L'artisanat en Haute-Normandie

De
Publié par

Ce document élaboré par l'INSEE en partenariat avec les Chambres de métiers régionale et départementale met en évidence les points forts mais ne cache rien des diificultés que peuvent éprouver les artisans à s'adapter à un monde en perpétuelle évolution (certains métiers en décroissance rapide, vieillissement relatif...). Il permet donc, en contrepoint, de mettre en lumière les nécessaires adaptations auxquelles devront répondre les artisans et leurs représentants afin que ce mode d'activité et ses valeurs s'inscrivent vigoureusement dans le XXIe siècle.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 50
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

L’artisanat en Haute-Normandie
AVANT-PROPOS
C’est avec un grand plaisir que nous mettons entre vos
mains ce document qui a vocation à dresser un état des
lieux de la situation de l’artisanat dans notre région.
Ce document, élaboré par l’INSEE en partenariat avec les
Chambres de Métiers régionale et départementales met en
évidence les points forts mais ne cache rien des difficultés
que peuvent éprouver les artisans à s’adapter à un monde
en perpétuelle évolution (certains métiers en décroissance
rapide, vieillissement relatif…). Il permet donc, en contre-
point, de mettre en lumière les nécessaires adaptations
auxquelles devront répondre les artisans et leurs représen-
tants afin que ce mode d’activité et ses valeurs s’inscrivent
vigoureusement dans le XXIe siècle.
Démonstration par les chiffres : ceux-ci montrent notam-
ment que les activités de fabrication diminuent fortement.
Mais les mêmes indicateurs pointent une diversification
progressive, notamment du fait de l’appropriation des in-
novations technologiques qui montre la bonne adaptabili-
té des entreprises artisanales.
Au total, entre 1997 et 2002, les entreprises artisanales ont
créé 11 400 emplois supplémentaires, soit près d’un sur
cinq dans la région ; cela correspond à une progression de
leurs effectifs de 4% par an, deux fois supérieure à celle de
l’ensemble des entreprises haut-normandes.
Sommaire
Le constat sur la place -importante- de la «petite entre-
prise» en Haute-Normandie se dessine au travers des don- Avant-propos . . . . . . . . . . . . . 3
nées mises en perspective dans ce document. Sur cette
Méthodologie 4
base, les structures de représentation et, en premier lieu,
L’artisanat dans l’économie régionale 5les Chambres de Métiers, pourront mieux identifier les at-
tentes, les enjeux et les nécessaires mutations de ces Activités artisanales
professions. et spécificités sectorielles. . . . . . . 6
Caractéristiques
C’est l’objet de cet Observatoire. des entreprises artisanales . . . . . . 8
Répartition géographique 12
Francis HAAS Évolution 1997-2003 . . . . . . . . . 13
Président de la Chambre régionale de Métiers
L’artisanat dans l’Eure . . . . . . . . 14de Haute-Normandie
L’artisanat en Seine-Maritime . . . . 15
Jacques JACOB
Directeur régional de l’INSEE Haute-Normandie
3L’artisanat en Haute-Normandie
MÉTHODOLOGIE
Les données relatives aux stocks et à la démographie des pour chacun de ses établissements (à l’exclusion des sala-
entreprises artisanales sont issues de l’exploitation du ré- riés agricoles, des personnels des services domestiques
pertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat (anciennement et des agents de la fonction publique d’Etat). Pour chaque
«RIM», répertoire informatique des métiers). Cette exploi- salarié de l’entreprise, il contient notamment des caracté-
tation est réalisée par l’INSEE à la demande de la Direction ristiques d’état civil, la catégorie socioprofessionnelle, les
de l’Artisanat, Secrétariat d’Etat aux petites et moyennes périodes d’emploi et les rémunérations perçues. Les salai-
entreprises, au commerce et à l’artisanat. Les unités sta- res nets comprennent les primes et indemnités diverses
tistiques étudiées sont les entreprises et les chefs des éta- nettes de toutes cotisations sociales, y compris CSG (con-
blissements du secteur des métiers (immatriculés au tribution sociale généralisée) et CRDS (contribution au
répertoire des métiers), défini par la dimension et la nature remboursement de la dette sociale). Les salaires médians
de l’entreprise (décret du 10 juin 1983). L’exploitation des et moyens ont été calculés en excluant les apprentis et
déclarations des artisans est exhaustive. A partir de 1999, stagiaires.
