Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Le statisticien et le sociologue

De
Publié par

Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Le statisticien et le sociologue

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques - Il y a trente ans dans le
Courrier des statistiques - Il y a trente ans dans le Courrier des statistiques
Le statisticien et le sociologue
Article initialement paru dans le Courrier des statistiques n° 10
d’avril 1979, écrit par Alain Desrosières, à l’époque membre
de la division Emploi de l’Insee.
i depuis plusieurs décennies les que », il faut préciser : histoire des Srapports entre la statistique et méthodes de collecte de l’information
l’économie ont été étroits, au point (colloque de Vaucresson en 1976)
qu’une discipline, l’économétrie, est ou histoire des méthodes mathéma-
née de leur union, il n’en va pas de tiques (certains exemples de Jean-
Paul Benzecri, par exemple).même, au moins en France, pour
les relations entre la statistique et la
Cependant, le fait d’avoir autonomisé sociologie. Ceci tient aux histoires de
une activité de « statisticien », au sens ces deux disciplines, aux questions
soit de gestionnaire, soit de mathé-qu’elles posent, et surtout aux profils
maticien, a eu pour effet de constituer sociologiques différents des statisti-
un métier centré sur des problèmes ciens et des sociologues.
administratifs ou mathématiques,
Plutôt en effet que de parler de statis- mais de façon relativement indépen-
dante d’un objet. La méthodologie tiques et de sociologie, comme si ces
statistique s’est constituée de façon deux domaines existaient en tant que
un peu transversale : comment bien tels et s’échangeaient des prestations,
quantifier, mais quantifier n’importe il semble plus fécond d’essayer de
quoi. On a privilégié une approche décrire le statisticien et le sociologue,
(la quantification) au détriment d’un c’est-à-dire deux agents sociaux qui David Émile Durkheim sociologue français
et l’un des fondateurs de la sociologie moderne objet, historiquement ou socialement diffèrent moins par leurs objets d’étu-
constitué.des, que par des postures différentes
par rapport à ces objets, déterminés à
sociales, par recensements, enquêtes Le sociologue, en revanche, a consti-la fois par leurs formations (souvent,
ou gestion des fichiers administra- tué son objet a priori à partir d’une mais non toujours : le matheux et le
tifs. Pour un diplômé de l’ISUP, c’est hypothèse de départ : « il faut traiter littéraire) et leur insertion dans des
quelqu’un qui a appris des méthodes les faits sociaux comme des cho-champs différents, administratifs pour
qu’il applique indistinctement pour ses ». Implantant la sociologie dans les uns, universitaires ou scientifiques
gérer un stock, construire un aéro- l’Université, par une sorte de coup pour les autres. Au-delà de ces diffé-
port,… dans le cadre d’entreprises de force, Durkheim disait, face aux rences de postures, que peuvent-ils
1 privées ou publiques. Enfin, pour prophètes sociaux de tous bords, avoir en commun ?
un docteur de l’Université, c’est un qu’il était possible de traiter les faits
scientifique de haut niveau rompu aux sociaux comme on traite les plantes,
méthodes mathématiques les plus les matériaux préhistoriques ou les Des trajectoires différentes
subtiles, appliquées à des données phénomènes physiques. Cette rup-
chiffrées sur des sujets variés qui ture initiale par rapport à des discours L’appellation « statisticien » recou-
lui importent assez peu, et dont il de type idéaliste ou normatif ne sup-vre déjà des positions différentes :
connaît souvent mal les méthodes de posait rien a priori sur les méthodes pour un administrateur de l’Insee,
collecte. La « compétence » implicite à employer : quantification, analyse c’est surtout un spécialiste de la col-
recouverte par le mot « statisticien » de texte, interviews, biographies, lecte des données économiques et
est donc très différente dans ces trois etc. Même si certaines ont été très
cas. Certains exercent dans le champ importantes, les recherches ayant un
1. On peut citer, notamment, l’exemplaire
administratif, d’autres dans celui des contenu statistique n’ont pas occupé « Suicide » de Durkheim, des enquêtes d’Hal-
bwachs sur les budgets des familles, menées entreprises, enfin d’autres dans le la plus grande place dans les travaux
en collaboration avec la SGF (Statistique géné- 1champ universitaire… Si on parle par des durkheimiens notamment en rai-
rale de la France) et les travaux de Simiand sur
l’histoire économique. exemple d’« histoire de la statisti- son de la faiblesse de l’infrastructure
46
Source : WikipédiaLe statisticien et le sociologue
statistique de l’époque, mais aussi tisticien-comptable national-planifica- les budgets-temps et les pratiques
d’une distance entre les deux mon- teur » voyait dans le sociologue soit un de loisirs (1967), la sociabilité (1972),
