Les créateurs d'entreprises issus de l'immigration

De
Publié par

D'après l'enquête SINE, un créateur d'entreprise lorrain sur dix en 2002 est étranger. Qu'il soit français ou étranger, le profil du créateur d'entreprise ne varie guère : un homme le plus souvent, actif occupé d'une quarantaine d'années. En revanche, la pérennité de l'entreprise reste moins assurée lorsque le créateur n'est pas français. L'enquête menée par le réseau Alexis renseigne sur les motivations et le profil des porteurs de projets de création d'entreprises issus notamment de l'immigration, qu'ils soient français ou non. La création d'entreprise constitue une voie privilégiée d'insertion économique pour des populations qui connaissent des difficultés renforcées d'accès à l'emploi. La teneur des projets portés par le réseau Alexis illustre une démarche majoritairement «assimilationniste» : les deux tiers des projets portés par les immigrés ne se différencient en rien (nature de l'activité, public visé, fournisseurs, financement) du tout venant. Les entrepreneurs immigrés se démarquent par une situation socio-économique plus dégradée avant d'entreprendre et par la sous-représentation des femmes en leur sein. Ils créent davantage dans le commerce et entreprennent moins dans les services.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
90N
Les créateurs d’entreprises
issus de l'immigration
D’après l’enquête SINE, un créateur d’entreprise lorrain sur dix en 2002
est étranger. Qu’il soit français ou étranger, le profil du créateur
d’entreprise ne varie guère : un homme le plus souvent, actif occupé
d’une quarantaine d’années. En revanche, la pérennité de l’entreprise
reste moins assurée lorsque le créateur n’est pas français.
L’enquête menée par le réseau Alexis renseigne sur les motivations
et le profil des porteurs de projets de création d’entreprises issus
notamment de l’immigration, qu’ils soient français ou non. La création
d’entreprise constitue une voie privilégiée d’insertion économique pour
des populations qui connaissent des difficultés renforcées d’accès
à l’emploi. La teneur des projets portés par le réseau Alexis illustre
une démarche majoritairement “assimilationniste” : les deux tiers
des projets portés par les immigrés ne se différencient en rien (nature
de l’activité, public visé, fournisseurs, financement) du tout venant.
Les entrepreneurs immigrés se démarquent par une situation
socio-économique plus dégradée avant d’entreprendre et par
la sous-représentation des femmes en leur sein. Ils créent davantage
dans le commerce et entreprennent moins dans les services.
Le citoyen étranger est plus entrepre- portion est en moyenne moins élevée sur
nant que le citoyen français puisque deux fois l’ensemble du territoire français (43%).
plus représenté parmi les créateurs d’entre-
prises qu’il ne l’est dans la population. En Lorraine, près de 9 créateurs étrangers
sur 10 sont des hommes. Ce rapport passe
à 7 sur 10 pour les créateurs français.
Les étrangers Cette différence de 20 points est une parti-
cherchent davantage cularité lorraine, puisqu’à l’échelle nationale,
la proportion hommes/femmes est aussi deà créer leur entreprise
7 sur 10 chez les créateurs français (69%),
La création d’entreprise pourrait ici témoi- mais “seulement” de 8 sur 10 chez les créa-
gner de la plus grande difficulté à l’embauche teurs étrangers.
des étrangers sur le marché du travail et en
partie y remédier. Parmi ces étrangers, en Le créateur étranger rencontre davantage
Lorraine, moins de la moitié (47%) sont res- de difficultés à pérenniser son entreprise. En
sortissants de l’Union européenne. Cette pro- Lorraine, au premier anniversaire de la créa-
Vtion, 13% des entreprises créées rage entrepreneurial susceptible recherchent un emploi. Les étran-
par des étrangers ont fermé, soit de l’aider par l’exemple ou de le gers sont globalement un peu
près de deux fois et demie la pro- conseiller, dispose de moins de plus nombreux au chômage avant
portion de fermetures d’entrepri- moyens financiers au moment de la création de leur entreprise,
ses créées par les Français (5%); la création (qu’il reprenne une entre- surtout ceux qui ne sont pas origi-
au deuxième anniversaire, l’écart prise existante ou en crée une nou- naires d’un pays de la Commu-
se resserre, mais reste consé- velle), reçoit moins souvent des nauté européenne (plus de 4 sur
quent : 28% des entreprises aides publiques à la création ou 10 en Lorraine). Les créateurs
créées par des étrangers ne sont est moins bénéficiaire d’exonéra- étrangers membres d’un pays de
plus en activité, contre 16% de tions de taxes et impôts liées à la la Communauté européenne sont
celles créées par des Français. création. eux moins nombreux au chômage
Enfin, près de la moitié des entre- que les créateurs français (1sur
La survie à un, deux ou trois ans
prises créées par des étrangers 4contre1sur3).
