Les échanges extérieurs en 2001 - Des flux commerciaux en repli

De
Publié par

En 2001, la capacité de financement de la France s'élève à 17,2 milliards d'euros. Elle est comparable à celle de l'année 2000, mais reste très inférieure aux trois années précédentes.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 855 - JUIN 2002
PRIX : 2,20€
Les échanges extérieurs en 2001
Des flux commerciaux en repli
Agnès Greliche et Brahim Laouisset, division Échanges extérieurs, Insee
n 2001, la capacité de finance- Ce résultat est proche de celui de l'année
2000. Il reste très en retrait du solde desment de la France s'élève à 17,2
échanges entre 1997 et 1999, supérieur à 30Emilliards d'euros. Elle est compa-
milliards d'euros. Il s'inscrit dans le ralentisse-
rable à celle de l'année 2000, mais reste
ment économique mondial et la contraction
très inférieure aux trois années précé- quasi continue des échanges commerciaux
dentes. Les échanges de services res- de la France tout au long de l'année 2001.
tent en fort excédent et le solde
touristique se maintient quasiment au ni- Le déficit commercial se réduit
veau record de l'année 2000. Par contre,
Le solde des échanges de biens, ou solde
le déficit des opérations de répartition se
commercial, s'établit en 2001 à - 4,2 milliards
creuse nettement, du fait de la forte d'euros courants (CAF-FAB - cf. encadré), ce
baisse des intérêts reçus par les déten- qui correspond à une réduction de ce déficit
teurs français de titres étrangers. Les de 4,9 milliards d'euros par rapport à celui de
l'année précédente (tableau 2).prix du pétrole ont continué à peser lour-
Cette amélioration est entièrement due àdement sur la facture énergétique qui at-
l'excédent sur les produits manufacturés qui
teint cette année encore près de 22
retrouve pratiquement son niveau de 1999
milliards d'euros. L'excédent des échan- (+ 10,2 milliards d'euros).
ges de produits manufacturés s'est re- En 2000, la hausse des prix des produits
dressé, mais les flux se sont contractés pétroliers avait fortement grevé le solde des
échanges. En 2001, les prix des produitstout au long de l'année 2001, dans un
pétroliers importés diminuent très peu encontexte de ralentissement économique
moyenne annuelle, et le déficit sur les pro-
mondial. La contribution du commerce
duits énergétiques reste de très grande
extérieur à la croissance a été légère- ampleur (- 21,8 milliards d'euros après - 22,4
ment positive. millards d'euros en 2000). Toutefois ce déficit
ne cesse de se résorber au cours du second
semestre (graphique 2).
En 2001, le solde des échanges de la France L'excédent des produits agricoles et agroali-
avec l'étranger, c'est-à-dire sa capacité de mentaires se réduit au cours de l'année pour
financement, atteint 17,2 milliards d'euros, atteindre au quatrième trimestre son plus bas
soit 1,2 % du PIB (graphique 1 et tableau 1). niveau depuis 1995.
Capacité de financement de la Nation Soldes entre la France et l'extérieur
En milliards d'eurosEn milliards d'euros
40Solde extérieur
1997 1998 1999 2000 2001 Capacité de financement30
Biens FAB FABBiens FAB-FAB 21,2 18,4 12,5 -3,8 1,2
20
Services
Tourisme(hors tourisme) 6,0 5,3 4,9 6,9 6,8 10
Tourisme 10,2 10,9 13,3 15,4 15,1
Services hors0
tourismeOpérations
de répartition -5,7 -3,9 2,7 -0,9 -5,8
-10
Opérations de répartition
Capacité de
-20financement 31,7 30,7 33,4 17,5 17,2
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
Source : comptes de la Nation 2001- base 95, Insee Source : comptes de la Nation 2001- base 95, Insee
INSEE
PREMIERE+ 3,0 % en 2000 et + 2,7 % en 1999) alorsÉchanges de marchandises : Recul des exportations
que les exportations chutent de 4,6 %.repli historique des biens agricoles et agro-alimentaires
Cette baisse est particulièrement remar-
intermédiaires
quable sur les ventes de bovins mais
Les exportations d'énergie stagnent en aussi sur le blé tendre, le maïs et l'orge.
