Lègère diminution des créations d'entreprises depuis 2000

De
Publié par

Après un point haut en 2000, le nombre de créations d'entreprises plafonne. En 2002, dans l'industrie et le tertiaire, 270 000 entreprises ont été créées, soit 10 % des entreprises existantes.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 879 - JANVIER 2003
PRIX : 2,20€
Légère diminution des créations
d'entreprises depuis 2000
Christian Rieg, division Administration du répertoire SIRENE
et démographie des entreprises, Insee
près un point haut en 2000, le l'activité exercée ne constitue pas la poursuite
d'une activité de même type exercée antérieu-nombre de créations d'entrepri-
rement au même endroit et par une autreAses plafonne. En 2002, dans l'in-
entreprise.
dustrie et le tertiaire, 270 000 entreprises
Une création sur cinq est une réactivation.
ont été créées, soit 10 % des C'est le cas lorsqu'une personne physique
existantes. Les deux tiers sont des entre- cesse son activité non salariée puis la reprend
prises vraiment nouvelles, les autres étant ultérieurement.
Enfin, 15 % sont des reprises, qui peuventsoit réactivées après une interruption soit
s'effectuer par achat, prise en location-gérancereprises avec changement de propriétaire
d'un fonds de commerce, donation, héritage.
ou transformation juridique.
Ce taux pourrait s'accroître lors des dix pro-
Les services aux entreprises (dont l'infor- chaines années. En effet, un grand nombre
matique), ainsi que l'immobilier, attirent de d'entrepreneurs, nés pendant les années du
plus en plus de créateurs d'entreprises. baby-boom, vont arrêter leur activité et seront
amenés à céder leur entreprise. Par ailleurs,C'est dans les services que le renouvelle-
les conversions d'entreprises individuelles enment des entreprises est le plus important.
sociétés sont aussi classées conventionnelle-
Les nouvelles entreprises sont de plus en
ment en reprises.
plus fréquemment constituées en société,
même si la part des personnes physiques Moins de reprises d'entreprises
est encore largement prédominante. Par
Au cours des cinq dernières années, le total deailleurs, les trois quarts des entreprises
créations d'entreprises n'a que peu évolué,
n'ont aucun salarié quand elles commen-
restant proche de 270 000. Après un point haut
cent leur activité. Enfin, la moitié des créa- en 2000, le nombre total baisse en 2002
tions d'entreprises s'effectue dans quatre comme en 2001. La tendance est donc à une
régions. légère baisse ; ainsi le nombre de créations en
2002 est en repli de 0,3 % par rapport à 1997 et
de 0,1 % par rapport à 2001.
En 2002, 270 000 entreprises ont été créées Le nombre de reprises a poursuivi sa baisse
dans l'industrie et le tertiaire marchand non (graphique 2). En cinq ans, le recul s'établit à
financier (cf. Sources et graphique 1), soit un 13 %. Le nombre de réactivations diminue aussi :
taux de création de 10,9 % (cf. Définitions). sur la même période, leur repli atteint 10 %.
Les deux tiers de ces créations (65 %) sont des
créations pures. Une création est dite pure si Évolution du nombre de créations
d'entreprises par origine
Nombre de créations d'entreprises par an
Indice base 100 en 1997
280 000
110
270 000
105
Créations pures260 000
Ensemble
100250 000
240 000 95 Reprises
Réactivations
230 000
90
220 000
85
210 000
80200 000
1997 1998 1999 2000 2001 2002 1997 1998 1999 2000 2001 2002
Source : Insee, Répertoire SIRENE Source : Insee, Répertoire SIRENE
INSEE
PREMIERELe nombre de créations pures est en La forte hausse en cinq ans du nombre Toujours plus d'entreprises
revanche en légère hausse en 2002 et de créations du secteur de la construc- de services en France
atteint son niveau le plus élevé (178 000 tion concerne toutes les principales acti-
environ) depuis 1997. Mais cette der- vités de ce secteur. Cependant, après Dans l'industrie et le tertiaire non mar-
nière augmentation n'a pas pu compen- un maximum de créations (40 000) en chand, 2,5 millions d'entreprises envi-
ser, comme en 2001, le recul des 2000, la tendance récente est à la ron étaient en activité au début de
reprises et des réactivations. Il y a quasi- baisse. l'année 2002, soit6%de plus qu'au
ment autant de créations que de cessa- Le secteur de l'éducation, santé, action début de l'année 1997. Les fortes
tions (cf. Définitions). Ces mouvements sociale (+ 11 % en 5 ans) montre des variations sectorielles aussi bien
participent au renouvellement du tissu disparités. Les entreprises exerçant dans les créations que dans les ces-
économique. dans l'éducation sont en léger recul sations ont modifié la répartition par
(- 2 %), malgré la hausse du nombre de activité des entreprises françaises
créations d'entreprises de formation des (graphique 3).