des entreprises créées au pre-
ne survivent pas à leur troisième
mier semestre 2002 par des L’implantation des entreprises
anniversaire alors que les trois
Français est identique aux niveaux créées par des étrangers est
quarts de celles créées par les
national et lorrain. En revanche, calquée sur la répartition spatiale
Français sont encore en activité.
un entrepreneur étranger, a beau- de cette population avec notam-
coup plus de difficultés à pérenni- ment 60% d’entre elles sur le ter-
Moins d’atouts au départ, ser son entreprise en Lorraine ritoire mosellan et 25% en
qu’en moyenne sur le territoire na- Meurthe-et-Moselle.la survie s’en ressent
tional. L’écart est ainsi de 5
Le créateur étranger bénéficie en
points (survie à un an) à 10 points
effet au départ de moins d’atouts Les étrangers créentd’écart (survie à 3 ans).
en moyenne que le créateur fran- dans le bâtiment
çais, surtout s’il n’est pas ressor- Le chômage n’est pas le motif es-
tissant d’un pays de la sentiel de la création d’entre- L’entreprise créée par un étran-
Communauté européenne. Il est prise. En effet avant la création, ger sur le territoire lorrain est
ainsi plutôt moins diplômé, béné- la moitié des créateurs sont en d’abord artisanale (à59%)alors
ficie moins souvent d’un entou- activité pour environ un tiers qui qu’elle est majoritairement non
Pérennité des entreprises
Taux de survie des entreprisesTaux de survie des entreprises lorraines
selon la nationalité de l'entrepreneur créées par des étrangers
% %
100 100
Français France
Étrangers Lorraine
90 90
80 80
70 70
60 60
50 50
4040
0 à1an à 2 ans à 3 ans à1an à 2 ans à 3 ans0
Source : Insee, enquête SINE 2002
Toutes choses égales par ailleurs ...
L’enquête SINE nous apprend que les entreprises créées par les Le même individu de référence a 75% de chances que son entre-
étrangers ont moins de chances de survivre que celles créées prise soit pérenne au deuxième anniversaire et 68% qu’elle le soit
par les Français. Le calcul des probabiités de survie d’une entre- au troisième. Le fait d’être étranger diminue ces probabilités de 16
prise selon la nationalité française ou non de son créateur, tou- et 14 points respectivement.
tes choses égales par ailleurs, gommant ainsi les effets de
structures (diplôme, âge, sexe ...) nous confirme le caractère ex-
trêmement discriminant de la variable “nationalité”.
*L’individuderéférenceest un homme,français, âgéde35à39
Ainsi, l’individu de référence*, créant son entreprise en 2002 ans, habitant en Moselle, en activité avant la création, diplômé d’un
en Lorraine, a 87% de chances que son soit tou- CAP ou BEP, créant son entreprise ex nihilo, sur un projet dans le
jours en activité au premier anniversaire de sa création. Par commerce nécessitant moins de 2 000 euros d’apport, mais béné-
rapport à cet individu de référence, le fait d’être étranger di- ficiant d’aides ou d’exonérations publiques, ne travaillant pas comme
minuecette probabilitéde24points... sous-traitant.
2artisanale chez le créateur fran-
Activité de l'entreprise créée çais (60%). C’est une particularité
régionale car au niveau national,
Créateurs français, Lorraine Créateurs français, France entière ni les entreprises créées par les
étrangers ni celles créées par
des Français ne sont majoritaire-
ment artisanales (respectivement
34% et 43%).
