Le Conseil national de l'information statistique

Publié par

Le Conseil national de l’information statistique (Cnis) a pour principale mission d’assurer la concertation entre les producteurs et les utilisateurs de la statistique publique. Il met en lumière les nouveaux besoins, dans une démarche prospective. Il s’appuie pour cela sur des structures (bureau, assemblée plénière, commissions ) permettant une expression de la demande sociale en matière de statistique publique. Le Cnis contribue ainsi à ce que soit établi chaque année un programme de travaux et d’enquêtes en phase avec les besoins des acteurs pour comprendre la société.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Le Conseil national de l’information
statistique
! Jean-Pierre Duport*
Le Conseil national de l’information statistique (Cnis) a pour principale mission d’assurer la concertation entre les
producteurs et les utilisateurs de la statistique publique. Il met en lumière les nouveaux besoins, dans une démarche
prospective. Il s’appuie pour cela sur des structures (bureau, assemblée plénière, commissions…) permettant une
expression de la demande sociale en matière de statistique publique. Le Cnis contribue ainsi à ce que soit établi chaque
année un programme de travaux et d’enquêtes en phase avec les besoins des acteurs pour comprendre la société.
a loi du 4 août 2008 et son publique, ont également entraîné des L décret d’application du 20 mars modifications dans le mode de fonc-
2009 ont confirmé le Cnis (Conseil tionnement du Cnis.
national de l’information statistique)
dans ses missions historiques (voir Ainsi, le président du Cnis n’est désor-
encadré 1) et lui en ont confié une mais plus le ministre chargé de l’éco-
nouvelle. Cette institution intervient nomie, mais il est nommé par celui-ci
en amont des opérations statistiques parmi les membres du bureau du Cnis
Logo du Conseil national de l’information
pour organiser la concertation entre et sur proposition de ce dernier. Le statistique (Cnis)
les utilisateurs et les producteurs et fait qu’un président « à part entière »
pour dégager les demandes de la soit nommé à la tête du Cnis favorise
société civile en matière de statistique sa visibilité. Le président en titre peut
publique. Sur cette base, le service nom du SSP. C’est ainsi que se boucle plus facilement être une force de pro-
statistique public (SSP), c’est-à-dire la nouvelle gouvernance ternaire de la position et faire connaître plus large-
l’Insee et les services statistiques statistique publique (Cnis, Autorité de ment les travaux du Conseil.
ministériels, arrête son programme la et SSP).
de travail et l’exécute. Une des mis-
La loi de 2008 et le décret de 2009, sions de l’Autorité de la statistique
en mettant en place une nouvelle publique (voir article dans ce même * Président du Conseil national de l’information
forme d’organisation de la statistique statistiquenuméro) est d’évaluer la réalisation
du programme de travail par réfé-
rence au Code de bonnes pratiques
de la statistique européenne. Cette
Autorité s’assure également que ce
Encadré 1 – Un peu d’histoire
programme est pertinent en fonction
des demandes exprimées. Pour cela, La concertation avec la société civile est une préoccupation du service statistique
public dès l’origine. La loi de 1951, clé de voûte du système statistique public elle s’appuie sur le bilan détaillé de
français, avait déjà prévu d’asseoir la légitimité du dispositif statistique sur son l’exécution du programme de travail
acceptation par la société civile. Dès 1951, la loi créait un Comité de coordination que le président du Cnis lui présente
des enquêtes statistiques dont le rôle était d’assurer la concertation sur le pro-
chaque année.