En 2001, les exportations de biens inter- 2001 avec même une légère baisse des Les exportations de produits sylvicoles
médiaires se replient de 1,7 % en volume ventes d'électricité. Dans le même s'établissent à un niveau assez fort ; il
et les importations de 4,5 % après de fortes temps, les achats d'énergie continuent reste cependant inférieur à celui de
croissances en 2000. de croître, principalement les achats de l'année 2000, exceptionnel du fait de la
Le repli des exportations touche principale- pétrole. Pourtant, les prix d'importations tempête qui a touché la France fin 1999.
ment les composants électriques et éléc- reculent peu après la hausse spectacu-
troniques (-3,3 %) et les produits chimiques laire des prix du pétrole intervenue au
et matières plastiques. Seules, les ventes cours de l'année 2000. De ce fait, la fac- Déficit commercial avec les
de produits métalliques se maintiennent au ture énergétique ne s'allége que très fai- pays de l'Union Monétaire
niveau de 2000. blement (tableau 2).
La baisse des exportations s'est accentuée Les ventes de produits agro-alimentai- Avec les onze pays membres de l'Union
tout au long de l'année : -1,9 % au premier res se replient de 1,8 % sous l'effet des Monétaire, le solde de nos échanges
trimestre, - 3,0 % au deuxième et au troi- crises sanitaires tandis que les importa- commerciaux accuse un déficit de 2,7 mil-
sième et - 4,1 % au dernier. tions progressent malgré la très forte liards d'euros ; il était légèrement excé-
Les importations de composants électri- baisse des achats de viandes de bou- dentaire en 2000 (tableau 3). Cette
ques et électroniques chutent nettement cherie en provenance des pays de détérioration résulte d'un effet de ciseau
(- 17 %), ce qui explique les trois quarts du l'Union européenne. entre les exportations de biens qui dimi-
repli des achats de biens intermédiaires. De même, les importations de produits nuent en valeur de1%etles importations
Cette baisse correspond à un fort déstoc- agricoles accélèrent (+ 4,8 % après qui augmentent d'autant. La baisse du
kage et intervient après une année 2000
extrêmement dynamique (+ 35 %). Le
Le compte du Reste du monde en 2000 et 2001papier et les produits métalliques contri-
En milliards d’euros courantsbuent aussi à la baisse des achats de biens
Exportations Importationsintermédiaires, les entreprises puisant
Solde 2000 Solde 2001 (emplois) (ressources)massivement dans leurs stocks. Seules les
2001 2001
importations de produits chimiques et de
Biens FAB-FAB -3,9 1,2 331,5 330,3caoutchouc continuent de progresser.
Biens CAF-FAB -9,1 -4,2 331,5 335,6
Pour les autres biens manufacturés, la ten-
Agriculture 2,2 1,2 9,7 8,4
dance est plutôt à la hausse. Industries Agro-Alimentaires 7,4 6,2 28,5 22,2
Les exportations de biens de consom- Énergie -22,4 -21,8 11,2 33,0
mation augmentent de 7 %, nettement Produits manufacturés 3,7 10,2 282,1 272,0
dont : Biens de consommation -6,8 -5,3 49,0 54,2plus que les importations, 2,6 %. Le dyna-
Automobile 9,3 10,0 45,6 35,6misme des premières résulte des fortes
Biens d’équipement 8,3 9,3 86,3 77,1
ventes de médicaments et de parfums et,
Biens intermédiaires -7,0 -3,8 101,2 105,0
dans une moindre mesure, de celles de Tourisme 15,4 15,1 33,9 18,8
produits de l'habillement (y compris Services hors tourisme 6,9 6,8 43,2 36,5
accessoires, articles de voyages et maro- Négoce et commissions 1,9 3,3 5,3 2,0
Transports 1,1 1,4 12,1 10,7quinerie).
