Recensement de la population 1999 : activité et métiers en Champagne-Ardenne

De
Publié par

Au recensement de 1999, avec 518 400 actifs occupés, la Champagne-Ardenne se situe pratiquement au même niveau qu'en 1990. Dans la période intercensitaire, il faut distinguer deux phases, d'abord une baisse des effectifs employés jusqu'en 1994, puis une phase plus favorable à l'embauche et marquée par la reprise de l'emploi. Ceci s'est traduit au niveau national par une hausse du nombre des actifs occupés. La stabilité relative enregistrée par la région masque des évolutions contrastées : seule la Marne connaît une progression de l'emploi, les trois autres départements affichent un recul. Le secteur tertiaire reste le premier employeur régional mais il ne représente que 64 %, soit huit points de moins qu'à l'échelon national. L'industrie et l'agriculture se situent au-dessus de la moyenne française. La comparaison des résultats des deux derniers recensements fait néanmoins apparaître un accroissement des postes dans le tertiaire, toutefois moindre dans la région qu'au plan national. Dans le même temps le secteur agricole, de plus en plus industrialisé, a connu une concentration des exploitations qui contribue à réduire l'emploi. L'emploi dans l'industrie et la construction a fortement diminué entre 1990 et 1999, hormis pour l'automobile, seul secteur industriel de la région où il progresse. Parmi les 1 100 000 champardenais de plus de 15 ans, 22 % sont retraités. La Champagne-Ardenne compte moins d'ouvriers et d'agriculteurs qu'en 1990. A l'inverse les professions intermédiaires, les employés et les cadres sont plus nombreux. Ces évolutions ne sont pas suffisantes pour changer le caractère plutôt agricole et ouvrier de la région. En dix ans l'activité féminine a progressé. La modernisation des postes de travail, la recherche de la parité et de l'égalité face à l'accès à l'emploi sont autant d'explications à cette évolution. Cependant moins d'un employé sur quatre est un homme et seulement un cadre supérieur sur trois est une femme.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Nº 28 - Novembre 2001 - Prix : 15F (2,29€)
Recensement de la population de 1999
Activité et métiers en Champagne-Ardenne
Emploi et secteurs d’activité
moyenne nationale, la Haute-Marne arrivant en deuxièmeAvec 518 400 actifs occupés recensés en mars 1999,
position suivie des Ardennes et de l’Aube. Parmi les grandesl’emploi en Champagne-Ardenne se situe pratiquement au
composantes de la branche, les services administrés rassemmême niveau qu’en 1990. Pendant la période intercensitaire -
deux phases conjoncturelles se sont succédées : la première, blent une large part des effectifs notamment dans les activités
liées à la santé et l’action sociale, à l’administration et, dansjusqu’en 1994, a été marquée par une baisse des effectifs em-
une moindre mesure, à l’éducation. Si ces proportions sontployés tandis que la seconde a été beaucoup plus favorable à
l’embauche et à une reprise de l’emploi. Cette dernière s’est sensiblement les mêmes au niveau national, il n’en va pas de
même pour les services marchands destinés aux particulierstraduite au niveau national par une hausse globale de 3,3%
et aux entreprises qui totalisent 19% des effectifs en Franceen neuf ans, à rapporter à la stabilité relative enregistrée en
métropolitaine contre 15% en Champagne-Ardenne. S’agisChampagne-Ardenne. Si au cours des années -
sant des métiers exercés dans le tertiaire, deux postes de traquatre-vingt-dix, l’emploi régional n’a que peu varié, ce -
constat mérite toutefois d’être nuancé selon le département. vail sur cinq sont occupés par des employés, pour la plupart
membres de la fonction publique et près d’un quart le sontAinsi, seule la Marne a connu une progression de l’emploi
par les professions intermédiaires. Là encore, le déséquilibre(+2,9%) tandis que les trois autres départements affichent un
recul : de -2,4% pour les Ardennes à -2,7% pour l’Aube et France-Champagne-Ardenne persiste. Les employés des ser-
vices administrés sont, en effet, proportionnellement plus-2,8% pour la Haute-Marne. En dépit des disparités géogra-
