Qualifications des emplois et qualifications des chômeurs

De
Publié par

Sur le marché du travail, la confrontation entre les attentes des employeurs et les qualifications des travailleurs s'effectue difficilement. Certaines catégories de travailleurs sont moins adaptées que d'autres aux exigences actuelles du marché. En France, il en résulte des inégalités sur le plan économique et social au détriment des employés. Dans le Nord-Pas-de-Calais, les ouvriers non qualifiés sont également très affectés par le phénomène. Cette situation est d'autant plus à souligner que la région présente un taux de chômage de 15,3%, alors qu'au niveau national il est de 11,5% au 31 décembre 1998.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°15 - DÉCEMBRE 1999
Qualifications des emplois
et qualifications des chômeurs
L’inadéquation sur le marché du travail de
certaines catégories de travailleurs peut se
Sur le marché du travail, la confrontation entre décrire comme un déséquilibre important
entre l’offre et la demande de travail pour
ces travailleurs. Elle découle du fait que, àles attentes des employeurs et les qualifications
un moment donné, certaines personnes
répondent moins bien que d’autres aux
exigences du marché de l’emploi en termedes travailleurs s’effectue difficilement. Certaines
de qualification. Elles présentent donc un
plus grand risque de connaître une période
catégories de travailleurs sont moins adaptées de chômage
que d’autres aux exigences actuelles du marché. UNE ADÉQUATION MANQUÉE
AVEC LE MARCHÉ DU TRAVAIL
En France, il en résulte des inégalités sur le plan
Le Nord-Pas-de-Calais présente son lot
d’inégalités sur le marché du travail. La
catégorie la plus touchée est celle deséconomique et social au détriment des employés.
employés. Ces derniers représentent
46,9% du chômage contre 26,2% des
Dans le Nord-Pas-de-Calais, les ouvriers non emplois du secteur marchand dans la
région. Ils possèdent donc un désavantage
sur le marché du travail qui se traduit parqualifiés sont également très affectés par le
une vulnérabilité plus grande. Leur
manque d’adéquation avec les exigences
phénomène. Cette situation est d’autant plus à du marché du travail fragilise donc leur
position économique et sociale.
Le fait que les ouvriers non qualifiés sontsouligner que la région présente un taux de
très présents dans le Nord-Pas-de-Calais
est le fruit de l’histoire industrielle. Ceux-ci
pâtissent de cette forte présence qui nechômage de 15,3%, alors qu’au niveau national
répond pas aux souhaits actuels des
employeurs. Avec une part du chômage de
il est de 11,5% au 31 décembre 1998. 23,9% contre 14,2% de l’emploi mar-
chand destiné à des ouvriers non qualifiés,
cette catégorie présente une inadéquationÉric Deroo Aline Oliveira
au marché du travail qui caractérise notreINSEE - DIVISION STATISTIQUES USTL - LILLE I
DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIALES ÉTUDIANTE EN ÉCONOMÉTRIE région par rapport au reste de la France.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°15
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Les ouvriers qualifiés constituent 19,5% du ment. Il concerne principalement les durée). Néanmoins, on observe que l’ampleur
chômage et atteignent une part de 27,9% employés. On observe que ces derniers du phénomène d’inadéquation caractérise
dans l’emploi du secteur marchand, ce qui représentent 54,4% des chômeurs contre nettement plus notre région que le chômage
correspond à une situation moins exposée seulement 26,3% des actifs ayant un de longue durée.
