Tissu productif : l'Ile-de-France au coeur des prises de décision

De
Publié par

L'appareil productif francilien est le plus influent de l'Hexagone. Les centres de décision d'Ile-de-France contrôlent un quart de l'emploi localisé en province. L'influence de la place de Paris et de l'industrie francilienne, activité internationalisée, expliquent ce rayonnement très important de la région capitale. L'Ile-de-France concentre un grand nombre de sièges sociaux et de têtes de groupes. L'emploi dépend principalement de groupes franciliens. Ces derniers contrôlent 40 % de l'emploi francilien.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 268 - Mai 2006
Tissu productif : l'Ile-de-France
au cœur des prises de décision
L’appareil productif francilien est le plus influent de l’Hexagone. Les centres de décision
d’Ile-de-France contrôlent un quart de l’emploi localisé en province. L’influence de la
place de Paris et de l’industrie francilienne, activité internationalisée, expliquent ce
rayonnement très important de la région capitale.
L’Ile-de-France concentre un grand nombre de sièges sociaux et de têtes de groupes.
L’emploi dépend principalement de groupes franciliens. Ces derniers contrôlent 40 %
de l’emploi francilien.
Julie ROY
Service études et diffusion
ans un contexte d’interna- dant quatre fois moindre que celui de laLes centres de décision
tionalisation, l’économie région capitale.
franciliens contrôlent 26 %D francilienne se complexifie de
de l’emploi salarié en provinceplus en plus. Depuis les années 1990, L’Ile-de-France accueille 25 % des siè-
les groupes d’entreprises se sont déve- ges sociaux de la métropole (parL’appareil productif francilien est le plus
loppés en France. L’Ile-de-France, exemple La SNCF, BNP Paribas), majori-influent de France. Les centres de déci-
avec Paris, est la principale zone d’ac- sion franciliens contrôlent 82 500 éta- tairement situés à Paris et dans les
cueil des groupes français et étrangers.
blissements provinciaux employant Hauts-de-Seine. Les centres de décision
La localisation des établissements et de franciliens contrôlent principalement2,5 millions de salariés, soit 26 % de
leurs centres de décision (en France ou les salariés de trois régions métropolitai-l’emploi salarié en province. Le rayonne-
à l’étranger) permet de mieux cerner nes : Rhône-Alpes, Nord - Pas-de-Calaisment de la région capitale est de très loin
l’autonomie ou, au contraire, la dépen- le plus important de l’Hexagone. Seule la et Provence-Alpes-Côte d’Azur. La moi-
dance du système productif régional
région Nord - Pas-de-Calais, grâce à la tié de ces salariés dépendant de
(➩■ Définitions). l’Ile-de-France est employée dans le ter-présence de sièges de la grande distribu-
tiaire hors commerce et un tiers danstion, se distingue des autres régions par
l’industrie.un rayonnement fort. Celui-ci est cepen-
Ainsi, certains groupes franciliens,
contrôlant des établissements loca-
Définitionslisés en dehors de la région, contri-
buent au rayonnement économique Groupe : ensemble d’entreprises liées entre elles par des participations au capital et parmi les-
de l’Ile-de-France. A l’inverse, des quelles l’une détient sur les autres un pouvoir de décision.
groupes situés en province jouent un Tête de groupe : entreprise qui contrôle au moins une autre entreprise et qui n’est contrôlée par
rôle prépondérant dans l’économie aucune autre. Elle peut être située hors du territoire français.
francilienne. Ces notions de dépen-
Centre de décision : tête de groupe si l’établissement appartient à un groupe ou siège social dedance et rayonnement sont ici
l’entreprise dans les autres cas. Le centre de décision représente le sommet de la pyramide légale
évaluées par le volume d’emploi
du groupe ou de l’entreprise, mais peut ne pas correspondre au centre de décision réel, notam-
salarié rattaché à un centre de décision
ment dans le cas de localisation à l’étranger due à des facilités fiscales.
(➩■ Méthodologie).
EconomieMéthodologie
Le champ de l'étude
L’étude concerne l’ensemble des établissements franciliens employeurs des secteurs marchands non agricoles. Sont donc exclus de cette étude tous
les établissements sans salarié ainsi que ceux de l’agriculture, de l’éducation, de la santé et de l’administration publique. Sont pris en compte les sala-
riés rémunérés au 31 décembre 2000.