le RIM est appelé RSA (exploitation du fichier SIRENE sur Les indicateurs financiers, rapportés à l’effectif salarié et les
le champ de l’artisanat). ratios de gestion 2000 concernent les entreprises de moins
Pour être inscrite au Répertoire des Métiers, une entre- de 20 salariés relevant du champ de l’artisanat. Ils sont tirés
prise doit exercer, à titre principal ou secondaire, une activi- de l’exploitation du fichier Ficus (système unifié de statisti-
té de production, de transformation, de réparation ou de ques d’entreprises). Ce fichier regroupe l’ensemble des en-
prestation de services, parmi celles retenues par l’arrêté treprises imposées aux bénéfices industriels et commer-
ministériel qui délimite le champ de l’artisanat. Au moment ciaux et aux bénéfices non commerciaux. Sont exclues, les
de son inscription au Répertoire des Métiers, l’entreprise entreprises agricoles et les entreprises ayant opté pour le ré-
ne doit pas employer plus de dix salariés. Un décret du 14 gime fiscal de la micro-entreprise (les entreprises individuel-
décembre 1995 permet aux entreprises qui franchissent le les qui réalisent un chiffre d’affaires hors taxes de moins de
seuil des dix salariés de maintenir leur immatriculation au 76 225€ lorsque leur activité principale est de vendre des
répertoire sous certaines conditions. marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou
Les données d’emploi salarié présentées dans cette étude à consommer sur place ou de fournir un logement et les au-
concernent les effectifs salariés des entreprises artisana- tres prestataires de services qui réalisent un chiffre d’affai-
les dont le siège social est localisé en Haute-Normandie. res hors taxes de moins de 26 679€). Ficus portant sur les
Ces effectifs comprennent les apprentis et stagiaires. entreprises, les données issues de ces enquêtes ne peu-
La source utilisée est le répertoire SIRENE. Les données vent être “localisées” géographiquement car certaines en-
sur le sexe et la qualification des salariés des entreprises treprises ont des implantations dans plusieurs régions. Sont
artisanales sont issues d’un appariement du RSA avec les donc fournies uniquement les informations sur les entrepri-
déclarations annuelles de données sociales (DADS). La ses dont le siège est situé en Haute-Normandie. Ce fichier
DADS est un formulaire commun aux services fiscaux et à dispose de variables comptables issues de bilans et de
certains organismes sociaux, rempli par tout employeur et comptes de résultat.
La notion simplifiée d’espace urbain
L’espace à dominante urbaine est constitué des aires
urbaines et de communes multipolarisées. L’aire urbaine
comprend elle-même un pôle urbain et une couronne
périurbaine.
Le pôle urbain est une agglomération qui compte 5000
emplois ou plus et qui n’appartient pas à la couronne d’un
autre pôle urbain. La région en compte 118.
La couronne périurbaine (542 communes) est composée
de communes dont au moins 40% des actifs résidents
travaillent hors de la commune mais dans l’aire urbaine.
Les communes périurbaines multipolarisées sont des
communes dont au moins 40% des actifs résidents
travaillent dans plusieurs aires urbaines sans atteindre ce
seuil avec l’une d’entre elles. La région regroupe 412
communes multipolarisées. Dans ce document, le terme
périurbain désigne les communes périurbaines et lesisées.
L’espace rural est composé par toutes les communes (348)
qui n’entrent pas dans ces définitions.
4L’artisanat en Haute-Normandie
etites entreprises individuelles ou petites sociétés, les artisans exercent leur activité dans tous les secteurs de
l’économie, dans les villes et leur couronne, mais aussi en milieu rural où ils jouent localement un rôle tout à faitPstructurant. À l’image des autres régions du nord de la France, la Haute-Normandie figure parmi celles où le tissu
artisanal est le moins dense. Plutôt orienté vers des activités productives secondaires telles que le bâtiment bien sûr
mais aussi la fabrication ou le travail des métaux, l’artisanat, qui tend à se diversifier, couvre aussi beaucoup d’activités
tertiaires de services à la population ou de commerce alimentaire. Dans toutes ces activités, les entreprises régionales
sont performantes, dynamiques et génératrices d’emplois. L’emploi qui s’y développe concerne principalement une
main-d’œuvre masculine, qu’il s’agisse des chefs d’entreprises ou de leurs salariés. On note par ailleurs une faiblesse in-
déniable dans le renouvellement du tissu productif et la création d’activités nouvelles. L’artisanat haut-normand, en effet,
ne compte pas assez de jeunes pousses, situation toutefois à relativiser puisqu’elle se rencontre, à des degrés divers,
sur l’ensemble du territoire. De plus, ce renouvellement se fait principalement par l’éclosion d’entreprises individuelles
peu capitalisées et donc sensibles aux aléas conjoncturels. Il en résulte logiquement un vieillissement du monde artisa-
nal supérieur à celui de la population active et qu’il semble difficile d’inverser même si les petites structures, souples par
essence, montrent depuis plusieurs années une forte aptitude à la sauvegarde et au développement de l’emploi.
L’ARTISANAT DANS L’ÉCONOMIE RÉGIONALE
Contribution de l’artisanatDynamique et diversifié Chiffres-clés
à la création de richesse en 2000
19 710 entreprises selon le secteur d’activité
dont 12 800 entrepreneurs
individuelsPrès d’une entreprise haut-nor- Construction
mande sur trois est inscrite au répertoire 59 927 salariés
des métiers. Un salarié sur dix travaille 12,9% de la richesse créée Commerce
par les entreprises dont le siègepour une entreprise artisanale, quatre
est situé en régionentrepreneurs individuels sur dix sont
Ensemble8% des investissementsdes artisans. L’artisanat est présent dans
tous les secteurs de l’économie régio-
Industrienale ; on le retrouve dans l’industrie, le Garagistes, boulangers-pâtissiers, bou-
bâtiment, le commerce et les services. chers-charcutiers, plombiers, peintres ou Province
Haute-Normandieélectriciens... ils contribuent ainsi à près Services
Densité d’entreprises artisanales de 13% de la richesse créée par les entre-
0 10 20 30 40 50dans les zones d’emploi prises dont le siège est situé dans la ré-
Source : INSEE - Ficus 2000 Unité : %au 1er janvier 2003
gion (1) et à 8% de l’investissement
des entreprises haut-nor-
densité artisanale derrière
mandes. A l’origine de
l’Ile-de-France, la Champagne-Ardenne
40% de la valeur ajoutée
et l’Alsace et devant la Lorraine, la Pi-
de la construction, leur
cardie et le Nord-Pas-de-Calais. Elle ne
contribution à l’activité in-
compte en effet que 111 artisans pour
dustrielle ou tertiaire n’est
10 000 habitants pour une moyenne na-
pas négligeable : 11,5% de la
tionale de 140. Il faut cependant noter
valeur ajoutée industrielle et
que, de ce point de vue, la région ne se
8,5% de la valeur ajoutée
démarque pas de ses voisines puisque
tertiaire.
