L'année économique et sociale 2006

De
Publié par

L'année économique et sociale" dresse le bilan de l'année 2006 en Limousin dans une vingtaine de domaines. Publication de référence, elle est le fruit d'une collaboration étroite entre l'Insee Limousin et les services publics régionaux. Quel bilan dresser de cette année 2006 ? Dans l'ensemble du pays, la phase de croissance modérée connue depuis trois années se prolonge. Dans ce contexte, les données disponibles pour le Limousin conduisent à un optimisme mesuré. Des résultats plus favorables pour l'industrie, des créations d'emploi qui peinent encore à décoller, une démographie qui permet d'anticiper une hausse légère de la population dans les prochaines années : incontestablement positif, le bilan de 2006 restera toutefois placé sous le signe de la modération.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 40
Voir plus Voir moins

L’année économique
et sociale 2006sommaire
CONTEXTE ÉCONOMIQUE
Environnementéconomique national.....................................................................4
Conjoncture dans l’industrie.................................................................................6
Commerce extérieur .............................................................................................8
Créations d’entreprises........................................................................................10
Événements économiques et sociaux12
MARCHÉ DU TRAVAIL
Emploi..............................................................................................................14
Chômage ..........................................................................................................16
Politique de l’emploi ..........................................................................................18
ANALYSES THÉMATIQUES
Démographie ....................................................................................................20
Agriculture ........................................................................................................ 22
Bâtiment, travaux publics ..................................................................................24
Construction neuve ............................................................................................26
Vente de logements neufs.....................................................................................28
Transports .........................................................................................................30
Enseignement ....................................................................................................32
Sanitaire et social ..............................................................................................34
Revenu minimum d’insertion ............................................................................. 36
Tourisme ........................................................................................................... 38éditorial
Une année sous le signe d’un optimisme mesuré
Dans l’ensemble du pays, la phase de croissance modérée connue depuis trois années se prolonge.
Dans ce contexte, les principales données disponibles pour le Limousin conduisent à un optimisme
mesuré. Des résultats plus favorables pour l’industrie, des créations d’emploi qui peinent encore à
décoller, une démographie qui permet d’anticiper une hausse légère de la population dans les pro-
chaines années : incontestablement positif, le bilan de l’année 2006 restera toutefois placé sous le
signe de la modération.
Dans l’industrie, les investissements reprennent après une longue période d’attentisme. Toutefois,
les effectifs ne devraient au mieux que se stabiliser. Tous secteurs confondus, l’évolution globale de
l’emploi reste d’ailleurs très timide. Gros créateur d’emplois, le bâtiment a battu de nouveaux re-
cords en 2006, qui pourrait bien être la dernière année d’euphorie.
Publication de référence de l’économie régionale, l’« année économique et sociale » est un travail
conjoint de l’Insee Limousin et des services publics régionaux. Réunies dans cet ouvrage, leurs contri-
butions mettent en valeur la complémentarité et la richesse des informations détenues par chacun
des partenaires.
Coordonné et publié par la direction régionale de l’Insee, ce bilan de l’année 2006 a été réalisé
avec la participation de :
· la Banque de France,
· la Caisse d’allocations familiales de la Haute-Vienne,
· la direction interrégionale des Douanes et des Droits indirects de Poitiers,
· la direction régionale des Affaires sanitaires et sociales,
· la direction de l’Agriculture et de la Forêt,
· la direction régionale de l’Équipement,
· la direction du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle,
· le rectorat de l’Académie de Limoges.
Qu’ils soient ici tous remerciés de leur contribution.
Le directeur régional de l’Insee,
Michel Deroin-ThéveninEnvironnement
économique national
La croissance modérée se prolonge
En 2006, la France est restée installée dans une phase de croissance modérée (+2,1 %).
Essentiellement soutenue par la consommation des ménages, cette performance est infé-
rieure à celle de la zone euro ; elle révèle les difficultés des industriels à tirer parti d’une
demande mondiale toujours élevée. La bonne tenue de l’activité a cependant été suffi-
sante pour conforter la reprise de l’emploi, portée par les services marchands.
