Les grands traits de l'économie sociale et solidaire

De
Publié par

Secteur particulièrement hétérogène, l'économie sociale et solidaire (ESS) rassemble au 1er janvier 2004, plus de 12 000 établissements, soit 11,4 % des établissements situés en Alsace. Cet ensemble se compose de quatre grandes familles : les coopératives, les mutuelles, les associations et les autres acteurs de l'ESS (fondations et établissements d'insertion par l'économique). Les associations occupent une place prééminente, avec 8 800 établissements. L'ESS occupe 69 400 salariés, soit 11,5 % des emplois salariés (hors secteur public d'Etat) offerts par les entreprises implantées en Alsace. Les associations prédominent, avec 45 000 salariés, loin devant les coopératives : 15 000 salariés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

SYNTHÈSE
Les grands traits de l'économie sociale et solidaire
Les établissements de l'économie sociale et solidaire
’économie sociale et solidaire, souvent dénommée poids est inférieur à la moyenne nationale, qui repré-L "tiers secteur", se situe entre secteur privé concur- sente 12,9 %. Comparée aux régions limitrophes, la
rentiel et secteur public. Si, comme dans l’économie part des établissements en Alsace est moindre qu’en
marchande, elle génère des bénéfices, elle se distingue Lorraine (13,6 %) et qu’en Franche-Comté (15,1 %).
de cette dernière par la destination de la richesse pro- En termes de part relative, l’Alsace se situe à un
duite. En outre, dans le cas où elle remplit des missions niveau proche de l’Île-de-France et de Pro-
d’intérêt public, elle peut percevoir des subventions pu- vence-Alpes-Côte d’Azur. Le poids de l’ESS (16,2 %)
bliques. Le poids réel de ce secteur est difficile à éva- est particulièrement important dans les Pays de la
luer, car certaines petites structures, notamment les Loire et en Poitou-Charentes en raison de l’implanta-
établissements associatifs, ne sont pas enregistrées tion de sièges sociaux des mutuelles.
dans le répertoire Sirene. Pour les associations, seules
celles ayant des salariés ou soumises à des obligations Parmi les 572 000 établissements de l’ESS recensés
fiscales sont immatriculées. En outre, il est impossible en France métropolitaine, l’Alsace en représente 2,1 %,
de dénombrer précisément, au niveau régional, le contre 15,2 % pour l'Île-de-France et 10,3 % pour
nombre de bénévoles qui oeuvrent dans les associa- Rhône-Alpes.
tions, les coopératives et les mutuelles.
Pour l’essentiel, les unités alsaciennes sont à dimen-
er
Au 1 janvier 2004, l’Alsace compte 12 000 établisse- sion locale, 97 % d’entre elles ont leur siège social en
ments relevant du domaine de l’économie sociale et Alsace. Dans les mutuelles, un établissement sur trois
solidaire, soit 11,4 % de l’ensemble des établisse- a son siège social hors de la région. Parmi les établis-
ments (hors secteur public d’État) situés en Alsace. Ce sements, dont le centre de décision est implanté en
Moins d'établissements dans l'ESSÉvolution des établissements
en Alsace, mais de plus grande taillede l'économie sociale et solidaire en Alsace
erIndice base 100 = 2000 Part* en % au 1 janvier 2004
140 14
12,9 %
0,9 % 11,4 %12
130 1,2 %
3,4 %
10
3,8 %120 8
6
110
8,6 %4
6,4 %
2100
0er
Au 1 janvier
France Alsace90
2000 2001 2002 2003 2004
10 salariés et plus De 1 à 9 salariés Pas de salariés
Dont ESS hors associationsÉconomie sociale et solidaire
* rapport des établissements de l'ESS à l'ensemble des établissementsTertiaireDont associations
(hors secteur public d'État) (hors secteur public d'État)hors structures d'insertion
Page 8 L'économie sociale et solidaire en Alsace
Source : Insee - REE (Sirene)
Source : Insee - (REE) SireneSYNTHÈSE
ment plus nombreux en Alsace que dans l'ensemble
Des établissements de plus grande taille
er de la France métropolitaine.dans la moitié nord au 1 janvier 2004
Avec 8 800 établissements, les associations hors
structures d’insertion occupent une place prépondé-
rante dans l’économie sociale et solidaire. Elles re-
groupent 73 % des établissements, dont 4 sur 10 sont
des associations de défense d’intérêts, et 3 sur 10 des
associations sportives, culturelles et de loisirs.
