La conjonture bas-normande au second semestre - Le second semestre n'a pas tenu ses promesses

De
Publié par

La reprise industrielle, esquissée au niveau régional à la fin du premier semestre et pendant l'été 2003, ne s'est pas confirmée au quatrième trimestre. Stable au second semestre 2003, l'activité de la construction devrait rester soutenue en 2004, en raison d'une augmentation des demandes de permis de construire. L'emploi a continué de se dégrader jusqu'au troisième trimestre dans le secteur marchand (-0,3 % sur un an en septembre dernier). Le commerce et la construction ont continué à embaucher, mais l'industrie a ajusté ses effectifs. Après avoir reculé au quatrième trimestre, le taux de chômage régional s'établissait à 9,2 % fin décembre, soit un demi-point en deçà du taux national. L'année 2003 a été marquée par la spectaculaire accélération des créations d'entreprises : +8,4% en Basse-Normandie, dont +15% de créations pures.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
n° 131  avril 2004
Conjoncture régionale au second semestre 2003 LE SECOND SEMESTRE N’A PAS TENU SES PROMESSES % La reprise industrielle, es u second semestre de l’annéemande intérieure est retombée quissée au niveau régional à la fin 2003, la production indusaprès l’embellie de la rentrée. Ladu premier semestre et pendant évoAfin d’année d’autant que le niveaulué aussi favorablement que lesau quatrième trimestre. trielle basnormande n’a pasproduction a donc été modérée enl’été 2003, ne s’est pas confirmée chefs d’entreprises l’escomptaient.des stocks était jugé suffisant. Les viandes mieux que le lait% Début 2004, beaucoup d’entre eux Stable au second semestre attendaient toujours un véritable re 2003, l'activité de la construction démarrage de leur production. LaCe décalage entre l’appréciationdevrait rester soutenue en 2004, en reprise, esquissée au premier sedes industriels basnormands et raison d’une augmentation des de mandes de permis de construire. mestre et sensible au niveau natioleurs homologues nationaux est à nal, ne s’est pas pérennisée aurelier àla baisse de production en % niveau régional. Selon les indusregistrée en fin d’année tant par L'emploi a continué de se dé triels régionaux, si la demandel’industrie laitière que par l’in grader jusqu'autroisième trimestre étrangère a connu une nette accélédustrie automobile, deux poidsdans le secteur marchand ( 0,3 % ration au dernier trimestre, la delourds de l’industrie basnormande. sur un an en septembre dernier). Le commerce et la construction ont Le chiffre d’affai continué à embaucher, mais l'in Avis des industriels sur leur production res de l’industrie dustrie a ajusté ses effectifs. Soldes CVS des réponses du lait a baissé de 50 1 , 6% au qu a Majorité d’opinions 40 30% pour une production trième trimestre,Après avoir reculé au qua à la hausse trième trimestre, le taux de chô suivant d’ailleurs 20 mage régional s'établissait à 9,2 % en cela la tendance 10 fin décembre, soit un demipoint en nationale. Surun 0deçà du taux national. an, le recul frôle 10 2 %. Les équipe 30pour une production% 20 Majorité d’opinionsmentiers de l’autoL'année 2003 a été marquée par la spectaculaire accélération à la baissee u xm o b i l eo n t 40 d e sc r é a t i o n sd ' e n t r e p r i s e s: aussi connu une avr97 oct97 avr98 oct98avr99 oct99 avr00oct00 avr01 oct01 avr02 oct02 avr03 oct03 + 8,4 % en BasseNormandie, dont BasseNormandie Francefin d’année défa + 15 % de créations pures. Le solde d’opinions est la différence entre la proportion d’entrepreneurs inv o r a b l el e u re t dustriels ayant constaté une hausse de leur production et la proportion de chiffre d’affaires a ceux ayant enregistré une baisse, soit  3 % au troisième trimestre 2003 . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 131