Depuis trois ans, la France Emploi : accélération des créations
connaît une phase de croissance mo-
Variation Variation Niveau fin 2006
en 2005 en 2006 (en milliers)dérée, à l’écart des cycles conjonctu-
rels classiques. Après une progres- Emploi total + 160 000 + 252 000 25 123
sion réduite à 1,2 % en 2005, le PIB
Emploi salarié marchand + 89 000 + 160 000 15 691
a crû de 2,1 % en 2006, soit autant - Industrie - 86 000 - 66 000 3 716
- Construction + 47 000 + 55 000 1 406
qu’en 2004. Surtout, la France s’est - Tertiaire + 128 000 + 171 000 10 569
retrouvée distancée par ses princi-
Évolution de l'emploi - données cvs
Source : Inseepaux partenaires. La performance
de la zone euro, tirée par la reprise d’un brusque « trou d’air » à l’été. Fortes fluctuations
allemande, a surpris par sa vigueur Cette baisse accidentelle, partiel-trimestrielles
(+2,8 %). Nos partenaires européens lement corrigée en fin d’année, ne
ont davantage profité de la demande peut être interprétée comme un re-Loin de présenter un profil lisse
internationale, l’Allemagne repre- tout au long de l’année, l’activité tournement ; elle traduit davantage
nant sa place de premier exportateur a connu un pic remarquable au les comportements de stockage et de
mondial. deuxième trimestre (+1,1 %), suivi déstockage des industriels. Ceux-ci
ont éprouvé des difficultés à appré-
Croissance du PIB : "trou d'air" au troisième trimestre cier leurs perspectives de production
+1,2 et à ajuster leurs stocks en consé-
quence.+1,0
2004 2005 2006
+0,8
Les ménages consomment
+0,6 sans modération
+0,4
Le cours du pétrole atteignait
+0,2 en 2006 le même niveau réel que
lors du second choc pétrolier. Une
+0,0
dépendance énergétique moindre, T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
-0,2 conjuguée à la baisse des prix des
Glissement trimestriel du PIB en euros constants aux prix de 2000 (%) - données cvs produits importés a pourtant permis
Source : Insee
Insee Limousin L’année économique et sociale 20064de contenir l’inflation à seulement Échanges extérieurs : moins défavorables
1,6 %. Dans ce contexte, le pouvoir +0,8
d’achat s’est amélioré et la consom- +0,6
2004 2005 2006mation des ménages a connu sa plus
+0,4
forte hausse depuis six ans (+2,7 %).
+0,2À peine ralentie en fin d’année, elle
+0,0reste toujours le déterminant le plus
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4robuste de l’activité.
-0,2
-0,4
Un commerce extérieur
-0,6
moins pénalisant
-0,8
Fin 2006, les exportations se -1,0
relèvent tout juste de deux années Contribution du commerce extérieur à la croissance du PIB (%) - données cvs
Source : Insee
difficiles. Elles ont commencé à ré-
pondre à une demande plus impor- Consommation des ménages : l'unique locomotive de l'activité
+3,0tante de nos voisins immédiats. Les
2004 2005 2006pertes de part de marché, importan-
+2,5
tes en 2005, ont été plus contenues
+2,0en 2006. Dans le même temps, les
importations ont encore progressé, +1,5
notamment celles de produits ma-
+1,0
nufacturés. Au final, les échanges
+0,5extérieurs ont coûté à la France 0,4
point de croissance en 2006, soit +0,0
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4deux fois moins tout de même que
-0,5
l’année précédente.