nombreux dans la région qu’en Métropole. Inversement, lesphiques mais aussi sectorielles de l’emploi, la structure
même du tissu productif local demeure, quant à elle, in-
changée. Emploi au lieu de travail par statut selon le secteur
d’activité en 1999
Une région qui demeure industrielle Secteur d'activité Ensemble Salariés Non salariés
Ensemble 518 371 456 087 62 284et agricole
Agriculture 38 421 13 480 24 941
En 1999, le secteur tertiaire est le premier employeur régio Industrie 117 902 112 471 5 431-
nal. Il compte près de 307 000 salariés et 27 000 non salariés, Construction 28 379 23 154 5 225
représentant ainsi 64% de l’emploi local. Cependant, bien
Tertiaire 333 669 306 982 26 687
que prépondérante, sa part dans l’ensemble des effectifs est
dont commerce 63 978 54 632 9 346inférieure à celle observée sur l’ensemble du territoire métro-
politain. Même la Marne, qui concentre pourtant la majorité
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
des postes tertiaires de la région, se situe en deçà de la
INSEE Flash Champagne-ArdenneEmploi au lieu de travail par catégorie socioprofessionnelle et secteur d’activité en Champagne-Ardenne en 1999
Ensemble Agriculture Industrie Construction Tertiaire
Catégorie socioprofessionnelle Ensemble dont commerce
Ensemble 518 371 38 421 117 902 28 379 333 669 63 978
Agriculteurs exploitants 24 740 24 740 - - - -
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 29 251 173 5 201 5 201 18 676 8 567
Cadres, professions intellectuelles supérieures 45 656 196 7 464 649 37 347 3 732
Professions intermédiaires 106 962 714 22 062 2 750 81 436 12 961
Employés 144 251 942 8 635 1 330 133 344 22 248
Ouvriers 167 511 11 656 74 540 18 449 62 866 16 470
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
cadres supérieurs le sont moins, ce constat
Évolution de l’emploi au lieu de travail selon le secteur d’activiéillustrant, en partie, le manque relatif, en
Champagne-Ardenne, d’emplois qualifiés.
Unité : %L’industrie champardennaise concentre en-
viron 118 000 postes de travail, soit près du Champagne- France de Île-de- FranceSecteur d’activitéquart de l’emploi champardennais. En Ardenne province* France métropoli-
taineoutre, ses effectifs sont proportionnellement
Ensemble -0,2 +4,5 -0,7 +3,3plus importants qu’au niveau national : 23%
contre 18%. Héritières de traditions biens Agriculture -22,2 -26,6 -8,8 -26,2
ancrées dans la région, les industries agroa-
Industrie -14,5 -8,6 -25,4 -11,8
limentaires, particulièrement présentes
Construction -12,5 -12,2 -26,1 -15,0dans la Marne, et les biens intermédiaires
(métallurgie et travail des métaux, surtout Tertiaire +11,2 +14,8 +7,2 +12,8
dans les Ardennes et textile-Habillement dont commerce -1,2 +2,1 -3,7 +0,8
dans l’Aube) expliquent largement cet écart.
*France métropolitaine hors Île-de-FranceCependant, celui-ci s’est réduit au cours de
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999la dernière décennie. Plus de deux ouvriers
sur cinq occupent un emploi industriel, la
plupart d’entre eux étant des hommes. Avec
un taux de féminisation de 37%, l’Aube se de dispositifs particuliers comme les emplois jeunes. Dopés
démarque des autres départements, l’insertion des femmes par l’essor du travail temporaire, comptabilisé dans les servi-
dans le marché du travail, en particulier dans l’industrie tex- ces opérationnels aux entreprises indépendamment de l’acti-
tile, y étant déjà ancienne. Enfin, le secteur agricole repré- vité réellement exercée, les effectifs des services aux
sente 7% de l’emploi champardennais et offre plus de 38 400 entreprises ont eux aussi progressé, notamment dans les
postes de travail. Cette proportion, proche de la moyenne ré- Ardennes où ce secteur a enregistré une hausse de 36,4%
gionale dans l’Aube et la Haute-Marne, atteint 9% dans la (contre 24,9% au niveau régional et 24% au niveau natio-
Marne, 5% dans les Ardennes et seulement 3% en France nal). Exception faite de la Marne, le dynamisme du tertiaire
métropolitaine. n’a toutefois pas suffi à compenser les baisses enregistrées
dans les autres branches de l’économie.
