Les échanges extérieurs de la France en 1996

De
Publié par

En 1996, les échanges extérieurs de la France ont enregistré un excédent record de 119 milliards de francs. Le décalage entre la demande mondiale et la demande interne a induit une nouvelle amélioration du solde des échanges de biens, qui a atteint + 68 milliards en données CAF/FAB (balance commerciale de + 122 milliards FAB/FAB - voir encadré). Hors tourisme, les échanges de services ont légèrement progressé, dégageant un excédent de 82 milliards ; l'excédent touristique (+ 54 milliards) a marqué un léger repli. Avec un déficit des intérêts et dividendes stable, le solde des opérations de répartition s'est établi à - 85 milliards. Au total, la capacité de financement de la Nation a progressé de 13 milliards de francs.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 524 JUIN 1997
PRIX : 15 F
LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS
DE LA FRANCE EN 1996
Micheline Vincent et Henri Tyrman, Division Échanges extérieurs, Insee
France étant passée d’un besoin de finance n 1996, les échanges extérieurs de
ment persistant durant les années 80 à une
la France ont enregistré un excé capacité de financement de plus en plus im E dent record de 119 milliards de portante (graphique et tableau 1 ).
francs. Le décalage entre la demande
Excédent record
mondiale et la demande interne a induit
de la balance commerciale
une nouvelle amélioration du solde des
Dans un contexte de croissance moins viveéchanges de biens, qui a atteint + 68 mil-
du commerce international, l’excédent du
liards en données CAF/FAB (balance commerce extérieur de biens de la France a
commerciale de + 122 m illiards FAB/FAB de nouveau progressé en 1996. Le solde a
atteint 68,5 milliards de francs en données- voir encadré). Hors tourisme, les échan-
CAF/FAB après 45,6 milliards en 1995, au
ges de services ont légèrement proessé,gr sens des Comptes Nationaux (encadré).
dégageant un excédent de 82 milliards ; L’excédent des produits manufacturés
s’est amélioré encore plus nettement, pas l’excédent touristique (+ 54 milliards) a
sant de 53 milliards en 1995 à 88,9 milliards
marqué un léger repli. Avec un déficit des en 1996.
intérêts et dividendes stable, le solde desEn valeur, les exportations de la France ont
augmenté de 4,5 % contre seulement 3,0 %opérations de répartition s’est établi à
pour les importations. La demande exté
85 milliards. Au total, la capacité de rieure et l’activité en France s’étant redres
sées au cours du second semestre, lafinancement de la Nation a progressé de
progression des flux est plus nette en glis 13 milliards de francs.
sement annuel (+ 7,4 % pour les exporta
tions et + 5,4 % pour les importations).
La progression du solde s’explique en pre En 1996, le solde des échanges de la
mier lieu par la persistance d’une demandeFrance avec l’étranger sa capacité de fi
mondiale plus dynamique que la nancement a atteint 119,3 milliards de
intérieure. La baisse du taux de changefrancs, en forte progression par rapport au
effectif du franc consécutive à l’appréciationrésultat record de l’année précédente
du dollar, de la lire et de la livre, a par(+ 106,1 milliards). Cette amélioration s’ex
ailleurs permis d’améliorer la compétitivité plique principalement par la progression du
prix des produits français.solde des échanges de biens (+ 22,9 mil
En volume, nos exportations ont augmentéliards par rapport à 1995). Elle confirme le
de 5 %, résultat légèrement supérieur à laretournement de tendance de 1992, la
Soldes des opérations non financières entre la France métropolitaine et l’extérieur
En milliards de francs courants En milliards de francs courants
Soldes extérieurs
1993 1994 1995 1996
Biens CAF-FAB 31,3 26,5 45,6 68,5
Tourisme 59,5 59,4 55,5 53,8
Services (hors tourisme) 60,8 75,1 80,5 82,1
Opérations de répartition -82,0 -119,9 -75,4 -85,1
Capacité de financement 69,6 41,1 106,1 119,3
Source : Comptes de la Nation 1996, Insee
˚
INSEE
PREMIERE(+ 2,3 %). Le prix moyen des produitsexportations d’électricité se sontPrix moyen du commerce extérieur
importés n’a augmenté (+ 0,6 %) que légèrement repliées ( 2 %).
