En Franche-Comté, lactivité se contracte fortement au 4e trimestre 2008

De
Publié par

Au 4e trimestre 2008, l’économie régionale souffre du ralentissement global de l’activité, en France et dans le monde. Le recul des immatriculations de véhicules a pour conséquence une forte baisse d’activité dans l’industrie automobile, contrainte à un mouvement de déstockage massif. L’ensemble de la production industrielle marque ainsi le pas en fin d’année. Les créations d’entreprises se replient, tandis que le chômage progresse.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

CONJONCTURE
- -
Nº 56 - mai 2009
Nº 56
mai 2009
www.insee.fr/fc
insee-contact@insee.fr
0 825 889 452 (0,15 /mn)
eAu 4 trimestre 2008, l’économie régionale souffre du ralentissement global de l’activité,
en France et dans le monde. Le recul des immatriculations de véhicules
a pour conséquence une forte baisse d’activité dans l’industrie automobile,
contrainte à un mouvement de déstockage massif.
L’ensemble de la production industrielle marque ainsi le pas en fin d’année.
Les créations d’entreprises se replient, tandis que le chômage progresse.
Le commerce d’euros. Elles reculent de biens d’équipement progres- port au trimestre précédent Le commerce extérieur dans l’automobile
extérieur ralentit % sur un an, notamment sent de 5% sur un an. où il atteignait , milliard
L’analyse des données du commerce extérieur en raison de la baisse des Les importations se replient d’euros.
automobile appelle deux mises en garde. D’une part, les Au quatrième trimestre 2008, exportations des produits de 6% sur un an et s’élèvent
exportations des sites automobiles de Franche-Comté les exportations franc-com- de l’industrie automobile à ,3 milliard d’euros. Elles L’activité décroche
ne sont pas toujours déclarées au départ de la région.
toises atteignent 2,2 milliards (– 9%). Ce secteur contri- reculent de 5% dans l’in- dans l’industrie
Elles peuvent être établies avec celles d’autres sites du
bue en effet à un tiers des dustrie automobile et dans groupe. D’autre part, les importations automobiles
exportations régionales. En celle des biens intermédiaires Selon l’enquête de conjonc- peuvent, elles aussi, être comptabilisées en dehors de
()revanche, les exportations de mais progressent de 2% ture dans l’industrie , l’opi- la région, notamment en Île-de-France qui concentre
dans le secteur des biens nion des industriels sur la de nombreuses centrales d’importations. Ces centrales
répartissent ensuite les véhicules importés auprès des d’équipement. production s’est nettement
concessionnaires des autres régions. De même, les Le solde extérieur demeure dégradée en fin d’année. Le
flux internes de produits automobiles importés ne sont positif au quatrième trimestre recul de l’activité industrielle
pas recensés.2008 (0,9 milliard d’euros). dans la région est impor-
eIl se replie toutefois par rap- tant à partir du 4 trimestre - 2 -
Nº 56 - mai 2009
Une poursuite de la baisse des mises en chantier ments autorisés diminue
Évolution et répartition du nombre de mises en chantier en Franche-Comté de mars 2008 à février 2009
aussi (– 20% sur un an).
Logements commencés de mars 2008 à février 2009
6 700 permis de construire Individuels Collectifs Ensemble
ont été accordés en Fran-Nombre de Évolution Nombre de Évolution Nombre de Évolution
logements sur 12 mois logements sur 12 mois logements sur 12 mois che-Comté au cours de cette
mis en chantier (en %) mis en chantier (en %) mis en chantier (en %)
période. Le repli est deux
Doubs 2 54 +4, 57 – 6,8 3 3 0,0
fois plus important pour
Jura 09 – 9, 23 – 59,3 340 – 30,8
les habitations collectives Haute-Saône 00 – 2,0 87 +57, 97 +4,
que pour les logements Territoire de Belfort 292 – 32,3 450 +0,8 742 – ,4
individuels (respectivement Franche-Comté 4 565 – 6,9 2 025 – 13,2 6 590 – 8,9
– 30% et – 4%). Le Doubs Source : direction régionale de l’Équipement (SITADEL)
se démarque des autres
2008. Dans la construction biens d’équipements se replie diminue plus fortement que départements francs-com-
automobile, les rythmes de également. Seule l’industrie la construction pavillonnaire tois grâce à un recul moins
production s’effondrent, en des biens d’équipements (respectivement – 3% et marqué des autorisations de
L’enquête de conjoncture nationale
raison des nombreux jours de mécaniques résiste, grâce – 7%). Au sein des dépar- construire. Celui-ci atteint en dans l’industrie
chômage technique mis en aux commandes enregistrées tements comtois, les mises effet – 3%, alors que celui des
L’INSEE effectue une enquête nationale auprès d’entreprises place pour écouler les stocks les mois précédents. Les en chantier baissent dans autres départements s’éche-
industrielles. Les résultats régionaux sont obtenus en appliquant, (un mois de fermeture en dé- industriels ne prévoient pas le Jura (– 3%) et le Ter- lonne entre – 29 et – 45%.
