La santé retrouvée

De
Publié par

Depuis le début de l'année, la reprise se consolide. La vivacité de la demande extérieure l'a portée au cours du premier semestre. Au mois de juillet, la consommation des ménages a pris le relais. La bonnes santé est donc retrouvée. Pour preuves : l'amélioration sensible du marché du travail avec une baisse du taux de chômage et une augmentation des emplois salariés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

La conjoncture en Franche-Comté
’année 1998 a bien dé- nufacturés aurait continué à aug-Depuis le début de l’année,
marré en Franche- menter au cours du troisièmela reprise se consolide. La vivacité
Comté. Avec un léger trimestre. En revanche, la de-
de la demande extérieure l’a décalage par rapport à la mande externe, bien qu’encore
France, la croissance a d’abord importante, se tasserait. L’acti-portée au cours du premier
été provoquée par l’accroisse- vité industrielle régionale restesemestre. Au mois de juillet,
ment des ordres donc sur la voieUne conjonction favorable :la consommation des ménages a à l’exportation. de la croissance,
demande interne, ordres pris le relais. La bonne santé est D’après les in- même si quel-
à l’exportationdustriels francs- ques entreprises donc retrouvée. Pour preuves :
comtois, ces derniers restent en- importantes rencontrent des dif- l’amélioration sensible du marché
core importants, alors qu’ils ra- ficultés.
du travail avec une baisse du taux lentissent nettement au niveau L’amélioration régionale est
national. La demande interne d’abord perceptible dans les in- de chômage et une augmentation
s’est amplifiée au cours du dustries des biens de consom- des emplois salariés.
deuxième trimestre. Selon les mation, des biens intermédiai-
résultats provisoires de l’en- res et de l’automobile. Ces deux
quête d’octobre 1998, la de- derniers secteurs ont, de sur-
mande globale en produits ma- croît, bénéficié d’ordres à l’ex-Nº 21 - NOVEMBRE 1998
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 21
ESS982118 Prix : 15FLes réponses obtenues ont
ENQUÊTES donc un caractère subjectif.
D’OPINION Le plus souvent, trois mo-
dalités sont prévues : parL’INSEE interroge réguliè-
rement les chefs d’entreprise exemple, « hausse », « stabi-
lité », « baisse ». Il faudraitde l’industrie et du bâtiment
sur la marche de leurs affai- donc, en principe, suivre
l’évolution de plusieursres. L’objectif est d’obtenir
rapidement des renseigne- pourcentages. Ce qui n’est
pas aisé. D’où la construc-ments sur les tendances ré-
centes et les anticipations. tion d’un indicateur résumé,
appelé solde d’opinions, quiC’est pourquoi les questions
sont surtout qualitatives : on est constitué par la diffé-
rence entre les pourcenta-demande par exemple au
chef d’entreprise son avis ges de réponses « en haus-
se » et « en baisse ». Il traduitsur l’évolution de sa produc-
tion, de ses effectifs ; sur le assez bien les tendances.
Et il n’a de signification qu’enniveau de ses stocks et de
son carnet de commandes. évolution.
portation soutenus. Plus parti- avec une production moins sen- che-Comté. Ce chiffre témoi-
culièrement dans les industries sible aux saisonnalités. Les gne d’une stabilité des mises en
de mécanique générale, de dé- cours de la viande bovine, en chantier par rapport à 1997,
coupage-décolletage et chez les augmentation, sont repartis vers même si les évolutions diffèrent
équipementiers de l’automobile. des niveaux plus conformes au sensiblement selon les départe-
Dans ces secteurs, les cadences marché. ments et le type de logement.
de production ont accéléré et L’activité des industries franc- Ainsi, le Territoire de Belfort
l’optimisme prévaut pour les comtoises des biens d’équipe- atteint un niveau jamais enre-
mois à venir. Pour le site auto- ment professionnel gistré ces dernières
Ralentissementmobile Peugeot, selon la note se redresse après années : 740 loge-
dans la constructionde conjoncture d’octobre 1998 deux trimestres de ments commencés,
individuellede la Banque de France, la cons- décélération. Pour soit 45% de plus que
truction fléchit suite à un ralen- l’ensemble de l’industrie ma- sur les 9 premiers mois de 1997.
