Retour sur l'emploi en 2005 : la Lorraine encore en net repli

De
Publié par

Après les baisses de 2003 et 2004, 2005 est à nouveau marquée par une perte, de près de 4 800 emplois salariés lorrains (-0,6%), surtout dans l'industrie, alors que le niveau national est en progression de 0,6%. Le décalage de la Lorraine avec les évolutions nationales s'accentue donc encore en 2005, mais constituerait un point bas avant la stabilisation. Si la Meurthe-et-Moselle tire relativement bien son épingle du jeu avec une perte limitée à 0,2%, il n'en va pas de même pour la Moselle (-0,5%), les Vosges (-1,1%), la Meuse affichant la plus forte baisse (-1,6%).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°N 91 Retour sur l’emploi en 2005 :
Après les baisses de 2003 et 2004, 2005 est à nouveau marquée
par une perte, de près de 4 800 emplois salariés lorrains (-0,6%), surtout
dans l’industrie, alors que le niveau national est en progression de 0,6%.
Le décalage de la Lorraine avec les évolutions nationales s’accentue
donc encore en 2005, mais constituerait un point bas avant la stabilisation.
Si la Meurthe-et-Moselle tire relativement bien son épingle du jeu avec
une perte limitée à 0,2%, il n’en va pas de même pour la Moselle (-0,5%),
les Vosges (-1,1%), la Meuse affichant la plus forte baisse (-1,6%)
Avec près de 133 500 emplois créés, croissance (+500 salariés contre +700 en 2004).
l’emploi salarié français connaît une réelle La part de l’emploi non salarié reste à 7% de
progression (+0,6%) selon les chiffres esti- l’emploi total. Au final, la Lorraine perd donc
més au 31 décembre 2005. L’agriculture 0,5% de ses emplois, soit 4 200 postes. Con-
(-2,4%)etl’industrie (-2,2%) connaissent de trairement à 2004 où tous les secteurs étaient
nouvelles pertes d’effectifs, notamment l’ha- déficitaires, en 2005 la construction et les ser-
billement (-9,2%)etletextile (-8,5%), alors vices affichent respectivement 2,2% et 0,2%
que, comme en 2004, le BTP assure l’essen- de croissance d’emploi. L’industrie ralentit à
tiel de la croissance des emplois salariés peine ses pertes d’emploi par rapport à 2004
(+3,6%). Le tertiaire marque aussi une pro- (-3,6% contre -3,9%) alors que l’agriculture et le
gression grâce notamment au secteur des commerce sont quasi stabilisés. Les secteurs
services (surtout la recherche et développement, de la métallurgie (-1 600), de l’industrie automo-
R&D à +4%) qui croît plus qu’en 2004 (+1,2% bile (-1 500) et de l’éducation (-1 100)enregis-
contre +0,5%) quand le commerce est en pro- trent les pertes d’emploi les plus conséquentes,
gression comparable à 2004 (+0,3%). Quinze alors que la santé et action sociale (+1 500)ain-
régions connaissent une croissance de leur si que le BTP (+1 000) connaissent les plus for-
emploi salarié, alors qu’elles n’étaient qu’une tes progressions.
dizaine en 2004. Cette progression est nette,
Le taux de féminisation de l’emploi lorrain,d’autant que quatre se situent au-dessus des
très variable selon les secteurs d’activité, pro-1% de hausse.
gresse lentement pour atteindre 46,3%
La Lorraine tranche sur ces bons résultats, contre 45,8% en 2004, alors que le taux
se classant,avec-0,6%,dernièredes ré- français est stable à 47,3%.
