Note de conjoncture régionale 2006

De
Publié par

Cette "Note de conjoncture régionale", réalisée par la Direction régionale d'Aquitaine, présente la contribution de l'Insee aux travaux du conseil économique et social portant sur la conjoncture économique de l'Aquitaine en 2006 ainsi que sur les premiers mois de 2007. Ce document comprend des synthèses rédigées illustrées de nombreux graphiques et des indicateurs statistiques. La "Note de conjoncture régionale" s'adresse à tous ceux qui souhaitent mieux comprendre, analyser et anticiper l'économie en Aquitaine. Les secteurs d'activité (agriculture, sylviculture, pêche, industrie, construction, transports, activité commerciale, services aux entreprises, tourisme).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins

NOTE DE CONJONCTURE
RÉGIONALE 2006
Juillet 2007
INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUESCe dossier, issu du rapport annuel destiné au Conseil Économique
et Social Régional (CESR), a été réalisé par l’INSEE d’Aquitaine.
Rédaction achevée le 20 juin 2007Rapport économique Sommaire



La synthèse
7 L’économie française : en 2006, une croissance mondiale toujours forte, une zone euro en
expansion vigoureuse et une accélération de l’activité en France ; des espoirs pour le second
semestre 2007, mais des résultats en dessous de la moyenne de la zone euro
10 Les principales tendances économiques en Aquitaine : un peu plus d’emplois, moins de
chômage en 2006

Pour en savoir plus 12

Les grandeurs de cadrage
Emploi salarié : un ralentissement de la croissance de l’emploi salarié en 2006 13
Marché du travail : poursuite de la régression du chômage en 2006 et début 2007 18
21 Commerce extérieur : une reprise de l’export en 2006, en particulier pour les produits de
l’aéronautique

Pour en savoir plus 24

Les secteurs d’activité
Agriculture, sylviculture, pêche : une année 2006 plus favorable pour l’agriculture que la 25
précédente
Industrie : un indicateur de climat des affaires au-dessus de sa moyenne en 2007 29
Construction : la construction en 2006, un niveau élevé, quelques signes d’essoufflement 30
La place des services dans l’économie aquitaine 33
Transports : de plus en plus de passagers dans les TER et dans les avions en 2006 34
Activité commerciale : progression dans le commerce de détail, baisse dans le commerce de 37
gros
Services aux entreprises : un secteur restant très créateur d’emplois en 2006 38
Tourisme : une bonne saison touristique en 2006 39

Pour en savoir plus 43

Les statuts d’activité
Artisanat, Professions libérales, Secteur associatif 44

Pour en savoir plus 46


NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006 5 INSEE AQUITAINE



Synthèse L’économie française

En 2006, une croissance mondiale toujours forte,
une zone euro en expansion vigoureuse
et une accélération de l’activité en France

