Les TIC en Moselle : une dynamique à soutenir

De
Publié par

En Moselle, les secteurs d’activités relevant des technologies de l’information et de la communication (TIC) regroupent 755 établissements et 5 100 emplois salariés. Si le développement rapide des services en informatique marque le secteur TIC, la composante industrielle est bien présente en Moselle, notamment dans les secteurs de haute technologie. Très concentrées dans l’agglomération messine, les TIC sont majoritairement portées par des entreprises locales. Pourtant, un emploi sur deux dépend d’entreprises implantées dans une autre région. La main-d’oeuvre offre un profil atypique : plus de cadres et de professions intermédiaires, plus masculine et plus jeune. Ces spécificités profilent les salaires : en moyenne plus élevés du fait d’une main-d’oeuvre plus qualifiée, mais plus faibles par exemple pour les cadres, souvent jeunes dans ce secteur. Dans ce monde très masculin, les écarts de salaires entre hommes et femmes sont pourtant plus resserrés que dans le reste de l’économie. Malgré un renouvellement permanent de son tissu, le rythme des créations d’établissements reste encore trop modeste pour donner une dimension nouvelle au secteur. La poursuite de l’intégration des TIC dans les entreprises lorraines est sans doute une condition d’un essor du secteur TIC, en lui offrant des marchés nouveaux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
165N Les TIC en Moselle :
En Moselle, les secteurs d’activités relevant des technologies de l’information
et de la communication (TIC) regroupent 755 établissements et 5 100 emplois
salariés. Si le développement rapide des services en informatique marque le secteur
TIC, la composante industrielle est bien présente en Moselle, notamment dans
les secteurs de haute technologie. Très concentrées dans l’agglomération messine,
les TIC sont majoritairement portées par des entreprises locales. Pourtant, un emploi
sur deux dépend d’entreprises implantées dans une autre région. La main-d’œuvre
offre un profil atypique : plus de cadres et de professions intermédiaires, plus
masculine et plus jeune. Ces spécificités profilent les salaires : en moyenne
plus élevés du fait d’une main-d’œuvre plus qualifiée, mais plus faibles par exemple
pour les cadres, souvent jeunes dans ce secteur. Dans ce monde très masculin,
les écarts de salaires entre hommes et femmes sont pourtant plus resserrés
que dans le reste de l’économie. Malgré un renouvellement permanent de son tissu,
le rythme des créations d’établissements reste encore trop modeste pour donner
une dimension nouvelle au secteur. La poursuite de l’intégration des TIC dans
les entreprises lorraines est sans doute une condition d’un essor du secteur TIC,
en lui offrant des marchés nouveaux.
èmeLes nouvelles technologies de l’information département. La Moselle se situe au 33 rang
et de la communication, communément appelées des départements en termes de volume d’em-
TIC, connaissent un développement rapide auprès plois dans le secteur TIC. Les trois premières pla-
des particuliers comme des entreprises : équipe- ces sont occupées par des départements
ment en ordinateurs et connexion à l’Internet, télé- d’Île-de-France : les Hauts-de-Seine avec
phonie mobile, informatisation de la gestion des 134 000 emplois, Paris avec 86 000 emplois et
entreprises, automatisation des processus de pro- les Yvelines avec 42 000 emplois. Le Rhône se
èmeduction, nouveaux marchés. L’utilisation crois- situeàla4 place avec 34 200 emplois.
sante des TIC constitue une opportunité pour leurs
“producteurs” : fabricants de matériel électronique, Prédominance des télécommuni-
distributeurs des équipements informatiques et bu- cations dans l’emploi TIC
reautiques, télécommunications et services infor-
En Lorraine, les établissements TIC sont au
matiques (cf. encadré : Les TIC).
nombre de 1 791 et regroupent 11 800 emplois
erau 1 janvier 2007, dont la moitié en Moselle.
En Moselle, les secteurs TIC regroupent 755 éta-
blissements, qui exercent à titre principal une acti- En Moselle, les télécommunications représentent
vité relevant des TIC. Ces établissements comme en Lorraine près de 40% des emplois du
eremploient au 1 janvier 2007 près de 5 100 sala- secteur TIC. Elles emploient plus de 2 000 sala-
riés, à mettre en regard des 340 900 salariés du riés, répartis dans une centaine d’établissements.
