Les seniors et l'emploi : la réalité d'aujourd'hui, un enjeu pour demain

De
Publié par

Seuls 34 % des Bas-Normands âgés de 55 à 64 ans ont un em- ploi en 2005. Inférieur à la moyenne nationale (37 %), ce Jamais dans l’histoire, la Basse-Nor- d’encourager le maintien en activitétaux d’emploi est bien loin de la mandie n’a abrité autant de personnes des personnes les plus âgées et de fa-ciblede50 % fixéeàLisbonne en de plus de 50 ans, et pourtant la part ciliter leur retour à l’emploi lorsqu’elles2000 pour l’horizon 2010. des personnes âgées dans la popula- sont au chômage. Fin 2006, 22 700 quinquagénai- tion continuera à augmenter à l’avenir. res ne sont plus présents sur le En France comme dans la région, le Moins actifs dès 55 ansmarché du travail bas-normand du nombre de retraités va s’accroître alors fait d’une sortie anticipée d’activité que le nombre de personnes en activité (préretraite, dispense de re- diminuera, soumettant le système de Cette préoccupation rejoint l’objectif cherche d’emploi). retraite à des tensions croissantes, no- européen fixé à Lisbonne en 2000 qui tamment quant à son financement. Un est d’atteindre à l’horizon 2010 un taux Les seniors demandeurs d’emploi des leviers retenus par les pouvoirs pu- d’emploi de 50 % pour l’ensemble des sont en majorité des chômeurs blics pour desserrer cette contrainte 55-64 ans. Si, à mi-parcours, la France de longue durée : en Basse-Nor- est de retarder les départs en retraite, reste loin de la cible (à seulement mandie fin 2006, 55 % sont inscrits àl’ANPEdepuisplusd’unan.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Seuls 34 % des Bas-Normands
âgés de 55 à 64 ans ont un em-
ploi en 2005. Inférieur à la
moyenne nationale (37 %), ce
Jamais dans l’histoire, la Basse-Nor- d’encourager le maintien en activitétaux d’emploi est bien loin de la
mandie n’a abrité autant de personnes des personnes les plus âgées et de fa-ciblede50 % fixéeàLisbonne en
de plus de 50 ans, et pourtant la part ciliter leur retour à l’emploi lorsqu’elles2000 pour l’horizon 2010.
des personnes âgées dans la popula- sont au chômage.
Fin 2006, 22 700 quinquagénai- tion continuera à augmenter à l’avenir.
res ne sont plus présents sur le En France comme dans la région, le Moins actifs dès 55 ansmarché du travail bas-normand du nombre de retraités va s’accroître alors
fait d’une sortie anticipée d’activité que le nombre de personnes en activité
(préretraite, dispense de re- diminuera, soumettant le système de Cette préoccupation rejoint l’objectif
cherche d’emploi). retraite à des tensions croissantes, no- européen fixé à Lisbonne en 2000 qui
tamment quant à son financement. Un est d’atteindre à l’horizon 2010 un taux
Les seniors demandeurs d’emploi
des leviers retenus par les pouvoirs pu- d’emploi de 50 % pour l’ensemble des
sont en majorité des chômeurs
blics pour desserrer cette contrainte 55-64 ans. Si, à mi-parcours, la France
de longue durée : en Basse-Nor-
est de retarder les départs en retraite, reste loin de la cible (à seulement
mandie fin 2006, 55 % sont inscrits
àl’ANPEdepuisplusd’unan.
En 2005, près de 87 000 sala-
riés bas-normands (hors Fonc- Population en 2005 et 2030 en Basse-Normandie
tion Publique d’État) ont atteint ou
dépassé l’âge de 50 ans. Leur rem-
placement d’ici 2015 sera particu- Part de la Part de la
Evolution Evolutionlièrement un enjeu dans population population
Classes d'âges 2005-2030 2005-2030l’automobile, la finance ou encore
en 2005 en 2030
(en points) (en nombre)les collectivités locales, les seniors (en %) (en %)
y occupant aujourd’hui près d’un
emploi sur trois. Moins de 20 ans 24,9 21,1 - 3,8 - 47 190
Artisans, exploitants agricoles, De 20 à 59 ans 52,7 45,1 - 7,7 - 94 710
chefs d’entreprise : environ 60 ans et plus 22,4 33,8 + 11,5 + 177 530
quatre sur dix ont aujourd’hui plus
0,0Total 100,0 100,0 + 35 630de 50 ans. Assurer la reprise de
leurs entreprises à leur départ en
retraite est nécessaire au maintien
Source : Insee, Estimations localisées de population 2005
de l’activité, notamment dans le et projections de population Omphale - scenario central
monde rural.
