En Languedoc-Roussillon, la croissance de l'économie s'accélère au cours du premier semestre 2006.

De
Publié par

A la fin du premier semestre 2006, l'économie régionale bénéficie d'une croissance soutenue dans la plupart des secteurs. A la fin du premier semestre 2006, le taux de chômage est en nette diminution à 12,4. La tendance pour le second semestre 2006 reste bien orientée. Les perspectives pour l'année 2007 seraient caractérisées par une demande des ménages toujours dynamique bénéficiant de la baisse du chômage, et par la reprise de l'investissement des entreprises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

pour l’économie du Languedoc-Roussillon
Novembre 2006N° 10 -
En Languedoc-Roussillon, la croissance de l'économie
s'accélère au cours du premier semestre 2006
Claude MICHEL
A la fin du premier semestre 2006, l’économie régionale bénéficie d’une croissance soutenue dans la
plupart des secteurs.
Le rythme de l'activité de la construction est resté soutenu à un haut niveau. Ce secteur continue de
bénéficier d'une forte demande en investissements en logements neufs avec les incitations fiscales.
Le stock de maisons individuelles neuves disponibles à la vente reste faible. En collectif, les stocks ont aug-
menté. Le rythme de croissance des prix de l'immobilier a ralenti. Une première étape de renchérissement du
crédit tend à limiter la solvabilité des ménages.
L'activité des entreprises de construction reste bien orientée, tant dans le gros oeuvre que dans le
second œuvre. Les mises en chantier de batiments pour les entreprises et la rénovation sont également à un
haut niveau qui devrait se maintenir sur l'ensemble de l'année.
L'amélioration du niveau d'activité dans les travaux publics, sensible à la fin de l'année 2005, se confir-
me, tant pour la commande publique que pour la commande privée.
Dans l'industrie la production progresse nettement, sous l'effet d'une demande soutenue et d'une relan-
ce des investissements. Cette augmentation a surtout été assurée par le secteur des biens de consommation et
par une demande des entreprises en biens d'équipement. Après une quasi-stagnation en 2005, l'investissement
des entreprises devrait s'accélérer avec une nette croissance en 2006.
La chute des cours des vins, y compris les AOC, s'est poursuivie. Le niveau des cours est au plus bas.
Les sorties de chais se poursuivent et sont supérieures à celles du premier semestre 2005. Mais les stocks res-
tent importants, avec un niveau de récolte estimé à 16,5 millions d'hectolitres pour 2006, supérieur à celui de
2005. La vendange 2006 atteint un bon niveau de qualité.
La saison touristique en Languedoc-Roussillon a été surtout marquée par un début de saison hésitant
en raison de la canicule et par des arrivées plus tardives au mois de juillet. Mais la météorologie, comparative-
ment plus favorable en août par rapport à d'autres régions, et surtout une arrière saison satisfaisante, permet-
tront d'augmenter la fréquentation par rapport à l'année 2005. L'hôtellerie de plein air, devrait accroître sa fré-
quentation sur l'ensemble de la saison.
Dans le secteur des services, l’activité s’est maintenue à un ryhtme soutenu, tant dans les services aux
entreprises qu’aux particuliers, favorisant les embauches et l’augmentation des effectifs.
A la fin du premier semestre 2006, le taux de chômage est en nette diminution à 12,4. En un an, le
nombre des demandeurs d'emploi baisse de 9700. Fin juin, il s'élève à 105000. Les offres d'emplois continuent
d'augmenter.