CONJONCTURE CONJONCTURE
CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE
perdu 1,6 % d’un trimestre surbiliers. Ainsi les Industrie laitière l’autre ( 6 % sur un an). Ce reculconstructions de Évolution des chiffres d’affaires s’inscrit certes dans une baisse d’aclocaux industriels 116 tivité du secteur automobile due àont continué deBase 100 : moyenne de l’année 1999 une faiblesse des ventes en France etdécliner en 2003 112 en Europe, mais il résulte aussi deaprès la déjà très difficultés de certaines entreprisesforte baisse de 108 de la région, notamment dans la car2002. rosserie automobile. Dans les biens Activité stable 104 intermédiaires, l’ensemble des sec dansBasseNormandie teurs, métallurgie surtout, mais aussiFrance le bâtiment 100 plasturgie et papiercarton, ont janv 2000janv 2001janv 2002janv 2003déc 2003 En regard de l’in juil 2000juil 2001juil 2002juil 2003 connu un dernier trimestre assez mo dustrie, le secteur rose tandis que l’incendie de l’éta de la construction b l i s s e m e n tP h i l i p sd eC a e n d ’ a c t i v i t ép l u sf e r m ea p r è s continue de bénéficier d’une perturbait le secteur des composants plusieurs trimestres de morosité. conjoncture plus favorable. Au se électroniques. Dans le secteur des Traduction de cette embellie, les cond semestre 2003, le niveau d’ac biens d’équipement, les moyens encaissements des entreprises s’ac tivité des entreprises du bâtiment productifs sont restés nettement croissent de 5 % en un an, mais ne est resté stable, la hausse de la de sousutilisés tant dans les équipe retrouvent pas les niveaux des an mande privée venant compenser le ments mécaniques qu’électriques. nées antérieures. repli de la demande publique. Le Du côté des biens de consommation, nombre de mises en chantier a gloPour le premier semestre de 2004, l’imprimerieédition a dû attendre balement diminué : en effet, alorsles chefs d’entreprises du bâti décembre pour voir s’étoffer ses car que les mises en chantier de maiment anticipent le maintien d’une nets de commandes et renforcer sa sons individuelles se sont accruesactivité soutenue dans l’entretien production. Seuls deux secteurs in (+ 2 % en un an), celles de logedes logements, suite à la proroga dustriels résistent. Dans l’agroali ments collectifs ont étébeaucoup tiondu taux de TVA à 5,5 % sur mentaire, l’industrie des viandes a moins nombreuses, surtout en finces travaux. Le demande sur le suivi le mouvement inverse de l’in d’année. Par ailleurs, les surfacesmarché du neuf devrait par ail dustrie laitière et a accéléré son acti de locaux professionnels mises enleurs s’affermir en raison de l’aug vité en fin d’année (+ 2,1 %). De ce chantier se sont également réduitesm e n t a t i o nd e sd e m a n d e sd e fait, sur un an, la hausse du chiffre de près de 5 % par rapport à 2002.permis de construire (+13 % pour d’affaires s’établit à 0,4 %pour le En revanche, l’activité est