Les transferts d'établissements pour la Bretagne entre 2002 et 2004 (Octant n° 104)

De
Publié par

Entre 2002 et 2004, on recense pour la Bretagne 7 300 transferts d'établissements dont les trois quarts sont des déménagements à l'intérieur de la région. Ces mouvements s'effectuent en général sur de courtes distances, et concernent dans 90 % des cas des établissements de moins de dix salariés. Les établissements exercent le plus souvent dans les domaines du conseil aux entreprises, du médical ou du paramédical. Parmi les transferts extra régionaux, la moitié sont des départs ou des installations d'établissements d'Ile-de-France ou des Pays de la Loire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Entreprises
Les transferts d’établissements pour
la Bretagne entre 2002 et 2004
Entre 2002 et 2004, on recense pour la Bretagne
7 300 transferts d’établissements dont les trois quarts
sont des déménagements à l’intérieur de la région.
Ces mouvements s’effectuent en général sur de courtes
distances, et concernent dans 90 % des cas
des établissements de moins de dix salariés. Les
établissements exercent le plus souvent dans les domaines
du conseil aux entreprises, du médical ou du paramédical.
Parmi les transferts extra régionaux, la moitié sont
des départs ou des installations d’établissements
d’Ile-de-France ou des Pays de la Loire.
er
u1 janvier 2003, la Bretagne la même période, la région enregistre Les transferts sont dans 74 % des cas desAcomptait 121 100 établissements 44 730 créations d’établissements ré- mouvements intra régionaux. Cepen-
dans les secteurs de l’industrie et du ter- parties principalement dans les secteurs dant, les transferts extra régionaux ont
tiaire marchand non financier. Entre de la construction, du commerce de dé- fortement augmenté ces dernières
2002 et 2004, on dénombre pour ces tail, des services aux entreprises et des
activités 7 314 transferts d’établisse- services aux particuliers.
1
ments concernant 17 400 salariés. Sur 1- Effectifs salariés avant transfert
Octant n° 104 - Janvier 2006 25Entreprises
Part des transferts d'établissements sur la période 2002-2004 années. Le nombre moyen de transferts
a ainsi progressé de 28,6 % entre la pé-selon la tranche d'effectif salarié (en %)
riode 1996-2001 et la période 2002-
70 2004 principalement sous l’effet des
installations d’établissements en pro-
60 Bretagne venance des autres régions.
France métropolitaine50
Les établissements
40
déménagent sur de courtes
distances30
20 La majorité des transferts d’établisse-
ments se réalisent sur une courte dis-
10 tance. Entre 2002 et 2004, 38,9 %
d’entre eux s’effectuent sur une distan-
10 ce inférieure à 10 km et 30,7 % sur une
0 salarié 1 à 9 10 à 49 50 à 199 plus de 200
distance allant de 10 à 50 km. Les trans-salariés salariés salariés salariés
ferts sur très courte distance (moins de
Source : Insee - Sirene - Champ ICS 10 km) sont relativement peu nom-
breux : leur poids dans le total des trans-
ferts, toutes distances confondues, est
Les transferts d'établissements en Bretagne selon les secteurs d'activité sur la période 2002-2004
Stock d'établissements Transferts Transferts intra
er Part du secteurau 1 janvier 2003 extra régionaux et extra régionaux
dans l'ensemble
des transferts (%) Taux annuel Taux annuel Taux annuel
Effectifs %
d'entrée (‰) de sortie (‰) de mobilité* (‰)
IAA 4 598 3,8 1,5 0,9 0,1 7,2
Industrie (hors IAA) 8 577 7,1 7,7 2,6 2,1 19,3
Construction 17 333 14,3 16,6 1,8 0,8 21,8
Commerce de gros 7 051 5,8 7,6 3,9 3,3 22,5
Commerce de détail 24 769 20,4 10,8 1,3 0,8 9,5
Transports 4 243 3,5 4,3 1,9 1,2 23,1
Activités immobilières 2 551 2,1 2,7 4,0 3,8 21,0
Services aux entreprises 15 000 12,4 22,3 7,6 3,9 30,2
Education-Santé-Action
Sociale 16 063 13,3 20,6 7,1 4,1 25,4
Services aux particuliers 20 887 17,3 5,9 1,2 0,8 5,8