La tendance pour le second semestre 2006 reste bien orientée. Les perspectives pour l'année 2007
seraient caractérisées par une demande des ménages toujours dynamique bénéficiant de la baisse du chôma-
ge, et par la reprise de l'investissement des entreprises.SOMMAIRE
Contexte national et international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Industrie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Vente de logements et travaux publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Agriculture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Emploi et chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Créations d’entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Services13
SOURCES
Les données publiées dans ce document sont issues de différentes sources:
! Note d’analyse conjoncturelle de la Direction Générale de l’INSEE
! Notes de conjoncture sectorielle de l’Insee Languedoc-Roussillon
publiées à rythme trimestriel ou quadrimestriel:
Industrie
Bâtiment
Travaux publics
Commerce de détail
Commerce de gros
Tourisme
! Les statistiques des organismes suivants:
Assedic Languedoc-Roussillon
Direction régionale de l’Equipement
Direction régionale du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle
! Note de la Cellule économique régionale du BTP du Languedoc-Roussillon
! Note de la Direction régionale de l’Agriculture et de la forêt
! http://www.insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/rfc/conjoncture/accueil_conjoncture.htm
La rédaction de cette note a été achevée en Novembre 2006.
2 L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 © InseeCONTEXTE NATIONAL EET INTERNATIONAL
En France, la croissance s'est fortement accé- Evolution trimestrielle du PIB et de l’investissement FBCF
en Francelérée au deuxième trimestre 2006 Unité: en %
+ 2,0
En 2006 en France, à partir des résultats du premier
semestre, l'acquis de croissance du PIB est de 1,9 %, contre + 1,0
une croissance de 1,2 % en 2005. Cette forte reprise de la
croissance en 2006 a été essentiellement acquise au second
0
trimestre avec une progression de 1,2 %. La croissance s'ap-
PIBpuie sur une forte augmentation de la Formation Brute de
FBCF total
Capital Fixe (FBCF), surtout pour les entreprises non finan- - 1,0
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2cières, avec une croissance de 2,3 % au cours du deuxième
2004 20062005trimestre 2006.
Source: INSEE - enquête mensuelle de conjoncture
Les ménages participent à l'augmentation de la FBCF avec
une accélération de leurs investissements, essentiellement
Indicateur synthétique du climat des affairesen logement. La reconstitution des stocks contribue égale-
dans l’industrie en France
ment à la reprise de la croissance. Mais le solde extérieur se
unité: solde d’opinions des industriels en %
dégrade avec une contribution à la croissance qui est restée 130
négative. Pour les ménages, les dépenses de consommation
120se maintiennent a un bon niveau, malgré une croissance limi-
tée du pouvoir d'achat. Les ménages doivent donc faire appel
110
à leur épargne financière. Ils réduisent leur taux d'épargne et
parallèlement leur endettement augmente. 100
La production manufacturière augmente de 2,2 % au second 90
trimestre, après 0,9 % au cours du premier trimestre. Cette
80croissance est surtout impulsée par la production de biens
1998 2000 20021996 2004 2006
1997 1999 2001 2003d'équipement qui augmente de 5,2 % au cours du second tri- 2005
mestre 2006, après 0,9 % au premier trimestre. Les produc- Source: INSEE - Niveau 100 moyenne de longue période (solde d’opinion)
tions de biens intermédiaires et de biens de consommation
augmentent également. Cependant la tendance est inverse Les effets d'un ralentissement aux États Unis, consécutif au
pour la production automobile qui chute au second trimestre resserrement monétaire, n'auraient qu'un impact limité sur la
de 1,6 %. De plus la production dans l'énergie baisse de croissance européenne. Le dynamisme de la demande inté-
0,5 %. rieure en Europe et le besoin de renouveler les équipements
devraient faciliter une croissance interne à la zone euro suf-La construction a continué de bénéficier d'une croissance
fisante pour maintenir un rythme plus soutenu.soutenue avec un rythme élevé de 1,3 % au second trimestre
2006, entraînant une croissance annuelle de plus de 3 %.
La production de l'agriculture devrait stagner en 2006, après
une forte chute en 2005 et malgré un premier semestre satis-
faisant.
Le taux de chômage devrait continuer de se replier. Fin juin,
il s'établit à 9,0.
Pour le second semestre 2006 en France, les prévisions de
croissance sont en phase avec celles de la zone euro.
Globalement, la zone euro a également bénéficié en 2006
d'une forte reprise au cours du premier semestre, avec un
rythme annuel de croissance de près de 3 %.
