Nord-Pas-de-Calais : l'émergence d'un polygone central aux relations intenses

De
Publié par

La localisation des habitants et des emplois s'accompagne de multiples déplacements domicile - travail, qui s'intensifient avec le temps : leur nombre augmente et les distances s'allongent. Ces échanges concourent à une extension des espaces urbains et font apparaître un polygone central en inter-relation avec la Belgique, un système littoral et un système de moindre importance autour de Maubeuge.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°10 - FÉVRIER 20042,2 €
Nord-Pas-de-Calais : l’émergence
d’un polygone central
aux relations intenses
C’est une évidence : le lien entre le nombre
d’emplois sur un territoire et le nombre d’habi-
tants est très fort. Pour autant, chercher à
savoir si ce sont les gens qui viennent habiter
là où il y a de l’emploi, ou au contraire si les
La localisation des habitants et des emplois emplois sont créés là où les habitants sont
nombreux, aurait peu de sens tant est
complexe la question de la structuration du
s’accompagne de multiples déplacements territoire à partir du lien entre le domicile et
le lieu de travail.
domicile - travail, qui s’intensifient avec LA LOCALISATION DES
HABITANTS ET CELLE DE
L’EMPLOI SONT TRÈS LIÉESle temps : leur nombre augmente
Parmi les quatre millions de personnes habi-
tant le Nord-Pas-de-Calais, plus de la moitiéet les distances s’allongent. Ces échanges résident dans les aires de Lille, Douai-Lens,
Valenciennes, Béthune, Arras, Armentières,
Merville, Hazebrouck et Bailleul. Pour l’en-concourent à une extension des espaces semble de ce territoire, la densité moyenne de
population est de 669 hab./km² contre 312
pour le reste de la région et 322 hab./km² pour
urbains et font apparaître un polygone central l’ensemble de la région. La densité de popula-
tion est très élevée dans l’agglomération lilloise
prolongée de l’ex-bassin minier : 1 173 hab./km²
en inter-relation avec la Belgique, un système dans Lille Métropole, 808 hab./km² dans l’aire
de Douai-Lens, et respectivement de 632,
585 et 525 dans les aires d’Armentières, de
littoral et un système de moindre importance Béthune et de Valenciennes (cf. carte 1).
Les territoires où la population est fortement
autour de Maubeuge. présente sont aussi les territoires où les
emplois sont le plus concentrés. En effet,
91% des emplois de la région se concen-
trent dans les 21 aires urbaines régionales.
En particulier, plus de 453 000 emplois sont
Anne Flipo - Éric Vaillant dénombrés dans l’aire métropolitaine lilloise,
SER VICE ÉTUDE DIFFUSION soit un emploi régional sur trois. Avec plus
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N0
NPO D- AS-DE-CALAIS
de 154 000 emplois à Douai-Lens, près de parcourues à ce titre. Entre 1990 et 1999, le LES ÉCHANGES ENTRE LES AIRES
115 000 dans le Valenciennois, près de nombre total des migrations alternantes URBAINES DEVIENNENT
77 000 dans le Béthunois et près de 55 000 s’est accru de 130 000 unités, soit une IMPORTANTS
dans l’Arrageois, l’ex-bassin minier étendu hausse de 16,1% pour une progression de
à l’Arrageois dynamise également l’emploi 3,8% de l’emploi au lieu de travail. De ce Si les déplacements domicile - travail s’inten-
régional. Sur l’ensemble des aires précé- fait, et logiquement, les aires urbaines sifient au sein des aires urbaines, amenant
dentes, étendues à celles d’Hazebrouck, s’élargissent (cf. carte 2). ces zonages à s’étendre, les migrations alter-
d’Armentières, de Merville et de Bailleul, ce nantes entre aires urbaines deviennent impor-
sont près de 898 000 emplois qui se tantes. Ainsi, en 1999, pour 594 700 actifsAU FIL DES ANNÉES, LES AIRES