Entre 1990 et 1999, l’emploi dans l’industrie et la construc-
Tertiarisation de l’emploi dans la Marne tion a fortement diminué au cours de la dernière décennie,
dans la région comme au plan national. Le bâtiment et laencore plus qu’ailleurs
confection, gros employeurs de main-d’œuvre, ont nette-
ment réduit leur activité et dans l’industrie, la mise en place
Au-delà de ces grandes tendances caractéristiques du sys- de systèmes de production automatisés a induit une réduc-
tème productif champardennais - forte présence industrielle
tion importante de l’emploi. Dans le textile, les effectifs ont
et agricole, moindre place des services - la comparaison des
diminué de 22,5% tandis que la métallurgie et le travail des
résultats des deux derniers recensements de la population
métaux, soumis à de fortes restructurations, enregistrent une
(1990 et 1999) montre que la décennie quatre-vingt-dix a été
baisse de 17,7%. L’automobile est le seul secteur en hausse,
marquée par l’accroissement des postes de travail dans le ter- il a progressé de 6% en neuf ans, en particulier dans les
tiaire. En effet, des quatre grands secteurs qui composent
Ardennes où les équipementiers ont connu un regain d’acti-
l’activité régionale, seul celui-ci a gagné des emplois. Tout
vité en fin de période. Dans la construction, le mouvement de
comme au plan national, les plus fortes progressions ont été
restructuration entamé dans les années quatre-vingts s’est pour-
enregistrées dans les services administrés. Cette augmenta-
suivi dans la décennie quatre-vingt-dix entraînant des fermetu-
tion s’explique principalement par celle des aides à l’emploi
res d’entreprises accompagnées d’une diminution des effectifs
non marchand attribuées aux administrations dans le cadre
salariés.
INSEE Flash Champagne-ArdenneEvolution entre 1990 et 1999 de l’emploi au lieuDans le même temps, le secteur agricole a subi un certain
de travail par sexe et secteur d’activiténombre de mutations qui se sont soldées par une concentra-
tion des exploitations. Au cours des années quatre-vingt-dix,
%
le nombre des petites et moyennes exploitations est passé, 20
dans la région, de 30 300 à seulement 20 900 tandis que ce 15-
10lui des plus grandes a doublé. Cette baisse du nombre des
5structures agricoles est néanmoins moins marquée dans la
0région qu’au niveau national. Ces évolutions, reflets de
-5l’émergence d’une agriculture plus industrialisée, ne sont
-10pas sans répercussion sur la structure de l’emploi agricole. En
-15
Champagne-Ardenne, celui-ci a diminué de plus de 22%
-20
contre 26% au niveau national, la meilleure tenue de l’em-
-25
ploi local agricole s’expliquant avant tout par l’importance
-30
de la viticulture davantage consommatrice de
-35
Ensemble Agriculture Industrie Construction Tertiaire dontmain-d’œuvre.