1En 2006, l’économie mondiale montre Du tonus pour l’activité française
toujours une grande résistance face au En France, la progression du produit
renchérissement de l’énergie. La croissance
intérieur brut s’établit en moyenne annuelle à
mondiale s’établit à 5,0 % en moyenne sur
2,0 %, après 1,7 % en 2005. Corrigée du nombre
l’année. de jours ouvrables, l’accélération de l’activité est
La zone euro a renoué avec une
plus nette d’une année sur l’autre, la progression
expansion vigoureuse après deux années de de 2006 est majorée de 0,2 point (2,2 %). Le
croissance molle : +2,8 % en 2006 en premier semestre a été très prometteur. Ensuite
moyenne annuelle contre 1,6 % en 2005. l’environnement international a été moins
La France a retrouvé du tonus en 2005. porteur. L’activité repose principalement sur la
En moyenne sur l’année, la progression du demande intérieure. La solidité de la
produit intérieur brut revient à 2,0 % (1,7 % en consommation privée ne s’est pas démentie et
2005). L’activité repose principalement sur la l’appétit des ménages français pour l’immobilier
demande intérieure. La solidité de la est resté intact. Ce résultat de PIB est en deçà
consommation privée ne s’est pas démentie de la moyenne des pays de la zone euro.
et l’appétit des ménages français pour La contribution des échanges extérieurs à
l’immobilier est resté intact. la croissance a moins pesé sur l’activité en 2006
que les deux années précédentes : -0,4 point de
Dans la lignée des trois années PIB, aprés -0,6 point en 2005 et -0,7 point en
précédentes, 2006 a été un excellent millésime 2004. Les exportations se sont redressées, elles
pour l’activité et le commerce mondial. ont bénéficié du redémarrage de la demande
étrangère et notamment du sursaut de
Une croissance mondiale forte l’économie allemande.
La reprise de l’activité s’est accompagnée
Malgré un essoufflement au second d’une accélération de l’emploi marchand non
semestre, la croissance mondiale s’est établie à agricole (+ 0,8 %) alors que les deux années
5,0 % en moyenne sur l’année, contre 4,5 % en précédentes, les entreprises avaient satisfait la
2005. La perte progressive du dynamisme de demande à effectifs quasiment constants. Les
l’économie américaine, confrontée au créations d’emplois ont été concentrées dans la
retournement du marché de l’immobilier, a été construction, portée par le marché de l’immobilier
amortie par le regain d’activité de la zone euro et et le tertiaire marchand, tiré par les services aux
le maintien d’une croissance robuste en Asie. entreprises. Au total, 189 000 emplois ont été
créés dans l’ensemble de l’économie française
en 2006, contre 112 000 en 2005.
Plus de couleurs pour la zone euro, avec en L’amélioration du marché du travail a
particulier la reprise allemande entraîné une nouvelle décrue du taux de
chômage.
La zone euro a renoué avec une Le recul de l’inflation s’est confirmé en
expansion vigoureuse après deux années de 2006, avec une hausse des prix à la
croissance molle : +2,8 % en 2006 contre 1,6 % consommation ramenée à 1,6 % en moyenne
en 2005. Essentiellement soutenue en 2005 par annuelle (1,8 % en 2005). Ce bon résultat a
la consommation des ménages, l’activité s’est reflété une augmentation moins rapide du prix du
rééquilibrée au profit des autres composantes de baril de pétrole après l’emballement de 2005.
la demande intérieure. L’investissement productif Confortés par un pouvoir d’achat qui a
a accéléré dans quasiment tous les pays et gagné en vigueur (2,3 % aprés 1,7 %), les
l’amélioration de l’emploi a dynamisé la ménages n’ont pas puisé dans leur épargne pour
consommation privée. Les exportations consommer. Leurs dépenses de consommation
européennes, dopées par les performances sont restées robustes (surtout des biens et
exceptionnelles de l’Allemagne, se sont vivement services liés au logement). Leurs
redressées. Au final, la contribution des investissements en logements, toujours soutenus
échanges extérieurs à la croissance est positive. par un faible coût du crédit, ont crû de 4,5 %
après 6,2 % en 2005.

1 L’Économie française, comptes et dossiers, Édition 2007
Collection INSEE Références.
NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006 7 INSEE AQUITAINE
Synthèse L’économie française

Des espoirs pour le second semestre en France, en 2007,
mais des résultats en dessous de la moyenne des pays de la zone euro

L’économie mondiale continue de croître à
2un rythme soutenu début 2007. Le Une croissance de 2,8 % en zone euro
ralentissement américain aura été plus fort 2007
qu’anticipé au premier trimestre, mais il n’a pas moyennes annuelles trimestrielles
pour autant entamé le dynamisme du reste du
2005 2006 2007 T1 T2 T3 T4
monde. Les pays émergents et en particulier la
Chine, l’Inde et la Russie, conserveraient des Zone Euro 1,6 2,8 2,8 0,6 0,7 0,7 0,7
rythmes d’activités robustes. Le Sud-est
Allemagne 1,1 3,0 2,9 0,5 0,6 0,7 0,7
asiatique pourrait même accélérer à nouveau.
Italie 0,2 1,9 2,1 0,3 0,5 0,4 0,4La seconde partie d’année s’annonce dans
l’ensemble meilleure.
France 1,7 2,2 2,1 0,5 0,6 0,7 0,7