toutes ces régions sont situées au nord
La Haute-Normandie est
d’un axe qui va de Mulhouse au Havre.
une région industrielle ; elle
La carte de France des densités artisana-
se situe au 16e rang des ré-
les ci-contre montre que celles-ci aug-
gions françaises
mentent progressivement lorsque que
pour le nombre
l’on descend vers le sud de la France.
d’entreprises ar-
tisanales et au (1) si l’on tient compte de l’ensemble des entrepri-
ses situées dans la région, ce ratio est de 4% par19e rang pour la
rapport au PIB régional.
5L’artisanat en Haute-Normandie
ACTIVITÉS ARTISANALES ET SPÉCIFICITÉS SECTORIELLES
Les principales activités de l’artisanatDes activités très
Haute-Normandie Provincediverses et spécifiques…
Nombre Nombre
d’entreprises En % d’entreprises En %
Soins à la personne 1 758 8,9 59 713 8,7Au 1er janvier 2003, la Haute-Nor-
Réparation automobile et motocycle 1 492 7,6 49 683 7,2
mandie compte plus de 19 700 entrepri- Autres travaux de maçonnerie 1 366 6,9 60 133 8,7
Viandes 1 365 6,9 39 127 5,7ses artisanales qui emploient plus de
Boulangerie-pâtisserie 1 255 6,4 40 524 5,959 900 salariés. La structure d’activité
Menuiserie 931 4,7 28 548 4,1
des entreprises artisanales haut-nor- Plomberie 902 4,6 32 490 4,7
Électricité 766 3,9 29 519 4,3mandes est un peu différente de celle
Services n.c.a. 749 3,8 24 565 3,6que l’on observe en province. Au ni-
Travaux de peinture 741 3,8 33 690 4,9
veau national, le bâtiment y occupe la Réparation n.c.a. 711 3,6 26 436 3,8
Travaux de couverture 647 3,3 10 136 1,5place la plus importante (quatre em-
Taxi 609 3,1 16 100 2,3
plois sur dix) suivi par les services et les Fleuriste 485 2,5 11 118 1,6
Fabrication de machines et d’équipement 400 2,0 15 212 2,2activités de fabrication (un emploi sur
Traitement des métaux, mécanique générale 387 2,0 9 028 1,3
quatre chacun) et l’alimentation. En
Chaudronnerie, forge 347 1,8 8 243 1,2
Haute-Normandie, avec 19 210 salariés, Terrassement 341 1,7 12 919 1,9
Finition de meubles et fabrication de matelas 250 1,3 6 875 1,0soit près d’un salarié de l’artisanat sur
Imprimerie 239 1,2 9 766 1,4
trois, la construction est moins pré-
Ensemble des entreprises artisanales 19 710 - 688 385 -sente. Comme pour l’industrie locale, le
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003bâtiment est en effet dominé par de
grandes entreprises. Il apparaît néan-
Les principaux employeurs en Haute-Normandiemoins que certaines de ses activités
sont particulièrement développées en Taux
Effectifs de féminisationHaute-Normandie. C’est le cas, par
salariés (1) en % (2)
exemple, des travaux de couverture et
Garagistes 5 823 12d’isolation puisque la région compte
Boulangers 4 676 35
deux fois plus d’entreprises de ce type Bouchers 3 958 24
Coiffeurs 3 761 89qu’ailleurs ou bien encore des construc-
Maçons 3 388 3teurs de maisons individuelles qui sont
Plombiers 2 583 7
en proportion nettement plus nom- Menuisiers 2 557 4
Traitement des métaux, mécanique générale 2 450 15breux (+54%) qu’en province. La me-
Chaudronniers 1 999 8
nuiserie et les travaux d’étanchéité sont Électriciens 1 951 7
Couvreurs 1 842 3également un peu mieux représentés
Peintres 1 776 4
qu’en moyenne.
Fabrication de machines et d’équipements 1 765 12
Si le bâtiment ne présente pas dans Autres services 1 757 33
Autres réparateurs 1 471 30son ensemble un caractère spécifique,
Ambulanciers 1 161 34
en revanche, les activités de services
Fleuristes 1 057 75
comme les métiers de bouche sont légè- Terrassiers 960 6
Serruriers 920 6rement surreprésentés par rapport à la
Imprimeurs 918 33
moyenne de province. Enfin, parmi les
Fab. de machines et appareils de radio, TV et communication 840 30
activités de fabrication, seul le travail Transformation des matières plastiques 756 28
Fab. de matériel de mesure, contrôle et mat. optique et photo 745 23des métaux constitue une spécificité
Construction de maisons individuelles 692 6
régionale. Fabricants de meubles 570 15
Fab. d’autres produits minéraux non métalliques 519 11Dans l’alimentaire, qui regroupe
plus de 2 900 entreprises artisanales, on Ensemble des secteurs employeurs 59 927 21
trouve bien sûr beaucoup de boulan-
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003
gers mais aussi de bouchers et charcu- (1) les effectifs salariés sont tirés de SIRENE RSA.
