Léger tassement des créations

De
Publié par

Malgré la forte reprise des créations d'entreprises dans la construction et le développement continu des services aux entreprises, les nouveaux projets ont diminué en Alsace en 2000.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

ENTREPRISES
Léger tassement des créations
Les nouveaux projets commer- Toujours plusMalgré la forte reprise
ciaux sont de moins en moins nom- de créations puresdes créations d’entreprises
breux : -10 % en 2000. En 1994, le
dans la construction
commerce regroupait plus de 34 % En Alsace, la baisse du nombre
et le développement continu des créations d’entreprises alsa- de créations d’entreprises s’ex-
des services aux entreprises, ciennes ; il en représente moins de plique par un net recul des repri-
27 % aujourd’hui. Ce constat se re- ses. Ce type de création, qui re-les nouveaux projets ont
trouve également au niveau natio- groupe comme en moyenne natio-diminué en Alsace en 2000.
nal. nale 16 % des nouveaux projets,
diminue pour la troisième année
e nombre de créations d’entre- Dans les transports, l’évolution des consécutive : -16 %.Lprises a reflué en 2000 dans la créations d’entreprises est irrégu-
région : 5 697 entreprises ont été lière. Depuis 1994, années de Les activités économiques carac-
créées, soit 69 de moins qu’en hausse et années de baisse se suc- térisées par de fréquents change-
1999. En revanche, au niveau na- cèdent. En 2000, le nombre de nou- ments d’exploitants figurent parmi
tional, la progression enregistrée en veaux projets recule de près de 40 % les plus touchées. Ainsi, les reprises
1999 s’est poursuivie avec +1 %. après avoir gagné 3 % en 1999. dans les industries agricoles et ali-
mentaires, en particulier dans les
Boom des créations L’industrie, enfin, enregistre un re- boulangeries-pâtisseries, reculent
cul d’environ 8 % des nouveaux de 37 %, dans le commerce dedans la construction
projets. Seules les industries des 25 % et dans l’hôtellerie-restaura-
Néanmoins, en Alsace, trois sec- biens intermédiaires ne suivent tion de 10 %. Les transports enre-
teurs d’activité ont été dynamiques pas cette tendance. L’industrie, gistrent la plus forte baisse, mais les
l’année dernière : la construction, malgré une légère reprise en 1998, reprises représentent moins de 6 %
les services aux entreprises et les attire peu les créateurs alsaciens. du total des créations de ce secteur.
activités immobilières. Ce secteur ne concerne que 6,6 %
de l’ensemble des créations de la En revanche, les créations d’entre-
La construction a renoué avec les région, soit un point de moins qu’en prises ex nihilo continuent d’aug-
créations. Alors que ces dernières moyenne nationale. menter : +2,7 %. Leur part dans
diminuaient régulièrement depuis
1994, elles ont augmenté de 28 %
en 2000. Au niveau national, cette L’Alsace maintient sa part dans les créations françaises
reprise avait eu lieu un an plus tôt. 2,4 6 400
La bonne tenue de l’activité de ce Part de l'Alsace en % Nombre
2,3 6 200secteur depuis le second semestre
1996 permet d’expliquer la hausse 2,2
6 000
des nouveaux projets.