Ensemble 121 072 100 100 3,2 1,9 17,4
Source : Insee - Sirene - Champ ICS
* Mesure la propension des secteurs d'activité à la mobilité
Les transferts d’établissements pour la Bretagne sur la période 2002-2004 dans quatre secteurs d'activité
Nombre d’établissements et d’emplois salariés concernés
Transferts Entrées Sorties Total des transferts
intra régionaux dans la région de la région
Établis- Effectifs Établis- Effectifs Établis- Effectifs Établis- Effectifs
sements salariés sements salariés sements salariés sements salariés
Services aux entreprises 1 096 4 674 341 285 177 279 1 614 5 238
Education, santé, action 954 179 343 56 198 123 1 495 358
sociale
Construction 1 068 2 873 93 67 40 47 1 201 2 987
Commerce de détail 626 1 373 96 72 63 106 785 1 551
Source : Insee - Sirene - Champ ICS
26 Octant n° 104 - Janvier 2006Entreprises
Soldes des transferts extra régionaux d'établissements entre 2002 et 2004moins important qu’en moyenne dans
les autres régions métropolitaines hors
Ile-de-France (2,7 points de moins). En
revanche, les mouvements sur des dis-
tances de plus de 200 km (19,3 % des
transferts régionaux) sont comparative-
ment plus fréquents pour la Bretagne
(3,6 points de plus qu’en moyenne dans
les autres régions métropolitaines hors
Ile-de-France).
Surtout des établissements
de moins de 10 salariés
Nombre d'établissements
Comme en moyenne pour les régions 3 640
métropolitaines, plus de 90 % des trans- 1 210
ferts intra et extra régionaux de la région
concernent des établissements de
moins de 10 salariés, et un établisse-
solde positif
ment sur deux a moins de trois années
solde négatif
 IGN - Insee 2005d’existence. La quasi-totalité des trans-
ferts (95,5 %) concerne des établisse- Source : Insee - Sirene - Champ ICS
ments qui ont le statut de siège (96,7 %
Lecture : en Bretagne le solde des transferts d’établissements avec l’ensemble des régions métropo-en moyenne dans les régions métropo-
litaines est positif alors qu’en Alsace il est négatif.
litaines).
Le secteur de la santé, est par nature, le
secteur dans lequel les transferts d’éta-
blissement n’ayant aucun salarié sont
les plus représentés (92,4 %). En effet,
Détail des transferts extra régionaux pour la France métropolitaine
les médecins, kinésithérapeutes, et infir- sur la période 2002-2004 (‰)
miers par exemple, exercent la plupart
du temps sans employer de salariés. Taux annuel Taux annuel Taux annuel
d'entrée de sortie de solde*
Alsace 1,9 2,6 -0,7Conseil aux entreprises
Aquitaine 3,2 2,2 1,0et professionnels de la santé
Auvergne 2,6 2,2 0,4
Basse-Normandie 3,6 2,9 0,7
Entre 2002 et 2004, les transferts intra et
Bourgogne 3,8 3,0 0,8extra régionaux d’établissements de la
Bretagne 3,2 1,9 1,3Bretagne, concernent en premier lieu
les secteurs des services aux entreprises Centre 4,5 3,9 0,6
(22,3 %), et de l’éducation, santé,ac- Champagne-Ardenne 2,7 3,4 -0,7
tion sociale (20,6 %). Cela représente
Corse 3,1 1,2 1,93 138 établissements qui sont pour la
Franche-comté 2,4 2,5 -0,1plupart (plus des trois-quarts d’entre
eux) des cabinets de conseil ou des pro- Haute-Normandie 3,4 3,5 -0,1
fessionnels de la santé (professions mé- Île-de-France 2,1 3,9 -1,8
dicales ou paramédicales). Parmi eux,
Languedoc-Roussillon 4,5 2,8 1,7
1 000 sont des établissements relatifs à
Limousin 2,9 2,7 0,2la santé humaine (soins des sages-fem-
mes, soins infirmiers, rééducations Lorraine 1,6 2,2 -0,6
fonctionnelles et thérapies diverses). Midi-Pyrénées 3,2 2,3 0,9
Nord-Pas-de-Calais 1,7 2,3 -0,6
En Bretagne, le poids du secteur de
Pays de la Loire 3,4 2,7 0,7l’éducation, santé, action sociale dans
les transferts est plus important qu’en Picardie 4,4 4,7 -0,3
moyenne dans les autres régions métro- Poitou-Charentes 3,7 2,6 1,1
politaines hors Ile-de-France (3 points
Provence-Alpes-Côte d'Azur 3,6 2,3 1,3
de plus).