concentrent, soit deux régionaux régionaux qui résident et travaillent dans laURBAINES S’ÉTENDENT SUR LE
sur trois. même aire urbaine, 230 400 autres actifs deTERRITOIRE
la région travaillent en dehors de leur aire
Si cette proximité des habitants et de l’emploi urbaine de résidence. Parmi ces derniers,Ainsi, les aires urbaines régionales couvrent
est évidente, elle génère quand même des 82% restent dans la région. Au total, au sein855 des 1 547 communes de la région, contre
déplacements domicile - travail importants. de la région, ce sont donc 761 300 personnes731 au recensement de 1990. L’aire lilloise, qui
En 1999, un peu plus des deux tiers (68%) habitant une aire urbaine qui quittent leurcompte 13 communes de plus qu’au recen-
des actifs régionaux quittent leur commune commune de résidence pour aller travailler :sement de 1990, est composée désormais
de résidence pour se rendre sur leur lieu de soit dans la même aire urbaine, soit dansde 131 communes. Après la fusion des aires de
travail, contre 61% pour l’ensemble de la une autre aire urbaine de la région, ce quiDouai et de Lens et de leur élargissement à 16
France. Ce lien entre le domicile et le lieu de correspond à une augmentation de 13,7%communes, la nouvelle aire de Douai-Lens
travail structure fortement le territoire. Il fait depuis 1990. Cette croissance un peu plusregroupe 105 communes. En rejoignant
d’ailleurs apparaître la notion d’aire urbaine, faible que celle du nombre total des dépla-l’aire de Saint-Amand et en s’ouvrant à 9
comme un espace où l’intensité des dépla- cements domicile - travail (+16,1%) traduitnouvelles communes, l’aire de Valenciennes
cements domicile - travail est forte : il s’agit le fait que les navettes hors aires urbainesest désormais composée de 102 communes.
d’un ensemble de communes d’un seul tenant se sont aussi beaucoup développéesL’aire urbaine d’Arras est celle qui progresse
et sans enclave, composé d’un pôle urbain qui (+25% environ) : de plus en plus d’habitantsle plus en nombre de communes : après en
offre plus de 5 000 emplois et d’une couronne des campagnes vont travailler en ville.avoir gagné 36 entre 1990 et 1999, son terri-
périurbaine qui regroupe toutes les communes toire s’étend désormais sur 112 communes
dont au moins 40% des actifs travaillent La métropole lilloise, étant donné son poidsde la région.
dans le pôle ou les communes attirées par en termes d’emplois, entretient évidemment
lui. Ainsi, la coïncidence entre le pôle urbain des flux considérables avec les aires urbainesLes échanges au sein des aires urbaines
et la densité maximale de population est contiguës : 12 000 actifs avec Armentières,sont importants (cf. tableau). Toutefois, ils
nettement visible. Cette densité s’amenuise 13 000 actifs avec Valenciennes et Béthune,sont d’ampleur variable d’une aire urbaine à
au fur et à mesure qu’on s’éloigne du pôle. 30 000 actifs avec Douai-Lens. Parmi cesune autre. Ainsi, 90% des migrations domi-
flux, les déplacements vers Lille sont pluscile - travail sont internes à l’aire urbaine de
nombreux que dans l’autre sens. Le volume deLE NOMBRE DE DÉPLACEMENTS Lille, alors que dans les aires d’Armentières,
navettes domicile - travail est égalementDOMICILE - TRAVAIL S’INTENSIFIE de Merville, d’Hazebrouck et de Bailleul,
particulièrement important au sein decette proportion oscille entre 14% et 34%,
l’ex-bassin minier : 9 000 actifs font le trajetLa concentration des emplois et de la popu- Lille restant pour chacune la destination
entre l’aire urbaine de Douai-Lens et cellelation s’accompagne d’une augmentation du principale des actifs.
