Faible croissance et hausse du chômage

De
Publié par

En France, la croissance en moyenne annuelle serait de 1 % en 2002. En Franche-Comté, l'activité dans l'industrie reste modérée en dehors de la construction automobile. Le marché du travail est peu dynamique. Les créations d'emplois ont fortement ralenti et le chômage poursuit sa progression.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

La conjoncture en Franche-Comté
près la nette inflexion Cette année encore, la con-En France, la croissance en
de la croissance de sommation des ménages res-
moyenne annuelle serait de 1% l’économie française terait le principal soutien de
en 2001, le début de la croissance. Elle devrait ce-en 2002. En Franche-Comté,
l’année 2002 a été marqué par pendant être moins dynami-
l’activité dans l’industrie reste un mouvement de reprise qui que que les années précéden-
s’est essoufflé dès le prin- tes et progresser de 1,8%. Lesmodérée en dehors de la
temps. Au second semestre, baisses d’impôt vont dans le
construction automobile. la croissance serait légèrement sens d’un soutien du pouvoir
inférieure à celle du d’achat, mais la re-Le marché du travail est peu Essoufflement
premier semestre. valorisation dudynamique. Les créations de la croissanceDes incertitudes per- SMIC a minima et la
sistent sur la reprise améri- modération salariale jouent end’emplois ont fortement ralenti
caine tandis que la crise bour- sens inverse. La récente re-et le chômage poursuit
sière aurait un impact négatif montée des cours du pétrole
sa progression. sur l’investissement déjà dé- et la détérioration des antici-
primé des entreprises. La de- pations des ménages consé-
mande des entreprises est res- cutive à la hausse du chômage
tée atone et celles-ci ont con- pourraient également freiner
tinué à puiser dans leurs la consommation. Dans ce
stocks. contexte, les effectifs salariésNº 56 - OCTOBRE 2002
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 56
ESS025618 Prix : 2,20€globalement peu garnis. Les misme, les marques françai-
industriels travaillant en ses continuant à gagner des
amont de l’industrie automo- parts de marché. Le succès
bile et de ses équipementiers rencontré par la Peugeot 307,
sont plus favorisés que ce soit produite dans la région, n’y
dans la plasturgie ou le dé- est pas étranger. Les capacités
coupage-décolletage. de production du site de So-
La croissance dans les biens chaux ont été fortement utili-
d’équipements est restée sées grâce à la mise en place
moyenne et stable depuis la d’équipes de nuit et de week-
mi-2001. Cependant, l’acti- end. Plus de 216 000 véhicu-
vité dans le secteur des équi- les sont sortis des chaînes au
pements mécaniques est fai- premier semestre 2002, en
ble et les carnets de comman- hausse de près de 50% sur
des sont peu étoffés. l’année précédente.
Dans les biens de consomma- L’abondance de la matière pre-
tion, l’activité a repris depuis mière a permis le maintien de
la fin 2001 mais les indus- rythmes élevés dans l’indus-
progressent à un rythme net- triels restent prudents sur leurs trie du lait. Les abattages de
tement ralenti au premier se- perspectives. La lunetterie gros bovins sont repartis à la
mestre et pourraient même régionale souffre de la con- hausse (+7% à la fin juillet en
baisser légèrement dans la currence étrangère et la ten- glissement annuel). La qua-
deuxième moitié de l’année. dance est à la délocalisation. lité comme le rendement des
La hausse du chômage enta- L’activité est restée morose cultures de céréales d’hiver
mée en 2001 s’est poursuivie. dans le meuble. En re- ont été de bon niveauTassement
Il toucherait 9,3% de la popu- vanche, la croissance alors que les céréalesdans le
lation active à la fin de l’an- est bien orientée dans de printemps ont souf-bâtiment
née. la fabrication de jouets, fert un peu de la séche-
En Franche-Comté comme en malgré un ralentissement à resse. La production viticole
France, la croissance reste mo- l’approche de l’été. est également attendue en
dérée après l’affaiblissement Après un bref repli à la fin hausse par rapport à l’année
de la fin 2001. L’industrie des 2001, les rythmes de produc- dernière sans atteindre toute-
biens intermédiaires a connu tion dans la construction auto- fois les records de 2000.