Rhône-Alpes 2,4 2,3 0,1
France métroplitaine 2,9 2,9 0,0La construction et le commerce de dé-
tail contribuent respectivement à
Source : Insee - Sirene - Champ ICS
16,6 % et 10,8 % des transferts. Au sein * Différence entre les taux d'entrée et de sortie
de la construction, l’essentiel des
Octant n° 104 - Janvier 2006 27Entreprises
déménagements provient des établisse- La mobilité des établissements est très et les activités immobilières (21,0 ‰).
ments réalisant des travaux de maçon- variable d’un secteur d’activitéà l’autre. La mobilité du secteur des services aux
nerie, d’installation électrique, de me- Six secteurs d’activité ont un taux de entreprises s’explique en partie par sa
nuiserie ou de peinture. Dans le mobilité bien au-dessus de la moyenne grande réactivitéà la conjoncture : les
commerce de détail, l’essentiel des bretonne (17,4 pour mille) : les services locaux sont utilisés au plus juste en
mouvements concerne des commer- aux entreprises (30,2 ‰), l’éducation, la fonction du volume de l’activité.Enpé-
çants vendant des produits alimentaires santé et l’action sociale (25,4 ‰), les riode de forte croissance, ces établisse-
ou non alimentaires sur les marchés. transports (23,1 ‰), le commerce de ments déménagent pour s’installer dans
gros (22,5 ‰), la construction (21,8 ‰) des locaux plus spacieux et
Les transferts extra régionaux d'établissements pour les zones d'emploi bretonnes entre 2002 et 2004
Entre 2002 et 2004, 1 882 établissements Contribution des zones d'emploi bretonnes aux transferts* extra régionaux
sont venus s'installer en Bretagne ou l'ont sur la période 2002-2004 (en %)
quittée. Les zones d'emploi de Brest, Lo-
rient, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc, et
Rennes
Vannes concentrent les deux tiers de ces
Vannes
flux extra régionaux. A elle seule la zone
Lorient
d'emploi de Rennes (428 transferts sur la
Quimper
période) représente 22,7 % des transferts
Brest
d'établissements de la Bretagne avec les
Saint-Brieuc
autres régions françaises. Elle arrive en
Saint-Malo
tête des zones d'emploi tant pour son
Auray
poids dans les installations en prove-
Redon
nance des autres régions que pour sa part
Vitré
dans les départs d'établissements. Les
Morlaix
services aux entreprises et la santé sont
Lannion
les deux secteurs d'activité qui contri-
Fougères
buent le plus aux mouvements d'établis-
Pontivy-Loudéac
sements (254 transferts sur les 428 enre-
Dinangistrés). Parmi eux 81 sont le fait
Guingamp
d'auxiliaires médicaux (infirmiers, sages-
Ploërmelfemmes et kinésithérapeutes). La contri-
Carhaixbution de la zone de Rennes aux départs
0 5 10 15 20 25d'établissements vers les autres régions
(27 %) dépasse de 7 points sa contribu- Source : Insee - Sirene - Champ ICS
tion aux installations. On constate un dé- * Les transferts sont les arrivées et les départs d'établissements
séquilibre similaire concernant les zones
d'emploi de Brest et Quimper tandis que Soldes des transferts extra régionaux d’établissements
celles de Lorient, Saint-Brieuc, et Vannes
par zone d’emploi entre 2002 et 2004
pèsent davantage dans les installations
d'établissements en provenance des au-
tres régions.
