La reprise amorcée au printemps 2005 se concrétise au premier trimestre 2006 (Flash d'Octant n° 119)

De
Publié par

Au début 2006, dans un environnement international toujours dynamique, la croissance de l'économie française est plus soutenue, étayée par une demande intérieure plus vigoureuse. En Bretagne, les espoirs de reprise nourris au long de 2005 se concrétisent début 2006. Un renforcement d'activité est enregistré dans plusieurs secteurs. Industriels et professionnels des services font état d'un redressement qui se poursuivrait à court terme. Dans le bâtiment, l'activité demeure soutenue et les perspectives sont très favorables. Toutefois les résultats sont un peu moins optimistes dans le commerce. Comme France entière, le chômage est en baisse dans la région au premier trimestre. Au dernier trimestre 2005, l'emploi salarié privé breton a progressé de 0,1 %.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 119 - Juin 2006conjoncturelle
La reprise amorcée au printemps 2005
se concrétise au premier trimestre 2006
Au début 2006, dans un environnement international toujours dynamique, la
croissance de l’économie française est plus soutenue, étayée par une demande
intérieure plus vigoureuse. En Bretagne, les espoirs de reprise nourris au long de
2005 se concrétisent début 2006. Un renforcement d’activité est enregistré dans
plusieurs secteurs. Industriels et professionnels des services font état d’un
redressement qui se poursuivrait à court terme. Dans le bâtiment, l’activité
demeure soutenue et les perspectives sont très favorables. Toutefois les résultats
sont un peu moins optimistes dans le commerce.
Comme France entière, le chômage est en baisse dans la région au premier
trimestre.
Au dernier trimestre 2005, l’emploi salarié privé breton a progressé de 0,1 %.
Contexte national : un peu plus de croissance
France entière, le PIB (Produit Intérieur Brut) dans son ensemble. Elle se replie dans les industries
progresse de 0,5 % au premier trimestre 2006 après agroalimentaires mais augmente dans les autres
secteurs.0,3 % au dernier trimestre 2005.
L’emploi salarié privé a crû de 0,1 % ce trimestre,La demande intérieure hors stocks participe à la
croissance à hauteur de 0,7 point. Le solde du soit 20 100 emplois supplémentaires. C’est la
commerce extérieur y contribue également pour 0,5 construction qui progresse le plus en matière de
créations d’emplois (+ 1,1 %). Dans le tertiaire lespoint. En effet les importations augmentent moins
effectifs continuent également d’augmenterqu’au trimestre précédent (+ 1,1 % après + 2,2 %)
alors que la progression des exportations triple (+ 0,2 %). Par contre, le recul de l’emploi industriel
(+ 3,0 % après + 1,0 %). Cependant les variations demeure marqué (- 0,6 %).
Fin mars 2006, un peu plus de 2 284 000de stocks pèsent négativement sur la croissance
demandeurs d’emploi sont inscrits à l’ANPE (Agence(- 0,7 point).
L’investissement des entreprises marque le pas Nationale Pour l’Emploi), soit 7,5 % de moins qu’un
(-0,1 % après 1,1 %). Celui des ménages progresse an plus tôt.
Le taux de chômage au sens du BIT (Bureauplus modérément (+ 0,5 %) tandis que leurs
International du Travail) s’établit à 9,5 % au 31 mars.dépenses de consommation s’accélèrent (+ 0,9 %
après + 0,4 %). Il diminue de 0,1 point sur le trimestre et de 0,6 point
La production s’accroît de 0,8 % pour l’industrie sur l’année.
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS11964 - PRIX : 2,30€Tous les secteurs se sont repliés hormisAgriculture :
Cours du porc charcutier breton - classe E l’industrie laitière dont l’activité a retrouvé(Euros / kilo) le cours du porc se redresse
2,00 un peu de dynamisme. Les activités de la
viande et du travail du grain-fabrication1,90 Au premier trimestre 2006, les livraisons de
d’aliments pour animaux se trouvent sanslait sont inférieures de 4,6 % à celles de
doute pénalisées par les effets de la grippe1,70 l’hiver 2005. Le prix moyen du lait payé au
aviaire.producteur s’établit à 0,29€/l, soit 3,3 % de
Tendance Pour l’ensemble du secteur agroalimentaire,
1,50 moins que l’année passée à la même période.
la période printanière s’annonce assezLe cours du porc se redresse graduellement
morose.sur le trimestre pour atteindre, en moyenne,1,30
1,38€/kg soit 2,2 % de plus sur un an. Sur la
Pour le deuxième trimestre, les industrielsmême période, les abattages augmentent de1,10
bretons anticipent une poursuite de3,7 %.
