Une progression contrastée des qualifications

De
Publié par

En 1999, la population active ligérienne est plus féminisée, plus diplômée et plus qualifiée qu'en 1990. Ce sont les cadres -qu'ils soient supérieurs ou non- dont les effectifs ont augmenté le plus fortement, en particulier dans les fonctions techniques et commerciales des entreprises, dans la fonction publique et dans la santé. L'emploi ouvrier qualifié a certes progressé contrairement au non qualifié mais les trois quarts de la progression des employés correspondent à des postes non qualifiés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 82
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 1. Janvier 2002
Une progression
contrastée
des qualifications
En 1999, la population active E RETRAIT de l’agriculture, les mu- 1982 et 1990, nettement supérieure à la
tations industrielles, l’accès moyenne française (+ 19 %). Avec prèsligérienne est plus féminisée,
croissant des femmes au marché de six nouveaux « cadres moyens » surplus diplômée et plus L de l’emploi et le développement dix, les femmes investissent massive-qualifiée qu’en 1990. Ce sont
du secteur tertiaire ont modifié le pay- ment cette catégorie dont elles représen-les cadres -qu’ils soient sage socioprofessionnel ligérien au tent 46 % des effectifs, plus que leur part
supérieurs ou non- dont les cours de la dernière décennie. Modifié dans la population active. Plus diplômées
effectifs ont augmenté le mais non bouleversé. qu’en 1990, les professions intermédiaires
plus fortement, en particulier disposent, dans 40 % des cas, d’un bac
L’évolution des catégories socioprofes-
plus deux ou d’un diplôme supérieur.dans les fonctions techniques sionnelles est fortement liée aux qualifi-
et commerciales des cations auxquelles elles se réfèrent. Les La concurrence se faisant plus âpre, les
entreprises, dans la fonction cadres et professions intermédiaires, entreprises développent leurs fonctions
publique et dans la santé. catégories de salariés les plus qualifiés, commerciales. Ainsi, entre 1990 et
ont connu la plus forte croissance. Les 1999, elles ont créé 12 000 postesL’emploi ouvrier qualifié
ouvriers non qualifiés et les agriculteurs nets de représentants, d’attachés com-a certes progressé
ont vu leur part chuter. Cette évolution merciaux ou d’assistants marketing. Lacontrairement au non qualifié
reflète aussi la transformation des fonction administrative s’est aussi ren-
mais les trois quarts de la structures économiques et sociales. forcée (4 000 emplois nets de maîtrise
progression des employés Beaucoup des jeunes femmes sont créés). La grande distribution offre éga-
correspondent à des postes venues augmenter l’effectif des em- lement de nombreux postes de chefs
non qualifiés. ployées non qualifiées dans le domaine de rayon ou de responsables de petites
des services aux particuliers. surfaces de vente. Dans le domaine
technique, le dynamisme est de mise :
on recense 8 000 techniciens de plusCroissance record
Serge FRABOUL qu’en 1990, en particulier dans la main-pour les « cadres moyens »
Marie-Jo MOULIN tenance et l’informatique. Plus du tiers
En augmentation de 30 %, les professions de ces emplois concernent des jeunes
intermédiaires -autrefois dénommées diplômés de moins de 30 ans.
« cadres moyens »- ont eu le vent en poupe
De nombreuses femmes occupent desentre 1990 et 1999. La progression est
emplois de « cadres moyens » dans lapresque deux fois plus rapide qu’entreCatégories sociales
des qualifications
Une progression contrastée
sphère publique : enseignement (9 000 Les métiers qui ont le plus créé d’emplois
postes nets créés) et fonction publique,
Assistantes maternelles, gardiennes d'enfants,
notamment celle des collectivités loca- travailleuses familiales
Commis, adjoints administratifs de la fonction publique les. Le secteur de la santé et de l’action
Employés administratifs divers d'entreprisessociale offre un nombre croissant d’em-
Employés de libre serviceplois d’infirmiers, d’éducateurs spécialisés
Agents de service de la fonction publique
ou d’assistantes sociales (13 000 de (sauf écoles, hopitaux)
Aide-soignants (du public ou du privé) plus qu’en 1990). Il s’agit, le plus souvent,
Ouvriers qualifiés des industries agricoles et alimentairesd’emplois féminins.