Évolution en % par rapport à l’année précédente
du fait de la hausse des cours des pro Les échanges de biens intermédiaires
Export Import
duits énergétiques (tableau 2). Les sont restés stables à l’exportation et
Agriculture 1,9 3,6
termes de l’échange sont restés cons ont reculé à l’importation, sous l’effet
IAA 0,8 1,4
tants pour les produits manufacturés. d’une légère baisse des volumes,Energie 2,3 18,3
Biens Intermédiaires - 2,9 - 3,3 Tous les secteurs ont contribué à mais surtout de la baisse des cours
Biens d’équipement professionnel 0,0 0,2 l’amélioration du solde, à l’exception mondiaux des matières premières in
Biens d’équipement ménager - 1,8 - 2,8 de l’énergie (tableau 3). dustrielles. Il en est résulté une forte
Véhicules de transport terrestre - 0,4 0,8
L’excédent des produits agricoles amélioration du solde.
Biens de consommation courante 0,3 0,8
s’est amélioré de 4,6 milliards, sous Malgré un repli des ventes d’Airbus
Ensemble - 0,5 0,6
l’effet d’une forte baisse des cours du (en recul de 6,8 milliards), les échan
Source : Comptes de la Nation 1996, Insee
café et d’une progression des ventes ges de biens d’équipement profes
de la viticulture. La croissance des ex sionnel sont restés dynamiques. Lescroissance du commerce mondial (es
portations des industries agro alimen exportations ont augmenté de 8 %,timée en 1996 à 4 % par l’Organisation
taires a été plus faible. grâce en particulier à la progressionMondiale du Commerce, après 8,2 %
La nette dégradation du déficit énergé des ventes dans les secteurs de l’élec l’année précédente). Les exportateurs
tique ( 18,6 milliards) s’explique par latronique et de l’informatique. Les ven ont donc globalement maintenu leurs
hausse des cours du pétrole conju tes de matériel militaire ont enregistréparts de marché, grâce notamment à
guée à la progression du dollar. Les une forte reprise (+ 71 %). Le soldeune baisse des prix de 0,5 % en
importations de pétrole brut ont aug des échanges de matériel de transportmoyenne. La croissance des importa-
menté de 35 % en valeur. De plus, les terrestre a repris sa progression aprèstions en volume a été plus faible
une année 1995 difficile. La vigueur de
la demande étrangère a permis deDétail des échanges extérieurs en 1995 et 1996
compenser la forte augmentation desEn milliards de francs courants
importations automobiles liées à laExportations Importations
prime "qualité". L’amélioration duSoldes 1995 Soldes 1996 (ou crédits) (ou débits)
1996 1996 solde des biens d’équipement ména
ger s’explique par une baisse des im 45,6 68,5 1 493,4 1 424,9Biens CAF-FAB
portations de l’électronique "grandAgriculture 20,1 24,7 79,4 54,7
IAA 31,5 32,9 141,9 109,0 public" et par une hausse des ventes
Energie - 59,2 - 77,9 39,4 117,3 d’appareils ménagers.
Biens Intermédiaires - 15,4 - 0,9 351,5 352,4 Les échanges de biens de consomma
Biens d’équipement professionnel 57,3 65,7 427,0 361,3 tion courante ont été quasiment équi
Biens d’équipement ménager - 8,8 - 5,9 26,6 32,5
librés, alors que ce secteur était
Matériel de transport terrestre 25,7 30,0 198,6 168,6
déficitaire depuis 1979.