Télécommunications 0,2 0,2 2,0 1,7Les exportations d'automobiles résistent
Services rendus aux entreprises 2,9 2,1 19,8 17,7
bien (+ 4,2 %) après une année 2000
Activités culturelles et récréatives -0,1 -0,3 2,1 2,4
exceptionnelle. De même, la croissance Services d'assurances 1,0 0,3 0,6 0,3
des achats d'équipements automobiles est Organismes financiers -0,1 -0,2 1,3 1,5
encore très soutenue. Opérations de répartition -0,9 -5,8 92,8 98,6
dont : Rémunération des salariés 1,0 0,9 2,7 1,8Parmi les biens d'équipements, les ven-
Impôts sur la production et lestes d'équipements électriques et électroni-
importations (dont TVA communautaire) -8,7 -8,9 /// 8,9
ques (y compris matériel informatique et e
4 ressource -6,0 -5,6 /// 5,6
appareils de téléphonie) se replient après Subventions 9,4 9,5 /// -9,5
deux années de très forte croissance. À Coopération internationale courante -1,2 -2,3 2,5 4,8
l'opposé, les ventes de navires et d'avions Revenus de la propriété 7,4 4,0 75,9 71,9
Primes nettes d'assurance 0,5 0,6 1,7 1,0continuent de progresser à un rythme très
Indemnités d'assurance -0,8 -0,8 0,7 1,5élevé. Dans un contexte de demande très
Autres transferts courants -1,2 -0,9 6,5 7,4
faible de la part des entreprises, la crois-
Transferts en capital 0,4 -1,1 -0,1 1,0
sance des importations de biens d'équipe-
Capacité de financement 17,6 17,2 /// ///
ments ralentit fortement, passant de
+ 19,5 % en 2000 à + 3,7 % en 2001. Source : comptes de la Nation 2001 - base 95, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREsolde est particulièrement nette vis-à-vis annuelle (+ 2,9 % en valeur), ce qui habituel, après une année 2000 où les
de notre principal partenaire européen, explique la légère contraction du solde réassureurs étrangers avaient versé de
l'Allemagne, vers lequel nos exportations touristique. Les dépenses des non-rési- fortes indemnités aux résidents français
se replient de 4,7 %. Ceci creuse de 2 mil- dents sur notre territoire stagnent pour les sinistres liés aux tempêtes de la
liards le déficit commercial bilatéral (- 8,2 (+ 0,5 %) après des progressions à fin d'année 1999.
milliards d'euros). deux chiffres au cours des quatre
Avec l'Union européenne, le solde com- années précédentes. Les touristes
Forte baisse des revenusmercial reste excédentaire, + 5,4 milliards américains freinent leurs dépenses
d'euros, mais en retrait par rapport à (- 2,5 %) à la suite des évènements du de la propriété à l'étranger
l'année 2000. La forte hausse du solde avec 11 septembre, après le boom de
le Royaume-Uni, + 2,1 milliards d'euros, l'année 2000 (+ 20 %). Certains de nos Exceptionnellement positif en 1999 et
amortit la baisse de l'excédent global. voisins européens, notamment les Bel- faiblement déficitaire l'année suivante,
Vers les États-Unis, les exportations ges et les Britanniques, ont continué le solde des opérations de répartition se
augmentent de 2 % tandis que nos d'accroître leurs dépenses, tandis que dégrade fortement en 2001 et s'établit à
importations stagnent. De ce fait, notre Suisses, Italiens et Allemands les ont - 5,8 milliards d'euros. L'essentiel de
solde commercial est quasiment équili- fortement réduites après plusieurs cette détérioration provient de l'évolution
bré à - 0,8 milliard d'euros. années de progression. des revenus de la propriété (intérêts,
Avec le Japon, la réduction de 1,3 mil- dividendes et bénéfices réinvestis) :
liard d'euros de notre déficit commercial l'excédent atteint 4 milliards d'euros, soit
Stabilisation des flux d'échangesest essentiellement le fait de la forte 3,4 milliards de moins qu'en 2000. La
baisse de nos importations (- 12,5 %). baisse est concentrée sur le solde desde services et de l'excédent
Elle touche surtout nos achats de com- intérêts qui passe de 0,5 milliard d'euros