Infirmiers en soins généraux salariés
Au total, 21 % des actifs ligériens ayant
Agents de service hospitaliers (du public ou du privé)
un emploi relèvent de la catégorie des Représentants en biens d'équipement,
biens intermédiaires, commerce inter-industrielprofessions intermédiaires contre 18 %
Employés de maison et femmes de ménage
en 1990. L’écart avec la moyenne natio- chez des particuliers
évolution des catégories socio-professionnellesProgrammeurs, préparateurs de travaux en informatique
en Pays de la Loire parmi les actifs ayant un emploinale (23 %) se stabilise, voire se réduit (hors fonction publique) entre 1990 et 1999 (en milliers)
Employés des services comptables ou financierslégèrement, la croissance régionale
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20ayant été vive. Parmi les départements
ligériens, seule la Loire-Atlantique affiche Source : INSEE-recensements de la population
une proportion supérieure à la moyenne
métropolitaine. En revanche, en Mayenne
Dans la sphère publique, les années Dans le domaine technique, les créations
et en Vendée, elle est très inférieure 1990 ne ressemblent pas aux années sont toujours d’actualité. Les ingénieurseet place ces départements aux 85 et
1980. Le nombre de professeurs du se- d’étude sont deux fois plus nombreux ene93 rangs. condaire est resté stable alors qu’il avait 1999 qu’en 1990 et le nombre d’informa-
expliqué le tiers de la croissance totale ticiens a été multiplié par 1,5. Ces profes-De plus en plus d’employées de la catégorie des cadres supérieurs sions ont offert des débouchés aux
non qualifiées entre 1982 et 1990. Seuls les effectifs jeunes diplômés : les moins de 30 ans oc-
d’enseignants du supérieur ont progressé. cupent un quart de ces postes alors qu’ilsConséquence de l’essor de l’activité fé-
En revanche, le nombre de cadres non en- ne représentent que 10 % de l’ensembleminine et du secteur tertiaire, l’effectif
seignants de la fonction publique augmen- des cadres supérieurs. En revanche, lesdes employés augmente fortement. Entre
te fortement (+ 43 %). La moitié des femmes sont peu nombreuses dans les1990 et 1999, ils ont progressé du
créations d’emploi concernent là les collec- professions techniques (10 % des effec-même nombre (61 000) que celui des
tivités locales du fait de la décentralisation. tifs) à l’inverse de celles de l’enseigne-« cadres moyens » (63 000). Les trois
ment ou des arts et spectacles.quarts de ces postes supplémentaires Au sein des entreprises, la progression
correspondent à des emplois non quali- du nombre de cadres supérieurs admi- Au dernier recensement, les cadres repré-
fiés. Il s’agit principalement d’assistantes nistratifs observée entre 1982 et 1990 sentent 9 % des actifs occupés dans les
maternelles, d’employés de libre-service, marque le pas. Seules exceptions : les Pays de la Loire contre 8 % en 1990. La
de femmes de ménage, d’agents de spécialistes du recrutement, de la for- proportion se situe toujours en deçà du ni-
service, de serveurs ou d’agents de sé- mation et des conseils en organisation. veau national (13%), situation observée
curité. Plus de six fois sur sept, ces em- La fonction commerciale de haut niveau dans tous les départements ligériens.
plois sont féminins. Plus de la moitié se développe certes dans les grandes en-
d’entre eux sont exercés à temps partiel. La Loire-Atlantique, avec 12 % de cadrestreprises mais régresse dans les PME (au
esupérieurs, figure au 18 rang desParmi les employés qualifiés, les aides- bénéfice des professions intermédiaires).
soignantes et commis de la fonction
publique sont les principales catégories
La population ouvrière s’est stabilisée contrairement au reste de la Franceà voir leurs effectifs augmenter.
