Progression des emplois dans le tertiaire

De
Publié par

Entre les deux derniers recensements, l'emploi auvergnat a peu augmenté en volume mais a connu de profondes modifications structurelles avec un fort développement du secteur tertiaire. Les créations nettes d'emploi dans le tertiaire (37 300 emplois supplémentaires depuis 1990) ont plus que compensé les disparitions de postes dans l'agriculture, l'industrie et la construction ; elles ont aussi surtout profité aux femmes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Progression des emplois dans le tertiaire
Prédominance du tertiaire dans l’économie auvergnate
Entre les deux derniers recensements, l’emploi auvergnat a peu augmenté en volume mais a connu de profondes modifications structurelles avec un fort développement du secteur tertiaire. Les créations nettes d’emploi dans le tertiaire (37 300 emplois supplémentaires depuis 1990) ont plus que compensé les disparitions de postes dans l’agriculture, l’industrie et la construction ; elles ont aussi surtout profité aux femmes.
Comme toutes les régions françaises, l’Au vergne n’a pas échappé à la tertiarisation de son économie ni aux turbulences de ce sec teur. En 1999, l’Auvergne compte un peu plus de 502 000 emplois, en faible hausse de 1,7 % par rapport à 1990 (contre 3,3 % en France) soit 8 500 emplois supplémen taires. Les domaines d’activité les plus créateurs d’emploi sont les services aux entreprises et aux particuliers, l’éducation,la santé et l’ac tion sociale, et enfin l’administration ; les ef fectifs du commerce demeurent stables.
JeanPaul BONJEAN
La répartition sectorielle des emplois en 1999 reflète bien la prééminence du ter tiaire. Deux tiers des emplois auvergnats relèvent en effet de ce secteur, contre 21,6 % pour l’industrie, 7,6 % pour l’agri culture et 6 % pour la construction. Cepen dant, le tertiaire est moins développé en Auvergne qu’en France. Si la part de la construction est identique, celles de l’in dustrie et de l’agriculture auvergnates sont supérieures chacune de 3,4 points. À l’in verse, le secteur tertiaire français dépasse le secteur auvergnat de 7 points.
La santé et l’action sociale affichent 15 000 emplois supplémentaires en 10 ans
Dans le domaine du tertiaire, l’Auvergne se distingue de l’ensemble métropolitain par une plus faible augmentation de l’emploi dans le secteur hôtellerierestauration (+ 3,4 % contre + 14 %) et le transport (res pectivement + 1,5 % et + 7,1 %). Parmi les services aux entreprises, les services opé rationnels réalisent la plus forte évolution d’emploi en doublant de volume entre 1990 et 1999 (16 500 emplois en 1999). L’amplifi cation de l’externalisation des services (sé curité, nettoyage...) et l’évolution des formes d’emploi en particulier le recours au travail temporaire expliquent cet essor. Le conseil et l’assistance auprès des entrepri ses enregistre également une hausse de 28 %, rassemblant en 1999 plus de 13 200 emplois auvergnats. En terme devolume, le secteur de la santé et de l’action sociale connaît la plus forte
Évolution entre 1990 et 1999 de l’emploi au lieu de travail par sexe et secteur
progression : + 15 000 emplois entre les deux recensements. À lui seul, ce secteur compte presque 64 000 personnes, soit 12,7 % de l’emploi total. Si l’éducation voit ses effectifs stagner dans notre région (ce n’est pas le cas au niveau national avec + 7,6 %), l’administration dont les collectivi tés territoriales, voit les siens progresser de 14 % et suit en cela les évolutions consta tées au niveau France entière. Le domaine de la recherchedéveloppe ment, malgré une hausse de ses effectifs de + 35 % ne représente que 0,3 % des em plois auvergnats, c’est la moitié du niveau national. Si l’Auvergne se révèle plus performante quant aux domaines des activités récréati ves et culturelles ou des services person nels et domestiques, elle ne fait que rattraper son retard, sans toutefois le combler.
