Le redressement se confirme au quatrième trimestre 2003 (Flash d'Octant n° 96)

De
Publié par

A la fin de l'année 2003, la reprise mondiale est attestée ; dans ce contexte, l'économie française poursuit sa croissance. En Bretagne, l'activité s'améliore dans de nombreux secteurs. Dans l'industrie comme dans le commerce de gros, l'activité est en hausse, et les perspectives à court terme sont favorables. Les anticipations sont également meilleures dans le bâtiment, et les carnets de commandes aprovisionnés. Les ventes dans le commerce de détail redémarrent, après un très bas niveau au trimestre précédent. L'hôtellerie connaît aussi une bonne fin d'année. En outre, les échanges commerciaux avec l'étranger se sont nettement améliorés. Dans les services au contraire l'activité s'est infléchie. Le taux de chômage augmente très légèrement ce trimestre dans la région, alors qu'il reste stable France entière. Au troisième trimestre, l'emploi dans la région est stationnaire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 96 - Mars 2004conjoncturelle
Le redressement se confirme
au quatrième trimestre 2003
A la fin de l’année 2003, la reprise mondiale est attestée ; dans ce contexte,
l’économie française poursuit sa croissance.
En Bretagne, l’activité s’améliore dans de nombreux secteurs.
Dans l’industrie comme dans le commerce de gros, l’activité est en hausse,
et les perspectives à court terme sont favorables. Les anticipations sont également
meilleures dans le bâtiment, et les carnets de commandes approvisionnés.
Les ventes dans le commerce de détail redémarrent, après un très bas niveau au
trimestre précédent. L’hôtellerie connaît aussi une bonne fin d’année. En outre,
les échanges commerciaux avec l’étranger se sont nettement améliorés.
Dans les services au contraire l’activité s’est infléchie.
Le taux de chômage augmente très légèrement ce trimestre dans la région,
alors qu’il reste stable France entière.
Au troisième trimestre, l’emploi dans la région est stationnaire.
Contexte national : maintien de la croissance
France entière, le PIB (produit intérieur brut) a dans les autres secteurs.
progressé de 0,5 % au quatrième trimestre après 0,4 % Les dépenses de consommation des ménages ont
au troisième trimestre. progressé de 0,3 % au quatrième trimestre après 0,5 %
La demande intérieure hors stocks et les variations de au troisième.
stocks contribuent à cette évolution à hauteur Ce trimestre, l’emploi salarié privé a augmenté de
respectivement de 0,5 et 0,2 point. Les importations 0,1 %, soit un peu plus de 8 000 emplois supplémen-
s’accroissent de 2,1 % après la stabilité observée à l’été taires. Le secteur tertiaire et la construction contribuent
tandis que les exportations progressent au même à cette croissance : leurs effectifs progressent tous deux
rythme qu’au troisième trimestre (autour de 1 %). Les de 0,3 %. Dans l’industrie, la baisse de l’emploi se
importations ayant plus augmenté que les exporta- poursuit (- 0,6 %), notamment dans l’industrie
tions, le solde du commerce extérieur participe manufacturière où le recul est de 0,8 %.
négativement à l’accroissement du PIB (- 0,3 point). A la fin de l’année 2003, près de 2 515 000 deman-
L’investissement des entreprises a augmenté de 0,6 % deurs d’emploi de catégorie 1 étaient inscrits à l’ANPE,
et celui des ménages de 0,5 %. soit 6 % de plus qu’un an plus tôt.
