Fin 2009 : l'effet de la crise se prolonge sur le marché du travail régional

De
Publié par

Au troisième trimestre 2009, les effets de la récession économique nationale - qui a pris fin au deuxième trimestre - ont continué de se faire sentir sur le marché du travail. Dans la région, le taux de chômage a poursuivi sa hausse, dépassant désormais les 10 % de la population active. En corollaire, de nombreuses nouvelles inscriptions à Pôle Emploi suite à un licenciement économique, une fin de CDD ou de mission d'intérim ont été enregistrées. De nouveau, le recours au chômage partiel a été massif. Sur un an, l'emploi salarié des secteurs concurrentiels a toutefois mieux résisté en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en particulier dans l'industrie et le tertiaire. Comme en France, l'emploi salarié dans la construction a fortement reculé, en lien avec le nouvel effondrement des mises en chantier. Les ventes de logements neufs se sont toutefois nettement redressées depuis début 2009. Sommaire Meilleure résistance de l'emploi salarié régional sur un an Nouvelle hausse du taux de chômage Poursuite de la dégradation du marché du travail dans l'industrie Construction : emploi salarié et mises en chantier de logements de nouveau en forte baisse Nouveau recul de l'emploi salarié dans le tertiaire Perspectives nationales Meilleure résistance de l'emploi salarié régional sur un an Nouvelle hausse du taux de chômage Poursuite de la dégradation du marché du travail dans l'industrie Construction : emploi salarié et mises en chantier de logements de nouveau en forte baisse Nouveau recul de l'emploi salarié dans le tertiaire Perspectives nationales
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
conjonctureN° 33 - février 2010
Fin 2009 : l’effet de la crise se prolonge
sur le marché du travail régional
Au troisième trimestre 2009, les effets de la récession économique nationale - qui a
prisfinaudeuxièmetrimestre -ontcontinuédesefairesentirsurlemarchédutravail.
Dans la région, le taux de chômage a poursuivi sa hausse, dépassant désormais les
10 % de la population active. En corollaire, de nombreuses nouvelles inscriptions à
PôleEmploisuiteàunlicenciementéconomique,unefindeCDDoudemissiond’inté-
rim ont été enregistrées. De nouveau, le recours au chômage partiel a été massif. Sur
un an, l’emploi salarié des secteurs concurrentiels a toutefois mieux résisté en
Provence-Alpes-Côte d’Azur, en particulier dans l’industrie et le tertiaire. Comme en
France, l’emploi salarié dans laconstruction afortement reculé, en lien avec le nouvel
effondrement des mises en chantier. Les ventes de logements neufs se sont toutefois
nettement redressées depuis début 2009.
Repères nationaux
Variations annuelles (%)
2008 2009
PIB (*) + 0,3 - 2,3
Dépenses de consommation des +0,9 +0,7ménages (*)
Prix à la consommation (**) +1,0 +0,9
(*) aux prix de l'année précédente chaînés
(**) glissements annuels
prévisions
Source : Insee
Contexte international
Moyennes annuelles
2008 2009
Taux de change euro-dollar 1,47 1,40
Cours du baril de pétrole (brent) 97,1 $ 61,5 $
Lecture : en moyenne sur 2009, 1 euro vaut 1,40 dollar.