La détermination des centres de décision et de leurs établissements a été réalisée à partir de la fusion de trois fichiers : le Répertoire des entreprises et
des établissements (Sirene), l’enquête sur les liaisons financières (LIFI) et les Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS).
Rayonnement et dépendance
Le rayonnement mesure l’influence en termes d’emploi des centres de décision du territoire étudié en rapportant le nombre de salariés externes au
territoire mais dépendant de centres de décision de ce territoire sur le total de l’emploi de ce territoire. Ce taux ainsi calculé peut être supérieur à 100 %
si le territoire étudié comporte de nombreux centres de décision :
Effectifs hors territoire, dépendant d'un centre de décision du territoire
Taux de rayonnement (%) = x 100
Ensemble des effectifs du territoire
La dépendance mesure pour un territoire le volume d’emplois contrôlés par des centres de décision extérieurs à ce territoire (y compris par des grou-
pes étrangers). Un taux de dépendance (compris entre 0 % et 100 %) est calculé comme suit :
Effectifs dépendants du territoire
Taux de dépendance (%) = x 100
Ensemble des effectifs du territoire
Taux d'autonomie = 1 - taux de dépendance
Paris, Hauts-de-Seine et Seine-Saint-Denis plois franciliens sont majoritairementL’Ile-de-France, principal lieu
sont les trois départements qui contrôlent rattachés à un groupe régional.
d’implantation des centres
le plus de salariés en dehors de leur terri-
de décision industriels L’industrie de biens intermédiaires se ca-toire. Paris est même le département cen-
ractérise par un rayonnement élevé et partral des prises de décision des entreprises
Structurellement, l’industrie métropolitaine une dépendance forte vis-à-vis de l’exté-sur le territoire français. Les centres de dé-
est majoritairement contrôlée par des cen- rieur, et en particulier de l’étranger. D’unecision parisiens contrôlent deux fois plus
tres de décision franciliens, alors que les part, l’Ile-de-France accueille des sièges so-de salariés en dehors de la capitale que de
établissements de production sont souvent ciaux de grandes entreprises ou groupessalariés intra-muros. En province, l’in-
localisés en province. Ainsi, l’Ile-de-France français, comme Total Fina Elf SA (industriefluence parisienne est marquée dans le
est la seule région où le nombre d’emplois des produits minéraux) dans lesNord, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, la
industriels dépendant de celle-ci, mais lo- Hauts-de-Seine. D’autre part, un tiers desGironde et la Seine-Maritime✎❶.
calisés à l’extérieur de la région est supé- salariés franciliens est rattaché à des entre-
rieur au nombre d’emplois industriels local. prises non franciliennes ou des groupes
Les établissements de production sont, enParis au cœur du système productif étrangers. Cette part est encore plus élevée
métropolitain effet, de plus grande taille (en moyenne pour les industries de composants électri-
30 salariés) que les centres de décision im- ques et électroniques dans lesquelles les
plantés en Ile-de-France (15 salariés). Ils groupes étrangers (américains tels que IBM)
sont plus souvent localisés en province. sont très présents.
L’influence de la région capitale est sept
fois plus importante que celle de La construction,
l’Auvergne, deuxième région industrielle
activité indépendante
au niveau décisionnel. Dans cette dernière,
c’est la présence du leader mondial du
pneumatique, Michelin qui explique son La construction, secteur constitué prin-
rayonnement fort. Comme dans d’autres cipalement de petits établissements, est
régions plus industrielles (Alsace, Picardie l’activité la plus autonome. Peu de sala-
et Lorraine), l’industrie est très internationa- riés franciliens sont dans des établisse-
lisée en Ile-de-France. Un cinquième des ments contrôlés par des centres de
emplois dépend de groupes étrangers. décision externes ✎❷. L’Ile-de-France
concentre la quasi-totalité des sièges
sociaux ou têtes de groupes (parL’Ile-de-France accueille les sièges so-
Champ : établissements du secteur marchand non agricole, exemple Bouygues). Prés de la moitiéciaux de grands groupes automobilesemployant des salariés.
des salariés franciliens du secteur sontfrançais : Renault et Peugeot-Citroën SA.
