En 2003 l'économie du Languedoc-Roussillon se replie dans un contexte national affaibli

De
Publié par

Le fort ralentissement de la croissance nationale, proche de la récession en 2003, a commencé d'affecter l'économie régionale qui avait bien résisté jusque-là. Le ralentissement de l'activité dans l'industrie et la chute des investissements ont eu un effet plus atténué sur l'économie régionale davantage tournée vers la consommation. Mais plusieurs entreprises industrielles régionales ont enregistré des restructurations et des réductions d'effectifs. Certaines activités ont également été touchées par des aléas climatiques et les inondations. Le repli de l'activité touristique s'est amplifié au cours du second semestre 2003. La diminution de la fréquentation étrangère a touché les campings et l'hôtellerie. Dans un contexte social et climatique difficile, la baisse de fréquentation a cependant pu être limitée dans les campings. La viticulture a connu une nette amélioration des cours des vins de pays et des vins de tables mais avec une récolte en diminution. Toutefois, les difficultés de commercialisation persistent pour les vins AOC dont les stocks élevés devraient s'atténuer avec la faiblesse de la récolte. Parmi les facteurs particulièrement favorables à la région, les marchés de la construction et de l'immobilier sont restés très dynamiques. Les entreprises du bâtiment ont rempli leurs carnets de commandes qui sont bien garnis tant dans le gros œuvre que dans le second œuvre. La construction avec un volume élevé de logements neufs mis en chantier ne suffit pas à satisfaire la demande, les stocks de logements neufs disponibles à la vente continuant de se réduire. Les prix des logements neufs augmentent, de même que ceux de l'ancien. Les taux d'intérêts qui restent faibles et la forte demande limitent les risques d'un retournement rapide du marché immobilier. En 2003, l'économie régionale n'a pas pu continuer de bénéficier d'une forte consommation des ménages. La consommation de biens durables s'est ralentie et les ménages ont réduit leurs achats de véhicules neufs
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins

Mars 2004N° 3 -
En 2003 l'économie du Languedoc-Roussillon
se replie dans un contexte national affaibli
Claude MICHEL
Le fort ralentissement de la croissance nationale, proche de la récession en 2003, a commencé d’affecter
l’économie régionale qui avait bien résisté jusque-là.
Le ralentissement de l’activité dans l’industrie et la chute des investissements ont eu un effet plus atté-
nué sur l’économie régionale davantage tournée vers la consommation. Mais plusieurs entreprises indus-
trielles régionales ont enregistré des restructurations et des réductions d’effectifs. Certaines activités ont
également été touchées par des aléas climatiques et les inondations.
Le repli de l’activité touristique s’est amplifié au cours du second semestre 2003. La diminution de la fré-
quentation étrangère a touché les campings et l’hôtellerie. Dans un contexte social et climatique difficile,
la baisse de fréquentation a cependant pu être limitée dans les campings.
La viticulture a connu une nette amélioration des cours des vins de pays et des vins de tables mais avec
une récolte en diminution. Toutefois, les difficultés de commercialisation persistent pour les vins AOC
dont les stocks élevés devraient s’atténuer avec la faiblesse de la récolte.
Parmi les facteurs particulièrement favorables à la région, les marchés de la construction et de l’immobi-
lier sont restés très dynamiques. Les entreprises du bâtiment ont rempli leurs carnets de commandes qui
sont bien garnis tant dans le gros œuvre que dans le second œuvre.
La construction avec un volume élevé de logements neufs mis en chantier ne suffit pas à satisfaire la
demande, les stocks de logements neufs disponibles à la vente continuant de se réduire. Les prix des
logements neufs augmentent, de même que ceux de l’ancien. Les taux d’intérêts qui restent faibles et la
forte demande limitent les risques d’un retournement rapide du marché immobilier.
En 2003, l’économie régionale n’a pas pu continuer de bénéficier d’une forte consommation des ménages.
La consommation de biens durables s’est ralentie et les ménages ont réduit leurs achats de véhicules
neufs.