aux indicateurs nationaux élémentaires, la structure régionale ercembre pour l’usine PSA So- d’amélioration pour le ritoire de Belfort (– %).
des établissements selon leur secteur d’activité et leur taille. Le
chaux et pour la plupart des trimestre 2009. Elles progressent en revan- Dans les travaux publics, profil régional est établi à partir des masses salariales de la
équipementiers de la région). che en Haute-Saône (+4%) l’activité reste tirée par les source CLAP (connaissance locale de l’appareil productif).
Les résultats sont présentés sous la forme de soldes d’opinion, Ce mouvement de déstoc- Le marché et restent stables dans le grands travaux d’infrastruc-
c’est-à-dire d’écarts entre la proportion d’entrepreneurs qui kage massif dans l’industrie immobilier toujours Doubs. Les constructions de ture de la région (branche
estiment la situation « en hausse » et la part de ceux qui la jugent « automobile entraîne un repli au ralenti logements collectifs sont en est de la ligne à grande
en baisse ». Les réponses « stables » n’influencent pas la valeur des
de l’activité dans l’ensemble hausse en Haute-Saône et vitesse [LGV] Rhin-Rhône et soldes. Cette représentation améliore la lisibilité des mouvements
de l’industrie manufacturière, Dans le bâtiment, 6 600 dans le Territoire de Belfort, élargissement de l’A36 en-d’opinion, sans perte d’information notable. L’interprétation des
soldes d’opinion se fonde sur l’évolution des séries plutôt que et notamment dans l’industrie logements ont été mis en tandis que les constructions tre Belfort et Montbéliard).
(2)sur leur niveau. On peut toutefois comparer les soldes d’opinion des biens intermédiaires. chantier entre mars 2008 individuelles n’augmentent Le chantier de la LGV est
à leur moyenne de longue période afin de tenir compte du L’activité dans l’agroali- et février 2009, soit un que dans le Doubs. entré dans la phase d’ins-
comportement usuel de réponse des chefs d’entreprise. Les
mentaire, dans les biens de recul de 9% sur un an. La Entre mars 2008 et février tallation des équipements séries publiées sont corrigées des variations saisonnières (CVS).