Contrairement aux deux trimestres précédents, la Au 31 décembre, le taux de chômage au sens du BIT
production dans l’ensemble de l’industrie s’est accrue s’établit à 9,7 %. Il s'est stabilisé sur le trimestre et a
(+ 1,1 %) ; elle a diminué dans les industries agroali- augmenté de 0,4 point sur l'année.
mentaires et les biens de consommation et a progressé
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9664 - PRIX : 2,20€Cours du porc charcutier breton - classe E (Euros / kilo)
Agriculture : prix en hausse2,00
1,90 sauf dans le secteur du porc
Série brute
1,70 Au quatrième trimestre 2003, les sont en hausse de 0,9 %, ceux de dindes
reculent de 5,7 %.livraisons de lait sont légèrement infé-
1,50 Les abattages de veaux de boucherie ontrieures à celles de l'automne précédent
augmenté après la baisse de l’été. Ils ont(- 0,5 %). Le prix moyen du lait payé au
toutefois diminué de 1,9 % sur l’année.1,30 producteur s'élève à 0,34€/l, soit 3 %
Tendance
Le cours du veau de boucherie continuede plus que l'année passée à la même
sa progression initiée en septembre : la1,10 période.
moyenne sur le trimestre s'établit àLe cours du porc chute après l'embellie
5,46€/kg, soit 4,6 % de plus qu'un andes mois d'été. Il s'établit en moyenne à0,90
1998 1999 2000 2001 2002 2003 plus tôt.1,15€/kg, ce qui représente un repli de
Source : OFIVAL et SNM - Insee
Dans l'ensemble, les cotations des15,4 % sur le trimestre et de 5,7 % sur
principales productions bovines seAbattages de gros bovins l'année. Les abattages de porc sont(Tonnes)
redressent au quatrième trimestre.25 000 supérieurs de 1,9 % à ceux de l'automne
Série brute Comparés à l'automne de l'année2002.
passée, les cours ont nettementMalgré un léger repli en décembre, le
augmenté, excepté pour les jeunescours de l'œuf de consommation est très
20 000 bovins. Les abattages de gros bovins seélevé ce trimestre. Il excède de plus de
replient tant sur le trimestre que sur53 % le prix moyen du quatrième
l’année de 2,7 %.trimestre 2002.
Tendance
Les quantités débarquées de poissons,Les difficultés sur le marché de la volaille
15 000 crustacés et mollusques dans les criéesde chair s’atténuent. Cependant les
bretonnes sont supérieures de 1,9 % àabattages de volailles toutes catégories
celles de l’automne 2002. Le prix moyenconfondues restent inférieurs à ceux de
a progressé de 1 %.l’automne de l’an passé (- 2,1 %). Sur
10 000
1999 2000 20021998 2001 2003 cette période, les abattages de poulets
Source : AGRESTE - Insee
Industrie : conjoncture plus ou moins favorable
selon les secteurs
Tendance de la production industrielle (Soldes d’opinions - en %) Les chefs d’entreprise de l’industrie desSelon l’opinion exprimée par les chefs
40 biens intermédiaires considèrent qued’entreprise début janvier, l’activitéProduction passée
industrielle bretonne a progressé leur activité s’est légèrement redressée
30
légèrement au quatrième trimestre fin 2003. L’accélération enregistrée dans
2003. le secteur des composants électriques et
20
électroniques ainsi que dans l’industrieL’amélioration a été particulièrement
textile a plus que compensé le faiblesensible dans l’industrie des biens10
niveau d’activité observé par ailleurs.d’équipement. D’après les entrepre-
D’après les entrepreneurs de l’industrieneurs du secteur des équipements0
Production prévue électriques et électroniques, l’activité des biens de consommation, l’activité
s’est nettement accrue en fin d’année. est demeurée atone au quatrième-10
trimestre. Elle s’est contractée dansDans la construction navale, aéronau-
-20 l’industrie des équipements du foyer. Untique et ferroviaire ainsi que dans1998 1999 2000 2001 2002 2003
l’industrie des équipements mécani- léger mieux a été perçu dans les autresSource : Insee, enquêtes de conjoncture
ques, l’activité s’est consolidée. secteurs mais l’activité est encore jugée
insuffisante.Les professionnels de l’agroalimentaire
estiment que l’activité a augmentéÉtat de la demande
Les prévisions formulées début janviermodérément à l’automne. Après le creuxet niveau des stocks dans l’industrie (Soldes d’opinions - en %)
de l’été, l’industrie laitière et les indus- par les industriels bretons étaient
30
favorables : la tendance à l’améliorationtries alimentaires diverses (industrie du