La quasi-totalité des zones d'emploi bre-
tonnes ont un solde des transferts extra ré-
gionaux d'établissements positif entre
2002 et 2004. La zone d'emploi de Fou-
gères est la seule à avoir connu un peu
plus de départs d'établissements hors
Bretagne que d'installations en prove-
nance de l'extérieur de la région. Mais sa
proximité avec la Basse-Normandie et les
Pays de la Loire explique en partie ce
phénomène. Entre 2002 et 2003, l'em-
ploi a diminué de 0,8 % dans cette zone.
Nombre d'établissements
Ce sont les zones d'emploi de Vannes,
100Lorient et Rennes qui enregistrent les sol-
30des de transferts les plus importants. solde positif
solde négatif
©IGN-Insee 2005
Source : Insee - Sirene - Champ ICS
28 Octant n° 104 - Janvier 2006Entreprises
réciproquement en cas de baisse de à son poids économique en termes de Provence-Alpes-Côte d’Azur l’une des
el’activité. Produit Intérieur Brut (7 rang parmi les régions les plus attractives.
régions métropolitaines en 2002). Au
1A contrario, les établissements du sec- regard du taux de solde des transferts Le nombre d’arrivées d’établissements a
teur des services aux particuliers, du d’établissements (en moyenne 1,3 ‰ progressé de 5,9 % en moyenne an-
commerce de détail qui cherchent à fi- par an), la Bretagne est avec la Corse et nuelle entre 2002 et 2004 soit
déliser une clientèle de proximité ou
ceux des industries agroalimentaires at-
Origine et destination des transferts extra régionaux d'établissementstachés à des fournisseurs locaux sont
entre 2002 et 2004peu mobiles.
Arrivées Départs
d'établissements d'établissements
en Bretagne hors BretagneLes transferts extra régionaux
profitent à la Bretagne Ile-de-France 424 169
Pays de la Loire 216 194
Basse-Normandie 64 38Durant la période 2002-2004, 1 173
établissements en provenance d’autres Rhône-Alpes 58 37
régions se sont installés en Bretagne tan- Provence-Alpes-Côte d'Azur 56 35
dis que 709 l’ont quitté. Le solde de ces Centre 51 23
transferts extra régionaux place la ré- Aquitaine 35 35
gion au troisième rang des régions mé-
Autres régions métropolitaines* 269 178
tropolitaines soit à un niveau supérieur
Ensemble des régions métropolitaines 1 173 709
1- Cet indicateur tient compte du tissu économique Source : Insee - Sirene - Champ ICS
local, en rapportant le solde des transferts au stock * Le nombre d'établissements concernés par ces transferts n'est pas assez important pour être détaillé par région.
d'établissements.
Pour comprendre ces résultats
Les données
Les transferts d'établissements sont repérés à l'aide du répertoire Sirene des entreprises et établissements.
Le champ de l'étude
Cette étude concerne les établissements du champ ICS (Industrie, Commerce, Services) qui recouvre les activités marchandes
de l'industrie, de la construction, du commerce et des services. Les activités financières, l'administration et l'agriculture en sont
exclues.
Les transferts d'établissements étudiés sont les installations ou les départs d'unités qui impliquent un changement de commune.
On distingue d'une part les transferts intra régionaux (déplacements d'établissements entre communes bretonnes) et d'autre
part les transferts extra régionaux (mouvements d'établissements entre les communes de la région et celles des autres régions
métropolitaines). Les transferts intra communaux ne font pas partie du champ.
Cette étude est consacrée aux transferts dits complets. Ces transferts se concrétisent par la fermeture totale d'un établissement
dans une commune et la création d'une nouvelle unité dans une autre. L'établissement se déplace avec ses moyens de produc-
tion. Les transferts d'activité peuvent s'opérer selon d'autres modalités (transferts partiels de production, réorganisation des ac-
tivités de l'entreprise) qui le plus souvent échappent à l'enregistrement statistique. C'est en tant qu'indicateur de ces mouve-
ments plus amples de transferts d'activité que l'on s'intéresse à l'analyse spatiale des transferts complets d'établissements.
Un établissement est une unité localisée qui appartient à une entreprise et qui exerce une activité économique réelle.
