L'économie d'Aquitaine au 1er semestre 2002

De
Publié par

Bilan économique de l'Aquitaine par secteur d'activité. Commerce extérieur. Agriculture : maïs, activité vinicole, filière animale, productions légumières et fruitières. Industrie : industries agroalimentaires, construction aéronautique, industries des équipements électriques et électroniques. Bâtiment et travaux publics. Transport : port de Bordeaux, port de Bayonne, aéroport de Bordeaux-Mérignac. Tourisme. L'emploi salarié, le chômage. Graphiques, carte, bibliographie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
L’ÉCONOMIE D’AQUITAINE
ERAU 1 SEMESTRE 2002
En 2001, le bilan en Aquitaine, atteste du
ralentissement à l’œuvre dans le pays.
Mais, par secteurs, les résultats leur part, les grandeurs macroéconomiques de cadrage
ne révèlent pas plus les tendances à venir. L’orientationsont contrastés.
de l’emploi salarié et du chômage, dont les comporte-
Les échanges extérieurs se replient
ments sont décalés en raison du cycle de productivité,
fortement dès le début de 2001 ;
confirme le ralentissement de 2001. L’interprétation
ceci correspond à une diminution des statistiques des échanges extérieurs est fragile en
dans l’agroalimentaire et un maintien raison d’un changement dans la façon de déclarer les
opérations.dans l’industrie manufacturière.
Avec une production stable Diminution des échanges extérieurs
et des subventions directes
La mesure du commerce extérieur a été modifiée le
eren net redressement, le revenu agricole 1 janvier 2001. En effet, les transactions effectuées sur
croît modestement. le “marché unique” de l’Europe des 15 et dans une
monnaie unique, tendent, de fait, à ne plus être desL’emploi salarié industriel affiche une baisse
opérations de commerce extérieur. Ainsi, la déclara-durant les trois premiers trimestres 2001
e tion d’échanges de biens (DEB), document de base de
et, au 4 , un léger redressement,
l’élaboration de la statistique s’allège et se simplifie. Au
avec un accroissement toujours soutenu
total, les statistiques de 2001, au niveau d’une région,
dans le secteur de la construction ne sont pas strictement comparables à celles de 2000.
aéronautique et spatiale.
Cela étant, les échanges de l’Aquitaine diminuent de
Progression équilibrée dans la construction
2 % par rapport à 2000. En France, sur la même pé-
et bonne orientation de l’activité riode, les échanges se maintiennent au même niveau.
dans les travaux publics, caractérisent Ces évolutions en rythme annuel masquent de fortes
baisses trimestrielles. Le mouvement de repli est appa-le secteur de la construction.
rent dès le début de 2001. Il a été plus violent en Aqui-Enfin, en Aquitaine
taine qu’en France, faisant suite à la vive croissance de
comme en France, l’année 2001
2000 qui a été, elle aussi, plus forte dans la région.
marque l’arrêt de la diminution du chômage.
En Aquitaine, le retournement des importations est par-L’écart entre le taux régional et national
ticulièrement brutal, comparé à celui observé en
se réduit à 0,1 point.
France. Il est à rapprocher de la chute des achats de pé-
trole raffiné, chute liée non seulement aux prix mais
aussi aux quantités.
En revanche, le retournement des exportations (mesu-
rées en évolution trimestrielle) est d’une ampleur com-La traduction sur le territoire aquitain des évolutions
nationales est, à la mi-2002, malaisée à cerner. Les parable à celui de la France : après avoir progressé de
messages des indicateurs traditionnels sont divergents, 6 % en 2000, les exportations diminuent de 2,4 % en
notamment sur le 1er trimestre 2002 et pour les indica- 2001, contre respectivement de + 3,6 % et - 2,2 %
pour la France.teurs portant sur l’analyse des secteurs d’activité. PourINSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 109
AOÛT 2002Par produits, le bilan est, là aussi, contras- duites ont baissé. Quant au deuxième pi- devrait se poursuivre avec le démarrage
té : diminution des échanges de produits lier, le vin, ses cours et sa production se de certains projets (contrat de plan
agroalimentaires mais maintien de pro- sont encore effrités. Les prix des ovins et Etat-Région, voie à grand gabarit pour le
duits de l’industrie manufacturière. des caprins accélèrent le redressement transport des éléments du futur avion
des cours de l’année précédente, de géant A380, déblocage de projets en
En 2001, les échanges en valeur de pro-
l’ordre de 20 %. Grâce à une conjonc- cours).