VL’entreprise FRANCE TÉLÉCOM en re- n’emploient aucun salarié, une cen- Un ancrage industriel
groupe à elle seule plus de 1 600. taine ont moins de cinq salariés et six dans les hautes
SFR, télécommunications sans fil, et dépassent les 50 salariés.
technologies
TDF, opérateur du réseau hertzien, en
L’informatique regroupe quelquesemploient chacun une centaine. La Moselle affirme son ancrage indus-
établissements de bonne taille.
triel dans les activités TIC, bienMETRALOR TELECOM, spécialisée
C’est le cas de SAGE, entreprise pa-
positionné dans les secteurs de hautedans les infrastructures et l’instal-
risienne spécialisée dans l’édition
technologie. La composante “fabrica-lation des équipements de télé-
de logiciels applicatifs, qui possède
tion” du secteur regroupe 87 établisse-communications, avec son siège
un établissement mosellan de plus
ments et près de 1 400 emploisen Moselle et un établissement en
de 200 salariés ou bien encore de
salariés, soit 27% des emplois TIC etÎle-de-France, ainsi que TELMO,
CORA INFORMATIQUE avec plus de
un emploi lorrain sur deux dans cespécialisée dans les réseaux de
100 salariés. Citons aussi ATOS
groupe d’activités.communication et systèmes d’in-
ORIGIN INTÉGRATION, société des
formation, sont deux entreprises L’industrie dans le secteur TIC est do-Hauts-de-Seine dont l’établissement
qui comptent également et em- minée par des secteurs de haute tech-mosellan emploie entre 50 et 100
ploient de 50 à 100 salariés. nologie. Le secteur “fabricationsalariés dans des activités de
d’instrumentation scientifique et tech-conseil en systèmes et logiciels in-
Les services informatiques nique” regroupe plus de 500 emplois,formatiques, de même que GFI
en croissance rapide soit 10% des emplois TIC mosellans etINFORMATIQUE, société parisienne,
80% des emplois de ce secteur en Lor-avec plus de 50 salariés.
Le secteur des services informati- raine. Trois entreprises mosellanes
ques s’est nettement développé. En La Moselle dispose aussi d’un tissu d’une centaine de salariés, JUMO-
2007, il totalise 441 établissements d’entreprises locales de moindre RÉGULATION àMetz, THERMO-EST à
en Moselle, soit une progression de taille mais qui comptent dans le sec- Hauconcourt et HÉRAEUS ELECTRO-
70% depuis 2000. Il pourvoit près teur. C’est le cas de GENESYSTEMS NITE FRANCE à Illange, confèrent à la
de 1 300 emplois, le quart des em- à Hauconcourt ou de PRO CONSUL- Moselle une position de leader dans le
plois du secteur TIC. Les activités TANT INFORMATIQUE à Metz, un des domaine mesures/contrôles, partagée
dominantes en termes d’emplois leaders mondiaux de l’assistance in- par trois autres sociétés de 20 à 50 sa-
sont les activités de “conseil en sys- formatique et de l’audiovisuel numé- lariés. LOREME, spécialisée dans la fa-
tèmes informatiques” avec 430 sala- rique. ZWF RÉSEAUX INFORMATIQUES brication de capteurs de température,
riés, “édition de logiciels” avec 315 ET COMMUNICATIONS à Oeting, SOLED, spécialiste en sondes de prélè-
salariés et “traitement de données” SAPAIG à Bousse, spécialisée dans vement et de mesure ou encore
avec 265 salariés. la conception des logiciels de ges- PROSENSOR, spécialiste de la thermo-
tion ou encore EURODATA à Forbach métrie, marquent le secteur par leurLes services informatiques sont es-
sont également des références dans compétence et leur renommée interna-sentiellement exercés par de très pe-
leur domaine de compétence. tionale.tites entreprises : 300 d’entre elles
Prédominance des télécommunications et de l’informatique mais aussi un ancrage industriel
Établissements Emplois salariés
Le secteur TIC par activité Moselle Lorraine
Moselle Lorraine
Nombre Répartition (%) Nombre Répartition (%)