tissement des commandes de vé- nufacturière régionale, les pers- Rompant avec les évolutions
hicules de gammes supérieure pectives de production des chefs régionales d’ensemble, la
et moyenne supérieure. Cela se d’entreprise indiquent que le Haute-Saône se distingue par
traduit par un nouveau recours rythme de croissance de l’acti- des mises en chantiers en cons-
au chômage partiel. Cette orien- vité devrait rester proche de son tante évolution depuis trois an-
tation devrait se prolonger mal- niveau actuel, car les carnets de nées. Et le Doubs se démarque
gré les éventuelles retombées commande sont jugés bien étof- par une évolution nettement
du salon de l’automobile. fés. Mais la demande à venir défavorable sur presque tous les
Dans les industries agro-alimen- fléchirait. mois de la période. En Franche-
taires, l’activité a trouvé un De janvier à septembre 1998, le Comté, le logement collectif, en
rythme de croisière jugé satis- nombre de logements commen- baisse depuis 1995, limite ses
faisant par les professionnels, cés s’élève à 4 282 pour la Fran- pertes. De son côté, le logement
individuel s’essouffle après
deux années de forte hausse. En
revanche, au regard des autori-
sations de construire délivrées,
l’évolution devrait se réorienter
vers une amélioration, à la fois
dans le collectif et dans l’indi-
viduel. Les locaux destinés à un
usage professionnel suivent sen-
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 21CAMPINGS : L’ÉTÉ 1998 MEILLEUR QUE L’ÉTÉ 1997
Plus de campeurs et des séjours un peu plus longs, c’est
ce qui peut caractériser l’été 1998 dans l’hôtellerie de plein
air de la région (selon les résultats provisoires des mois de
mai à août). En termes de nuitées, la croissance, d’environ
+2,5% par rapport aux mêmes mois de 1997, serait due
principalement à une clientèle française plus nombreuse.
Par contre, les étrangers, moins nombreux qu’en 1997,
auraient prolongé leur séjour.
Source : enquête hôtellerie de plein-air-résultats
provisoires pour 1998.
siblement la même évolution : ball. Autre explication possi-
stabilité pour les surfaces com- ble : les étudiants auraient été
mencées et augmentation des plus nombreux à s’inscrire que HÔTELLERIE : DIMINUTION D’ACTIVITÉ
EN ZONE URBAINEautorisations de construire les années précédentes.
(150 000 m² de plus par rapport L’amélioration de l’emploi
Au cours de la saison été* zéro et une étoile, l’activitéà la même période de 1997), constatée depuis le printemps
1998, le nombre de nui- recule d’environ 10%, alorslaissant présager le démarrage se poursuit. En France,
tées enregistrées dans les qu’elle s’améliore dans tou-
de nouveaux chantiers en fin 170 000 créations nettes d’em- hôtels classés est en lé- tes les autres catégories.
d’année. ploi salarié se sont produites gère augmentation (par Les hôtels situés en zone
Fin août 1998, les demandeurs dans le secteur marchand non rapport à la même période urbaine perdent de la clien-
1997). L’évolution de 0,3% tèle. En revanche, la fré-d’emploi en Franche-Comté agricole depuis le début de
correspond à quelques quentation des hôtels si-sont au nombre de 44 400, soit l’année. Cela représente une
2 500 nuitées supplémen- tués en zones de plaine et8,8% de moins évolution de
taires dues à une clientèle de montagne, progresse deL’amélioration du marchéqu’en août 1997. +1,3% sur le se- plus nombreuse (+3,6%) 6%. Au cours de la période,du travail se poursuit.La baisse du chô- mestre. Dans la mais limitant encore sa les hôtels ont eu une
mage y est plus forte que pour poursuite de cette tendance, durée moyenne de séjour. meilleure activité sur les 3
Elle résulte d’une hausse premiers mois. À l’inverse,l’ensemble de la France (– 4% la création de postes devrait
de fréquentation dans le la période juillet-août enre-sur un an). Mais elle profite aux approcher le chiffre de
Jura alors que le Doubs et gistre une baisse de 4%.mêmes couches de population : 285 000 en 1998, niveau ja-
la Haute-Saône enregis-
les jeunes et les hommes. Pour mais atteint depuis 1989. Et trent une baisse. Pour le
le sexe masculin, la baisse ré- les emplois jeunes, rajoutés à Territoire de Belfort, c’est
(*) La saison « été » de lagionale est deux fois plus im- cette estimation porteraient ce la stabilité. La Franche-
statistique touristique concerne
Comté a attiré une clien-portante (– 10,5% contre – 5% chiffre à 360 000. Pour la généralement les mois d’avril à
tèle étrangère plus nom- septembre. Les résultats du moisen France). Chez les jeunes de Franche-Comté, selon les sta-
de septembre 1998 ne sont pasbreuse. En termes de nui-moins de 25 ans, le chômage tistiques ASSEDIC, sur son encore connus. Il s’agit donc icitées, la fréquentation des
des résultats d’avril 1998 à aoûtrégional diminue de 12,7%. Au propre champ, la tendance à étrangers augmente de 6%. 1998 comparés à ceux d’avril
niveau national, il baisse de l’amélioration de l’emploi sa- 1997 à août 1997.Dans l’hôtellerie classée
9,2%. Cependant, alors que le larié est du même ordre. Avec
nombre de demandeurs d’em-
ploi régresse régulièrement de-
puis le début de l’année, on as-
siste à une légère progression
des inscriptions au mois d’août.