L’activité de l’entreprise créée
constitue une des différences les
plus importantes entre Français
et étrangers, en Lorraine. L’entre-
preneur français crée d’abord
dans les services (43% des créa-
tions), l’entrepreneur étranger
dans la construction (46%). Sur
l’ensemble du territoire national, il
Créateurs étrangers, Lorraine Créateurs étrangers, France entière y a en revanche pour les étran-
gers, un rééquilibrage entre la
part d’entreprises créées dans
l’un ou l’autre de ces deux sec-
teurs (36% dans la construction et
34% dans les services). La part du
commerce étant, elle, à peu près
identique au niveau national à celle
constatée sur la seule Lorraine (1
nouvelle entreprise sur 4).
Si l’on tient compte des seules en-
treprises dont la création résulte
d’une reprise (29% de créations
pour les nouveaux entrepreneurs fran-
Part des secteurs d'activité (%)
çais et 23% pour les
Commerce Construction
étrangers), le secteur des services
Industrie Services
continue, comme dans le cadre
Source : Insee, enquête SINE 2002
de créations ex nihilo, à être majo-
Diplôme des créateurs d'entreprises
Lorraine France entière
> BAC > BAC
BAC BAC
CAP/BEP CAP/BEP
BEPC BEPC
Sans Sans
%%
0 20 40 600 20 40 60
Étrangers Français
Source : Insee, enquête SINE 2002
3ritaire chez les premiers, et le de-
Une approche de l’entrepreneuriat immigré :
vient chez les seconds (44%).Le
l’enquête Alexissecteur de la construction étant
surtout privilégié dans le cadre de
créations pures. Au seul statut légal d’étranger ap- En revanche, dans le cadre du pro-
préhendé par l’enquête SINE, l’en- cessus entrepreneurial, l’enquête
quête dirigée par Alexis substitue révèle peu de situations ressentiesLes entrepreneurs
la notion plus large d’"origine comme discriminatoires. L’égal ac-étrangers sont plus
étrangère", c’est-à-dire la prise en cès des créateurs issus de l’immi-souvent sous-traitants
compte de tout individu ayant au gration au crédit bancaire en
La pérennité de la nouvelle entre- moins un parent étranger, quelle atteste (l’organisme d’accompagne-
prise passe par l’obtention de que soit sa nationalité. Les résul- ment apporte sa “caution” et atténue
marchés ; son autonomie re- tats de cette enquête s’appuient les risques de discrimination). L’entre-
quiert en plus que sa clientèle lui également sur des entretiens preneuriat, à tout le moins lorsqu’il
soit propre. Les entrepreneurs oraux menés avec des candidats est accompagné, apparaît ainsi
étrangers, ici encore davantage déclarés à la création d’entrepri- comme une voie possible de dé-
au niveau régional, se reconnais- ses alors que SINE n’utilise que passement des discriminations qui
sent une clientèle à la fois moins des données issues de fichiers existent dans le monde du travail.
nombreuse et de capacités d’a- statistiques. Alexis a aussi mené
Cependant, l’enquête montre que,chat moindres (moins de “gros” un travail d'enquête auprès d'orga-
passée la création, les entrepre-
clients) que les entrepreneurs nismes d'accompagnement. Enfin,
neurs immigrés peuvent néan-français. L’exécution de travaux avec SINE, on s’intéresse à une
moins connaître, dans certainesde sous-traitance constitue alors population ayant créé son entre-
activités, des situations de discri-l’essentiel de l’activité chez deux prise, tandis que l’enquête d’Alexis
mination dans le cadre de leursfois plus d’entreprises nouvelles traite également des porteurs de
relations commerciales.dirigées par un étranger, que diri- projet de création, que le projet
gées par un Français : 1 sur 5 aboutisse ou non.
contre 1 sur 10. Concernant les Des projets essentiellement
entreprises créées par les étran- “assimilationnistes”L’entrepreneuriat,
gers issusd’unpayshorsCom- et “intégrationnistes”facteur d’intégrationmunauté européenne, la
Adapté de la typologie de l’accultu-proportion de jeunes entreprises, Avec plus de 80% de deman-
ration du psychosociologue améri-à être essentiellement dépendan- deurs d’emploi, parmi l’ensemble
cain John W. Berry (1), lestesdedonneursd’ordres, est des créateurs accompagnés par
projets portés par les personnesmême de 1 sur 4. Alexis, l’entrepreneuriat apparaît
issues de l’immigration peuventd’abord comme une voie d’inser-À l’inverse, trois quarts des entre- être classés en trois catégories :tion économique et sociale. Cetteprises créées par un Français et
dimension est d’autant plus pré- * les projets “séparationnistes”deux tiers de celles créées par un
gnante pour les porteurs de pro- dont la clientèle et les fournis-étranger n’ont pas du tout re-
jet issus de l’immigration que leur seurs sont ethniques ou com-cours à la sous-traitance.