sur le marché du travail par rapport aux emploi. Comparativement, les autres caté- La notion d’inadéquation entre l’offre et la
catégories précédentes. gories sont plus préservées par le chômage demande sur le marché du travail est
Les autres catégories de travailleurs, en France. Les ouvriers non qualifiés repré- importante pour la politique de l’emploi
cadres, ingénieurs, agents de maîtrise et sentent 12,1% de l’emploi et 13,1% du au niveau régional. D’une part, elle permet
techniciens sont relativement rares dans la chômage, ce qui correspond à une situation aux acteurs locaux d’appréhender les caté-
région, ce qui leur garantit une situation plus sur le marché de l’emploi relativement gories de travailleurs qui sont fragilisées sur
favorable : ils occupent 31,6% des emplois équilibrée. Les autres catégories sont le plan économique et social et qu’il
marchands contre 9,7% du chômage dans mieux représentées dans l’emploi que dans convient de soutenir. D’autre part, si on
le Nord-Pas-de-Calais. le chômage et peuvent donc apparaître fait l’hypothèse que les entrepreneurs
Ces inégalités se retrouvent également comme étant moins exposées. s’implantent dans les zones où la qualifi-
dans le chômage de longue durée qui Ainsi, en terme d’adéquation au marché cation des travailleurs les satisfait, alors
concerne une part de plus en plus impor- du travail, le Nord-Pas-de-Calais se distingue l’inadéquation de l’offre de travail à la
tante des chômeurs. Il est passé de 34,2% du reste de la France. Les fortes répercussions demande de travail dans notre région
en 1993 à 40,2% en 1997. Les ouvriers du phénomène d’inadéquation sur les peut être un frein à l’arrivée de nouvelles
non qualifiés et les employés déjà très employés observées au niveau national se entreprises. De ce point de vue, la mise en
présents dans le chômage constituent la retrouvent dans notre région, mais viennent adéquation de la qualification des travailleurs
majeure partie du chômage de longue s’y ajouter les difficultés rencontrées par les et des attentes des employeurs fait partie
durée. À ce titre, les ouvriers non qualifiés ouvriers non qualifiés sur le marché de intégrante de la politique d’emploi au
s’avèrent particulièrement touchés puisque l’emploi. L’ampleur du phénomène d’inadé- niveau local.
leur part de chômeurs de longue durée quation au marché du travail est donc plus La spécificité du Nord-Pas-de-Calais en
atteint 46,9%. important dans le Nord-Pas-de-Calais car il matière d’inadéquation sur le marché du
affecte simultanément deux catégories de travail tend à s’atténuer. La situation
OUVRIERS NON QUALIFIÉS ET travailleurs fortement représentées dans défavorable des ouvriers non qualifiés était
INADÉQUATION SUR LE MARCHÉ DU notre région. plus marquée en 1993 ; les ouvriers non
Le chômage de longue durée tient égale- qualifiés représentaient alors 28,3% duTRAVAIL : UNE SPÉCIFICITÉ RÉGIONALE
ment une place plus importante au niveau chômage contre 15,6% de l’emploi. Ils
Au niveau national, le phénomène d’inadé- régional (40,2% des chômeurs sont des présentaient alors les problèmes d’inadé-
quation de certaines catégories de travailleurs chômeurs de longue durée) qu’au niveau quation sur le marché du travail les plus
sur le marché du travail se pose différem- national (37,8% de chômeurs de longue prononcés au niveau régional.
DES DÉSÉQUILIBRES SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL AU PLAN NATIONAL ET AU PLAN RÉGIONAL
Part des catégories dans le chômage et dans l’emploi
LE DÉSÉQUILIBRE SUR LE MARCHÉ DU TRAVAILFrance Région
POUR LES OUVRIERS NON QUALIFIÉS :
UNE SPÉCIFICITÉ RÉGIONALE
Ouvriers non qualifiés Indice d’inadéquation au marché du travail pourOuvriers non qualifiés
chaque catégorie en France et dans la région60 60
4040
2,50
20 20
2,00
Ouvriers OuvriersAutres Autres
qualifiés 1,50catégories 0 0 qualifiéscatégories
France Région
1,00
0,50
0,00
Ouvriers non qualifiés Ouvriers qualifiés Employés AutresEmployés Employés
Chômage
Emploi
GUIDE DE LECTURE POUR CHACUNE DES CATÉGORIES CONSIDÉRÉES, UNGUIDE DE LECTURE LES RADARS PRÉSENTENT L’ADÉQUATION ENTRE LA SPHÈRE DE L’OFFRE DE TRAVAIL ET CELLE DE LA DEMANDE DE TRAVAIL. LES GRANDEURS
INDICE D’INADÉQUATION EST CALCULÉ. IL CORRESPOND AU RAPPORT DE LAREPRÉSENTÉES SONT LA PART DANS L’EMPLOI ET DANS LE CHÔMAGE DE CHACUNE DES CATÉGORIES DE TRAVAILLEURS DISTINGUÉES DANS CETTE ÉTUDE : OUVRIERS
NON QUALIFIÉS, OUVRIERS QUALIFIÉS, EMPLOYÉS ET " AUTRES " (CADRES, INGÉNIEURS AGENTS DE MAÎTRISE ET TECHNICIENS). UNE PARFAITE ADÉQUATION PART DE CETTE CATÉGORIE DANS LE CHÔMAGE SUR SA PART DANS L’EMPLOI.
SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL CORRESPONDRAIT À UNE SUPERPOSITION EXACTE DES DEUX FIGURES. DANS LE CAS NATIONAL, ON OBSERVE QUE LES EMPLOYÉS ENL’ABSENCE DE TOUT PHÉNOMÈNE D’INADÉQUATION, LES INDICATEURS
SONT SUR-REPRÉSENTÉS DANS LE CHÔMAGE (54,4%) PAR RAPPORT À LEUR PART DANS L’EMPLOI (26,3%). À L’OPPOSÉ, LES CADRES, INGÉNIEURS, AGENTS DEVRAIENT VALOIR UN POUR CHACUNE DES CATÉGORIES. UN INDICATEUR
SUPÉRIEUR À UN MONTRE QU’UNE CATÉGORIE EST SUR-REPRÉSENTÉE DANSDE MAÎTRISE ET TECHNICIENS SONT MOINS EXPOSÉS (14,6% DU CHÔMAGE ET 36,9% DE L’EMPLOI).
LE CHÔMAGE RELATIVEMENT AUX AUTRES CATÉGORIES.N°15
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Comparativement, le phénomène se faisait dans l’emploi (ils n’en représentent que chômeurs de longue durée de 40,9%.
alors moins sentir qu’aujourd’hui pour les 10%), ce qui explique que, sans constituer Cette structure de la population active et
employés. Depuis 1993, la place moins une part du chômage trop importante par les résultats préoccupants en matière
importante des ouvriers dans la population rapport aux autres zones d’emploi d’emploi font de ce groupe la classe la plus
active et l’inadéquation qui se concentre (20,8%), cette catégorie soit fortement représentative de la situation régionale.
progressivement sur la seule catégorie des sur-représentée dans le chômage sur la La zone d’emploi de Roubaix-Tourcoing
employés rapprochent la région de la zone lilloise. possède les mêmes caractéristiques mais
France en matière de structure de l’emploi Étant donné le déficit en techniciens, poussées à leur paroxysme. En particulier,
et du chômage. agents de maîtrise, ingénieurs et cadres cette zone possède la part des ouvriers non
Les zones d’emploi du Nord-Pas-de-Calais que présente la région par rapport à la qualifiés dans le chômage total la plus
présentent une forte hétérogénéité en France, la forte présence de cette catégorie forte de la région (32,4%) ; ils représentent
matière de structure de l’emploi et du dans la zone lilloise souligne l’importance 19,3% de l’emploi total. Le niveau préoc-
chômage. Les problèmes de l’inadéquation de son manque dans les autres zones cupant du chômage (17,1%) y est aggravé
à l’emploi et de la durée du chômage d’emploi. En dehors de Lille, Roubaix- par l’importance du chômage de longue
s’expriment différemment selon les zones. Tourcoing et Dunkerque, les zones d’emploi durée (43,2% du chômage total) qui
Ainsi, on peut distinguer quatre classes. affichent une part de techniciens, agents touche principalement les ouvriers non
de maîtrise, ingénieurs et cadres dans qualifiés et les employés.
LILLE : BEAUCOUP D’EMPLOIS l’emploi inférieure à 30%, alors qu’elle est
TRÈS QUALIFIÉS ET PEU D’OUVRIERS de 36,9% au niveau national, ce qui peut DES OUVRIERS QUALIFIÉS
constituer un désavantage pour attirer des AU CHÔMAGE DANS TROIS ZONES
La zone d’emploi lilloise constitue une entreprises.
classe à elle seule étant donnée la prédomi- Dunkerque, le Valenciennois et le Calaisis
nance des techniciens, agents de maîtrise, forment le troisième groupe. Celui-ci seSITUATIONS DÉFAVORABLES POUR
ingénieurs et cadres en son sein. Cette distingue de la région par la forte présenceLES OUVRIERS NON QUALIFIÉS
catégorie tient une place plus grande que des ouvriers qualifiés dans le chômageDANS SIX ZONES
dans le reste de la région simultanément (24,4% du chômage), notamment dans le
dans l’emploi (elle représente 39,8% de Le Douaisis, la Sambre-Avesnois, le chômage de longue durée. Par contre, les
l’emploi total) et dans le chômage (16,8% Cambrésis, Lens-Hénin et le Boulonnais ouvriers non qualifiés représentent une
du chômage total). présentent un phénomène d’inadéquation part plus faible du chômage de longue
En contrepartie, les ouvriers qualifiés sont important qui affecte simultanément les durée que dans le reste de la région.
moins présents que ce soit au niveau de employés et les ouvriers non qualifiés. Cette spécificité peut découler du souci
l’emploi ou du chômage. Les ouvriers non Ce phénomène est associé à un taux de affiché dans ces zones d’emploi d’offrir
qualifiés sont également très peu présents chômage de 18,3% et à une part de une qualification aux ouvriers.