Dépenses de consommation des ménages
Investissement (FBCF*) des SNFEI**
* formation brute de capital fixe
** sociétés non financières et entrepreneurs individuelsUne croissance plus riche
Glissement trimestriel en euros constants aux prix de 2000 (%) - données cvs
Source : Inseeen emplois
La bonne nouvelle de l’année (+1,6 %), est la locomotive de ces L’effet net des contrats aidés a
2006 est incontestablement l’ac- créations. Les destructions d’em- été relativement modeste, les sorties
célération des créations d’emplois. ploi dans l’industrie connues depuis des anciens dispositifs restant encore
Alliée à une certaine modération de 2002 se poursuivent, à un rythme nombreuses par rapport aux entrées
la productivité, la croissance s’est heureusement réduit (-1,7 %) par dans les nouveaux contrats.
enfin traduite en une dynamique de rapport à 2005. La construction,
l’emploi. Avec 252 000 postes créés, en revanche, enregistre une nou-
contre 160 000 l’année précédente, velle forte hausse de son effectif
2006 est le meilleur millésime pour (+4,1 %). Enfin, le secteur non mar-
l’emploi en France depuis cinq ans. chand, avec un emploi salarié en
Yann Leurs,Le secteur tertiaire marchand, hausse de 1,2 %, a participé au bon
Direction régionale de l’Inseeavec 170 000 nouveaux emplois résultat d’ensemble.
La croissance modérée devrait se poursuivre
Au premier semestre de 2007, le PIB resterait sur une pente douce (+0,5 à
0,6 % par trimestre), limitée cette fois par le ralentissement mondial. En
effet, la chute du marché immobilier américain, la hausse de la TVA en
Allemagne, ainsi que des politiques budgétaires plus restrictives pourraient
amoindrir les performances de nos partenaires, et contrarier l’accélération de
nos exportations.
Cette croissance, modérée mais robuste, soutiendrait la dynamique actuelle de
l’emploi au moins jusqu’en milieu d’année.
L’année économique et sociale 2006 Insee Limousin 5Conjoncture dans l’industrie
Année plutôt favorable, sauf pour l’emploi
Si la reprise de l’économie française s’est consolidée en 2006, la production industrielle
nationale n’a connu qu’une accélération modeste. Dans ce contexte, les résultats plutôt
favorables de l’industrie limousine rassurent après une période incertaine, marquée par
une panne des investissements. L’optimisme ne s’est pourtant pas traduit dans les chiffres
de l’emploi, encore orientés à la baisse.
Après un exercice 2005 contras- Les exportations restent tou- Agroalimentaire :
té, sans reprise de l’investissement, jours modestes dans les comp- stabilité reconduite
les industriels limousins affichaient tes des entreprises limousines,
une grande prudence dans leurs mais ont augmenté de façon nette L’agroalimentaire est le secteur
prévisions. En 2006, l’activité s’est (+10,4 %). Au delà des bons résul- qui profite le plus difficilement de
finalement révélée soutenue et a tats des entreprises exportatrices, la reprise de l’industrie régionale.
permis à l’industrie régionale de cette poussée est le signe que de plus La progression du chiffre d’affaires
rebondir après une longue période en plus d’entrepreneurs régionaux reste limitée, dans un contexte de
d’attentisme. Révélateurs de cette expérimentent la vente à l’étranger. consommation finale moyennement
bonne marche générale, les chiffres Certes moins forte qu’en 2005, dynamique et de montée en puis-
d’affaires régionaux auront enregis- la contraction de l’emploi industriel sance d’importations, dans la viande
tré leur meilleure progression de ces (-1,2 % dans les entreprises inter- bovine notamment. Les effectifs
cinq dernières années (+5,6 %). À rogées) vient cependant ternir les connaissent à nouveau une nette dé-
l’inverse de 2005, la hausse a profité bons résultats comptables. D’autant gradation, le plus souvent par non-
aux quatre grands secteurs. Les trois que les perspectives des entrepre- remplacement des départs naturels.
quarts des entrepreneurs interrogés neurs n’indiquent pas d’embauches L’investissement connaît une hausse
anticipent un maintien ou une aug- à court terme : les effectifs devraient mais les sommes avancées restent,
mentation de la rentabilité. seulement se stabiliser, avec peine. dans l’absolu, encore limitées. L’ac-
célération est attendue pour 2007.