situation socio-économique avant munautaires et qui mettent en
d’entreprendre est, dans l’en- œuvre un savoir-faire ethnique ;
semble, plus dégradée. Ils sont
* les projets “intégrationnistes” qui Pascal SERVRANCKX plus souvent demandeurs d’em-
associent des spécificités cultu-ploi non indemnisés (35,3% contre
relles ou ethniques (savoir-faire ou
25,9%)ouRmistes (18,9% contre
orientation commerciale)etdes
13,1%) et moins fréquemment sa-
traits communs (il peut s’agir delariés (13,2% contre 18,5%).
commerceouderestaurationexo-
Cette situation socio-écono- tique à destination d’une clientèle
mique plus dégradée est liée no- tout-venant, ou au contraire du déve-
tamment aux discriminations qui loppement d’activités génériques
existent dans le monde du tra- orientées vers la communauté ou en-
vail. Quand on les interroge, plus core d’import-export dans une lo-
de 25% des porteurs de projet gique de co-développement);
d’origine non européenne
* les projets “assimilationnistes” qui(Turquie incluse) déclarent que les
ne mettent pas en œuvre des spé-discriminations rencontrées par
cificités ethniques ou culturelles.rapport à leurs origines rentrent
pour une part importante dans
(1) Professor Emeritus of Department
leurs motivations à créer leur of Psychology, Queen’s University, King-
entreprise. ston, Ontario, Canada
4Les projets “assimilationnistes” re- reste, l’exemple d’Alexis montre que Des spécificités limitées
présentent 67% des projets por- lesorganismesgénéralistesd’ac-
Au regard d’une situation socialetéspar lesimmigrés quisont compagnement sont adaptés pour
plus dégradée, l’entrepreneuriataccompagnés par Alexis. À l’oppo- accompagner les porteurs de pro-
constitue d’abord, pour les person-sé, les projets “séparationnistes” jets issus de l’immigration.
nes issues de l’immigration, uneou “communautaires” ne représen-
voie d’évitement de difficultés d’in-tent que 3% des projets. Enfin, les
Des secteurs d’activité sertion sociale. Pour pratiquementprojets “intégrationnistes” repré-
40% d’entre eux, le fait de sortirprivilégiéssentent environ 30% des projets.
du chômage prime sur toutes les
LesporteursdeprojetissusdeAinsi 97% des projets sont assi- autres motivations à se lancer
l'immigration accompagnés parmilationnistes ou intégrationnistes dans la création d’entreprise.
Alexis possèdent un niveau de for-et relèvent donc, a priori, d’une lo-
Les projets portés par les person-mation équivalent à celui des au-gique d’intégration. D’autre part,
nes issues de l’immigration sonttres porteurs de projet (àcertains exemples montrent que
plus fréquemment sans référencel’exception des titulaires de Bac+2,des projets apparemment com-
avec leur formation initiale.qui sont moins nombreux - 12,5%munautaristes peuvent également
contre 17,6%). Ilssontplussou-entrer dans une logique d’intégra- Dans l’ensemble, on ne constate
vent ouvriers (28,2% contretion de l’individu, le marché eth- pas de différences significatives
20,4%) ou sans activité (5,1%nique étant souvent perçu comme concernant l’accès aux finance-
contre 2,3%), plutôt plus jeunes :la première marche avant ments bancaires entre les créa-
22,5% d’entre eux contre 16,4%d’élargir la clientèle. teursissusou non de
ont entre 25 et 29 ans, et ma- l’immigration, que ce soit sur la
riés (45,9% contre 34,7%). proportion de projets bancarisésLes pratiques
ou sur le montant des prêts. Envi-D’une façon générale, les entre-d’accompagnement
ron 40% des créations sont ban-preneurs issus de l’immigration
Les enquêtes menées auprès des carisées et 50% des projets sonts’orientent fortement vers le com-
accompagnants montrent que financés. Néanmoins, on constatemerce (55% contre 43,3%) et fai-
ceux-ci n’ont pas toujours une vision une surreprésentation des finance-blement vers les services (24,8%
de l’entrepreneuriat immigré ments alternatifs aux prêts bancai-contre 31,9%).