(2) les taux de féminisation sont issus des DADS 2000.tiers (20% plus nombreux qu’en
moyenne nationale) qui confèrent d’ail-
leurs à la production de viandes un ca- agro-alimentaire fait partie des princi- …à proximité
ractère spécifique. Mais ce sont surtout paux pourvoyeurs d’emplois. Elle in- des grands sites industriels
les poissonniers et producteurs de bois- tègre de nombreuses entreprises artisa-
sons, certes moins nombreux que les nales et individuelles aux activités Le traitement des métaux, la méca-
bouchers, qui sont les mieux représen- diverses. La production de boissons nique et l’activité de chaudronnerie
tés : respectivement deux fois plus s’appuie sur un tissu d’entreprises spé- sont également des activités tout à fait
d’entreprises en région et un tiers. Dans cialisées dans les produits régionaux spécifiques de la région. Elles em-
cette région industrielle, la filière comme le cidre ou les spiritueux. ploient plus de 6 800 salariés répartis
6L’artisanat en Haute-Normandie
Les spécificités régionales
Travaux de couverture
Travaux d’isolation
Poissons
Construction de maisons individuelles
Fleuriste
Traitement des métaux, mécanique générale
Chaudronnerie, forge
Taxi
Ambulance
Finition de meubles et fabrication de matelas
Activités non réparties
Fab. de machines et appareils radio,TV, et communication
Viandes
Fab. de matériel de mesure, contrôle et mat. optique et photo
Blanchisserie, teinturerie
Menuiserie
Boulangerie, pâtisserie
Service n.c.a.
Réparation automobile et motocycle
Activité photographique.
Soins à la personne
Plomberie
Réparation n.c.a.
Terrassement
Fabrication de machines et d’équipements
Fabrication d’articles divers
Electricité
Serrurerie, aluminerie
Imprimerie
Autres travaux de maçonnerie
Travaux de peinture
Fab. de matériel médico-chirurgical et d’orthopédie
Travaux de charpente
Fabrication de meubles
Habillement et fourrures
Activités de construction n.c.a.
Revêtements de sols
Fab. d’autres produits minéraux non métalliques
Plâtrerie
-60 -40 -20 0 20 40 60 80 100 120 140
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003 Unité : %
dans près de 1 300 entreprises. La di- activités ne sont pas spéci- Les principaux secteurs d’activité artisanale
en Haute-Normandiemension industrielle marquée de la fiques à notre région. En
Haute-Normandie avec la construction revanche, la Haute-Nor- Nombre Effectifs
d’entreprises salariésautomobile, la chimie et le raffinage du mandie compte en propor-
Alimentation 2 934 9 276pétrole notamment n’est pas sans lien tion beaucoup plus de
Travail des métaux 1 272 6 820avec le développement de petites unités fleuristes (52% de plus)
Textile, habillement, cuir 177 392
sous-traitantes à proximité des grands qu’ailleurs en province.
Bois et ameublement 603 1 344
sites de production (équipementiers Elle se trouve dans la
Autres fabrications 1 145 6 035
mécaniques, chaudronnerie, fonderie et moyenne des régions hors
Bâtiment 7 010 19 210
fabrication de produits métalliques…). Ile-de-France pour les au- Transport, réparation, autres services 6 360 16 474
tres activités de services Autres activités 209 376
comme les soins à la per- Ensemble 19 710 59 927
Le transport constitue sonne ou la photographie. Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE Unité : nombre
sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003une spécificité régionale Les activités significati-
vement sous-représentées
Dans le secteur tertiaire, on trouve dans la région sont essen- Structure d’activité des entreprises artisanales
trois grands types d’activité : le trans- tiellement des activités de
Haute-
port (taxis, ambulanciers, déména- fabrication (textile, habille- Normandie Province
geurs), des services et commerces de ment-cuir, bois et ameuble- Alimentation 14,9 13,0
Travail des métaux 6,5 5,8proximité (réparateurs automobile et ment, arts graphiques, fa-
Textile, habillement, cuir 0,9 1,5autres, blanchisseurs, coiffeurs, esthéti- brication d’articles
Bois et ameublement 3,1 3,8
ciens ou parfumeurs, fleuristes, photo- divers…) mais aussi quel-
Autres fabrications 5,8 6,9graphes) et des services divers autres. ques activités du bâtiment
Bâtiment 35,5 38,5
Coiffeurs, garagistes et autres répara- (peinture, revêtements de
Transport, réparation, autres services 32,2 29,7
teurs sont, avec les chauffeurs de taxis, sols, aménagements et fini- Autres activités 1,1 0,8
les plus nombreux. Mais à l’exception tions, charpente, Ensemble 100,0 100,0
de ces derniers et des ambulanciers, ces maçonnerie).