Source : Insee
Après la sortie de récession enregistrée au derelancedegrandeampleurenChine.Lavigueurdelacrois-
deuxièmetrimestre(+ 0,3 %),l’activitéfran- sance chinoise a en effet entrainé dans son sillage celle des
principaux pays de l’Asie émergente.çaise a poursuivi son redressement sur un
rythme modéré au troisième trimestre
En France, à l’exception des biens d’équipement, la produc-
2009 : la croissance du PIB national s’est
tionmanufacturièreaaugmentédanstouslessecteursautroi-
établie à + 0,3 %. Parmi les économies
sième trimestre 2009, et plus particulièrement dans celui de
avancées, le redémarrage n’a pas été homo-
l’automobile.L’activitéaégalementprogressédanslesservices
gène. Alors que les États-Unis, l’Allemagne,
marchands,soutenueparl’accélérationdelaproductiondans
l’ItalieetleJaponontsutirerprofitdurebond le secteur des services aux particuliers, et notamment dans
de la demande mondiale et de la normalisa- l’hôtellerie-restauration. En revanche, en raison d’un fort repli
tion des marchés financiers, l’Espagne et le del’investissementdanslaconstruction,l’activitédecesecteur
Royaume-Uni ne sont toujours pas sortis de a nettement reculé. Cette contraction a touché tant le bâti-
récession. Au sein des pays émergents, et no- ment que les travaux publics. Ainsi, pour le sixième trimestre
tammentdansleSud-Estasiatique,l’activitéa consécutif, l’investissement en logement des ménages s’est
nettement progressé, portée par des mesures contractéautroisièmetrimestre2009.Mêmesiladésinflation
© Insee 2010SUD INSEE
N° 33 - février 2010conjoncture
Emploi salarié, intérim, inscriptions à Pôle emploi et demandes de chômage partiel en Provence-Alpes-Côte d'Azur
Emploi salarié Intérim Inscriptions** à Pôle Emploi Chômage partiel
e e e(3 trimestre 2009) (3 trimestre 2009) (3 trimestre 2009) (janvier à novembre 2009)
Secteurs d'activité
Glissement Effectifs en Glissement Glissement Nombre
Effectifs au annuel Part moyenne annuel Effectifs annuel d'heures Part
30/09 (en %) (en %) trimestrielle* (en %) trimestriels (en %) autorisées (en %)
Industrie 148 520 - 2,6 12,2 8 318 - 19,2 6 356 10,2 3 114 388 63,6
Construction 118 210 - 2,6 9,7 8 756 - 13,9 5 456 7,5 311 724 6,4
Tertiaire 952 412 - 0,8 78,1 12 469 - 12,9 36 550 5,4 1 400 685 28,6
dont Commerce nd nd nd 3 040 - 11,2 8 871 2,6 300 324 6,1
Services nd nd nd 9 429 - 13,4 27 679 6,4 1 100 361 22,5
Autres*** 233 / 0,0 886 87,4 8 525 19,2 71 854 1,5
Ensemble 1 219 375 - 1,2 100,0 30 429 - 13,7 56 887 8,0 4 898 651 100,0
* en équivalents temps plein. ** inscriptions faisant suite à un licenciement économique, une fin de CDD ou de mission d'intérim.
*** agriculture, activités extra-territoriales et non renseignés. nd : non disponible.
e eLecture : l'évolution en glissement annuel rapporte les effectifs du 3 trimestre 2009 aux effectifs du 3 trimestre 2008.
Sources:PôleEmploi-Unedic(emploisalariéetintérim);StatistiquesduMarchéduTravail-Pôleemploi,Dares(inscriptions);DirecctePaca(chômagepartiel,donnéesprovisoires)
asoutenuleurpouvoird’achat,lesménagessesontmontréspru- Fin septembre en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le nombre
dentsfaceàladétériorationdumarchédutravailetontaugmen- d’emploissalariéss’estétablià1 219 400(champPôleEmploi-
(2)téleur épargnepar précaution. Laconsommations’esttoutefois Unedic) selon les premières données disponibles .Enévolu-
stabilisée au troisième trimestre 2009. tion annuelle, l’emploi salarié régional est resté mal orienté
(- 1,2 %soit14 800 emploisdemoins), mêmesicereculaété
Surlemarchédutravail,leretouràlacroissances’esttraduitau
moinsmarquéqu’auniveaunational(- 2,2 %).C’estégalement
niveaunationalparunebaisseplusmodéréedel’emploietune
le cas pour l’intérim : - 13,7 % au troisième trimestre, soit
stabilisation du taux de chômage. Dans la région, le taux de
4 800 emplois de moins sur un an.
chômage a de nouveau augmenté au troisième trimestre. Sur
un an, l’emploi salarié s’est toutefois moins dégradé que sur
Nouvelle hausse du taux de chômagel’ensemble de la France.
