Le creux de la vague

De
Publié par

Après un premier trimestre 2003 de faible croissance, le Produit Intérieur Brut a diminué de 0,3 % au deuxième trimestre. L’atonie des échanges avec la Zone Euro et la faiblesse de la demande interne expliquent cette évolution. La région subit la morosité nationale. L’emploi salarié régional a diminué au premier trimestre puis légèrement progressé au deuxième. Parallèlement, le taux de chômage a augmenté de 0,1 point au premier semestre mais reste inférieur au taux national.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 20. Novembre 2003
Le creux
de la vague
U DEUXIÈME TRIMESTRE 2003, la de consommation, celles en services deAprès un premier trimestre
France a connu une croissance santé de ville ont baissé de manière inat-2003 de faible croissance,
négative. Le produit intérieur tendue. Quatre facteurs expliquent cettele Produit Intérieur Brut Abrut (PIB) a diminué de 0,3 %, stabilité de la consommation des ména-a diminué de 0,3 % au
ges. L’effet des baisses d’impôts de labaisse la plus forte depuis le quatrièmedeuxième trimestre.
trimestre de 1995. Au premier trimes- fin de l’année 2002 s’est fortement atté-
L’atonie des échanges tre 2003, le PIB n’avait progressé que nué. Ensuite, l’accélération des prix du
avec la Zone Euro et la premier trimestre, si elle n’a pas réduit lede 0,1 %.
faiblesse de la demande budget des ménages immédiatement,
Cette croissance négative s’est inscrite s’est faite sentir au deuxième trimestre.interne expliquent cette
dans un contexte international marqué Enfin, la hausse persistante du chômageévolution. La région subit
par des récessions en Allemagne et en et les perturbations sociales ont proba-la morosité nationale. Italie et par une reprise aux Etats-Unis et blement incité les consommateurs à laL’emploi salarié régional en Asie. Pour le troisième trimestre prudence. Quant à elle, la consommation
a diminué au premier consécutif, les exportations françaises des administrations publiques a faible-
trimestre puis légèrement ont baissé. Au deuxième trimestre ment augmenté au deuxième trimestre
2003, elles ont été affectées par laprogressé au deuxième. (+ 0,2 %). Elle a contribué pour 0,3 point
faible demande de la Zone Euro et laParallèlement, le taux à l’évolution du PIB.
dépréciation du dollar. Les importationsde chômage a augmenté
Les dépenses d’investissements (FBCF)ont faiblement progressé. Le solde dude 0,1 point au premier sont restées stables au premier semestre.commerce extérieur a alors contribué
semestre mais reste Ainsi, la FBCF n’a pas contribué à l’évolu-de façon négative à la croissance du
inférieur au taux national. tion du PIB. L’investissement des entre-PIB (- 0,2 point).
prises est resté mal orienté au deuxième
Les dépenses de consommation des trimestre (- 0,2 %). Les perspectives de
ménages sont restées stables au demande étaient encore peu propices,
Aline CLÉMOT deuxième trimestre, après avoir pro- malgré des conditions de financement
Laurence HAUTBOIS
gressé de 0,7 % au premier trimestre. plus favorables. La FBCF des ménages
Agnès LERENARD
Leur évolution n’a pas été suffisante et des administrations a légèrement crû
pour permettre une croissance positive (0,4 % et 0,5 %). Les entreprises ont de
du PIB. Parmi l’ensemble des dépenses nouveau puisé dans leurs stocks, si bienConjoncture
Le creux de la vague
que la contribution des variations de Des espoirs au-delà Faible croissance de l’emploi
stocks à l’évolution du PIB est négative au premier semestre 2003des frontières françaises
à hauteur de 0,2 point.
124 Évolution de l'emploi salarié en données corrigées des variations saisonnières Le deuxième semestre de l’année 2003
e(Base 100 au 4 trimestre1997 sur les données brutes)
Après un premier trimestre de faible devrait être marqué par la poursuite de 120
croissance, les productions des branches la reprise de l’activité aux Etats-Unis.