restéeles logements, +7% pour les lo secteur des viandes. De plus, la phar ferme dans l’entretienaméliorationcaux autres qu’à usage d’habita macie a continué de connaître une des logements. forte activité au quatrième trimestre Au final, les en pour répondre à une demande tou Construction en BasseNormandie caissements des jours très vigoureuse. Indices d’évolution CVS des mises en chantier entreprises du bâti150 Dans ce contexte de reprise encore 140 ment sontrestées ajournée, l’emploi industriel a conti130 stables d’une nué de s’éroder, la baisse concernant 120 année sur l’autre 110 non seulement les salariés permanents 100 (+ 0,2 %). ( 1,1 % sur un an en septembre) mais 90 Pour sa part, le 80 aussi le personnel intérimaire, pre 70 secteur des tra60 mière variable d’ajustement aux va vaux publics a dû 50 riations d’activité. Par ailleurs, les 40 attendre la fin de Base 100 : moyenne de l’année 1998 industriels basnormands ont massi 30 l’année pour re vement choisi de différer encore leurs 98T1 98T3 99T1 99T300T1 00T3 01T101T3 02T1 02T3 03T1 03T3 trouver un niveau Logements individuelsLocaux professionnelsLogements collectifs investissements productifs et immo . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 131
CONJONCTURE
de 5 % alors qu’ils stagnaient au ni veau national. A l’inverse, le commerce a connu un dernier trimestre 2003 décevant. Le chiffre d’affaires des grandes surfaces a diminué de plus de 2 % d’un trimestre sur l’autre. L’activité de l’artisanat alimentaire et de la quasitotalité des spécialités du commerce de détail s’est également c o n t r a c t é e .T o u t e f o i s ,s il e s consommateurs de la région ont été prudents en fin d’année, le bilan de l’activité commerciale reste positif sur un an, en particulier pour les grandes surfaces (+ 4,2 % en va leur) et pour les supérettes. Le cons tat est le même pour le secteur de l’habillementéquipement de la
CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE
Créations d’entreprises Écart à la moyenne sur les dix dernières années 20 BasseNormandie 15 France 10 5 moyenne 0 19932002 5 10 15 93T1 94T195T1 96T197T1 98T1 99T100T1 01T1 02T1 03T103T4
CONJONCTURE
Industrie des viandes Évolution des chiffres d’affaires 116 114 112 110 108 106 104 BasseNormandie 102 France Base 100 : moyenne de l’année 1999 100 janv 2000janv 2001janv 2002janv 2003déc 2003 juil 2000juil 2001juil 2002juil 2003
personne qui a retrouvé quelque vigueur après une année 2002 mo rose. Toutefois, seules les pharma c i e so n tc o n n uu n ea n n é e réellement florissante.
Ainsi, même relativement modeste, la progression de la consommation des ménages (+ 1,6 % après 1,4 % en 2002) a continué de soutenir l’économie en BasseNormandie comme dans l’ensemble du pays. Traduction de cette activité assez ferme en 2003 dans la région, le commerce (commerce de détail mais également commerce de gros) a accru ses effectifs salariés de 400 personnes entre septembre 2002 et septembre 2003 (+ 0,6 %), au con traire de nombre d’autres secteurs.
tion). En effet, pour les ménages, le nouveau dispositif Robien, et plus encore la baisse des taux d’intérêt réels, favorisent l’investissement immobilier. L’activité des transports en progression Particularité basnormande, au long de l’année 2003, les transports ont confirmé leur expansion dans la ré gion alors que, dans la moyenne des régions françaises, leur activité était assez terne. Le secteur a ainsi em bauché plus de 200 personnes en un an (+ 1,2 %) et a augmenté son acti vité de façon sensible : pour exemple, les encaissements des en treprises de transport routier de marchandises ont augmenté de plus