L’investissement a enfin
Agroalimentaire : dans l'attente d'une accélérationrepris, pas l’emploi
La reprise de l’investissement Chiffres d'affaires
(+17 % sur l’année) était attendue
depuis trois ans en Limousin. En Exportations
effet, en 2005, les industriels régio-
naux avaient encore resserré leurs Effectifs
budgets d’investissements, contraire-
ment à leurs homologues nationaux. Investissements
L’élan retrouvé en 2006 concerne les
-5 0 5 10 15 20 25quatre grands secteurs et devrait se
Tendances 2006 dans l'industrie agroalimentaire : variation en % par rapport à 2005
poursuivre en 2007. Source : Banque de France
Insee Limousin L’année économique et sociale 20066Biens intermédiaires : effectifs stabilisés important. Après la forte réduc-
tion des budgets constatée l’année
Chiffres d'affaires passée, des investissements ont eu
lieu ; en revanche, les suppressions
de postes se poursuivent à un ryth-Exportations
me élevé.
Effectifs
Industrie automobile :
Investissements repli du marché intérieur
0 5 10 15 20 Au niveau national, l’industrie
Tendances 2006 dans l'industrie des biens intermédiaires : variation en % par rapport à 2005
française s’est retrouvée pénalisée
Source : Banque de France
par les résultats de l’automobile. Ce
Biens d'équipement et automobile : l'emploi ne suit pas secteur, il est vrai, est peu représenté
dans notre région. En Limousin,
Chiffres d'affaires les équipementiers automobiles ont
toutefois souffert du repli du mar-
Exportations ché intérieur.
Effectifs
Biens de consommation :
un mieux après une année
Investissements
difficile
-5 0 5 10 15 20 25
Tendances 2006 dans l'industrie des biens d'équipement et l'industrie automobile :
Les difficultés qui affectent les variation en % par rapport à 2005
Source : Banque de France
industries de biens de consomma-
tion depuis une période déjà longue Biens de consommation : difficultés atténuées ?
se sont atténuées en 2006. L’activité
Chiffres d'affaires dans l’industrie du meuble a pro-
gressé mais reste cependant confron-
Exportations tée à une demande fluctuante. Les
industries de l’équipement de la
Effectifs personne, souvent grâce à un posi-
tionnement commercial limitant les
Investissements
pressions concurrentielles, arrivent
-4 -2 0246 8 10 12 à reproduire leurs volumes de fac-
Tendances 2006 dans l'industrie des biens de consommation : variation en % par rapport à 2005 turation. La filière graphique pré-
Source : Banque de France
serve les siens mais n’enregistre pas
tions s’améliorer également. Après de progrès, pour la deuxième année Biens intermédiaires :
une année 2005 difficile, l’industrie consécutive. D’une façon générale, accélération
porcelainière a vu son chiffre d’affai- les fabricants de biens de consom-
res augmenter légèrement. mation témoignent d’une plus gran-Un salarié de l’industrie limousi-
ne sur deux travaille dans le secteur de confiance qu’au début de 2006.
des biens intermédiaires. Ce secteur Biens d’équipement :
est d’ailleurs le seul qui soit parvenu
progression soutenue
à stabiliser ses effectifs salariés. Sous
l’effet d’une demande régulière et En Limousin comme en France,
soutenue du bâtiment, les fabricants l’industrie des biens d’équipement a
de matériaux de construction et la été un des moteurs de la production
filière bois ont connu une forte pro- industrielle en 2006. Les fabricants
gression, moins marquée dans les régionaux ont enregistré de bons Yann Leurs,
composants électriques. L’industrie résultats, la hausse du prix des ma- Direction régionale de l’Insee
métallurgique, qui a répercuté les tières premières n’expliquant pas
d’après le rapport de la Banque
prix de ventes toujours en hausse des à elle seule cette progression. L’ex-
de France
matières premières, a vu ses réalisa- portation a constitué un support
L’année économique et sociale 2006 Insee Limousin 7Commerce extérieur
Légère contraction des échanges
En 2006, le commerce extérieur limousin n’a pas suivi la tendance nationale. Le volume
global des échanges s’est légèrement contracté, sous l’effet d’un infléchissement du rythme
de progression des exportations et d’une baisse marquée des importations. La prédomi-
nance de l’Union Européenne s’est encore renforcée, au détriment des zones à forte crois-
sance.