Effectifs en 1999Évolution 19901999 (%) Secteurs d'activitéEffectifs en 1990 dont Total EnsembleHommes Femmes femmes Ensemble 493563 502095 44,1% +1,7 2,3 +7,4 Agriculture, sylviculture, pêche52 65638 07329,3 % 27,7 24,6 34,2 Industrie 119120 108262 26,6% 9,1 8,4 11,1 dont : Ind. agricoles et alimentaires16 32016 13934,4 % 1,1 3,8+ 4,5 Ind. des biens de consommation18 05615 08244,6 % 16,5 13,3 20,1 Ind. automobile1 7322 78725,5 %+ 60,9+ 59,7+ 64,6 Ind. des biens d'équipement14 59612 67719,1 % 13,1 9,1 27,1 Ind. des biens intermédiaires64 35257 91621,9 % 10,0 9,5 11,6 Énergie 4064 3661 20,3% 9,9 15,2 +19,4 Construction 33780 30450 6,1% 9,9 9,7 12,4 Tertiaire 288007 325310 55,2% +13,0 +9,4 +16,0 dont : Commerce61 22861 20444,1 %0,0 +1,9 2,3 Transports 15276 15505 17,7% +1,5 0,8 +13,7 Activités financières11 23210 53550,2 % 6,2 5,0 7,4 Activités immobilières6 4643 55155,1 % 45,1 55,0 33,0 Services aux entreprises30 29242 02642,9 %+ 38,7+ 40,3+ 36,7 Services aux particuliers30 91636 09565,6 %+ 16,8+ 17,6+ 16,3 Éducation, santé, action sociale86 132102 01771,7 %+ 18,4+ 10,7+ 21,8 Administration 46467 54377 51,0% +17,0 +10,9 +23,6 Source : Insee  Recensements de la population de 1990 et de 1999
 2 
Vient de paraître :
« Tableaux écono miques de l’Auvergne  édition 20022003 sur cédérom »: outil indis pensable pour découvrir les aspects économi ques et sociaux d’Au vergne. D’une navigation aisée, il per met en outre de récupé rer des données dans un tableur.
Parallèlement au développement du tertiaire, l’agriculture, l’industrie et la construction perdent des emplois
Ainsi l’agriculture auvergnate a perdu près d’un quart de ses effectifs au fil de la dé cennie, avec 14 580 emplois en moins. L’ensemble des activités industrielles enre gistre des pertes à des degrés variables. Si
Emploi total
les industries agroalimentaires restent sta bles avec 16 000 emplois, l’industrie des biens de consommation perd 16 % de ses effectifs.L’industrie des biens intermédiai res passe de 64 000 à 58 000 emplois. Le secteur de la construction connaît, quant à lui, une diminution de 10 % de ses emplois, dégradation toutefois moindre en Auvergne que les 15 % enregistrés au plan national.
% 80 Auvergne Francemétropolitaine 70 60 Agriculture Industrie 50 Construction 40 Tertiaire 30 20 10 0 1990 19991990 1999 Source : Insee  Recensements de la population de 1990 et de 1999
Progression de l’emploi salarié au détriment de l’emploi non salarié
Près de 84 % des emplois auvergnats relè vent du statut de salarié, part proche du taux français (88 %). Les effectifs salariés sont en augmentation de plus de 8 % par rapport à 1990. Ils relèvent essentiellement
 3 
du secteur tertiaire qui emploie 69 % des salariés (63 % en 1990). L’industrie auver gnate en emploie 24 % contre 29 % en 1990. Plus d’un salarié sur cinq travaille dans le secteur de l’éducation, de la santé et de l’action sociale, cette part s’élevant même à un sur trois pour le département du Cantal. À l’inverse de cette évolution positive, les effectifs des nonsalariés accusent une chute globale de plus de 22 %. Plus préci sément, cette chute est liée à la baisse du nombre d’agriculteurs mais aussi des per tes d’emploi non salarié dans la construc tion et le tertiaire (dont 10 % dans le commerce). En 1999, près de 40 % des nonsalariés tra vaillent dans l’agriculture ; ce taux se por tant même à 57 % dans le Cantal.On en dénombre 43 % dans le secteur tertiaire (dont plus d’un tiers dans le commerce), le reste se répartissant de manière égale entre industrie et construction.
Encore plus de femmes dans le secteur tertiaire
La faible croissance de l’emploi en Auvergne cache une forte disparité entre les hommes et les femmes. Ainsi, entre 1990 et 1999, l’emploi féminin a progressé de 7,4 % alors qu’il baissait de 2,3 % chez les hommes. L’écart est particulièrement net dans le sec teur tertiaire : + 25 400 femmes contre + 12 500 hommes. Les domaines les plus créateurs d’emplois
notamment l’éducation, la santé et l’action sociale sont très féminisés. Dans les servi ces aux entreprises et l’administration, plu tôt paritaire, les effectifs féminins ont crû de plus de 28 % sur l’ensemble de la décennie. Par contre dans les secteurs déficitaires en emploi  agriculture, industrie et construc tion  la baisse de l’emploi des femmes est toujours supérieure à celle des hommes.