exempte de stéréotypes et mécon- res (ADIE (3), EDEN (4)) pour les
naissent souvent les discrimina- Par ailleurs, les représentations créateurs issus de l’immigration.
tions ; la pratique révèle néanmoins communes associent l’entrepre-
Les immigrés privilégient la créationpeu de situations de blocage. neuriat immigré à certaines acti-
àlareprise dans la même propor-vités très typées : bâtiment,
Ces enquêtes ont permis d’établir tion que les autres (90% de créa-kebab, épiceries, etc. La surre-
une typologie des accompagnateurs tions).Lagrandemajoritédeceuxprésentation des entrepreneurs
qui distingue deux types : les accom- qui entreprennent, qu’ils soient ouissus de l’immigration dans ces
pagnateurs sensibles à la dimension non issus de l’immigration, ont dansdifférentes activités s’avère, dans
socioculturelle de l’accompagnement leur entourage un entrepreneurl’ensemble, vérifiée. Cependant,
et ceux qui mettent l’accent avant (65% déclarent avoir des parents ou desles activités typiques ou emblé-
tout sur la dimension technique. En amis entrepreneurs).matiques de l’entrepreneuriat im-
croisant cette typologie avec la typo-
migrénereprésententqu’une Il n’y a pas de différence significa-logie des projets adaptée de J. W.
minorité des entreprises créées tive entre les porteurs de projetBerry, Levy-Tadjine (2) aboutit à une
par les personnes issues de l’im- issus de l’immigration et les au-grille qui permet d’anticiper les situa-
migration. Au total, les secteurs tres concernant : le choix du sta-tions de blocage potentiel dans l’ac-
du bâtiment, de la restauration tut juridique (64% en entreprisecompagnement (voir tableau p.8).
rapide, du commerce d’alimenta- individuelle, 23% en SARL et 12% en
Dans la pratique, on ne rencontre tion et du commerce ambulant EURL environ], le nombre d’embau-
pas de différences significatives représentent 43,9% des créa- ches au démarrage de l’activité
entre les porteurs de projet issus de tions d’entreprise par des per- (les trois quarts des créateurs démar-
l’immigration et les autres concer- sonnes issues de l’immigration et rent seuls leur activité).
nant le taux d’accompagnement 25,6% des créations par les au-
(proportion de porteurs de projet s’enga- tres porteurs de projet. Bien que
geant dans un accompagnement suite surreprésentés dans certaines (2) L’entrepreunariat immigré en
au premier accueil), la durée moyenne activités, l’entrepreneuriat immi- France et son accompagnement, Thier-
ry Levy-Tadjine, Thèse, Université dud’accompagnement et le taux de gré se caractérise d’abord par
Sud Toulon-Var, IAE, Laboratoirecréation d’entreprise. Dans certains sa diversité, les entrepreneurs is-
ERMMES, 2004
cas spécifiques (ex. import-export vers sus de l’immigration étant pré-
(3) ADIE : Association pour le droit à l’i-
un pays lointain)lerecoursà desré- sents dans pratiquement tous les nitiative économique (www.adie.org).
seaux d’accompagnement spéciali- types d’activités. (4) EDEN : Encouragement au Dévelop-
pement d’Entreprises Nouvellessés peut s’avérer pertinent. Pour le
5Caractéristiques des entrepreneurs issus de l’immigration accompagnés par Alexis
En % ; population : 2 606 porteurs de projet dont 702 issus de l’immigration
Issu Non issu Significativité*
Variables Ensemble
de l’immigration de l’immgration des différences de %
Sexe :
Homme 67,8 62,3 N.Sign.
Femme 32,2 37,7 N.Sign.
Situation familiale :
30,6 36,3Célibataire 34,8 - (Sign.)
Divorcé(e) 10,3 10,3 10,3 N.Sign.