Les autres secteurs de l’ESS, soit 3 200 établisse-
ments sont principalement des coopératives financiè-
res et de crédit, des coopératives agricoles, CUMA,
Nombre moyen de salariés GAEC, SICA, et des autres coopératives.
par établissement
4,0 et plus
Les zones d’emploi de Strasbourg, Mulhouse et Col-
de 3,5 à moins de 4,0
mar - Neuf-Brisach rassemblent 6 établissements sur
de 3,0 à moins de 3,5
10. Néanmoins le poids des établissements de l’ESSmoins de 3,0
par rapport à l’ensemble des étab (hors
Alsace : 5,5
secteur public d’État) est plus important dans la zone
France métropolitaine : 3,7
d’emploi de Guebwiller : 13,1 %, contre un minimum
de 8,3 % dans celle de Wissembourg.
Alsace, siège social et unique établissement sont le
plus souvent confondus : 8 établissements sur 10 sont De 2000 à 2004, le nombre d’établissements de
dans cette configuration. En Alsace, près de 6 éta- l’ESS est passé de 9 800 à 12 000, soit une progres-
blissements sur 10 n’emploient pas de salariés, contre sion de 22,3 %.Cette augmentation est nettement plus
7 sur 10 en France métropolitaine. La plupart des éta- forte que celle des établissements du tertiaire, qui ont
blissements non-employeurs sont des associations et crû de +9,4 %. Cette croissance est principalement im-
des autres coopératives. À l'opposé, les établisse- putable au développement des associations (+28,6 %)
ments de l'ESS de plus de 10 salariés sont relative- contre +8,0 % dans les autres secteurs de l’ESS.
Répartition des structures de l'ESS par type d'établissements en Alsace en 2004
Nombre Dont établissements Dont établissements
Dont
d’établissements non siège non siège
Catégories juridiques agrégées sièges sociaux
implantés ayant le siège social ayant le siège social
en Alsace
en Alsace en Alsace hors Alsace
Coopératives du secteur agricole 959 889 62 8
Coopératives financières et de crédit 1 101 256 837 8
Coopératives de production 28 23 4 1
Autres coopératives 775 538 237 0
Mutuelles régies par le code des assurances 109 18 48 43
Mutuelles régies par le code de la mutualité 120 71 20 29
Associations hors structures d’insertion 8 774 7 560 942 272
Fondations 64 20 33 11
Établissements d’insertion (association et SARL 82 66 16 0
ou SA non coopérative)
Ensemble des établissements de l’ESS 12 012 9 441 2 199 372
Source : Insee - REE (Sirene)
Page 9L'économie sociale et solidaire en Alsace
© IGN - Insee
Source : Insee - REE (Sirene)SYNTHÈSE
L’emploi salarié dans l’économie sociale et solidaire
er
u1 janvier 2004, l’économie sociale et solidaire les associations (+17,8 %). Dans les autres composan-A offre 69 400 emplois salariés en Alsace, dont 7 sur tes de l’ESS, cette croissance s’est limitée à 8,8 %.
10 sont occupés par des femmes. Ces emplois repré- Cette progression est toutefois supérieure à celle ob-
sentent 11,5 % des 604 500 emplois salariés (hors sec- servée dans l’ensemble du tertiaire (+6,5 %).
teur public d’État) en Alsace, contre 11,1 % en France
métropolitaine. Par rapport à l’ensemble des actifs occupés, dont le
lieu de travail se situe en Alsace, l’économie sociale et
Comparée aux régions limitrophes, cette part est solidaire renforce sa position. Début 2004, elle repré-
moindre en Alsace qu’en Franche-Comté (13 %) et qu’en sentait 9,6 % de cette catégorie d’actifs, soit un ac-
Lorraine (12,1 %). Le poids de l’emploi salarié de l’ESS croissement d’un point en quatre ans.