de Valenciennes dans un sens ou dansnombre de déplacements domicile - travail, et
l’autre, et de même, près de 17 000 actifsd’une tendance à l’allongement des distances
CARTE 1 CARTE 2DENSITÉ DE POPULATION ET CONTOUR DES AIRES URBAINES EXTENSION DES AIRES URBAINES ENTRE 1968 ET 1999
Aire en 1968Densité de population lissée en 1999
en habitants au Km² dont ville-centreDunkerque
plus de 1000 Extension de 1975
de 400 à moins de 1000 de 1982de 200 à moins de 400Calais de 100 à moins de 200 Extension de 1990
de 60 à moins de 100
de 40 à moins de 60 de 1999
de 20 à moins de 40
Moinsde20
Limites des aires urbaines
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer BailleulHazebrouck Tourcoing
Armentières BELGIQUE
Merville oubai
Lille
taples
Béthune
Berck
Douai
Valenciennes
Saint-Pol-sur-Ternoise
Arras Maubeuge
Aulnoye-Aymeries
Cambrai Caudry
Fourmies
0Km
© IGN - Insee 2004
Source : Insee - Recensement de la population 1999 Source : Insee - Recensements de la populationN0
À l’est de la région, un autre système s’arti-parcourent la distance entre l’aire urbaine volume des flux entre ces deux aires est voisin
cule autour du pôle de Maubeuge. Entre de 2 000 unités. Plus au sud, l’aire de Cambraide Douai-Lens et celle de Béthune pour aller
cette commune et Aulnoye-Aymeries, 2 300 se lie au système central par des échangestravailler. Entre les aires urbaines d’Arras et
actifs parcourent la distance pour aller tra- avec l’ex-bassin minier : Cambrai entretientde Douai-Lens, ce sont 9 400 autres actifs
vailler, soit 24,6% de plus qu’en 1990. 1 400 et 2 800 flux avec respectivement les ai-qui se déplacent.
res de Douai-Lens et de Valenciennes.
Enfin, la proximité de la Belgique incite des
VERS UN POLYGONE CENTRAL actifs régionaux à s’y déplacer pour travailler. Ces flux entre les aires urbaines de Cambrai et
AUX RELATIONS INTENSES Ils sont plus de 14 000 en 1999 et près de de Douai-Lens d’une part, et de Valenciennes
20 000 selon les derniers chiffres de l’assu- d’autre part ont augmenté. Ils progressent
Sur la carte régionale, se dessine aujourd’hui de plus de 10% à destination de Cambrai et derance sociale belge. Même si les flux de
un polygone (cf. carte 3). Ce dernier corres- plus de 50% en provenance de Cambrai.frontaliers sont observés tout le long de la
L’aire de Saint-Omer voit également beau-pond à un ensemble d’aires urbaines conti- frontière, les déplacements depuis le poly-
coup se développer les flux domicile - travailguës, au sein duquel chaque aire urbaine gone central - en particulier la métro-
vers le polygone (notamment +25% versentretient au moins 1 000 déplacements domi- pole lilloise étendue à l’Armentiérois, mais Lille), ainsi que vers Dunkerque (+78%) oucile - travail avec une autre aire urbaine du aussi depuis le Valenciennois - vers sa péri- Calais (+68%). Dans l’autre sens,polygone. Celui-ci couvre à lui seul 544 phérie belge sont particulièrement nombreux. c’est-à-dire depuis ces trois aires urbainescommunes, soit 35,2% des communes du
Les systèmes littoraux et maubeugeois se vers celle de Saint-Omer, les flux s’accrois-
Nord-Pas-de-Calais. Ce polygone inclut la mé-
prolongent également en Belgique : vers sent de plus de 50%. Les évolutions sont