Population des actifs ayant un emploi, au lieu de travail par sexe et catégorie socioprofessionnelle en 1990 et 1999 1990 19991999 France Part desPart desPart desPart des Catégorie socioprofessionnelle Ensemble métropolitaine Ensemble hommesfemmes Ensemblehommes femmes en %Ensemble en %en %en %en % en % Agriculteurs exploitants47 80011,0 7,831 8907,9 4,56,4 2,7 Artisans23 6366,4 2,619 3845,5 1,83,9 3,0 Commerçants et assimilés20 8483,6 5,117 0003,5 3,33,4 2,9 Chefs d'entreprise 10 salariés ou plus3 0440,9 0,23 4181,0 0,30,7 0,7 Professions libérales6 5241,5 1,06 6431,6 1,01,3 1,5 Cadres fonction publique, profession18 3203,5 3,922 8104,3 4,94,5 5,4 intellectuelle et artistique Cadres d'entreprise13 6564,0 1,114 8954,1 1,53,0 6,3 Prof. intermédiaires, enseignement, santé43 9005,2 14,150 1855,6 15,610,0 9,9 fonction publique Prof. intermédiaires adm. et comm. des entr.19 8764,2 3,825 3545,0 5,25,0 7,1 Techniciens14 9844,6 0,917 8205,5 1,13,5 3,8 Contremaîtres, agents de maîtrise9 9203,3 0,39 8453,2 0,32,0 2,3 Employés de la fonction publique53 1405,5 18,261 8237,0 19,012,3 11,7 Employés administratifs d'entreprise34 4761,9 14,032 0951,8 12,26,4 7,6 Employés de commerce14 7761,1 5,717 7461,4 6,23,5 3,7 Personnels services directs aux particuliers20 5240,9 8,630 7331,2 12,46,1 5,9 Ouvriers qualifiés76 42424,6 2,877 95825,5 2,915,5 15,0 Ouvriers non qualifiés67 55116,5 9,757 82814,6 7,611,5 9,4 Ouvriers agricoles4 1641,3 0,24 6681,4 0,30,9 1,1 Ensemble 493563 100,0100,0 502095 100,0100,0 100,0100,0 Source : INSEE  Recensements de la population de 1990 et 1999
Les employés deviennent majoritaires
Entre 1990 et 1999, le nombre d’employés est passé devant celui des ouvriers, avec des évolutions respectives de + 15,8 %et  5,2 % en Auvergne. Ce constat est égale ment valable à l’échelon national. La catégorie socioprofessionnelle des em ployés est aujourd’hui la plus représentée et se caractérise par deux indices essentiels : plus des trois quarts des employés sont des femmes, et conjointement, une femme ac tive sur deux l’est comme employée. Les effectifs des personnels des services directs aux particuliers (essentiellement as sistance auprès des enfants et employés de maison) ont augmenté de 50 %, ils comptent en 1999 près de 38 000 person nes, dont 9 femmes pour 10 emplois.
4 
La chute d’effectifs la plus brutale est celle des agriculteurs exploitants : plus d’un tiers entre les deux recensements, baisse un peu moins forte cependant qu’au niveau national. Cette catégorie socioprofession nelle reste néanmoins surreprésentée dans la région puisque son poids atteint 6,4 % des emplois contre seulement 2,7 % au niveau France entière. La baisse globale de 16,3 % constatée dans la catégorie des artisans, commer çants et chefs d’entreprises ne concerne en fait que les deux premiers secteurs d’activi té. En effet, les chefs d’entreprises de 10 salariés ou plus voient leurs effectifs pro gresser de 12 %.
Quelques professions surreprésentées notamment pour les femmes
La part des cadres croît mais reste inférieure à la moyenne nationale
Le nombre de cadres et professions intel lectuelles supérieures progresse de 15,2 %. C’est un peu moins qu’au niveau national avec 16,1 %. Rapporté à l’en semble des actifs ayant un emploi, le taux de cadres reste inférieur en Auvergne avec à peine 9 % contre 13 % pour la France.
Vingt professions seulement regroupent la moitié des femmes ayant un emploi en Au vergne. Pour les hommes, cette concentra tion est moindre puisque les vingt professions les plus répandues concernent un emploi sur quatre. Entre 1990 et 1999, la diversité des métiers féminins s’est réduite. Les vingt premières professions occupaient 47,7 % des fem mes en 1990 et 50,9 % en 1999. À l’inverse celle des hommes s’est accrue puisque les proportions sont passées de 29,5 % à 26,0 %. Les professions féminines les plus répandues appartiennent à la catégorie des employées (pour mémoire 1 emploi féminin sur 2). Avec 13 200 emplois, les assistantes maternel les, gardiennes d’enfants et travailleuses fa
 5 
La progression la plus substantielle concerne les professions intermédiaires qui voient leurs effectifs croître de 16,4 % (18,9 % France). Un emploi auvergnat sur cinq se situe dans cette catégorie socio professionnelle. Les fonctions des services administratifs et commerciaux des entre prises sont les plus concernées. Même si les ouvriers n’occupent plus la pre mière position en Auvergne, ils restent une forte spécificité avec 28 % des emplois au vergnats (3 points de plus qu’au niveau mé tropolitain). Les bassins ouvriers restent très ancrés dans certaines zones géographiques à l’exemple du bassin de Thiers et de SaintRémysurDurolle avec la coutellerie et le travail des métaux. L’implantation d’industries dominantes reste également l’emblème de zones telles que Montluçon, SainteSigolèneYssin geaux, DompierresurBesbreou le nord de ClermontFerrand avec les Anci zesSaintGeorgesdeMons.