posants électriques et électroniques Le solde des échanges de services hors à - 3,2 milliards. D'un côté, la moindre
qui ont baissé de près d'un milliard tourisme stagne en 2001 (tableau 2). Il rémunération des titres étrangers,
d'euros. était en constante progression depuis le notamment les titres à court terme en
début des années 1990. Il s'établit à 6,8 dollar, a pesé sur le montant des intérêts
milliards d'euros, soit 0,1 milliard de reçus par les résidents français. De
Tourisme : encore un bon cru mais moins qu'en 2000. Cependant, cette l'autre, les versements à l'étranger se
stabilité recouvre de fortes hausses et sont accrus avec la forte augmentationpas de nouveau record en 2001
de nombreux reculs. Ainsi, les activités des encours de titres français détenus
Le solde touristique s'établit à 15,1 mil- de négoce international (cf. Définitions), par les non résidents.
liards d'euros, à peine en deçà du record dégagent un excédent de 3,3 milliards Pour toutes les autres opérations, le
de l'année 2000 (15, 4 milliards d'euros). d'euros, soit 1,3 milliard de plus qu'en solde est pratiquement stable, en dehors
Le résultat de 2001 est d'autant plus 2000. Cette augmentation est à relier au des opérations de coopération internatio-
remarquable que l'euro ne s'est pas à développement des opérations de fabri- nale : leur déficit se creuse de 1,1 milliard
nouveau déprécié face aux principales cation industrielle coordonnée dans les d'euros du fait de la baisse importante
devises étrangères et que la conjoncture branches aéronautique et automobile. des recettes (- 32 %). Le montant de la
économique internationale est déprimée. Par contre, le solde des échanges de ser- « quatrième ressource » (cf. Définitions)
Les dépenses des résidents hors du ter- vices d'assurance se contracte à 0,3 mil- est en légère baisse, à 5,6 milliards
ritoire français progressent en moyenne liard d'euros. Il retrouve un niveau plus d'euros. Le montant des subventions ver-
Solde commercial trimestriel des échanges de biens Solde commercial avec les principaux partenaires de la France
de la France (CAF-FAB) En milliards d’euros courants
En milliards d’euros courants Solde Solde
Exportations Importations
CAF-FAB CAF-FAB8 biens FAB biens CAF
2000 2001
6 Union européenne 7,0 5,4 203,8 198,4
dont : UM 0,5 -2,7 163,1 165,8
4 OCDE hors UE -8,1 -6,5 56,3 62,8
Reste du monde -8,0 -3,1 71,3 74,4
2
Allemagne -6,2 -8,2 46,4 54,6
UEBL 0,2 1,6 24,5 22,9
0
Espagne 8,6 8,9 31,2 22,3
Italie -0,6 -0,9 28,4 29,3-2
Pays-Bas -1,9 -2,6 13,0 15,6
Royaume-Uni 5,1 7,2 31,8 24,6-4
Suisse 3,3 3,4 10,9 7,5
États-Unis -1,3 -0,8 28,5 29,3-6
Japon -7,2 -5,6 5,4 11,0
solde hors énergie solde commercial solde énergétique
Chine -7,3 -7,5 3,3 10,8-8
99T1 99T2 99T3 99T4 00T1 00T2 00T3 00T4 01T1 01T2 01T3 01T4
UE : Union européenne ; UM : Union Monétaire ; UEBL : Union économique Belgique-Luxembourg
Source : comptes de la Nation 2001- base 95, Insee Source : Douanes (données CAF-FAB brutes par pays) ; comptes de la Nation 2001- base 95, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREsées à la France par les institutions com-
Trois sources pour le commerce extérieur
munautaires européennes s'élèvent à
Bien que fondées sur les mêmes sources nées et disparaîtra lors de la prochaine 9,5 milliards d'euros. Ce montant est com-
statistiques douanières, les échanges de base des comptes nationaux. L'estima- parable à celui de l'année 2000 : la baisse
biens du compte du " Reste du monde " et tion de ces coûts s'appuiera sur une en- des versements du Fond Social Européen
la ligne " importations et exportations " de quête mise en place par la Direction des de 0,5 milliard d'euros est compensée par
la Balance des paiements présentent un douanes. l'augmentation des subventions liées à la
écart de solde important (tableau). Il tra- L' écart sur la mesure des échanges intra-
politique agricole commune.