Marié(e) 45,9 34,7 37,7 + (Sign.)
PACS 0,3 0,3 0,3 N.Sign.
Séparé(e) 2,8 2,7 2,7 N.Sign.
Veuf(ve) 0,4 0,8 0,7 N.Sign.
Vie maritale 9,7 14,9 13,5 - (Sign.)
Âge :
15-24 ans 12,4 12,9 12,7 N.Sign.
25-29 ans 22,5 16,4 18,0 + (Sign.)
30-34 ans 16,1 17,6 17,2 N.Sign.
35-39 ans 18,7 16,9 17,4 N.Sign.
40-49 ans 24,2 25,9 25,5 N.Sign.
50-59 ans 6,1 9,8 8,8 - (Sign.)
60 ans et + 0,0 0,5 0,3 N.Sign.
Secteurs :
Activités culturelles 1,1 2,4 2,1 N.Sign.
Agriculture 0,4 1,7 1,4 N.Sign.
Artisanat 18,5 20,2 19,7 N.Sign.
Commerce 55,0 43,3 46,5 + (Sign.)
Industrie 0,1 0,4 0,3 N.Sign.
Services 24,8 31,9 30,0 - (Sign.)
Statut :
DE indemnisé moins de 12 mois 30,3 32,3 31,8 N.Sign.
DE plus de 12 mois 16,5 18,1 17,7 N.Sign.
DE non indemnisé moins de 12 mois 14,1 9,4 10,7 + (Sign.)
DE non plus de 12 mois 21,2 16,5 17,8 + (Sign.)
Salarié 13,2 18,5 17,1 - (Sign.)
Travailleur indépendant 0,7 1,6 1,3 N.Sign.
Autre 3,8 3,6 3,6 N.Sign.
Rmiste :
Oui 18,9 13,1 14,7 + (Sign.)
Non 81,1 86,9 85,3 - (Sign.)
Niveau de formation :
>Bac +3 13,7 11,8 12,3 N.Sign.
Bac +2 12,5 17,6 16,2 - (Sign.)
Bac 22,5 18,9 19,9 N.Sign.
CAP-BEP 37,0 40,5 39,6 N.Sign.
BEPC 5,8 3,6 4,2 N.Sign.
CEP 8,4 7,6 7,8 N.Sign.
PCS :
Agriculteur exploitant 0,0 0,3 0,2 N.Sign.
Artisan, commerçant 5,7 3,8 4,3 N.Sign.
Cadre, profession intellectuelle supérieure 8,3 14,2 12,6 - (Sign.)
Employé 50,4 54,6 53,5 N.Sign.
Ouvrier 28,2 20,4 22,5 + (Sign.)
Personne sans activité professionnelle 5,1 2,3 3,1 + (Sign.)
Profession intermédiaire 2,3 4,2 3,7 N.Sign.
Retraité 0,0 0,2 0,2 N.Sign.
N.Sign. : Non Significatif au seuil de 1%
Sign. : Significatif au seuil de 1%
PCS : profession et catégorie professionnelle
DE : demandeur d’emploi
* Tests du khi² par case au seuil alpha=0,100
Source : Alexis boutiques de gestion, calculs Insee
6D'une façon générale, les entre- beaucoup plus marquée encore, La spécificité des femmes
preneurs issus de l’immigration les porteurs de projet originaires issues de l’immigration
ne constituent pas un groupe ho- d’Afrique sub-saharienne (5,5%)
Les femmes représentent 32,2%mogène.Cette diversitésere- ont la particularité d’avoir à la fois
des porteurs de projet immigréstrouve aussi bien dans les profils, un bon niveau de formation (70%
accompagnés par Alexis, contredans les projets que dans les mo- d’entre eux ont un niveau de formation
37,7% des autres porteurs detivations. au moins équivalent au bac) et une
projet. La sous-représentation dessituation sociale particulièrement
femmes issues de l’immigrationdégradée (44,7% sont demandeursL’origine culturelle
concerne essentiellement les por-d’emploi de plus de 12 mois). Ils s’o-
L’origine culturelle, le fait d’être ou teurs de projet originaires durientent aux deux tiers vers des
nonnéenFrance, peuventêtre Maghreb (24% de femmes)etdeprojets de commerce.