gramme d’enquêtes obligatoires. Il s’agissait alors de vérifier que les répondants
aux enquêtes, notamment les entreprises, considéraient l’information demandée
L’établissement de ce bilan est la comme suffisamment utile pour accepter d’y répondre. Diverses instances ont
nouvelle mission confiée au Conseil. ensuite été créées successivement pour élargir progressivement le champ de la
concertation aux organismes demandeurs de statistiques et aboutir en 1984 à Il lui permet de mesurer l’écart entre
la création du Conseil national de l’information statistique chargé d’organiser de ses demandes et l’information finale-
manière permanente la concertation entre utilisateurs et producteurs de la statis-ment développée, produite et diffusée
tique publique. La création du comité du label en 1997, dont les attributions ont
par le SSP. Si cet écart lui paraît trop
été précisées en 2005, complète le système de concertation en s’assurant de la
grand, le président du Cnis a l’occa- qualité statistique de chaque enquête. Enfin la loi de modernisation de l’écono-
sion de le faire savoir à l’Autorité lors mie (LME) du 4 août 2008, en réformant la gouvernance de la statistique publique
de l’audition annuelle qui est prévu et en instaurant une organisation ternaire (Autorité de la statistique publique, Cnis
et SSP), a précisé les missions du Cnis et l’a conforté dans son rôle.dans le texte. À charge au directeur
général de l’Insee de lui répondre au
Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009 9
Source : CnisJean-Pierre Duport
Par ailleurs, la composition du Conseil lacunes éventuelles dans l’observa- quêtes, Chroniques du Cnis, etc.,)
est recentrée sur les seuls utilisateurs. tion des phénomènes économiques sont tous accessibles sur son site
Le Cnis se réunit au moins une fois par et sociaux ou dans la diffusion des www.cnis.fr.
an en assemblée plénière. Il comptait résultats, suggérer de nouvelles pis-
auparavant environ cent-quarante tes ou demander le réexamen de telle Enfin, depuis 2009, le Cnis dresse le
membres, il en comprend maintenant ou telle orientation ou procédure. bilan de l’exécution par les membres
quarante-quatre, représentant les du SSP de leur programme de travail
milieux économiques, les partenaires Le Conseil est également le lieu d’une et des recommandations qu’il a émi-
sociaux, les parlementaires, les col- discussion sereine sur des points ses. Il s’attache particulièrement à ce
lectivités locales, les chercheurs et les qui font débat. Ainsi, il a pris l’ini- que les résultats des enquêtes de la
associations. L’assemblée plénière se tiative d’une réflexion approfondie statistique publique soient largement
prononce sur les avis élaborés par les sur la mesure du taux de chômage diffusés.
commissions thématiques ainsi que ou sur celle de l’évolution du pou-
sur la liste des enquêtes proposées voir d’achat, deux questions faisant
pour l’année suivante. alors l’objet d’âpres polémiques. Le La préparation du moyen
Conseil a par exemple lancé des terme 2009-2013 À l’inverse, le bureau du Cnis a été investigations permettant des avan-
élargi. Il compte dix-sept membres : cées importantes dans le domaine
Tous les cinq ans, le Cnis procède à le directeur général de l’Insee, le gou- des indicateurs d’inégalités et d’ex-
verneur de la Banque de France, un une analyse prospective des besoins clusion, de la prise en compte de la
représentant de chacune des orga- à moyen terme et des changements à précarité, ou des effets de la mondia-
nisations syndicales, professionnel- apporter au système d’information à lisation de l’économie.
les et consulaires représentées au cet horizon. Cette analyse débouche
Cnis, un représentant des collecti- sur des orientations souhaitées de Les travaux du Cnis concourent à
vités locales et deux personnalités la programmation quinquennale des l’établissement du programme de la
qualifiées désignées par le minis- travaux et des enquêtes. La réflexion statistique publique pour l’année sui-
tre chargé de l’économie. Depuis le sur le moyen terme 2009-2013 s’est vante. Il examine chaque nouveau
nouveau décret, un représentant des déroulée tout au long de l’année projet, qu’il s’agisse d’une enquête,
chercheurs et un rde la 2008 ; elle a coïncidé avec la mise en d’un recensement, d’un répertoire,
Fédération bancaire française font place de la nouvelle gouvernance de d’un panel, d’une exploitation de
aussi partie du bureau. Celui-ci pré- la statistique publique. La préparation fichiers administratifs… Ces projets
pare les délibérations de l’assemblée du moyen terme s’est appuyée sur le sont présentés par l’Insee et les ser-
plénière et examine les rapports éta- bilan du moyen terme précédent et vices statistiques ministériels, mais
blis par les commissions et les grou- sur la confrontation entre les objectifs également par toutes les institutions
pes de travail. adoptés pour la période par l’assem-qui contribuent par leurs travaux,
blée plénière et les objectifs atteints à comme l’Ined (Institut national des
la fin des cinq années. études démograhiques), le Céreq
Le Cnis, lieu de
(Centre d’étude et de recherche sur