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE Unité : %
sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003
7L’artisanat en Haute-Normandie
CARACTÉRISTIQUES DES ENTREPRISES ARTISANALES
Formes juridiques et secteurs d’activitéDes entreprises
individuelles Alimentation
Travail des métauxet des SARL
Autres productions
Bâtiment
ServicesLes moyens mis en œuvre pour
Autresexercer une activité artisanale ne sont
Ensemblepas nécessairement importants. La re-
0 20 40 60 80 100connaissance de l’entreprise et sa pé-
Entrepreneurs individuels SARL SA Autresrennité sont davantage liées au savoir
Source : INSEE Unité : %faire et à la valorisation du travail qu’au
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003
facteur capital. Cette faible intensité ca-
pitalistique explique en partie que les
Répartition des entreprises artisanales selon la taille et le secteur d’activitédeux tiers des entreprises inscrites au
répertoire des métiers sont des entre-
prises individuelles et près d’un tiers Alimentation
d’entre elles sont des sociétés à respon-
sabilité limitée. La moitié de ces entre-
Travail des métaux
preneurs individuels ont en plus la Sans salarié
qualité de commerçant. On les trouve 1 à 2 salariés
Textileen majorité dans les services et l’ali- 3 à 5 salariés
mentation et, dans une moindre me- 6 à 9 salariés
10 à 19 salariéssure, dans le bâtiment.
Ameublement
20 salariés et plus
La forme juridique des entreprises
Autres fabricationsartisanales
SA
Autres3%
Bâtiment2%
SARL
30%
Services
Entreprises
individuelles
65%
Autres
EnsembleSource : INSEE Unité : %
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au
1.1.2003
-60 -40 -20 0 20 40 60 80
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003 Unité : %La forme sociétale, essentiellement
Note de lecture : dans les services, la région compte 21 % d’entreprises de 10 à 19 salariés de plus qu’en province.des SARL, est plus fréquente dans les
activités de fabrication telles que le tra-
Répartition des entreprises artisanalesvail des métaux. L’activité de ces entre-
selon la taille Cet écart en apparence assez faible n’estprises est plus tournée vers une clien-
pas négligeable en termes d’emploi. EnHaute-tèle d’entreprises.
Structure par taille Normandie Province particulier, la région compte en propor-
Sans salarié 37,8 39,0 tion nettement plus d’entreprises de 6 à
1 à 2 salariés 28,9 30,6 19 salariés dans le bâtiment, les servicesUne structure sectorielle
3 à 5 salariés 16,8 15,8 et les industries autres que le bois, l’ha-favorable à l’emploi…
6 à 9 salariés 9,4 8,1 billement ou le travail des métaux. En
10 à 19 salariés 5,3 4,7 effet, si la structure sectorielle de l’arti-Les entreprises artisanales haut-nor-
20 salariés et plus 1,8 1,8 sanat régional et la taille des établisse-mandes sont de plus grande taille que
ments étaient identiques à celles obser-Ensemble 100,0 100,0la moyenne de province et ont un peu
vées en province, l’emploi de l’artisanatplus souvent des salariés (dans plus de Source : INSEE Unité : %
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au serait moins développé. La région62% des cas contre 61 nationalement). 1.1.2003
8L’artisanat en Haute-Normandie
compterait davantage d’entreprises un peu moins «vieillissants» sont enTaux de féminisation
des entrepreneurs individuelssans salariés (+200) ou avec 1 ou 2 sala- province les services, le transport et
riés (+340) et perdrait en revanche des l’alimentation. En Haute-Normandie,Haute-
Secteurs Normandie Provinceunités employeuses : 180 entreprises de le tertiaire est le moins vieillissant, c’est
3 à 5 salariés, 240 unités de6à9 sala- Alimentation 9,6 14,1 aussi celui où le tissu productif se re-
riés, 120 de 10 à 19 salariés et une di- Travail des métaux 3,0 3,8 nouvelle le plus vite.
zaine d’entreprises de plus de 20. Le Textile, habillement, cuir 76,5 65,0
volume d’emploi serait inférieur d’au Bois et ameublement 16,9 12,2
moins 3 000 postes. Par ailleurs, les acti- Autres fabrications 18,5 19,8 Des salaires plus élevés
vités de fabrication de textile et cuir, de Bâtiment 2,2 1,9 dans les activités industrielles
bois et ameublement seraient plus dé- Transport, réparation
et autres services 41,2 42,9veloppées et verraient leurs effectifs ga- Les salaires versés par les entrepri-
Autres activités 4,2 4,0gner environ 400 emplois chacune. Les ses artisanales sont, sans grande sur-
autres secteurs perdraient 3 800 postes : Ensemble 18,1 18,5 prise, plus faibles que ceux versés par
la moitié dans les services et le trans- l’ensemble des entreprises de la région.Source : INSEE Unité : %
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat auport, un cinquième dans le bâtiment, Il faut signaler que, dans l’ensemble, les
1.1.2003
un sixième dans l’alimentation. salaires haut-normands sont plutôt
plus élevés que la moyenne nationale,
nines (coiffure, blanchisserie ou chez essentiellement en raison des spécifici-
les fleuristes). tés sectorielles de l’économie régionale…des hommes
(chimie, raffinage, automobile…), sec-
Cette structure sectorielle est sur- teurs où les salaires sont élevés, mais
tout favorable aux hommes. En outre, la Comme ailleurs, une population aussi du fait du nombre important de
proportion de personnes physiques d’entrepreneurs âgés grands établissements, le niveau des sa-
dans l’artisanat régional est supérieure laires augmentant avec la taille des en-
Les artisans de la région sont aussià celle observée en province (66 contre treprises. Le salaire annuel moyen pour
âgés que la moyenne des régions de62%) Les artisans hommes sont 4,5 fois un temps complet dans l’artisanat ré-
province : un quart de siècle sépare lesplus nombreux que les femmes. Dans la gional est en effet inférieur de près de
10% les plus jeunes des 10% les plusrégion, la proportion de femmes 20% à celui versé dans l’ensemble des
âgés (entre 31 ans et 56 ans) et la moitié(18,1%) est même un peu inférieure à la entreprises. Ces écarts sont liés à la
des artisans ont moins de 45 ans. Lesmoyenne provinciale (18,5%). Les fem- taille des entreprises concernées mais
secteurs d’activité les plus « âgés » sontmes sont minoritaires dans tous les sec- également à la forte proportion d’ou-
les secteurs traditionnels comme le tra-teurs d’activité à l’exception du textile, vriers (68%) et d’employés (17%) sala-
vail des métaux ou le textile-habille-de l’habillement et du cuir. Elles y sont riés dans les entreprises artisanales
ment-cuir. Dans ce dernier secteur, lesd’ailleurs nettement plus nombreuses (avec pour corollaire une faible repré-
10% les plus âgés ont même plus de 59dans la région qu’en moyenne. Autres sentation des cadres et chefs
ans (58 ans en province). Les secteurssecteurs nettement féminisés, la blan- d’entreprises).
