L'activité régionale dans la tourmente nationale, après un sursis au troisième trimestre de 2008

De
Publié par

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, comme en France, l'activité du troisième trimestre de 2008 a été moins défavorable que dans l'ensemble des économies avancées et émergentes. Dans l'industrie et le commerce de détail, la croissance du chiffre d'affaires régional s'est stabilisée. Les créations d'entreprises se sont maintenues et l'emploi salarié a continué de croître. Cependant, l'activité a ralenti dans les services, la crise de la construction s'est accentuée et la baisse du taux de chômage s'est interrompue. Dans le sillage d'une conjoncture mondiale dégradée, les très sombres perspectives de l'économie nationale ne devraient pas épargner la région en 2009. Nouveau ralentissement du chiffre d'affaires dans les services au troisième trimestre Construction : le repli des mises en chantier se poursuivrait début 2009 Industrie et commerce de détail en sursis au troisième trimestre Fréquentation des hôtels en baisse au cours de l'été, mais bonne tenue des campings Niveau toujours élevé des créations d'entreprises La région encore créatrice d'emplois salariés Le taux de chômage ne diminue plus Sombres perpectives pour l'activité nationale à l'horizon de la mi-2009
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
conjonctureN° 25 - janvier 2009
L’activité régionale dans la tourmente
nationale, après un sursis au
troisième trimestre de 2008
EnProvence-Alpes-Côted’Azur,commeenFrance,l’activitédutroisièmetrimestrede2008
a été moins défavorable que dans l’ensemble des économies avancées et émergentes.
Dans l’industrie et le commerce de détail, la croissance du chiffre d’affaires régional
s’eststabilisée.Lescréationsd’entreprisessesontmaintenuesetl’emploisalariéaconti-
nuédecroître.Cependant,l’activitéaralentidanslesservices,lacrisedelaconstruction
s’est accentuée et la baisse du taux de chômage s’est interrompue. Dans le sillage d’une
conjoncture mondiale dégradée, les très sombres perspectives de l’économie nationale
ne devraient pas épargner la région en 2009.
Repères nationaux
Variations annuelles (%)
2007 2008
PIB (*) +2,1 +0,8
Dépenses de consommation des +2,5 +0,9ménages (*)
Prix à la consommation (**) +2,6 +1,0
(*) aux prix de l'année précédente chaînés
(**) glissements annuels
prévision issue de la note de conjoncture nationale de l'Insee
Source : Insee
Contexte international
Moyennes annuelles
2007 2008
Taux de change euro-dollar 1,37 1,49
Cours du baril de pétrole 72,5 $ 97,2 $
Lecture : en moyenne sur 2008, 1 euro vaut 1,49 dollar
Source : Insee
Après un deuxième trimestre en repli, l’acti- SilaFranceaétéenpartiepréservéeautroisièmetrimestrede
vité française s’est maintenue au troisième 2008, c’est notamment grâce au léger sursaut de la consom-
trimestrede2008 :lacroissances’estétablie mationdesménages,plusprécisémentdelaconsommationde
à+0,1%.Danslemêmetemps,lePIBde services et de produits manufacturés. L’investissement des en-
treprises a également favorisé le redressement de la demandel’ensembledeséconomiesavancéesareculé
intérieure, par un rebond inattendu des dépenses en biensde 0,2 point. La contraction de l’activité aux
d’équipement.Enfin,lacontributionducommerceextérieuràÉtats-Unis (- 0,1 %), au Japon (- 0,5 %), au
la croissance, très négative au deuxième trimestre de 2008Royaume-Uni (- 0,5 %) et dans la zone euro
(- 0,4 %),aétépeupénalisanteautroisièmetrimestre(- 0,1 %).(- 0,2 %) s’est opérée sous le coup d’une di-
minution conjointe de l’investissement des
entreprises et de la consommation des mé- Dans ce contexte national atone, l’activité régionale a été
nages. Elle a également touché les pays marquée au troisième trimestre de 2008 par un maintien du
émergents,quiontdûfairefaceàunebaisse taux de chômage et par la bonne tenue persistante de l’em-
de leurs débouchés et au durcissement des ploi salarié. Cette résistance de l’économie nationale et de
conditions de financement sur les marchés l’économie régionale ne perdurerait cependant pas au cours
internationaux. des prochains trimestres.