gions françaises. Elle perd encore 4 800
emplois mais réduit de moitié ses pertes par
La Meurthe-et-Moselle tirerapport à 2004 (-9 600), où elle enregis-
trait déjà la plus forte baisse des régions. à nouveau son épingle du jeu
L’emploi non salarié continue à progresser Avec 0,2% de perte d’emplois salariés, la
(+0,9%), malgré une petite baisse du rythme de est le moins touché des dé-
Vpartements lorrains. Ses emplois zone.Lazoned’emploideToul perd Meuse : net recul
non salariés (+0,5%) atténuent légè- un peu plus de 250 emplois, dont de l'emploi
rement la perte d’emploi total. paradoxalement l’essentiel dans le
La Meuse prend en 2005 la der-BTP (-150, soit 9,3%) qui est le sec-L’industrie est, comme en 2004, le
nière place des départements lor-teur lorrain le plus actif. La zonesecteur le plus touché avec 900
rainsentermesd’évolution ded’emploi de Nancy dégage des em-disparitions d’emplois, notamment
l’emploi salarié à -1,6%, soit -1 000plois dans le bâtiment (+300), et endans la métallurgie (-300), la produc-
emplois. Alors qu’en 2004 laperd 500 dans l’industrie, notam-tion d’eau, gaz, électricité, l’équipe-
hausse des emplois non salariés enment dans les secteurs de l’eau,ment du foyer et l’habillement (-100
compensait une partie, ils perdentgaz et électricité, de l’équipement du
pour chacun). L’éducation (-300)
0,7% en 2005. Mis à part le BTPfoyeretdel’habillement.Letertiaire,continue sa baisse d’effectif, ainsi
qui progresse légèrement (+0,5%),quant à lui, est stable. L’éducation,que les transports (-250). Les sec-
tous les secteurs de l’économiele transport et le commerce deteurs des activités financières, de la
meusienne sont touchés : -5,2%gros ont des effectifs en chute (680fonction publique et des services
pour l’industrie, -2,4% pour le com-en tout), mais le commerce de dé-aux particuliers (+300 chacun), en
merce, et les services à -0,2%.tail, les activités financières et lesnette progression, suffisent à peine
services aux personnes et l’action L’industrie perd près de 700 em-à garder le tertiaire en croissance
sociale en créent plus de 1 000. plois répartis entre la métallurgied’effectifs. La santé et action sociale
(-210), les équipements du foyer etreste le secteur le plus employeur,
Le taux de féminisation de l’em- les industries agricoles et alimentai-suivi par l’administration (à eux deux,
ploi (48,1%) est toujours le plus res pour les plus importants. Tous27% des emplois du département).
fort de Lorraine, au-dessus les secteurs industriels sont en défi-
Les zones d’emploi de Longwy, Toul
même de la moyenne nationale cit d’emploi, à l’exception de la
et Nancy perdent encore des sala-
(47,3%). Longwy dépasse les chimie et de l’automobile. Le com-
riés, celle de Lunéville est stable et
50%, Nancy est à ce niveau, merce de gros est en proportion
celle de Briey est en légère progres-
mais Lunéville (46,5%), Briey à fortement touché (-10%). On re-
sion. Lunéville est la seule de la ré-
42,7% et surtout Toul (37,4%) trouve les tendances régionales
gion à voir croître son emploi
sont encore loin de l’équilibre. pour les services, puisque l’éduca-
industriel. L’automobile, l’équipement
mécanique et l’industrie agricole
Régression de l'emploi lorrainsont à l’origine de ces embauches,
la dynamisation de sa zone indus- Évolution de l'emploi salarié
trielle communautaire n’y est sans
Indice base 100 en 1993120
doute pas pour rien. Briey tire sa
118croissance d’emplois des services France
116opérationnels, des transports et de
l’action sociale. Les services opéra- 114
Moselletionnels recouvrent aussi les agen- 112
ces d’intérim, lesquelles, sur ce
110
secteur géographique, traitent des
108 Lorraine
Meurthe-missions au Luxembourg. La zone
et-Moselle
106 Vosgesd’emploi de Longwy continue de
Meuse
104perdre des emplois dans la métal-
102lurgie (-170), les autres secteurs
étant peu “embaucheurs”. Ce sont 100
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
les emplois transfrontaliers qui sont
les véritables moteurs de cette Source : Insee - Estimations d'emploi (données 2005 provisoires)
La Lorraine perd encore des emplois
Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges Lorraine France
Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution
Emploi 2004- 2004- 2004- 2004- 2004- 2004-
2005 2005 2005 2005 2005 2005
2005 2005 2005 2005 2005 2005
(%) (%) (%) (%) (%) (%)
260 868 -0,17 68 000 -1,52 361 433 -0,38 146 730 -0,90 837 031 -0,50 24 870 351 0,64Total
Non salarié 17 409 0,47 7 803 -0,69 21 069 1,93 13 118 0,99 59 399 0,94 2 206 238 1,20
Salarié 243 459 -0,22 60 197 -1,63 340 364 -0,52 133 612 -1,08 777 632 -0,61 22 664 113 0,59
Dont :
Agriculture 1 587 -0,63 1 470 -6,31 1 768 1,26 1 721 2,26 6 546 -0,74 338 406 -2,41
Industrie 37 112 -2,35 12 413 -5,17 71 403 -3,70 37 266 -4,29 158 194 -3,64 3 774 558 -2,25
Construction 13 799 1,92 3 842 0,55 20 907 2,15 8 226 3,51 46 774 2,19 1 346 286 3,60
Commerce 30 820 -0,37 6 934 -2,42 45 768 -0,40 15 887 -0,19 99 409 -0,50 3 026 417 0,38
Services 160 141 0,14 35 538 -0,20 200 518 0,34 70 512 -0,11 466 709 0,16 14 178 446 1,21
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2005 provisoires)
2tion voit disparaître plus de 200 sa- hausse (+300)etl’emploiintéri- tous les secteurs et les créations
lariés alors que le secteur social et maire chute. En revanche, la Mo- sont trop faibles pour les com-
l’intérim croissent. Particularité meu- selle voit un fort développement penser. L’industrie perd plus de
sienne, le conseil et assistance, no- des emplois du secteur associatif 800 emplois. Ici, même le BTP
tamment aux entreprises, perd près (+250), du conseil et assistance est très peu créateur d’emplois
de 200 emplois (-13,1%). (+350) et de la recherche et déve- (+90). Le Sarrebourgeois perd
loppement (+200) différant ainsi 0,5% d’emplois, dont près deAucune des zones d’emploi meu-
des autres départements. 300 dans le secteur automobile,siennes n’enregistre une évolution
140 dans la métallurgie et 130positive de son emploi. Bar-le-Duc La zone d’emploi de Thionville est
dans l’habillement. Au total, l’in-et la Meuse du Nord subissent la plus porteuse en termes de
dustrie ne perd que 200 emploisune régression proche de la progression d’emploi, directe-
grâce à l’apport de 300moyenne lorraine. Commercy ment suivie par Sarreguemines.