Dans ce contexte économique régional, la croissance de l’emploi s’est ralentie. Les entreprises qui ont
limité leur recrutement, ont pu conserver leurs effectifs, hormis dans l’industrie. L’écart du taux de chô-
mage régional avec celui de la France s’est même réduit, l’économie régionale ayant bénéficié d’un avan-
tage relatif en 2003.
Dans l’attente d’une relance complète de l’investissement dans l’appareil productif industriel, le secteur
des services restera le secteur dynamique de l’économie régionale, assurant l’essentiel des créations
d’emplois. Outre les services, le bâtiment et les travaux publics devraient augmenter leur activité. En 2004,
sous réserve d'un arrêt de la diminution de la consommation des ménages, l’activité régionale pourrait
bénéficier de l’effet cumulé de sa dynamique propre avec un rythme d’activité plus soutenu au niveau
national.SOMMAIRE
Contexte national et international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Marché du travail et emploi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
L’activité selon les secteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
SOURCES
Les données publiées dans ce document sont issues de différentes sources :
Note d’analyse conjoncturelle de la Direction Générale de l’INSEE
Notes de conjoncture sectorielle de l’Insee Languedoc-Roussillon
publiées à rythme trimestriel ou quadrimestriel :
Industrie
Bâtiment
Travaux publics
Commerce de détail
Commerce de gros
Tourisme
Les statistiques des organismes suivants :
Assedic Languedoc-Roussillon
Direction régionale de l’Equipement
Direction régionale du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle
Note de la Cellule économique régionale du BTP du Languedoc-Roussillon
Note de la Direction régionale de l’Agriculture et de la forêt
La rédaction de cette note a été achevée le 15 mars 2004.
2 L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 © InseeLE CONTEXTE NATIONAL EET INTERNATIONAL
Une économie internationale en reprise
L’économie américaine, principal moteur de l’économie Indicateur résumé de l'opinion
mondiale, a bénéficié d’une très forte reprise en 2003 favo- des ménages français
Unité : solde cvs d'opinions des ménages en %risée par la relance massive du gouvernement, des taux + 10
d’intérêts particulièrement bas et une forte chute du dollar.
0
A cette tendance de l’économie des Etats-Unis s’ajoute un - 10
retournement favorable de l’économie du Japon, et un net
- 20
dynamisme de la zone asiatique, la zone euro se trouve
- 30
confrontée à un environnement économique international
- 40
très concurrentiel mais également avec une demande exté-
- 50rieure soutenue. 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : INSEE - enquête nationale de conjoncture
Une économie européenne encore hésitante
surtout pour la zone euro
Dans la zone euro, au premier semestre 2003, la faiblesse
proche de la récession de l’économie allemande, principal
Indicateur synthétique du climat des affairespartenaire de l’économie française, a pesé fortement sur la
en France Unité : %
croissance. Simultanément, l’économie des autres parte- 130
naires de la zone euro, en particulier l’Italie n’a pas mani- 120
festé de dynamisme.
110
En Allemagne, globalement en 2003, la croissance est res-
100tée limitée par une moindre progression de la consommation
des ménages plus sensibles à la montée du chômage, en 90
dépit du poids de l’appareil industriel exportateur. Toutefois,
80
la nette amélioration au second semestre 2003 a permis de 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : INSEE - Niveau 100 moyenne de longue période rééquilibrer les résultats mais insuffisamment pour assurer
une croissance positive de l’investissement européen.
Les moyens de politique budgétaire sont limités compte tenu
des déficits, débordant largement les critères du pacte de
stabilité, et de fait interdisant une relance. De plus, l’arrêt de L’activité du secteur de la construction s’est maintenue
la baisse des taux d’intérêts par la Banque centrale après les fortes croissances des années précédentes.
européenne limite les possibilités d’une politique monétaire L’investissement des collectivités locales est resté limité
plus incitative. dans ce secteur.