en Alsace est identique à celui des régions Cham-
pagne-Ardenne, Centre et Rhône-Alpes. Les salariés sont plus âgés dans l’économie sociale
et solidaire que dans le reste de alsa-
L’Alsace détient 3,3 % des emplois salariés de cienne. Jusqu’à 30 ans, ils sont comparativement
l’ESS de la France métropolitaine, contre 18 % en moins nombreux. Puis leur part relative s’accroît, et à
Île-de-France et 10,1 % en Rhône-Alpes. Cette frac- partir de 42 ans ils sont plus nombreux d’un tiers. Ces
tion est comparable au poids de l’Alsace dans la po- résultats concernent aussi bien les hommes que les
pulation française. femmes.
De 2000 à 2004, les effectifs salariés ont augmenté Les deux tiers des salariés de l’ESS occupent un
de 14,6 %, en raison de la forte création d’emploi dans poste de travail dans les associations et 1 salarié sur 8
Plus de femmes dans l'économie sociale et solidaireEntre 2000 et 2004 l'emploi salarié augmente de 14,6 %
dans l'économie sociale et solidaire Âge
65Emploi salarié de l'économie sociale et solidaire en Alsace
Indice base 100 = 2000 Hommes Femmes60125
55
120
50
115
45
110
40
105 35
100 30
2595
er
Au 1 janvier 20
90
Nombre de salariés dans l'ESS2000 2001 2002 2003 2004 er
au 1 janvier 2004 en Alsace15
Associations Tertiaire
hors structures d'insertion (hors secteur public d'État) 1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500
Ensemble de l'ESS Autres structures de l'ESS Profil des emplois salariés Alsace Économie sociale et solidaire
(y compris structures d'insertion)
Page 10 L'économie sociale et solidaire en Alsace
Source : Insee - DADS - Estimation d'emplois
Source : Insee - DADSSYNTHÈSE
De nombreux emplois sont temporaires ou occasion-En Alsace, un poids de l'emploi salarié dans l'ESS
erproche de la moyenne française au 1 janvier 2004 nels. Au cours de l’année 2003, l’ESS a offert 108 600
contrats de travail, contrats dont la période de travail
est plus ou moins longue. Seulement la moitié des
contrats correspondent à un emploi à temps complet,
contre les deux tiers dans les autres secteurs de l’éco-
nomie alsacienne. Les emplois les plus stables se si-
tuent dans les coopératives financières et de crédit et
les mutuelles d’assurances, pour lesquelles 8 contrats
sur 10 sont à temps complet.
Les emplois à temps partiel, du mi-temps à 80 % d’un
Part des emplois salariés
temps complet, sont également plus répandus dansde l'ESS par rapport à
l'ens. des emplois salariés l’ESS. Trois contrats de travail sur dix sont à temps ré-
hors secteur public (en %) duit, au lieu de deux sur dix dans les autres sphères de
14 et plus l’économie. Ce type de contrats est très fréquent dans
de 12 à moins de 14 les associations et les fondations.
de 10 à moins de 12
moins de 10
Les emplois à faible temps partiel, moins d’un
Alsace : 11,5 % mi-temps ou occasionnels, concernent 1 contrat de
France métropolitaine : 11,1 %
travail sur 5 de l’économie sociale et solidaire, contre
1 sur 10 dans les autres secteurs économiques. Ce
travaille dans une coopérative financière et de crédit. genre de contrat est particulièrement fréquent dans
Dans les associations, 60 % des postes de travail se les structures d’insertion et dans les associations.
situent dans la santé et l’action sociale.