DES ZONES D’EMPLOI TOUCHÉES DIVERSEMENT PAR L’INADÉQUATION
Écart entre le taux de chômage de laDunkerque
zone et le taux de chômage régional
+1%
Calaisis -1%
Roubaix-Tourcoing
Saint-Omer
Flandre-Lys Catégories de zonesBoulonnais
Un problème d’inadéquation
sur le marché du travail qui touche
principalement les employés.
Béthune-Bruay Lille
Berck-Montreuil Des ouvriers qualifiés en moins
bonne adéquation avec le monde
du travail.
Lens-Hénin Un problème d’inadéquation qui
touche simultanément les employés
Artois-Ternois Douaisis Valenciennois et les ouvriers non qualifiés.
L’exception lilloise, la place prédo-
minante des emplois très qualifiés.
Cambrésis
Sambre-Avesnois
Source : ANPE, Insee - DADS 1997
POSITION DES PRINCIPAUX INDICATEURS DANS CHAQUE CLASSE PAR RAPPORT À LA MOYENNE RÉGIONALE
Classe Part des ouvriers Part des ouvriers Part des employés Part des autres Part des Taux de
non qualifiés qualifiés catégories chômeurs de chômage
longue durée
dans le dans dans le dans dans le dans dans le dans
chômage l’emploi chômage l’emploi chômage l’emploi chômage l’emploi
- = == += = - - -
- = += == = = = +
+= = = - = = = = +
== - - = = + + = -
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°15
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Cette préoccupation pourrait faire de ces Flandre-Lys présente des résultats paradoxa-
L’INADÉQUATION CRÉE-T-ELLE DU CHÔMAGE ?
zones un terrain propice aux implantations lement très similaires à ceux de Roubaix-
de nouvelles entreprises. Néanmoins, les Tourcoing en matière de structure de Le Nord-Pas-de-Calais se distingue par la
résultats de cette classe en terme de taux chômage et totalement opposés à ceux de persistance de deux phénomènes : un taux
de chômage sont décevants ; avec 18,4% Roubaix-Tourcoing en matière de niveau de chômage plus élevé que la moyenne
elle obtient le taux le plus élevé de la de chômage. Les ouvriers non qualifiés
nationale et un phénomène d’inadéquation
région. Il convient de souligner que ce taux sont nombreux dans la population active ; ils
entre l’offre et la demande de travail plus
varie beaucoup d’une zone d’emploi à s’avèrent très représentés dans le chômage
important qu’au plan national. Le parallélisme
l’autre : s’il est inférieur à la moyenne régio- (28%), mais aussi dans l’emploi (23,8%).
entre ces deux phénomènes est tentant,nale dans la zone de Dunkerque, il est le En 1997, Flandre-Lys présente le taux de
mais il est délicat à prouver et à soutenir.plus important de la région pour le chômage le plus faible de la région
On peut envisager que les déséquilibresValenciennois. (9,6%).
observés sur le marché de l’emploi soient
DES ZONES D’EMPLOI MOINS TOUCHÉES générateurs de chômage dans une certaine
Pour comprendrePAR LE PHÉNOMÈNE D’INADÉQUATION mesure. En effet, le manque d’adéquation
ces résultatsENTRE L’OFFRE ET LA DEMANDE entre l’offre et la demande de travail peut
SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL L’étude a été menée sur les chômeurs de conduire certains entrepreneurs à privilégier
catégorie 1 inscrits à l’ANPE au 31 décembre leurs implantations d’entreprises sur des
Une classe très hétérogène regroupe des 1993 et les chômeurs de catégorie 1 et 6
zones plus riches en personnel qualifié quezones d’emploi caractérisées par leurs inscrits à l’ANPE au 31 décembre 1997.