116
industrielles et non industrielles ont Depuis le deuxième trimestre 2003,
112diminué au deuxième trimestre, toutes ceux-ci sont redevenus la locomotive de
les composantes de la demande étant la croissance mondiale. Le Royaume- 108
Loire-Atlantique
Maine-et-Loirestables ou en repli. Dans l’industrie, le Uni bénéficierait de la forte croissance
Mayenne104
Sartherecul a atteint 0,6 %, il a été particuliè- des importations américaines. Les
Vendée
100rement marqué dans les branches des échanges de la Zone Euro avec l’exté-
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
biens de consommation, des biens rieur seraient revigorés tout en restant
Source : INSEE, exploitation des bordereaux URSSAF
intermédiaires ainsi que dans l’énergie. fortement conditionnés par l’évolution du
Le taux de chômagePour l’ensemble constitué des services, cours du dollar en euro. Toutefois, la
du commerce et de la construction, la s’infléchit dans la régionFrance ne bénéficierait de cette reprise
production a diminué de 0,2 %. Cette qu’en fin d’année 2003 en raison notam-
13
Taux de chômage corrigé des variations saisonnières baisse s’explique notamment par le re- ment de la faiblesse des exportations de en fin de chaque trimestre (en % des actifs)
12
cul de l’activité de la branche transports. biens cet été. En moyenne annuelle, la
11
Les grèves du printemps dans le trans- croissance française atteindrait 0,2 % en
10port ferroviaire expliquent pour partie 2003 contre 1,2 % en 2002.
France
9cette diminution.
Ce contexte international plus favorable
8 Pays de la LoireDans ce contexte peu porteur, l’emploi ne compenserait pas la très faible
7salarié dans les secteurs concurrentiels demande interne. En effet, la consom-
6non agricoles est resté stable au mation des ménages progresserait de
1998 1999 2000 2001 2002 2003
deuxième trimestre sur l’ensemble de 0,3 % et 0,4 % au troisième et quatrième
Source : INSEE, taux de chômage calculés selon la définition
l’hexagone après avoir enregistré un trimestres 2003. Cette croissance très du Bureau International du Travail (BIT)
recul de 0,3 % au premier trimestre. Il a modérée s’expliquerait par trois phéno-
serait de diminuer grâce à l’assouplisse-diminué dans l’industrie et légèrement mènes. Suite au ralentissement de
ment des conditions financières. Deprogressé dans le tertiaire et la construc- l’activité économique, le pouvoir d’achat
plus, les entreprises reconstitueraienttion. Parallèlement, le taux de chômage des revenus resterait stable. De plus,
une partie de leurs stocks en raisona progressé, atteignant 9,5 % de la po- l’augmentation du taux de chômage
d’une amélioration des perspectives depulation active au 30 juin 2003 et 9,6% entraînerait une remontée de l’épargne
la demande.au 31 août. de précaution des ménages. Enfin, l’im-
pact de la canicule sur le prix des pro- Dans cet environnement interne encore
duits frais et le maintien à un niveau élevé fragile, l’emploi salarié marchand recule-Une progression spectaculaire
du prix du pétrole repousserait à l’année rait de nouveau au deuxième semestredu nombre de créations
prochaine le mouvement de désinflation 2003. Les pertes d’emplois s’élèveraientd’entreprises
attendu. Néanmoins, l’investissement à 20 000 (sur l’ensemble de l’année
Au premier semestre 2003, en logements des ménages continuerait 2002, 70 000 postes avaient été créés
3 900 nouvelles créations d’entreprises à progresser au second semestre en net). Le taux de chômage continue-
ont été enregistrées dans la région, (+ 0,4 % par trimestre), les ménages rait à augmenter. Malgré une populationsoit 14 % de plus qu’au premier
profitant de taux d’intérêt à long terme active en moindre progression, il attein-semestre 2002. Cette forte croissance
encore bas. Du côté des entreprises, drait 9,9 % à la fin de l’année 2003, soitpourrait révéler un fort dynamisme
du tissu productif mais elle pourrait l’investissement resterait stable. Il ces- 0,8 point de plus qu’en décembre 2002.
aussi être associée à une remontée
du chômage. La faible croissance
Une progression spectaculaire
Cette forte augmentation a été ressentie de l’emploi ligériendu nombre de créations pures
sur l’ensemble de la France mais elle est
d’entreprises Le ralentissement de l’activité économi-encore plus marquée en Pays de la
Loire. À l’exception que s’est répercuté sur l’évolution de
Loire-Atlantiquede la Vendée, tous les départements l’emploi. Au deuxième trimestre 2003,
ligériens ont connu une hausse Maine-et-Loire l’emploi salarié des secteurs marchands
supérieure à 11 %. 80 % des créations Mayenne non agricoles des Pays de la Loire a
(reprises et réactivations incluses) sont
faiblement progressé (+ 0,2 %) aprèsPays de Loireconcentrées dans la construction,
la diminution enregistrée au premierSarthele commerce, les services aux
trimestre (- 0,1 %). Au cours des derniè-entreprises et aux particuliers. France entière
res années, la plus forte croissance deDans ces quatre secteurs,
Vendée
les augmentations du premier l’emploi salarié, enregistrée au troisième
0 (en %) 5 10 15 20semestre 2003 par rapport à 2002 sont trimestre 2000, a été cinq fois pluserSource : INSEE - Sirène (1 semestre 2003 par rapport à 2002)comprises entre 14 et 26 %. élevée qu’aujourd’hui.