Niveau des stocks
20 de leur activité persisterait durant lespoisson, conserves de fruits et légumes,
premiers mois de 2004. La demandeboulangeries, biscuiteries…) ont retrou-
10 vé un peu de dynamisme. Les dirigeants apparaissait mieux orientée tant sur le
marché intérieur qu’à l’exportation. Lesdu secteur « travail du grain, fabrication0
stocks étaient jugés plus légers et lesd’aliments pour animaux » font état d’un
-10 carnets de commandes moins dégarnisbon rythme de production. L’activité de
l’industrie des boissons s’est développée que précédemment. L’industrie fran-
-20
çaise dans son ensemble évoluerait aussimais à un rythme moindre que précé-
Carnets de commandes favorablement : l’indicateur de climat-30 demment. Dans l’industrie des viandes
général a retrouvé des valeurs positives(abattages et transformation, toutes
-40 productions confondues) l’activité est après plus d’un an dans le rouge.1998 1999 2000 2001 2002 2003
jugée déprimée.Source : Insee, enquêtes de conjoncture
2 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 96 - Mars 2004Construction : entre les permis de construire
Tendance de l’activité dans le bâtiment (Soldes d’opinions - en %) et les mises en chantier, la construction
70 de logements neufs se porte bien
Activité passée
50
Selon les professionnels du bâtiment, d’entreprise considèrent ne pas pouvoir
leur activité a un peu ralenti au qua- accroître leur production contre 57 % le
30
trième trimestre 2003, conformément à trimestre précédent. Elles restent
leurs prévisions. Légèrement supérieur à toutefois plus importantes que l’an passé
10
celui de l’automne 2002, le niveau à la même période.
d’activité reste en deçà de celui des-10
années précédentes à cette période. Par La construction de logements neufs aActivité prévue
rapport au quatrième trimestre 2002, atteint au quatrième trimestre un niveau-30
l’activité a bien progressé dans le gros- de production élevé, supérieur au
œuvre ; elle est jugée en léger recul dans niveau habituellement observé à cette-50
1998 1999 2000 2001 2002 2003
période de l’année. Avec un peu plus dele second-œuvre.
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
6 100 logements mis en chantier,Au cours du trimestre, les segments des
logements neufs et de l’amélioration- l’activité dépasse de plus de 11 % la
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne entretien ont connu une évolution moyenne des cinq derniers automnes.
3 000 favorable de leur activité. Au contraire Ce niveau de production résulte de la
Moyenne 1994 - 20032001 2002 2003 bonne tenue des constructions dedans le bâtiment non-résidentiel,
l’activité s’est repliée. maisons individuelles mais également
2 500 Début janvier, les chefs d’entreprise d’une reprise significative sur le marché
anticipaient une nette amélioration de du logement collectif.
A court terme, la demande de logementsleur activité pour les trois mois à venir.
2 000 Sur l’évolution générale du secteur du neufs serait très bien orientée. Avec
bâtiment, leur opinion était également 7 453 logements autorisés, elle excède
meilleure. Leurs carnets de commandes de près de 15 % la demande moyenne
1 500 demeuraient étoffés : ils s’établissaient observée à cette période ; c’est égale-
début janvier à 5,4 mois de travail par ment un des meilleurs scores enregistrés
salarié contre 4,8 un an plus tôt. les cinq dernières années. La demande
1 000
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Selon les dirigeants, l’emploi a décru à de maisons individuelles s’est nettement
Source : DRE - Sitadel l’automne mais devrait se redresser au redressée, et sur le marché des loge-
premier trimestre 2004. La proportion de ments collectifs, la hausse se poursuit.
chefs d’entreprise qui ont des difficultés Quant aux bâtiments professionnels, la
de recrutement (68 %) a très légèrement demande s’est fortement repliée aprèsEnquête réalisée avec l'aide de la
baissé au quatrième trimestre mais reste deux trimestres d’amélioration. Le
identique à celle de l’année dernière. nombre de mètres carrés autorisés est
Les tensions sur l’appareil de production inférieur de 28 % à la demande
continuent de diminuer : 53 % des chefs moyenne calculée sur cinq ans.