Fabrication de matériel électronique 87 205 1 368 27,0 2 679 22,8
Distribution des équipements informatiques et bureautiques 126 271 402 7,9 1 166 9,9
Télécommunications 101 220 2 021 39,9 4 552 38,7
Services informatiques 441 1 095 1 268 25,1 3 368 28,6
Total 755 1 791 5 059 100,0 11 765 100,0
Source : Insee, CLAP 2006 (emploi au 31/12/2006)
Services informatiques : le quart des emplois du secteur TIC
Nombre Nombre Répartition des emplois
L’informatique dans le secteur TIC en Moselle
d’établissements d’emplois salariés salariés (%)
Conseil en systèmes informatiques 123 430 33,9
Édition de logiciels (non personnalisés) 42 315 24,8
Traitement de données 46 265 20,9
Autres activités de réalisation de logiciels 148 166 13,1
Entretien et réparation de machines de bureau et de matériel informatique 66 59 4,7
Activités de banques de données 9 17 1,3
Location de machines de bureau et de matériel informatique 6 16 1,3
Autres activités rattachées à l’informatique 1 0 0,0
Total 441 1 268 100,0
Source : Insee, CLAP 2006 (emploi au 31/12/2006)
2Les activités commerciales, com- Un second axe moins important re- Un tissu d’entreprises
merce de gros en équipements in- liant Saint-Avold, Forbach et Sarre- essentiellement locales
formatiques et bureautiques, sont guemines accueille également les
Les activités TIC sont très majoritai-exercées par 126 établissements re- TIC, et enfin un halo autour de Sar-
rement exercées par un réseaugroupant 400 salariés, soit 8% des rebourg.
d’entreprises locales. Sur les 755emplois du secteur TIC.Lecom-
La ville de Metz, et plus particulière- établissements TIC implantés enmerce de gros de matériel informa-
ment son technopôle, concentre Moselle, 608 sont des sièges so-tique (ordinateurs, périphériques,
30% des établissements TIC du dé- ciaux d’entreprises mosellanes et 33progiciels, composants et autres équipe-
partement et 46% de leurs salariés. sont des établissements secondai-ments électroniques) est largement
La Communauté d’agglomération de res appartenant à une entreprisemajoritaire avec 92 établissements
Metz Métropole regroupe 43% des mosellane. Au total, 641 établisse-et 230 salariés.
établissements TIC du département ments TIC sur les 755 appartiennent
et 58% de leurs salariés. Cette à une entreprise mosellane. Les 114Forte concentration
concentration autour des grandes établissements restants dépendentautour de Metz agglomérations se retrouve en d’une entreprise dont le siège est
Les établissements TIC mosellans Meurthe-et-Moselle et tire en partie implanté hors Moselle. Dans sept
sont territorialement très concentrés son origine des besoins en cas sur dix, ce siège est en Île-de-
sur un axe principal Metz-Thionville. main-d’œuvre qualifiée des TIC. France. Quatorze établissements
dépendent d’une entreprise alsa-
TIC : forte concentration dans l'agglomération messine cienne et sept d’une de la
région Rhône-Alpes.Nombre d'emplois salariés dans les TIC par commune en Moselle
Les 608 entreprises TIC mosellanes,
c’est-à-dire dont le siège social est
implanté en Moselle, ont très majori-
tairement une implantation exclusi-
vement locale. Elles emploient
2 500 salariés : 2 200 dans leurs
Creutzwald établissements mosellans et 300Œting
Saint-Julien-lès-Metz dans une cinquantaine d’établisse-
Sarreguemines
Saint-Avold
ments secondaires implantés horsMetz
Moselle. Les deux principales ré-
gions de rayonnement des entrepri-
ses mosellanes sont l’Île-de-France
(118 emplois) et l’Alsace (42 emplois).
Une dépendance externeSarrebourg
2 300 emplois pour les emplois
Si le réseau d’entreprises est essen-
770 emplois
tiellement local, le secteur TIC mo-
sellan est néanmoins fortement
dépendant des entreprises des au-
Source : Insee, CLAP 2006 tres régions en termes d’emplois.