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE -LE CREUX DE LA VAGUE - NOVEMBRE 2003Au deuxième trimestre 2003, l’industrie (0,2 contre 0,5 point). Sur l’ensemble de
ligérienne a de nouveau perdu des la France, seuls le Limousin et l’Alsace
Une amélioration dans les
emplois (- 0,1 %). Les secteurs industriels ont des taux de chômage plus faibles.
biens d’équipement, portée
ont tous diminué leurs effectifs. Le recul par la construction navale,Fin juin 2003, 135 400 demandeurs
est particulièrement marqué dans les aéronautique et ferroviaired’emploi de catégorie 1 et 6 étaient ins-
industries des biens de consommation
crits à l’ANPE en Pays de la Loire. En un Pour les biens d’équipement, au niveau(- 0,6 %) en raison notamment des diffi-
an, leur nombre a augmenté de 2,6 % national, le premier semestre 2003 acultés des secteurs de l’habillement-cuir
dans la région contre 5,3 % France entiè- été plus favorable que celui de 2002.
et des équipements du foyer. Toutefois,
Au deuxième trimestre, la productionre. Le chômage des hommes a progres-
cette baisse des effectifs dans les biens de ce secteur a progressé de 0,6 %sé de 4,8 % alors que celui des femmes
de consommation n’est ni récente ni plus après avoir enregistré une hausse deévoluait faiblement dans le même temps
accentuée qu’au cours des trimestres 1,3 % au premier trimestre (contre
(+ 0,6 %).
respectivement 0,5 et 0,3 % un anprécédents.
auparavant). Cette croissance a étéLe chômage des jeunes de moins de 25
Les services ont enregistré une faible soutenue par la demande intérieure.ans a crû moins vite dans la région
croissance au deuxième trimestre En effet, l’investissement des
(+ 4,4 % entre juin 2002 et 2003) qu’au
entreprises en biens d’équipement a(+ 0,2 %). Cette hausse est essentielle-
niveau national (+ 6,7 %). Cependant, la cessé de diminuer dès le début dement due à l’immobilier et l’éducation-
part des jeunes Ligériens en recherche l’année 2003. Les dépenses de
santé-action sociale mais elle a été
consommation des ménages françaisd’emploi reste supérieure de 3,4 points
modérée en raison des pertes d’effectifs en biens d’équipement sont restéesà celle observée au niveau national. Un
dans les activités financières et les soutenues au premier semestre.écart similaire s’observe pour les deman-
services aux entreprises (tout particuliè- Seules les exportations ont reculé.
deurs d’emploi inscrits à l’ANPE depuis
rement dans le conseil et l’assistance).
La construction navale, aéronautiqueplus d’un an. Ainsi de juin 2002 à juin
Seules les activités du commerce et de la et ferroviaire a largement contribué2003, leur progression est de 3,9 %
construction ont enregistré des augmen- à la hausse du chiffre d’affaires dedans les Pays de la Loire contre 7,5 % au
tations d’effectifs plus importantes (res- l’industrie des biens d’équipement.
niveau national.
pectivement + 0,5 % et + 0,9 %). Celle-ci maintient un rythme de
croissance de son chiffre d’affaires
Poursuite de la morosité équivalent à celui du premier trimestreUne moindre progression dans l’industrie ligérienne 2003, soit + 9,3 % au deuxième
du chômage en Pays de Loire trimestre 2003 après + 10,3 % pour
Au deuxième trimestre 2003, selon les les trois premiers mois de cette année.Fin juin 2003, le taux de chômage
chefs d’entreprise, le rythme de crois- Dans la région, les Chantiers de
ligérien s’élevait à 7,9 % de la popula-
l’Atlantique sont confiants pour lessance de la demande adressée aux
tion active. Sur un an, sa progression a commandes à venir.industriels ligériens est nettement infé-
été plus lente que dans l’Hexagone
rieur à sa moyenne de long terme. Au
premier trimestre, la demande avait
déjà fortement fléchi. Au printemps, le
La production manufacturière ligérienne
phénomène s’est accentué. Ce résultatDes difficultés dans les IAA,
a largement souffert de la faiblesse de las’explique tout d’abord par la poursuitesecteur bien implanté en Pays demande. Au deuxième trimestre, elle a
du recul des investissements des entre-de Loire :
progressé à un rythme inférieur à celui
prises au premier et au deuxième
Sur l’ensemble de la France, au du premier trimestre 2003, rythme déjà
trimestres de 2003, dans une ampleur
premier semestre 2003, les industries nettement plus faible que pour les
toutefois moindre qu’à la fin de l’annéeagricoles et alimentaires (IAA) ont subi années précédentes. Ce ralentissement
2002. De plus, les entreprises ont con-le ralentissement de l’économie. a touché tous les secteurs industriels
Leur production a diminué de 0,3 % tinué à puiser dans leurs stocks et les
ligériens.