chisserie, la coiffure et les commerces
de fleurs. Dans les secteurs tournés
Âge moyen des artisans en 2002vers l’industrie ou le bâtiment, la part
des femmes ne dépasse pas 3%.
Alimentation (autre que viandes et poissons)
L’emploi salarié est quant à lui un Blanchisserie, teinturerie, soins à la personne
Autres servicespeu plus féminisé que la population
Terrassements, travaux divers
des entrepreneurs. Les femmes entrent Installation électrique
Menuiserie, serrureriepour un cinquième dans le total des sa-
Ensemble
lariés, nombre d’entre elles exercent
Maçonnerie
leur métier en boulangerie, boucherie, Papier, imprimerie, reproduction, arts
Aménagements, finitionscoiffure, blanchisserie ou chez les fleu-
Couverture, plomberie, chauffage
ristes. On en trouve également beau- Bois et ameublement
Fabrication d’articles diverscoup dans les garages et autres répara-
Travail des métaux
teurs ou dans le traitement des métaux
Matériaux de construction, céramique, verre
et la mécanique générale. Pour autant, Viandes et poissons
Réparationelles sont peu fréquemment majoritai-
Transport
res. En proportion, l’emploi salarié fé- Cuir et chaussures
Textile et habillementminin prédomine dans l’habillement et
41 42 43 44 45 46 47 48le cuir, l’horlogerie et les activités tradi-
Source : INSEE - Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat au 1.1.2003 Unité : annéetionnellement reconnues comme fémi-
9L’artisanat en Haute-Normandie
Salaire annuel médian (-4,2%). A contrario, les secteurs plus ré- créée par les entreprises dont le siège
des salariés à temps complet en 2000
munérateurs comme le travail des mé- est situé dans la région. En moyenne, la
Ensemble taux et les autres fabrications mobilisent valeur ajoutée produite par les entrepri-
Entreprises des
moins de salariés. ses artisanales de la région est de 99 100artisanales entreprises
La dispersion des salaires entre les euros, soit 4 000 euros de plus que les
Cadres et chefs d’entreprises 26 986 32 736
catégories socioprofessionnelles est entreprises artisanales de province.
Professions intermédiaires 17 966 20 857
plus forte chez les cadres et les em- Elles réalisent pourtant un chiffre d’af-
Employés 11 916 14 501
ployés et un peu moins étendue chez faires moyen de 252 100 euros, inférieur
Ouvriers qualifiés 13 844 15 754
les professions intermédiaires et les ou- de 1 660 euros à la moyenne de pro-
Ouvriers non qualifiés 12 031 12 886
vriers. Dans les secteurs, l’éventail des vince. La valeur ajoutée qu’elles déga-
Ensemble 13 681 16 637
salaires est assez large (les écarts des sa- gent de leur activité, exprimée en pour-
Source : INSEE laires médians variant de 1,9 à 3,8 selon centage du chiffre d’affaires, est
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat et
les secteurs), en particulier dans les ac- supérieure à celle observée en France
Les salaires de l’artisanat haut-nor- tivités de fabrication hors travail du de province quels que soient le secteur
mand sont aussi un peu inférieurs bois (textile, travail des métaux et au- d’activité et la taille d’entreprise. De ce
(-3,8%) à la moyenne des salaires versés tres fabrications). point de vue, les entreprises artisanales
par les entreprises artisanales de pro- haut-normandes sont donc plus pro-
vince. Cet écart peut s’expliquer par des ductives qu’en moyenne. Elles ont aussi
différences significatives dans certains en moyenne des marges un peu plusDes entreprises régionales
secteurs importants en termes d’emploi : importantes qu’en province sauf dansperformantes
les métiers de bouche affichent des salai- les entreprises de 10 à 19 salariés. Par
res annuels inférieurs de près de 5% L’artisanat régional a généré 1 657 secteur d’activité, les taux de marge
comme les activités tertiaires telles que millions d’euros de valeur ajoutée en sont particulièrement faibles dans le
transports, réparation et autres services 2000, c’est-à-dire 13% de la richesse textile, secteur par ailleurs peu repré-
senté, et plutôt élevés dans l’alimentation.