Source : Comptes nationaux, Eurostat
Variations du PIB Les partenaires de la zone euro prévision
2007
moyennes annuelles trimestrielles
T1 T2 T3 T4 2005 2006 2007 Dans ce contexte international porteur, la
performance de l’économie française, avec
Etats-Unis 3,2 3,3 1,7 0,2 0,4 0,5 0,6 + 0,5 % de PIB au premier trimestre, peut
paraître un peu décevante en début d’année. Les Japon 1,9 2,2 2,7 0,8 0,5 0,4 0,4
exportations vont mieux et l’investissement des Royaume-Uni 1,9 2,8 2,7 0,7 0,7 0,6 0,6
entreprises a accéléré. Mais la consommation
Zone Euro 1,6 2,8 2,8 0,6 0,7 0,7 0,7 des ménages a faibli, et au-delà de ce que la
douceur de l’hiver justifiait en matière de
Ensemble pays dépenses énergétiques.
industrialisés 2,4 2,9 2,3 0,4 0,5 0,5 0,6

Source : Données nationales, Banque mondiale, Insee 300 000 emplois créés en 2007
Variations du PIB prévision
Toutefois, la faiblesse de la consommation
devrait n’être que passagère. Les ménages
bénéficieraient en effet en 2007 d’une hausse La demande mondiale adressée à la zone
substantielle de leur pouvoir d’achat. Dans la euro poursuivrait en 2007 l’infléchissement
lignée d’un excellent premier trimestre, les engagé depuis 2004 car les importations
créations d’emploi seraient nombreuses, de américaines, britanniques et japonaises seraient
l’ordre de 300 000 sur l’année. Les salaires un peu moins dynamiques en 2007.
resteraient dynamiques. Et surtout la baisse des
Hausse des salaires en Allemagne prélèvements sur les ménages et la modération
de l’inflation (+ 1,2 % en 2007) devraient apporter
Au premier trimestre 2007, le PIB de la à eux seuls près d’un point de croissance
zone euro a été tiré essentiellement par supplémentaire au revenu réel par rapport à
l’investissement, alors que la reconstitution des 2006.
stocks aurait compensé une forte contribution
négative des échanges extérieurs. Le recul de la Un écart avec la moyenne de la zone
consommation des ménages serait rattrapé sur euro
le reste de l’année. La zone euro, toujours portée
par des besoins importants en investissement, Cette hausse du pouvoir d’achat du revenu
devrait bénéficier d’une consommation en devrait ainsi alimenter la consommation à partir
accélération. du printemps, sans pour autant effacer
Les créations d’emploi continueraient intégralement la hausse du taux d’épargne
d’alimenter le revenu des ménages et les enregistrée depuis un an. L’investissement des
hausses de salaires se renforceraient surtout en entreprises devrait rester soutenu. Mais le
Allemagne, où la forte baisse du chômage commerce extérieur amputerait à nouveau la
permet enfin aux salaires de décoller. croissance, du fait de la hausse de la demande
La croissance du PIB dans la zone euro des ménages et de l’appréciation de l’euro
égalerait la performance de 2006 (2,8 %). depuis le début d’année. Au total, le PIB
accélérerait quelque peu à partir du printemps et
sa croissance atteindrait + 0,7 % par trimestre au
2 second semestre. La croissance de l’économie Note de conjoncture Insee Juin 2007
INSEE AQUITAINE 8 NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006
Synthèse L’économie française

française pourrait ainsi rejoindre celle de pourrait se traduire par une hausse bien plus
l'Allemagne et de l’ensemble de la zone euro. En forte de leur consommation, et donc du PIB, que
moyenne sur l’année, la croissance du PIB celle inscrite dans cette prévision ▄
(+ 2,1 %) serait toutefois du même ordre qu’en
2006 et l’écart avec nos partenaires européens
persisterait.