Forte augmentation adultes et de formation continue Les entreprises du secteur du com-
(+ 19 %). Le repli est dû à la forte baisse merce restent les plus nombreuses etdes créations dans l'immobilier
du nombre de créations d'écoles de représentent toujours environ une
La faible variation globale du nombre de conduite (- 52 %). Il ne se crée plus entreprise sur quatre. Leur nombre est
créations lors des cinq dernières actuellement que 500 écoles de néanmoins en léger recul (-2 %) depuis
années ne se retrouve pas pour chaque conduite par an, contre 1000 en 1997. cinq ans. La tertiarisation du tissu éco-
secteur de l'économie. Les secteurs les Le nombre de créations d'entreprises nomique s'accroît donc par le « boom »
plus dynamiques en matière de créa- dans le domaine de la santé et de des services observé ces cinq derniè-
tions d'entreprises sont l'immobilier l'action sociale est en revanche en res années. Ainsi, le nombre d'entre-
(+ 29 % en 5 ans), les services aux hausse (+ 13 %) du fait de la forte prises dans les services aux
entreprises (+ 12 %), la construction montée du nombre d'auxiliaires médi- entreprises a augmenté de 22 % en
(+ 12 %) et l'éducation, santé, action caux (+ 28 %). cinq ans. Il a également augmenté
sociale (+ 11 %) (cf. Définitions). Le nombre de créations d'entreprises dans les services aux particuliers
Dans le secteur de l'immobilier, la baisse par contre chaque année depuis (+ 8 %) et l'éducation, santé, action
hausse du nombre de créations 1997 dans le commerce (-12 % en cinq sociale (+ 12 %).
concerne notamment les marchands de ans), qui concentre encore un quart des Conséquence de la poussée des servi-
biens (+ 39 %) et les agences immobiliè- créations. La diminution pour le com- ces et des moindres créations dans
res (+ 25 %). merce de détail est plus faible (-9 %) que l'industrie, le parc des entreprises ins-
Le dynamisme des créateurs d'entrepri- pour le commerce de gros (-17 %). tallées en France est encore moins
ses dans le secteur des services aux Dans l'industrie, le recul est plus marqué industriel qu'il y a cinq ans (- 4 %). En
entreprises s'explique par l'envolée du (-15 %). Il est plus fort dans l'industrie 2002, il n'y a plus qu'une entreprise sur
nombre de créations dans les activités des biens de consommation (- 20 %) et dix qui se trouve dans l'industrie. Tou-
informatiques (+ 26 % de 1997 à 2002) dans les industries des biens intermé- tefois, les entreprises de ce secteur ont
avec, toutefois, un recul sensible entre diaires (- 19 %) que dans les industries une taille moyenne bien supérieure à
2001 et 2002. des biens d'équipement (- 10 %). celle des services.
Évolution du parc d'entreprises entre 1997 et 2002 par secteur d'activité
En %
* Industries agroalimentaires
Industrie hors IAA
Commerce
Transports
Hôtels, cafés, restaurants
Moyenne
Construction
Services aux particuliers
Éducation, santé, action sociale
Activités immobilières
Services aux entreprises
-10 -5 0 5 10 15 20 25
* Y compris boulangeries, pâtisseries, charcuteries.