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 18037 %), la Basse-Normandie est sur ce
plan plus en retard encore (34 %). En
2005, seule la moitié des Bas-nor-
mands âgés de 55 à 59 ans occupe en-
core un emploi, et à peine un sur dix
entre 60 et 64 ans. Avant 55 ans, les
Bas-Normands et Bas-Normandes sont
pourtant tout aussi actifs que les Fran-
çais et Françaises moyens. Mais
au-delà, ils sont plus nombreux dans la
région à partir en retraite avant l’âge
légal.
Le poids des sorties
anticipées d’activité
L’usage des préretraites, longtemps
répandu, est désormais fortement en-
cadré. Les retraits du monde du travail
avant l’âge légal sont de plus en plus li-
mités à des travailleurs ayant connu
des conditions de travail pénibles ou
dangereuses, ou employés dans des
établissements en très grande difficul-
té. Ces conditions s’appliquent particu-
retraite pour carrière longue le cas près de six fois sur dix en
lièrement à la région, du fait
introduites par la loi du 21 août 2003 Basse-Normandie, alors qu’à peine une
notamment des restructurations ré-
ont également un impact particulière- sortie sur cinq correspond à une re-
centes de certains de ses pans indus-
ment fort dans la région. En trois an- prise d’emploi. Quand les seniors sor-
triels, ou encore du poids de sa filière
nées, de 2004 à 2006, près de 11 000 tent du chômage, c’est donc
automobile. Ainsi, les cessations antici-
Bas-Normands en ont bénéficié. Au to- davantage vers l’inactivité que vers
pées d’activité liées à l’amiante
tal, fin 2006, 22 700 personnes de l’emploi. Toutefois, au 31 décembresont-elles fréquentes dans la région,
moins de 60 ans ne sont plus présentes 2006, en Basse-Normandie, plus de
par exemple. Depuis l’instauration du
sur le marché du travail bas-normand 12 000 personnes âgées de 50 ans oudispositif en 1999, plus de 2 000 sala-
du fait d’une sortie anticipée d’activité. plus à la recherche d’un emploi sontriés ou anciens salariés exposés à l’a-
Parmi elles, environ 9 000 chômeurs encore inscrites à l’ANPE, qu’ellesmiante au cours de leur vie
allocataires de 55 ans ou plus bénéfi- soient, ou non, immédiatement dispo-professionnelle (dont 500 pour la seule
cient d’une dispense de recherche nibles sur le marché du travail. La prin-année 2006) ont pu partir en retraite
d’emploi qui les soustrait à l’obligation cipale cause d’inscription pour cesdès 50 ans. Même si leurs conditions
de chercher un emploi jusqu’à leur dé- seniors est le licenciement : trois en-d’obtention se sont durcies au fil du
part en retraite. trées au chômage sur dix pour les se-temps, réduisant leur impact, d’autres
niors relèvent de ce motif contre unedispositifs ont eu un certain succès
sur dix pour les moins de 50 ans. Cesdans la région. Depuis son élaboration La difficulté à retrouver
renvois marquent souvent une ruptureen 2000, plus de 2 000 personnes de
un emploi nette dans leur vie professionnelle, etmoins de 60 ans, pour la plupart issues
une fois leur emploi perdu, ils rencon-du secteur automobile, ont ainsi adhé-
ré au dispositif CATS (Cessation d’Acti- A partir de 55 ans, l’arrêt de recherche trent beaucoup de difficultés à se re-
classer. Plus de la moitié (55 %) desvité de certains Travailleurs Salariés). d’emploi représente d’ailleurs la princi-
Les possibilités de départ anticipé en pale cause de sortie du chômage. C’est seniors demandeurs d’emploi sont ain-
erTaux d'emploi au 1 janvier 2005
Basse-Normandie France métropolitaine
Classes d'âges
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
30 à 49 ans 89 % 76 % 83 % 88 % 75 % 82 %
50 à 54 ans 84 % 71 % 78 % 84 % 70 % 77 %
55 à 59 ans 55 % 48 % 51 % 59 % 49 % 54 %
60à64ans 9% 10% 9 % 14% 12 % 13%
55 à 64 ans 37 % 32 % 34 % 41 % 34 % 37 %
Champ : population des ménages
Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement 2004-2006
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 180Les seniors et l'emploi :
la réalité d'aujourd'hui, un enjeu pour demain
ZOOM
Les seniors en emploi salarié : plus souvent cadres, travaillant davantage à temps partiel
Les seniors encore en emploi travaillent plus souvent à monde du travail et les ouvriers sont souvent les premiers à
temps partiel. Même si le travail à temps complet ou qua- le quitter. A contrario, les cadres partent en retraite plus tard.