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 3CONTEXTE NATIONAL EET INTERNATIONAL
Comptes nationaux de la France
Evolution des ressources et emplois2005 - 2006
ème ème er ème3 trimestre 4 trimestre 1 trimestre 2 trimestre 2006
2005
2005 2005 2006 2006 acquis
Ressources et emplois de biens et services aux prix de 2000 (cvs-cjo), évolutions en %
Produit Intérieur Brut 0,7 0,3 0,4 1,2 1,2 1,9
Importations 2,7 2,6 1,4 3,2 6,4 7,6
Dépenses de consommation des ménages 0,9 0,6 0,9 0,8 2,2 2,3
Dépenses de consommation des administrations publiques 0,7 0,2 0,8 0,8 1,1 1,9
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,7 1,0 0,0 1,7 3,7 3,1
dont ENF 2,3 1,1 -0,4 2,3 3,7 3,4
Ménages 0,6 0,9 0,4 0,6 4,1 2,1
APU 1,1 0,7 0,7 1,2 3,9 2,7
Exportations 3,2 0,8 3,2 1,6 3,2 6,9
Contributions
Demande intérieure hors stocks (2) 1,0 0,6 0,7 1,0 2,2 2,3
Variations de stocks (2) -0,4 0,3 -0,7 0,8 0,0 -0,1
Commerce extérieur 0,1 -0,6 0,5 -0,5 -1,0 -0,3
Comptes des entreprises non financières (3)
entreprises non financières
Prix et coûts de production (variations en %)
Prix de production 0,7 0,7 0,4 0,5 2,5 1,9
Coût unitaire total 0,7 0,9 0,6 0,2 3,1 2,1
dont coût salarial unitaire 0,3 0,9 0,8 -1,0 2,3 1,1
dont Salaire par tête (+) 1,0 1,0 1,4 0,3 2,8 2,9
Productivité (-) 0,6 0,2 0,5 1,4 0,2 1,8
Sociétés non financiéres
Principaux ratios (en %)
Charges salariales (en % de la VA) 65,6 66,0 66,5 65,6 65,7
Taux de marge 30,1 29,8 29,3 30,2 30,0
Taux d'investissement (FBCF en % de la VA) 19,2 19,4 19,3 19,5 19,1
Taux d'épargne (en % de la VA) 13,5 11,8 11,2 13,2 13,1
Taux d'autofinancement (épargne/FBCF) 70,1 60,8 57,9 67,9 68,8
Comptes des ménages évolution en %
Revenu disponible brut (RDB) 1,0 1,1 0,6 1,4 3,1 3,3
dont salaires bruts (+) 0,9 1,0 1,3 0,6 3,0 3,1
dont prestations sociales en espèces (+) (4) 0,5 0,7 1,4 0,8 3,9 3,1
dont EBE des entrepreneurs individuels (+) 0,6 1,0 1,7 1,7 0,3 3,8
dont cotisations des salariés et non salariés (-) 1,5 0,2 1,9 0,7 4,8 3,5
dont impôts sur le revenu et le patrimoine (-) -1,8 -0,2 8,6 -2,6 6,5 5,0
Pouvoir d'achat du RDB 0,5 0,9 0,3 0,9 1,3 1,9
Taux d'épargne (épargne/RDB, en %) 14,9 15,1 14,6 14,8 15,0
(1) acquis (variation annuelle dans l'hypothèse où la variable considérée reste au niveau atteint lors du dernier trimestre connu; il s'agit
d'une mesure de l'impact des évolutions passées, et non d'une prévision).
(2) Les stocks sont y compris acquisitions nettes d'objets de valeurs
(3) SNF + EINF
(4) autres que transferts sociaux en nature.