Industrie des TIC : bien positionnée dans les secteurs de haute technologie
Emplois salariés
ÉtablissementsLa fabrication dans le secteur TIC en Moselle Poids régional
Nombre
de la Moselle (%)
Instrumentation scientifique et technique 22 513 79,4
Équipements de contrôle des processus industriels 25 216 29,9
Fils et câbles isolés 3 145 90,6
Appareils de réception, enregistrement ou reproduction du son et de l’image 9 98 44,1 de téléphonie 5 91 40,4
Assemblage de cartes électroniques pour compte de tiers 5 81 21,4
Équipements d’émission et de transmission hertzienne 6 79 66,4
Composants passifs et condensateurs 1 64 90,1 électroniques actifs 6 50 61,0
Machines de bureau 2 21 100,0
Ordinateurs et autres équipements informatiques 3 10 32,3
Total 87 1 368 51,1
Source : Insee, CLAP 2006 (emploi au 31/12/2006)
3
© IGN - Insee 2009Les 114 établissements TIC dépendant tion, les professions intermédiaires La main-d’œuvre est globalement
d’une entreprise non mosellane fournis- (49%) l’emportent sur les employés moins âgée dans le secteur TIC:les
sent plus d’un emploi TIC sur deux, soit (20%) alors que la situation est in- trois quarts des salariés ont moins
2 800 emplois sur les 5 100 du secteur verse dans l’ensemble du com- de 45 ans contre 67% dans l’en-
TIC. La région Île-de-France est de loin merce (19% de professions intermé- semble de l’économie mosellane.
la plus présente en Moselle avec près diaires et 50% d’employés).
de 2 600 emplois salariés dont 1 650 TélécommunicationsLes services informatiques sont
dépendant de FRANCE TÉLÉCOM.Vien- en tête pour les salairescomposés à 36% de cadres et à
nent ensuite la Champagne-Ardenne 48% de professions intermédiaires, des cadres
(73) et Rhône-Alpes (73), puis l’Alsace bien plus nombreux que dans les Les niveaux de salaires dans le sec-(55) et la Lorraine (26). services en général (19% de cadres teur TIC, comme dans les autres
La Moselle est ainsi plus “attractive” et 24% de professions intermédiaires). secteurs, sont pour les trois quarts
que “rayonnante” : d’un côté, les en- Les télécommunications quant à el- déterminés par la catégorie socio-
treprises TIC mosellanes déploient les affichent une proportion de ca- professionnelle. Ainsi le salaire ho-
300 emplois sur le territoire national dres record : la moitié du personnel. raire brut moyen y varie de 12 euros
et de l’autre, la Moselle bénéficie de pour les ouvriers à 25,60 euros pour
plus de 2 800 emplois dépendant Une main-d’œuvre plus les cadres.
d’entreprises localisées hors du dé- masculine et plus jeune
Au sein des TIC, les activités de té-partement.
Autre caractéristique du secteur TIC : lécommunications sont en moyenne
la main-d’œuvre y est nettement plus les mieux rémunérées compte tenuPlus de cadres
masculine. En Moselle, 29% des sa- qu’un emploi sur deux est occupé
et de techniciens
lariés y sont des femmes contre 46% par un cadre. C’est aussi l’activité
La main-d’œuvre dans les établisse- dans l’ensemble des établissements qui rémunère le mieux ses cadres :
ments TIC présente un profil aty- mosellans. Cette prédominance mas- 28,60 euros en moyenne. Les servi-
pique, caractérisé par une forte culine est le fait des télécommunica- ces informatiques arrivent en se-
proportion de cadres et de profes- tions et des services informatiques conde position en termes de
sions intermédiaires. Les cadres oc- qui, bien que les plus féminisés au salaires moyens offerts. Mais cette
cupent un tiers des emplois salariés sein du secteur TIC, sont très en position est uniquement liée à la
contre 14% dans l’ensemble de l’é- deçà des services en général dont la forte présence des cadres. Si on éli-
conomie mosellane. Les professions proportion de femmes atteint 56% en mine cet effet de structure, la
intermédiaires couvrent également Moselle. À l’inverse, les femmes sont deuxième place revient à la compo-
un tiers des emplois TIC contre 22% plus présentes dans l’industrie TIC, sante industrielle des TIC. Ces acti-
dans les autres activités. À l’inverse, où elles occupent 28,3% des em- vités de fabrication offrent ainsi en
les postes d’employés et d’ouvriers plois, que dans l’industrie en général moyenne les meilleurs salaires aux
y sont en proportion deux fois moins (23%). professions intermédiaires, em-
nombreux et représentent 31% des ployés et ouvriers.Cette hégémonie masculine se re-
emplois contre 64% dans l’en- trouve de façon marquée chez les Les écarts de salaires entre les hom-
semble de l’économie mosellane. cadres. Sur les 1 750 cadres des mes et les femmes sont en moyenne
Le secteur TIC accueille donc un secteurs TIC, 1 500 sont des hom- plus forts dans les TIC : 14 euros pour
personnel plus qualifié, et ce quels mes, soit 86%. La proportion de ca- les femmes et 18,10 euros pour les
que soient les secteurs d’activité. dres chez les hommes, 42%, est hommes, soit un écart de 22,7%, à
Ainsi les TIC relevant de la fabrica- bien supérieure à celle qui prévaut comparer à l’écart de 18,1% observé
tion emploient moins d’ouvriers que dans les établissements mosellans pour toute la Moselle. Cette situation
l’industrie dans son ensemble (48% (16,1%). Néanmoins, les femmes ont s’explique essentiellement par les struc-
contre 58%) mais plus de cadres et une situation meilleure que dans le tures socioprofessionnelles respectives
de professions intermédiaires, qui reste de l’économie puisque 16,1% des hommes et des femmes : quatre
comprennent notamment les techni- d’entre elles sont cadres contre hommes sur dix sont cadres, alors que
ciens. De même, dans la distribu- 12,3% en Moselle en général. seulement 16% de femmes le sont.