Série brute l’amélioration. Cependant ils se montrentLes difficultés persistent sur le marché de la
0,90 moins confiants sur le développement à2002 2003 2004 2005 2006 volaille de chair. Les abattages de volailles
Source : Ofival et SNM - Insee court terme de l’industrie française dans sontoutes catégories confondues diminuent de
ensemble, comme l’atteste la dégradation du4,4 % par rapport au premier trimestre 2005.
climat général.
Les abattages de veaux de boucherie
Tendance de la production industrielle augmentent sur le trimestre mais sont en
(Soldes d’opinions - en %) L’activité demeure soutenue
baisse comparés à l’hiver 2005. Le cours du30
dans le bâtimentveau connaît une progression excep-
tionnelle : + 24,8 % en un an. Il s’établit à unProduction passée
20 Selon les entrepreneurs du bâtiment, après
niveau élevé : 5,94€/kg en moyenne.
une fin d’année dynamique, l’activité se
Les cotations des principales productions
maintient au premier trimestre 2006. Elle10 bovines sont supérieures à celles du premier
s’améliore nettement dans le gros-œuvre et1trimestre 2005, excepté pour la vache O . Les
demeure soutenue dans le second-œuvre par
0 abattages de gros bovins reculent sur le rapport à l’année précédente à la même
Production prévue trimestre mais sont plus importants sur un an.
période.
Les quantités débarquées de poissons,-10 Sur le trimestre, les professionnels estiment
crustacés et mollusques diminuent de 1,9 % que l’activité reste favorable dans les
par rapport au premier trimestre 2005. Le logements neufs et le secteur de l’entretien--20
2002 2003 2004 2005 2006 prix moyen progresse d’autant sur la période. amélioration. Mais ils la jugent moins bonne
Source : Insee, enquêtes de conjoncture dans les bâtiments non résidentiels.
Industrie : embellie Début avril, les chefs d’entreprises
excepté dans l’agroalimentaire envisagent un renforcement de leur activité
dans les trois mois à venir. Ils tablent sur laTendance de l’activité dans le bâtiment
Selon l’opinion exprimée par les chefs(Soldes d’opinions - en %) même progression concernant l’évolution
30 d’entreprises début avril, l’activité indus- globale du secteur du bâtiment. Leurs carnets
trielle bretonne s’est redressée au cours du
de commandes demeurent bien appro-
20 premier trimestre 2006 sous l’effet d’une
visionnés : la charge de travail est évaluée à
expansion de la demande globale,
6,2 mois de travail par salarié, contre 6,1 au10 notamment étrangère. Les carnets de trimestre précédent.
commandes se sont étoffés mais les stocksActivité prévue La proportion de chefs d’entreprises à0 sont jugés un peu élevés.
éprouver des difficultés de recrutement se
La plupart des secteurs s’inscrivent dans cette
réduit sur le trimestre comme sur l’année.-10 tendance favorable. Les industriels des biens Parmi eux, 69 % déclarent désormais avoir
d’équipement font état d’une reprise de la
du mal à recruter, soit 7 points de moins qu’à-20 production. Et leurs appréciations sur laActivité passée l’automne.
demande et sur le niveau des carnets de
-30 Les tensions sur l’appareil de production sont
2002 2003 2004 2005 2006 commandes s’améliorent vivement. Mais ils
en constante augmentation depuis la fin
Source : Insee, enquêtes de conjoncture considèrent que leurs stocks demeurent
2004. Deux entrepreneurs sur trois déclarent
assez lourds. L’activité de l’industrie des
ne pas pouvoir accroître leur production,
biens de consommation a retrouvé des
contre un sur deux au premier trimestre
couleurs grâce à une demande dynamique.Nombre de logements neufs en chantier en Bretagne 2005.