En 2006, avec une progression soit près de 2 % de moins qu’en modestes dans l’absolu : les échan-
de près de 9 %, les échanges exté- 2005. La progression des exporta- ges extérieurs du Limousin ne re-
rieurs de la France ont tiré parti du tions régionales s’est poursuivie et présentent qu’une faible part de
regain de croissance de l’économie atteint avec 1 569 millions d’euros l’ensemble national, soit 0,4 % des
mondiale. Cette hausse a concerné son meilleur résultat. Toutefois, son exportations françaises et 0,3 % des
avec une ampleur comparable tant évolution (+1 % par rapport à 2005) importations.
les exportations que les importa- s’est nettement infléchie et se situe
tions, même si le différentiel d’évo- très en deçà du rythme national Des spécificités structurelles
lution, à l’avantage de ces dernières, (+8,4 %). Les importations, après
s’est traduit par un léger creusement avoir atteint leur plus haut niveau Plusieurs facteurs structurels
du déficit commercial. en 2005, marquent une inversion de conditionnent ce constat. En pre-
tendance (-4,8 %) à 1 440 millions mier lieu, le Limousin présente un
déficit de PME de taille intermé-d’euros. À rebours
diaire plus marqué que dans d’autres En conséquence, après trois an-de la tendance nationale
nées consécutives de forte réduc- régions. La prospection de marchés
Pour la première fois depuis dix tion de l’excédent commercial, le extérieurs, en dépit des efforts menés
ans, le commerce extérieur du Li- solde s’améliore pour atteindre 129 par l’État et les instances régionales,
mousin n’a pas suivi cette tendance. s’avère nécessairement plus difficile à millions d’euros, soit trois fois plus
Le volume global des échanges a qu’en 2005. Tou-
Matériel électrique et produits de l'élevagemême connu une légère érosion : à tefois, ces valeurs
en première ligne des exports
peine plus de trois milliards d’euros, demeurent bien
Matériel électrique
Les importations fléchissent pour la première fois en dix ans Produits de la culture et de l'élevage
1750
Équipements pour automobiles
1500 Produits céramiques et matériaux de construction
1250 Pâte à papier, papiers et cartons
Produits de la sidérurgie et de la première
1000 transformation de l'acier
Exportations
Articles d'habillement et fourrures750 Importations
Solde
Produits de la chimie organique
500
Métaux non ferreux
250
Produits de la construction automobile
0
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 -400 -300 -200 -100 0 100 200 300
Montants du commerce extérieur en Limousin depuis dix ans (millions d'euros) Solde commercial par produit en Limousin en 2006, en milliers d'euros
Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers
Insee Limousin L’année économique et sociale 20068mettre en œuvre pour ces petites Pays partenaires : peu d'échanges intercontinentaux
structures. Plus encore que pour Montant Évolution Montant Évolution
des échanges des échanges des échanges des échangesla France entière, les échanges ex-
Pays en millions Part de 2005 Pays en millions Part de 2005
térieurs se cantonnent à l’Union clients d'euros en % d'euros à 2006 (%)à 2006 (%) fournisseurs en %
Européenne, zone de croissance Italie 312,9 19,9 512,8 -2,6+4,8 Allemagne 35,6
Allemagne 219,8 14,0 +1,5 États-unis 147,9 10,3 -40,0modérée, qui n’offre pas le même
Espagne 197,5 12,6 106,9 +44,3-7,4 Chili 7,4
potentiel que les pays émergeants Royaume-Uni 126,2 8,0 +6,6 Espagne 104,8 7,3 +10,6
Belgique 79,7 5,1 100,2 -22,2+3,7 Italie 7,0d’Asie ou d’Amérique Latine. Par
Grèce 79,1 5,0 +5,2 Belgique 54,4 3,8 -4,8
États-unis 63,9 4,1 +0,2 53,9 -3,5ailleurs, l’essentiel du commerce Pays-Bas 3,7
Portugal 51,8 3,3 +1,8 Suède 51,5 3,6 +23,9
extérieur se concentre sur quel- Pologne 45,8 2,9 +69,0 33,9 +77,4Irlande 2,4
Pays-Bas 35,5 2,3 +9,6 Royaume-Uni 22,5 1,6 +38,2ques gros opérateurs et concerne
Hongrie 31,9 2,0 +23,2 Chine 29,6 2,1 -8,8
dans une large mesure des flux Russie 26,6 1,7 +102,3 Pologne 17,8 1,2 -5,3
Autres pays 298,2 19,0 +4,8 Autres pays 193,2 13,4 -0,1intra-groupes.