concertation Globalement, au regard des lignes les qualifications) ou l’Inserm (Institut
directrices fixées pour le moyen national de la santé et de la recherche
Le Cnis vise en premier lieu à faire terme 2004-2008, le Cnis a constaté médicale) à la construction de la sta-
apparaître les nouveaux besoins d’in-
les progrès réalisés par la statistique tistique publique. La discussion porte
formation ainsi que les préoccupa-
publique notamment pour décrire le notamment sur la finalité du projet,
tions des utilisateurs. Tel syndicat
marché du travail, les inégalités, ou sa place dans le système d’informa-
de salariés souhaite voir affiner la
améliorer l’observation des prix. Le tion et les conditions prévues de sa
mesure de l’évolution comparée des 1bilan a également mis en évidence diffusion. Il convient de vérifier que revenus ? Telle organisation patronale
les progrès accomplis pour l’accès chaque opération répond à un besoin plaide pour la réduction de la charge
gratuit aux données statistiques d’intérêt général et ne fait pas double d’enquêtes pesant sur les entre-
sur Internet comme pour l’utilisa-emploi avec les sources d’information prises ? Tel laboratoire de recher-
tion par les chercheurs des données existantes, en d’autres termes de che souhaite bénéficier d’un fichier
s’assurer de son opportunité. Ensuite détaillées. Il a pointé les nombreux détaillé des résultats d’enquête ? Le
investissements lourds réalisés sur la le comité du label, au sein du Cnis, Cnis offre une tribune pour interpeller
période comme le nouveau recense-veillera à ce qu’il respecte les critères le service statistique public sur les
de qualité statistique (voir encadré). ment ou la réorganisation des statisti-
ques d’entreprises. Il est apparu qu’il
convenait maintenant de concentrer Ces travaux s’effectuent dans la plus
grande transparence. Les documents les efforts du SSP sur l’amélioration
1. « Bilan de la période de moyen terme 2004-
qu’il produit (rapports, comptes ren- de la réponse faite aux utilisateurs à 2008 pour la statistique publique », Chroniques
du Cnis n° 10, septembre 2009. dus des réunions, programme d’en- partir de ces investissements.
10Le Conseil national de l’information statistique
Sur la base de ce constat, des ren- Face à ce constat, le bureau du Cnis même commission doit permettre de
contres largement ouvertes aux a décidé d’adapter son fonctionne- saisir dans leur complexité les évolu-
acteurs économiques et sociaux ont tions très rapides de la société. ment à un dialogue rénové avec les
été organisées : usagers pour faire davantage émerger
« Emploi, qualification et reve-leurs questions nouvelles, leur servir
– tout d’abord en direction des nus du travail » (président : Raoul de relais et initier ainsi une prospec-
acteurs locaux : une rencontre axée Briet, président du Conseil de sur-tive des besoins d’information statis-
sur les besoins des conseils généraux veillance du fonds de réserve pour tique.
pour piloter les politiques sociales les retraites)
dont ils ont de plus en plus la charge,
Cette formation s’intéresse à l’ob-une autre axée sur les territoires dans Développer la concertation
servation et à la mesure du halo qui le contexte de la globalisation et des dans les commissions
se développe entre l’emploi et le modifications des modes de vie ; thématiques
chômage, dans la suite des recom-
– une rencontre sur les perspectives mandations du rapport produit sous Concrètement l’échange permanent
à moyen terme pour les statistiques la présidence de Jean-Baptiste de
entre les utilisateurs et les produc-
4Foucauld . Elle participe à la for-monétaires et financières ; teurs était mené jusqu’à présent dans
mulation des demandes relatives à 2quatorze formations dont l’organi-
– enfin une dernière rencontre sur la l’information sur la formation tout
sation était calquée sur celle du SSP.
question du développement durable au long de la vie et à la mesure
Cette organisation avait tendance
dans le prolongement du Grenelle de des compétences. L’incidence des
à favoriser un débat technique qui
l’environnement. conditions de travail sur la santé fait
rendait parfois difficile la participa-
également partie de ses préoccupa-
tion des utilisateurs ; ceux-ci ren-
La participation très nombreuse à ces tions notamment en ce qui concerne
contraient des difficultés pour expri-
manifestations a révélé les besoins l’observation du stress au travail à la
mer leurs besoins dans ce cadre. La croissants d’information de la part suite des préconisations du rapport
nouvelle organisation mise en place 5des utilisateurs de la statistique publi- Nasse-Légeron .
depuis 2009 vise à avoir une appro-
que. Elle a mis en évidence la néces-
che plus horizontale qui parte plutôt « Entreprises et stratégies de mar-sité d’une plus grande réactivité du
des thèmes majeurs du débat social ché » (président : Lionel Fontagné, SSP aux évolutions rapides de l’en-
que de la logique de la production professeur à l’École d’économie de vironnement économique et social et
du SSP. Les quatorze formations ont Paris) aussi d’une meilleure communication.