Moyenne 1996 - 2005 Ses stocks sont légèrement au-dessus de leur2004 2005 2006 Sur les trois premiers mois de l’année, la4 000 moyenne de long terme. Dans la branche des
construction de logements neufs bat à
biens intermédiaires, l’activité s’est égale-
nouveau un record avec 9 200 logements mis3 500
ment raffermie, en lien avec l’accélération
en chantier. L’activité excède de 36 % la
des demandes globale et étrangère.
moyenne des cinq derniers hivers. Elle est3 000
A contrario, la conjoncture est jugée terne
tirée vers le haut par la vigueur du logement
dans le secteur de l’agroalimentaire,
2 500 collectif (+ 55 % sur un an) alors que la
s’agissant de la production comme de la
demande. Les carnets de commandes restent
2 000 Enquête réalisée avec l'aide de la
bas et le niveau des stocks est jugé supérieur
à la normale.
1 500
1 - Il s’agit de la catégorie selon la grille1 000
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. communautaire de classement des carcasses
BRETAGNEFFBde bovins (6 classes de conformation : S, E, U, R, O et P).Source : DRE - Sitadel
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 119 - Juin 20062construction de maisons individuelles Services : Tendance des ventes dans le commerce de détail
(Soldes d’opinions - en %)marque le pas.
raffermissement de l’activité 10A court terme, la demande de logements
neufs devrait rester soutenue : 9 700 Selon les chefs d’entreprises interrogés en
logements ont été autorisés, soit 29 % de 0avril, l’activité s’est raffermie au premier
Ventes réaliséesplus que la moyenne sur cinq ans. Sur le trimestre 2006 dans l’ensemble des services.
marché des bâtiments professionnels, le Elle s’est globalement renforcée dans les -10
nombre de mètres carrés autorisés est services aux entreprises mais enregistre un
2
supérieur de 7 % à son niveau moyen . repli non négligeable dans le secteur du
-20
travail temporaire. Dans l’immobilier elle se
Repli dans le commerce de gros maintient. Par ailleurs, les dirigeants des
Intentions de commandes-30services aux particuliers estiment que la
Les négociants bretons interrogés en mars baisse amorcée mi-2005 se poursuit ce
estiment que leurs ventes se sont repliées en trimestre. -40
2002 2003 2004 2005 2006janvier-février après le redressement Les résultats d’exploitation sont considérés
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
intervenu les deux derniers mois de 2005. Ils stables mais devraient augmenter à court
font état d’une stagnation des ventes dans les terme. Les chefs d’entreprises constatent
biens de consommation et d’un recul des également une stagnation des prix ce
ventes dans les biens d’équipement ou les trimestre, tendance qui persisterait au
biens intermédiaires. printemps. La hausse de l’emploi, modérée Tendance de l’activité dans les services
Pour l’ensemble du commerce de gros, les (Soldes d’opinions - CVS - en %)au premier trimestre, devrait s’accélérer pour
intentions de commandes augmentent un 40les trois mois suivants.
peu. Elles stagnent dans les biens Les professionnels prévoient une forte
intermédiaires. Mais elles progressent dans intensification de l’activité au deuxième 30
Activité prévueles biens d’équipement et plus modérément trimestre 2006, dans tous les secteurs.
dans les biens de consommation.
20
Les perspectives générales d’activité se Hôtellerie : fort repli de la
maintiennent mais restent en deçà de leur fréquentation étrangère3 10niveau moyen à cette période de l’année.
Au premier trimestre 2006, l’activité dans les Activité passée
0Commerce de détail : hôtels de la région s’avère en baisse au regard
de l’année précédente à la même période.une stabilité globale
4Près de 976 000 nuitées sont -10
2002 2003 2004 2005 2006Les détaillants, interrogés en mars, comptabilisées, soit 1,8 % de moins qu’à
Source : Insee, enquêtes de conjonctureconsidèrent que leurs ventes ont stagné en l’hiver 2005. C’est la chute de fréquentation
de la clientèle étrangère qui tire l’activité versjanvier-février comparées à novembre-
décembre. Les volumes vendus sont jugés le bas : elle diminue de 25,8 % sur un an. Au
nettement en baisse dans le commerce contraire, la clientèle française est un peu
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagnegénéraliste non alimentaire, le repli est plus plus présente qu’un an auparavant (+ 1,8 %).