© Insee 2009SUD INSEE
N° 25 - janvier 2009conjoncture
(- 31,0 % en France sur un an et - 26,2 % en Provence-Nouveau ralentissement du chiffre d’affaires
Alpes-Côte d’Azur) avant de connaître une diminution plusdans les services au troisième trimestre
modérée au troisième trimestre : respectivement - 6,8 % et
- 9,6 %en évolution annuelle. En France, lesdonnéesrelativesEnFrance,aprèss’êtremaintenuàdesniveauxélevésjusqu’au
au mois d’octobre et de novembre semblent indiquer un nou-début de 2008, le taux de croissance du chiffre d’affaires dans
veau recul de même ampleur au quatrième trimestre.les services aux particuliers a nettement diminué. Au troisième
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le recul des mises en chantiertrimestre,lechiffred’affairesn’aaugmentéquede0,6 %surun
au troisième trimestre a concerné les appartements comme lesan(+ 2,2 %audeuxièmetrimestreet+ 5,0 %aupremier).Un
maisons (respectivement - 10,2 % et - 8,7 %). Les évolutionstel coup d’arrêt ne s’était pas produit depuis le premier tri-
observées en octobre et novembre laissent entendre que cemestre de 2003. Le constat est très proche dans la région
mouvement de repli se poursuivrait au quatrième trimestre. Il(+ 0,3 % après respectivement + 2,7 % et + 4,8 % aux
perdurerait durant le premier semestre de 2009, au vu de ladeuxièmeetpremiertrimestres).Ledynamismedusecteurdes
très forte baisse du nombre de permis de construire délivréshôtels et restaurants, qui jouait un rôle moteur pour la crois-
dans la région. Pour les maisons, cette baisse s’est établie àsance régionale du chiffre d’affaires dans les services aux
- 22,5 % sur les cinq derniers mois (juillet-novembre) par rap-particuliers, s’est en effet interrompu.
portàlamêmepériodede2007(- 17,6 %enFrance).PourlesLeralentissementaétéplusmodérédanslesservicesauxentre-
appartements, elle a été du même ordre : - 29,3 % dans laprises.Lacroissanceannuelleduchiffred’affairesnational,glo-
région et - 23,6 % en France.balement stable depuis la mi-2007, est passée de + 6,1 % au
deuxième trimestre de 2008 à + 5,1 % au troisième. En Pro- Dans la région, les prix d’achat des maisons et des apparte-
vence-Alpes-Côte d’Azur, le mouvement a été comparable : ments neufs ont légèrement augmenté au troisième trimestre
+ 5,6 %, puis + 4,5 %. de 2008. Au contraire, dans le logement ancien, la forte crois-
Autotal,danslarégion,lahausseduchiffred’affairesdansl’en- sance des prix s’est interrompue au deuxième trimestre.
semble des services s’est encore atténuée au troisième tri-
mestrede2008(+ 3,2 %après+ 4,4 %audeuxième).C’estle
taux de croissance le moins élevé des trois dernières années.
Industrie et commerce de détail en sursis auConstruction : le repli des mises en chantier se
troisième trimestrepoursuivrait début 2009
Tandis que la tendance est à la baisse au niveau national, le
À l’exception d’un léger rebond au deuxième trimestre de
taux de croissance annuel du chiffre d’affaires industriel a peu-2008, la croissance annuelle du chiffre d’affaires dans la cons
varié depuis le premier trimestre de 2008 en Provence-truction n’a cessé de diminuer, en France comme en Pro-
Alpes-Côte d’Azur. En France, au troisième trimestre de 2008,
vence-Alpes-Côte d’Azur, depuis le début de l’année 2007.
le chiffre d’affaires dans l’industrie a progressé de 4,9 % sur un
Elle avait alors atteint plus de 11 %. Au troisième trimestre de
an, après + 6,2 % et + 5,3 %, respectivement aux premier et2008, elle s’est ainsi établie à + 6,3 % dans la région (contre
deuxièmetrimestresdel’année.Danslarégion,lahausseaété
+ 6,5 % en moyenne nationale), après + 8,1 % au trimestre
analogue : + 4,5 %, après + 4,6 % et + 4,3 %.
précédent (contre + 8,4 %).