Au final, dans l’ensemble de la zone euro, les déterminants
favorables à la reprise sont encore très incertains. En
La tendance à la reprise de l’économie françai-revanche, l’augmentation du prix des produits pétroliers est
se depuis le second semestre 2003 reste àrestée contenue par la baisse du dollar.
confirmer
Globalement, l’économie française
Globalement, l’économie française ne dispose que de trèsa stagné en 2003
peu de marge de croissance avec une absence de marges
La consommation des ménages croît faiblement en 2003 budgétaires, un investissement encore limité et une crois-
avec une augmentation de 1,6 % par rapport à 2002. La sance faible de la consommation intérieure.
montée du chômage et les licenciements économiques des
En conséquence en 2004, la croissance dépendra surtout deentreprises ont touché le moral des ménages qui ont aug-
l’accélération de la demande extérieure, essentiellementmenté leur épargne.
celle en provenance de la zone euro.
L’endettement des entreprises et l’atonie de la demande
n’ont pas permis une reprise de l’investissement en 2003. Il
a diminué de 0,6 %, après un recul de 1,4 % en 2002. La
reprise mondiale relayée dans la zone euro par l’Allemagne
devrait inciter davantage les entreprises françaises à inves-
tir en 2004.
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 3
MARCHÉ DDU TRAVAIL EET EEMPLOI
Le chômage régional reste contenu à son plus
bas niveau depuis 5 ans.
Taux de chômage au sens du BIT (cvs)
Languedoc-Roussillon et FranceDans un contexte national proche de la récession, le moindre unité : %
18,0ralentissement de l’économie régionale a permis de limiter le
Languedoc-Roussillontaux de chômage qui reste le plus faible des cinq dernières 16,0
années. Depuis 2002, le taux de chômage est resté stable,
14,0
tandis que le chômage s’aggravait au niveau national. Ainsi,
12,0le Languedoc-Roussillon bénéficiait d’un avantage relatif.
France
L’écart qui n’avait cessé d’augmenter avec le niveau national 10,0
a commencé à se réduire. En effet, au niveau national le chô-
8,0
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003mage est passé de 9,1 % en 2002 à 9,6 % en 2003.
Cependant, cette amélioration reste relative. Le Languedoc- Source : DRTEFP - INSEE
Roussillon, avec un taux de chômage de 13,7 % stable
depuis un an, conserve le niveau de chômage le plus élevé
des régions métropolitaines. Evolution récente des demandes d'emploi
indice base 100 en décembre 1999
120
Les demandes d’emplois restent stables
115en 2003
France
110
Malgré l’essoufflement de l’économie régionale, les
105
demandes d’emplois n’ont pas augmenté en 2003 en
100Languedoc-Roussillon. Depuis 2001, année de forte réduc-
Languedoc-Roussillon
95tion, le nombre de demandeurs d’emploi s’est stabilisé.
90Il y avait 118880 demandeurs d’emplois de catégorie 1 au
2001 2002 200331 décembre 2003, ils étaient 119600 un an auparavant.
Sources : INSEE - DRTEFP
Une offre d’emplois y compris durables
qui reste élevée
Evolution annuelle de l'offre totale d'emplois
Le ralentissement de l’économie régionale est resté limité et Unité : %
+ 20n’a pas freiné trop fortement la dynamique de l’emploi. En
Languedoc-Roussillon France
+ 15effet, les offres d’emploi sont restées élevées et l’année 2003
+ 10se situe à un bon niveau d’offre. Le marché du travail régio-
nal est resté bien orienté. + 5
0La qualité de l’offre s’est maintenue au cours de l’année 2003
- 5avec une offre d’emplois durables d’un bon niveau, confir-
- 10mant ainsi l’orientation favorable du marché du travail régio-
1999 2000 2001 2002 2003
nal. Les emplois durables offerts représentent près de 40 %
Sources : DRTEFP - INSEE
de l’ensemble de l’offre d’emploi.