consommation et dans les construction d’appartements 2009, le nombre de loge- ferroviaires.Lorsque la série ne présente pas de caractère saisonnier, les
données CVS sont identiques aux données brutes.- 3 -
Nº 56 - mai 2009
Un recul important des autorisations de construire, notamment dans le collectif Fin 2008, les éleveurs ré-
Évolution et répartition du nombre d’autorisations de construire en Franche-Comté de mars 2008 à février 2009
forment massivement les
Logements autorisés de mars 2008 à février 2009
vaches laitières, avec pour Individuels Collectifs Ensemble
conséquence une baisse du Nombre de Évolution Nombre de Évolution Nombre de Évolution
permis de sur 12 mois permis de sur 12 mois permis de sur 12 mois cours de la vache O. En Fran-construire (en %) construire (en %) construire (en %)
che-Comté, le cours perd Doubs 2 25 0,0 384 – 8,3 3 635 – 3,4
Jura 0 – 2, 257 – 50,2 367 – 28,9 presque 0,30 €/kg, soit 0%
Haute-Saône 893 – 29,8 207 – 35,3 00 – 30,9 en un trimestre. Il s’établit à
Territoire de Belfort 362 – 2,3 222 – 62,8 584 – 44,7
2,58 €/kg.Franche-Comté 4 616 – 14,3 2 070 – 29,6 6 686 – 19,7
Malgré la crise, les ventes Source : direction régionale de l’Équipement (SITADEL)
de comté se maintiennent
Des tensions pas réussi à tirer profit de nes surfaces) pour protester à un bon niveau, tant en
sur le prix du lait cette hausse en augmentant contre les transformateurs volumes qu’en prix. Au der-
les volumes de lait livré. qui veulent baisser les prix nier trimestre, la moyenne
Selon la direction régio- La réduction de la collecte d’achat aux producteurs. Les mensuelle des ventes est de
nale de l’Alimentation, de nationale s’explique par le 4 350 tonnes, la moyenne de prix des produits industriels
l’Agriculture et de la Forêt, retournement de conjonc- sont en effet à des niveaux 2008 étant de 4 000 tonnes.
(3)la collecte laitière du ture. Au niveau mondial, très bas. Les sites d’EURO- Le prix moyen, à 6 62 €/t
mais accuse une baisse de des prix du pétrole. L’activité quatrième trimestre 2008 une offre en produits laitiers SÉRUM (70), de la SAS LE et franchit ainsi la barre
progresse de % par rapport à nouveau étoffée fait face FRANCOMTOIS (90), et deux des 6 000 €/t. L’emmental 0% en un an. des services marchands se
au dernier trimestre 2007. La à une demande modérée. reste au contraire en perte réduit et les prévisions sont sites appartenant au groupe
Franche-Comté fait figure Les industriels veulent donc LACTALIS, à Vercel (25) et de vitesse. L’activité se replie défavorables.
d’exception. La collecte na- contenir la collecte. Elle s’ex- Loulans les Forges (70) ont La pluie a perturbé toute dans les services
marchands Les ventes tionale est en effet en repli plique aussi par le blocage été temporairement bloqués. la campagne des grandes
de 3%, les régions du Grand des laiteries par les éleveurs, Le prix du lait franc-comtois cultures. Ainsi, en octobre, les de véhicules neufs
Ouest, à fort potentiel, étant qui est plus important dans pluies abondantes ont retar- Au quatrième trimestre 2008, reculentnon destiné aux productions
les plus touchées par cette les grandes régions produc- AOC perd 7% en un trimes- dé les récoltes de maïs grain. l’activité recule fortement
baisse. Ces régions avaient trices qu’en Franche-Comté. tre et s’établit à 33,95 €/hl. Les rendements demeurent dans le transport routier de En Franche-Comté, au qua-
marchandises, dans le sillage trième trimestre 2008, le été les plus réactives fin Les éleveurs mènent partout Les négociations menées au toutefois satisfaisants. Le prix
(4)2007 face à la hausse des en France des actions (blo- niveau national aboutissent moyen d’apport du blé du repli de l’industrie manu- nombre d’immatriculations
cours, alors que les élevages cages de laiteries, relevés de (5,06 €/q) est stable par facturière. Les trésoreries res- de véhicules neufs diminue début décembre à un accord
francs-comtois n’avaient prix en grandes et moyen- temporaire. rapport au troisième trimestre tent tendues malgré la baisse de 4% sur un an, après - 4 -
Nº 56 - mai 2009
comtois comptabilisent plus – 26% dans l’industrie et
de 425 000 nuitées, soit une – 28% dans la construction.
hausse annuelle de %. La Les créations d’entreprises se
fréquentation de la clien- replient dans tous les dépar-
tèle d’affaires augmente de tements francs-comtois mais
5%, tandis que celle de la la baisse est deux fois plus
clientèle de loisirs recule de importante en Haute-Saône
6%. Au sein des départe- que dans Territoire de Bel-
ments comtois, la croissan- fort. Au niveau national, les
ce s’échelonne de +0,5% créations reculent de 9%. À
dans le Jura à +% dans l’exception de l’industrie où
le Doubs et le Territoire de les créations d’entreprises
Belfort. Au niveau national, progressent de 6%, tous les
la fréquentation hôtelière secteurs d’activité s’inscrivent
diminue en revanche de 4% à la baisse.
sur un an.