En France métropolitaine, le taux de chômage au sens du BITMeilleure résistance de l’emploi salarié régional
s’est stabilisé à 9,1 % de la population active au troisième tri-sur un an
mestre 2009, après cinq trimestres consécutifs de hausse. Sur
un an, il est resté très mal orienté (+ 1,7 point).EnFrancemétropolitaine,l’emploisalariédessecteursconcur-
(1)rentielshorsagriculture ,quireprésentelesdeuxtiersdel’em- Dans la région, la dégradation du marché du travail s’est pour-
(3)ploitotal,acontinuédediminuerautroisièmetrimestre2009. suivie. Au troisième trimestre, le taux de chômage localisé
Après- 0,4 %audeuxièmetrimestre,ilareculéde0,3 %entre s’est accru de 0,2 point par rapport au trimestre précédent
juin et septembre, ce qui représente 48 000 salariés de moins (après + 0,3 point au deuxième trimestre), pour s’établir à
surletrimestre.Cettenouvelledétériorationestimputableaux 10,5 %. Sur un an, la hausse du taux de chômage régional a
secteursdel’industrieetdelaconstruction.Surunan,l’emploi atteint + 1,6 point, en lien avec la forte baisse de l’emploi
salarié n’a cessé de se replier. En septembre, le recul annuel a salarié concurrentiel. Le nombre de nouvelles inscriptions à
atteint - 2,2 % (370 600 emplois de moins), soit la plus forte PôleEmploiafortementaugmenté, enparticulier cellesfaisant
dégradationobservéeaucoursdeladernièredécennie.Endé- suite à un licenciement économique, une fin de contrat à
pitd’unredressementautroisièmetrimestre,lenombred’inté- duréedéterminéeouunefindemissiond’intérim(+8,0%en
rimairesenéquivalentstempsplein(environ3 %del’ensemble évolution annuelle).
dessalariés)estrestémalorientésurunan :- 23,5 %entresep-
tembre 2008 et septembre 2009, soit 148 500 emplois de
moins.
(2) Les données relatives au troisième trimestre 2009 présentées ici sont provisoires : elles
sont susceptibles d'être révisées lors de la publication des données relatives au quatrième
trimestre par Pôle Emploi - Unedic.
(3) Suite aux changements méthodologiques intervenus au niveau national, les séries des
taux de chômage ont été entièrement révisées depuis 1982. Pour les taux régionaux et
(1) Champ Unedic. L’emploi des secteurs concurrentiels comprend l’emploi de tous les départementaux, on mesure un taux de chômage "localisé", cohérent avec le taux de
secteurs d’activité économique, à l’exception de l’emploi public dans les secteurs non chômage au sens du BIT national, mais calculé selon une méthode différente. Il s'agit par
marchands (administration, éducation, santé et action sociale). ailleurs de taux en moyenne sur le trimestre et non en fin de trimestre, comme auparavant.