Biens de consommation courante - 5,6 - 0,1 229,0 229,1
55,5 53,8 144,1 90,3Tourisme
Forte progression du solde80,5 82,1 248,1 166,0Services hors tourisme
Récupération 2,3 2,5 6,6 4,1 des échanges de biens
Transports 27,3 25,6 59,0 33,4 avec les pays de l’OCDE
Services rendus aux entreprises 41,8 47,9 110,5 62,6
Enseignement et recherche 6,6 6,7 13,6 6,8 L’excédent des échanges de biens avec
Services d’assurances - 0,7 - 3,6 3,5 7,1 les pays membres de l’Union euro
Organismes financiers 2,9 2,4 52,6 50,2 péenne a enregistré une hausse de près
- 75,4 - 85,1 /// ///Opérations de répartition de 9 milliards tableau 4( ). Cet excédent
dont : s’explique par les décalages conjonctu
Rémunération des salariés 4,0 4,2 17,8 13,6
rels constatés avec plusieurs de nos
Impôts sur la production
partenaires. Nos importations ont crûet les importations
plus faiblement (+ 1,7 %) que nos(dont TVA communautaire) - 63,8 - 54,1 /// 54,1
Subventions 53,5 53,5 53,5 /// exportations (+ 2,7 %), cet écart étant
Coopération internationale courante encore plus net pour les produits manu
e
(dont 4 ressource) - 60,4 - 67,6 24,9 92,5 facturés. Le solde avec l’Allemagne
Intérêts - 40,5 - 41,7 290,7 332,4 s’est amélioré de 9,3 milliards et est de
Revenus de la terre et des actifs
venu excédentaire, sous l’effet du repli
incorporels - 2,4 - 3,9 15,1 19,0
des importations ( 3,2 %), alors queDividendes 8,210,961,650,7
nos exportations restaient stables. UnePrimes nettes d’assurance - 2,2 - 2,8 3,0 5,8
évolution assez voisine est constatéeIndemnités d’assurance 10,0 4,8 8,8 4,0
Transferts courants 38,3 30,3 71,5 41,2 avec la Belgique et les Pays Bas, avec
Autres transferts en capital - 2,9 0,9 1,7 0,8 des importations en recul et des
Capacité de financement 106,1 119,3 /// /// exportations en faible croissance. Les
échanges ont évolué de façon plusSource : Comptes de la Nation 1996, Insee
?¸dynamique avec le Royaume Uni : les Les principaux partenaires de la France en 1996
importations ont fortement augmenté En milliards de francs courants
(+ 7,0 %) du fait des prix du pétrole, Soldes Soldes Exportations Importations
comme les exportations (+ 4,1), stimu 1995 1996 de biens FAB de biens CAF
lées par la croissance de la demande Union Européenne 21,5 30,4 931,0 900,6
et par la hausse de la livre. Les échan OCDE hors Union européenne - 49,9 - 43,8 164,8 208,6
Reste du monde 74,0 81,9 397,6 315,7ges avec l’Espagne ont également
Allemagne - 3,2 6,1 251,0 244,9 connu une forte croissance, du fait de
Belgique et Luxembourg - 1,6 4,7 123,1 118,4 l’importance des flux croisés dans le
Espagne 14,0 17,4 114,8 97,4
secteur automobile et de la hausse de
Italie - 1,0 - 7,2 134,9 142,1
nos ventes de biens d’équipement pro
Pays-Bas - 8,4 - 6,7 66,5 73,2
fessionnel. Par contre, malgré la
Royaume Uni 21,619,3117,7 137,0
hausse de la lire, nos exportations Suisse 19,7 21,6 56,5 34,9
vers l’Italie ont reculé ( 1,7 %) et nos Etats-Unis - 23,0 - 22,5 88,4 110,9
importations ont augmenté (+ 2,9 %), Japon - 20,4 - 18,0 27,3 45,3
Chine - 12,6 - 18,2 12,4 30,6 en particulier dans les secteurs des
biens d’équipement et de l’automobile. Source : Douanes ; Comptes de la Nation 1996, Insee
Le déficit enregistré avec les autres
pays de l’OCDE s’est réduit de 6 mil atteindre un solde de 82,1 milliards. Le solde, positif, des services des
liards, avec une progression des ex L’évolution des dépenses a été légère organismes financiers (commissions
portations vers les États Unis et une ment supérieure à celle des recettes et frais bancaires ou financiers) a reculé
réduction des importations en prove (+ 6,1 % contre 4,7 %). de 500 millions de francs, l’accroisse
nance du Japon ( 6,1 %). C’est avecLa forte croissance du solde positif ment des dépenses (+ 3,9 %) étant
la Suisse que nous avons enregistré des services aux entreprises a large sensiblement supérieur à celui des
notre meilleur excédent en 1996. ment compensé les moins bons résul recettes (+ 2,6 %).