2,1
5 800
Les créations dans les services 2,0
aux entreprises et dans les activi- 5 600
1,9
tés immobilières ont une nouvelle
5 400fois progressé. Ensemble, ces 1,8
deux secteurs regroupent le quart
5 2001,7
des créations alsaciennes, pres-
que autant que le commerce. 1,6 5 000
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Part de l'Alsace dans les créations de France métropolitaine
Nombre de créations d'entreprises en Alsace
10
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
I
Source : NSEE, SireneENTREPRISES
Plus de créations dans la construction et les services aux entreprises
Créations en 2000 Variation 1999-2000 (en %)
Alsace En % Alsace Bas-Rhin Haut-Rhin France
Industries agricoles et alimentaires 72 1,3 -25,0 -18,8 -37,5 -5,8
Industries des biens de consommation* 107 1,9 -16,4 -13,8 -22,0 -8,6
Industries des biens d’équipement 60 1,1 -26,8 -33,3 -16,1 -1,6
Industries des biens intermédiaires** 137 2,4 28,0 16,4 40,0 6,0
Construction 820 14,4 28,3 30,1 25,5 14,4
Commerce 1 525 26,8 -10,1 -8,0 -13,1 -5,8
Transports 109 1,9 -39,8 -44,1 -29,6 -22,0
Activités immobilières 282 4,9 4,1 12,9 -5,3 3,6
Services aux entreprises 1 131 19,9 8,0 11,0 3,1 11,9
Services aux particuliers 961 16,9 -3,9 -0,2 -9,2 -2,1
Éducation, santé, action sociale 493 8,7 -4,8 -7,0 0,0 1,9
Ensemble 5 697 100,0 -1,2 0,4 -3,7 1,0
* y compris industrie automobile, ** y compris énergie
l’ensemble des nouveaux projets de créations : +11 %. Les services Globalement, les créations sont
dépasse désormais les 70 %, soit 6 aux entreprises et la construction restées stables dans le Bas-Rhin
points de plus qu’en moyenne natio- ont largement contribué à ce bon alors qu’elles ont reculé dans le
nale. La hausse de ces créations résultat. À l’opposé, le nombre de Haut-Rhin (-3,7 %). Les évolutions
pures a été particulièrement impor- créations d’entreprises a nette- sectorielles sont néanmoins très pro-
tante dans la construction, les in- ment baissé dans les zones de ches dans les deux départements.
dustries des biens intermédiaires et Saint-Louis et de Wissembourg.
les services aux entreprises. Elles ont chuté dans le commerce Nouveau recul des défaillances
et l’hôtellerie-restauration de ces
Les réactivations, enfin, ne repré- deux zones ainsi que dans les ser- En Alsace, comme au niveau na-
sentent que 14 % des créations d’en- vices aux entreprises de la zone de tional, le nombre de défaillances
treprises alsaciennes. Leur nombre Saint-Louis. d’entreprises continue de baisser en
est resté stable en 2000.
Plus du tiers des créations Champ d'observation
Le champ d’observation comprend les secteurs marchands de l’industrie, de ladans la zone d’emploi
construction, du commerce et des services. Sont exclues l’agriculture et les ac-
de Strasbourg tivités financières. Pour les défaillances, est, en plus, exclu le secteur de l’édu-
cation, santé, action sociale.
Un créateur installe son entreprise La création d’entreprise
de préférence à proximité de sa
Il existe trois types de création enregistrés dans le répertoire Sirene :
clientèle potentielle, a fortiori s’il
- la création pure, ou ex nihilo, correspond à la création d’une entreprise jus-
s’agit d’une unité du tertiaire. Les qu’alors inexistante et à l’exploitation de nouveaux moyens de production ;
créations d’entreprises sont ainsi - la création par reprise intervient lorsqu’une entreprise reprend, totalement ou
partiellement, l’activité d’un ou plusieurs établissements d’une autre entre-particulièrement nombreuses en mi-
prise (achat, location-gérance…) ;
lieu urbain. Les zones d’emploi de
- la création par réactivation consiste à reprendre une activité qui existait déjà
Strasbourg et Mulhouse regroupent
mais qui était temporairement arrêtée. Elle ne concerne que les entreprises in-
56 % des créations d’entreprises al- dividuelles.
saciennes. Leur part s’est encore La défaillance d’entreprise
renforcée en 2000. Une entreprise est en situation de défaillance, ou de dépôt de bilan, lorsqu’une
procédure judiciaire a été ouverte à son encontre pour cessation de paiement.
Les annonces de jugements d’ouverture de redressement judiciaire, publiéesLa zone de Molsheim-Schirmeck
au bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC), servent
a enregistré la hausse la plus forte de base à la statistique.
Les défaillances ne se concluent pas obligatoirement par la liquidation judi-
ciaire de l’entreprise c’est-à-dire par sa cessation. Par conséquent, les don-
nées sur les créations et les défaillances ne peuvent pas être directement com-
parées.