Note: le terme « emploi » recouvre dans cet article les actifs occupés au lieu de travail. Les données sont issues des recensements de la population 1990 (sondage au ¼) et 1999 (exploitation complémentaire).
miliales arrivent largement en tête et pèsent pour 6 % des emplois féminins. C’est aussi la plus forte progression depuis 1990. Le métier de secrétaire, avec 10 155 em plois auvergnats (et malgré  22 % depuis 1990) cède donc la première place et se retrouve talonné par les métiers de caté gorie C de la fonction publique. Viennent ensuite les métiers de la santé, des servi ces aux particuliers et des services aux en treprises. Pour les hommes, malgré une baisse de 8 % entre 1990 et 1999, la profession de conducteur routier reste la plus répandue en Auvergne (2,4 % des emplois mascu lins). Les agriculteurs occupent toujours une place prépondérante, ainsi que les ou vriers de l’industrie et du bâtiment.
Les 20 métiers féminins les plus représentés en Auvergne en 1999
Agricultrices sur grande exploitation sans orientation dominante Vendeurs en alimentation Employées des services techniques des assurances Caissières de magasin Employées de libres services Serveuses et commis de restaurant ou de café Nettoyeuses Agents de service de la fonction publique sauf écoles et hôpitaux Professeurs agrégés et certifiés Agents de service des établissements d'enseignement Employées administratives diverses d'entreprises Employées des services comptables ou financiers Infirmières et soins généraux salariées Institutrices Employées de maison, femmes de ménage chez particuliers Agents de service hospitalier (du public ou du privé) Aides soignantes (du public ou du privé) Commis, adjoints administratifs de la fonction publique Secrétaires Assistantes maternelles, gardiennes d'enfants, travailleuses familiales
2 479 2 628 2 836 2 915 3 305 3 490 3 827 4 058 4 189 4 576 5 172 5 185 5 537 5 666 6 529 8 552 8 562 9 739 10 155 13 208
0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 Les 20 métiers masculins les plus représentés en Auvergne en 1999
Cuisiniers qualifiés Métalliers, serruriers, réparateurs en mécanique non qualifiés Techniciens chimistes, biologistes Mécaniciens qualifiés d'automobiles Éleveurs d'herbivores sur moyenne exploitation Magasiniers Manutentionnaires, agents non qualifiés des services d'exploitation des transports Professeurs agrégés et certifiés Maçons qualifiés Ouvriers non qualifiés de montage, de contrôle, en mécanique Ouvriers non qualifiés du grosœuvre du bâtiment Agents de service de la fonction publique sauf écoles et hôpitaux Conducteurslivreurs, coursiers (salariés) Mécaniciens qualifiés d'entretien d'équipements industriels Ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment Ouvriers non qualifiés de la chimie Ouvriers qualifiés sur installation ou machine de la chimie Éleveurs d'herbivores sur grande exploitation Agriculteurs sur grande exploitation sans orientation dominante Conducteurs routiers et grands routiers (salariés)
2 549 2 614 2 679 2 839 2 880 2 987 3 030 3 072 3 123 3 322 3 419 3 568 3 588 3 601 4 170 4 640 4 715 4 927 6 300 6 710
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000
Source : INSEE  Recensement de la population 1999
 6 
www.insee.fr/auvergne 3, place Charles de Gaulle  BP 120 Tél. : 04 73 31 82 00 Fax : 04 73 31 82 92
Directeur de la publication René JEAN Directeur régional de l’INSEE
Rédaction en chef Nicole THOMAS Nicole MARCZAK
Composition et mise en page INSEE
Vente et abonnement Tél. : 04 73 31 82 08 Prix du numéro: 2,2Abonnement annuel :  France : 11 Étranger : 13
En complément, abonnezvous à : INSEE Auvergne « Les Dossiers » Prix au numéro : variable Abonnement annuel :  France : 35 Étranger : 43À l’ordre du régisseur des recettes de l’INSEE
INSEE Auvergne « Les Séries » Données de cadrage Accessibles gratuitement sur Internet
Création maquette CRÉATONE
Impression Imprimerie IMC
Crédit photos INSEE Auvergne
ISSN : 16632768 Dépôt légal : 4ème trimestre 2002
© INSEE 2002 Code SAGE : LET020512
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.