Le solde avec les pays d’Asie en tats des autres services. Les recettes
développement rapide est à nouveau des services techniques, qui compren Repli de l’excédent touristique
négatif. Après une forte progression nent les services d’assistance, de coo
en 1995, les exportations ont régressépération industrielle et de conseil, ont Pour la troisième année consécutive,
( 4,7 %) en raison de moindres ventesprogressé de 17,6 % contre + 9 % enl’excédent touristique s’est contracté,
d’Airbus. Nos importations ont augmen dépenses ; la hausse des frais de passant de 55,5 milliards de francs en
té fortement (+ 9,7 %), en particulier montage (+ 11,4 %) a compensé le re 1995 à 53,8 milliards en 1996. Ce repli
avec la Chine, vis à vis de laquelle le cul du négoce international ( 10,7 %)place la France en quatrième position
déficit a dépassé celui enregistré avec dû en partie à la hausse des prix du derrière l’Italie et l’Espagne mais très
le Japon. Les échanges avec les pays pétrole ; les services divers ont connuloin derrière les États-Unis. Depuis
de l’Est ont été très dynamiques, avec pour la plupart une forte évolution des1993 les dépenses touristiques des
une croissance des exportations recettes (abonnements et publicité Français à l’étranger évoluent beau
(+ 32,1 %) stimulées par les ventes de + 42 %, locations de biens + 63,4 %) coup plus vite que les dépenses des
biens intermédiaires, de biens d’équipe entraînant un excédent de plus de 400étrangers en France. En 1996, les
ment professionnel et d’automobiles. Le millions de francs après plusieurs an dépenses des Français à l’étranger
solde, encore légèrement déficitaire, se nées de déficit. ont progressé vivement (11,3 %). Les
rapproche de l’équilibre. Le solde avec Le déficit des services d’assurance quidépenses des étrangers en France ont
le Moyen Orient, bien qu’en recul, resteest passé de 0,7 milliard de francs à elles aussi augmenté (5,5 %), en par
excédentaire (+ 5,1 milliards). Les im 3,6 milliards s’explique par la forte ticulier au second semestre, grâce
portations n’ont augmenté que modéré croissance des dépenses de réassu notamment à l’appréciation des devi
ment (+ 6,4 %) compte tenu de la rance suite à l’augmentation des sinis ses des pays de l’Europe méditerra
hausse des prix énergétiques, tradui tres dans le monde. néenne (Italie, Espagne).
sant une tendance au redéploiement de L’excédent de l’ensemble des services
nos achats de pétrole sur d’autres zones de transport s’est replié de 1,7 milliard Dégradation du déficit
(Europe, Afrique, Russie). La hausse de francs. La quasi stagnation du solde des opérations de répartition
des importations originaires des pays des services aériens n’a pas compensé
d’Afrique (+ 7,4 %) a conduit à un excé le recul de celui des transports routiers Le solde des opérations de répartition
dent en léger recul, mais à un niveau quiet des transports maritimes dus à la s’est détérioré de 10 milliards de
demeure important (+ 22,2 milliards). chute des recettes (respectivement francs après la forte amélioration de
8,2 % et 7,2 %), à la faible croissance 1995 (plus de 44 milliards de francs
des dépenses dans les transports rou par rapport à 1994).L’excédent des services s’est
tiers (+ 3 %) et à la baisse des dépenses La baisse de la TVA communautairemaintenu à un niveau élevé
dans les transports maritimes ( 5 %). (près de 7 milliards de francs) et celle
Les échanges de services hors tou Le solde des transports ferroviaires de la cotisation sur les sucres, rever
risme se sont encore améliorés cette s’est légèrement amélioré grâce au replisée à l’Union européenne ( 1,4 mil
année (de 1,6 milliard de francs) pour des importations. liard de francs), n’a pas compensé la
˝hausse de 10,4 milliards de francs de
La Balance commerciale des Douanes, la Balance des Paiements
la contribution de la France au budget et les Comptes nationaux
ecommunautaire (« 4 ressource », fixée
Les échanges extérieurs de la France sont ici présentés dans le cadre du Compte du Reste du
en fonction du produit national brut). Monde. Cette présentation diffère de la Balance commerciale et de la Balance des Paiements.
L’ensemble des subventions versées Le Compte du Reste du Monde de la Comptabilité Nationale (base 1980) prend en compte les
transactions entre la métropole et le reste du monde (y compris les DOM TOM). La Balancepar la communauté européenne a
commerciale élaborée par la Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects était établiestagné mais les évolutions ont été très
sur le même champ jusqu’à 1996, mais a intégré les DOM dans le territoire de référence depuis
différentes d’un secteur à l’autre. Les janvier 1997. Pour établir la Balance des Paiements, la Banque de France considère comme
territoire de référence l’ensemble de la métropole, des DOM et des TOM.industries agro alimentaires ont béné
Les échanges de marchandises du compte du Reste du Monde et la ligne "importations etficié d’une forte augmentation (38 %)
exportations" de la Balance des Paiements sont fondés sur les statistiques douanières, maisde leurs subventions, en raison des
nécessitent quelques ajustements (tableau). Une correction est notamment effectuée depuis 1993
restitutions à l’exportation sur le sucre sur les statistiques intra communautaires pour tenir compte des mouvements effectués par les
opérateurs situés en dessous du seuil d’exigibilité des déclarations hanges de biens et non prisd’écconsécutives à la faiblesse des cours
en compte dans les statistiques douanières.mondiaux. Les aides directes ver
Au niveau des résultats détaillés, trois raisons supplémentaires expliquent les écarts entre lasées aux agriculteurs sont restées
Balance des Paiements et le Compte du Reste du Monde :
stables.