au deuxième trimestre après avoir exportations ont baissé.
connu une stabilité au premier Dans ce contexte, les effectifs industriels
trimestre. Cette baisse s’explique en Pays de la Loire ont baissé au premier
essentiellement par l’atonie de la Une nouvelle baisse de la demande trimestre 2003 et la tendance s’estdemande intérieure. Les dépenses dans l’industrie accentuée au deuxième trimestre. Lesde consommation des ménages en
contraintes de production ont continuéproduits issus des IAA sont restées 40
quasiment stables au deuxième 30 à s’atténuer : 85 % des chefs d’entreprise
Productiontrimestre (+ 0,1 %) après avoir diminué ont déclaré pouvoir produire davantage,
20
de 1,6 % au premier trimestre. Les contre 83 % au trimestre précédent etPrévisions
10exportations ont pourtant faiblement 74 % au deuxième trimestre 2002.
progressé. 0
Cette diminution de la production Demande
- 10 Pour les mois à venir, les chefs d’entre-se traduit par une stabilité du chiffre
Écart entre le pourcentage
d’affaires des entreprises après - 20 prise n’envisagent pas de nouvellede chefs d'entreprises estimant
l'indicateur en hausse et celui le jugeant en baisse (en CVS)
une augmentation de 0,2 % dégradation de la demande, tant- 30
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003au trimestre précédent. domestique qu’étrangère. Elle devrait se
Source : INSEE, Enquêtes de conjoncture nationales repondérées stabiliser tout en se situant à un niveau
selon la structure de la masse salariale régionale
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - LE CREUX DE LA VAGUE - NOVEMBRE 2003Le creux de la vague
Tableau de bord (données au deuxième trimestre 2003)
France métropolitaine Pays de la Loire Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée
2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003 2002 2003
Éévolution de l'emploi salari
a)u deuxièmeDtrimestre (en % ND N + 0,2 + 0,2+00,4 00,+40, 03,+10, -30,+00, 02,+40, + 0,
Nombre d'équivalents temps plein
d3ans l'intérim au mois de juin 5748 67 574 79 36 384 41 542193 406115 947423785137483020634479845981 7 02
Taux de chômage fin juin CVS
(0en % des actifs) 95, 9, 7,7 7,9 88,6 80, 83, 82, 57, 55, 75, 77, 69, 6,
Créations d'entreprises
s7ur les deux premiers trimestres 1543 48 152 23 5 830 6 93522344216611121118 451 480 830 8621414 1 32
-9dont créations pures 973 78 101 60 3 413 3 886144581770 677 717 232 235 487 542 548 62
Nombre de logements ordinaires commencés
a4u cours des deux premiers trimestres 1748 11 149 11 12 075 11 81349754416415991674 913 788133616443502 3 19
Nombre de logements autorisés
a6u cours des deux premiers trimestres 1460 53 166 19 12 644 12 23356230467225202802 796 971111813413225 3 15
Immatriculations de voitures neuves
a0u cours des deux premiers trimestres10160 70 1 069 20 45 079 41 950188 926187 758215718727892068831164956099 6 68
Nombre de nuitées dans l'hôtellerie
aDu cours des deux premiers trimestres ND N 2 427 401 2 459 09613149 24415138 504621 214637 261120 841018 693222 333747 054413 76 417 58
Sources : INSEE, DRE, MES-DARES
ND : non disponible
CVS : corrigé des variations saisonnières
Toutes ces données sont issues du tableau de bord économique sur internet à l’adresse www.insee.fr/pays-de-la-loire à la rubrique «conjoncture».