Evolution annuelle de l'offre d'emplois durables
Unité : %
+ 20
Languedoc-Roussillon France+ 15
+ 10
+ 5
0
- 5
- 10
1999 2000 2001 2002 2003
Sources : DRTEFP - INSEE
4 L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 © Insee
MARCHÉ DDU TRAVAIL EET EEMPLOI
L’emploi régional progresse moins rapidement
Un fort mouvement de création d’entreprises
La progression de l’emploi régional s’est poursuivie en 2003, en 2003
mais le rythme de progression s’est ralenti. Cependant, cette
croissance de l’emploi résulte surtout du développement du Les créations d’entreprises sont en forte croissance en
secteur tertiaire et de celui de la construction. En revanche, 2003. Le mouvement de hausse qui avait commencé en
dans l’industrie, le volume de l’emploi se rétracte. 2000, puis interrompu en 2002, s’est poursuivi au cours
de l’année et tendait à s’amplifier à la fin de 2003. CesL’industrie qui avait bénéficié d’une période particulièrement
créations d’entreprises en période de repli de l’emploifavorable avec le fort développement des nouvelles techno-
constituent souvent une des réponses au chômage enlogies, se replie nettement et réduit ses emplois en 2003.
incitant à la création de sa propre activité.Après un bon niveau atteint en 2001, l’industrie retrouve le
niveau d’emploi de 1999 antérieur à la forte croissance de la Cette croissance exceptionnelle de la création d’entre-
période 2000-2002. prises a surtout bénéficié au secteur de la construction.
Mais les différents secteurs du tertiaire ont égalementLe secteur tertiaire continue d’assurer la création nette d’em-
participé à ces créations en particulier dans le secteurploi dans les services marchands. Cette création d’emploi a
des services à la personne et dans le secteur de lapermis aux entreprises de se développer dans le commerce
santé.et les services aux particuliers.
Parallèlement, à cette forte création d’entreprises, lesLa forte demande de construction conduit les entreprises à
cessations d’entreprises ont également augmenté frei-
accroître leurs effectifs. Les carnets de commandes biens
nant le mouvement d’augmentation nette du nombre
garnis dans le bâtiment devraient permettre de poursuivre
d’entreprises sans toutefois arrêter sa dynamique.
cette tendance. Les difficultés de recrutement qui avaient été
signalées aux cours de la période précédente ne constituent
plus un frein à l’accroissement des effectifs des entreprises.
Créations d'entreprises en Languedoc-Roussillon
Unités : nombre / moyenne mobile
4 600
L'emploi dans le tertiaire en Languedoc-Roussillon 4 500
Languedoc-Roussillon 4 400dans les établissements de 10 salariés ou plus
4 300
unité : le salarié tendance
4 200220 000
4 100
210 000 4 000
3 900200 000
3 800
190 000 3 700
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
180 000
Source : INSEE-Sirene
170 000
160 000
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Sources : INSEE - ASSEDIC - série CVS
L'emploi dans le bâtiment en Languedoc-Roussillon L'emploi dans l'industrie en Languedoc-Roussillon
dans les établissements de 10 salariés ou plusdans les établissements de 10 salariés ou plus
unité : le salariéunité : le salarié 48 50021 000
48 000
20 500
20 000 47 000
19 500
46 00019 000
18 500
45 000
18 000
17 500 44 000
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Sources : INSEE - ASSEDIC - série CVS Sources : INSEE - ASSEDIC - série CVS
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 5
L’ACTIVITÉ SSELON LES SECTEURS
INDUSTRIE
L'industrie en Languedoc-Roussillon
opinion sur l'activité
Les prémices d’une reprise de l’activité unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %
+ 40industrielle au second semestre
+ 30
L’activité industrielle était en attente d’un rebond au premier
+ 20
semestre 2003, après une stabilisation en début d’année.
+ 10
Avec l’amélioration de l’activité du secteur des biens inter-
0
médiaires, les premiers signes d’une reprise restaient à observée
- 10
prévueconfirmer. En effet, au cours du premier semestre 2003, le
- 20
polynomial (observée)secteur des biens de consommation restait orienté à la bais-
- 30
se et l’activité dans le secteur des biens d’équipement qui 2003 1998 1999 2000 2001 2002 2004
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillonavait fortement chuté, tendait à se stabiliser.