Les emplois salariés dans l’économie sociale et solidaire en Alsace
Nombre de salariés Nombre de poste de travail Nombre d’emplois
au 01/01/2004 dans l’année 2003 en équivalent temps plein
Dont femmes Dont à temps Dont femmes
Ensemble Ensemble Ensemble
en % complet (%) en %
Coopératives du secteur agricole 1 466 30,8 2 918 70,3 1 433 30,0
Coopératives financières et de crédit 8 348 55,8 10 548 85,2 7 474 51,2
Coopératives de production 577 13,0 1 028 80,4 693 19,5
Autres coopératives 4 563 53,8 6 377 69,7 3 947 50,4
Mutuelles régies par le code des assurances 2 245 54,5 2 978 83,7 2 064 53,0
Mutuelles régies par le code de la mutualité 1 429 77,0 2 191 68,8 1 202 76,7
Associations hors structures d’insertion 44 931 69,7 71 342 46,1 31 366 68,6
Fondations 3 584 77,6 4 634 63,2 2 833 76,0
Établissements d’insertion ou intermédiaires 2 245 67,5 6 584 33,3 1 367 56,0
(association et SARL ou SA non coopérative)
Ensemble de l’économie sociale et solidaire 69 388 65,8 108 600 53,2 52 379 63,2
Source : Insee - DADS - 2003
Page 11L'économie sociale et solidaire en Alsace
Source : Insee - DADS 2003
© IGN - InseeSYNTHÈSE
L’ESS inégalement répartie sur le territoire alsacien
n Alsace les établissements de l’ESS se concen- d’établissements sont peu nombreuses et correspon-E trent dans les zones d’emploi à dominante ur- dent au total à un établissement de l’ESS sur douze.
baine. Strasbourg, Mulhouse et Colmar-Neuf-Brisach
regroupent 63 % de l’ensemble des établissements. L’économie sociale et solidaire est solidement im-
Leur nombre est particulièrement élevé dans la zone plantée dans la zone d’emploi de Colmar-Neuf-Bri-
d’emploi de Strasbourg, sur 12 000 établissements ré- sach, avec 9 établissements pour 1 000 habitants
pertoriés en Alsace, 4 300 se situent dans cet espace. suivie de celles de Strasbourg et de Guebwiller avec
En revanche dans les zones d’emploi frontalières de respectivement 8 établissements.
Wissembourg, Saint-Louis et Altkirch, les implantations
En moyenne régionale la densité des établissements
s’inscrit à 7 établissements pour 1 000 habitants. Elle
est plus faible dans les zones d’emploi de Hague-
L'emploi salarié plus présent
nau-Niederbronn et de Wissembourg avec 5 établisse-dans la plaine du Rhin et le piémont
ments pour 1 000 habitants.
Un profil de l’emploi très différent
par zone d’emploi
Wissembourg
La répartition des salariés de l’ESS est très inégaleSaverne Haguenau-
Sarre-Union au sein de la région. Près de 8 emplois sur 10 seNiederbronn
concentrent dans les zones d’emploi de Strasbourg,
Mulhouse et Colmar - Neuf-Brisach, soit une surrepré-
sentation de 20 % par rapport à l’ensemble des sala-
Strasbourg
riés. Rapportée à l’ensemble des emplois salariés,
Molsheim- hors ceux de l’État, la part de l’ESS est nettement plus
Schirmeck élevée dans les zones d’emploi de Mulhouse (13,6 %)
et de Guebwiller (13,4 %) qu’en moyenne régionale,
LORRAINE Part des emplois salariés alors qu’elle n’est que de 5,2 % dans la zone d’emploiSélestat
de l'ESS par rapport à l'ensembleSainte-Marie-aux-Mines de Wissembourg.
des emplois salariés hors secteur
public d'État au 1.1.2004 (en %)
En termes d’emplois, les structures associatives
Colmar 11,5 et plus
Neuf-Brisach prédominent, et ce quelle que soit la zone d’emploi.