si-complet (supérieur à 80 %) reste la règle pour les trois Leur poids s’accroit donc avec l’âge, les progressions de car-
quarts d’entre eux, le temps partiel réduit ou très réduit rière venant de surcroît gonfler les rangs des cadres quinqua-
(inférieur au mi-temps) devient un peu plus fréquent, sur- génaires. Les revenus salariaux moyens sont à l’aune de ce
tout à partir de 55 ans : les salariés quinquagénaires tra- changement de profil des salariés et augmentent en consé-
vaillent davantage que leurs cadets dans le secteur des quence. Le phénomène reste cependant très masculin. Chez
services, un secteur où le temps partiel est particulière- les femmes salariées, l’élévation avec l’âge du niveau de qua-
ment courant. A l’approche de la soixantaine, de nombreux lification des emplois est beaucoup moins marquée, et les sa-
salariés des secteurs industriels se sont déjà retirés du laires diffèrent peu d’une génération à l’autre.
si inscrits à l’ANPE depuis plus d’un an, tal que 2 000 environ à en bénéficier. chaines années va aussi avoir des im-
et la plupart de ceux-ci le sont même Par ailleurs, les 50 ans et plus à la re- plications plus locales : dans la région,
cherche d’un emploi s’intègrent peu certains secteurs d’activité ou métiersdepuis plus de deux ans. Même dans le
cadre de plans sociaux, le reclasse- dans les dispositifs de formation pro- vont ainsi devoir dans un avenir proche
fessionnelle. Un millier s’y est prêté au remplacer une part non négligeable dement professionnel des seniors s’avère
cours de l’année 2006, soit à peine 6 % leurs salariés.plus délicat que celui des salariés plus
de l’ensemble des bénéficiaires, alorsjeunes.
que les seniors constituent 16 % des Secteur privé, entreprises publiques,
Les pouvoirs publics tentent pourtant chômeurs bas-normands. Ils se desti- fonctions publiques territoriale et hos-
de favoriser le maintien ou le retour à pitalière : hors Fonction Publiquenent alors en priorité aux actions d’o-
l’emploi des publics en difficulté, au rientation ou d’insertion plutôt qu’aux d’État, ils sont en effet dans la région,
travers de mesures spécifiques d’inci- formations qualifiantes, qui débou- en 2005, près de 87 000 salariés à
tation à l’embauche, passant essentiel- avoir atteint ou dépassé l’âge dechent sur un diplôme ou un titre pro-
lement par des avantages financiers fessionnel favorisant davantage un 50 ans. D’ici 2015, 22 % des emplois
mais aussi par un accompagnement retour rapide et durable à l’emploi. actuels auront donc à trouver un suc-
renforcé. Cela comprend notamment cesseur, même s’il est probable que
des contrats aidés comme le Contrat pour une partie d’entre eux aucun rem-
La relève des salariésd’Accompagnement dans l’Emploi ou le placement n’interviendra. Dans des
Contrat d’avenir dans le secteur non secteurs comme le commerce, par
La dégradation du rapport entremarchand, le Contrat Initiative Emploi exemple de grandes masses de sala-
dans le secteur marchand, ou encore le nombre d’actifs et nombre d’inactifs, et riés devront être renouvelées. Mais
dispositif d’Aide aux Chômeurs Créa- de son impact sur le financement des l’enjeu sera plus marqué encore dans
retraites, garde une dimension avantteurs ou Repreneurs d’Entreprise des activités où une large part de la
(ACCRE). Mais fin 2006, les Bas-Nor- tout nationale. Mais l’accroissement du main d’œuvre est plutôt âgée. L’in-
mands de 50 ans ou plus ne sont au to- nombre de départs en retraite ces pro- dustrie automobile devrait être la plus
cent pour cent - BASSE-NORMANDIE n° 180affectée par ce renouvellement à venir,
d’autant plus que les remplacements à
prévoir se concentrent sur quelques
grands établissements. Un tiers des
presque 7 000 salariés du secteur a au
moins 50 ans. L’immobilier, les ban-
ques et les assurances seront aussi
très concernés : 30% de leurs 11 200
salariés ont atteint ou dépassé 50 ans.