tropole lilloise, le bassin minier, l’arrageois et
également très fortes s’agissant des échan-Furnes depuis le Dunkerquois, vers Mons
les aires urbaines d’Armentières, Hazebrouck, ges entre l’aire urbaine de Maubeuge et celleset Charleroi depuis le Maubeugeois.Merville et Bailleul ; il s’étend aux communes de Valenciennes et de Douai-Lens ; les flux
voisines belges. Hors déplacements vers la ont progressé de près de 70% vers le bassinLes systèmes ainsi décrits ne sont pour autantBelgique, il concentre 587 500 flux, soit minier et de plus de 100% dans l’autre sens.pas indépendants les uns des autres. Ainsi, le71,2% du total des migrations alternantes
polygone se rattache-t-il au système littoralrégionales. Pris dans son ensemble, ce Ainsi, le polygone se développe en interaction
via les échanges entres les aires urbaines desystème est le lieu de résidence de près de avec les dynamiques en cours le long du litto-
Dunkerque et de Saint-Omer d’une part, et640 700 personnes, la presque totalité ral d’une part, à l’est et au sud de la région
celle de Lille d’autre part. Entre Dunkerque et(92%) y travaillant. Il est aussi le lieu de tra- d’autre part, et en interaction avec la dyna-
Lille, 2 700 actifs se déplacent pour travailler,vail de près de 598 700 actifs régionaux mique du marché du travail en Belgique.
et 800 autres entre Saint-Omer et Lille. L’airedont 98% y résident. Un peu plus d’un actif Les fusions récentes de l’aire urbaine de
sur deux travaillant dans le polygone travaille urbaine de Saint-Omer relie le système littoral Douai avec celle de Lens, de Valenciennes
dans l’aire lilloise ou y réside. au polygone puisqu’elle échange aussi avec Saint-Amand et la position internationale
1 300 actifs avec Dunkerque et près de 900 de l’aire lilloise caractérisent ce développement.
Sur le littoral régional se dessine un autre avec Calais. Un autre lien existe entre le L’intensification des liens entre le polygone et
système migratoire de moindre ampleur, système littoral et le polygone, via les aires le système littoral, l’aire urbaine de Cambrai
puisque le volume des flux entre aires urbaines urbaines d’Hazebrouck et de Dunkerque entre ou plus à l’est celle de Maubeuge entre les
ne dépasse jamais quelques milliers d’actifs. deux derniers recensements ainsi que lelesquelles près de 750 actifs font le trajet
Calais échange 4 600 actifs avec Dunkerque développement des flux à destination de laentre leur établissement et leur domicile. À
et 2 700 actifs avec Boulogne-sur-Mer. L’aire Belgique, s’ils se prolongent, pourraient-ilsl’est de la région, le système maubeugeois se
d’Étaples échange environ 1 300 actifs avec déformer le polygone ?rattache au polygone via les échanges entre
Boulogne-sur-Mer au nord et Berck au sud.
les aires de Maubeuge et de Valenciennes ; le
CARTE 3 LES FLUX DOMICILE-TRAVAIL ENTRE AIRES URBAINES
Note :
Les flux vers la Belgique
additionnent l'ensemble desVeurne
Dunkerque
déplacements d'une aire
urbaine sans précision fineRoeselare
de localisation. Les fluxCalais
inverses ne sont pas connus
Kortrijk BELGIQUE par le recensement de laMenen
Comines-Warneton population.