L’évolution de l’activité industrielle a été contrastée à partir La production industrielle observées
du second semestre 2003, après la fin de la dégradation de en Languedoc-Roussillon
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %l’activité. Tandis que le secteur des biens d’équipement pre-
+ 80
nait le relais de celui des biens intermédiaires, le secteur des
+ 60
biens de consommation restait très contraint par la baisse de
+ 40
la consommation des ménages.
+ 20
0
Une reprise industrielle - 20
Biens de consommationsqui reste à confirmer en 2004 - 40 Biens équipements
Biens intermédiaires- 60 En France, l’augmentation en valeur de la commande indus-
2003 1998 1999 2000 2001 2002 2004 trielle à été de 2,9 % en 2003 par rapport à 2002 sous l’effet
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
principal de la commande étrangère très vigoureuse (en
augmentation de 6,6 %). Cette croissance de la commande
s’est également appuyée également sur une reprise dans le
secteur des biens d’équipement.
Le fort rebond de l’activité attendu par les industriels dépen-
dra surtout de la confirmation de la commande de biens d’é-
quipement. Si les entreprises maintiennent leurs objectifs
d’investissement, et conjointement si la relance de la
consommation attendue de la part des ménages se réalise
L'activité dans le bâtiment
la phase de reprise pourrait se consolider.
en Languedoc-Roussillon
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %+ 60
observéeBÂTIMENT
+ 40
prévue
+ 20
Une forte activité dans le bâtiment
0L’activité dans le bâtiment est restée très vigoureuse au
- 20
cours de l’année 2003. Les quelques interrogations sur la
- 40 qualité du rythme d’activité ont été levées avec un haut polynomial (observée)
- 60 niveau de commandes. 20041997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-RoussillonL’activité a bénéficié d’un rythme élevé au cours de l’année
après quelques hésitations au premier trimestre. A partir de
l’été, l’activité s’est nettement tendue. Ce dynamisme résul- L'activité dans le bâtiment
te de l’activité soutenue du gros œuvre et du second œuvre. en Languedoc-Roussillon
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %Ces deux catégories de travaux ont donc été en phase d’ac- + 60
tivité, entraînant un effet cumulé sur l’ensemble du bâtiment. + 40
+ 20Le gros œuvre et le second disposaient chacun d’un carnet
de commandes de près de 6 mois de travaux à la fin de 0
Gros oeuvre2003. Les carnets de commandes se sont nettement regar- - 20
Second oeuvrenis au cours du second semestre 2003 et se situent à leur - 40
Ensemblemeilleur niveau. - 60
200420031997 1998 1999 2000 2001 2002
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
6 L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 © Insee
L’ACTIVITÉ SSELON LES SECTEURS
Dans ces conditions, les perspectives restent particulière-
Les travaux publics en Languedoc-Roussillon
ment favorables tant dans le gros œuvre que dans le second opinion sur l'activité
œuvre. Cette bonne orientation de l’activité devrait entraîner unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %+ 90
l’augmentation des effectifs salariés, les chefs d’entreprises
+ 60
confirmant ce besoin de recruter.
+ 30
En France, l’activité du bâtiment qui avait été plus hésitante 0
s’est également nettement redressée au cours des trois der- - 30
niers mois de 2003, les entreprises disposant d’un bon
- 60
niveau de commandes. observée prévue
- 90
2003 20041998 1999 2000 2001 2002
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjoncture
TRAVAUX PUBLICS
Les travaux publics en Languedoc-Roussillon
L’activité des travaux publics en nette reprise carnet de commandes
à partir du second semestre 2003 unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %
+ 80
+ 60
L’activité des entreprises de Travaux publics a retrouvé à Etat privé+ 40
partir du second semestre 2003 un meilleur niveau d’activité. + 20
Après un fléchissement en 2002 et un retour à un niveau 0
- 20 proche de la normale au premier semestre 2003, l’activité a
- 40 bénéficié d’une demande plus dynamique tant de la part du
- 60
secteur public que du privé.
- 80
Ainsi les carnets de commandes se sont regarnis et les 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjonctureentreprises disposent d’une situation plus favorable.