En 2000, l’investissement des entre-
Salaire annuel médian des salariés à temps complet en 2000
prises artisanales de la région, exprimé
Cadres et
en pourcentage de la valeur ajoutée, estchefs Professions Ouvriers Ouvriers
Secteurs d’entreprise intermédiaires Employés qualifiés non qualifiés Ensemble plus faible qu’en moyenne de province
quel que soit le secteur d’activité. LesAlimentation 22 532 17 321 10 956 13 282 12 203 12 469
équipements des artisans régionauxTravail des métaux 31 740 19 815 14 143 15 370 12 411 15 608
sont un peu plus anciens qu’enTextile, habillement, cuir 39 567 15 680 12 467 10 492 10 781 11 213
moyenne mais globalement, ils les ontBois et ameublement 22 106 19 086 13 664 12 569 11 936 12 858
renouvelés au même rythme qu’ailleursAutres fabrications 31 800 18 079 13 407 14 621 12 325 14 777
en province (les services ont été plusBâtiment 27 123 18 999 13 132 13 749 12 059 13 807
dynamiques de ce point de vue en 2000,Transport, réparation
et autres services 22 393 15 832 11 831 13 449 11 327 12 948 et le commerce plus timide). Toutefois,
Autres activités 30 655 18 976 12 577 13 366 10 998 13 345 durant les quatre années de croissance
forte, l’investissement des artisans a étéEnsemble 26 986 17 966 11 916 13 844 12 031 13 681
particulièrement soutenu (+7,5% enSource : INSEE Unité : euro
Exploitation du répertoire SIRENE sur le champ de l’artisanat et DADS moyenne par an contre 8,7% en France
de province).
Principales données comptables en 2000 des entreprises artisanales haut-normandes
Charges de Chiffre Résultat brut
Secteurs personnel d’affaires Valeur ajoutée d’exploitation Investissement Des activités traditionnelles
vieillissantesAlimentation 143 666 246 94 28
Travail des métaux 136 472 189 46 14
La répartition par âge des entrepri-Textile, habillement, cuir 8 29 10 2 4
ses artisanales de la région est assezBois et ameublement 27 104 40 11 3
proche de celle des autres régions deAutres fabrications 106 384 153 41 14
province. La moitié des entreprises arti-Bâtiment 397 1 271 584 172 39
sanales de Haute-Normandie ontTransport, réparation
et autres services 290 1 278 431 125 41 moins de 10,5 ans (contre 11 ans en
Autres activités 3 10 4 1 1 moyenne). Les activités où la propor-
tion d’entreprises de plus de 10 ans estEnsemble 1 110 4 214 1 657 492 143
la plus forte (entre 51 et 56%) sont les
Source : INSEE - Fichiers RSA et FICUS 2000 Unités : million d’euros
Champ : entreprises de moins de 20 salariés relevant du champ de l’artisanat activités de fabrication hors travail des
10L’artisanat en Haute-Normandie
métaux. Le taux de renouvellement de Quelques ratios de gestion en 2000 des entreprises artisanales
ces activités est d’ailleurs assez faible,
Taux d’intégration Taux de marge Taux d’investissement
ce qui laisse supposer un vieillissement
Haute- Haute- Haute-
durable de ces activités. C’est le cas no- Normandie Province Normandie Province Normandie Province
tamment des secteurs textile-habille-
Sans salarié 39,8 38,6 70,7 69,6 12,8 14,0
ment et des autres fabrications (d’arti-
1 à 2 salariés 41,0 39,9 44,2 41,6 9,5 11,3
cles divers) qui accueillent de moins en
3 à 5 salariés 41,2 38,8 28,1 26,3 8,5 10,3
moins de jeunes pousses. Ces entrepri-
6 à 9 salariés 39,3 36,7 21,4 21,3 7,3 9,5
ses éprouvent en outre les plus grandes
10 à 19 salariés 36,2 34,6 18,3 20,1 8,0 9,2
difficultés à passer le cap des premières
Ensemble 39,3 37,5 30,7 30,2 8,6 10,4années d’existence.