Commerce
Si d’une activité à l’autre les évolutions de l’emploi sont iné-
Femmes Hommesgales, il en va de même pour les départements. La Marne,
avec un total de 6 500 emplois créés, a surtout connu un ren-
forcement de son secteur tertiaire, qui enregistre même les Source : INSEE, recensement de la population de 1999
plus fortes progressions de la région
(+13,5% en neuf ans). De plus, le caractère Part de l’industrie et des services dans l’emploi en Champagne-Ardenne
fortement viticole du département lui a per-
mis de mieux résister à la chute des effectifs . Industrie Services
Avec un déficit de 2 200 postes de travail, la
Haute-Marne affiche un repli global de
l’emploi qui n’a épargné que le secteur ter-
Charleville-MézièresCharleville-Mézièrestiaire (+5,5%). Ce dernier est toutefois loin
Sedan Sedand’atteindre le même rythme de croissance
que dans les autres départements champar-
RethelRethel
dennais. Dans le même temps, l’agriculture VouziersVouziers
haut-marnaise a perdu plus d’un emploi sur
ReimsReims
quatre et l’industrie plus d’un sur neuf. Dans
Epernay Sainte-MenehouldEpernay Sainte-Menehouldles Ardennes comme dans l’ensemble de la Châlons-en-ChampagneChâlons-en-Champagne
région, l’emploi industriel a également di-
minué mais à un degré moindre qu’aux ni- Vitry-le-FrançoisVitry-le-François
veaux régional et national en raison de la
Saint-DizierSaint-Dizier
bonne tenue de l’activité des équipemen- Romilly-sur-SeineRomilly-sur-Seine
tiers automobile. En revanche, la concentra-
Troyes Troyestion des exploitations agricoles et le repli
Bar-sur-AubeBar-sur-Aubemarqué de l’élevage sont notamment à l’ori- Chaumont Chaumont
gine de la forte baisse de l’emploi agricole
LangresLangresardennais. Enfin, l’Aube a vu ses effectifs oc-
cupés diminuer de plus de 3 000 postes de 33 49
en % en %22 40travail. Traditionnellement industriel et for-
13 32
tement féminisé, le département a souffert
des pertes d’emplois dans les industries du Source : INSEE, recensement de la population de 1999
© INSEE-IGN 2001textile et de l’habillement.
Emploi au lieu de travail par catégorie socioprofessionnelle et secteur d’activité en 1999 en France métropolitaine
Secteur d’activité
Ensemble Agriculture Industrie Construction TertiaireUnité : %
Ensemble 100 100 100 100 100
Agriculteurs exploitants 3 65 - - -
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 7 2 5 20 6
Cadres, professions intellectuelles supérieures 13 1 11 4 15
Professions intermédiaires 23 3 23 11 25
Employés 29 3 9 5 38
Ouvriers 25 26 52 60 16
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
INSEE Flash Champagne-ArdenneCatégories socioprofessionnelles
Population de 15 ans ou plus par sexe et catégotie
socioprofessionnelle en1999Au recensement de 1999, 1 100 000
Champardennais étaient âgés de 15 ans ou
Unités : nombre et %plus, soit une augmentation de 1,7% par
rapport à 1990, tandis que dans le même Effectif Evolution Part des femmes
temps la population régionale diminuait. Catégorie socioprofessionnelle en1999 1990-1999
en 1990 en 1999L’analyse des résultats complémentaires du
recensement de la population de 1999 com- Ensemble 1 096 719 +1,7 51,4 51,6
parés à ceux de 1990 permet non seule- Agriculteurs exploitants 25 059 -31,3 35,4 31,7
ment d’en savoir un peu plus sur les
personnes travaillant en Cham Artisans, commerçants, 31 837 -9,5 33,2 31,6-
chefs d'entreprisepagne-Ardenne mais elle permet également
de mieux connaître les habitants de la région Cadres et professions 47 352 +15,8 28,2 33,6
et notamment leur catégorie socioprofes- intellectuelles supérieures
sionnelle.
Professions intermédiaires 114 781 +18,0 42,6 47,1
Employés 170 408 +13,1 79,1 77,3
Dynamisme des professions Ouvriers 200 427 -9,6 23,4 21,0
Retraités 240 943 +15,2 49,9 51,2intermédiaires et des employés
Autres personnes sans activité 265 912 -7,4 70,3 67,8
professionnelleEn neuf ans, un certain nombre de mutations
socioprofessionnelles ont affecté la région.