Salaires : télécommunications en tête, mais pour les cadres uniquement
Distribution
Fabrication
Salaires horaires bruts moyens des équipements Services
de matériel Télécommunications
dans le secteur TIC en Moselle (en euros) informatiques informatiques
électronique
et bureautiques
Cadres 26,80 27,90 23,20 28,60
Professions intermédiaires 16,00 14,60 14,50 15,30
Employés 13,10 11,20 11,70 11,50
Ouvriers 12,00 11,70 12,90 11,00
Ensemble 15,50 16,00 17,50 21,20
Champ : secteur privé et semi-public, salariés à temps complet
Source : Insee, DADS 2006
4La comparaison entre même caté- expliquent les constats apparem- diaires. La variabilité du salaire en
gorie socioprofessionnelle montre à ment contradictoires observés sur fonction de l’âge est toutefois bien
l’inverse un écart de salaires les niveaux de salaires. moindre pour les employés et ou-
moindre que dans les établisse- vriers : de 10 à 14,20 euros pour lesD’une part, le secteur TIC offre un
ments mosellans dans leur en- employés et de 10 à 13,30 eurosniveau de salaire horaire brut
semble. C’est ainsi que les femmes pour les ouvriers.moyen supérieur à celui de l’en-
cadres dans les TIC touchent en semble de l’économie mosellane : Au final, le salaire horaire brut moyen
moyenne 10% de moins qu’un 17 euros contre 15,40 euros. De offert par le secteur TIC présenterait un
homme alors que l’écart est de près même, le salaire horaire brut mé- écart négatif de 4% à 5% par rapport à
de 21% dans le département. dian y est supérieur : la moitié des celui offert dans un établissement hors
Plus généralement, le resserrement salariés de la filière TIC touchent secteur TIC, à profil de salarié et profil
des salaires entre hommes et fem- moins de 14,10 euros, ce seuil d’employeur très proches.
mes dans le secteur TIC peut se ré- étant de 12,20 euros pour les sala-
sumer ainsi : à profil individuel et riés mosellans dans leur en- Un renouvellement
profil d’employeur identiques, une semble. La forte présence de permanent du tissu
femme gagnera de 8% à 9% de cadres et de professions intermé-
productif
moins qu’un homme dans les TIC et diaires dans les TIC explique cet
de 12% à 13% dans les établisse- écart de salaire horaire brut moyen En Moselle, le nombre d’établisse-
ments des autres secteurs. ou médiant au profit des TIC. ments TIC est passé de 658 en 2000
à 755 en 2007, soit une croissanceDans les TIC, la différenciation entre Mais la comparaison par catégorie
de près de 15% en sept ans, moinsles hommes et les femmes porte socioprofessionnelle offre une vision
prononcée toutefois qu’au niveaudonc plus sur l’accès aux emplois contradictoire : les cadres et les pro-
régional (+18,6%). Elle est égale-de cadres que sur les écarts de sa- fessions intermédiaires dans les TIC
ment moins forte que celle observéelaires eux-mêmes. Les femmes oc- sont globalement moins bien payés
sur l’ensemble du parc d’établisse-cupent seulement 13,5% des que dans l’ensemble des établisse-
ments mosellans (+16,2%).emplois de cette catégorie alors que ments mosellans, de même que les
dans l’ensemble des établissements ouvriers. Mais plus que leur croissance, c’est
mosellans, elles en occupent 39%. leur taux de renouvellement qui estCe second constat trouve en partie
caractéristique des TIC : sur les 755son origine dans une des spécificités
établissements TIC présents enDes salaires de la main-d’œuvre TIC : sa jeunesse.