Cependant, les entreprises continuent de disposer de capa-
cités de production non utilisées. Dans ces conditions cette
reprise reste à confirmer, afin de ne pas se limiter à un Une diminution de 4000 véhicules neufs
rebond ponctuel. immatriculés en 2003
En France, le mouvement de redressement de l’activité des
travaux publics tend également à s’affirmer avec un raffer- La diminution du nombre de véhicules neufs immatri-
missement du carnet de commandes. culés destinés aux particuliers s’est poursuivie en 2003.
Après la baisse de près de 2000 unités déjà enregis-
trées en 2002 par rapport à 2001, le mouvement de repli
Peu de logements disponibles à la vente s’est amplifié en 2003.
Avec la faiblesse de l’offre en logements neufs, y com-
Avec 77472 véhicules neufs immatriculés en 2003, lespris dans le secteur social et la forte demande, les
ménages du Languedoc-Roussillon réduisent nettementstocks disponibles à la vente se réduisent et les prix
leurs achats. Cette diminution de 4,8 % par rapport àprogressent. La demande de logements dans l’ancien et
2002 est intervenue sur les immatriculations de l’en-leur mise aux normes ont soutenu l’activité de rénova-
semble des différents trimestres.tion des entreprises de second œuvre.
Les résidences secondaires ont également bénéficié
La baisse des achats de véhicules conjointement à celled’une forte demande.
des biens durables confirme l’attentisme des ménages
dans leur consommation.
Les autorisations de construction
et mises en chantier de logements Les immatriculations de véhicules particuliers neufs
en Languedoc-Roussillon en Languedoc-Roussillon
unité : le logement unité : le véhicule
16 000 25 000
autorisations mises en chantier Tendance
22 500
12 000
20 000
17 5008 000
15 000
4 000
12 500
10 0000
S1-03S1-99 S1-00 S1-01 S1-02 2003 20041997 1998 1999 2000 2001 2002
S2-99 S2-00 S2-01 S2-02 S2-03
Source : DRE - INSEE Languedoc-Roussillon
Source : DRE - INSEE Languedoc-Roussillon
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 7
L’ACTIVITÉ SSELON LES SECTEURS
COMMERCE DE DÉTAIL
La consommation des ménages du Languedoc-Roussillon
est ainsi directement touchée par la perte de confiance etLa chute des ventes de détail s’aggrave
rejoint la tendance nationale.
à partir du second semestre 2003
La forte baisse de l’indicateur national d’opinion des
ménages à partir de 2002 est bien confirmée par celle deAprès le fléchissement des ventes de détail dans le secteur
leur consommation. La stabilisation de cet indicateur en findes biens non alimentaires, celui des biens alimentaires est
d’année 2003 devrait s’accompagner d’une reprise deségalement touché. La faiblesse des ventes gagne ainsi les
achats des ménages. différents secteurs des biens de consommation. Les ventes
de vêtements et le textile sont particulièrement en repli ainsi
que les biens de loisirs.
Dès le début de l’année 2003 un net fléchissement apparaît Les ventes et commandes dans le commerce
en Languedoc-Roussillon dans les ventes de détail. Mais ce de détail en Languedoc-Roussillon
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en % fléchissement reste limité au cours du premier semestre. A + 20
partir de l’été la chute de la consommation va s’accélérer + 10
sous l’effet de la réduction des ventes du commerce de détail 0
en produits alimentaires. - 10
- 20
En une année, le commerce de détail est nettement marqué ventes- 30
par le repli de la consommation et plus particulièrement de commandes- 40
l’alimentaire qui avait bien résisté au cours du premier polynomial (ventes)
- 50
semestre 2003. 2003 20042000 2001 2002
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjoncture
En début d’année, les ventes mieux orientées dans l’alimen-
taire avaient permis de limiter la baisse des ventes de l’en-
semble du commerce de détail qui subissait une forte
contraction des ventes de produits non alimentaires. Mais à Les ventes dans le commerce de détail
partir du second semestre 2003, les ventes des produits ali- en Languedoc-Roussillon
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %mentaires chutent nettement. + 40
Produits alimentaires
Parmi les ventes de produits non alimentaires qui avaient + 20
déjà été directement touchées dès la fin de l’année 2002, le
0textile a enregistré en 2003 une forte réduction de ses
ventes. Les secteurs de l’équipement du foyer et des loisirs - 20
ont également subi un repli de leurs ventes. Produits non alimentaires
- 40
La situation en Languedoc-Roussillon reflète également la
- 60
tendance nationale. Depuis un an, le volume des ventes de 20022000 2001 2003 2004
détail est en baisse de 2 % en France et de 1,6 % dans la Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
zone euro.