Total 1 568,9 100,0 +1,0 Total 1 440,5 100,0 -4,8
Pays clients, pays fournisseurs en 2006 et évolution des échanges
Hausse des produits Source : Direction régionale des Douanes et Droits indirects de Poitiers
agricoles à l’export
postes emblématiques subissent un de nouveaux marchés expliquent
Au palmarès des produits ex- recul sévère de leurs approvisionne- la remontée de la Pologne et de la
portés, le trio de tête consolide ses ments : les produits pharmaceuti- Hongrie dans le classement. Grâce
positions sur des marchés acquis ques (-42 %) en deuxième position, à la reprise des ventes de produits
depuis longtemps : Italie, Allema- et le matériel électrique (-60 %) dé- pharmaceutiques et de produits de
gne et Espagne. Les ventes de maté- gringole de la troisième à la septième la culture et de l’élevage, la Russie
riel électrique, en hausse de 2,4 %, place. réapparaît dans le palmarès en dou-
confortent leur première place. Les À l’inverse, d’autres postes sont zième position.
produits de la culture et de l’élevage orientés à la hausse. Les métaux non Les importations en provenance
(+18 %) se hissent du quatrième au ferreux (+ 44 %) qui proviennent des pays européens se maintiennent,
deuxième rang. Viennent ensuite majoritairement du Chili se hissent tandis qu’elles se dégradent (-19 %)
les équipements pour automobiles, en troisième position. Il en va de avec le reste du monde. L’Allema-
dont l’Allemagne est le principal même pour les produits de la chimie gne, qui connaît un léger tassement,
destinataire, qui voient leur pro- organique (+32 %), la pâte à papier, conserve toutefois aisément son pre-
gression se poursuivre (+15 %). Les les papiers et cartons (+27 %) et les mier rang de pays fournisseur avec
livraisons de produits pharmaceuti- composants électroniques (+25 %) plus du tiers des importations régio-
ques accentuent leur repli (-21 %) qui gagnent une place au classement nales. Les États-Unis, en baisse de
amorcé l’année précédente. et pointent respectivement aux qua- 40 % préservent leur deuxième po-
À l’exception des produits céra- trième, cinquième et sixième rang. sition et représentent un peu plus du
dixième des achats. Vient ensuite le miques et de construction (-7 %),
les autres secteurs relevant des biens Chili qui bondit à la troisième place, Suprématie accrue de
intermédiaires restent orientés à grâce au renchérissement du cui-
l’Union Européenne
la hausse : pâte à papier, papiers et vre. Il devance l’Espagne et l’Italie,
cartons (+11 %) , viandes, peaux et en baisse. Derrière les Pays-Bas, la La part déjà largement prépon-
produits à base de viande (+5 %) ou Suède parvient au huitième rang en dérante des échanges du Limou-
encore produits du travail du bois raison d’un nouveau marché de pro-sin avec ses partenaires européens
(+15 %). duits de la chimie organique. Vien-se renforce encore : deux points
nent ensuite l’Irlande pour la chimie de hausse, tant à l’exportation
organique et le Royaume-Uni pour (80 %) qu’à l’importation (72 %).Sévère chute des produits
la pâte à papier. La Chine recule au L’Italie et l’Allemagne demeu-pharmaceutiques et du
onzième rang avec des fournitures rent les deux premiers pays clients matériel électrique
de matériel électrique en baisse.de la région avec respectivement
à l’import
20 % et 14 % du total des expor-
Après trois années de vive crois- tations. Viennent ensuite l’Espagne,
