Mayenne et la inférieur à celui de la France de
Après l'Ile-de-France, les revenus Manche le sont assez nettement province (27 600 euros) et qui
eles plus élevés se situent en Alsace (respectivement 13 382 et 13 010 place la Bretagne en 13 position
et dans la région Rhône-Alpes, les euros). seulement pour cette tranche de
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS10064 - PRIX : 2,20 €Revenu fiscal médian par unité de consommation La dispersion du revenu déclaré
et par département en 2001 par département en 2001
Rapport interdécile
En euros par unité de consommation
6,116 300
5,114 100
13 000 4,3
 IGN - Insee 2004  IGN - Insee 2004
Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001 Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001
Revenus fiscaux déclarés par les ménages au titre de l’année 2001
Revenu fiscal par unité de consommation (uc) Structure du revenu fiscal
1 er 2 e2Médiane 1 décile 9 décile Rapport Part Part des
2(euros/uc) (euros/uc) (euros/uc) des revenus retraites, pensionsinterdécile
3 et rentes (%)d’activité (%)
26 254 4,2Côtes-d'Armor 13 840 6 218 68,1 28,1
Finistère 14 390 6 718 26 519 3,9 69,4 27,4
Ille-et-Vilaine 14 805 6 686 28 019 4,2 75,6 20,4
Morbihan 14 079 6 492 26 353 4,1 69,4 26,9
6 554 26 883 25,3Bretagne 14 336 4,1 71,0
Province 14 103 5 446 27 637 5,1 71,9 24,2
France métropolitaine 14 650 5 469 29 943 5,5 73,6 22,4
1 : En Bretagne, la moitié de la population vit dans un ménage qui déclare un revenu fiscal inférieur à euros par unité de c 14 336 onsommation (uc).
2 : 10 % de la population vit dans un ménage qui déclare moins de euros par uc et, a contrario, 10 6 554 % appartient à un ménage déclarant plus de euros par uc. 26 883
Le rapport entre ces deux seuils, ou rapport inter-déciles, donne une indication sur la dispersion des revenus.
3 : Revenus salariaux et revenus des professions non salariées.
Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001
hauts revenus. La dispersion est région, c'est en Ille-et-Vilaine plus aisés présente des revenus grandes villes de la région
donc moins forte en Bretagne que la part des revenus d'activité comparables à ceux observés parisienne ou des régions du
qu'ailleurs. C'est vrai aussi dans est la plus importante, dans les dans les villes. En revanche, les Nord et du Sud-Est.
les Pays de la Loire. Ces deux Côtes-d'Armor que celle des 10 % les moins favorisés y
régions ont l'éventail de revenus pensions et retraites est la plus déclarent un revenu bien plus Des inégalités plus fortes
le plus réduit de toutes les élevée. élevé que dans les centres. Ceci dans les villes-centres
régions métropolitaines. D'une traduit une plus grande capacité
manière générale, l'éventail des Des revenus plus élevés d'accueil de la ville-centre pour L'exemple de la capitale
revenus déclarés au fisc est les personnes les plus démunies. régionale et de sa périphérieen périphérie des villes
moins important dans le Grand De nombreux facteurs peuvent illustre bien ce schéma. La ville
Ouest, le Centre et l'Est de la La carte du revenu fiscal médian l'expliquer : un parc de loge- de Rennes affiche un revenu
France que dans les autres par canton fait apparaître une ments sociaux plus développé, fiscal médian par UC, certes
régions, en particulier dans forte relation entre niveau de un meilleur maillage de services élevé (15 665 euros), mais moins
celles du Nord de la France, du revenus et polarisation urbaine : publics. La dispersion des important que celui des cantons
pourtour méditerranéen et en les revenus médians les plus bas revenus est en conséquence plus qui l'entourent. Au nord et à
Ile-de-France. appartiennent à l'espace rural, importante dans les villes- l'ouest, les revenus médians des
Les revenus d'activité tandis que les plus élevés font centres que dans les cantons cantons de Betton et Cesson-
constituent la majeure partie des partie de l'espace urbain. périphériques. Le rapport Sévigné sont de l'ordre de
revenus déclarés au fisc par les Cependant, ce dernier n'est pas interdécile varie entre 5,2 et 6,4 19 500 euros, ceux des cantons
Bretons (71%), la part des homogène : les cantons dans les villes de Brest, Saint- de Rennes-Nord-Ouest et
pensions, retraites ou rentes périurbains sont en général Malo, Vannes, Dinan, Lorient, Rennes-Sud-Est approchent
étant quant à elle de 25 %. Pour caractérisés par des revenus Rennes et Saint-Brieuc : elles 17 800 euros. Dans le sud et à
la France de province, la médians plus élevés que dans les sont ainsi plus inégalitaires que l'est les revenus des cantons de
répartition des revenus 2001 est villes-centres. Certes, dans ces les autres villes-centres ou Bruz, Mordelles et Rennes-Sud-
très proche, respectivement espaces à vocation résidentielle, cantons. On reste loin toutefois Ouest dépassent 16 600 euros.