© Insee 2010SUD INSEE
N° 33 - février 2010 conjoncture
EnFrancemétropolitaine, au coursdesmoisd’octobreet de Construction:emploisalariéetmisesenchantier
(4)novembre,lenombrededemandeursd’emploiinscrits à de logements de nouveau en forte baisse
Pôle Emploi a nettement augmenté (respectivement + 1,1 %
et + 0,7 %, soit près de 70 000 demandeurs d’emploi supplé- EnFrance,commedanslarégion,aprèsunepériodedefortdy-
mentaires sur la période). namisme, l’emploi salarié dans la construction (10 % de l’em-
ploi salarié régional) s’est orienté à la baisse dans la deuxièmeDans la région, la hausse s’est poursuivie : + 0,4 % en octobre
moitié de 2008. Le recul s’est confirmé au premier semestreet + 0,6 % en novembre (soit + 3 200 personnes inscrites sur
2009, avant de s’amplifier. Au plan national, il a ainsi atteintdeuxmois).Autotal,depuisl’entréeenrécession,lenombrede
- 1,1 % au troisième trimestre, après - 0,1 % au trimestredemandeurs d’emploi a fortement progressé : + 57 150 entre
précédent. Sur un an, la détérioration s'est établie à - 1,9 %.juin 2008 et novembre 2009. La dégradation a été en partie
(5)atténuéeparledispositifdechômagepartiel :lerecoursàcette EnProvence-Alpes-Côted’Azur,l’évolutionannuelleaéténette-
mesure, massif depuis le début d’année, n’a pas faibli dans la mentdéfavorable(- 2,6 %entreletroisièmetrimestre2008etle
deuxièmemoitiéde2009.Entrejanvieretnovembre2009,près troisième trimestre 2009, soit 3 100 pertes d’emplois). En parti-
de 4 900 000 heures demandées par les établissements de la culier, le nombre d’intérimaires (7 % des salariés du secteur) a
région ont ainsi fait l’objet d’une autorisation administrative. fortement reculé : - 13,9 % sur un an, comme en France, soit
1 500 emplois de moins en équivalents temps plein. Près de
Poursuite de la dégradation du marché du 5 500 nouvelles inscriptions à Pôle Emploi ont en outre été dé-
travail dans l’industrie nombréessuiteàunlicenciementéconomique,unefindeCDD
ou de mission d’intérim, soit 380 de plus sur un an (+ 7,5 %).
En France, la forte baisse de l’emploi salarié industriel s’est
Au troisième trimestre 2009, le nombre de mises en chantier
poursuivie au troisième trimestre 2009 (- 1,4 % après - 1,6 %
(6)de logements a nettement diminué en France et dans la
au deuxième trimestre). Sur un an, le recul s’est établi à
région (environ - 30 %). En Provence-Alpes-Côte d’Azur, il
- 4,9 %, ce qui représente plus de 162 000 pertes d’emplois.
s’agit du quatrième trimestre consécutif de baisse de grande
Le nombre d’intérimaires (environ 6 % des effectifs salariés du
ampleur. Depuis fin 2008, le volume trimestriel des mises en
secteur) a continué de diminuer fortement au troisième tri-
chantierestainsiinférieurà5 000unités,niveauleplusbasde
mestre2009(- 33,5 %surunan,soit96 000emploisdemoins
ladécennie.Unpeumoinsde2 300maisonset2 700apparte-
en équivalents temps plein).
ments ont en effet été commencés entre juin et septembre
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la détérioration annuelle de 2009, soit respectivement environ 550 et 1 800 constructions
l’emploi salarié industriel (12 % de l’emploi salarié régional) a at- de moins qu’un an auparavant. Au vu de la forte baisse du
teint au troisième trimestre une ampleur inédite depuis la fin des nombredepermisdeconstruiredélivrésentrejuilletetoctobre
années1990 :- 2,6 %surunan,soitprèsde4 000pertesd’em- 2009(- 23,5 %parrapportàlamêmepériodede2008),cere-
plois. Le recul concerne en particulier les effectifs intérimaires: culdevraitavoirperdurépourlesappartementsenfind’année.
- 19,2 % en évolution annuelle, soit près de 2 000 emplois de Il aurait en revanche cessé pour les maisons (+ 5,9 %).
moins. La baisse a été forte notamment dans la fabrication de
pneus,caoutchouc,plastique,danslamétallurgieetdanslafabri-
cation de matériels de transport, secteurs qui concentrent à eux
trois plus de la moitié de la dégradation (- 1 060 intérimaires).
Autre signe de dégradation du marché du travail au troisième
trimestre,590nouvellesinscriptionsdeplusquel’annéeprécé-
denteontétéenregistréesàPôleEmploiparsuited’unlicencie-
ment économique, d’une fin de CDD ou de mission d’intérim
dansl’industrie(soit+ 10,2 %surunan).Plusde40 %decette
hausse provient de l’industrie pharmaceutique et de la métal-
lurgie, alors que ces deux secteurs représentent 12 % à peine
de l’emploi salarié industriel. Entre janvier et novembre 2009,
lamétallurgiea,enoutre,concentréprèsdutiersdes3 100 000
heures de chômage partiel demandées dans l’industrie (soit
près de 20 % de l’ensemble des secteurs). Les entreprises des
industries des composants électriques et électroniques (moins
de 1 % de l’emploi salarié régional) ont également beaucoup
recouruauchômagepartiel(450 000heures,soitprèsde10 %
de l’ensemble des heures demandées tous secteurs).