duits agroalimentaires diminuent de
ture favorable sur le pruneau d’Agen, on
1,6 % par rapport à 2000. Au sein du sec- De son côté, en 2001, la production de
assiste à une hausse des cours et des vo-
teur, le recul des flux de produits agrico- logements neufs se maintient. Les mises
lumes de fruits. Les disparités interdépar-
les (- 5,9 %) détermine la tendance alors en chantier sont stables alors qu’elles re-
tementales se sont sensiblement
qu’ilyamaintien des flux provenant des culent légèrement en France. En re-
atténuées. Par ailleurs, les subventions
industries agroalimentaires. Pour ces vanche, les autorisations ont terminé
directes sur les produits se sont nette-
dernières, le maintien des échanges est, l’année orientées à la baisse. De fait, sur
ment redressées, + 8,5 %, expliquant
er
essentiellement, le produit de deux mou- le 1 trimestre de 2001, les mises en
qu’au final, le revenu agricole s’avère
vements en sens inverse : les exporta- chantier se replient de 10 %. Sur 2001,
très légèrement positif.
tions de boissons fléchissent de 4,6 % l’activité a été soutenue par le collectif
Industrie : bilan contrastétandis que celles des autres produits pro- alors que l’individuel a fléchi. Le repli
gressent de 7,8 %. du début 2002 touche le collectif et l’in-
Dans l’industrie, en l’absence d’indica-
dividuel. Toutefois, un rebond pourrait
teurs de volume spécifiquement régio-En 2001, les échanges de produits manu-
intervenir au second semestre. Il vien-
naux, une déclinaison plus fine defacturés se maintiennent, à peu près, au
drait de l’individuel, où on constate une
l’emploi salarié permet quelques préci-même niveau qu’en 2000 (- 0,4 %),
progression de 12 % des autorisations
sions. L’emploi industriel diminue lesaprès leur croissance exceptionnelle de
de chantier.
trois premiers trimestres de 2001, avantprès de 30 %. Les exportations croissent
e
de se redresser modestement au 4 tri-de 1,7 % et les importations diminuent Transports : repli du trafic
mestre de 2001. portuaire à Bordeaux etde 2,9 %.
stabilisation du trafic passagers
er Dans les industries agroalimentaires,Au 1 trimestre 2002, le redressement des aéroports aquitains
l’emploi diminue pour la première foisdes exportations constaté en France ne
Dans les transports, le repli sur le port dedepuis 1998. La baisse concerne essen-s’observe pas en Aquitaine. Les exporta-
Bordeaux se confirme alors que le trafictiellement les industries des boissons. Entions, en données corrigées des varia-
du port de Bayonne progresse de 2 %. Lerevanche, La progression de l’emploitions saisonnières, augmentent de 2,5 %
e repli du trafic à Bordeaux résulte, endans la construction aéronautique, spa-par rapport au 4 trimestre 2001 mais di-
grande partie, de la contraction des en-tiale et navale est particulièrement sou-minuent de 2,7 % en Aquitaine. Il
trées d’hydrocarbures et des matériauxtenue : + 4 % fin 2001, contre + 1,6 %convient, toutefois, de rester prudent
erde construction. Sur le 1 trimestre 2002,fin 2000, soit le meilleur résultat desdans l’interprétation de cette baisse et de
le repli du trafic se poursuit à Bordeauxquatre dernières années. Dans les indus-tenir compte des modifications interve-
mais il s’amorce aussi à Bayonne.tries des équipements électriques et élec-nues dans les modalités de déclarations
troniques, on observe aussi uneaux douanes. Le trafic passagers des aéroports aqui-
accélération des créations d’emploi mais
tains, après avoir chuté à la suite des
uniquement dans la fabrication d’appa-Stabilisation du résultat agricole attentats du 11 septembre à New York,
reils d’émission, de transmission et de
se stabilise, sans avoir pour autant re-Dans l’agriculture, les comptes provisoi- matériel médico-chirurgical, de mesure
joint les hauts niveaux atteints avantres font ressortir une stabilisation du ré- et de contrôle.
les attentats.sultat agricole en 2001. Précisément,
après trois années de baisses successives, Construction : progression Tourisme : hausse de la
le résultat agricole aquitain par actif en équilibrée fréquentation hôtelière
francs constants croît modestement de de la clientèle française
Dans la construction, 2001, après deux
0,7 %, alors qu’au niveau national, la
années de forte croissance, verrait une L’enquête sur l’activité hôtelière en 2001
hausse est plus significative ( 3,5 %).