La proportion dans les collectivités ter-
ritoriales et les organismes de sécurité
sociale est du même ordre, pour un to-
tal de plus de 13 000 quinquagénaires
employés en 2005.
La problématique de la relève des plus
de 50 ans est aussi plus ou moins aigüe
selon les catégories socioprofession-
nelles. Ainsi, en 2005, le tiers des ca-
dres administratifs et commerciaux
d’entreprises ont déjà fêté leur cin-
quantième anniversaire. Cela concerne
même jusqu’à la moitié des cadres des
collectivités locales.
lieu rural. Entre 15 et 25 000 emploisLa reprise des
pourraient ainsi être en jeu, dont 6 à
10 000 dans les campagnes. Ce main-entreprises
tien de l’activité est d’ailleurs une thé-
matique très présente dans le mondeDans les dix ans à venir, de nombreux
rural, puisque 53 % des actifs agricoleschefs d’entreprise vont, eux aussi, par-
ont dépassé la cinquantaine. C'est letir en retraite. En 2007, 44 % des en-
cas de 41 % des exploitants profes-treprises de l’industrie, de la
sionnels dont beaucoup ne seront pasconstruction, du commerce et des ser-
remplacés, leurs terres venant souventvices sont en effet dirigées par une
agrandir des exploitations voisines. Lapersonne âgée d’au moins 50 ans. Sur
recherche d’une meilleure rentabilitéles 18 800 concernées, 4 000 ont
impose en effet des exploitations plusmême à leur tête un sexagénaire. De
grandes et plus professionnelles. Ainsi,même, un tiers des artisans pourra
dans les années quatre-vingt-dix,faire valoir ses droits à la retraite dans
seuls quatre nouveaux agriculteursun futur proche. Cela représente près
DIRECTION s’installaient pour dix qui partaient ende 7 000 entreprises pour lesquelles il
REGIONALE DE L'INSEE retraite. Le recul des vocations chez lesfaudra trouver un repreneur. L’enjeu
DE BASSE-NORMANDIE enfants d’agriculteurs ne devrait pasest d’autant plus fort que ces artisans
démentir le phénomène.âgés emploient en moyenne plus de93, rue de Geôle
Jean-Benoît MASSIFsalariés que leurs confrères plus jeu-14052 CAEN CEDEX 4
InseeTél. : 02.31.15.11.00 nes et qu'ils exercent pour 43 % en mi-
Fax : 02.31.15.11.80
www.insee.fr/basse-normandie
Directeur de la publication :
Michel GUILLEMET
Service études et diffusion :
Sophie DESTANDAU
Rédacteur en Chef :
Pascal CAPITAINE
Secrétaire de Rédaction :
Charles DESFOREST
Composition PAO :
Françoise LEROND
Crédit photos :
Comité régional du tourisme ; Chambre régio-
nale d'agriculture ; Comité départemental du
tourisme de la Manche ;
Attaché de presse :
Philippe LEMARCHAND
02.31.15.11.14
© INSEE 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.