Au niveau national, l’opinion des industriels interrogés en dé-Au quatrième trimestre, selon l’enquête mensuelle sur le bâti-
cembre suggère que la production a nettement fléchi au qua-
ment de décembre, les chefs d’entreprise français ont observé
trième trimestre de 2008 et laisse entendre une nouvelle
une amplification de la baisse du rythme d’activité et jugent
dégradation début 2009. Concernant la région, les chefs d’en-que la détérioration va continuer de s’accentuer.
trepriseinterrogésparlaBanquedeFranceàl’automneétaient
(1)En 2008, en France comme dans la région, les mises en chan- aussi très pessimistes pour le début de l’année 2009 .
tier de logements ont poursuivi leur baisse initiée en 2007. En
particulier, elles se sont effondrées au deuxième trimestre (1)Cf.l’enquêtemensuelleBanquedeFrancedenovembresurlaconjoncturerégionale.
© Insee 2009SUD INSEE
N° 25 - janvier 2009
conjoncture
Lafréquentationestivaledescampingsrégionauxaquantàelle
progressé plus vite qu’en moyenne nationale (+ 1,8 %, soit
245 000 nuitées de plus).
Fréquentation des hôtels et campings au cours de l'été
Nuitées en milliers
France Provence-Alpes-Côte d'Azur
Été 2008 Été 2008/ Été 2008 Été 2008/
en niveau été 2007 en niveau été 2007
en % en %
Hôtels 101 600 - 0,2 12 600 - 0,6
Campings 98 800 + 1,2 13 800 + 1,8
Sources : Insee, Direction du Tourisme, Comités régionaux et départementaux du
Tourisme
Niveau toujours élevé des créations
d’entreprises
Danslecommercededétail,lechiffred’affairesnationalapro-
Malgré le ralentissement de l’activité, perceptible depuis la fingressé de 4,4 % au troisième trimestre de 2008. Au trimestre
2007, le nombre de créations d’entreprises françaises s’estprécédent,lahausses’étaitétablieà+ 4,2 %.Lemouvementa
maintenu à un niveau très élevé au cours des cinq derniers tri-été semblable en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 3,8 % après
mestres(autourde85 000).Autroisièmetrimestrede2008,ila+ 3,5 %). Depuis un an, le taux de croissance régional du
mêmelégèrementprogressé(+ 0,5 %),enlienavecl’évolutionchiffre d’affaires se situe en deçà de la moyenne française.
observée dans les services (+ 0,6 %).EnFrance,selonlesdétaillantsinterrogés,lesventesdansle
Danslarégion,lenombred’entreprisescrééesaucoursdecha-commerce de détail se sont contractées au quatrième tri-
cun des cinq derniers trimestres a également été très impor-mestre. Les perspectives générales d’activité n’ont jamais été
tant : le volume observé par trimestre, autour de 9 500, est leaussi mal orientées depuis 1993.
plus élevé des quinze dernières années. Il a cependant légère-
ment reculé au troisième trimestre de 2008 (150 créations de
moins, soit - 1,6 % par rapport au trimestre précédent). Les
créationsontéténotammentmoinsnombreusesdanslesservi-
ces, qui concentrent la moitié des entreprises régionales nou-
velles (- 3,7 %) et dans la construction (- 1,0 %).