Sur l’ensemble du trimestre, le tauxmodéré dans le commerce généraliste 100
2005 2006alimentaire. En revanche, les professionnels d’occupation est toutefois légèrement
ressentent une légère amélioration dans le supérieur (+ 0,2 %) à celui du premier
80
commerce spécialisé. trimestre 2006.
Toutes activités confondues, les com-
60merçants jugent le niveau des stocks moins La construction génère
important qu’en novembre-décembre 2005. des emplois face à un secteur
Début mars, les intentions de commandes 40
industriel en reculpour les deux mois à venir sont estimées
stationnaires. L’emploi salarié dans le secteur concurrentiel 20
Après le redressement observé en fin d’année au cours du 4ème trimestre 2005 enregistre
dernière, le marché des véhicules neufs s’est une évolution de + 0,1 %. Comme les
0légèrement infléchi au premier trimestre : jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.trimestres précédents, la construction
20 002 voitures particulières et com- connaît une croissance importante qui Source : Direction du tourisme - Insee - Réseau Morgoat module hôtellerie
merciales ont été immatriculées. Cela compense la chute dans le secteur industriel.
Note : suite à la rénovation de l’enquête dans l’hôtellerie,représente une baisse de 2,8 % sur le Au cours des 12 derniers mois, de janvier il y a une rupture de série. La nouvelle série commence en
trimestre et de 1,9 % sur un an. 2005 à décembre 2005, l’emploi salarié en 2005 et n’est pas strictement comparable à la précédente.
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole)
Variation de janvier à décembre 2005 (en %)*
Ensemble Industrie Construction Commerce Services
2 - Il s’agit de la moyenne sur cinq ans.
Côtes-d’Armor 1,4 0,0 4,7 2,3 0,93 - Il s’agit de la moyenne calculée à partir des
soldes d’opinions sur les stocks depuis 1996. On Finistère 1,3 - 1,2 5,4 0,8 2,3
parle de moyenne de longue période. Ille-et-Vilaine 1,1 - 0,7 5,2 1,6 0,9
4 - Suite à la rénovation de l’enquête dans l’hôtellerie,
Morbihan 1,5 - 0,8 5,4 1,2 2,3il y a une rupture de série. La nouvelle série commence
Bretagne 5,2 1,4 1,4en 2005 et n’est pas strictement comparable à la 1,3 - 0,8
précédente. *en données CVS, y compris intérim Source : Insee-Urssaf
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 119 - Juin 2006 3Bretagne, intérim compris, a augmenté Évolution du nombre des demandeurs Évolution trimestrielle de l’emploi salarié
de 1,3 % en données CVS (Corrigées des Secteur privé non agricole (intérim compris)d’emploi de catégorie 1
(% - CVS)Variations Saisonnières). (CVS - Base 100 janvier 2000)
0,8La baisse générale dans le secteur de 110
l’industrie ne contrarie pas pour autant
0,6100une évolution positive de l’emploi. Cette
Francedynamique s’explique par une activité
0,490soutenue dans les secteurs du commerce
Bretagne
et des services avec une progression
80 0,2moyenne de 1,4 %. Ainsi, le domaine du
commerce de détail-réparation automo-
70 0,0
er erbile enregistre une augmentation de e e e e e e1 t.04 1 t.052 t.04 3 t.04 4 t.04 2 t.05 3 t.05 4 t.05
+ 1,7 % tandis que les activités de Source : Insee - Urssaf60
2002 2003 2004 2005 2006conseil et assistance réalisent + 3,1 %. Lecture : l'emploi salarié privé non agricole, intérim compris, aSource : DRTEFP
Cette année encore, la construction reste progressé de 0,1 % au cours du quatrième trimestre 2005 et de
0,4 % au cours du troisième trimestre 2005.le secteur pourvoyeur d’emplois, les
à la recherche d’un emploi dans la
effectifs y progressent de 5,2 %.
région : leur nombre décroît de 6,8 % en
En Bretagne, tous les départements
un an. Fin mars, 47 500 femmes étaient
enregistrent une évolution positive mais Chômage au 31 mars 2006inscrites à l’ANPE, soit une baisse de
en Ille-et-Vilaine, le rythme de pro-
2,9 % comparé à mars 2005. Sur un an, le TauxDEFM catégorie 1gression est légèrement en deçà de la
chômage de longue durée a également de chômage
moyenne régionale. Variation sur BIT (CVS )reculé de 4 % en Bretagne. Le chômage Série brute
L’emploi industriel est en recul partout, un an (en %)de longue durée, celui des jeunes, ou des
sauf dans les Côtes-d’Armor, mais cette - 4,0 7,9Côtes-d’Armor 16 504femmes a davantage diminué en France
baisse est compensée par un niveau de - 7,5 8,4Finistère 27 018que dans la région.