72 % et 24 %. A l'intérieur de la la population des ménages les des inégalités observées dans les Le seuil des bas revenus mesuré
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 100 - juillet 2004Revenu fiscal médian par unité de consommation La dispersion du revenu déclaré
dans les cantons et les villes en 2001 par canton et ville en 2001
Rapport
interdécile
par unité
de consommationEn euros
15 650 4,5
14 330 3,7
13 330 3,6
12 440 3,4 IGN - Insee 2004  IGN - Insee 2004
Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001 Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001
erpar le 1 décile est de 8 800 globalement similaire : Brest, Bourbriac et Callac, 12 200 (Bohars) et la dixième du pôle
euros par UC dans le canton de Saint-Brieuc, Quimper, Lorient euros pour le canton de urbain lorientais (Larmor-Plage).
et Vannes présentent des Châteauneuf-du-Faou, 11 400 A noter que ces communes où leRennes-Nord-Ouest, 10 300
revenus médians moins élevés pour celui de La Trinité-Porhoët. seuil de hauts revenus varie dedans le canton de Betton, contre
5 200 euros seulement à que les cantons qui les 33 000 à près de 43 000 euros
Rennes. On retrouve donc une entourent. A Lorient, le revenu Les communes riches ont des revenus assez homo-
médian (13 405 euros) est plus gènes car le rapport interdécilepériphérie homogène à hauts et les autres
faible que dans les autres est compris entre 3,1 et 4,1revenus, tandis que la ville-
centre apparaît comme un grandes villes bretonnes. En En 2001, les dix communes les seulement. Cela signifie que les
territoire où la dispersion de revanche, la ville de Vannes se plus riches en termes de revenu ménages modestes y sont peu
distingue par un revenu médian médian déclaré par UC sont des nombreux.revenus est une des plus fortes de
important (15 472 euros), communes périurbaines. Sept Les dix communes les moinsBretagne (6,0) en raison de la
diversité de l'habitat qui proche de celui de Rennes. d'entre elles font partie du pôle riches sont toutes des communes
accueille à la fois des ménages Les cantons ruraux présentent urbain rennais (Saint-Grégoire, rurales de moins de 500
Cesson-Sévigné, Thorigné-aux revenus modestes dans le des revenus moins élevés : habitants et sept d'entre elles se
quasiment tous les cantons du Fouillard, Pacé, Montgermont, situent dans les Côtes-d'Armor.parc de logements sociaux et des
ménages plus aisés dans les centre Bretagne ont un revenu Betton et Chantepie), une Le revenu médian y oscille entre
« beaux quartiers ». médian par UC inférieur à commune fait partie du pôle 7 500 et 9 600 euros par UC. A
urbain vannetais (Arradon), uneDans les autres villes impor- 13 000 euros, par exemple l'opposé, les revenus sont élevés
11 200 euros pour les cantons de autre du pôle urbain brestois dans un certain nombre detantes de la région, le schéma est
Structure des revenus des cantons et villes en Bretagne
Part des pensions dans les cantons et les villes en 2001
La part des revenus salariaux est la plus importante (plus de
75 % des revenus) dans les cantons de Châteaugiron, Liffré,
Bruz et Guichen. Ceci s’explique par la forte proportion de
salariés dans ces cantons, conjuguée (éventuellement) à des
salaires « en moyenne » plus élevés qu'ailleurs. A l'inverse,
dans les cantons ruraux du centre Bretagne et du littoral,
moins de la moitié du revenu est d'origine salariale.
La part des pensions-retraites varie géographiquement en
raison inverse de celle des salaires, dans une fourchette allant
de 12 % à 45 %. Elle est de 21 % à Rennes, tandis qu'à
Vannes, Brest et Saint-Brieuc, elle approche les 30 %. L'attrait
touristique et la valeur élevée de l'immobilier expliquent la
En %
concentration de ménages retraités aisés sur les zones
35 côtières. En revanche, les retraités du centre Bretagne se
30
caractérisent par des niveaux de revenus beaucoup plus25
20 modestes.
 IGN - Insee 2004
Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2001
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 100 - juillet 2004 3petites communes balnéaires. La population, Guingamp se
e démarque avec un seuil de bas Sourcebarre du 9 décile dépasse
34 000 euros par unité de revenus inférieur à 3 000 euros
L'Insee diffuse depuis 2003 de nouvelles statistiques locales sur lesconsommation à Baden, Arzon, par UC. Viennent ensuite
revenus, qu'il établit à partir des fichiers des déclarations deCarnac et Bénodet. Lorient, Saint-Brieuc, Dol-de-
revenus 2000 et de la taxe d'habitation, fournis par la DirectionBretagne, Redon, Morlaix,Parmi la cinquantaine de
Générale des Impôts (DGI).communes les plus importantes Lanester et Dinan, où ce seuil
Les indicateurs diffusés permettent de décrire le niveau et lesde Bretagne en terme de varie de 4 200 à 5 000 euros.
disparités des revenus des ménages à travers leur médiane et les
déciles, ainsi que la composition du revenu. Cette source décrit les
revenus plus finement que la source IRCOM (Impôt sur le revenu
Pour en savoir plus des communes) disponible jusqu'à présent, qui était basée sur le
calcul d'une moyenne des revenus fiscaux après abattement et par
Les revenus déclarés par les Bretons en 2000/Serge Le Guen ;
foyer fiscal et non par ménage.