progression plus modeste mais plus équi- fait ressortir un taux d’occupation moyen
La valeur totale de la production est librée. Dans les travaux publics, l’activité annuel de 55,7 %. Il est en augmentation
stable. Le prix du maïs, un des deux pi- a été bien orientée, soutenue par les de 2,2 points par rapport à 2000, mais
liers de l’économie agricole régionale, a grands chantiers aquitains, dont le tram- reste inférieur à la moyenne nationale de
way à Bordeaux. Pour 2002, la tendancepeu évolué alors que les quantités pro- 60,5 %. Le nombre de nuitées progresse
oN 109
AOÛT2002Indice
e
Base 100 au 4 trim.1996 La conjoncture nationale et internationale en 2001
Services124
Construction
En 2001, la phase d’expansion de l’économie française a marqué le pas. Avec 1,8 % (et seulementTous secteurs120
Commerce
Industrie 0,3 % en glissement), la croissance du PIB est en retrait de plus d’un point sur celle des trois années116
précédentes.112
108 Dès janvier, l’affaiblissement de l’économie américaine était perceptible. Toutefois, sa répercussion
104
sur l’ensemble de l’économie mondiale, et singulièrement européenne, semblait ne devoir être que
100
modérée et progressive. En fait, les perspectives d’activité des entrepreneurs européens se sont rapide-
96
T4 T4 T4 T4 T4 T4 ment infléchies, montrant qu’au-delà de l’effet attendu lié au commerce mondial, le ralentissement
1996 1997 1998 1999 2000 2001
américain pesait sur l’économie européenne par le canal des anticipations.
Évolution de l'emploi salarié privé
Aquitaine par secteurs Trois traits saillants peuvent être retenus de l’année écoulée :
Source : Urssaf - traitement Insee
- Une pause simultanée des grandes économies
Seuls, quelques pays comme la Chine et l’Inde échappent à l’arrêt de la croissance.
Cette situation s’accompagne d’une forte contraction du commerce mondial, qui en est à la fois la
cause et la conséquence. Cette simultanéité n’a pas été observée dans les mouvements cycliques pré-
cédents. Elle montre l’importance des effets d’écho dans la transmission du ralentissement par le com-Solde des réponses CVS en %
Dernier point : avril 2002
40 merce mondial. L’impact d’une baisse de régime de l’économie américaine sur l’activité en Europe
stocks
est en effet très supérieur au seul effet direct calculé à partir du poids des exportations vers les
20
Etats-Unis (de l’ordre de 2,5 % dans le PIB de la zone euro).
0 - Une plus grande réactivité des entreprises
On dispose, des deux côtés de l’Atlantique, de nombreux signes d’une plus grande réactivité avec no-
-20 production récente
tamment une action plus précoce que par le passé sur les moyens de production. Elle a eu tendance à
accentuer le ralentissement, mais elle lève aussi des obstacles au développement de la reprise. Aux
-40
Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan.
Etats-Unis, cette plus grande réactivité aurait affecté aussi bien les investissements que l’emploi. En00 01 0291 92 93 94 95 96 97 98 99
Europe, l’indice principal réside dans la réduction précoce des investissements.
Opinion des industriels français*
Production et stocks - Une consommation dynamique* Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière
Source : Insee - Enquête mensuelle de conjoncture Le rythme de croissance des dépenses de consommation est resté proche de3%en France sur toute
l’année 2001. Cela est dû au premier chef à la progression du pouvoir d’achat et donc pour une part
aux allègements fiscaux.
En outre, l’année 2001 aura montré que l’euro ne prémunit ni contre une contraction du commerce
mondial, ni contre une réduction de la demande des entreprises due à une plus forte sensibilité des an-
Années glissantes,
ticipations au contexte mondial. Il n’en reste pas moins qu’en l’absence de monnaie unique, la rup-milliers de logements
Dernier point : mars 2002
17 ture de croissance de l’année 2001 aurait été sans doute plus sévère.
passage de Siclone à Sitadel15
La monnaie unique, et le fait que la défense des parités entre les différentes monnaies nationales ne
13 Individuel
soit plus nécessaire, a permis le maintien de conditions monétaires favorables.
11
Après le net affaiblissement de la croissance enregistré en 2001, l’économie française a retrouvé quel-9
ques couleurs depuis le début de l’année 2002 Symétriquement à ce qui avait été observé à la fin de7 Collectif
l’année dernière, on constate un redressement des anticipations des entrepreneurs, une interruption5
3 des comportements de déstockage et une réanimation des exportations. Toutefois, si la consomma-
Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan.
93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 tion des ménages continue de progresser, l’investissement est encore atone.
Logements commencés
Source : Direction régionale de l’Équipement -
Siclone - Sitadel
de 5,1 %. Cette hausse de la fréquentation L’intérim, qui avait dynamisé la crois-
est le fait de la clientèle française, alors sance de l’emploi en 2000, a joué en
que la fréquentation étrangère diminue de 2001 un rôle inverse.