2007, seuls 215 existaient déjà enOr l’âge est le second déterminant duun peu moins élevés
2000, soit à peine le tiers. Cette pro-niveau de salaire. Le salaire d’un
portion est de 42% pour l’ensembleLes spécificités de la main-d’œuvre cadre dans les TIC varie ainsi de 17
du tissu productif mosellan.du secteur TIC, mieux pourvue en euros pour un jeune de moins de 25
cadres et techniciens mais aussi ans à 32 euros pour un cadre de 55 à Les télécommunications et les services
plus jeune et plus masculine, profi- 65 ans. Il varie de 11,60 euros à 16 informatiques sont particulièrement
lent les salaires qui y sont offerts et euros pour les professions intermé- concernés par ce renouvellement
TIC : des salaires en moyenne plus élevés compte tenu du poids des cadres et techniciens
Ensemble Écart TIC/ensemble des secteurs
Salaires horaires bruts moyens en Moselle (en euros) Secteur TIC
des secteurs (%)
Cadres 25,60 29,50 -13,0
Professions intermédiaires 15,10 17,50 -13,9
Employés 12,00 11,80 1,4
Ouvriers 12,00 12,90 -6,4
Ensemble 17,00 15,40 10,8
Champ : secteur privé et semi-public, salariés à temps complet
Source : Insee, DADS 2006
755 créations d’établissements dans le secteur TIC de 2000 à 2007 en Moselle
Moselle Lorraine Part de la Moselle
Groupes d’activités TIC en LorraineNombre Répartition Nombre Répartition
(%)de créations (%) de créations (%)
Fabrication de matériel électronique 34 4,5 79 4,2 43,0
Distribution des équipements
informatiques et bureautiques 94 12,5 196 10,5 48,0
Télécommunications 89 11,8 196 10,5 45,4
Services informatiques 538 71,3 1 398 74,8 38,5
Ensemble 755 100,0 1 869 100,0 40,4
Champ : secteur marchand non agricole
Source : Insee, Répertoire des Entreprises et des Établissements (SIRENE)
5puisque respectivement 75% et 80% TIC sont certes en augmentationSavoir plus :
de leurs établissements présents en constante. Entre 2000 et 2003, en
2007 n’existaient pas en 2000. À l’in- moyenne annuelle, 79 établisse-
verse, l’industrie connaît une plus ments ont été créés en Moselle. De-
- Les sites web des entreprises : pré-
grande stabilité avec un renouvelle- puis 2004, cette moyenne est de
senter ses produits et gérer des offres
ment plus faible : plus de la moitié des 110. Mais le rythme de croissanced'emploi, X. Niel, M. Jlassi, Insee Pre-
mière n°1227, mars 2009 établissements présents en 2007 exis- des créations dans les TIC n’a fait
- E-administration, télétravail, logiciels taient déjà en 2000, soit une proportion que suivre celui observé dans la
libres : quelques usages de l'internet un peu plus élevée que pour l’en- création d’entreprises dans son en-
dans les entreprises, M. Jlassi, X. Niel, semble des établissements industriels. semble.