été remplacées par sept commis-L’écart se creuse en effet entre la per-
sions structurées en fonction des thè- Cette formation s’intéresse aux thèmes ception subjective des phénomènes
mes actuels du débat économique et de la mondialisation et des caracté-économiques et sociaux par l’opinion
social. Elles reprennent dans chacune ristiques des entreprises. Les organi-publique et la mesure objective des
d’elles les grandes orientations fixées sations patronales et professionnelles phénomènes opérés par la statistique
par le Cnis dans son programme pour et les économistes considèrent que la publique. Ce hiatus est régulièrement
les années 2009-2013. présentation des informations statisti-mis en avant par les responsables
ques par secteur d’activité a perdu de politiques et syndicaux, toutes ten-
« Démographie et questions sa pertinence. Aussi la concertation dances confondues. Le débat autour
sociales » (président : Claire Bazy- organisée précédemment par secteur du pouvoir d’achat est le plus signi-
Malaurie, rapporteur général et a été abandonnée au profit d’une ficatif à cet égard. Mais on pourrait
président de chambre à la Cour analyse du système productif dans évoquer le chômage, les statistiques
des comptes)sur l’origine, etc.
2. Formations : Agriculture ; Commerces et Cette formation est consacrée à l’ob-Les membres du bureau du Cnis services ; Démographie et conditions de vie ;
servation des populations du point interrogés lors du bilan du moyen Emploi et revenus d’activité ; Environnement ;
Éducation, formation ; Industrie ; IAA ; de vue de leurs revenus, de leur terme précédent ont souligné la bonne
Énergie ; Monnaie, finances, balance des paie-patrimoine et de leur pouvoir d’achat tenue des débats sur les programmes ments ; Santé-protection sociale ; Transports-
comme de leurs conditions de vie. élaborés par les producteurs et la tourisme, urbanisme, équipement, logement ;
Interformations statistiques sociales, statisti-Un des thèmes privilégiés de la com-qualité des travaux des différents
ques d’entreprises, régionales et
mission est celui des inégalités, dans groupes qui ont travaillé sous sa res- locales.
la continuité des conclusions du rap-ponsabilité. Ils ont toutefois remarqué 3. « Niveau de vie et inégalités sociales »,
3 Rapport du Cnis n° 103, février 2007.port Freyssinet . Le système d’ob-que sur certains domaines, comme
4. « Emploi, chômage et précarité – mieux
servation des conditions d’accès au le développement durable ou la crise mesurer pour mieux débattre et mieux agir »,
logement ou l’état de santé de la financière, le Conseil n’avait pas tou- Rapport du Cnis n° 108, janvier 2008.
5. « Rapport sur la détermination, la mesure et jours su anticiper les questions qui population sont des préoccupations
le suivi des risques psychosociaux au travail »
allaient être posées au service sta- de ce moyen terme. Le regroupement remis au ministre du Travail, des Relations
tistique. de l’ensemble de ces thèmes dans la sociales et de la Solidarité le 12 mars 2008.
Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009 11Jean-Pierre Duport
sa globalité. Cette commission doit « Système financier et financement Fonctionnement
favoriser, d’une part une meilleure de l’économie » (président : Jean- des commissions
compréhension de la mondialisation Paul Pollin, professeur d’univer-
en développant la connaissance des sité) Chacune de ces commissions est
groupes d’entreprises dans le pro- présidée par une personnalité exté-
6longement du rapport Salustro , et Cette formation décrit le secteur rieure au SSP qui fait référence sur le
des échanges, notamment internatio- financier de l’économie et les moda- domaine. Le président est assisté de
naux, entre leurs filiales ; d’autre part, lités de financement des agents non statisticiens du SSP. Il est chargé d’or-
elle doit améliorer le suivi des petites financiers. Elle traite des comptes non ganiser le débat le plus large possible
et moyennes entreprises. financiers du secteur financier du point de manière à permettre l’expression
de vue de la comptabilité nationale et de la société civile conformément à
« Environnement et développement des comptes financiers du secteur la mission première du Cnis. Cette
durable » (président : Guy Paillotin, non financier. La crise financière a fait concertation s’appuie sur les points
secrétaire perpétuel de l’Académie apparaître des besoins croissants de du programme de travail du SSP qui
d’agriculture) réconciliation des comptes nationaux font débat, afin de dégager un avis
et de la comptabilité des groupes sur les différents sujets traités. En
Cette formation traite du pilier envi- financiers. L’accès au crédit doit être particulier, il donne, ou non, un avis
ronnemental et des questions d’in- mieux observé, pour les PME, mais d’opportunité sur les enquêtes pré-
terface avec les piliers économique aussi pour les candidats à la réinser- sentées devant la commission.