des des sociologues et des démogra- spécialiste de la monographie locale etc. Les travaux actuels menés dans
phes qu’étaient alors pour l’essentiel fine mais « non représentative », soit la région des Pays de la Loire par
les statisticiens administratifs. Ainsi, un littéraire tenant des discours phi- Thierry Lemaître et Claude Thélot sur
Mauss écrivait, en 1901 : « Selon losophiques abstraits inutiles pour les liens entre mobilité sociale et pro-
nous, il ne doit pas y avoir de statisti- jets professionnels des adolescents « faire des prévisions ». Si le souci
ciens, mais des sociologues qui, pour constituent un bon exemple d’inter-de la cohérence de l’exhaustivité,
étudier les phénomènes moraux, éco- vention de statisticiens sur le terrain nécessaires pour les projections éco-
nomiques, pour étudier les groupes, de la sociologie.nomiques, a été un puissant moteur
font de la statistique morale, éco- pour le développement de la collecte
nomique, démographique, etc. » et d’information statistique, il a eu aussi En dehors de l’Insee également, des
encore en 1927 : « Bien des travaux parfois pour effet de trop centrer exemples de coopération ne man-
statistiques actuels sont plutôt inspi- l’attention sur les problèmes d’esti- quent pas. En 1959-1960, dans le
rés par les besoins administratifs ou mation et de mesure au détriment de contexte difficile de la guerre d’Al-
politiques des États, ou bien sont mal l’interrogation sur les mécanismes gérie, Pierre Bourdieu et Alain Darbel
dotés, ou mal dirigés par une curio- sociaux et historiques à l’œuvre sous entreprenaient une vaste enquête sur
sité mal éclairée de professionnels : les « variables » mesurées. le travail et la relation au travail des
ils présentent un fatras ». Algériens : à une enquête statistique
menée par l’Insee était associée une
Le développement ultérieur des deux enquête sociologique portant sur un Des objets de recherche et
disciplines n’a souvent favorisé leur sous-échantillon de l’échantillon sta-des instruments communs
rencontre que sur le terrain de la pure tistique. Cette expérience est encore
méthodologie à dominante mathéma- à l’heure actuelle un des exemples Pourtant de nombreux travaux de
tique. Alors que, dans le cadre tracé les plus probants des possibilités statisticiens ont montré, depuis trente
par les fondateurs de la sociologie,
d’association du statisticien et du ans, la possibilité de dépasser les
les débats auraient dû porter large-
sociologue.obstacles énumérés ci-dessus. Dès
ment sur les objets et les résultats
les années 50, l’idée des statisti-
des recherches, ils furent souvent
ciens et des démographes d’exploiter En 1965, l’ouvrage collectif « le
centrés sur leurs méthodes et leurs
systématiquement les recensements, partage des bénéfices », associant
outils. L’extension aux États-Unis,
enquêtes et fichiers administratifs sociologues et économistes statisti-
vers les années 40, d’une sociologie
en utilisant une nomenclature socio- ciens, avait tenté de montrer, dans le
empirique, centrée sur les enquêtes
professionnelle unique a rendu à la contexte euphorique de la croissance
par questionnaire, liée par contrats
sociologie française un signalé ser- des années 60, comment les effets
à des administrations et inspirée des
vice : aucun autre pays n’a consti- de celle-ci étaient subtilement diffé-
méthodes d’études de marché du
renciés à la fois à travers les chiffres tué un tel instrument. Se tenant à secteur privé, a favorisé ce déve-
révélés par les enquêtes statistiques l’écart des discussions dogmatiques loppement de la méthodologie au
entre tenants de définitions abstraites exploitées selon des critères socio-détriment des questions de type his-
des « classes sociales » et partisans professionnels, et à travers les sens torique ou social. Cette tendance,
d’études de stratification sociale fon- des diverses pratiques, détectées par apparue en France dans l’après-
l’observation du sociologue. Dans les dées sur des indicateurs multiples guerre, a produit son contraire : le
années 70, la publication de trois et partiels, Jean Porte et ses collè-prophétisme social, spécialisé dans le
volumes de « Données sociales », gues, créant un instrument empirique concept et la généralité. L’existence
sous l’impulsion d’Alain Darbel puis imparfait mais fondé sur une intuition de ces deux courants a favorisé la
de Dominique Deruelle, permet de sociologique fine, ont préparé le ter-naissance de stéréotypes variés : le
cumuler et d’ordonner les informa-rain à de nombreuses recherches courant « empirique » cherchait dans
tions de portée sociologique collec-concrètes, où ont pu se retrouver les méthodes statistiques des répon-
tées par l’Insee et par l’appareil admi-statisticiens, démographes et socio-ses à des questions non posées,
nistratif.logues.tandis que le courant prophétique ou
dogmatique enfermait la sociologie
Citons pêle-mêle, parmi les plus Par ailleurs, pendant la même période, dans des discours rituels et codés.