Évolution de l’emploi salarié Secteurs marchands non agricoles (CVS)
125 BasseNormandie France 120 janv 2000janv 2001janv 2002janv 2003déc 2003 juil 2000juil 2001juil 2002juil 2003
100 BasseNormandie 99 France 98 00T1 00T3 01T1 01T3 02T1 02T3 03T103T3 (Unité : base 100 : moyenne des 4 trimestres 2000)
104 103 102 101
. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 131
Commerce en grandes surfaces Évolution des chiffres d’affaires 150 Base 100 : moyenne de l’année 1995 145 140 135 130
CONJONCTURE CONJONCTURE
CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE CONJONCTURE
qu’en septembredemipoint en deçà du taux natio Taux de chômage pourcentage  fin de trimestrenal.2002. La progres sion des effectifs 11 Bien que le chômage ait sensible dans le secteur de ment progressé dans le sudManche la construction, 10 depuis un an, c’est néanmoins ce dans les trans département qui continue d’enre ports et dans le 9 gistrer le taux de chômage le moins commerce ne suf élevé (8,3 %). Le Calvados reste le fit pas à contreba 8 département le plus touché (10,1 %) lancer ces pertes et le nombre de demandeurs d’em d’emplois impor 7 ploi a continué de s’accroître dans 00T1 00T3 01T1 01T3 02T1 02T303T1 03T3 tantes, essentiel Calvados MancheOrneles zones d’emploi de CaenBayeux BasseNormandie Francelement liées à la et de Lisieux. Sur les deux dernières faiblesse de l’acti années, le taux de chômage dans vité dans le secteur industriel. En dé L’emploi victimel’Orne et le Calvados a d’ailleurs de la faiblesse de l’activitépit d’une reprise de l’emploi salarié progressé de près d’un point, alors industrielleau quatrième trimestre, inférieure à que la Manchen’a connu qu’une celle du quatrième trimestre 2002, le En BasseNormandie, l’emploi aaugmentation limitée de son chô bilan de l’emploi sur l’ensemble de continué de se dégrader depuis le démage (+ 0,2 point). L’Orne et le l’année 2003 devrait rester négatif. but de l’année : le nombre d’emploisCalvados ont en effet été les plus Cependant, malgré la réduction des salariés dans le secteur marchandtouchés par les pertes d’emploi in effectifs dans la sphère marchande, (IndustrieCommerceServices) adustriel dans la région, et en pre la productivité du travail a diminué baissé de 0,3 % entre septembremier lieu par le démantèlement de en 2003. On peut donc penser que 2002 et septembre 2003. L’emploiMoulinexdont les retombées conti l’emploi ne s’est pas complètement salarié s’est contracté dans la plupartnuent de se faire sentir. ajusté au niveau d’activité. des zones d’emploi, exception faite Très forte accélération des des bassins de CaenBayeux, LiParallèlement à cette diminution de créations d’entreprises sieux et ceux du sudManche. L’inl’emploi salarié, le chômage a aug dustrie a continué de perdre desmenté dans la région en 2003. MalAnnée marquée par un taux de emplois ( 1,1 % sur un an, soit envigré un recul au quatrième trimestrecroissance faible et par une dégra ron 1 100 emplois) mais également( 0,3 %), la hausse est de 4,7 % surdation du marché de l’emploi,2003 les services, en raison de la forteun an et