Source: Insee
4 L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 © InseeINDUSTRIE
Une forte croissance Investissement dans l’industrie manufacturière en France
de la production industrielle
unité: variation annuelle en %
+ 15
10Dans l’industrie, après une phase de croissance hésitante en + 10
début de l'année 2006, la croissance a fortement rebondi à la 4
+ 5
fin du premier semestre. Cette accélération résulte d'une forte 1 0
0augmentation du rythme de croissance dans le secteur des
- 2biens de consommation et dans celui des biens intermé- - 5
- 6diaires. En revanche, le rythme de croissance des entreprises
- 13- 10
du secteur des biens d'équipement est resté moins dyna-
- 15mique.
Prévue2000 2001 2002 2003 2004 2005
2006
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjonctureLa croissance de la production industrielle devrait se mainte-
nir à un rythme favorable au cours du second semestre 2006.
Cette tendance continuerait de s'appuyer sur une consom-
mation des ménages toujours soutenue et sur une améliora- Opinions sur l’activité industrielle passée en France
tion de la demande des entreprises en biens d'équipement. unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en %
+ 20
En 2006, en Languedoc-Roussillon comme en France, la + 10
reprise de l’investissement dans l'industrie manufacturière est 0
sensible. Cette reprise fait suite à une stagnation et à une
- 10
légère baisse des investissements en 2004 et 2005. En 2006,
- 20les secteurs des biens d'équipement et des biens de consom-
mations sont les plus dynamiques pour investir, tandis que le - 30
secteur de l'automobile affiche un repli.
- 40
- 50
20061996 1998 2000 2002 2004
2003 20051997 1999 2001
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
Opinions des chefs d’entreprise sur la production
observée dans l’industrie selon les secteurs
Production industrielle prévue
en Languedoc-Roussillon
en Languedoc-Roussillon - tous secteurs
unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en %
unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en % + 50
+ 40 Ensemble
+ 40Prévue Biens de consommation
Biens d’équipement
+ 30Tendance Biens intermédiaires
+ 20
+ 20
+ 10
0
- 100
- 20
- 30
- 40- 20
2005 20062000 2001 2002 2003 2004
2000 2001 2002 2004 20062003 2005
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjonctureSource: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 5COMMERCE
La consommation des ménages Le niveau des ventes de véhicules neufs
a continué de progresser reste élevé
Au cours du premier semestre 2006, l'économie régionale La baisse des ventes de véhicules neufs n'a pas touché le
bénéfice d'une diminution sensible du chômage, plus rapide Languedoc-Roussillon au cours du premier semestre 2006,
que la moyenne nationale. En phase avec la forte croissance contrairement à la tendance nationale. Avec 41400 véhicules
de l'emploi, le revenu des ménages augmente. La stabilisa- immatriculés au cours de cette période, l'achat de véhicules
tion du prix des carburants a permis aux ménages de favori- neufs reste à un bon niveau, comparativement aux 40300
ser les autres postes de leur consommation. véhicules immatriculés au premier semestre 2005. Cela
représente plus de 1000 véhicules supplémentaires. Les
Les consommations de produits d'amélioration du logement et signes de reprise de la vente de véhicule neufs notés au
d'équipement du foyer restent soutenues. Cependant, celles cours du second semestre 2005 sont ainsi confirmés.
de textiles et d'habillement sont plus en retrait.
Les ventes de biens durables continuent de progresser, de
même que les ventes de véhicules neufs.
La consommation de produits alimentaires et celle de ser-
vices aux particuliers restent peu dynamiques.
Les immatriculations de véhicules particuliers neufs
en Languedoc-Roussillon par semestrePour financer leur consommation, les ménages ont pu béné-
unité: nombre d’immatriculationsficier d'une amélioration du pouvoir d'achat de leur revenu dis-
45000ponible au premier semestre 2006. Le pouvoir d'achat devrait
continuer de progresser en 2006, après la hausse sensible
40000
enregistrée au cours du second trimestre. Mais pour continuer
de consommer les ménages ont dû réduire leur épargne. 35000
Ainsi, le taux d'épargne diminue et plus particulièrement le
30000taux d'épargne financière.