En Pays de la Loire, les employés repré-
Pays de la Loiresentent 27 % de la population active Professions intermédiaires
France
contre 25 % en 1990 et 29 % dans le
reste de l’Hexagone.
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Ingénieurs, cadres
Employéstechniques et fonctionnaires
non enseignants
Ouvriers
Globalement les effectifs de la catégorie
des cadres et professions intellectuelles
Artisans, commerçants
supérieures progressent de 21 % entre et chefs d'entreprise
évolution des actifs ayant un emploi
1990 et 1999. Cette croissance est su- par catégorie socio-professionnelle
Agriculteurs exploitants entre 1990 et 1999 (%)périeure à la moyenne nationale (+ 16 %)
mais inférieure de moitié à celle observée
- 50 - 40 - 30 - 20 - 10 0 10 20 30 40
entre 1982 et 1990. Plus de la moitié
Source : INSEE-recensements de la populationdes cadres supplémentaires sont des
femmes mais celles-ci comptent pour
moins du tiers des effectifs globaux.
2 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE PROGRESSION CONTRASTÉE DES QUALIFICATIONS - JANVIER 2002départements métropolitains. À l’autre La population active occupée est de plus Les secteurs industriels et agricoles y
eextrémité, la Mayenne occupe le 91 en plus diplômée. Deux actifs sur dix ont sont plus présents qu’ailleurs. Or, quelle
erang et la Vendée le 96 et dernier. au moins un diplôme de niveau bac + 2 que soit la région considérée, on trouvera
contre à peine un sur huit en 1990. Par- toujours davantage de cadres dans les
De moins en moins mi les jeunes de moins de 30 ans, cette télécommunications ou la recherche
proportion est supérieure à un sur qua- que dans l’agroalimentaire ou le travaild’ouvriers non qualifiés
tre. La moitié de ces jeunes sont bache- des métaux. Ceci étant, la structure
En dépit de ces progressions, la spécifici- liers contre seulement un quart en 1990. d’activité régionale n’explique que le
té sociale des Pays de la Loire demeure,
Ces jeunes actifs ont remplacé des an- sixième de l’écart des cadres et le quart
voire se renforce. Les Pays de la Loire ciens moins diplômés. Dans les années de celui des professions intermédiaires.
sont, avec la Bretagne, la seule région où
1990, 126 000 ligériens possédant au L’essentiel du décalage tient donc à des
l’emploi ouvrier ait progressé entre 1990 plus le BEPC sont sortis de la vie active. comportements spécifiques ou locaux
et 1999 (+ 3 %). Au plan national, il a re-
qui peuvent trouver leurs origines dans
culé de 10 %. La qualification des emplois des process industriels privilégiant le re-Le paradoxe induit par une
s’élève : les non qualifiés sont désormais croissance plus forte cours à la main-d’œuvre.
minoritaires parmi les ouvriers. Un quart
des ouvriers possèdent au moins le BEP. Bilan apparemment paradoxal que celui
des Pays de la Loire. L’effectif des ca-
Représentant 31 % des actifs occupés, dres -supérieurs ou moyens- a augmen-
les ouvriers demeurent le groupe de tra- Présence des cadres supérieursté davantage que la moyenne nationale
vailleurs ligériens le plus nombreux. Leur et pourtant, leur proportion dans la po- dans les départements
proportion est nettement supérieure à la
pulation active augmente moins forte-
moyenne nationale (26 %), l’écart aug- Rapport entre le pourcentagement. Le décalage se creuse donc. de cadres dans la population activementant par rapport à 1990. Dans la occupée du départementL’explicationréside dans la meilleure et ce même pourcentage caculérégion, seule la Loire-Atlantique présente sur l'ensemble des départementsrésistance de l’emploi ouvrier et, dans
(base 100 = France métropolitaine)une proportion d’ouvriers inférieure à cet-
une moindre mesure, agricole qui per- 100 ou plus
de 80 à moins de 100te moyenne. Les quatre autres départe-
de 70 à moins de 80met à la population active de croître glo-
de 60 à moins de 70ments figurent parmi les 18 les plus moins de 60balement plus fortement ici que dans le
ouvriers de France. Avec 36 %, la Vendée reste de l’Hexagone. Conséquence, la
eoccupe même le 2 rang métropolitain
proportion de cadres ligériens est passé
derrière les Vosges. de 26,1 % à 30,3 % mais l’écart avec le
niveau national est de six points contreLe nombre d’agriculteurs exploitants a été
cinq et demi en 1990.amputé d’un tiers dans les années 1990.