– La comptabilisation FAB FAB des marchandises en Balance des Paiements entraîne une
Le déficit des revenus de la propriété évaluation des services de transport et d’assurance qui diffère de celle effectuée CAF FAB dans
le Compte du Reste du Monde.(intérêts, dividendes, revenus des
– Le traitement de certaines opérations est différent. En Balance des Paiements, les échanges deactifs incorporels) s’était fortement
produits de la récupération sont assimilés aux marchandises alors qu’ils sont inclus dans les
contracté en 1995 passant de 51,2 mil services dans le Compte du Reste du Monde. Une partie des opérations n’est pas détaillée (les
"autres biens et services" en balance).liards de francs en 1994 à 34,7 mil
– L’utilisation, pour certains postes des services et des opérations de répartition du Compte duliards de francs en 1995. En 1996, il
Reste du Monde, d’informations non mobilisées par la Balance des Paiements peut conduire à des
s’est stabilisé au niveau de 1995, les estimations différentes.
recettes et les dépenses enregistrant
Soldes 1996 en milliards de Francsdes évolutions peu différentes
Balance commerciale CAF-FAB +76,3 Balance commerciale CAF-FAB +76,3(+ 4,3 % et + 3,9 %). L’amélioration de
(Douanes) (Douanes)
la "position titres" de la France vis à
+ Correction CAF/FAB + 46,0 + Avitaillement - 0,2
vis de l’extérieur depuis 1992 ainsi que
= Balance commerciale FAB-FAB (Douanes) + 122,3 - Produits de la récupération + 2,5
la baisse des taux d’intérêt en 1996 - Echanges entre la Métropole et les DOM- + 32,3 + Corrections (petits opérateurs, etc.) - 5,1
TOMexpliquent cette évolution. Les reve-
+ Echanges entre les DOM-TOM et le reste - 14,7
nus des investissements directs ont
du monde (hors métropole)
dégagé un excédent en nette progres + Divers (opérations sans paiement,...) - 13,3
sion qui reflète la bonne rentabilité de = Echanges de marchandises = Echanges de marchandises
FAB-FAB (Banque de France) + 62,0 CAF-FAB (Comptabilité Nationale) + 68,5ces opérations, effectuées par les ré
sidents dans le secteur privé en parti
culier. Les revenus sur titres de
frontière française, qui ne sont pas affectésportefeuille ont progressé en raison Pour comprendre
aux rubriques transport et assurance desd’importantes souscriptions de titres ces résultats
échanges de services.
émis par les non résidents et des ces
L’évolution des prix des importations et des
sions par les non résidents de titres
On parle de capacité de financement lors exportations est estimée avec les indices
émis par les résidents. Les intérêts que le solde des opérations non financiè de valeur unitaire, calculés par l’Insee à
nets versés sur obligations par le sec res entre la métropole et l’extérieur est partir des données en valeur et en quantité
teur public se sont considérablement positif, de besoin de financement lorsqu’il fournies par l’administration des douanes.
est négatif. Les termes de l’échange sont mesurés parréduits, conséquence de la vente par
Les flux de commerce extérieur sur les mar le rapport de l’indice du prix des exporta les non résidents de titres français no
chandises et les services liés (transport, tions à l’indice du prix des importations.
tamment d’OAT. Enfin, la forte crois
assurance) sont mesurés : importations En comptabilité nationale, en base 1980,
sance en 1996 des dividendes versés
CAF (coût, assurance et fret) et exporta les intérêts sont enregistrés à terme échu,
par les résidents aux non résidents tions FAB (franco à bord). Les opérations ce qui peut entraîner certaines divergences
(+ 16 %) reflète les bons résultats dessur marchandises comprennent donc les avec la Balance des Paiements, qui prend
entreprises françaises en 1995. frais de transport et d’assurance jusqu’à la en compte les coupons courus.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Baudouin SeysNom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani
___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : CR
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.