Les défaillances
Les créations restent élevées
d’entreprises
deux années de hausse inin- marques étrangères sont plus reculent dans 225 procédures de dé-
terrompue. Au sein des dé- touchées que les marques tous les secteurs faillance d’entreprises ont
partements comtois, le recul françaises (respectivement d’activité été publiées par les tri-
s’échelonne de – 2% dans – 6% et – 3%). bunaux de la région au
le Jura à – 7% en Haute- Au quatrième trimestre cours du quatrième trimes-
Saône. Il atteint – 2% au La fréquentation 2008, 852 entreprises ont tre 2008. Elles diminuent
niveau national. hôtelière été créées en Franche-Com- de % sur un an. Ce recul
Le recul des ventes de véhi- de la clientèle té (– 6% sur un an). Pour le est plus prononcé dans
cules à motorisation essence d’affaires poursuit deuxième trimestre consécu- le Jura (– 6%) et dans le
(– 5% en Franche-Comté) sa progression tif, les créations diminuent Doubs (– 5%). À l’inverse,
est, comme en France, plus dans tous les secteurs d’acti- les défaillances progressent
important que celui des vé- Au quatrième trimestre vité : – % dans les services, de % en Haute-Saône et
hicules diesel (– 4%). Les 2008, les hôtels francs- – 7% dans le commerce, dans le Territoire de Belfort. - 5 -
Nº 56 - mai 2009
La conjoncture dans l’arc jurassien suisse Une forte hausse du nombre de demandeurs d’emploi en Franche-Comtétrimestre précédent, les ef-
Nombre et répartition des demandeurs d’emploi au 3 janvier 2009fectifs intérimaires ne pro-
(*) Demandeurs d’emploi Part dans les demandeurs d’emploi (en %)À la fin du quatrième trimestre 2008, l’arc jurassien suisse gressent que dans le Territoire
affiche un taux de chômage de 3,6%, en augmentation de Nombre total Évolution Ancienneté sup. Femmes Moins de 25 ans 50 ans ou plusde Belfort (+6%). Dans les au 31/01/2009 sur un an (en %) à un an0,4 point sur un trimestre. Le nombre de chômeurs croît de
autres départements com- Doubs 9 984 +27,7 42,9 9,0 3,4 22,0,6% (+2 000 personnes) sur la même période et s’élève
Jura 8 208 +32,8 46,6 9,0 5,7 28,5à 20 000 individus. La dégradation du marché du travail tois, ils baissent de – 8% en
Haute-Saône 8 5 +28,3 46,0 23,0 5,7 26,3est plus marquée pour les hommes (+7,6% contre +5,4% Haute-Saône à – 20% dans
Territoire de Belfort 5 930 +9,0 42,2 8,7 5,2 22,7pour les femmes). Au niveau national, selon les relevés du le Jura. Franche-Comté 42 633 +27,5 44,1 19,7 14,5 22,8Secrétariat d’État à l’économie (SECO), 09 000 personnes
L’emploi intérimaire de la France 2 37 268 +5,4 45,5 8, 5, 2,6esont inscrites au chômage à la fin du 4 trimestre 2008, soit
Champ : DEFM de catégorie 1 (données brutes)région se replie dans tous les 5 000 de plus qu’au trimestre précédent. Comme d’ans Source : Pôle emploi
l’arc jurassien, le taux de chômage national suisse augmente secteurs d’activité mais plus
de 0,4 point. Il reste cependant assez faible : 2,8%. fortement l’industrie et dans Fin janvier 2009, la région métropolitaine (20%, soit ,6 et 3) augmentent de 22% sur
compte 42 600 demandeurs point de plus qu’au niveau le commerce (– %). Il pro- un an (entre janviers 2008 et
Pour plus d’informations, voir
gresse en revanche de 0% d’emploi dans cette catégo- national). En revanche, la 2009) dans la région. Cette Les publications de l’Observatoire statistique
rie. En un an, le nombre de part des femmes est pro-dans l’industrie automobile. progression est deux fois transfrontalier de l’arc jurassien
Fin septembre 2008, la Fran- DEFM de catégorie aug- portionnellement moindre plus élevée qu’en moyenne
(*) L’arc jurassien suisse regroupe les cantons de Berne, de che-Comté se situe parmi mente près de deux fois plus dans la région qu’au niveau nationale. Fin janvier 2009,
Neuchâtel, de Vaud et du Jura. vite en Franche-Comté qu’en national (44% contre 45%). les cinq premières régions la Franche-Comté compta-
françaises pour le taux de moyenne nationale (respecti- Celle des personnes âgées bilise 52 800 demandeurs
vement +27% et +5%). de 50 ans ou plus est, quant recours à l’intérim (5%). d’emploi appartenant à l’une
En Franche-Comté, les dé- Les effectifs Au sein des départements à elle, similaire (5%). des ces trois catégories.