Source : Insee, Répertoire SIRENE
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREcommunication, les produits pharma- Les créations pures d'entreprises tech-Un taux de création
ceutiques, la biotechnologie et dans les nologiquement innovantes ne repré-de l'ordre de 10 %
nouveaux matériaux. En 2002, le sentent désormais plus que 4,5 % de
Compte tenu des créations et des dis- nombre de créations pures dans ces l'ensemble des créations pures, contre
paritions d'entreprises, deux entrepri- secteurs s'est élevé à 8 000 unités. Il a 6,1 % en 2000. Ce taux est proche de
ses sur cinq ont moins de cinq ans au fortement baissé par rapport à l'année celui qui prévalait lors des années
début de l'année 2002. Le renouvelle- 2001 (- 16 %) et davantage encore par 1997-1999.
ment s'effectue de façon assez régu- rapport à l'année 2000 (- 26 %), année
lière. Le taux de création est de 10,9 % où le nombre d'entreprises innovantes
en 2002. Davantage de créationscréées a été le plus élevé (gra-
C'est dans les secteurs des services phique 5). Il retrouve ainsi un niveau sous forme de sociétés
aux particuliers et des services aux proche de 1999. Ce fort recul des créa-
entreprises que les entreprises se 111 000 sociétés ont été créées entions pures par rapport à 2001 est
renouvellent le plus. 2002, contre environ 100 000 enencore plus marqué dans le secteur des
Dans les services aux particuliers, le 1997, soit une hausse de 11 % enservices informatiques (- 20 %), qui
taux de création atteint 13,7 %. Le taux cinq ans. La part des sociétés dansreprésente environ 70 % des créations
le plus élevé est celui des hôtels, cafés, les créations est passée de 37 % ende l'ensemble des secteurs technologi-
restaurants (15,0 %), mais 47 % des 1997 à 41 % en 2002 (graphique 6).quement innovants. Toutefois le
créations de ce dernier secteur sont des Les sociétés représentent 44 % denombre d'entreprises créées dans les
reprises (graphique 4). l'ensemble des entreprises en acti-services informatiques reste bien plus
Dans les services aux entreprises, le vité en 2002.important en 2002 qu'en 1997.
taux de création atteint 12,5 %. En Toutefois, la majorité des créations
revanche, dans ce secteur, 85 % des d'entreprises se fait encore sous
créations d'entreprises sont des créa- forme de personne physique (59 % en
Nombre de créations purestions pures. 2002). Cette part recule en moyenne
d'entreprises dans les secteursLe taux de création est beaucoup plus de 1 point par an depuis cinq ans. Sur
innovantsfaible que la moyenne dans les sec- cette période, le nombre de créations
teurs de l'éducation, santé, action d'entreprises sous forme de per-12 000
sociale (6,7 %), des transports (7,4 %) sonne physique est passé de 171 000
10 000et de l'industrie (7,7 %). à 159 000. La tendance plus fré-
quente que dans le passé à créer une
8 000 société se constate quasiment dans
Créations en forte baisse tous les secteurs de l'économie.
6 000
78 % des entreprises créées en 2002dans les secteurs innovants
n'ont aucun salarié au démarrage, une4 000
90 % des entreprises créées dans les proportion qui n'a guère évolué depuis
2 000secteurs technologiquement innovants cinq ans. Au total, les entreprises
sont des créations pures. Ces entrepri- créées, reprises ou réactivées en
0
1997 1998 1999 2000 2001 2002ses exercent leur activité dans les tech- 2002 emploient 206 000 salariés et
Source : Insee, Répertoire SIRENEnologies de l'information et de la environ 285 000 non-salariés.
Taux de création d'entreprises* par secteur en 2002
Part des sociétés parmiEn %
les créations d'entreprises
Hôtels, cafés, restaurants
En %
Services aux particuliers
41
Activités immobilières
40
Services aux entreprises
39Construction
Commerce
38
Moyenne
37
Industries agroalimentaires
36Transports
Industrie hors IAA 35
Éducation, santé, action sociale
34
1997 1998 1999 2000 2001 200202 46 8 10 12 14 16 18
* Voir définition du taux de création.
Source : Insee, Répertoire SIRENESource : Insee, Répertoire SIRENE
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREpart à la retraite) ; les cessations d'acti-création est en dessous de la moyenne.Quatre régions regroupent
vité dues à des difficultés mais sans dé-Dans ces régions, le nombre totalla moitié des créations faillance, c'est-à-dire sans que
d'entreprises au début de l'année 2002
l'entreprise ait fait l'objet d'une procé-
ne progresse que de 0,8 % par rapport dure de redressement judiciaire ; et lesLes créations d'entreprises restent très
au début de l'année 1997, contre une cessations qui découlent d'une défail-concentrées géographiquement. Quatre
lance. Les entreprises ne déclarant pashausse nationale de 6 %.régions regroupent la moitié des créa-
automatiquement et dans des délais ra-
tions de l'année 2002 : Île-de-France, pides leur cessation dans les CFE
SourcesRhône-Alpes, PACA et Languedoc-Rous- (Centre de Formalité des Entreprises),
l'Insee ne fournit actuellement aucunesillon.