duit d'une part des différences méthodo- communautaires (- 0,4 milliard d'euros)
logiques, d'autre part des différences tient à la correction pour seuil. En effet,
Définitionsd'évaluation de certaines corrections à les entreprises ne sont pas tenues de dé-
apporter aux données douanières. En clarer les échanges de biens dont le mon-
particulier, les flux totaux du commerce tant annuel n'excède pas 100 000 euros.
La capacité de financement de la Nation re-
extérieur sur les marchandises sont me- L'écart de 0,7 milliard d'euros sur le poste présente le solde de l'ensemble des opéra-
surés FAB (franco à bord), c'est-à-dire " autres corrections " correspond princi- tions non financières effectuées avec le
hors frais de transport et d'assurance palement aux anticipations des révisions reste du monde. Elle englobe le solde des
au-delà des frontières du pays exporta- douanières effectuées par les comptes échanges de biens et services, de tou-
risme, ainsi que le solde des opérations deteur. L'estimation de ces coûts, inclus nationaux : les statistiques mensuelles du
répartition.dans les données douanières pour les im- commerce extérieur sont révisées par les
Le financement des communautés euro-portations (mesurées CAF - coût assu- douanes au cours des deux années qui
péennes est fixé au prorata du Produit Na-
rance frêt), diffère de 1,3 milliard d'euros suivent leur première publication au fur et
tional Brut. Il comprend le reversement de
pour l'année 2001. Cet écart s'est forte- à mesure de l'enregistrement des décla-
la part des États membres des droits de
ment réduit au cours des dernières an- rations.
douane et des prélèvements agricoles,
complété par une contribution assise surPassage entre les différents soldes
des recettes de TVA reconstituées sur une
En milliards d’euros
base de réglementation comparable. De-
Balance commerciale FAB-FAB 3,3 Balance commerciale FAB-FAB 3,3 puis 1987, il comprend également une
(Douanes) (Douanes) « quatrième ressource » calculée comme
le solde entre le financement global et les+ corrections (échanges sans paiement) + 0,5 + écart sur correction CAF-FAB -1,3
ressources précédentes.+ réparation des biens d'équipement + 0,2
Le négoce international correspond aux+ autres corrections (travail à façon, + correction des échanges
activités de commerce dans le cas de mar-réparation, avitaillement …) -0,1 intracommunautaires -0,4
chandises achetées et vendues à l'étranger+ autres corrections -0,7
par une entreprise résidente. Générale-
= Solde des échanges de biens = Solde des échanges de biens ment, ces marchandises ne traversent pas
FAB-FAB (Balance des paiements, FAB-FAB (Comptabilité nationale, le territoire économique, et même dans le
Banque de France) 3,7 Insee) 1,2 cas d'un transit, aucune importation ou ex-
portation n'est enregistrée.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2002 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : J.-W. Angel,
R. Baktavatsalou, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin, B. Ouvré
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : P.T.
______________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP02855
Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€. ISSN 0997 - 3192
© INSEE 2002Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.