Fréquentation des hôtels en baisse au cours de
l’été, mais bonne tenue des campings
Lafréquentationhôtelièreapeuvariédanslepaysaucoursde
l’été 2008 comparée à l’été précédent : le nombre de nuitées
enregistrées entre mai et septembre a en effet reculé de 0,2 % La région encore créatrice d’emplois salariés
surunan.Lenombredechambresoffertesacerteslégèrement
baissé (- 1,4 %), mais les hôtels ont été autant remplis que En France, l’emploi salarié des secteurs concurrentiels, hors
l’année précédente. Dans les campings français, la fréquenta- (2)agriculture , qui représente les deux tiers de l’emploi total, a
tion a progressé de 1,2 %. trèslégèrementreculéau troisièmetrimestrede2008, comme
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le nombre de nuitées passées au deuxième (- 0,1 %, soit 12 800 salariés de moins, après
dans les hôtels au cours de l’été s’est replié (- 0,6 %, soit - 0,2 %).Cerepliestimputableauseulsecteurindustriel,quia
80 000 nuitées de moins). Cette baisse s’explique en grande continué de détruire des emplois (- 0,6 % au troisième tri-
partie par une présence moins forte de la clientèle française mestre, soit 19 000 emplois de moins, après - 0,3 % au
dans les établissements du littoral (- 2,0 %). Le nombre de deuxième). L’emploi salarié s’est stabilisé dans le tertiaire, tan-
chambres offertes a quant à lui reculé de 2,2 %, tandis que le dis qu’il ralentissait dans la construction (+ 0,2 %, soit 2 600
taux d’occupation moyen a augmenté (+ 0,6 point). Aux mois emplois supplémentaires, après + 0,7 %).
d’octobre et de novembre, la fréquentation des hôtels régio-
(2) Champ Unedic. L’emploi des secteurs concurrentiels comprend l’emploi de tous les sec-naux a continué de diminuer en évolution annuelle (- 2,8 %,
teurs d’activité économique, à l’exception de l’emploi public dans les secteurs non mar-
puis - 9,3 %). chands (administration, éducation, santé et action sociale).
© Insee 2009SUD INSEE
N° 25 - janvier 2009conjoncture
Au troisième trimestre, Provence-Alpes-Côte d’Azur a fait
partiedescinqrégionsmétropolitainesencorecréatricesd’em-
ploissalariés.Letaux decroissancedel’emploisalariéaatteint
+ 0,5 % (soit 6 700 créations nettes), situant la région au
deuxième rang, immédiatement derrière Midi-Pyrénées
(+ 0,6 %), et assez loin devant Rhône-Alpes (+ 0,2 %). Le
nombre d’emplois salariés de Provence-Alpes-Côte d’Azur
s’est établi à 1 245 600. Il s’agit d’un net rebond après le recul
du deuxième trimestre (- 0,3 %). Sur un an, la progression de
l’emploisalariérégionalaainsiétéde2,1 %,rythmenettement
supérieur à la tendance nationale (+ 0,8 %). Seule la région
Corse a connu une plus forte hausse (+ 3,4 %). Cette bonne
tenuedel’emplois’expliquenotammentparlafaibleprésence
del’industriedanslarégion.Danscesecteur,l’emploisalariéa
faiblement progressé (+ 0,4 % sur un an), tandis qu’il a
diminué au niveau national (- 1,3 %).
*****
Sombres perspectives pour l’activité nationale à
l’horizon de la mi-2009
Au quatrième trimestre de 2008 et au début de l’année 2009,
l’activité des pays industrialisés continuerait de se contracter.
Leséconomiesémergentes,ànouveauconfrontéesàunenette
réductiondeleursdébouchés,pâtiraientencoredeceralentis-
sement. La France n’échapperait pas à la récession mondiale :
le PIB se replierait de 0,8 % au dernier trimestre de 2008, de
0,4 % au premier trimestre de 2009 et de 0,1 % au deuxième.