donnée sur les cessations.Les taux de création d'entreprise varient Champ des entreprises : cette étude porte
Entreprise marchande : une entreprise
suivant les régions de 8,5 % à 14,9 %. sur les créations d'entreprises des années
est dite " " si plus de 50 % de
1997 à 2002 du champ I.C.S. (Industrie,Les taux de création sont les plus élevés ses ressources courantes proviennent
Commerce, Services). Le champ I.C.S.dans les régions du sud de la France, les de la vente de sa production. Elle sera
couvre les activités économiques marchan-
non marchande dans le cas contraire.plus faibles dans les régions les moins
des des secteurs de l'industrie, de la cons-
Secteur de l'immobilier : il regroupe lapeuplées, à l'exception de la Corse. truction, du commerce et des services, à
promotion immobilière, l'activité d'inter-
Ainsi, les taux les plus bas se rencon- l'exclusion des activités financières. L'agri-
médiaires en transactions immobilières
culture est également exclue. Cette étudetrent en Franche-Comté, en Cham- et de gestionnaires de biens immobi-
ne comporte aucune donnée sur les créa-pagne-Ardenne, en Auvergne et dans le liers.
tions d'établissements à l'intérieur d'une
Secteur de l'éducation, santé, actionLimousin (carte). Cela n'est pas lié à une
entreprise.
sociale : l'étude ne portant que sur lesspécificité sectorielle des régions. En Statistiques de créations : elles provien-
entreprises marchandes, les entrepri-
effet, dans ces quatre régions, pour nent du répertoire SIRENE, le répertoire
ses qui relèvent des administrations pu-
des entreprises géré par l'Insee. Il enre-chaque secteur d'activité, le taux de bliques, par exemple les hôpitaux, les
gistre les mouvements économiques et
collèges et lycées publics, sont exclues.
légaux affectant ces unités, en particulier
Le secteur de l'éducation, santé, action
Taux de création régional les créations. Les créations sont de trois
sociale comprend les domaines mar-
types : créations pures, reprises et réacti-En % chands de l'enseignement et de la for-
vations. Les exploitants d'entreprises indi-
mation, les activités pour la santé
viduelles gardent le même identifiant
humaine, les vétérinaires et
(numéro SIREN) toute leur vie. L'entreprise
l'action sociale.
individuelle cesse pour le répertoire quand
l'exploitant arrête son activité. Elle est réac-
tivée s'il la reprend. Bibliographie
Définitions
« Créations et créateurs d'entreprises »,
Taux Insee Résultats (papier et cédérom),
de création
Taux de création : rapport entre le n° 773, décembre 2001.
10,9 à 14,9
nombre de créations observées l'année n « Les cinq premières années des nouvelles9,7 à 10,9
et le stock d'entreprises au premier jan- entreprises », Insee Première, n° 815, dé-8,5 à 9,7
vier de cette même année n. Cette étude cembre 2001.
fournit des taux de création sectoriel « Jeune, diplômé et créateur d'entreprise - Le
(suivant la Nomenclature Economique goût d'entreprendre malgré les difficultés »,
de Synthèse, la NES16) et par région. Insee Première, n° 814, décembre 2001.
Cessations d'entreprise : elles sont de « Les créateurs en 1998 - Moins de chô-
trois types : les cessations d'activité qui meurs, plus de diplômés », Insee Première,
Source : Insee, Répertoire SIRENE ne sont pas dues à des difficultés (dé- n° 743, octobre 2000.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14A RETOURNER A : INSEE Info Service, Service Abonnement B.P. 409, 75560 Paris CEDEX 12
Directeur de la publication :
Tél.:0153178845 Fax:0153178977 Paul Champsaur
Rédacteur en chef :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003
Daniel Temam
Abonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger) Rédacteurs :
R. Baktavatsalou,
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : ____________________________
C. Benveniste,
Adresse : _____________________________________________________________________ C. Dulon,
A.-C. Morin________________________________________ Tél : ________________________________
Maquette : P.T.
Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : ______________________€.
Code Sage IP03879
Date : ___________________________________ Signature ISSN 0997 - 3192
© INSEE 2003
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.