11
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Source : Insee, SireneENTREPRISES
Défaillances d’entreprises : quatrième année de baisse
Variation 1999-2000 Taux de défaillance
Nombre de défaillances en 2000
(en %) (en %) ***
Bas-Rhin Haut-Rhin Alsace Alsace France Alsace France
Industries agricoles et alimentaires 18 5 23 21,1 -4,2 1,4 1,5
Industries des biens de consommation * 24 15 39 30,0 -14,9 2,3 2,5
Industrie des biens d’équipement 11 8 19 -26,9 -3,1 1,8 2,1
Industries des biens intermédiaires ** 12 16 28 -22,2 -21,4 1,5 1,6
Construction 115 94 209 -6,7 -9,1 3,2 2,4
Commerce 184 131 315 -6,3 -11,8 2,1 1,8
Transports 31 13 44 7,3 5,8 2,4 2,1
Activités immobilières 35 17 52 2,0 -15,8 2,9 2,4
Services aux entreprises 71 33 104 -14,8 -7,0 1,3 1,4
Services aux particuliers 87 63 150 -3,8 -8,3 1,8 1,6
Ensemble 588 395 983 -5,6 -9,6 2,1 1,8
* y compris industrie automobile, ** y compris énergie, *** nombre de défaillances en 2000 rapporté au nombre d’entreprises actives au 1er janvier 2000
ment été moins touchés en 2000.2000. Avec un recul de 5,6 %, la ré- Un taux de défaillance
Dans l’hôtellerie-restauration, quigion se rapproche du niveau de dé- toujours plus élevé en Alsace
représente près de sept défaillancespôts de bilan observé en 1990, point
sur dix dans les services aux parti-le plus bas de la décennie en Bien qu’en léger recul par rapport
culiers, le nombre de dépôts de bi-Alsace. La même tendance s’ob- à 1999, le taux de défaillance alsa-
lan s’est même réduit de 11 %.serve dans les deux départements : cien reste supérieur au taux natio-
les dépôts de bilan diminuent de nal : respectivement 2,1 % et 1,8 %.
5,2 % en un an dans le Bas-Rhin et Néanmoins, l’Alsace obtient deUne bonne année
de 6,2 % dans le Haut-Rhin. meilleurs résultats dans les servi-pour la construction
ces aux entreprises et dans tous les
Au niveau national, la réduction secteurs industriels. En moyenne,Le secteur de la construction a bé-
du nombre de dépôts de bilan est le taux de défaillance industriel estnéficié en 2000 d’un contexte parti-
beaucoup plus rapide, avec –9,6 % culièrement favorable. La hausse du de 1,7 % en Alsace pour 1,9 % au
comme en 1999. Depuis 1993, nombre de créations d’entreprises, niveau national. L’écart tend cepen-
point haut sur la décennie, les dé- s’accompagne d’une nouvelle ré- dant à se réduire.
faillances ont ainsi reculé de près duction des dépôts de bilan : -6,7 %
de 40 % en France. après -17,3 % en 1999. Dans le domaine des créations et
des défaillances d’entreprises, l'an-
Dans l’industrie alsacienne, le née 2000 a été moins favorable àCinquième année de baisse
l’Alsace que 1999. Toutefois, lesnombre de défaillances a égalementdans le commerce
secteurs de la construction et desdiminué, mais moins fortement qu’en
Pour la cinquième année consécu- services aux entreprises se distin-1999 : -2 % en 2000 après -20 %
tive, le commerce enregistre moins guent, avec une importante haussel’année précédente. Cependant, la
dedépôtsdebilan:-6,3%.Cettedi- situation n’est pas la même d’un sec- des créations et un net recul des
minution reste moins importante teur à l’autre. La baisse ne concerne défaillances.
qu’en moyenne nationale et ce sec- que les industries des biens d’équi-
teur regroupe toujours le tiers des dé- pement et des biens intermédiaires.
faillances d’entreprises alsaciennes. Par contre, au niveau national, le re- Delphine LÉGLISE
cul est net dans tous les secteurs in- et Valérie GUERLAND
Les services aux entreprises et les dustriels. Il s’établit, pour l'ensemble
services aux particuliers ont égale- de l’industrie, à -12 % sur un an.
12
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Source : Insee, Sirene et BODACC

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.