BRETAGNEFFB
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
Consommation-commerce :
augmentation des ventes dans le commerce de gros
comme dans le commerce de détail
Dans le commerce de détail, lesSelon les négociants interrogés début
janvier, les ventes dans l’ensemble du professionnels interrogés en janvier
estiment que leurs ventes ont redémarrécommerce de gros ont augmenté en
en novembre-décembre, comparative-novembre-décembre au regard des
ment au bas niveau des bimestresbimestres précédents. Le volume des
précédents. Elles se sont améliorées tantventes reste cependant inférieur à celui
dans le commerce généraliste quehabituellement observé à cette période.
spécialisé. L’augmentation est très netteTendance des ventes Sur le bimestre, les ventes se sont
dans le commerce généraliste horsdans le commerce de détail redressées dans les biens d’équipement(Soldes d’opinions - en %)
20 alimentaire, un peu moins forte maiset les biens intermédiaires. Elles ont un
notable dans les commerces généralistepeu fléchi dans les biens de consomma-
10 Ventes réalisées alimentaire et spécialisé. Début janvier,tion non alimentaires, plus fortement
les stocks sont jugés plus lourds, un peudans les biens de consommation0
au-dessus de leur niveau habituel à cettealimentaires. Les intentions de comman-
-10 période. Dans ce contexte, les intentionsdes se relèvent pour l’ensemble du
de commandes pour janvier-février sontcommerce de gros. Elles progressent
-20
légèrement revues à la baisse.sensiblement dans tous les secteurs
-30 Après avoir fléchi à l’été, le marché desexcepté dans celui des biens de
Intentions de commandes
véhicules neufs s’est nettementconsommation alimentaires, où elles
-40 redressé : 19 721 voitures particulièressont en légère baisse. Les perspectives
et commerciales ont été immatriculéesgénérales d’activité s’améliorent très-50
1998 1999 2000 2001 2002 2003 dans la région au cours de l’automne.nettement et se situent désormais au-
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Cela représente une amélioration dedessus de leur niveau moyen.
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 96 - Mars 2004 314,6 % sur le trimestre, mais le marché sans pour autant atteindre le niveau de
Immatriculations de voitures neuves en Bretagne
demeure en recul de 4 % par rapport à l’an dernier. Néanmoins, la bonne(particulières et commerciales)
l’automne 2002. fréquentation observée en fin d’année11 000
Les résultats de l’enquête de conjonc- laisse augurer de meilleures perspecti-
Série brute 1 ves. La tendance a été identique chez lesture réalisée par la Banque de France
9 000 détaillants en électroménager etconfirment la progression globale :
appareils électroniques qui ont« La consommation des ménages s’est
également bénéficié de l’impact desinscrite à nouveau globalement en
7 000 fêtes. En revanche, les magasins dehausse malgré le ralentissement relevé
bricolage ont subi un nouveau recul dedans certains secteurs à un an d’inter-
la demande, essentiellement saisonnier.valle. En dépit d’un meilleur comporte-
5 000 Quelques hausses de prix, de l’ordre dement du rayon homme, les ventes dansTendance
2 à 3 %, ont été anticipées.les commerces d’habillement ont
Comparativement au bimestre précé-fortement diminué. Une baisse du
3 000
dent, l’activité a été particulièrement1998 1999 2000 2001 2002 2003 panier moyen est constatée et les
Source : DAEI / SES - Fichier central des automobiles - Insee dynamique dans l’horlogerie-bijouterieconsommateurs, du fait de conditions
et la librairie-papeterie ; malgré cela, lesmétéorologiques plutôt clémentes, ont
chiffres d’affaires sont jugés insuffisantssurtout privilégié l’achat de petites
et les stocks apparaissent plus élevés àpièces dans l’attente des soldes en vue
un an d’intervalle. »d’acquérir des vêtements et chaussures
Tendance de l’activité
d’hiver. En revanche, l’activité a pro- (1) Source : Banque de France, service des Affairesdans les services (Soldes d’opinions - CVS - en %)
gressé dans le compartiment du meuble régionales de Bretagne
40
Activité passée
30
Services : fléchissement de l'activité
Selon les chefs d’entreprise interrogés en Les professionnels estiment cependant20
janvier, le rythme de l’activité dans que leurs résultats d’exploitation se sont
l’ensemble des services a ralenti au nettement améliorés, et continueraient à
10
quatrième trimestre 2003. Dans les évoluer dans ce sens à court terme.
