Les établissements de 500 salariés et plus du secteur marchand en Haute-Normandie : Un élément important du tissu économique haut-normand

Publié par

Le rôle majeur joué par les grands établissements dans l'emploi régional place la Haute-Normandie au 4e rang des régions françaises, derrière l'Ile de France, l'Alsace et le Nord-Pas-de-Calais. Un salarié haut-normand sur sept travaille dans une de ces grandes entités qui relèvent sept fois sur dix de l'industrie, en particulier de l'automobile, de la chimie et des transports.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LES ÉTABLISSEMENTS DE 500 SALARIÉS ET PLUS DU SECTEUR MARCHAND EN HAUTE-NORMANDIE
Un élément important
du tissu économique haut-normand
Jean-Philippe CARITG
Le plus petit d’entre eux (Atofina à grands établissements haut-normandsLe rôle majeur joué par les
Serquigny) emploie plus de 500 person- (soit le double du taux national pour l’in-grands établissements dans
nes et le plus grand (Renault à Sandou- dustrie automobile).l’emploi régional place la
ville) plus de 5 000 au 1er janvier 2004. Les grands établissements de laHaute-Normandie au 4e rang
La présence de grands établisse- chimie sont particulièrement bien repré-
des régions françaises, derrière ments est une des caractéristiques de sentés en Haute-Normandie. Avec plus
l’Ile de France, l’Alsace et le l’économie régionale et surtout de l’in- de 7 000 salariés, ce secteur concentre
Nord-Pas-de-Calais. Un salarié dustrie. En effet, le tiers des emplois in- 12% de l’emploi, soit deux fois et demi le
haut-normand sur sept travaille dustriels de la région (contre le quart en taux national du secteur. Les grands
France) est regroupé dans des entités noms de la chimie sont implantés dans ladans une de ces grandes entités
d’au moins 500 salariés. vallée de la Seine : Exxon Mobil Chemi-qui relèvent sept fois sur dix de
La tertiarisation croissante (sept em- cal installé à Notre-Dame-de-Graven-l’industrie, en particulier de
plois salariés sur dix) de l’économie chon, Atofina et Chevron-Oronite à
l’automobile, de la chimie et des
haut-normande concerne peu les gran- Gonfreville-l’Orcher.
transports. des unités régionales : sept emplois sur Ces secteurs entretiennent des rela-
dix des grands établissements régionaux tions souvent fortes avec les grands éta-
relèvent de l’industrie contre moins de la blissements du secteur pétrolier dont ils
fin de bénéficier de la navigabilité moitié au niveau national. dépendent pour leur approvisionnementAde la Seine, de ses débouchés en produits raffinés. Première région
maritimes et de la proximité de la région française pour le raffinage de pétrole brut
parisienne, de nombreux établissements importé en France, la Haute-NormandiePLUS D’UN SALARIÉ SUR CINQ
ont choisi de s’installer le long de l’axe a attiré sur son territoire trois grandes raf-TRAVAILLE POUR L’INDUSTRIE
séquanien et à proximité de ses deux fineries : Total (plus de 1 000 salariés) àAUTOMOBILE
grands ports : Le Havre et Rouen. Cela Gonfreville-l’Orcher, Esso à
se vérifie surtout pour les grandes unités Notre-Dame-de-Gravenchon et la Cou-L’industrie automobile, avec l’implan-
employant au moins 500 salariés. En ronnaise de Raffinage (plus de 500 per-tation de Renault et de ses deux établis-
effet, près des 2/3 des grands établisse- sonnes) à Petit-Couronne. En termesements à Sandouville et Cléon, mobilise
ments régionaux sont installés à proximi- d’emplois, le poids des grands établisse-plus de 22% de la main-d’œuvre des
té de cet axe.
LES GRANDS ÉTABLISSEMENTS INDUSTRIELS EN HAUTE-NORMANDIE
DES UNITÉS PEU NOMBREUSES
MAIS INFLUENTES
Au 1er janvier 2004, le nombre de ces
grands établissements s’élève à 1 900
en France, dont 59 en Haute-Normandie.
Cela représente environ le millième de
tous les établissements haut-normands
(c’est deux fois le taux national).
Peu nombreux, ils emploient néan-
moins une importante main d’œuvre sa-
lariée. En effet, ces grands
établissements contribuent pour plus de
14% à l’emploi salarié de la région.
Hormis l’Ile-de-France, seules les ré-
gions Nord-Pas-de-Calais et Alsace
connaissent des taux supérieurs (res-
pectivement 14,7% et 16,1%). La
moyenne nationale hors Ile-de-France at-
teint 10,5%.
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 48 - Octobre 2005
ENTREPRISESL’EMPLOI SALARIÉ DES GRANDS ÉTABLISSEMENTS EN 2004ments de ce secteur est trois fois plus im-
portant en Haute-Normandie qu’au Haute-Normandie France
Nombre % Nombre %niveau national.