une légère amélioration au mobile ont été de nouveau La conjoncture régionale
début de 2002 sous l’effet élevés au premier semestre. dans le bâtiment avait été très
d’une reconstitution des Le recul des marchés français bonne en 2001 avec plus de
stocks, mais les carnets de et européen n’a pas semblé 6600 mises en chantier de
commandes restent encore remettre en cause ce dyna- logements. Cette situation se
poursuit de janvier à juillet
L'augmentation du nombre de chômeurs est plus importante 2002 pour la construction pa-
en Franche-Comté qu'au niveau national villonnaire (+5,6%). En re-
Part dans les demandeurs d'emploi (%) vanche, la construction d’ap-
Moins 50 ans AnciennetéNombre total Évolution sur 1 an Femmes partements, qui avait été sou-de 25 ans et plus supérieure à 1anau 31-07-2002 (%)
52,4 19,6 14,2 20,7 tenue en 2001 par le lance-Doubs 16 061 +25,6
55,4 20,6 15,5 22,8Jura 6 390 +22,5 ment de gros programmes,Haute-Saône 6 302 +12,5 54,0 22,0 15,8 26,0
50,8 19,8 14,3 21,8Territoire de Belfort 4 587 +25,5 est cette année en forte baisse
Franche-Comté 33 340 +22,3 53,0 20,3 14,8 22,2
France 2 173 672 +7,5 49,6 16,1 16,1 29,8 (–26,1%). Globalement, le
Source : ANPE nombre de mises en chantierChamp : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 56diminue ainsi de 5,5% sur tance qu’au niveau national
cette période. (– 3,8%).
Cette diminution se retrouve Dans ce con-
dans tous les départements de texte, d’après
la région à l’exception du Jura les statisti-
où près de 870 logements ont ques provisoi-
été mis en chantier ce qui est res de l’ASSEDIC,
le meilleur résultat depuis dix l’emploi salarié privé non
ans. Les perspectives sont peu agricole a diminué à partir du
favorables pour les prochains printemps 2001. Cette baisse
mois avec une diminution de a d’abord touché le secteur
près de 15% des permis de tertiaire sous l’effet d’une con-
construire. traction de l’emploi intéri-
Le ralentissement s’observe maire. Puis, à partir de l’été,
aussi dans la construction de les entreprises industrielles
locaux à usage non résiden- ont commencé à réduire leurs
tiel. On observe une baisse de effectifs permanents. Cette di-
6% des surfaces commencées minution de l’emploi indus-
sur les sept premiers mois de triel s’est nettement accen-
l’année. Dans le domaine de tuée au début de l’année 2002
l’amélioration et de l’entre- (– 2,1% au premier semestre
tien de l’habitat, l’évolution contre – 0,5% au second se-
de l’activité dépend en partie mestre 2001). Néanmoins, la
de la reconduction du dispo- croissance de l’emploi salarié
sitif de réduction du est redevenue légère-Industrie :
taux de TVA à 5,5%. ment positive depuis
baisseLa croissance de l’ac- le début de l’année. La
des effectifstivité dans le secteur hausse observée dans qu’elle atteignait 2,2% un an
tertiaire a subi le contre- le secteur tertiaire compen- plus tôt. L’emploi baisse de
coup du ralentissement ob- sant la diminution de l’em- 2,6% dans l’industrie, tandis
servé dans l’industrie. Les ploi industriel. Les chefs d’en- qu’il progresse de 1,7% dans
crédits bancaires aux entre- treprise ont, dans l’attente la construction et de 2,3% dans
prises pâtissent de l’atonie d’une meilleure visibilité sur le tertiaire.
de l’investissement. Dans leurs perspectives, de nouveau Au niveau départemental,
les services aux entreprises, puisé dans le vivier intéri- l’emploi baisse dans le Terri-
notamment l’interim, l’ac- maire. En glissement annuel, toire de Belfort et reste stable
tivité est repartie à la hausse la progression n’est plus que dans le Jura. Seule la Haute-
à partir de janvier 2002 mais de 0,2% à la fin juin alors Saône résiste à la morosité et
elle reste inférieure à ses
L'augmentation du nombre de chômeurs est plus importanteniveaux de l’année précé-
en Franche-Comté qu'au niveau nationaldente. Elle est également
Part dans les demandeurs d'emploi (%)moins soutenue dans le com-
Moins 50 ans AnciennetéNombre total Évolution sur 1 an Femmesmerce même si ce secteur a de 25 ans et plus supérieure à 1anau 31-07-2002 (%)
mieux résisté. Le niveau des 52,4 19,6 14,2 20,7Doubs 16 061 +25,6
55,4 20,6 15,5 22,8Jura 6 390 +22,5immatriculations de véhicu- Haute-Saône 6 302 +12,5 54,0 22,0 15,8 26,0
50,8 19,8 14,3 21,8Territoire de Belfort 4 587 +25,5les neufs est resté stable au
Franche-Comté 33 340 +22,3 53,0 20,3 14,8 22,2
France 2 173 672 +7,5 49,6 16,1 16,1 29,8premier semestre, marquant
Source : ANPE ainsi une meilleure résis- Champ : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 56L’HÔTELLERIE RÉGIONALE A SOUFFERT
AU COURS DE L’HIVER
La saison hiver 2001-2002 aura été marquée par un net
repli de l’activité de l’hôtellerie régionale en raison de sa
forte exposition à la clientèle d’affaire (54% des nuitées
régionales) qui est venue moins nombreuse avec le ralen-
tissement économique. 794 000 nuitées ont été vendues
dans la région soit une baisse de près de 6% par rapport à
l’année précédente.