COMMERCE DE GROS
Les ventes du commerce de gros
Les ventes et commandes dans le commerceen repli au cours de l’année
de gros en Languedoc-Roussillon
Après le net fléchissement du début d’année 2003, la dégra- unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en % + 30dation des ventes ne s’est pas amplifiée au cours du second
ventes
+ 20semestre 2003. Particulièrement net depuis la mi-2001, le
commandes
+ 10repli des ventes du commerce de gros s’est poursuivi au
polynomial (ventes)
même rythme en 2002 et 2003. Cette baisse des ventes des 0
grossistes résulte d’une moindre demande dans les diffé- - 10
rentes catégories de biens destinés aux ménages ou aux
- 20
entreprises.
- 30
2003 20042000 2001 2002Pour les produits de consommation finale destinés aux
Source : INSEE - enquêtes régionales de conjonctureménages, les biens alimentaires sont également concernés
par le repli des ventes. Ainsi, les ventes des grossistes en
8 L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 © Insee
L’ACTIVITÉ SSELON LES SECTEURS
biens alimentaires qui s’étaient repliées en début 2003 se
Les ventes dans le commerce de gros
sont stabilisées au second semestre 2003. De plus, les
en Languedoc-Roussillon
ventes de biens non alimentaires ont nettement chuté tout au unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %
+ 40long de l’année confirmant la tendance à la diminution des
Produits alimentaires
achats des consommateurs pour ce type de biens dans un + 20
mouvement de baisse déjà engagé en 2002.
0
Parmi les ventes destinées aux entreprises, une reprise par-
tielle mais limitée des ventes des biens intermédiaires appa- - 20
raît à partir du second trimestre 2003. A la fin de l’année
- 40
2003, les ventes des biens d’équipements ont été mieux Produits non alimentaires
- 60orientées confirmant les possibilités d’une amélioration des
20022000 2001 2003 2004
perspectives d’investissement. Cependant les commandes,
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
en particulier dans le secteur des biens d’équipement, res-
tent limitées.
Les ventes dans le commerce de grosMalgré une situation moins défavorable et quelques pré-
en Languedoc-Roussillon
misses d’un retournement conjoncturel celui-ci reste encore
unité : solde d'opinions des chefs d'entreprises en %
+ 40fragile en Languedoc-Roussillon. La conjoncture nationale
+ 30du secteur demeure également incertaine avec une baisse Biens intermédiaires+ 20
du chiffre d’affaire des grossistes de près de 1 % en 2003. + 10
0
- 10
- 20
- 30
Biens d'équipement
- 40
- 50
20022000 2001 2003 2004
Source : INSEE - enquêtes de conjoncture en Languedoc-Roussillon
AGRICULTURE
La remontée des cours des vins de table et de
pays continue…
Cours des vins de table et de pays
Les vins de table et les vins de pays ont continué de bénéfi- en Languedoc-Roussillon
Unité : euro/degré/hectolitrecier du redressement des cours commencés dès le début de 6,0
Vins de pays5,5la compagne 2002-2003 et qui s’est poursuivi pour la cam-
5,0pagne 2003-2004. A la fin de l’année 2003, les cours s’éle-
4,5vaient respectivement à 4,50 €/degré/hectolitre pour les vins
4,0de table et 5,0 €/degré/hectolitre pour les vins de pays.