Au niveau national, ce flux d’en-
trée s’expliquerait en grande
partie par la fin des contrats
d’intérim générés notamment
par la coupe du monde de foot-
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 21SECOND SEMESTRE :
LA CONSOMMATION SOUTIENT LA CROISSANCE
Depuis le début de l’année, le trait le plus marquant de
l’économie française est la vigueur de la demande inté-
rieure. Motivé par le retour d’une utilisation plus inten-
sive des capacités de production, l’investissement des
entreprises a augmenté sur le premier semestre à un
rythme proche de 10% l’an. Parallèlement, la consom-
mation des ménages a poursuivi la vive reprise entamée
à la mi-97 qui en fait le principal moteur de la croissance :
sa progression sur un an approche 4%. Elle est soutenue
par le développement de l’emploi marchand. En effet,
les créations d’emplois (170 000 au premier semestre)
augmentent les revenus d’activité et favorisent la baisse
du taux d’épargne. La progression de la demande inté-
rieure est venue opportunément contrebalancer l’im-
pact négatif des échanges extérieurs. Les exportations
stagnent depuis le début de l’année tandis que les
importations continuent d’augmenter. Ainsi, bien qu’en
retrait par rapport à la fin 1997, la croissance du PIB est
restée proche de 3% au premier semestre.
une accélération au cours du ménages. Les achats de biens
Extrait du « point de conjoncture » d’octobre 1998,deuxième trimestre. Sont sur- durables se sont multipliés.
publié par l’INSEE.tout concernés les départe- Ainsi, au mois d’août 1998,
ments du Doubs et du Terri- les achats de bien d’équipe-
toire de Belfort (respective- ment du foyer ont progressé
ment +1,7% et +1,3%). De de plus de 6% par rapport au comtoises de véhicules neufs.
manière générale, en France niveau atteint en août 1997. En 1993, ce score était détenu
et en Franche-Comté, l’em- Sur les 8 premiers mois de par les véhicules à moteur
ploi salarié se stabilise dans l’année, les immatriculations diesel.
les secteurs de l’industrie et de véhicules neufs ont atteint Rédaction achevée
de la construction. Il progresse un niveau supérieur de 12% à le 30 octobre 1998
significativement dans les ac- celui atteint en août 1997. Pour Évelyne Dony
tivités tertiaires. Le dévelop- la Franche-Comté, 24 200 vé- (dossier préparé par Gilles Collin)
pement de l’emploi in- hicules neufs ont été
L’emploi salariétérimaire est une des immatriculés sur la
progressecomposantes de cette période, soit 10% de
amélioration : de janvier à plus qu’un an auparavant.
avril 1998, 68 500 contrats ont L’amélioration de la demande
été conclus par les agences touche plus fortement les voi- INSEE Franche-Comté
soit 30% de plus que début tures de marque française "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedex1997. (+12% contre +5% pour les
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99
Le taux de chômage régional marques étrangères). Le taux
Directeur de la publication : Jacques Jacobbénéficie de la baisse des de- de pénétration des véhicules
Rédacteur en chef : Jean-Éric Placemandes d’emploi et de l’évo- de marque étrangère est de Composition, mise en page :
Maurice Boguet, Sylvie Cudeylution favorable des effectifs 29%. La demande s’exprime
Imprimerie : Éblé Besançon
salariés. Fin juin 1998, il de plus en plus pour des véhi-
Abonnement annuel (4 numéross’élève à 9,2% de la popula- cules à moteur essence (+10% +3 numéros de INSEE Franche-Comté
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :tion active, marquant un net contre +3% pour les voitures
France : 150F
Étranger (normal) : 188Frecul par rapport à juin 1997. à moteur diesel). À l’heure
Étranger (urgent) : 240F
L’amélioration notable de la actuelle, les véhicules roulant Nº de CPPAP : 3 021 AD
ISSN : 1248-2544situation de l’emploi a été fa- à l’essence équivalent à 55% © INSEE 1998
dépôt légal : novembre 1998vorable à la consommation des des immatriculations franc-
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 21
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.