Lecture : les salariés (hors Paris) travaillant pour un Aussi, l’industrie automobile se dé- employés en effet dans un établisse-
centre de décision parisien sont principalement situés
en petite couronne, dans les Yvelines, le Nord et le marque des autres activités industrielles. ment de moins de 20 salariés. De plus,
Rhône.
le tissu est constitué principalementElle est peu contrôlée par des centres de
d’entreprises mono-établissements.Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi 2000 décision externes à la région : les em-Dépendance et rayonnement des secteurs d’activité franciliens fin 2000 Les deux premiers secteurs d’activité fran-
ciliens (services aux entreprises et com-
merce) se situent dans la moyenne
Energie régionale : ils sont à la fois modérément
dépendants de l’extérieur et impactent
peu le tissu provincial. Dans le commerce,
Dépendance forteDépendance faible
265 l‘influence du Nord - Pas-de-Calais estrayonnement très fort rayonnement très fort
sensible en Ile-de-France, comme dans
l’ensemble du territoire national, en raison
de ses centres de décision de la grande dis-
Industrie des biens215Industrie automobile intermédiaires tribution (Atac, Boulanger, Décathlon, etc.).
Groupes franciliens :
165 premier employeur de la région
En Ile-de-France, deux salariés franci-Industrie agricoles et
alimentaires
liens sur cinq sont employés dans des115
établissements rattachés à des groupes
Transports Activités financières
franciliens✎❹. En province, seulement
Moyenne Ile-de-France (20,74) 12 % de l’emploi est sous l’influence
Services auxConstruction 65 d’un groupe régional.entreprises0 10 20 30 40Industrie des biens
d'équipement
Commerce Les groupes étrangers, majoritaire-Industrie des biens de
consommationsServices aux ment européens, contrôlent 15 % desparticuliersActivités immobilières 15
salariés franciliens. Ce poids des
Dépendance faible Dépendance forte
groupes étrangers place la région enrayonnement faible rayonnement faible
quatrième position derrière l’Alsace,
la Picardie et la Haute-Normandie.Champ : établissements du secteur marchand non agricole, employant des salariés.
Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi 2000 L’Ile-de-France, cœur du système pro-
ductif français, facilite la pénétration
Egalement composés essentiellement de sont des groupes régionaux qui contrô- sur le territoire national des investis-
petites structures, les activités immobi- lent majoritairement l’emploi (deux seurs étrangers qui sont les principaux
lières, le transport et les services aux par- tiers). Dans les services aux particuliers partenaires économiques de la France
ticuliers forment aussi des secteurs et les activités immobilières, les entrepri- (Etats-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas,
autonomes ✎❸. Leurs salariés sont prin- ses mono-établissements emploient res- Allemagne et Suisse).
cipalement rattachés à des centres de pectivement 48 % et 39 % des salariés
décision franciliens. Pour le transport, ce du secteur. Mondialisation
et centres de décision
Industrie et commerce : des secteurs plus contrôlés par l'étranger ou la province La mondialisation économique contempo-
Répartition des salariés franciliens contrôlés par un centre de décision non francilien raine engendre des structures productives de
selon le secteur d'activité plus en plus compliquées d’un point de vue
juridique et financier. Il existe plusieurs typesIndustries des biens d'équipement
d’organisation tenant lieu théorique de priseCommerce
de décisions des orientations stratégiques
Industries des biens intermédiaires
des entreprises. Sont présents des groupes
Industries des biens de consommation
(nationaux ou étrangers), des entreprises
Activités financières multi-établissements (franciliennes ou natio-
Industries agricoles et alimentaires nales non franciliennes) et des entreprises
Ensemble franciliennes mono-établissements (établis-
sement indépendant où siège social et lieu deServices aux entreprises
production sont réunis). En Ile-de-France,
Services aux particuliers
59 % des emplois dépendent d’un groupe à
Transports
la fin 2000 (51 % en province). Les entrepri-
Industrie automobile
ses franciliennes jouent également un rôle
Activités immobilières prépondérant sur le tissu productif. Elles em-
Construction ploient, en effet, 40 % des salariés de la ré-
gion. Les entreprises non franciliennes sontEnergie %
très peu présentes sur le territoire. Elles con-05 10 15 20 253035
Champ : établissements du secteur marchand non agricole, employant des salariés. trôlent seulement 1 % des salariés (5 % en
Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi 2000 province).Six emplois sur dix rattachés à des groupes
Classification des établissements et des salariés franciliens selon le type du centre de décision
Etablissements Salariés
Type du centre de décision
Nombre Répartition en % Nombre Répartition en %
Un groupe 48 900 15,8 2 029 100 58,8
D’un groupe francilien 30 600 9,9 1 370 800 39,7
D’un groupe français hors Ile-de-France 5 900 1,9 135 300 3,9
D’un groupe étranger 12 400 4,0 523 000 15,2
Une entreprise francilienne 254 700 82,3 1 381 100 40,0
Multi-établissements 41 900 13,5 439 400 12,7
Mono-établissements 212 800 68,8 941 700 27,3
Une entreprise hors Ile-de-France 5 900 1,9 42 400 1,2
Ensemble 309 500 100,0 3 452 600 100,0
Dont contrôlés par un centre de décision non francilien 24 200 7,9 700 700 20,4
Champ : établissements du secteur marchand non agricole, employant des salariés.
Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi 2000
Peu de salariés franciliens sont rattachés mono-établissements 30 %. Les groupes Forte influence des Hauts-de-Seine
sur Parisà un groupe implanté dans une autre ré- étrangers sont moins influents à Paris
gion métropolitaine (4 %). Pourtant deux que dans le reste de la région. En effet,
régions influent sur le tissu francilien : les établissements étrangers sont relati-
Nord - Pas-de-Calais pour la grande dis- vement plus nombreux, mais de plus
tribution (3 Suisses, Auchan…) et petite taille.
Rhône-Alpes pour les activités financiè-
Le rôle de la capitale au sein de la régionres (Crédit Lyonnais) et le commerce
est sensible dans les activités de services(Casino France).
aux entreprises et des transports. Un quart
Sept établissements de la région sur dix des salariés des Hauts-de-Seine ou des
sont des entreprises mono-établissements Yvelines contrôlés par Paris travaille dans
(établissement indépendant où siège so- les services aux entreprises. De même, un
cial et lieu de production sont réunis), quart des emplois de la Seine-Saint-Denis
mais celles-ci ne contrôlent que 27 % de et du Val-de-Marne sont rattachés aux
l’emploi. transports (RATP, Air France).
A l’inverse, les centres de décision de laParis, place centrale
petite ou grande couronne influent sur Champ : établissements du secteur marchand non agricole,au niveau régional employant des salariés.7 % des salariés parisiens. Au sein de la
Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi 2000région, et après la capitale, lesLes centres de décision parisiens exer-
Hauts-de-Seine et l’Essonne accueillentcent une influence prépondérante sur
la majorité des centres de décision con-l’ensemble des salariés franciliens. Les
trôlant les salariés parisiens ✎➎.Parmitrois quarts des de la capitale et Pour en savoir plus
les 77 000 salariés de la capitale travail-un quart de ceux de la petite couronne et Boucher S., Morer N. : « Les groupes
lant pour des groupes ou entreprises de lades Yvelines travaillent pour un centre étrangers privilégient le tertiaire en
petite ou grande couronne, deux tiersde décision parisien. Les autres départe- Ile-de-France », Insee Ile-de-France à la
sont contrôlés par des centres de décisionments de la grande couronne restent page, n° 262, janvier 2006.
des Hauts-de-Seine. Ce département a unplus indépendants de Paris (un emploi
Theulière M. : « Les partenariats des grou-profil proche de celui de Paris : ses sala-sur cinq).
pes industriels : très fréquents, en interneriés présentent la particularité de dé-
comme en externe », Sessi, Le 4 pages des
Les groupes parisiens emploient 35 % pendre principalement de groupes, et
statistiques industrielles, n° 206, juillet 2005.
des salariés de la capitale, les entreprises surtout de groupes départementaux.
Directeur de la publication : Alain Charraud
Comité de rédaction : Brigitte Belloc Gestion des abonnements : Agnès VavasseurINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Secrétaire de rédaction : Françoise BeaufilsDE LA STATISTIQUE Vente par correspondance : Tél. :0130969056- Fax :0130969027
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
er78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2006 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 1 semestre 2006 Code Sage I0626852
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les 2 mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.