Industrie 43 048 70,7 953 448 47,5L’industrie pharmaceutique possède
IAA 0 0,0 73 294 3,7plusieurs grands établissements en
Biens de consommation 5 355 8,8 125 239 6,2
Haute-Normandie : Aventis est installé au
Automobile 13 143 21,6 210 179 10,5
Trait et à Val-de-Reuil, Rhône-Poulenc est Biens d’équipement 6 052 9,9 237 937 11,9
implanté à Saint-Aubin-les-Elbeuf et Biens intermédiaires 13 655 22,4 247 833 12,3
Énergie 4 843 8,0 58 976 2,9Glaxo-Wellcome à Evreux. Ses 5 350 sa-
Construction 1 381 2,3 24 854 1,2lariés mobilisent 9% des emplois des
Commerce 1 280 2,1 125 818 6,3grands établissements (contre seulement
Transports 8 515 14,0 287 716 14,33% au niveau national).
Activités financières 1 078 1,8 173 681 8,6Grande utilisatrice d’eau, la produc- immobilières 0 0,0 13 993 0,7tion d’électricité d’origine nucléaire
Services aux entreprises 4 844 8,0 370 378 18,4emploie 2 000 personnes réparties entre aux particuliers 719 1,2 58 151 2,9les deux grandes unités littorales de
Ensemble 60 865 100,0 2 008 039 100,0Paluel et de Penly.
Source : REE (Sirène) 2004De grands établissements de l’aéro- Champ : ICS et établissements de 500 salariés et plus
nautique sont également présents dans
la vallée de la Seine. Il s’agit de lité (15 sur 19) se situe le long de la mération Rouennaise (moins de 1 000
SNECMA moteurs à Vernon et d’Hispa- Seine et principalement dans les agglo- salariés).
no-Suiza installé à Gonfreville l’Orcher. mérations du Havre (5 établissements) et Dans la construction, Quille (plus de
Premier pôle mondial du flaconnage de Rouen (8 établissements). Ils em- 1 000 salariés) est le plus important
de luxe, la Vallée de la Bresle offre son ploient 30% des salariés des grands des grands établissements non-indus-
savoir-faire verrier à deux grands établis- établissements. triels. Les services aux entreprises
sements de plus de 1 000 salariés : Après l’industrie, les transports cons- concernent France Télécom, les servi-
Saint-Gobain-Desjonquères installé au tituent le secteur d’activité dont relèvent ces administratifs de Ferrero, un centre
Tréport et les Verreries du Courval si- le plus souvent les grands d’essai technique de Renault à Au-
tuées à Hodeng-au-Bosc. établissements. Ces derniers regroupent bevoye et les trois établissements de la
14% des effectifs des grands établisse- sécurité installés à Saint-Sau-
ments et sont partagés entre 8 entités. Ils veur-d’Emelaville. Les activités finan-
concernent principalement les transports cières ne comptent que deuxLES TRANSPORTS : DEUXIÈME
ferroviaires (4 300 salariés répartis entre établissements de plus de 500 sala-POURVOYEUR D’EMPLOIS
les dépôts du Havre, Rouen, Sotteville et riés à Sotteville-les-Rouen et
Saint-Etienne-du-Rouvray), le Port Auto- Saint-Etienne-du-Rouvray. Le com-Moins du tiers des grands établisse-
ments appartient aux secteurs de la nome du Havre (plus de 1 000 salariés) merce ne possède qu’un établissement
et les Transports en Commun de l’Agglo- de plus de 500 salariés, une enseigneconstruction et du tertiaire. La quasi-tota-
du groupe Auchan implantée au Havre.
De tous les établissements non-in-
LES GRANDS ÉTABLISSEMENTS NON-INDUSTRIELS EN HAUTE-NORMANDIE
dustriels, seul Center Parcs relevant des
loisirs et installé dans l’Eure est excentré.
DES ÉTABLISSEMENTS DÉPENDANTS
DE GRANDS GROUPES
La présence de ces grandes unités fa-
vorise souvent la mise en place d’un
réseau important de sous-traitants et de
fournisseurs, contribuant ainsi indirecte-
ment à soutenir l’emploi régional. Cepen-
dant, ces grandes entités sont plus
souvent dépendantes de l’extérieur que
les unités de moins de 500 salariés. En
effet, plus des 2/3 de leurs effectifs (contre
moins du 1/3 pour les établissements de
moins de 500 salariés) dépendent d’entre-
prises dont le siège social ne se situe pas
en Haute-Normandie. Dans les grands
établissements industriels, ce taux dé-
passe même les 3/4 des effectifs
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 48 - Octobre 2005 5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.