des industries des produits miné-connaît la plus forte perte régio- Sarrebourg, Metz et le Bassin
raux. La zone de Metz perd 900nale (-3,4%), soit 40% des pertes Houiller sont déficitaires.
emplois dans l’industrie. L’auto-d'emploi du département. L’in- La zone de Thionville compense la mobile, à elle seule, en perd 600.dustriedecette zone perd plus pertedeprèsde400 emplois Autant disparaissent dans le ter-d’emplois que dans les autres zo- dans la métallurgie par une pro- tiaire, dont plus de 400 dans lenes du département, surtout gression de même ordre dans le commerce, 240 dans les trans-dans l’industrie agricole et alimen- commerce, et de +120 dans le ports et 370 dans l’intérim. Cetaire (-150), secteur qui crée des
BTP. À noter une progression de sont les associations et le conseilemploisailleurs. Lesserviceset 180 emplois dans la R&D, de et assistance qui font l’essentielle commerce y perdent aussi un 120 dans le secteur social quand des créations du tertiaire danspeu plus d’emplois qu’ailleurs (res- celui de l’éducation en perd 160. une zone où les emplois du social
pectivement -100 et -140). Dans la La tendance se redresse dans stagnent. Le BTP crée 250 em-Meuse du Nord, l’industrie de une zone où le Luxembourg plois.l’habillement et l’industrie textile, continue à attirer fortement les
dont les effectifs étaient déjà très actifs. Sarreguemines est la L’emploi féminin mosellan (45,1%)
réduits, disparaissent. deuxième zone à gagner des sala- se situe nettement en dessous de
La proportion de femmes dans riés, notamment dans le secteur la moyenne nationale, Thionville
l’emploi meusien est la deuxième tertiaire avec 300 emplois de ayant le taux le plus faible
plus basse de Lorraine (45,7%). plus dans l’action sociale. Si l’au- (37,4%). Sarreguemines et Sarre-
La zone d’emploi de Commercy a tomobile rend 600 emplois sala- bourg ne font guère mieux (42%).
le taux le plus faible (43,8%). riés, l’industrie des composants Seules les zones du Bassin Houil-
électriques et électroniques en ler et surtout de Metz dépassent
gagne 530. Le Bassin Houiller les 45% avec un plafond à 46,5%Moselle : baisse limitée
perd des emplois dans presque pour cette dernière.
Alors qu’en 2004 l’emploi mosellan
Les zones d’emploi vosgiennes et meusiennes en difficultéétait très fortement touché, 2005
Effectifs salariés Évolution 2004-2005 Proportion de femmesmarque un net redressement. La
Zones d’emploi
au 31/12/2005 (%) en 2005 (%)Moselle perd encore 0,5% de ses
Longwy 18 349 -0,7 50,2
emplois salariés, mais tous les indi-
Briey 19 163 0,5 42,7
cateurs mosellans sont meilleurs
Lunéville 19 560 0,0 46,5
que la moyenne régionale, sauf en Nancy 165 649 -0,1 50,0
ce qui concerne l’industrie. Le sec- Toul 20 738 -1,2 37,4
teur industriel le plus touché est Meurthe-et-Moselle 243 459 -0,2 48,1
Meuse du Nord 24 610 -1,3 46,5l’automobile, en restructuration,
Bar-le-Duc 23 732 -1,1 45,9qui perd près de 1 500 emplois,
Commercy 11 855 -3,4 43,7quand l’emploi total mosellan en
Meuse 60 197 -1,6 45,7perd 1 800. La métallurgie, qui ar-
Thionville 89 866 0,4 45,3
rive à la fin de son processus de
Metz 125 828 -0,9 46,5
mutation, compte 900 emplois de
Bassin-Houiller 67 168 -1,3 45,0
moins. Lessecteursqui portent Sarreguemines 29 777 0,3 41,9
les créations sont l’industrie des Sarrebourg 27 725 -0,5 42,2
composants électriques (+500)et Moselle 340 364 -0,5 45,1
Vosges de l’Ouest 22 716 -2,1 46,1celle des produits minéraux (+250).