25000
20000
S2 S1 S2 S1 S2 S1 S2 S1 S2 S1 S2 S1
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Source: Direction régionale de l’Equipement - Languedoc-Roussillon
Indicateur résumé d’opinion des ménages en France
unité: solde CVS des opinions des ménages en %
+ 10
0
- 10
- 20
- 30
- 40
- 50
20061996 1998 2000 2002 2004
2003 20051997 1999 2001
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
6 L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 © InseeCONSTRUCTION
Une activité bien orientée dans le secteur L’activité dans le bâtiment selon les secteurs
en Languedoc-Roussillonde la construction
unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en %
+ 60
Les entreprises de gros œuvre considèrent l'activité bien Gros œuvre Tendance (ensemble)
+ 40orientée, malgré une évolution plus contrastée du rythme de Second œuvre
croissance. Sur l'ensemble du premier semestre la croissan-
+ 20
ce est restée soutenue, après une accélération au premier tri-
mestre et un tassement au cours du second trimestre. Dans 0
le second œuvre, on enregistre un repli du rythme de crois-
- 20sance qui décélère après avoir connu une forte accélération
en début d'année. Les mises en chantier restent à un haut - 40
niveau.
- 60
1997 20001998 1999 2001 2002 2003 2004 2005 2006
L'opinion des chefs d'entreprises du bâtiment confirme une
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjonctureactivité qui reste forte. Cette dernière connaît une phase de
consolidation à l'amorce de l'été. Les perspectives pour la
L’activité dans le bâtiment en Languedoc-Roussillonseconde partie de l'année annoncent un maintien de la crois-
unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en %sance.
+ 60
Production observée
+ 40
Production prévue
Une croissance de l'activité
+ 20pour toutes les catégories de travaux
0
Le rythme de croissance de la construction neuve s'est pour-
- 20suivi à un haut niveau. De même, l'activité dans la construc-
Tendance (ensemble)
tion de locaux et bâtiments neufs est restée soutenue. Pour
- 40
les activités de rénovation, la croissance après avoir forte-
- 60ment accéléré, tendait à revenir à un rythme plus modéré.
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006Ces activités de rénovation bénéficient particulièrement aux
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjonctureentreprises de second œuvre.
Tendances par type d’activité dans le bâtiment
en Languedoc-RoussillonLa construction de logements et de bâtiments
unité: solde des opinions des chefs d’entreprises en %neufs est à un haut niveau + 60
Tendance (rénovations)
+ 40Au premier semestre 2006, 14800 logements ont été autori- Tendance (logements neufs)
sés. Le rythme de construction continue de progresser par
+ 20
rapport au même semestre de 2005 qui comptait 14 000 loge-
0ments autorisés. Sur l'ensemble de l'année 2006, le volume
global de la construction autorisée devrait atteindre près de
- 20
30000 logements. Ainsi, l'année 2005 pourrait constituer un
Tendance (bâtiments neufs)
pic de la construction, avec 30800 logements autorisés. Le - 40
volume n'atteignait que 26000 logements autorisés en 2004.
- 60Les mises en chantier ont atteint 10500 logements au pre-
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
mier semestre 2006, proche de leur plus haut niveau pour
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
cette période de l'année. En effet, elles s'élevaient à 8800
logements au premier semestre de l'année 2005.
Les surfaces des bâtiments neufs autorisés au premier
semestre 2006 sont en forte augmentation avec 1,02 millions
de m² autorisés. Par rapport à la même période de 2005,
l'augmentation est de 228000 m² supplémentaires. Cette
hausse résulte essentiellement des autorisations de surfaces
en bureaux et en commerces.
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 7VENTE DE LOGEMENTS ET TRAVAUX PUBLICS
Un volume élevé de logements mis en vente
Logements autorisés et mises en chantier
en Languedoc-Roussillon
Le volume des mises en vente augmente nettement par rap- unité: nombre de logements par semestre18000
Autorisations de constructionport à 2005, avec 967 logements individuels au premier
16000
Mises en chantiersemestre 2006, contre 709 à la même période de 2005. Il est
14000également en hausse par rapport au deuxième semestre
120002005.