Insee Première n°1228, mars 2009
Le renouvellement des TIC doit ce- Comme au niveau régional, les por-- Tableau de bord des TIC et du com-
merce électronique, Martine Dayan et pendant être relativisé lorsqu’on l’a- teurs de projets investissent massi-
Raymond Heitzmann, SESSI, Édition borde sous l’angle des emplois. Les vement les activités de services
décembre 2008 215 établissements TIC pérennes informatiques pour créer leurs en-
- Les besoins de compétence en TIC entre 2000 et 2007 représentent en treprises. De 2000 à 2007, les servi-
dans l’industrie, Philippe Faure,
effet à eux seuls plus de 3 300 em- ces en informatique ont ainsi
SESSI, Le 4 pages des statistiques in-
erplois sur les 5 100 recensés au 1 absorbé 71,3% des créations d’éta-dustrielles n°248, juin 2008
janvier 2007, soit 65%. Les établis- blissements TIC.- L’intégration des TIC est encore in-
complète dans les entreprises, Sonia sements pérennes regroupent La création de nouvelles unités TIC
Besnard, Chantal Biré et Patrice Vic- même 71% des emplois TIC indus- en Moselle reste cependant encore
tor, Insee Première n°1184, avril 2008 triels. Dans le commerce, ils repré- insuffisante pour faire progresser de
- Secteurs innovants et création d’en- sentent 41% des emplois et 67% façon significative le secteur en Mo-treprise - Des créateurs jeunes et moti-
dans les services en informatique et
vés par la technologie contribuent au selle et lui donner une nouvelle di-
dans les télécommunications.rattrapage lorrain, Yann Kubiak et Oli- mension.
vier Serre, Économie Lorraine n°112,
L’essor du secteur TIC en Mosellejanvier 2008 Des créations d’entreprises
est en partie lié à une meilleure inté-- Les technologies de l’information et encore limitées
de la communication - Industrie, servi- gration des TIC dans les entreprises,
ces et commerce de gros, SESSI, Chif- De 2000 à 2007, la Moselle a enre- qui reste encore incomplète, en par-
fres clés, Édition 2007-2008 gistré 755 créations d’établisse- ticulier dans les PME, comme l’a
ments TIC, soit, coïncidence, le montré une enquête nationale (cf.
- Site internet : www.insee.fr nombre d’établissements TIC en Savoir plus). La poursuite et l’accélé-
2007. Sur ces 755 créations, 623 ration de ce processus d’intégration
correspondent à des créations d’en- des TIC dans les entreprises mosel-
treprises. Le reste, soit une cen- lanes comme lorraines constituerait
Ministère de l’Économie, taine, correspond à la création un facteur essentiel de la demande
de l’Industrie et de l’Emploi
d’établissements secondaires au en offrant des opportunités de nou-Insee
sein d’une entreprise déjà existante, veaux marchés aux entreprises duInstitut National de la Statistique
mosellane ou non.et des Études Économiques secteur TIC.
Direction Régionale de Lorraine
La part des créations d’établisse-
15, rue du Général Hulot
ments TIC dans l’ensemble desCS 54229
54042 NANCY CEDEX créations reste modeste en Moselle Bernard THIRION
Tél : 0383918585 comme en Lorraine, respectivement
Fax: 0383404561 Armelle SCHMITT
2,7% et 2,9% entre 2000 et 2007.
www.insee.fr/lorraine
Guillaume VOLMERSLes volumes annuels de créations
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
COORDINATION RÉDACTIONNELLE Les TIC
Christian CALZADA
Le périmètre des activités relevant des technologies de l’information et de la commu-Gérard MOREAU
nication (TIC) retenu dans l’étude est dérivé de celui couramment adopté par l’Insee
RESPONSABLE ÉDITORIALE à partir des réflexions de l’OCDE. Le périmètre retenu regroupe vingt-six activités ré-
ET RELATIONS MÉDIAS parties en quatre groupes d’activité :
Brigitte VIENNEAUX
- Fabrication de matériel électronique (activités industrielles) : codes NAF 30.0A et
RÉDACTRICE EN CHEF C, 31.3Z, 32.1A, C et D, 32.2A et B, 32.3Z, 33.2A et B, 33.3Z ;
Agnès VERDIN - Distribution (activités de commerce de gros) : codes NAF 51.8G, H et J ;
- Télécommunications (activités de services) : codes NAF 64.2B, C et D ;RÉALISATION DE PRODUITS
ÉDITORIAUX - Services informatiques : codes NAF 71.3E, 72.1Z, 72.2A et C, 72.3Z, 72.4Z, 72.5Z,
Édith ARNOULD 72.6Z.
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Les industries du contenu (presse, édition, radio, télévision, publicité...), intégrées
ISSN : 0293-9657 normalement dans le périmètre des TIC, n’ont pas été prises en compte dans cette
© INSEE 2009 étude d’un commun accord entre la CCI de la Moselle et l’Insee Lorraine.
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.