faillances augmentent dans intérimaires reculent La hausse francs-comtois, la progres- Fin janvier 2009, la part des En un an (entre janviers
eles services (+8%) et la au 3 trimestre 2008 sion du nombre de deman- demandeurs d’emploi inscrits du nombre 2008 et 2009), le nombre de
construction (+3%). Elles de demandeurs deurs d’emploi s’échelonne depuis plus d’un an est plus DEFM non immédiatement
sont en revanche moins Au troisième trimestre 2008, de +9% dans le Territoire de élevée en Franche-Comté d’emploi s’amplifie disponibles (catégories 6,
nombreuses dans le com- la Franche-Comté compte Belfort à +33% dans le Jura. qu’en moyenne nationale 7 et 8) diminue beaucoup
merce (– 5%) et l’industrie 3 900 intérimaires en équi- La hausse du nombre de de- En Franche-Comté, la part (23%, soit ,2 point de plus plus fortement en Franche-
(– 20%). En France, la hausse valents temps plein. L’emploi des jeunes de moins de qu’en France). mandeurs d’emploi en fin de Comté qu’au niveau national
(5)des défaillances d’entreprises intérimaire régional diminue mois (DEFM) de catégorie , 25 parmi les chômeurs est Les effectifs des demandeurs (respectivement – 26% et
(+30%) touche tous les sec- de 9% par rapport au même proportionnellement plus d’emploi immédiatement amorcée en août 2008, se – 2%). Tous les départe-
teurs d’activité. trimestre 2007. Comme au poursuit en Franche-Comté. importante qu’en France disponibles (catégories , 2 ments comtois bénéficient - 6 -
Nº 56 - mai 2009
La récession se prolonge
de cette baisse (de – 24%
L’activité économique mondiale se dégrade nettement au quatrième trimestre 2008. Le PIB recule de
dans le Jura à – 29% dans le ,8% dans les économies avancées (après – 0,3% au troisième trimestre) et de ,5% en zone euro. La
Territoire de Belfort).demande se contracte et le commerce mondial chute de 6,0%. Le repli de la construction immobilière
se poursuit, tandis que les marchés financiers sont toujours en attente de normalisation.
En France, le PIB diminue de ,2% au quatrième trimestre, après une hausse de 0,% au trimestre Au quatrième trimestre 2008,
précédent. La production industrielle recule nettement (– 7,6%), notamment dans l’automobile le taux de chômage localisé
(– 23,4%). Ce secteur a en effet été contraint à un fort déstockage en fin d’année. L’activité
s’établit à 7,6% en Franche-économique française devrait encore se replier au premier semestre 2009 : le PIB baisserait de
Comté (7,8% en moyenne ,5% au premier trimestre et de 0,6% au deuxième. Le recul de la production manufacturière
devrait se poursuivre. Les entreprises et les ménages réduiraient leurs investissements. métropolitaine). Il progresse
Le marché du travail pâtirait de cette contraction de l’activité, avec plus de 330 000 postes détruits plus vite dans la région (+0,8
au premier semestre 2009 (après 0 000 emplois supprimés au second semestre 2008). En point par rapport au trimes-
France métropolitaine, le taux de chômage augmenterait et atteindrait 8,8% en moyenne au
tre précédent) qu’en France deuxième trimestre 2009. La consommation des ménages progresserait faiblement, grâce à un
métropolitaine (+0,6 point). pouvoir d’achat en légère hausse et une inflation en baisse.