Source : INSEE, recensements de la population de 1990 et 1999
Premièrement, les Champardennais ont
vieilli et les retraités représentent désormais
22% de la population des 15 ans ou plus,
soit une augmentation de près de 38 000 personnes. Deuxiè pour l’ensemble des professions. Plus du tiers des artisans,-
mement, si les ouvriers et les agriculteurs demeurent plus commerçants et chefs d’entreprise et un quart des cadres su-
présents en Champagne-Ardenne qu’en France, la structure périeurs appartiennent également à cette tranche d’âge. A
l’autre extrémité, plus d’un employé sur quatre a entre 15 etdes métiers a néanmoins connu quelques changements au
cours de la dernière décennie. En 1999, la région compte 29 ans soit, si l’on exclut l’ensemble des inactifs, cinq points
moins d’ouvriers et d’agriculteurs qu’en 1990. Si les premiers de plus que la moyenne régionale, cette proportion étant la
même chez les ouvriers. Si ces métiers concentrent globaleétaient environ 220 000 au début des années -
quatre-vingt-dix, ils ne sont désormais plus que 200 000, soit ment plus de « jeunes » que les autres, ceux-ci sont toutefois
une baisse de 9,6% en neuf ans. Les seconds sont au plus nombreux à poursuivre des études qu’à exercer un métier.-
Au sein de la région, les populations ouvrières se concentrentjourd’hui 25 000 alors qu’ils étaient 36 000 neuf ans plus tôt.
La concentration des exploitations agricoles et les gains de surtout le long de la Vallée de la Meuse, à l’intérieur de la
zone délimitée par Epernay-Vitry-Le-François-Romilproductivité réalisés dans l’industrie sont autant d’éléments -
qui expliquent la réduction importante de la main-d’œuvre ly-sur-Seine, autour de Troyes et Bar-sur-Aube et à l’est tout
exerçant ces deux métiers. Les membres des professions in le long de la frontière entre la Haute-Marne et l’est lorrain. Le-
sud ardennais, le triangle viticole marnais qui relie le pourtermédiaires, les employés et les cadres supérieurs sont, -
quant à eux, plus nombreux qu’au début des années tour de la montagne de Reims, la vallée de la Marne et la ville
quatre-vingt-dix, les premiers ayant même enregistré une d’Epernay ainsi que les cantons ruraux de l’Aube et de la
Haute-Marne, accueillent, pour leur part, une proportion nohausse de 18% (respectivement +13,1% et +15,8% pour les -
deux autres). Leur rythme de croissance est cependant resté table d’agriculteurs tandis que les professionnels des métiers
inférieur à celui enregistré au niveau national. Au total, ces de services résident généralement dans les cantons urbains
métiers, plus présents dans le tertiaire, se sont développés en de la région, leur localisation suivant celle des administra-
Champagne-Ardenne comme en France mais leur progres tions et entreprises tertiaires de la région.-
sion a néanmoins été insuffisante pour combler le retard de la
région par rapport à la moyenne nationale.
Vers une plus grande féminisationSi le profil par âge des différentes catégories socioprofession-
nelles reflète celui de la pyramide des âges - vieillissement
général de la population en liaison avec celui des enfants nés La dernière décennie du millénaire se caractérise aussi par
du baby boom - certaines particularités méritent néanmoins une progression de l’activité féminine qui est loin d’être né-
d’être précisées. Ainsi, exception faite des retraités, les gligeable tandis que celle des hommes baisse. En neuf ans,
Champardennais, lorsqu’ils exercent un métier, sont majori- de nombreuses professions se sont ouvertes aux femmes et
tairement âgés de 30 à 49 ans. Les agriculteurs exploitants notamment dans des métiers à plus forte qualification. Les
sont, en revanche, plus âgés, 37% d’entre eux étant âgés d’au Champardennaises représentent plus de la moitié de la po-
moins 50 ans alors que cette proportion n’est que de 21%
INSEE Flash Champagne-ArdenneLes principales catégories socioprofessionnelles en Champagne-Ardenne
Employés Agriculteurs Ouvriers
Charleville-MézièresCharleville-Mézières Charleville-Mézières
Sedan SedanSedan
RethelRethel Rethel
VouziersVouziers Vouziers
ReimsReims Reims
Epernay Sainte-MenehouldEpernay Sainte-Menehould Epernay Sainte-Menehould
Châlons-en-ChampagneChâlons-en-Champagne Châlons-en-Champagne
Vitry-le-FrançoisVitry-le-François Vitry-le-François
Saint-DizierSaint-Dizier Saint-Dizier
Romilly-sur-SeineRomilly-sur-Seine Romilly-sur-Seine
TroyesTroyes Troyes
Bar-sur-AubeBar-sur-Aube Bar-sur-Aube
ChaumontChaumont Chaumont
LangresLangres Langres
2116 5en % en % en % 1914 3
1612 1
Source : INSEE, recensement de la population de 1999
© INSEE-IGN 2001
pulation âgée de 15 ans ou plus mais seulement deux actifs
occupés sur cinq. La parité reste donc l’exception. Si le mé- Pour en savoir plus
tier d’employé reste très fortement féminisé, la parité est,
quant à elle, atteinte dans le cas des professions intermédiai- - INSEE FLASH n° 27, novembre 2001, “Les familles plus nombreuses et
res où le taux de féminisation est de 53%. En revanche, les plus petites”.