Ils sont désormais deux fois moins nom-
On peut calculer qu’il faudrait aux Pays de
breux que les cadres supérieurs alors que
la Loire 49 000 emplois supplémentaires
leurs effectifs étaient voisins en 1990.
de cadres supérieurs et 28 000 de pro-
Les mondes rural et agricole se confon-
fessions intermédiaires pour présenter
dent de moins en moins. Le nombre d’arti-
des proportions conformes à la moyenne
sans a, lui aussi, diminué (- 14 % en neuf
nationale. Mais on ne peut dissocier le Source : INSEE-recensement de la population de 1999
ans). Le commerce traditionnel s’inscrit
paysage socioprofessionnel des Pays de
également en recul (- 9 %) du fait de la
la Loire des emplois qu’ils proposent. Présence des ouvriersconcurrence de la grande distribution.
dans les départements
Plutôt des ouvriers que des cadres
Rapport entre le pourcentage
d'ouvriers dans la population active
occupée du département
et ce même pourcentage calculé
60 sur l'ensemble des départementsdécomposition, pour chaque catégorie socio-professionnelle, de l'écart entre l'effectif
(base 100 = France métropolitaine) attendu en Pays de la Loire si son importance relative était la même que celle mesurée
50
au niveau national et l'effectif réellement observé en : 130 ou plus
de 115 à moins de 130 un effet dû à la structure sectorielle de l'emploi ligérien
40 de 100 à moins de 115
(plus d'industrie et moins de tertiaire que dans le reste de la France) ; de 90 à moins de 100
un effet local ou spécifique qui mesure ce qui resterait de l'écart si la structure moins de 90
30 sectorielle de l'emploi ligérien était identique à la structure nationale.
20
10
0
- 10
- 20
-30
- 40
- 50
Ouvriers Employés Agriculteurs Artisans commerçants Professions Cadres et professions
exploitants et chefs d'entreprise intermédiaires intellectuelles
supérieures
Source : INSEE-recensement de la population de 1999
Source : INSEE-recensement de la population de 1999
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE PROGRESSION CONTRASTÉE DES QUALIFICATIONS - JANVIER 2002
Milliersdes qualifications
Une progression contrastée
Évolution de la structure socioprofessionnelle en Pays de la Loire
Actifs occupés Évolution (%)
1982 1990 1999 1982-1990 1990-1999
Agriculteurs exploitants 1447 124995 54518 19 -135, - 39,
Artisans, commerçants et chefs d'entreprise 995 160859 82861 57 -25, - 9,
Artisans 570 956466 34 309 60 -59, - 14,
Commerçants et assimilés 388 044305 84 382 77 -65, - 8,
Chefs d'entreprise de 10 salariés et plus 64160 7963 9919 +523, + 20,
Cadres et professions intellectuelles supérieures7 888948 391919 42 +444, + 21,
Professions libérales 160 596112 83 114 9421, + 16,
Cadres de la fonction publique 88684130 88 145 5125, + 42,
Professeurs, professions scientifiques 154 592237 36 350 97 +287, +13,
Profession de l'information, des arts et des spectacles 27928 4019 6332 +643, + 50,
Cadres administratifs et commerciaux d'entreprises 109 384294 61 206 79 +927, + 8,
Ingénieurs et cadres techniques d'entreprises 181 704188 494 87 +558, + 34,
Professions intermédiaires 1778 3362208 6671 67 +217, + 30,
Instituteurs et assimilés 432 120398 78 497 53 -67, + 22,
Professions intermédiaires de la santé et du travail social 207 980315 19 488 3725, + 37,
Professions intermédiaires administratives de la fonction publique et clergé 166 812240 25 251 61 +720, + 6,
Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 356 680533 83 788 74 +346, + 46,
Techniciens 229 172335 02 417 99 +020, + 37,
Contremaîtres, agents de maîtrise 215 572225 58 207 41 02, + 7,
Employés63 6722192 593053 25 +711, + 20,
Employés de la fonction publique 914 2041415 301436 8422, + 18,
Employés administratifs d'entreprise 935 632867 96 900 15 -58, + 2,
Employés de commerce 380 508355 98 405 84 +418, + 27,
Personnels des services directs aux particuliers 403 328563 34 810 40 +723, + 50,
Ouvriers 4804 4403693 514705 81 -12, + 3,
Ouvriers qualifiés 2606 2162316 072832 644, + 7,
Ouvriers non qualifiés de type industriel 1678 4041356 221449 03 -612, - 4,
Ouvriers agricoles 169 820201 21 204 14 +87, + 13,
Ensemble 1 156 620 1 178 544 1 289 937 + 1,9 + 9,5
Source : INSEE-recensements de la population
De façon symétrique, ce sont ces mêmes
raisons locales qui expliquent la sur
Un cadre ligérien sur quatre
représentation des ouvriers mais leur
n’habitait pas la région en 1990
qualification professionnelle s’élève.
Un actif occupé sur dix, recensé en 1999, ne En fait, le problème résiderait plutôt
résidait pas dans les Pays de la Loire en 1990. dans la très forte progression du nom-
Les nouveaux arrivants sont les plus fréquents bre d’employés non qualifiés qui repré-
parmi les professions intermédiaires (16 % des
sentent désormais un emploi sur huit. À
effectifs) et les cadres (26 %). Cette proportion
cet égard, il convient de noter que la
monte à un sur trois pour les cadres de la
part des emplois non qualifiés (ouvriersfonction publique et les ingénieurs et cadres
et surtout employés) n’a pas diminuétechniques. Ce sont d’ailleurs parmi les
dans la région. Au contraire, elle est pas-professions de cadres qui ont le plus
sée de 25 % en 1990 à 26 % en 1999.augmenté que les proportions sont les plus
élevées. Ce qui traduit l’attractivité de la région L’élévation générale des qualifications
vis-à-vis des individus ou des entreprises mais est ainsi plus contrastée qu’il n’y paraît.
également un déficit de formation de haut
niveau. Près de la moitié des cadres arrivants
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Bruno TREGOUËTse sont installés en Loire-Atlantique.
REDACTEUR EN CHEF : Alain MALMARTEL
SECRETAIRE DE REDACTION : Gabrielle PILETAIRE DE FABRICATION : Hélène VERRON
MISE EN PAGE : Annick HARNOISCadres et professions intellectuelles
supérieures
IMPRIMEUR : La Contemporaine - Nantes
Prix : 2,20 €Professions intermédiaires
Photos : Diathem
Artisans commerçants et chefs erDépôt légal 1 trimestre 2002 - ISSN/en coursd'entreprise
Code Sage IETU00144
© INSEE Pays de la Loire - Janvier 2002
Employés
Abonnement annuel complet : Études (mensuel) + Dossiers : 60 €
Abonnement annuel Études : 20 €Ouvriers part des nouveaux arrivants en Pays de la Loire
entre 1990 et 1999 dans la population active
occupée de chaque catégorie socio-professionnelle
Agriculteurs exploitants des Pays de la Loire (en %)
INSEE Pays de la Loire
0 5 10 15 20 25 30
105, rue des Français Libres
BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2
Source : INSEE-recensements de la population
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - UNE PROGRESSION CONTRASTÉE DES QUALIFICATIONS - JANVIER 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.