et social du développement durable. tion économique.
La concertation doit se concentrer Pour approfondir un point particulier
sur les indicateurs de la stratégie « Territoires » (président : Jean- et faire des recommandations, le pré-
nationale de développement dura- Marie Vanlerenberghe, sénateur- sident d’une commission peut éga-
ble et l’étude d’agrégats destinés à maire d’Arras) lement, le cas échéant, proposer au
compléter une approche de la crois- bureau la création d’un groupe de tra-
sance par le PIB à la suite du rapport Cette formation tient compte de « l’ex- vail. Les recommandations des grou-
Stiglitz-Sen. L’importance pour l’acti- plosion » des besoins en matière d’in- pes de travail du Cnis constituent, en
vité économique des enjeux environ- formation localisée y compris pour quelque sorte, la feuille de route des
nementaux doit également être mieux les DOM. Le pilotage des politiques producteurs de statistiques. Ainsi, les
7appréhendée. publiques est désormais exercé en conclusions du groupe Freyssinet
grande partie par les collectivités ter- font maintenant référence sur les indi-
« Services publics et services au ritoriales. Elle doit s’assurer que les cateurs d’inégalités ou celles du rap-
8public » (président : Pierre-Yves différents acteurs locaux disposent port du groupe de Margerie doivent
Geoffard, directeur de recherche des outils statistiques nécessaires infléchir les statistiques produites par
au CNRS) leur permettant de piloter les politi- l’Insee et la Banque de France pour
ques à leur niveau territorial. C’est améliorer la connaissance des grou-
Cette formation retient une appro- également cette commission qui pes financiers.
che du fonctionnement de l’admi- traite des questions d’aménagement
nistration prise au sens large, c’est- du territoire. Les commissions thématiques sont
à-dire de tout ce qui contribue au également le lieu où se donne l’avis
service public, que les opérateurs La Commission nationale d’évalua- du Cnis nécessaire à la transmission
soient publics ou privés. Le champ de tion du recensement de la popu- de données recueillies par une admi-
cette nouvelle commission recouvre lation (Cnerp) (président : Jean- nistration, un organisme public ou un
les domaines suivants : la défense, Claude Frécon, sénateur de la organisme privé chargé d’une mission
la sécurité, la justice, la formation Loire) de service public, dans le cadre de
initiale, l’organisation du système de ces missions. L’article 7bis de la loi
soins et l’accès aux soins. Elle rend Cette commission complète ce dis- de 1951 précise en effet que cette
également compte des effets pour le positif de concertation. Depuis 2004, transmission se fait sur la demande
SSP de la réforme constitutionnelle les communes ont la responsabilité du ministre chargé de l’économie,
relative à la production systématique de la préparation et de l’organisation après avis du Cnis.
pour tout nouveau projet de loi d’étu- des enquêtes de recensement. La
des d’impact. Cnerp regroupe, à coté des statisti- Cet aménagement du fonctionne-
ciens de l’Insee, des représentants ment du Cnis autour de thèmes plus
d’élus locaux, des personnels terri- adaptés aux préoccupations des uti-
6. « Statistiques structurelles sur les groupes toriaux et des institutions et adminis- lisateurs doit faciliter la participation
d’entreprises et leurs sous-groupes », Rapport
trations intéressées par les modalités active des partenaires sociaux et de du Cnis n° 107, janvier 2008.