Pour les logements collectifs, le volume des ventes atteint 10000
aussi un haut niveau avec 4329 logements mis en vente. Il 8000
était de 2 808 pour la même période de 2005.
6000
4000Au premier semestre 2006, les stocks de logements dispo-
2000nibles à la vente restaient faibles pour les logements indivi-
duels. En revanche, après une forte hausse au premier tri- 0
2000 2001 2003 20041999 2002 2005 2006mestre 2006, le niveau des stocks s'est stabilisé pour les
Source: DRE - Languedoc-Roussillonlogements collectifs.
Mises en vente de logements neufsDisponibilités de logements neufs
en Languedoc-Roussillonen Languedoc-Roussillon
unité: logementunité: logement
30002500
Collectif
2500
2000
Collectif
2000
1500
1500
1000
1000Individuel
Individuel
500
500
0 0
er ème ème ème er ème er ème ème er2003 2004 1 t. 2 t. 3 t. 4 t. 1 t. 2 t. ème ème1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim.
20062005 2005 2006
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjonctureSource: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
TRAVAUX PPUBLICS
Activité dans les travaux publicsUne conjoncture bien orientée dans les travaux
en Languedoc-Roussillonpublics
unité: % soldes opinions
+ 80
Parallèlement à l'activité nationale, les chefs d'entreprises + 60
Récentedes travaux publics du Languedoc-Roussillon constatent une + 40
nette progression de l'activité, plus particulièrement à partir
+ 20
du second trimestre 2006. Les carnets de commande qui
0
s'étaient regarnis en Languedoc-Roussillon en fin d'année
- 202005 ont permis une amélioration de l'activité au premier
- 40semestre 2006. Les perspectives d'activité restent favorables Prévue
pour la seconde partie de l'année 2006. - 60
- 80
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Source: INSEE - Enquêtes régionalisées de conjoncture
8 L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 © InseeTOURISME
Nuitées dans l’hôtellerie en Languedoc-RoussillonUne amélioration de la fréquentation
touristique unité: nombre de nuitées
1400000
L'hôtellerie a enregistré 3,3 millions de nuitées au premier
1200000
semestre 2006. La fréquentation est en augmentation par
2005
rapport à l'année 2005 qui comptait pour cette même pério- 1000000
de 3,25 millions de nuitées. L'hôtellerie retrouve une tendan- 2006
800000ce plus favorable après le tassement de 2005. Les mois
d'avril, mai et juin ont favorisé cette reprise. Mais les pre-
600000miers résultats estimés pour la période de haute activité tou-
ristique de l'été freineraient cette tendance. En particulier
400000
juillet a été marqué par le phénomène caniculaire et août par
le rafraîchissement des températures. 200000
0
Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août
Source: CRT -DRT - INSEE
Nuitées dans l’hôtellerie de plein air
Pour l'hôtellerie de plein air, qui caractérise l'essentiel de la en Languedoc-Roussillon
unité: nombre de nuitéessaison touristique en Languedoc-Roussillon, le bilan devrait
8000000
être positif sur la base des premières estimations. En effet,
hormis le mois de septembre, non disponible, de mai à août 7000000
2006, 15,1 millions de nuitées avaient été assurés. En 2005, 2005
6000000sur cette même période de la saison, 14,8 millions de nuitées
2006étaient comptabilisées. La nette reprise de la fréquentation 5000000
est dûe, pour l'essentiel, à une activité en juin particulière-
4000000ment élevée. Le bilan global de la saison touristique devrait
être favorable.