Auniveaunational,lesindustrielsinterrogésontestiméqueles
niveaux d’activité ont augmenté au cours des trois derniers
Parallèlement,lesventesdelogementsneufssesontnettementmois de 2009. Enquêtés en décembre, ils ont toutefois prévu
redressées dans la région, laissant augurer une possible repriseun effritement des perspectives d’activité du secteur industriel
de l’activité dans le secteur. L’embellie, observée depuis débutpour les prochains mois.
2009, s’est encore accentuée au troisième trimestre : près de
(4) Inscrits en catégories A, B et C, catégories qui regroupent l'ensemble des inscrits tenus
de faire des actes positifs de recherche d'emploi. 4 000transactionsonteulieu,soitenviron1 500deplusqu’un
(5) Un établissement qui, en raison de la conjoncture économique ou d'un autre événement an auparavant (+ 61,4 %). L’ampleur de cette amélioration
considéré particulier, subit une réduction ou la suspension temporaire de son activité, peut
solliciter les pouvoirs publics afin de faire bénéficier à tout ou partie de ses salariés d'une s’inscrit dans la tendance nationale (+ 65,2 %). En lien avec
indemnisation au titre du chômage partiel. Les heures de chômage partiel demandées par
les établissements régionaux et autorisées par les pouvoirs publics sont susceptibles de ne
(6) en date d'enregistrement.pas être finalement consommées dans leur totalité.
© Insee 2010SUD INSEE
N° 33 - février 2010conjoncture
cetteprogressiondesventes,lesprixd’achatdesmaisonsetdes mestre 2008 (+ 5,4 %). L’hébergement et la restauration ont
appartements neufs se sont réorientés à la hausse (respective- été particulièrement touchés (600 inscriptions supplémentai-
ment+ 2,5 %et+ 4,2 %autroisièmetrimestreparrapportau res).C’estégalementlecas,dansunemoindremesure,desser-
trimestre précédent). C’est également le cas pour les apparte- vices opérationnels (+ 370) et des transports (+ 340). Ces
ments anciens (+ 1,1 %). Seul le prix moyen des maisons deux derniers secteurs, ainsi que celui des activités de conseil
anciennes a continué de diminuer (- 2,2 %). etd’assistancereprésententàeuxtroismoinsde20 %del’em-
ploi du commerce et des services, mais concentrent près de la
Les entrepreneurs du bâtiment interrogés en Provence-Alpes-
moitié des heures de chômage partiel autorisées dans le
Côte d’Azur ont jugé les niveaux de production exceptionnelle-
tertiaire entre janvier et novembre 2009.
ment faibles au troisième trimestre 2009, corroborant la contrac-
tion de l’activité. Ils ont prévu une amélioration pour la fin EnFrance,selonlesdernièresenquêtesdeconjoncture,lesen-
d’année. trepreneurs des services ont observé un tassement de l’activité
auderniertrimestre2009,aprèsunepériodederepriseenmi-
Au niveau national, selon l’enquête dans le bâtiment, les chefs
lieu d’année, mais ont jugé meilleures les perspectives généra-
d’entreprise ont observé une moindre réduction de l’activité
les pour début 2010. Dans le commerce de détail, les chefs
dans lesecteur au quatrièmetrimestre. La baissedevrait, selon
d’entreprise ont noté une progression des ventes - leur niveau
eux, se poursuivre début 2010.
restant faible - et prévu le prolongement de cette tendance.