facteurs de caractéristiques assez Turquie (27% de). Cette
marquées. plus forte sous-représention desLes porteurs de projet originaires
femmes tend à disparaître avecde Turquie (14,7%) se distinguentLe profil socio-économique et dé-
les secondes générations : 36%par leur jeunesse, 78% d’entremographique des porteurs de pro-
desporteursdeprojetissusdeeux ont moins de 36 ans, et unjet originaires d’Europe de l’Ouest
l’immigration nés en France sontfaible niveau de diplôme, 65,7%(30,1% des porteurs de projet issus
des femmes. Elle demeure, deont un inférieur au bac. Ils
de l'immigration accueillis par Alexis)
manière moins accentuée, poursont surreprésentés dans le com-tend à les rapprocher de celui des
les porteurs de projet d’originemerce, mais aussi dans l’artisanat“Français de souche” (proportion de
maghrébine nés en France.(31,4%). Les porteurs de projet
femmes, situation sociale et profes-
originaires de Turquie ont plus
sionnelle similaires). Ils ne vérifient Il n’y a pas de différence entre
souvent que les autres une expé-pas les spécificités de l'entrepre- hommes et femmes issus de l’im-
rience professionnelle en rapportneuriat immigré en termes de migration concernant le niveau de
avec leur projet.type d’activités. formation. Les femmes issues de
l’immigration qui entreprennent
Les porteurs de projet originaires Les porteurs de projet originaires sont dans une situation profes-
d’Europe de l’Est (6,8%) possè- d’Asie, du Moyen-Orient et d’Amé- sionnelle plutôt plus précaire que
dent à peu près les mêmes pro- rique représentent au total 4,6% les hommes, on compte parmi el-
fils par âge, sexe, et catégorie desporteursdeprojetissusde les davantage de demandeurs
socioprofessionnelle que les por- l’immigration accueillis par Alexis. d’emploi de longue durée (42,5%
teurs de projet originaires d’Eu- Ils vérifient d’une façon générale
contre 35,5%) et non indemnisés
rope de l’Ouest. Mais leur les tendances d’ensemble de l’en- (42,9% contre 31,7%). Les femmes
situation socioprofessionnelle les trepreneuriat immigré : situation issues de l’immigration sont
rapproche davantage des autres sociale et professionnelle dé- sous-représentées dans l’artisanat
porteurs de projet issus de l’immi- gradée et forte orientation dans le (12,4% contre 21,4%) et se répar-
gration. Contrairement à l’en- commerce. tissent pour le reste, de la même
semble des porteurs de projet
manière que les hommes, entre
issus de l’immigration, ils s’orien-
commerce et services. Que ce
tent autant vers les services que Les entrepreneurs de
soit concernant leur profil ou leur
vers le commerce. la “seconde génération” projet, les porteurs de projet fem-
Les porteurs de projet originaires mes issues de l’immigration ne
Environ la moitié (47,6%)des
du Maghreb (38,4%)sedémar- constituent pas un groupe singu-
porteurs de projet issus de l’im-
quent par une forte proportion lier, dans la mesure où elles ten-
migration accueillis par Alexis
d’ouvriers en leur sein. Ils se ca- dent à vérifier à la fois les
sont nés en France. Ces entre-
ractérisent aussi par la précarité caractéristiques des femmes en-
preneurs de la “seconde généra-
de leurs situations : souvent de- trepreneurs et celles des entre-
tion” connaissent une situation
mandeurs d’emploi non indemni- preneurs issus de l’immigration.
économique et sociale meilleure
sésetsouventRmistes (plus de
que les primo-migrants, les fem- Seules 15% d’entre elles considè-
25%), moins souvent salariés. Ils
messontplusnombreusespar- rent qu’il est plus compliqué pour
ont pourtant un niveau de diplôme
mi eux. Cependant la spécificité une femme que pour un homme
plutôt supérieur à la moyenne des
des projets demeure : ceux-ci de créer une entreprise. Cepen-
porteurs de projet. Ils s’orientent
continuent de développer davan- dant, même si elles n’en ont pas
très fortement vers le commerce
tage des projets de commerce forcément conscience, les femmes
(59% des projets) et faiblement
et restent fortement représen- porteurs de projet issues de l’immi-
vers l’artisanat. En revanche, ils
tés dans les activités caractéris- gration semblent connaître plus de
ne sont pas sous-représentés
tiques de l’entrepreneuriat difficultés dans le processus entre-
dans les services.