Insee Bretagne - Flash d'Octant n° 87 - juin 2003 ;
Les données étudiées ici sont actuellement disponibles pour des
regroupements de communes correspondant à des découpagesLes revenus fiscaux de l'agglomération de Saint-Brieuc -
géographiques officiels et comptant au moins 2000 habitants auDe fortes différences entre la ville-centre et la périphérie/Isabelle
Le Boëtté ; Insee Bretagne - Octant n° 96 - Janvier 2004 ; recensement de la population de 1999 (ce seuil est réduit à 50
ménages pour la médiane). Le respect des règles de confidentialité
Revenus fiscaux des ménages - Année 2000 : France métro- limite donc la disponibilité des résultats à ces zones
politaine par commune et année 2001 : France métropolitaine
géographiques.
par commune et iris/ Insee - 2 cédéroms - juin 2004.
Définitions
Un ménage est défini comme l'ensemble des occupants d'un même l'on soustraie les impôts directs (impôt sur le revenu et taxe
logement. Les ménages fiscaux désignés ici sont constitués par le d'habitation). Le revenu fiscal ne permet donc pas de tirer de
conclusions en termes de niveau de vie des ménages.regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même
logement. Sont exclus de l'étude : Le revenu fiscal par unité de consommation (UC) présente l'avantage
les ménages de contribuables concernés par un événement de relativiser le niveau de revenu par rapport à la composition du
de type mariage, décès ou séparation au cours de l'année ménage fiscal. Par rapport au revenu d'une personne, il permet de
étudiée ; prendre en compte les économies d'échelle résultant de la vie en
les ménages constitués de personnes ne disposant pas de groupe. Le revenu exprimé par UC devient un revenu par équivalent
leur indépendance fiscale (essentiellement des étudiants, adulte, comparable d'un lieu à un autre et entre ménages de
inclus dans le ménage de leurs parents) ; compositions différentes. Le nombre d'UC d'un ménage est évalué
les contribuables vivant en collectivité. selon la définition utilisée par l'Insee et par Eurostat :
En France métropolitaine, les ménages fiscaux retenus représentent le premier adulte du ménage compte pour 1 UC ;
95 % des ménages au sens du recensement. les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune
pour 0,5 UC ;
Le revenu déclaré aux services fiscaux, plus simplement appelé les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour
0,3 UC.revenu fiscal, est la somme des ressources déclarées par les
contribuables sur la " déclaration des revenus ", avant abattement. Il
comprend quatre catégories de revenus : Pour étudier le niveau du revenu, on utilise la médiane du revenu
les revenus salariaux (salaires, droits d'auteur, avantages fiscal par unité de consommation (UC), qui partage les personnes en
en nature, indemnités de maladie, allocations de chômage deux groupes : la moitié des personnes appartiennent à un ménage
et de préretraite, revenus perçus à l'étranger) ; qui déclare un revenu par UC inférieur à cette valeur et l'autre moitié
les revenus des professions non salariées (revenus nets un revenu par UC supérieur.
de déficits des indépendants comprenant les bénéfices
agricoles, industriels, commerciaux et non-commerciaux) ; Pour mesurer la dispersion du revenu, on utilise le rapport
les retraites (hors minimum vieillesse), pensions interdécile du revenu fiscal par unité de consommation (UC), qui
d'invalidité, pensions alimentaires (déduction faite des établit le rapport entre les hauts revenus et les bas revenus.
pensions versées) et rentes viagères ; Le seuil des bas revenus correspond à la limite du 1er décile : 10 %
les autres revenus (essentiellement des revenus du des personnes appartiennent à un ménage qui déclare un revenu par
patrimoine). UC inférieur à cette valeur.
eLe revenu fiscal est un revenu avant redistribution. Il ne peut pas être Le seuil des hauts revenus correspond à la limite du 9 décile : 10 %
assimilé à un revenu disponible, qui supposerait que l'on ajoute les des personnes appartiennent à un ménage qui déclare un revenu par
revenus sociaux non déclarés (minima sociaux tels que RMI et UC supérieur à cette valeur.
minimum vieillesse, prestations familiales, aides au logement) et que
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement statistique :
Composition : Patrick HELLEUX
(0,15 euro la minute)0 825 889 452
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2004 Dépôt légal : 3 trimestre 2004
Serge LE GUEN
Imprimerie Média Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 100 - juillet 2004
===

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.