le Nord-Pas-de-Calais. De ce point de vue, leDans les deux cas, il s’agit de chômeurs quirésultats convenables en matière de taux
sont à la recherche d’un emploi à durée phénomène de l’inadéquation sur le marchéde chômage et de part de chômeurs de
indéterminée à temps plein et n’ayant pas
du travail permettrait d’expliquer en partielongue durée dans le chômage total. Dans
exercé une activité de plus de 78 heures
cette classe, les problèmes d’inadéquation la différence de niveau de chômage entre ladans le mois. On qualifie de chômeurs de
touchent moins fortement les ouvriers non longue durée les chômeurs inscrits à l’ANPE France et la région.
depuis au moins un an.qualifiés. Les employés sont les principaux Néanmoins, il serait hâtif d’en rester à cette
L’étude a également été menée sur lesdéfavorisés ; ils représentent 52,7% du explication. En effet, un fort niveau deemplois salariés non annexes du secteur
chômage contre seulement 24,7% de
marchand et à temps plein enregistrés par chômage peut justifier les déséquilibres
l’emploi. Il convient cependant de discerner les DADS en 1997. observés. Certaines personnes sont mieux
trois sous-catégories dans ce groupe. On peut souligner que les fichiers ANPE
armées que d’autres grâce à leur qualification
découlent d’une déclaration des chômeursBéthune-Bruay et Saint-Omer sont caracté-
et leurs diplômes pour trouver un emploi.reposant sur leur qualification, tandis querisées par un problème d’inadéquation
les DADS proviennent des déclarations des Il semble dès lors logique d’observer desconcernant principalement les employés.
entreprises sur les postes occupés par leurs
disparités concernant les chances d’obtentionLa forte présence d’ouvriers qualifiés dans salariés.
d’un emploi entre les différentes catégoriesla population active ne se traduit pas par Les taux de chômage exprimés correspondent
à la définition du chômage au sens du BIT. de travailleurs. De ce point de vue, c’est leun nouveau déséquilibre sur le marché du
Quatre catégories de travailleurs ont ététravail. Ceci s’explique par le fait que ces taux de chômage élevé de la région qui
retenues : les ouvriers non qualifiés, les
deux zones d’emploi proposent un nombre expliquerait l’inadéquation observée sur leouvriers qualifiés, les employés et une
de postes suffisant pour les ouvriers. Ainsi, dernière catégorie qui regroupe les techni- marché du travail.
leur part d’ouvriers qualifiés dans l’emploi ciens, les agents de maîtrise, les ingénieurs De plus, les résultats obtenus au niveau des
et les cadres.total atteint 36,9% de l’emploi total. zones d’emploi montrent que le parallélisme
Il convient de souligner que l’étude n’intègreBéthune-Bruay et Saint-Omer se caracté-
entre les deux phénomènes n’est pas toujourspas les effectifs du secteur non marchand en
risent par des taux de chômage légèrement
raison de leur place très particulière sur le respecté. La zone Flandre-Lys prouve que la
inférieurs à la moyenne régionale. marché du travail. Une étude qui tiendrait
forte présence d’ouvriers non qualifiés dans
L’Artois-Ternois et Berck-Montreuil se distin- compte de ces données présenterait des
la population active n’entraîne pas fatalementrésultats différents en particulier à cause deguent par une forte présence d’employés.
la présence importante d’employés dans le un fort taux de chômage. Le ValenciennoisCes derniers représentent la majeure partie
secteur public. Néanmoins ces résultats ne montre, quant à lui, qu’une populationdu chômage, mais aussi 30,2% des emplois.
modifieraient pas les conclusions étant
ouvrière plus qualifiée que la moyenne n’estLes autres catégories de travailleurs ne sont donné l’ampleur du phénomène d’inadé-
pas affectées par le problème de l’inadé- quation sur le marché du travail (à titre de pas suffisante pour résorber un fort excès de
comparaison, au recensement de 1990, laquation à l’emploi. De plus, le taux de chômage (à long terme, les récentes
part des employés dans la population activechômage et la part de chômeurs de implantations d’entreprises dans cette zone
salariée tous secteurs confondus s’élevait à
longue durée sont bas par rapport au reste pourraient relativiser ce constat).30,1%).
de la région, respectivement 11,6%, et 30,6%.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : François HOUSSIN - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal janvier 2000 - © Insee 2000 - Code Sage PR0991520 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.