Perspectives nationales
D’iciàlami-2010,letauxdechômageausensduBITcontinue-
rait d’augmenter en France, mais sur un rythme moins soutenu
qu’en 2009. Il atteindrait 9,8 % en moyenne au deuxième
trimestre en France métropolitaine (+ 0,7 point sur un an). Le
marché du travail subirait encore les effets retardés de la réces-
sion, mais enregistrerait des pertes d’emplois moins soutenues
dufaitdelareprisedel’activité.Ainsi,aprèsavoirperduprèsde
260 000 emplois au premier semestre 2009, l’économie fran-
çaise en perdrait désormais 110 000 par semestre d’ici juin
2010. Ce moindre repli de l’emploi bénéficierait aux revenus
d’activité. Cependant, dans le même temps, la consommation
des ménages serait moins dynamique. Leur pouvoir d’achat ra-
lentirait sensiblement (+ 0,5 % en moyenne semestrielle après
+ 1,2 %ausecondsemestre2009),enlienaveclaremontéede
l’inflation. L’investissement des ménages enregistrerait un recul
deplusenplusmodéré,alorsqueceluidesentreprisesredémar-
Nouveau reculde l’emploisalarié dans le tertiaire rerait peu à peu grâce à l’assouplissement des conditions de fi-
nancementetàdesperspectivesdedébouchésmieuxorientées.
La production dans l’industrie et les services continuerait à aug-EnFrance,l’emploisalariédusecteurtertiaire(servicesetcom-
menter mais de façon moins soutenue, au vu du récent climatmerce) s’est quasiment stabilisé au troisième trimestre 2009
desaffaires.Danslaconstruction,lacontractions’atténuerait.Au(+ 0,1 %) après trois trimestres consécutifs de repli. Sur un an,
total, l’activité économique continuerait d’augmenter sur unla tendance demeure nettement défavorable (- 1,5 %, soit
rythmemodéré(+ 0,4 %environpartrimestre)d’icijuin2010.179 000 pertes d’emplois). Au sein des effectifs du tertiaire,
commedanstouslesautresgrandssecteurs,lenombred’intéri- Ces prévisions de croissance sont toutefois entourées d’un
maires (2 % des effectifs salariés du secteur) a fortement dimi- niveau élevé d’incertitudes. En premier lieu, la forte volatilité
nué au troisième trimestre : - 15,4 % sur un an, soit 52 000 qui anime actuellement les marchés des matières premières et
emplois de moins en équivalents temps plein. du pétrole constitue un aléa important de ce scénario. Par
ailleurs, le contrecoup de la prime à la casse pourrait être plusDanslarégion,entreletroisièmetrimestre2008etletroisième
brutal qu’anticipé et provoquer un repli de la consommationtrimestre 2009, le secteur a perdu 7 750 emplois (- 0,8 %).
des ménages en automobiles. Enfin, le mouvement de dé-Cette dégradation a été moins marquée qu’au niveau national
stockage qui a affecté l’activité durant la majeure partie de la(- 1,5 %).L’emploiintérimaireafortementcontribuéàlabaisse
crise pourrait s’inverser et venir ainsi soutenir la croissance.régionale : 1 850 emplois ont été supprimés en un an.
Parailleurs,36 550nouvellesinscriptionsàPôleEmploifaisant
Sylvain Adaoustsuite à un licenciement économique, une fin de CDD ou de
mission d’intérim, ont été enregistrées dans le tertiaire au troi- Éric Rubiloni
sième trimestre 2009, soit 1 880 de plus qu’au troisième tri-
Pour en savoir plus, retrouvezla note de conjoncture nationale de décembre 2009 "En ordre dispersé".
InstitutNationaldelaStatistiqueetdesÉtudesÉconomiques© Insee 2010
Provence-Alpes-Côted'AzurDépôt légal : février 2010
17,rueMenpentiN° ISSN : 1287-2946 Directeur de la publication : Renan Duthion
13387MarseilleCedex10Réf. : COJ103332 Chef du service Études et Diffusion : Valérie Roux
Téléphone:0491175757
Rédacteur en chef : Claire Joutard
Fax:0491175960
SUD INSEE conjoncture figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee/fr onglet régions (rubrique "Les publications")
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information électronique : onglet ( "À votre service")

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.