Selon eux, les prix sont stables maisservices aux entreprises, l’activité a
0 devraient augmenter au premierdiminué ; le secteur du travail tempo-
Activité prévue
trimestre 2004. Quant à l’emploi, ilraire, en particulier, a enregistré un fort
-10 aurait diminué à l’automne et serait aussirepli. Dans l’immobilier, l’activité s’est1998 1999 2000 20022001 2003
orienté à la baisse pour le trimestreégalement dégradée. Le courant
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
suivant.d’affaires des services aux particuliers,
Globalement, les chefs d’entreprises desau contraire, est jugé en sensible
services prévoyaient une réduction deprogression.
l’activité pour les trois mois d’hiver.
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne
100
2001 Hôtellerie et camping : une bonne fin d'année
2002
80 2003 Au quatrième trimestre 2003, les hôtels et décembre, le nombre de nuitées a
de la région ont comptabilisé près de sensiblement augmenté par rapport aux
60 1 093 000 nuitées, soit 2,3 % de plus mêmes mois de 2002. Cependant, au
que l’année passée à la même période. mois de novembre la fréquentation
L’activité est également supérieure de hôtelière a diminué de 2,7 % par rapport40
3,6 % au niveau moyen des trois à novembre 2002 en raison de la baisse
automnes précédents. de la clientèle française.
20
La fréquentation de la clientèle française Sur l’ensemble du trimestre, le taux
a progressé de 2,1 % et celle de la d’occupation dépasse de 1,1 % celui de
0 clientèle étrangère de 3,3 %. En octobre l’automne 2002.sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août
Sources : Direction du Tourisme - Insee Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
Commerce extérieur : amélioration des transactions
Les exportations se redressent pour le d’équipement sont stables. Les venteserImportations et exportations en Bretagne (Base 100 1 trim.1997)
deuxième trimestre consécutif, pro- fléchissent dans les autres secteurs.230
gressant de 8 % par rapport au trimestre Les importations s’améliorent nettement
210 précédent. Elles restent toutefois ce trimestre. Elles sont supérieures de
inférieures de près de 10 % à celles de 15 % à celles du trimestre passé et de190
Exportations l’automne 2002. Les ventes à l’étranger 10,5 % à celles de l’automne précédent.
170
de biens d’équipement, de produits La progression sur le trimestre comme
agroalimentaires et de biens intermé-150 sur l’année résulte d’une augmentation
diaires sont en hausse comparées à des achats dans la quasi-totalité des
130
l’été ; celles de biens de consommation secteurs. D’un trimestre à l’autre, seules
Importations
110 et de produits automobiles s’inflé- les importations de biens de consomma-
chissent au contraire sur le trimestre. En tion ont fléchi. Comparés à la même90
glissement annuel, les exportations de période de l’an passé, seuls les achats à
70 biens intermédiaires connaissent une l’étranger de produits de l’industrie1998 1999 2000 2001 2002 2003
progression positive, et celles de biens automobile ont enregistré un repli.Source : DOUANES
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 96 - Mars 20044Le marché du travail
Emploi : stabilité confirmée au troisième trimestre 2003
Dans l’ensemble du tertiaire, l’emploiAl’instar des deux premiers trimestres de
l’année 2003, l’emploi salarié privé non s’est accru en moyenne de 1,2 % sur les
agricole marque une nouvelle fois le pas douze derniers mois. Les hausses les
plus sensibles sont à mettre à l’actif duen Bretagne, au cours du troisième
Évolution trimestrielle de l’emploi salariésecteur de la santé et de l’action socialetrimestre. La baisse se poursuit toujours Secteur privé non agricole (intérim compris) (% - CVS)
dans l’industrie (- 0,2 %). Dans les autres (+ 2,3 %) et des activités commerciales 0,8
secteurs, les hausses sont très limitées (+ 1,7 %). Les services aux entreprises
(environ + 0,2 %). accusent de leur côté un léger retrait en
liaison avec le recul de l’emploi inté- 0,6Les principaux indicateurs nationaux
sont du même ordre, avec toutefois un rimaire (- 2,2 % par rapport au troisième
recul plus fort dans l’industrie (- 0,8 %). trimestre 2002).