Source : INSEE - Fichiers RSA et FICUS 2000 Unité : %En moyenne, la région compte 1 700
Champ : entreprises de moins de 20 salariés relevant du champ de l’artisanat
nouvelles entreprises artisanales
chaque année ; un peu plus de 200
d’entre elles disparaissent l’année de le bâtiment et les activités de fabrica- 57% pour les artisans ayant aussi la
leur création ; 130 ne fêtent pas leur se- tion, les entreprises survivantes repré- qualité de commerçant. La pérennité
cond anniversaire, 150 autres ne fran- sentent plus de la moitié du parc des jeunes entreprises dépend aussi du
chiront pas le cap des trois ans d’exis- initialement créé (entre 52 et 56%). contexte économique. En période de
tence. Au total, il n’en reste donc en La forme juridique influe également forte croissance, comme ce fut le cas à la
moyenne que 1 200 à avoir franchi ce sur les chances de survie d’une entre- fin de la décennie précédente, le taux de
seuil, seulement 1 000 atteindront l’âge prise. La société est moins fragile que survie a tendance à s‘améliorer : les
de cinq ans. L’analyse sectorielle l’entreprise individuelle (au démarrage créations de l’année 1996 ont eu une
montre assez peu de disparités dans les de l’activité, ses sources de financement probabilité plus forte de cesser leur acti-
taux de survie à trois ans. Dans la plu- sont plus diverses que celles de l’entre- vité à un ou deux ans voire plus tard
part des secteurs, les deux tiers des en- prise individuelle notamment) mais que les créations des années 1997 et sui-
treprises sont survivantes (jusqu’à 70% cette forme d’entreprise individuelle vantes. Cette tendance s’explique par
dans les services, l’alimentation ou le est très largement prisée par les artisans une période de croissance exception-
travail des métaux). A cinq ans, 56% des régionaux, ce qui tend à diminuer les nelle jusqu’en 2001, année de fort ralen-
entreprises sont pérennes ; ce sont en- taux de survie. Ainsi, les deux tiers des tissement. Le taux de survie à deux ans
core les secteurs de l’alimentation et des SARL créées en 1996 ont franchi le cap des créations 2000 (31 décembre 2002)
services qui restent les plus porteurs des cinq ans contre à peine 47% pour les est d’ailleurs en baisse comme le taux
(60% d’entreprises survivantes). Dans artisans entrepreneurs individuels ou de survie des créations 2001 à un an.
Principaux indicateurs en 2000
Chiffre d’affaires (hors taxes)=ventes de marchandises et productions vendues de biens et services
(hors taxes).
Valeur ajoutée (hors taxes)=chiffre d’affaires (hors taxes)+production stockée+production
immobilisée - consommation intermédiaire.
Valeur ajoutée brute aux coûts des facteurs (VABCF) = valeur ajoutée+subventions
d’exploitation-impôts et taxes.
Résultat brut d’exploitation (RBE) = valeur ajoutée brute aux coûts des facteurs- charges de
personnel.
Charges de personnel = rémunérations allouées au personnel, congés payés, indemnités de préavis
de licenciement, suppléments familiaux + charges sociales des salariés et des non salariés
obligatoires ou volontaires.
Investissements corporels hors apports = dépenses consacrées par les entreprises à l’acquisition
ou à la création de moyens de production. Le poste comprend les immobilisations en cours mais
exclut les immobilisations incorporelles et financières et les équipements financés en crédit-bail.
Indice de spécificité = poids du secteur dans l’agrégat comptable (chiffre d’affaires, valeur
ajoutée,…) de l’artisanat haut-normand rapporté au même indicateur au niveau national.
Taux d’intégration = valeur ajoutée/chiffre d’affaires.
Taux de marge = résultat brut d’exploitation/valeur ajoutée brute aux coûts des facteurs.
Taux d’investissement = investissements/valeur ajoutée.
11L’artisanat en Haute-Normandie
RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE
Un rôle économique
Densité d’entreprises artisanales par cantonstructurant autour des
en Haute-Normandie au 1er janvier 2003
grandes villes
et en milieu rural
La population haut-normande est
plutôt concentrée en milieu urbain :
près de huit Haut-Normands sur dix vi-
vent dans les 19 agglomérations régio-
nales, c’est-à-dire en ville ou dans la
couronne périurbaine de ces villes.
Cette proportion s’approche même de
neuf sur dix si l’on tient compte des
communes qui sont sous l’influence de
plusieurs pôles urbains (communes di-
tes périurbaines multipolarisées). Ainsi
défini, l’espace urbain, qui couvre plus
de 70% du territoire régional, concentre
une très grande partie de la population
et autant d’emplois. Le degré d’urbani-
sation de notre région la place au 4e
rang des régions françaises. C’est donc
une de ses caractéristiques fortes. Dans
cet espace, l’économie est plutôt
tournée vers le tertiaire et l’industrie est
dominée par les grands établissements,
notamment le long de la vallée de la lève d’une activité artisanale. Cette pro-
Cet espace urbain et les pôles notam-Seine. L’artisanat y occupe toutefois portion est proche de la moitié dans la
ment concentrent logiquement les acti-une place importante. Plus d’une entre- couronne des grandes villes et aussi
vités d’alimentation et de services enprise du secteur marchand sur trois re- dans les communes multipolarisées.
lien avec la population (transport, soins
à la personne) mais on y trouve aussi
nombre d’artisans du textile-habille-
Taux d’emploi salarié artisanal par canton ment et d’autres fabrications.
en Haute-Normandie au 1er janvier 1999 Les activités relevant du secteur se-
condaire, comme le bâtiment, le travail
des métaux ou le bois-ameublement,
sont aussi concentrées dans les agglo-
mérations mais ces entrepreneurs sont
plutôt installés en périphérie des gran-
des villes dans des communes dont la
vocation est plutôt résidentielle.
Les territoires ruraux haut-nor-
mands, le Caux maritime, le Pays de
Bray, l’ouest et le sud du département
de l’Eure, accueillent, pour leur part,
seulement un dixième de l’emploi et de
la population, mais réunissent néan-
moins 12% des entreprises régionales.
La moitié de ces entr sont des ar-
tisans (près de 2 900), c’est dire leur rôle
structurant pour les économies locales
et l’emploi. Il faut également noter que,
dans certains secteurs (travail des mé-
taux, alimentation, bâtiment et surtout
bois-ameublement), entre 15% et 18%
d’entre eux ont choisi de s’implanter en
milieu rural.
12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.