croissance qui demeure élevé dans la Ille-et-Vilaine 27 654 - 0,6 7,1En Bretagne, à la fin du premier trimestre
construction. Morbihan 22 195 - 1,4 8,42006, le taux de chômage s’établit à
Bretagne - 3,5 7,993 3717,9 %. Il a baissé de 0,1 point sur leUne baisse du chômage à
Source : DRTEFP - Inseetrimestre et de 0,3 point sur l’année.
nouveau moins forte que
Tableau de bord BretagneFrance entière
Variation en %Fin mars 2006, 93 400 demandeurs Valeur au
erd’emploi sont inscrits à l’ANPE en Indicateurs trimestriels 1 trimestre Région France
Bretagne, soit 3,5 % de moins qu’un an 2006 sur un ansur un trimestre sur un an
plus tôt. Au niveau national la baisse
s’établit à 7,5 %. En données CVS et ACTIVITÉ
comparé à décembre 2005, le nombre de Agriculture (Source : Draf)
Livraisons de lait (en milliers d’hl) 11 221 - 2,4 - 4,6 - 4,4demandeurs d’emploi diminue de 0,1 %
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,29 - 6,5 - 3,3 - 4,1dans la région et de 1,5 % France entière.
Abattages de porcs (en tonnes) 289 913 2,2 3,7 0,1
A la fin du premier trimestre 2006, Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,38 3,8 2,2 2,0
15 300 jeunes de moins de 25 ans étaient
Construction (Source : DRE)
Logements autorisés 9 723 - 9,8 6,1 18,9
Logements commencés 9 210 6,9 16,4 10,4
2Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés) 908 632 - 10,5 18,3 20,5
Directeur de la Publication Hôtellerie (Source : ORTB - Insee)
Bernard LE CALVEZ Nombre de nuitées (en milliers) 976 /// - 1,8 - 3,6
43,9 - 2,4 0,2 - 0,2Taux d’occupation moyen (en %)
Rédactrice en chef
DEMANDELudivine NEVEU-CHÉRAMY
Commerce extérieur (Source : Douanes)
Composition
Importations (en millions d’euros) 1 991 1,5 7,0 11,5
Claire CHARON
Exportations 1 746 - 10,7 - 5,6 11,8
Cette note a été rédigée par : Immatriculations de véhicules neufs (Source : OST)
Dominique BERTIER, Lucile CROS, Voitures particulières et commerciales 20 002 - 2,8 - 1,9 0,1
Jean-Luc NATIVEL et Isabelle ROISEAU
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises (Source : Insee)
2 300Ensemble 27,2 14,1 10,6
INSEE Bretagne
Industrie 140 28,4 - 6,0 1,1
36, place du Colombier Construction 544 60,5 27,4 11,7
CS 94439 Commerce 481 14,3 0,0 4,7
35044 RENNES Cedex Services 1 135 20,9 18,4 14,1
Tél. : 02 99 29 33 33 Défaillances d’entreprises (Source : Insee-Bodacc)
(1) 35,7Fax : 02 99 29 33 90 Ensemble 346 - 11,3 - 4,6
MARCHÉ DU TRAVAILPour tout renseignement
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) (Source : Insee)statistique : 7,9 - 1,3 - 3,7 - 5,9
Tél. : 0 825 889 452 (0,15€ la minute) Demandeurs d’emploi en fin de trimestre
(données brutes) (Source : DRTEFP)
(2)- 0,1de catégorie 1 93 371 - 3,5 - 7,5
© Insee 2006
de moins de 25 ans 15 274 /// - 6,8 - 8,4e
Dépôt légal : 2 trimestre 2006
///de longue durée 27 249 - 4,0 - 7,4
Imprimerie Média Graphic
e(1) au 4 trimestre 2005
Rennes
(2) en données CVS.
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 119 - Juin 20064

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.