Outre le ralentissement économique, les évènements du 11
septembre ont également joué un rôle dans la baisse de la
fréquentation. Alors qu’elles contribuaient beaucoup à la
hausse de ces dernières années, les nuitées étrangères
sont en baisse de 13%. Cette forte diminution de la clientèle
étrangère a particulièrement touché les établissements 3 et
4 étoiles où la fréquentation chute de 14%.
Cette morosité de la a entrainé une nouvelle
réduction du parc. De janvier 2001 à janvier 2002, 16 hôtels
ont fermé leurs portes représentant 254 chambres. On ne
compte plus que 333 hôtels dans la région contre 401 en
1997. Cette forte diminution du parc a touché principale-
ment les petits hôtels indépendants tandis que quelques
gros hôtels de chaîne ont ouvert au cours de ces cinq
dernières années. Malgré cela, l’hôtellerie franc-comtoise
reste marquée par la petite taille de ses établissementsprogresse encore de 1,6%. néanmoins supérieure de 2
(22,5 chambres en moyenne par établissement). Cette
Cette hausse est néanmoins points à son niveau moyen de petite capacité moyenne pose le problème de la rentabilité
deux fois plus faible que l’an- l’année 2000. Les femmes des investissements. Un certain nombre d’hôteliers ont pu
préférer fermer plutôt que de réaliser les investissementsnée précédente. restent moins touchées par la
nécessaires à la mise aux normes de leur hôtel.Par contrecoup, la situation hausse du chômage que les
du marché du travail a pour- hommes. La zone de Montbé-
suivi sa dégradation mais à un liard, qui avait été particuliè-
rythme plus modéré. Alors que rement affectée, a vu son nom- s’est remis à augmenter. Fin
le non-renouvellement des bre de demandeurs d’emploi juin 2002, il s’établissait dans
contrats d’intérim avait diminuer. Consé- la région à 7,4% son plus mau-Fort rebond
poussé le chômage à la quence de la hausse vais niveau depuis mars 2000.
du chômagehausse du printemps des emplois précaires, Rançon de la forte décrue ob-
2001 jusqu’en janvier 2002, le nombre de demandeurs servée depuis 1997, en partie
la reprise observée dans ce d’emploi exerçant une acti- sous l’effet du développement
secteur lui a permis de se sta- vité de plus de 78 heures dans de l’emploi intérimaire, c’est
biliser de février à juillet. le mois est en augmentation. en Franche-Comté que le taux
Néanmoins, l’évolution du La hausse du chômage depuis de chômage a le plus aug-
chômage reste depuis juin un an se traduit par une re- menté de juin 2001 à juin
INSEE Franche-Comté2001 nettement supérieure à montée du chômage de lon- 2002. Il reste néanmoins en-
« le Major » 83, rue de Dole
celle observée au niveau na- gue durée. 23% des deman- core nettement inférieur au BP 1997 25020 BESANÇON Cedex
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99tional (+7,5%). deurs d’emploi sont inscrits niveau national.
L’augmentation du nombre de depuis plus d’un an, en hausse Directeur de la publication : Bernard Le Calvez
Rédacteur en chef : Lionel Espinassecontrats d’intérim depuis jan- de 2,4 points depuis le début Rédaction achevée
Mise en page : Maurice Boguet
Imprimerie : Éblé Besançonvier, a permis de faire reculer de l’année. le 4 octobre 2002.
Nº de CPPAP : 3 021 ADla part des chômeurs de moins Le taux de chômage qui avait Patrice Perron
ISSN : 1248-2544
de 25 ans à 20% contre 25% atteint un point bas au pre- (dossier préparé © INSEE 2002
dépôt légal : Octobre 2002
en décembre 2001. Elle reste mier trimestre 2001 à 6,0% par Philippe Lafourcade)
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 56

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.