3000000
2000000
1000000
0
MaiMai JuilletJuin Août
Source: CRT -DRT - INSEE
© Insee L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 9AGRICULTURE
cours avait bénéficié d'une reprise jusqu'au début de 2006.Une augmentation des sorties de chais
Mais dès mars 2006 la baisse reprenait. Les cours des vins
de table qui atteignaient 3,27 euros le degré-hectolitre enAu cours du premier semestre 2006, les sorties de chais sont
février chutaient à 2,72 en juillet 2006. Jusqu'à présent leen augmentation. Avec 8,1 millions d'hectolitres, elles sont
point bas était de 2,70 euros le degré-hectolitre en sep-supérieures de près de 1 million à celle de la même période
tembre 2005.de 2005. Les sorties de chais retrouvent ainsi un niveau
proche de celui de 2004. La faiblesse enregistrée depuis
Pour les vins de pays, les cours en juillet 2006 retrouvaient2002 pourrait être enrayée et 2005 pourrait constituer un
leur point bas de septembre 2005 à 3,58 euros le degré-hec-point bas, avec un volume des sorties de chais inférieur à
tolitre.15 millions d'hectolitres.
Volume des vins sortis des chais
en Languedoc- Roussillon Les cours des vins AOC au plus bas
unité: millier d’hectolitres depuis 10 ans20000
Volume annuel Volume trimestriel
18000
Semestriel glissement
16000 Pour les vins AOC, après une amélioration en début d'année
14000 2006, la tendance à la baisse des cours s'est confirmée. Au
12000 plus bas à 53,90 euros l'hectolitre en mai 2006, les cours des
10000 AOC Corbières enregistrait 58,48 euros l'hectolitre en
8 000 juillet 2006. En un an, leurs cours ont diminué de 11 euros
6 000
par rapport à juillet 2005.
4 000
Les cours des AOC Coteaux du Languedoc sont également
2 000
au plus bas avec 61,75 euros l'hectolitre en juillet 2006. Ils0
1999 2000 2001 2003 sont quasiment à leur plus bas niveau depuis 10 ans.2002 2004 2005 2006
Source: Direction régionale des douanes - Montpellier Comme pour l'AOC Corbières, la diminution depuis
juillet 2005 atteint 10 euros par hectolitre.
Une récolte de qualité, Cours des vins rouges AOC en vrac
en Languedoc-Roussillonen augmentation par rapport à 2005
unité: euro/hectolitre
130
Corbières Côteaux du Languedoc120Selon les derniers résultats en fin de vendange au
1101er octobre 2006, la récolte s'annonce de bonne qualité dans
100les différentes catégories de vignobles et sur l'ensemble de
90la région. Les conséquences de la sécheresse ont été limi-
80tées. En volume, les prévisions de la récolte devraient
70atteindre 16,5 millions d'hectolitres pour la campagne vitico-
60le 2006-2007. La récolte devrait être supérieure à celle de
502005-2006 qui s'élevait à 16 millions d'hectolitres.
2000 2002 20041996 1998 2006
2001 2003 20051997 1999
Source: ONIVINSLes cours des vins de table
et de pays continuent de baisser
Les productions et la commercialisation
La reprise des cours au début de l'année 2006 pour les vins
de fruits et légumes limitésde table et les vins de pays ne s'est pas confirmée. Après
par un hiver froid et secavoir atteint en 2005, leur prix le plus bas depuis 1998, les
Cours des vins de table et de pays
Au premier semestre 2006, les aléas météorologiques seen Languedoc-Roussillon
sont succédés. L'hiver froid a retardé les productions légu-unité: euro/degré/hectolitre
6,0 mières et fruitières. Le mois d'avril a été ensoleillé et sec. LesVins de pays
5,5 volumes des récoltes de cerises sont en retrait par rapport à
5,0 2005, de même que ceux d'abricots et de pêches. Les
4,5 récoltes d'asperges et de pommes de terre primeurs sont
inférieures à 2005. En revanche, les récoltes de tomates4,0
bénéficient d'une hausse des volumes. Globalement, le3,5
Vins de table niveau des prix de commercialisation s'est maintenu.
3,0
2,5
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Source: ONIVINS
10 L’économie du Languedoc-Roussillon du premier semestre 2006 © Insee

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.