importantes, les études de Maurice certaines innovations méthodologi-
Febvay sur la fécondité et la morta-Pendant cette même période de ques, telles que l’analyse factorielle
lité différentielles selon les milieux l’après-guerre, la statistique admi- développée au Credoc, contribuent à
nistrative prenait une grande exten- sociaux, les premières enquêtes de affiner le dialogue entre statisticien et
sion, sous l’impulsion des travaux de mobilité sociale (1953, 1964, 1970), sociologue. En permettant par exem-
comptabilité nationale et de prévision l’analyse des revenus par catégorie ple de faire apparaître des dimen-
économique ; désormais spécialiste sociale (1956,1965), les enquêtes sur sions synthétiques selon lesquelles
du « cohérent et exhaustif », le « sta- les budgets des familles (1962), sur se répartissent des individus (ou des
Courrier des statistiques n° 127, mai-août 2009 47Alain Desrosières
ménages) interrogés dans des enquê- leur utilisation à des fins scientifiques. domaine, alors que ce cumul serait
beaucoup plus visé dans une carrière tes, ces méthodes peuvent contribuer La relativisation des concepts ou des
d’enseignant ou de chercheur. Dans à l‘analyse de « champs » sociaux, au outils de collecte à leurs conditions
le premier cas, la technicité élevée sens d’espaces à l’intérieur desquels historiques et sociales de production
est un moyen pour gravir les échelons est un préalable indispensable pour des individus sont caractérisés par
d’une carrière, dans un second, l’ap-le sociologue, afin de sortir d’une des enjeux communs. Il est donc
profondissement des connaissances alternative encore fréquente entre possible de faire le lien entre une opti-
dans un domaine sont les conditions d’une part, le respect un peu craintif que structurale, où l’espace social
de la réussite sociale. Cette oppo-et, d’autre part, un rejet nihiliste des est sous-tendu par des polarisations
sition doit bien sûr être nuancée, et « instruments du pouvoir ».diverses, par exemple entre groupes
toute la gamme des situations existe sociaux, et une optique statistique
La formation et la tournure d’esprit du entre ces deux pôles simplifiés à où on passe de façon continue d’une
statisticien, du moins dans l’adminis- dessein. Entre les deux, le dévelop-situation à la situation opposée.
tration, sont encore proches de celles pement des études liées à la plani-
de l’ingénieur : ses connaissances fication et à la prévision a créé une
théoriques sont au service de réalisa- demande de travaux intermédiaires Un profil de statisticien-
tions pratiques lourdes et coûteuses : entre ceux de « l’ingénieur » et du sociologue ?
grosses enquêtes, recensements, « chercheur » : suscitant de nouvel-
les questions, il a été à l’origine de gestion de fichiers nécessitant orga-
La possibilité de maîtriser simulta- statistiques complètement nouvelles, nisation minutieuse, économie des
nément un mode de pensée structu- mais il a souvent en revanche polarisé coûts, fiabilité… et le meilleur de son
ral et relationnel, caractéristique par l’attention sur les techniques quan-énergie est consacré à ces ques-
exemple de travaux ethnologiques, titatives, et aussi, renversant parfois tions, parfois au détriment de l’amont
et un mode de pensée statistique, en l’ordre des objectifs, soumis à « l’inté-et de l’aval : en amont, la réflexion
termes de distributions et de conti- rêt pour la prévision » le jugement sur sur les problèmes posés, en aval,
nuité, pourrait bien caractériser le l’intérêt de certains travaux.les commentaires et interprétations
profil du « statisticien-sociologue »qui des tableaux et résultats chiffrés.
aurait dépassé les oppositions dues La « probabilité sociologique » d’ap-Comment ajouter une mentalité de
à des trajectoires sociales, scolaires, parition d’un profil nouveau de statis-« chercheur » à celle de l’ingénieur ?
et à des insertions professionnelles ticien-sociologue est peut être liée à Quelles sont les conditions sociales
différentes. ces divers éléments : baisse de l’im-susceptibles de favoriser l’apparition
portance de la mobilité et de l’avan-d’une autre relation à l’objet ?
Une autre caractéristique de ce profil cement administratifs, au profit de
pourrait être le souci permanent de On peut avancer, à titre d’hypothèse, carrières tournées vers la recherche,
resituer les instruments statistiques l’enseignement et les publications, une relative opposition entre carriè-
dans la perspective historique de leur liens moins directs entre études et res « administratives » et carrières
genèse et de leur fonctionnement : qui besoins immédiats de la politique et « scientifiques ». Dans les premiè-
a déterminé les variables mesurées ? de la gestion économique, et bien sûr res, la mobilité entre domaines de
Dans quel but ? Par qui sont-elles enfin renforcement du pôle historique, travail variés et l’avancement dans
utilisées ? Une attention sociologique sociologique, dans l’enseignement la hiérarchie sont plutôt privilégiés,
dispensé aux « statisticiens de l’admi-sur les instruments de mesure eux- au détriment peut-être d’un éventuel
nistration économique ». nmêmes paraît une des conditions de cumul de connaissances dans un
48

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.