7. « Niveaux de vie et inégalités sociales », de recensement. Elle est chargée la société civile. Les réunions de
Rapport du Cnis n° 103, février 2007. d’évaluer, avec les communes, les commissions sont ouvertes, au-delà
8. « Statistiques structurelles sur les groupes
modalités de collecte des informa- des membres du Cnis, à toute per-financiers », Rapport du Cnis n° 118, décembre
2009. tions recueillies. sonne intéressée par le sujet traité.
12Le Conseil national de l’information statistique
À côté des ces commissions thé-
Encadré 2 – L’examen d’un projet d’enquête par le Cnis matiques, le Cnis abrite également
d’autres commissions ou comités à
En vue de l’établissement du programme d’enquêtes de la statistique publique,
vocation plus transversale.
chaque service producteur soumet ses projets d’enquête au Cnis. Pour qu’une
enquête nationale soit inscrite dans le programme annuel proposé par le Cnis et
Le comité du label est chargé d’exa-bénéficie du secret statistique régi par la loi, il est nécessaire que le Conseil se
miner les projets d’enquêtes et de prononce favorablement à deux reprises :
délivrer l’avis de conformité aux bon-– en premier lieu, sur l’utilité du projet lors de la réunion de la commission thé-
nes pratiques de la profession, faisant matique compétente. Après débat et en cas d’accord, son président délivre un
suite à l’avis d’opportunité donné par avis d’opportunité. Les projets d’enquêtes statistiques d’initiative régionale sont
examinés par une instance de concertation réunissant les principaux partenai- le président des commissions théma-
res administratifs, économiques et sociaux concernés de la région. Il s’agit du tiques (voir encadré).
Comité régional pour l’information économique et sociale (Cries) lorsqu’il existe,
ou d’une commission ad hoc réunie sur l’initiative du directeur régional de l’Insee. Le comité du contentieux des
La composition de cette commission peut varier en fonction du thème de l’en-
enquêtes statistiques obligatoires
quête ;
examine la situation des entreprises
– en second lieu, sur la qualité du projet, qui est examinée par le comité du
refusant de répondre aux enquêtes
label. Celui-ci comprend quatre formations : entreprises ; ménages ; agriculture ;
statistiques obligatoires (voir l’article collectivités territoriales. Y sont représentés les organismes ou les administra-
qui lui est consacré dans ce même tions les plus directement concernés. Ce comité évalue les modalités de mise
numéro).en œuvre prévues par le service enquêteur. Il s’assure notamment de la bonne
application des règles relatives à l’échantillonnage, à la charge pesant sur l’en-
quêté, aux modalités de diffusion des résultats, à l’information des personnes, La Commission nationale des
à la concertation préalable avec les principaux utilisateurs de l’enquête etc. Il nomenclatures économiques et
vérifie également que le projet respecte les termes de l’avis d’opportunité. Si
sociales est chargée de tenir à jour
ses conclusions sont positives, il délivre un label d’intérêt général et de qualité
les nomenclatures économiques et statistique, également appelé avis de conformité. Si le service enquêteur en fait la
sociales officielles. Elle est consultée demande, celui-ci peut être assorti de la proposition de rendre la réponse à cette
sur tout projet de modification des enquête obligatoire. Au vu de ces avis, le ministre chargé de l’économie délivre
un visa et peut décider de rendre l’enquête obligatoire. Il signe chaque année nomenclatures européennes et inter-
un arrêté, publié au Journal officiel, donnant la liste des enquêtes pour l’année nationales. Elle donne son avis sur
suivante, en distinguant celles qui auront un caractère obligatoire. tout projet d’acte réglementaire por-
tant approbation des nomenclatures
économiques et sociales officielles.
Enfin, il est à noter que le décret du
Cependant, pour garantir un bon que, même si les débats sont centrés 20 mars 2009 précise que le comité
niveau de représentativité et faciliter sur les besoins des acteurs. Le Cnis du secret statistique est « rattaché »
le dialogue, il est utile de s’assurer a donc mis en place une organisation au Cnis. Il n’en fait donc pas à pro-
d’une certaine permanence des par- de ces réunions favorisant la fidéli- prement parler partie, mais entretient
ticipants. En effet, une discussion sation des participants pour assurer avec lui des relations privilégiées (voir
sur un système d’information ou une une certaine continuité dans le suivi l’article qui lui est consacré dans ce
définition d’indicateurs reste techni- des débats. nmême numéro).
Courrier des statistiques n° 128, septembre-décembre 2009 13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.