Une forte incertitude entoure cependant cette prévision : l’évolution de la situation financière et Le Doubs est le département
du comportement des banques reste incertaine, de même que les répercussions des différents franc-comtois où le taux de
plans de relance mis en place par les gouvernements. chômage augmente le plus
(+0,9 point sur un trimes-D’après la note de conjoncture nationale de mars 2009 INSEE Franche-Comté
tre). Sur un an, le taux de http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17&sous_theme=3&page=note.htm 8, rue Garnier - BP 997
25020 BESANÇON Cedex chômage progresse de 0,7
Tél : 03 8 4 6 6 eUn produit intérieur brut en baisse au 4 trimestre 2008 point dans la région, soit 0,4 Fax : 03 8 4 6 99France : équilibre ressources-emplois en volume
Directeur de la publication : Didier Blaizeau point de plus qu’au niveau Variations T/T– (en %)
Rédacteur en chef : Yannick Salamon2007 2008 2009 national. n Mise en page : Maurice Boguet, Yves Naulin2007 2008
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 Catherine Perrin
Produit intérieur brut +0,5 +0,6 +0,7 +0,4 +0,4 – 0,3 +0,1 – 1,2 – 1,5 – 0,6 +2,1 +0,7 © INSEE 2009 - dépôt légal : mai 2009
Importations +2, +2, +,0 – 0,9 +,9 – 0,4 +, – 2,2 – 3,3 – ,5 +5,9 +2,0
Dépenses de consommation +0,6 +0,9 +0,8 +0,6 0,0 +0, +0, +0,5 +0,2 +0, +2,5 +,3des ménages +0,3 +0,4 +0,3 +0,3 +0,4 +0,5 +0,8 +0, +0,9 +0,7 +,3 +,6des administrations* 1) Les résultats régionaux de l’enquête nationale sont obtenus après la prise en compte de la structure
FBCF totale +, +0,8 +0,7 +,2 +0,6 – ,6 – 0,2 – , – 3,3 – 2,2 +4,9 +0,4 sectorielle de la région ; cf. encadré.
erdont : 2) La réforme du droit des sols, intervenue le 1 octobre 2007, affecte la collecte des données jusqu’en juillet
ENF +,8 +,3 +,3 +,4 +0,6 – , +0, – ,5 – 5, – 3,4 +7,3 +,5 2008 pour les autorisations, et jusqu’en août 2008 pour les mises en chantier.
Ménages +0,5 +0,3 +0,3 +0,5 +0,7 – 2,7 – 0,6 – 0,3 – ,0 – , +3,0 – , 3) Il s’agit du volume de lait collecté par les laiteries de Franche-Comté, que le producteur soit installé dans la
Exportations +0,6 +,7 +0,4 +0,4 +2,0 – ,9 +,0 – 3,7 – 5,8 – 2,5 +3,2 +,
région ou ailleurs.Contributions :
4) Le prix d’apport moyen est le prix moyen auquel les agriculteurs vendent leur blé aux collecteurs Demande intérieure hors stocks +0,6 +0,7 +0,7 +0,7 +0,2 – 0,2 +0,2 0,0 – 0,4 – 0,2 +2,7 +,2
(coopératives ou négociants transformateurs privés).Variations de stocks** +0,3 0,0 +0,2 – 0,6 +0,2 +0,3 0,0 – 0,9 – 0,6 – 0,2 +0,2 – 0,2
Commerce extérieur – 0,4 – 0,2 – 0,2 +0,4 0,0 – 0,4 0,0 – 0,3 – 0,5 – 0,2 – 0,8 – 0,3 5) Il s’agit des demandeurs d’emploi immédiatement disponibles, cherchant un contrat à durée indéterminée à
Prévisions temps plein. * Dépenses de consommation des APU et des ISBLSM
** Les variations de stocks sont y compris acquisitions nettes d’objet de valeur
Source : INSEE (données CJO-CVS)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.