Au total, lacroissancefrançaises’établiraità+ 0,8 %en2008,
après+ 2,1 %en2007.L’investissementdesentreprisesetdes
ménages baisserait fortement à l’horizon de la mi-2009, suite
au durcissement des conditions de financement. Le chômage
repartirait à la hausse, pour atteindre 8,0 % au deuxième tri-
Le taux de chômage ne diminue plus mestre de 2009. Pénalisés par la dégradation du marché du
travail, les ménages français privilégieraient l’épargne de
En France métropolitaine, le taux de chômage au sens du BIT a précaution et freineraient leur consommation. Pourtant, le
légèrement augmenté au troisième trimestre de 2008 (+ 0,1
pouvoir d’achat devrait repartir à la hausse en début d’année,
point), pour s’établir à 7,3 % de la population active en grâce au repli des prix de l’énergie et de l’inflation, mais aussi
moyenne sur le trimestre. Le taux de chômage national n’avait aux mesures de soutien gouvernementales : revalorisation de
plusétéorientéàlahaussedepuislepremiertrimestrede2006.
certainesprestationssociales(famille,vieillesse,handicap),ver-
(3)Dans la région, le recul du taux de chômage localisé ,amorcé sement de la prime de solidarité active et instauration de la
à la mi-2007, s’est interrompu : au troisième trimestre de prime au remplacement des véhicules anciens notamment.
2008, il s’est stabilisé à 8,7 %, niveau le plus bas depuis 1982.
Ces prévisions sont entourées de nombreux aléas. L’évolutionSurunan,labaissedutauxdechômagerégionals’estétablieà
de la crise financière demeure incertaine. L’impact des plans- 0,9 point (- 0,6 point en moyenne nationale), sous l’effet no-
tammentdelacroissancedel’emploisalariéconcurrentiel. de relance opérés par les gouvernements est difficilement
mesurable et la confiance n’est pas encore restaurée. Enfin, laSelonlesdonnéesdel’ANPE,lenombrededemandeursd’em-
(4) décrue actuelle des prix du pétrole pourrait être interrompue,ploiinscrits s’estfortementaccruenFrancemétropolitaineau
cours des mois d’octobre et de novembre (respectivement notamment suite à une réduction de la production de
(5)l’Opep .Celle-cipourraitconduireàunnouveaurenchérisse-+ 1,5 % et + 3,2 %, soit 97 700 demandeurs d’emploi sup-
ment des matières premières énergétiques qui amputerait leplémentaires sur la période). Dans la région, la dégradation du
marchédutravailaégalementétéforte(+ 2,0 %enoctobreet pouvoir d’achat des ménages. Dans cet environnement peu
porteur,l’activitérégionaleneseraitpasépargnéeaucoursdes+ 1,9 % en novembre, soit 7 500 inscrits de plus).
prochains trimestres.(3) Suite aux changements méthodologiques intervenus au niveau national, les séries des
taux de chômage ont été entièrement révisées depuis 1982. Pour les taux régionaux et dé-
partementaux, on mesure un taux de chômage “ localisé ”, cohérent avec le taux de chô-
Sylvain Adaoustmage au sens du BIT national, mais calculé selon une méthode différente. Il s’agit par
ailleursdetauxenmoyennesurletrimestre,etnonenfindetrimestrecommeauparavant.
Virginie Harrous(4)Inscritsencatégories1,2&3horsactivitésréduites,catégoriesquiregroupentlesperson-
nes sans emploi à la recherche d’un emploi à temps plein ou partiel, à durée déterminée ou
(5) Organisation des pays exportateurs de pétrole.indéterminée,n’ayantpasexercéuneactivitédeplusde78heuresaucoursdumoisécoulé.
InstitutNationaldelaStatistiqueetdesÉtudesÉconomiques© Insee 2009
Provence-Alpes-Côted'AzurDépôt légal : janvier 2009 Directeur de la publication : François Clanché
17,rueMenpentiN° ISSN : 1287-2946 Chef du service Études et Diffusion : Valérie Roux
13387MarseilleCedex10Code Sage : COJ092532 Rédacteurenchef:DavidLevy
Téléphone:0491175757
Fax:0491175960
SUD INSEE conjoncture figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee/fr onglet régions (rubrique "Les publications")
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information électronique : onglet ( "À votre service")

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.