correspond à 2 900 demanest aussi caractérisée par la specta baisse du travail intérimaire sur undeurs d’emploi supplémentaires.culaire accélération des créations an : on compte un millier d’intériDans le même temps, la hausse nad ’e n tre p ris e s ,d a n sla rég io n maires de moins en septembre 2003tionale a toutefois été supérieure(+ 8,4 %) tout comme dans l’en (+ 6 %). Cettesemble des régions françaises augmentation du(+ 8,8 %). Cette reprise s’est pro Évolution de l’emploi par secteur chômage touchegressivement dessinée au cours de BasseNormandie (cvs) 120 toutes les catégol’année 2003 pour atteindre au qua 115ries de demantrième trimestre des sommets dé deurs d’emploi,passant les meilleurs niveaux de ces mais en premierdix dernières années. En BasseNor 110 lieu les chômeursmandie plus encore que dans l’en 105 de longue duréesemble du pays, le dynamisme des 100(+ 11 %). Fin décréations pures (+ 15 %)tranche cembre, le taux deavec l’atonie des années précéden Beaucoup de nouvelles entrepri 95 00T1 00T2 00T3 00T4 01T1 01T2 01T3 01T4 02T1 02T2 02T302T4 03T103T2 03T3tes.chômage régional Commerce et réparationConstruction Services Industrieà sess ’ é t a b l i s s a i tont été créées dans les services (Unité : base 100 : moyenne des 4 trimestres 1997) 9,2 %, soit un(+ 11 %), et plus précisément les . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 131
Valeur
CONJONCTURE
CONJONCTURE
0,0 + 8,8
77 375
ENCAISSEMENTS (CVS) Source : Insee  DGI Transports routiers de marchandises
Moyenne trimestrielle
505 686 105 996
335
1 325 63
 0,9  1,4
+ 5,4
+ 0,2
8 467 2 247
+ 5,7
+ 8,4
CRÉATIONS ENTREPRISES (CVS) Évolution donnée en année glissante Source : Insee
IMMATRICULATIONS NEUVES (CVS) Source : Equipement Évolution donnée en année glissante Véhicules légers Véhicules utilitaires
+ 3,9
79 881
+ 2,0 + 2,7 + 0,3
+ 1,1 + 1,1
PRODUCTION INDUSTRIELLE CVS Industrie hors BTP Industrie y compris BTP COMMERCE EXTÉRIEUR CVS Exportations FAB (millions d’euros) Importations CAF (millions d’euros) INDICE DE SALAIRE HORAIRE BRUT OUVRIER TAUX D’ÉPARGNE DES MÉNAGES (Valeur CVS au 31 décembre 2003) TAUX DE BASE BANCAIRE (au 31 décembre 2003)
LOGEMENTS COMMENCÉS Source : Equipement Évolution donnée en année glissante dont individuels dont collectifs
1 388
 0,3
 2,2 + 0,7 + 1,2  0,1
10 174
611 682
QUELQUES REPÈRES NATIONAUX au 31 décembre 2003
CHIFFRE D’AFFAIRES (CVS) Source : Insee  DGI Industrie du lait Industrie des viandes Équipementiers de l’industrie automobile Commerce en magasins de grandes surfaces
 1,6 + 2,1  1,6  2,2
 1,9 + 0,4  5,7 + 4,2
 1,4
 5,0
82 335 83 544 120,1 16,9 %
. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 131
Évolution en % sur Un trimestreUn an
100,7 99,2
6,6 %
+ 2,0 + 1,3
+ 0,9 + 1,7 + 2,7
 6,3
 6,3  6,4
 1,1 + 1,3 + 0,6  0,6
Définitions BIT: Bureau international du travail. DEFM(cat.1) : demandeurs d’emploi en fin de mois pour un emploi à durée indéterminée. Nou velle définition hors activités réduites. Emploi salarié: pour la région, les variations sont calculées d’après les effectifs des URSSAF. L’emploi national est estimé trimes triellement par l’Insee. CVS: corrigé des variations saisonnières. FAB: franco à bord. CAF: coût assurance frêt .
1 433
 4,7
+ 0,3  26,2
+ 1,9  16,2
 6,3
 1,5
 1,3  2,2
 2,8
54 526
Valeur
9,2 %
 0,1
 0,6 + 0,2 0,0 0,0