inférieur à sa moyenne de long terme. La logements mis en chantier est resté tivités locales pourrait s’améliorer en fin
production manufacturière continuerait supérieur de 4 % à la moyenne des cinq d’année. Au total, le niveau encore bien
à baisser, le temps de s’adapter à la printemps précédents. garni des carnets de commandes
demande. Les effectifs industriels dimi- (4,4 mois) permet aux professionnels
Selon les entrepreneurs, les effectifs du
nueraient encore. de stabiliser l’emploi et d’être assez
bâtiment ont faiblement progressé au
confiants pour les prochains mois.
deuxième trimestre. Ils ont eu toutefois
Dans la région,
recours plus massivement à l’intérim au Stabilité dans l’ensemble du bâtimentun raffermissement cours du premier semestre 2003 qu’au
se dessine dans le bâtiment 50premier semestre 2002. Les difficultés
40pour la fin de l’année Travaux de recrutement ont légèrement dimi- 30 entretien-amélioration
20nué : 71 % des entrepreneurs interro-Depuis l’été 2002, l’activité régionale du
Prévisions
10gés en juillet ont déclaré rencontrer dessecteur du bâtiment s’est stabilisée
0 Logements difficultés de recrutement contre 76 %même si son niveau reste inférieur à celui - 10 neufs
un an auparavant. Enfin, les chefs d’en- - 20observé en moyenne depuis sept ans. La Bâtiments neufs
- 30treprise ont estimé que leur situation dedemande publique, émanant principale-
- 40
Écart entre le pourcentage de chefs d'entreprises estimant trésorerie s’etait dégradée malgré unement des collectivités locales, s’est - 50 l'activité en hausse et celui la jugeant en baisse (en CVS)
- 60redressée au printemps 2003 après amélioration des délais de paiement.
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
s’être contractée fortement au premier
Source : INSEE, Enquêtes de conjoncture nationales repondéréesPour la fin de l’année, les prévisions
selon la structure de la masse salariale régionaletrimestre. La demande privée s’est sta-
d’activité des entrepreneurs se redres-
bilisée après le net repli du premier
sent et retrouvent le niveau moyen obser-
trimestre.
vé depuis sept ans. La demande des
DIRECTEUR DE LA PUBLICATIONAu deuxième trimestre 2003, le tasse- ménages, soutenue par des taux d’intérêt Pierre MULLER
ment dans la construction de logements toujours très attractifs et les mesures RÉDACTRICE EN CHEF
Emmanuelle WALRAETneufs a été compensé par l’amélioration fiscales, assurerait une croissance des
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONdans la construction de locaux profession- mises en chantier de logements. Plus de
Gabrielle PILET
nels et les travaux d’entretien-amélioration. 6 000 permis de construire ont été
SECRÉTAIRE DE FABRICATION
De plus, dans le secteur du logement, déposés au deuxième trimestre 2003, Hélène VERRON
malgré la légère diminution enregistrée soit un chiffre similaire à celui du même MISE EN PAGE
Marie-Annick BRICARDau deuxième trimestre, le nombre de trimestre 2002. La demande des collec-
IMPRIMEUR
La Contemporaine - Nantes
Prix : 2,20 €
Une saison touristique ensoleillée Photos : INSEE
eDépôt légal 4 trimestre 2003 - ISSN 1633-6283
La saison touristique des Pays de la Loire a été très satisfaisante en 2003. CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU002044
© INSEE Pays de la Loire - Novembre 2003
Entre mai et août, les campings et les hôtels ligériens ont enregistré
Abonnement annuel complet :11 850 000 nuitées, soit une augmentation de 6,8 % en un an. Ainsi,
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €
le niveau de fréquentation de 1999, jamais atteint depuis le naufrage de l’Erika,
Abonnement annuel Études : 20 €
a été légèrement dépassé cette année. Toutefois, cette hausse est uniquement due
à la progression de la fréquentation dans les campings, le nombre de nuitées dans
INSEE Pays de la Loireles hôtels étant resté quasiment stable. Même si toutes les catégories de campings
ont accru leur fréquentation, c’est pour la catégorie « quatre étoiles » qu’elle a été la plus 105, rue des Français Libres
marquée. L’augmentation a été perceptible pour les quatre mois (mai, juin, juillet et août)
BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2
même si, toutes proportions gardées, c’est en juin qu’elle a été la plus forte. La forte
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39affluence en Pays de Loire a concerné aussi bien la clientèle française qu’étrangère.
INSEE PAYS DE LA LOIRE - LE CREUX DE LA VAGUE - NOVEMBRE 20034

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.