Bailleul Mouscron
Boulogne-sur-Mer
Hazebrouck Armentières
Saint-Omer
Merville
Tournai
Lille
Nord-Pas-de-Calais
Étaples Péruwelz
La Louvière
Béthune
Mons
Charleroi
ValenciennesBerck Saint-Pol-sur-Ternoise Douai-Lens
Maubeuge
Nombre de navettes
Arrasflux > 500
Aulnoye-Aymeries
Cambrai
21 420 Caudry
Picardie
7 140 Fourmies
20 Km
© IGN - Insee 2004
Source : Recensement de la population 1999
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00Directeurdelapublication:Jean-JacquesMALPOT-ServiceAdministationdesRessources:Marie-FrançoiseDUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef :
Jean-LucVANGHELUWE-Secrétairederédaction:FrancineLEDUC-Secrétairedefabrication:ChristianDERUYCK
Vente:Bureaudevente-130,avenueJ.F.Kennedy-BP769-59034LILLECEDEX-Tél:0320628666-CPPADencours
ISSN1269-0260-Dépôtlégalfévrier2004-©Insee2004-CodeSagePRO031020-LA MONSOISE tél:0320619844
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130 AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00
DÉPLACEMENTSDOMICILE-TRAVAIL ENTREAIRESURBAINES(DÉFINITION1999)
Lieude
Poidsen%
résidence
Ensemble
dupolygone
desaires
Périphérie Système
Polygone Système central
urbaines
Lille Douai-Lens Valenciennes Béthune Arras Armentières Merville Hazebrouck Bailleul dupolygone Maubeugeois
central(3) littoral(*) dansletotal
régionales
(*) (*)
desorigines
Lieude (4)
:[(3)/(4)]
travail
Lille 257 805 21 424 8 603 9 390 1 613 7 865 2 530 1 026 1 416 311672 738 3 064 602 316076 98,6
Douai-Lens 9 376 74 911 5 354 8 673 3 487 199 167 72 47 102286 722 463 109 103580 98,8
Valenciennes 5 045 3 626 63 010 191 132 67 26 14 15 72126 1 482 234 1 270 75112 96,0
Béthune 3 210 8 374 172 35 194 793 156 482 111 32 48524 172 529 14 49239 98,5
Arras 1 220 5 966 238 2 081 22 904 37 31 29 10 32516 471 374 26 33387 97,4
Armentières 4 345 281 90 370 19 5 010 1 383 263 877 12638 13 180 12 12843 98,4
Merville 413 142 18 518 12 374 1 496 250 122 3345 297 2 3446 97,1
Hazebrouck 344 56 6 184 14 141 414 871 257 2287 1 534 8 2830 80,8
Bailleul 443 55 10 48 9 440 276 310 499 2090 0 154 1 2245 93,1
Polygone
282201 114835 77501 56649 28983 14289 6805 2946 3275 587484 3601 5629 2044 598758 98,1
central(1)
Périphérie du
417 878 1 643 492 436 8 11 9 2 3896 8 282 119 96 12393 31,4
polygone
Système
1 695 521 254 938 150 201 153 883 216 5011 75 121 656 53 126795 4,0
littoral
Système
463 158 1637 24 18 10555 2325 81 56 20 908 23370 9,9
maubeugeois
Hors aires
urbaines 14 385 6 293 7 439 5 338 4 044 849 1 667 1 363 604 41982 4 594 12 004 5 137 63717 65,9
régionales
Total(2) 299161 122685 88474 63441 33631 15357 8641 5206 4102 640698 16633 139464 28238 825033 77,7
Poids en %
du polygone
central dansle
94,3 93,6 87,6 89,3 86,2 93,0 78,8 56,6 79,8 91,7 21,6 4,0 7,2 72,6
total des
destinations :
[(1)/(2)]
* Périphérie du polygone : Cambrai, Caudry, Saint-Pol-sur-Ternoise
* Système littoral : Dunkerque, Calais, Boulogne-sur-Mer, Étaples, Berck, Saint-Omer
* maubeugeois : Maubeuge, Aulnoye-Aymeries, Fourmies
Source : Insee - Recensement de la population 1999
Guidedelecture : 9 376 actifs de la région habitent l’aire urbaine lilloise et travaillent dans l’aire de Douai-Lens. 94,3% des habitants de l’aire lilloise se déplacent dans le polygone pour travailler. 98,6 % des actifs travaillant dans l’aire
lilloise habitent dans le polygone.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.