Le taux d'entrée est le nombre d'installations d'établissements en provenance des autres régions entre 2002 et 2004 rapporté au
nombre d'établissements actifs dans la région. Il traduit l'importance des installations relativement à la taille du tissu économique
local.
Le taux de sortie est le nombre de départs extra régionaux entre 2002 et 2004 rapporté au nombre d'établissements de la région.
Le solde des transferts est calculé par différence entre le nombre d'installations et le nombre de départ d'établissements. Il traduit le
déséquilibre des échanges.
Le taux de solde rapporte le solde des transferts extra régionaux au nombre d'établissements actifs dans la région. Il permet d'évaluer
l'ampleur du déséquilibre des échanges par rapport au tissu local.
Le taux de mobilité est le nombre total de transferts intra et extra régionaux rapporté au nombre d'établissements actifs dans la ré-
gion. Il mesure la propension des secteurs d'activité à la mobilité.
Octant n° 104 - Janvier 2006 29Entreprises
relativement plus que sur les périodes établissements qui quittent la BretagneIle-de-France
récentes (+ 1,1 % entre 1996 et 2001, (contre 25 % pour l’Ile-de-France ).et Pays de la Loire :
+ 2,1 % entre 1990 et 1995). Par ail-
la moitié des transfertsleurs, de moins en moins d’établisse- Les transferts d’établissements avec les
extra régionauxments quittent la région pour une autre autres régions métropolitaines se réali-
région de métropole (- 4,4 % en sent principalement avec la Basse-Nor-
moyenne annuelle sur la période mandie, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-
2002-2004 contre + 5,5 % par an entre Côte d’Azur, le Centre et l’Aquitaine.Entre 2002 et 2004, 32,5 % des trans-
1996 et 2001 et + 3,1 % entre 1990 et ferts extra régionaux d’établissements se
1995). font avec l’Ile-de-France et 22,5 % avec
la région voisine des Pays de la Loire.
La région pèse relativement peu dans
l’ensemble des mouvements interrégio- Alors que la première pèse fortement
naux d’établissements. Sa contribution dans les entrées extra régionales, la ré-
aux transferts interrégionaux (3,8 %) la gion ligérienne contribue davantage
eplace au 9 rang derrière l’Ile-de-France aux départs d’unités.
(24,6 %), PACA (10,4 %), Rhône-Alpes
(8,7 %), Languedoc-Roussillon (5,9 %), En effet, 255 établissements franciliens
Aquitaine (5,0 %), Pays de la Loire sont venus s’installer en Bretagne soit
(4,9 %), Centre (4,8 %) et Midi-Pyrénées 37 % des entrées d’établissements (les
(4,6 %). Pays de Loire représentent 19 % des en-
trées). En revanche, la région ligérienne Yves Le Roho.
est la destination de 28,7 % des
Pour en savoir plus
Transferts d’établissements impliquant Paris : des flux croisés / Bruno Francomme, Stéphane Levasseur. - Dans : Insee
Ile-de-France : à la page ; n° 250 (2005, mai). - 4 p.
Les transferts interrégionaux d’établissements : forte progression entre 1996 et 2001 / Nadine Jourdan. - Dans : Insee première ;
n° 949 (2004, fév.). - 4 p.
Les transferts d’établissements contribuent au desserrement urbain / Jean-Pierre Delisles et Frédéric Lainé ; Insee. - Dans : Eco-
nomie et statistique. - N°311 (1998). - p. 91-106.
Transferts d’é : des mouvements bénéficiaires à la Bretagne / Patrick Guého ; Insee Bretagne. - Dans : Octant. -
N° 75 (1998, nov.). - p. 18-22.
Les transferts d’établissements dans l’espace français : relations territoriales et recompositions locales / Jean-Pierre Delisle, Fré-
déric Lainé. - Paris : Insee, 1996. - ( Document de travail , H 9602) . - 41 p.
Délocalisation d’activité : de la ville à la banlieue / Josiane Le Guennec. - Dans : Octant. - N° 52 (1993, fév.). - p. 13-20.
30 Octant n° 104 - Janvier 2006
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.