autres métiers demeurent fortement masculins notamment - L’industrie champardennaise en 15 secteurs (fiches sectorielles).
ceux d’ouvriers, d’artisans, de commerçants et de chefs d’en - A paraître : INSEE FLASH n° 29 consacré aux migrations.-
treprise où ils représentent environ 80% des effectifs. - INSEE Première n° 792, juillet 2001, “Les métiers se redéploient sur le
territoire métropolitain”.
- INSEE Première n° 791, juillet 2001, “ De plus en plus de femmes im-Bruno DELABRUYÈRE
migrées sur le marché du travail”.
- INSEE Première n° 790, juillet 2001, “L’espace des métiers de 1990 à
1999”.
DéfinitionsActifs ayant un emploi par sexe et catégorie
socioprofessionnelle en 1999
Emploi au lieu de travail : ensemble des personnes qui ont une profes-
sion et qui l’exercent sur le territoire français au moment du recense-
Agriculteurs ment, comptabilisé dans leur commune de lieu de travail.
exploitants Secteur d’activité : il s’agit de l’activité principale exercée par
l’établissement employeur regroupée en nomenclature économique deArtisans, commerçants
synthèse.et chefs d'entreprise
Catégorie socioprofessionnelle : nomenclature des professions, ré-
Cadres et professions
partie ici en 8 catégories. Les 6 premières distinguent la profession dé-intellectuelles supérieures
clarée des actifs ayant un emploi et des chômeurs ayant déjà travaillé :
Professions - « Agriculteurs exploitant »,
intermédiaires
- « Artisans, commerçants et chefs d’entreprise »,
- « Cadres et professions intellectuelles supérieures »,Employés
- « Professions intermédiaires »,
- « Employés »,
Ouvriers
- « Ouvriers ».
La catégorie des « retraités » regroupe tous les anciens actifs.
%0 102030405060
La des « autres personnes sans activité professionnelle »
Femmes Hommes englobe les chômeurs n’ayant jamais travaillé, les militaires du contin-
gent, les élèves et étudiants ainsi que toutes les personnes sans activité
professionnelle de moins ou plus de 60 ans (sauf les retraités).Source : INSEE, recensement de la population de 1999
INSEE Flash Champagne-ArdenneRECENSEMENT DE LA POPULATION 1999
Les résultats de l'exploitation complémentaire
Les données relatives à la profession, à l'activité économique
et aux liens familiaux disponibles sous de multiples formes
FASCICULE RÉGIONAL
Les résultats détaillés
des départements,
les résultats synthétiques
et historiques des communes,
cantons, zones d'emploi.
COMMUNES…PROFILS
Toutes les communes
d'un département.
1800 indicateurs
sur tous les thèmes,
issus de l'exploitation
principale et de
complémentaire.
De l’infographie sur zone standard ou personnalisée,
des collections de tableaux sur tout territoire standard
ou personnalisé, des bases de données locales …
Pour en savoir plus : «Accueil INSEE information»
Champagne-Ardenne
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Michel GAUDEY, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey
Rédacteur en chef : Johara Khélif - Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Gilbert Cholet - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement : 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros) (reste
du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93 euros)
(reste du monde).
© INSEE-2001 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA012860 Dépot légal : novembre 2001
INSEE Flash Champagne-Ardenne
TAB L EA U X RÉF É RENCES ETA NA L YS E S
Explo ita tio n c o m plé m e nta ir e
Départements
Zones d’emploi
DDB
&
C
o.
HINTZY
HEYMANN

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.