immigré : bâtiment, restauration preneurial que les hommes. Ce qui
Comme les porteurs de projet d’o- rapide, commerce d’alimenta- se concrétise par un taux de créa-
rigine maghrébine mais de façon tion, c ambulant. tion significativement plus faible
7quecelui deshommesissusde Pour certaines femmes issues deSavoir plus :
l’immigration : 32% des hommes l’immigration, l’entrepreneuriat est
accompagnés en 2004 ont attesté une manière de s’affirmer dans la
avoir créé leur entreprise contre société : “Je suis très prise par
seulement 22% des femmes. mon travail, du coup mon mari– Créations et créateurs
d’entreprises - Enquête de participe aux tâches ménagères
2005 : la génération 2002 Les projets portés par les fem- ... C’est aussi un épanouissement
trois ans après - Insee
mes issues de l’immigration sont pour moi de me sentir utile dans
Résultats n°30 Éco - Juin
moins ambitieux que ceux des la société” (Mme V., 27 ans). “Il2007
hommes. Cependant, les femmes faut pas qu’une femme soit dépen-
– Créateurs et créations
sont davantage “proactives” que dante de l’homme... En créantd’entreprises : que sont-ils
les hommes, elles créent moins mon entreprise, je veux montrerdevenus ? Économie Lorraine
n°40 - Décembre 2005 par dépit ou par nécessité et le que la réussite, c’est pas que
choix de l’activité est plus souvent l’homme” (Mme S., 44 ans).
- Sites Internet :
guidé par la passion.
www.insee.fr
www.alexis.fr
Typologie des projets d’accompagnement
Attitude de l’accompagnateur
Convention marchande-industrielle/ Convention civique-domestique/
Chargé de mission plutôt “technicien” Chargé de mission plutôt “social”
Assimilation “Gestion standard” “Bienveillance critique”
Stratégie d’acculturation du
porteur de projet au démarrage Intégration “Blocage potentiel d’ordre technique” “Co-production”
de l’accompagnement
Séparation “Accompagnement limité” “Blocage potentiel d’ordre philosophique”
Source : Levy-Tadjine T., 2004.
L’enquête Alexis
http://www.alexis.fr
Alexis, boutiques de gestion de Lorraine, a mené, de 2003 à 2005, une
recherche-action sur la création d’entreprise par les personnes issuesMinistère de l’Économie,
des Finances et de l’Industrie de l’immigrationaveclesoutiendel'Acsé(Ex-FASILD) et du FSE.
Insee
Institut National de la Statistique
et des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot
CS 54229
54042 NANCY CEDEX
Tél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine
L’étude a concerné 2 600 dossiers d’accueil, dont plus du quart (27%)
portés par des personnes issues de l’immigration, pour 475 créationsDIRECTEUR DE LA PUBLICATION
effectives.Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee Afin de pouvoir traiter des informations relatives à l’origine, une procé-
dure agréée par la CNIL a été mise en place. Celle-ci a permis d’identifier
COORDINATION RÉDACTIONNELLE statistiquement les porteurs de projetissusdel’immigrationdenationali-
Christian CALZADA té française (nés à l’étranger et/ou de parents étrangers). Cette étude
Gérard MOREAU se fonde sur une définition large de “ l’immigré ” qui inclut les personnes
dont au moins un des deux parents est étranger.
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
Une synthèse de l'enquête est disponible sur le site internet d'Alexis.RELATIONS MÉDIAS
Pour tout autre renseignement, contact : Simon FAYOLLE (chargé d'étu-Jacqueline FINEL
des), Louis-Michel BARNIER (délégué général) 03-83-92-30-70.
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
L’enquête Sine
MISE EN PAGE - COMPOSITION
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
er
L’enquête Sine, réalisée par l’Insee, a recensé les entreprises créées au 1Marie-Odile LAFONTAINE
semestre 2002 selon le profil de leurs créateurs et se propose de mesurer
la pérennité de l’entreprise à 1 an, 3 ans et 5 ans.ISSN : 0293-9657
© INSEE 2007
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.