Années glissantes, nouveau, mais moins qu’en 2000.
milliers de logements Le bilan par secteurs est contrasté : dansDernier point : mars 2002
19 L’emploi salarié marchand : le secteur des services et, dans une
17 passage de Siclone à Sitadel
recul de l’intérim15 moindre mesure du commerce, le dyna-Individuel
13 misme se poursuit alors que l’industrie
A la fin de décembre 2001, l’emploi11
ne contribue plus à la création d’emploisCollectif9 salarié marchand dans les secteurs
7 et que la croissance des emplois se tasse
concurrentiels s’est accru de 1,8 % en
5
dans la construction.
3 glissement annuel, comparé à 1,6 %,
Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan. Jan.
er93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 pour la France. En 2000, ces évolu- Au 1 trimestre 2002, seules les don-
Logements autorisés tions étaient respectivement de 4,5 % nées hors intérim sont disponibles :
Source : Direction régionale de l’Équipement -
Siclone - Sitadel et 3,9 %. l’emploi marchand augmenterait de
oN 109
AOÛT 2002oN 109
AOÛT 2002
0,1 % contre 0,2 % en France (y compris du taux de chômage est plus faible en La décrue du chômage, sur la période al-
intérim). Aquitaine qu’en France, avec des haus- lant de la mi-1997 à la mi-2001, a touché
ses respectives de 0,2 point et 0,5 point. différemment les populations au chô-
Chômage : arrêt de sa diminution
mage. L’amélioration du marché du tra-
mais faible différence entre le taux erAu total, au 1 trimestre 2002, le taux de vail a surtout profité aux jeunes et aux
régional et national
chômage, au sens du bureau internatio- chômeurs dont l’ancienneté est supé-
L’année 2001 se caractérise, en France et nal du travail, s’établit à 9,2 % en Aqui- rieure à un an.
en Aquitaine, par l’arrêt de la diminution taine (au même niveau qu’un an
auparavant) et 9,1 % en France. L’écartdu chômage. Le point bas a été atteint au
e Catherine MEUNIER2 trimestre de 2001. Ensuite, le taux de entre la région et l’ensemble du pays
chômage remonte. Par rapport au point n’est plus que de 0,1 point contre 0,5 il y
e
bas du 2 trimestre de 2001, la remontée a un an et 0,8 il y a deux ans.
L’écart entre les taux nationaux et régionaux se resserre POUR EN SAVOIR PLUS...
“Note de conjoncture régionale” -
Nord-Est Insee - Le Dossier Insee Aquitainede la Dordogne
n° 41-Juillet 2002 - 8,50€ (55,76 FF) .
“Note de conjoncture” - Insee -Périgueux
Bordeaux-
Cubzacais 3 numéros , 1 point conjoncturel et 1 sup-TerrassonBordeaux-
Médoc Libourne-Montpon- plément “Séries longues” - 32,01€ (210
Ste-Foy-la-Grande
Bordeaux- FF) par an.Sarlat-
Zone-centrale Bergerac la-Canéda
Bordeaux-
Entre- “Note de conjoncture internationale” -
Deux-MersBordeaux- Insee - Direction de la Prévision - 2 nu-Arcachonnais
Villeneuve-Marmande- méros et 2 points conjoncturels -Langon-Bazas- Casteljaloux sur-Lot-
La Réole Fumel 24,39€ (160 FF) par an.
Mont-de-Marsan-
Agen “Informations rapides” - Insee -Haute-Lande Aquitaine : 9,2 %
350 numéros - 266,79€ (1 750 FF) par an.
France : 9,1 %
“Tableau de bord hebdomadaire” -Dax
Mont-de-Marsan-
Est-des-Landes Insee - 50 numéros et 1 supplément “Sé-
Sud-des- ries longues” - 228,67€ (1 500 FF) par an.Taux de chômage (%)Landes
fin mars 2002 “Banque de données macroéconomi-
Lacq-Orthez ques (BDM)” - Insee - 200 000 sériesBayonne-Pyrénées 6,9 à 7,7
Pau chronologiques nationales et internatio-
7,8 à 8,7
nales - Quelques séries régionales.
Oloron-Mauléon 8,8 à 9,2
9,3 à 10,4
© INSEE-IGN 2002
Source : Insee
Supplément inclus : “Emploi salarié privé : Évolution trimestrielle”
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux -
Assistante de rédaction : Christiane Fournier - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e© INSEE 2002 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal 3 trimestre 2002
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA10908
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.