EMPLOI SALARIÉ (CVS) au 30.09.03 Secteur marchand hors agriculture Source : Insee  Urssaf Industrie Construction Commerce Services
CONJONCTURE
CONJONCTURE
+ 2,0
 0,6 + 2,8
2 446 500
9,7 %
 0,1  1,0  1,1 + 4,0
 1,3  0,3 + 0,6  1,2
LE TABLEAU DE BORD DU QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 BASSENORMANDIE FRANCE Évolution en % surÉvolution en % sur Un anUn trimestreUn trimestreUn an + 0,4 point 0,1 pointTAUX DE CHÔMAGE BIT (CVS) au 31.12.030,0 point+ 0,4 point Source : Insee + 4,7 0,3+ 0,4+ 6,1 DEFM cat.1 (CVS) au 31.12.03 Source : DRTEFP
CONJONCTURE
 0,1
CONJONCTURE
 5,3  9,6
51 439 28 442
+ 1,5 + 2,8
9 132
 1,2
LOCAUX PROFESSIONNELS COMMENCÉS Évolution donnée en année glissante Source : Equipement 2 Surface en milliers de m
 1,0
 0,3
 0,3 + 0,1 + 0,2  0,2
 6,7
+ 0,3 + 10,5
CHÔMAGE Évolution en % sur un an + 5,4 + 6,8 + 3,3 + 4,9 + 7,6 + 5,7 + 0,0 + 0,2 + 5,0 + 5,7 + 10,8 + 4,6 + 4,7 + 4,9
57 169 29 207 17 063 10 899 22 227 5 321 1 766 8 448 2 671 3 546 1 851 3 769 4 383 3 050
Sources : Insee, DRTEFP au 31 décembre 2003
Directeur :JeanLouis BORKOWSKI Administration des ressources: JL BORKOWSKI, par intérim Service statistique: JeanPierre SERVEL Service études et diffusion: Laurent DI CARLO Attaché de presse :Pascal CAPITAINE
CONJONCTURE
VIRE AVRANCHES GRANVILLEFLERS
Evolution de l'emploi salarié de 1,5 à 2,5 % de 0,5 à 1,5 % de 0 à 0,5 % de  0,5 à 0 % de  0,5 à  1,5 % de  2,5 à 1,5 %
Alain COËNON
AVRANCHES VIRE GRANVILLE
SAINTLO COUTANCES
Évolution sur un an du nombre de demandeurs d'emploi en fin de mois (au 31 décembre 2003) CHERBOURG
Code SAGE : Cent13170© Insee2004
L'AIGLEMORTAGNE
ALENCONARGENTAN
Source : Insee, Urssaf © IGN  Insee 2004
CONJONCTURE
LE TABLEAU DE BORD DES ZONES D’EMPLOI
CONJONCTURE
Les évolutions des chiffres d’affaires et des encaissements sont calculées à partir des déclarations de TVA des entreprises monorégionalesim plantées en BasseNormandie.
DEFM cat.1 nouvelle def. brut
DÉPARTEMENTS ET ZONES D’EMPLOI BASSENORMANDIE Calvados Manche Orne CaenBa eux Lisieux Vire Cherbour SaintLô AvranchesGranville Coutances Flers Alen onAr entan L’AigleMortagne
services aux entreprises (+16 %), ainsi que dans la construction (+ 10 %). En revanche, l’augmen tation des créations dans le com m e r c ea ét ém o i n sn e t t ee n BasseNormandie que dans le reste du pays (+ 4 % contre +11 %).
CONJONCTURE
CONJONCTURE
CAENBAYEUX
CONJONCTURE
ISSN 12672769
le numéro :2,2Abonnement 2004 (12 numéros) : France :20 Étranger :23
CAENBAYEUX
LISIEUX
FLERS ALENCONARGENTAN
L'AIGLEMORTAGNE
CENT POUR CENT BasseNormandie Directeur de la publication: JeanLouis BORKOWSKI Rédacteur en Chef: Pascal CAPITAINE Secrétaire de Rédaction: Nadine GAUTIER Composition PAO: Françoise LEROND
Evolution du chômage 0 % de 0 à + 4 % de + 4 à + 6 % de + 6 à + 10,8 %
Le bilan démographique de la BasseNormandie
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE 93, rue de Geôle 14052 CAEN CEDEX 4 Tél. : 02.31.15.11.11Fax : 02.31.15.11.01 Site Internet : www.insee.fr/bassenormandie
Dépôt légal : avril 2004
LISIEUX
SAINTLO COUTANCES
Taux de chômage BIT CVS 9,2 % 10,1 % 8,3 % 8,6 % 10 6 % 10,6 % 7 3 % 10,5 % 6 7 % 7,2 % 7,5 % 7,6 % 9,6% 8,7 %
Évolution sur un an de l'emploi salarié marchand non agricol CHERBOURG(au 30 septembre 2003)
Rédaction achevée le 2 avril 2004
Prix de vente :
Source : DRTEFP © IGN  Insee 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.