sance, les importations limousines le Royaume-Uni, la Belgique et la Claude Mallemanche,
se contractent de près de 5 %. Les Grèce. Premier client hors Union Direction régionale de l’Insee,
produits de la construction auto- Européenne, les États-Unis conser- d’après le rapport de la direction
mobile (-3 %) viennent toujours vent leur septième rang. Les ventes régionale des Douanes et Droits
en tête des achats régionaux. Deux de matériel électrique à destination indirects de Poitiers
L’année économique et sociale 2006 Insee Limousin 9Créations d’entreprises
Des créations d’entreprises toujours à la hausse
Le Limousin a enregistré 2 400 créations d’entreprises en 2006, soit 0,9 % de l’ensemble
des créations dénombrées en France. Bien qu’en augmentation, le taux de création ré-
gional reste faible au regard des autres régions : le Limousin se situe en avant-dernière
position. Toutefois, la région se distingue par une augmentation annuelle qui reste forte.
Le nombre de reprises d’entreprises, quant à lui, reste orienté à la baisse.
Les créations d’entreprises ont création, notamment en faisant en- Dynamisme dans la
connu une hausse sensible en 2006 trer dans le champ de la formation construction et les services
(+7,8 % par rapport à 2005, contre professionnelle la plupart des actions aux entreprises
+5,7 % en France), même si celle- situées en amont de la création (ac-
ci reste loin du record de 2004 compagnement, informations, con- Avec des taux de création de
(+12,3 %), année de la loi sur l’ini- seils…). l’ordre de 12 %, les secteurs de la
tiative économique. La loi en faveur La création d’entreprise reste peu construction et des services aux en-
treprises sont les plus dynamiques des petites et moyennes entreprises, pourvoyeuse d’emplois salariés. En
dans la région. La construction est entrée en vigueur en août 2005, a eu effet, 88 % des entreprises créées en
des répercussions moins fortes. Cet- 2006 en Limousin n’avaient pas de le secteur qui crée le plus d’entrepri-
te loi a pour objectif de favoriser la salarié. Les autres ont tout de même ses. Son poids ne cesse de progresser
permis de créer 650 depuis 2002 et pour la première fois
Hausse du nombre de créations moins marquée en 2006, elle devance le commerce. emplois salariés en
dans le sud-est
2006. C’est aussi le secteur qui a connu la
Une nouvelle définition des créations d’entreprises
Depuis le premier janvier 2007, la création d’entreprise a
été redéfinie et se rapproche du concept européen afin de per-
mettre les comparaisons internationales. Ainsi, la nouvelle
définition élargit-elle le champ de la création à l’ensemble
des activités marchandes hors agriculture. D’autre part, elle
élimine une grande partie des reprises, qui seront dorénavant
comptabilisées à part.
Une création d’entreprise correspond à la mise en œuvre de
nouveaux moyens de production. Elle peut se faire de deux
manières différentes :
- soit en mettant en œuvre de nouveaux moyens de produc-
tion,
Évolution en %
- soit par reprise dite sans continuité entre la situation duentre 2005 et 2006 :
cédant et celle du repreneur ; c’est le cas lorsqu’un repreneur
10 - 13
8 - 11 change d’activité et de localisation par rapport au cédant par
5 - 8 exemple.2 - 5
Source : Insee - Sirene
Insee Limousin L’année économique et sociale 200610

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.