Épinal 54 682 0,0 45,9
Le BTP gagne près de 450 sala-
Remiremont-Gérardmer 29 496 -2,1 45,8
riés, le secteur des services près
Saint-Dié 26 718 -1,2 46,9
de 700. L’éducation perd 450 em- Vosges 133 612 -1,1 46,1
plois mais l’action sociale en crée Lorraine 777 632 -0,6 46,3
plus de 700. Les services person- France 22 664 113 0,6 47,3
nels et domestiques sont en Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2005 provisoires)
3Remiremont-Gérardmer ou lesLes Vosges ralentissent
Vosges de l’Ouest. Épinal est typi-leurs pertes d’emplois
quement la zone où chacun des
LesVosgesnesontplusenpre- secteurs perd un peu d’emploi
mière ligne des pertes d’emplois (une centaine environ)etoùlacons-
salariés,réduitesdemoitiépar truction récupère de tous ces
rapport à 2004. La situation emploisperdus. LesVosgesde
n’est pas encore florissante l’Ouest perdent près de 500 em-
(-1 500 emplois) mis à part dans la plois, principalement dans les in-
construction dont l’augmentation dustries agricoles et de
(+3,5%) est la plus importante de l’équipement du foyer (-200 cha-
la région. L’industrie perd 4,3% cune). Les autres secteurs varient
de ses salariés, presque autant très peu, y compris le BTP lequel,
que l’an dernier. L’agriculture pro- ici, perd des emplois. Remire-
gresse de 2,3% en 2005 alors mont-Gérardmer chute de plus de
quelecommerceetles services 600 emplois, la plupart dans l’in-
sont quasi stables. dustrie textile (-300) et chimique
(qui recouvre aussi les caoutchoucsL’industrie est fortement touchée
et les plastiques : -100). Ailleurs,dans le textile (-500 emplois), mais
les variations sont faibles, avecaussi dans les industries agricoles
une baisse de l’intérim (-110)etet de l’équipement du foyer (-300
une croissance du conseil et as-chacune) et dans la métallurgie
sistance (+140). La zone d’emploi(-200). Aucune activité ne contre-
de Saint-Dié perd au total 330balançant ces pertes, le solde de
emplois surtout dans les indus-l’industrie est de -1 700 postes.
tries textiles et métallurgiques,Seul le BTP gagne près de 300 em-
mais le tertiaire rattrape 120plois, le commerce et surtout les
emplois, notamment par la crois-services étant aussi en baisse.
Savoir plus : sance du secteur social.L’intérim perd presque 700 em-
plois, l’éducation 140. L’accroisse- Le taux de féminisation de l’em-
ment dans le conseil et assistance ploi salarié diffère très peu d’une
- Site Internet : www.insee.fr ainsi que dans le secteur social zone à l’autre et fixe la moyenne
amène la perte globale du secteur départementale à 46,1%. Cela le
desservicesà -75 emplois. classe deuxième, à deux points
Ministère de l’Économie,
derrière la Meurthe-et-Moselle.À part Épinal qui est stable, tou-des Finances et de l’Industrie
Insee tes les zones d’emploi perdent
Institut National de la Statistique des salariés, jusqu’à 2,1% pour Marc ROYER
et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot Le tertiaire crée plus d'emplois qu'en 2004
CS 54229
54042 NANCY CEDEX Évolution de l'emploi salarié en 2005 par zone d'emploi (en %)
Tél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61
Sarreguemines
www.insee.fr/lorraine
Thionville
BrieyDIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS Saint-Dié
Directeur régional de l’Insee
Sarrebourg
COORDINATION RÉDACTIONNELLE Toul
Christian CALZADA Longwy
industrieGérard MOREAU
Nancy
tertiaire
Remiremont-GérardmerRESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS Lunéville
Jacqueline FINEL Meuse-du-Nord
Vosges-de-l'Ouest
RÉDACTRICE EN CHEF
Bassin HouillerAgnès VERDIN
Épinal
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
Bar-le-DucMISE EN PAGE - COMPOSITION
MetzMarie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE Commercy
ISSN : 0293-9657 -10 -8 -6 -4 -2 0 2 4
© INSEE 2007
Source : Insee - Estimations d'emploi (données 2005 provisoires)
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.