0,4D’octobre 2002 à septembre 2003, Dans la construction, les effectifs
salariés ont progressé de 1,2 %, contrel’emploi salarié en Bretagne, intérim
2,2 % entre octobre 2001 et septembrecompris, a faiblement augmenté en
0,2données corrigées des variations 2002.
saisonnières (+ 0,5 %). Au niveau global de l’économie,
l’emploi dans les Côtes-d’Armor et leLa baisse des effectifs est forte dans
0 e e e e e e e e
4 t.01 1 t.02 2 t.02 3 t.02 4 t.02 1 t.03 2 t.03 3 t.03Finistère enregistre des variationsl’ensemble de l’industrie (- 1,5 %) mais
Source : Insee - Urssafelle est modérée dans les industries opposées mais très limitées (- 0,4 % et
Lecture : l’emploi salarié privé non agricole, intérim compris,agroalimentaires et le secteur automo- + 0,1 %). Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine s'est quasiment stabilisé au troisième trimestre 2003 après avoir
se distinguent par une croissance de progressé de près de 0,1 % au deuxième trimestre 2003.bile. En revanche, les effectifs salariés se
l’emploi salarié au-dessus de laréduisent de façon continue dans
l’industrie des équipements et des moyenne régionale (respectivement
composants électriques et électroni- 0,8 % et 1 %). Les Côtes-d’Armor sont
plus fortement affectées que l’ensembleques. Les améliorations observées dans
des autres départements par le recul dela pharmacie, la parfumerie voire
l’industrie textile sont loin de compenser l’emploi industriel.
les pertes enregistrées dans le secteur de
l’électronique.
Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1997)
110
BretagneChômage : progression trimestrielle plus forte
100
en Bretagne qu'au niveau national
90
Fin décembre 2003, 101 827 deman- inscrites à l’ANPE en Bretagne. Sur un France
deurs d’emploi de catégorie 1 étaient an, le chômage féminin a augmenté de
80inscrits à l’ANPE dans la région. Par 3,1 % dans la région contre 5,4 % au
rapport à décembre 2002, ce nombre a niveau national. La proportion de
augmenté de 2,9 % contre 6 % France femmes à la recherche d’un emploi 70
entière. En données corrigées des varia- demeure toutefois plus importante en
tions saisonnières et sur le trimestre, le Bretagne que France entière (49,5 % 60
1998 1999 2000 2001 2002 2003nombre de demandeurs d’emploi s’est contre 47,2 %).
Source : DRTEFP
cependant accru plus fortement dans la Le chômage de longue durée a continué
Taux de chômage au sens du BIT (%)région qu’au niveau national. Il est en d’augmenter à l’automne, moins vite
13effet en hausse de 1,7 % contre 0,4 % cependant que nationalement. Parmi les
France entière. demandeurs d’emploi, 28 394 sont 12
inscrits à l’ANPE depuis plus d’un an,
France
A la fin du quatrième trimestre, 21 755 soit 3,6 % de plus qu’en décembre 11
jeunes de moins de 25 ans étaient à la 2002. Au niveau national, le nombre de
10recherche d’un emploi dans la région, demandeurs d’emploi de longue durée
3,2 % de plus sur un an contre 7,2 % au est en hausse de 8 % sur la même
9
niveau national. La part des jeunes au période.
