L'année économique et sociale 2007 - Synthèse nationale

De
Publié par

Malgré un contexte international peu favorable, le taux de croissance s’est maintenu à 2,2 % en France en 2007. L’économie a bénéficié du dynamisme des investissements des entreprises et d’une consommation des ménages soutenue par l’amélioration du marché du travail. Près de 360 000 emplois ont été créés, essentiellement dans le secteur tertiaire et de la construction. Fin 2007, le taux de chômage s’établit à 7,5 %, en recul d’un point par rapport à la fin de 2006.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

6
Synthèse nationale
France : une croissance de 2,2 % en 2007
’année 2007 a été marquée sur peu plus faible qu’en 2006. Les importa-Hausse du pouvoir d’achat
le plan international par la crise tions de biens d’équipement ont ralenti,
et du taux d’épargne des ménagesL financière aux Etats-Unis et la mais les importations d’automobiles, de
Le pouvoir d’achat des ménages ahausse des cours du pétrole. L’éco- biens intermédiaires et celles de la filière
progressé de 3,3 % en 2007. Ce résultatnomie française a toutefois assez bien ré- agricole se sont accélérées.
s’explique par la progression de la massesisté à ces chocs : le produit intérieur brut
salariale liée à la croissance de l’emploi Reprise de l’emploi(PIB) a progressé de 2,2 %, comme en
salarié et par un très fort ralentissement2006. La croissance a bénéficié du dyna- et décrue du chômage
des prélèvements fiscaux sur le revenu etmisme de l’investissement des entrepri-
L’amélioration sur le marché de l’em-
le patrimoine. La hausse de la consom-ses et d’une consommation des ménages
ploi se poursuit. Elle s’est traduite par la
mation étant plus faible que celle dusoutenue par l’amélioration du marché
création de 360 000 emplois en 2007
pouvoir d’achat, le taux d’épargne desdu travail. En revanche, les résultats, plu-
dont l’essentiel dans les secteurs des servi-
ménages a augmenté : il est passé detôt médiocres, du commerce extérieur
ces aux entreprises, des services aux parti-15,1 % en 2006 à 15,8 % en 2007.ont de nouveau pesé sur la croissance.
culiers et de la construction. La perte
L’inflation, mesurée par l’indice des d’emplois dans l’industrie a été moinsLa stabilité de la croissance masque
prix à la consommation, s’est établie à forte en 2007 que les années précédentes.des disparités sectorielles. La hausse
2 % en 2007 (2,2 % en 2006). Elle a étéde la production manufacturière s’est Le taux de chômage au sens du BIT
très forte en fin d’année : les prix du pé-accélérée (+ 2,5 % après 1,5 %) diminue depuis 2006 : il s’établit fin 2007 à
trole et des matières premières alimentai-grâce, notamment, aux biens intermé- 7,5 % de la population active contre 8,4 %
res se sont envolés, mais n’ont eu qu’undiaires et à la production automobile. un an auparavant en métropole (voir
impact limité sur la moyenne de l’année.L’activité dans le secteur de la construc- nouvelle définition au chapitre Marché du
tion a progressé plus faiblement qu’en travail). Cette baisse du chômage s’ex-
Poursuite des investissements2006, mais est restée soutenue (+ 4,2 % plique par l’accélération des créations
après + 5,3 %). La production de servi- des entreprises d’emploi dans un contexte de hausse de la
ces a ralenti (+ 2,8 % après + 3,3 %), population active.
L’effort d’investissement des entrepri-notamment dans les activités financiè-
ses non financières s’est intensifié en D’après la note de conjoncture de l’Inseeres et dans les services aux entreprises.
2007, malgré le durcissement des de mars 2008
conditions d’octroi des crédits, observé et les comptes nationaux en 2007
Une consommation des ménages
en fin d’année. Les investissements ont
toujours dynamique ■■■■ Christèle RANNOU-HEIMaugmenté de 7,4 % et ont été particuliè-
Insee, Service études et diffusionrement importants dans la construction,
En 2007, la consommation des
qui bénéficie d’une conjoncture très fa-
ménages a augmenté de 2,5 % en vo- Définitionvorable, et dans le secteur manufacturier.
lume, soit 0,2 point de plus qu’en 2006.
Produit intérieur brut (PIB) : agrégat repré-Les produits manufacturés ont bénéficié
Dégradation du solde commercial sentant le résultat final de l’activité de pro-d’un marché dynamique (+ 4,4 %), grâce
duction des unités productrices résidentes.