3,5
Vins de table3,0
… mais la chute s’aggrave pour les AOC 2,5
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004La baisse globale de la récolte consécutive à la sécheresse
Source : ONIVINSde l’été a été confirmée mais elle n’a pas eu un effet suffisant
pour réduire les stocks. L’importance des disponibilités est
due aux stocks élevés des vins AOC et VDQS et aux diffi-
cultés de commercialisation de ces derniers. Leurs cours ont Cours des vins rouges AOC en vrac
en Languedoc-Roussilloncontinué de baisser en 2003
Unité : euro/hectolitre
125
Côteaux du Languedoc
115
Volume des vins sortis des chais des récoltants Corbières
105
en Languedoc-Roussillon
95Unité : millier d'hectolitres
6 500
85
6 000
755 500
Languedoc-Roussillon 655 000
Tendance4 500 55
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 20034 000
3 500 Source : DDAF/SDSA66 - CIVCRVR
3 000
2 500
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Direction régionale des Douanes de Montpellier
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 9
TOURISME
Une saison en demi teinte Les nuitées dans les campings
pour les campings qui résistent bien du Languedoc-Roussillon
unité : millier de nuitées18 000La fréquentation des campings s’est repliée au cours de
l’année 2003. Après deux années exceptionnelles en 2001 16 000
et 2002, la fréquentation des campings du Languedoc-
14 000Roussillon diminue en 2003 avec 16,9 millions de nuitées
(17,4 millions en 2002). Mais ce résultat reste d’un bon
12 000
niveau. Après un mois de mai fortement perturbé par les
mouvements sociaux, et l’annulation des festivals de l’été la 10 000
saison saison saisonsaison saisonbaisse de l’activité en 2003 s’est répercutée quasiment sur 1999 2000 2002 20032001
l’ensemble des différents mois de la saison à l’exception du Source : DRT - INSEE
mois de juin qui a enregistré une augmentation de 348000
nuitées par rapport au même mois de l’année précédente. Les nuitées dans les hôtels
Les mois de juillet et août accusent une forte baisse avec en Languedoc-Roussillon
unité : million de nuitéesrespectivement 374000 nuitées en moins en juillet et
8,0
440000 en août par rapport à 2002.
7,5
Par département, la baisse de l’activité est quasi générale et
7,0concerne également les différentes zones du Languedoc-
Roussillon, littoral et zones de montagnes.
6,5
6,0Une fréquentation en baisse dans les hôtels au
2000 2001 2002 2003
second semestre Source : DRT - INSEE
Les aléas qui ont ponctué la saison touristique ont eu au final
un impact significatif sur la fréquentation hôtelière. Celle ci a
diminué au cours d’une année fortement marquée par les lions au premier semestre 2002. Du fait des difficultés clima-
mouvements sociaux, la canicule et les inondations de l’au- tiques de l’été et de l’automne, les résultats du second
tomne. Seule la zone de montagne a amélioré sa fréquenta- semestre sont plus en retrait, avec notamment une baisse
tion touristique. Malgré une fréquentation étrangère en nette très forte de l’activité hôtelière. Au second semestre la fré-
baisse, la région a bien maintenu son cap. En effet, le pre- quentation s’élevait à 4,07 millions de nuitées, contre 4,28
mier semestre s’est avéré excellent avec une fréquentation au second semestre 2002.
au plus haut niveau ; 2,94 millions de nuitées contre 3,01 mil-
Insee L@nguedoc-RRoussillon iinfo
La llettre dd’information éélectronique
de ll’insee LLanguedoc-RRoussillon
Vous informe
erle 1 mardi de chaque mois
des nouveautés
Languedoc-Roussillondu site internet
Nouveau sur le web
Sélection et présentation détaillée des nouveautés sur le site
L’information du moiswww.insee.fr/lr L’information économique ou sociale marquante commentée
par les experts de l’insee
Publications Vient de paraître
Présentation des dernières publications
Lettre d’information électronique et produits électroniques
Indicateurs conjoncturels régionaux
et départementaux
Accès direct aux dernières mises à jour
10 L’économie du Languedoc-Roussillon au second semestre 2003 © Insee



Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.