sein des chômeurs reste plus élevée dans A la fin du quatrième trimestre 2003, le 8
la région que dans l’ensemble du pays Bretagnetaux de chômage en Bretagne s’établit à
7(21,4 % contre 19,8 %). 8,1 %. Il a augmenté de 0,1 point sur le
Fin décembre, 50 433 femmes étaient trimestre et de 0,3 point en un an. 6
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 96 - Mars 2004 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %
Valeur au
ème RégionIndicateurs trimestriels 4 trimestre France
2003 sur un trimestre sur un an sur un an
ACTIVITÉ
Agriculture Source : DRAF
Livraisons de lait (en milliers d’hl) 11 285 1,9 - 0,5 - 0,7
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,34 9,7 3,0 - 1,9
Abattages de porcs (en tonnes) 288 562 5,5 1,9 0,1
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,15 - 15,4 - 5,7 - 7,3
Construction Source : DRE
Logements autorisés 7 453 12,9 16,311,0
Logements commencés 6 106 20,6 15,3 8,1
2 731 910 -31,5 - 24,8 - 3,4Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés)
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
Nombre de nuitées (en milliers) /// 2,3 - 3,11 093
44,5 - 37,4 1,1 - 2,5Taux d’occupation moyen (en %)
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
15,1 10,5Importations (en millions d’euros) 1 780 - 1,3
Exportations 1 772 8,0 - 9,9 - 0,7
Source : OSTImmatriculations de véhicules neufs
Voitures particulières et commerciales 19 721 14,6 - 4,0 - 3,5
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
Ensemble 1 703 8,3 21,7 18,7
Industrie 122 17,3 17,3 9,9
Construction 299 26,7 44,4 20,7
Commerce 371 22,5- 2,6 13,1
Services 911 7,1 19,9 17,5
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
(1) - 16,3 - 6,4 0,8Ensemble 293
ème(1) au 3 trimestre 2003
EMPLOI
Emploi salarié privé Source : INSEE-URSSAF
secteur marchand non agricole
(2) (3) (4) (4)
Ensemble 647 200 0,0 0,5 - 0,1
Industrie 178 100 - 0,2 - 1,5 - 2,5
Construction 62 600 0,2 1,2 1,1
Commerce 130 800 0,2 1,7 0,9
Services 275 700 0,1 1,0 0,6
(2) effectifs au 31 décembre 2002 en données brutes ;
(3) variation entre le 30 juin 2003 et le 30 septembre 2003 en données CVS ;
(4) variation entre octobre 2002 et septembre 2003 en données CVS ;
MARCHÉ DU TRAVAIL
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) Source : INSEE 8,1 1,3 3,9 4,3
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
(5)de catégorie 1 101 827 1,7 6,02,9
///de moins de 25 ans 21 755 3,2 7,2
28 394 /// 8,0de longue durée 3,6
(5) en données CVS.
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 31 décembre 2003
Variation de octobre 2002 à septembre 2003 (en %) DEFM catégorie 1 Taux
de chômage
Variation surConstruction Commerce ServicesEnsemble Industrie Série brute BIT (CVS )
un an (en %)
Côtes-d’Armor 3,4 7,9- 0,4 - 2,8 - 0,6 2,6 - 0,3 17 776
Finistère 8,50,1 - 1,6 0,9 1,3 0,3 29 479 0,4
Ille-et-Vilaine 30 250 5,4 7,51,0 - 1,3 2,1 1,3 2,1
Morbihan 0,8 1,0 1,5 2,1 0,8 24 322 2,5 8,7-
1,7Bretagne 1,2 1,00,5 - 1,5 101 827 2,9 8,1
Source : DRTEFP - INSEESource : INSEE-URSSAF
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Jean-Paul MER
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© Insee 2004 Dépôt légal : 1 trimestre 2004
Lucile CROS, Denise OLLIVIER, Jean-Luc NATIVEL
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
6 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 96 - Mars 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.