notamment à une demande toujours très Le déficit du commerce extérieur s’est
forte de produits liés aux technologies de encore dégradé en 2007 et avoisine dé- Pour en savoir plus
l’information et de la communication et sormais 36 milliards d’euros. La crois-
Consalès G. : « En 2007, la consommationd’une reprise des achats de voitures. Les sance des exportations françaises a été
des ménages demeure solide », Insee
dépenses de produits alimentaires ont fortement ralentie en 2007 (+ 3,1 %
première, n° 1192, mai 2008.
continué de progresser (+ 1,3 %), tandis après 5,4 %), surtout pour les produits de
Arnaud F., Houriez G., Mahieu R. : « Lesque celles des dépenses énergétiques ont la filière agricole, de l’énergie et les biens
comptes de la Nation en 2007 - La progres-diminué en raison de la douceur du cli- d’équipement. L’appréciation de l’euro
sion de l’activité se maintient », Inseemat (- 1,3 %). Les dépenses de consom- par rapport au dollar a pénalisé les ex-
première, n° 1189, mai 2008.mation des ménages en services ont portations françaises en dehors de la
« Note de conjoncture de l’Insee de marslégèrement décéléré (+ 2,7 % après zone euro, mais nos partenaires euro-
2008 ».3,1 %) du fait d’une moindre consom- péens ont été aussi moins demandeurs.
www.insee.fr/fr/indicateur/analys_conj/mation de services financiers et de télé- Le volume des importations a encore
conj_article.htmcommunication. progressé de 5,5 %, mais à un rythme un
Insee Ile-de-France 2008 Regards sur... l’année économique et sociale 2007France : une croissance de 2,2 % en 2007 7
Le PIB et les opérations sur biens et services Contributions à la croissance du PIB (en volume)
%
2005 2006 2007 3,0
Evolution en volume
aux prix de l'année 2,5
précédente (en %)
Produit intérieur brut (PIB) 1,9 2,2 2,2 2,0
Importations 6,0 6,2 5,5
Total des emplois finals 2,7 3,0 2,9
1,5
Consommation effective des ménages, dont : 2,4 2,1 2,3
Dépenses de consommation des ménages 2,6 2,3 2,5
1,0
Dépenses de consommation individualisable 1,6 1,5 1,7
des administrations
Consommation collective des administrations publiques 0,5 1,0 0,7 0,5
Formation brute de capital fixe (FBCF)*, dont : 4,4 4,7 4,9
Entreprises non financières 3,7 4,9 7,4
0,0
Ménages 5,9 7,1 3,0
Administrations publiques 6,9 -2,3 1,8
-0,5
Variations de stocks (contribution à la croissance) 0,0 -0,1 0,2
Exportations 3,2 5,4 3,1
-1,0
*FBCF : est constituée par les acquisitions moins les cessions d'actifs fixes réalisés par les
2003 2004 2005 2006 2007
producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de
processus de production.
Produit intérieur brut (PIB) Consommation
Source : Insee, comptes nationaux - base 2000
Investissement Solde du commerce extérieur
Variationsdestocks
Source : Insee, comptes nationaux - base 2000
Evolutions de la consommation, des prix, du pouvoir d'achat et du taux d'épargne (en %)
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Dépenses de consommation (en volume) 2,5 2,2 2,2 2,6 2,6 2,3 2,5
Prix de la dépense de consommation (inflation) 1,7 1,1 1,8 1,8 1,8 2,2 2,0
Pouvoir d'achat du revenu disponible brut 3,4 3,6 0,8 2,6 1,6 2,6 3,3
Taux d'épargne (en % du revenu disponible brut) 15,8 16,9 15,8 15,8 14,9 15,1 15,8
Taux d'épargne financière (en % du revenu disponible brut) 6,9 8,0 6,6 6,2 5,0 4,6 5,2
Source : Insee, comptes nationaux - base 2000
Evolution de l'emploi en France
glissements annuels, taux d'évolution en %, CVS
Créations Evolution de
d'emploi sur la l'emploi sur la
période période (en %)
(en milliers)
Croissance du PIB dans les principaux pays industrialisés
2006 2007 2006 2007moyennes annuelles en %
Salariés des secteurs marchands, dont : 188 294 1,2 1,92005 2006 2007
Industrie -61 -41 -1,6 -1,1
Etats-Unis 3,2 2,9 2,2 Construction 59 59 4,4 4,2
Japon 1,9 2,4 2,0 Tertiaire, essentiellement marchand 189 276 1,8 2,6
Royaume-Uni 1,9 2,9 3,1 Salariés agricoles -5 -8 -1,5 -2,4
Zone euro 1,7 2,8 2,6 Salariés du tertiaire non marchand, dont : 81 60 1,2 0,9
Allemagne 1,0 3,1 2,6 Emplois aidés 20 -39
France 1,9 2,2 2,2 Non salariés 21 15 0,9 0,7
Italie 0,2 1,9 1,7 Emploi total 283 361 1,1 1,4
Source : Insee, mai 2008 Source : Insee, estimations d'emploi
Insee Ile-de-France 2008 Regards sur... l’année économique et sociale 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.