de 9,0 à moins de 11,5
Elles regroupent en moyenne 7 emplois salariés de
de 7,5 à moins de 9,0
l’ESS sur 10. Selon la zone d’emploi, cette part estmoins de 7,5Guebwiller
croissante du nord au sud de l’Alsace, et s’étage de 5 à
Alsace : 11,5 %
9 salariés. Ce dernier taux est atteint à Thann-Cernay,
Thann-
Limite des zones d'emploi
Cernay qui présente un profil plus spécifiquement associatifMulhouse
en raison de l’implantation d’une association de
grande taille, l’association Adèle de Glaubitz qui gère
Saint- sur la zone un ensemble d’établissements au serviceAltkirch Louis
FRANCHE-COMTÉ des personnes handicapées, centre d’accueil pour
Page 12 L'économie sociale et solidaire en Alsace
© IGN - Insee Source : Insee - DADS 2003SYNTHÈSE
enfants handicapés et centre d’aide par le travail pour Si dans les zones d’emploi à dominante urbaine le
personnes handicapées à Cernay. poids des emplois dans les différentes structures juri-
diques est proche de la moyenne régionale, celles de
L’emploi à Wissembourg est particulièrement élevé Strasbourg et de Colmar - Neuf-Brisach se distinguent
dans les coopératives, qu’elles soient de crédit, agri- par une concentration des emplois dans les mutuelles.
coles ou autres. Un quart des emplois est offert par les Pour l’ensemble de l’Alsace, les mutuelles représen-
coopératives de crédit contre seulement un huitième tent un emploi salarié de l’ESS sur vingt, contre un sur
en moyenne régionale. Dans cette zone d’emploi à do- dix à Strasbourg et à Colmar - Neuf-Brisach. Les deux
minante rurale le commerce de détail de proximité tient capitales administratives concentrent les centres de
une place marquante du fait de l’implantation de Coop décision des mutuelles de santé (Mutuelle complé-
Alsace. Aussi le poids de l’emploi dans les autres coo- mentaire d’Alsace par ex.). Strasbourg y rajoute les as-
pératives y est deux fois plus élevé qu’en moyenne ré- surances à caractère mutuel.
gionale (7 %). La part de l’emploi des coopératives
agricoles est de 2 % en moyenne régionale et se situe
à 7 % dans la zone d’emploi de Wissembourg, la Coo-
pérative Viticole de Cleebourg étant le principal em-
Moins d'établissements de l'ESSployeur.
en Alsace du nord
Des singularités territoriales
L’emploi dans les coopératives de production est no-
Wissembourgtable dans la zone d’emploi de Guebwiller avec 8,5 %
de l'emploi de l'ESS contre 1 % en moyenne régionale. Saverne Haguenau-
Sarre-UnionSur son territoire se situe un groupe important compre- Niederbronn
nant deux sociétés coopératives de production ou-
vrière oeuvrant dans la construction : la SARL S.T.P.M.
et la SA MADER. Strasbourg
Molsheim-Haguenau-Niederbronn, se détache des autres zo-
Schirmeck
nes d’emploi par l’importance de son emploi dans
les fondations, liée à l’implantation du Sonnenhof à
LORRAINEBischwiller : 1 emploi de l'ESS sur 5 contre 1 sur 20 en Sélestat
Sainte-Marie-aux-Mines Nombre d'établissementsmoyenne régionale. Cette fondation gère dans la zone
de l'ESS pour 1 000 habitants
des établissements pour personnes handicapées et au 1.1.2004
un établissement d’aide par le travail. Colmar 7,5 et plus
Neuf-Brisach
de 6,5 à moins de 7,5
Les fondations sont relativement plus nombreuses de 5,5 à moins de 6,5
dans la plaine et le piémont du Bas-Rhin, seule Mul- moins de 5,5Guebwiller
house fait exception dans le Haut-Rhin.
Limite des zones d'emploi
Thann-
CernayComparé aux autres zones d’emploi, le secteur de Mulhouse
l’insertion à un poids plus fort dans la zone de Séles-
tat-Ste-Marie-aux-Mines, où sa part dans l’emploi de
Saint-
l'ESS représente 10 % au lieu de 3 % en moyenne ré- Altkirch Louis
FRANCHE-COMTÉgionale. L’insertion est plus présente dans les zones
industrielles traditionnelles.
Page 13L'économie sociale et solidaire en Alsace
© IGN - Insee Source : Insee - REE (Sirene)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.