Mieux traduire la réalité économique Des aléas sur le prix du pétrole et les
comportements de consommation
Les comptes en prix chaînés
Deux aléas majeurs pèsent sur ce
scénario. Le premier concerne les prix du Jusqu’au début de 2007, les volumes des comptes
pétrole, l’intensification des tensions trimestriels étaient publiés en prix constants de l’année
de base (année 2000). Afin de mieux appréhender la géopolitiques et la volonté de l’Opep de maîtriser
réalité économique et de répondre au cadre européen, sa production pourraient entraîner un retour à la
ils sont dorénavant présentés en prix chaînés. tendance haussière de ces dernières années. Le
Le passage aux prix chaînés renvoie une image un second concerne le comportement de
peu différente du passé récent pour la France : la consommation des ménages français et
contribution du commerce extérieur à la croissance est
allemands. Si la prudence dont ils ont fait preuve moins négative en raison de la prise en compte de la
en ce début d’année devait perdurer, alors le baisse relative des biens d’équipement importés. En
rebond de leurs dépenses pourrait être contrepartie, la consommation des ménages explique
beaucoup plus modéré que celui inscrit en une part moins importante de la croissance.
prévision ; l’accélération de l’activité française L’investissement n’est quasiment pas touché par le
changement de concept. attendue pourrait alors ne pas se produire. À
l’inverse, l’augmentation de leur pouvoir d’achat






Une consommation des ménages toujours solide
(au prix de l'année précédente, chaînés, données cvs-cjo, moyennes trimestrielles ou annuelles, en %)
(po ids en 2005 2006 2007
2005 2006 2007
2000) T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
PIB (100 %) 0,2 0,2 0,6 0,4 0,7 0,9 0,1 0,5 0,5 0,6 0,7 0,7 1,7 2,2 2,1
Importations (28 %) 0,70,6 2,5 3,0 1,32,9 -0,8 0,60,6 2,0 1,5 1,6 5,4 7,0 4,1
Dépenses de
consommation des
0,5 0,0 0,7 0,7 0,7 0,5 0,5 0,2 0,3 0,9 0,9 0,9 2,3 2,3 2,3ménages (54 %)
Dépenses de
consommation des
administrations (24 %) 0,1 0,2 0,4 0,0 0,5 0,5 0,3 0,5 0,3 0,6 0,5 0,5 0,8 1,4 1,8
0,8 0,7 1,8 0,6 0,5 1,7 0,6 1,3 1,2 0,4 0,7 0,7 4,1 4,1 3,8FBCF totale dont (19 %)
ENF-entreprises no n
financières (11 %) 0,1 -0,2 2,5 0,5 0,3 2,4 0,9 1,8 1,4 1,0 1,0 1,0 2,7 4,6 5,4,
Ménages (5 %) 1,2 2,4 0,7 1,3 1,4 1,0 0,9 -0,4 0,2 -0,5 0,2 0,3 6,2 4,5 0,4
Exportations (29 %) -0,5 0,3 3,0 1,0 3,2 1,0 -1,3 0,6 1,5 0,9 1,1 1,1 3,2 6,0 3,1
Contributions à l'évolution du PIB (en points de PIB)
0,5 0,2 0,8 0,5 0,6 0,7 0,5 0,5 0,5 0,7 0,7 0,8 2,2 2,4 2,5Demande intérieure hors stocks
Variations de stocks 0,0 0,0 -0,3 0,4 -0,5 0,7 -0,3 0,0 -0,3 0,2 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0
Commerce extérieur -0,3 -0,1 0,1 -0,5 0,5 -0,5 -0,1 0,0 0,2 -0,3 -0,1 -0,2 -0,6 -0,3 -0,3
Source : Insee - Comptes de la nation Note conjoncture du 14 juin 2007 prévisions
France : Equilibre ressources - emplois en volume
NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006 9 INSEE AQUITAINE
Synthèse Les tendances en Aquitaine

Un peu plus d’emplois et moins de chômage en 2006 en Aquitaine

En Aquitaine, l’emploi salarié augmenterait de 2,6 % après + 3 % en 2005.
marchand non agricole augmente de 1,5 % Toutes les activités progressent, y compris les
en glissement annuel, en tenant compte de transports qui avaient régressé de 2003 à 2005.
Les services aux entreprises sont toujours les plus l’intérim. La construction et les services
demeurent porteurs, tandis que l’industrie créateurs d’emploi mais, en 2006, la hausse est
plus modeste qu’en 2005 (2 points de moins). Les continue à détruire des emplois. Quelques
effectifs des services aux particuliers augmentent signes de redressement sont visibles pour
de 1,5 %, grâce à une bonne activité des hôtels et les transports. La situation reste plus
restaurants et des services personnels et favorable en Aquitaine que dans l’ensemble
domestiques. Le commerce est encore relativement de la France.
atone. Les effectifs du commerce de détail Le chômage continue de baisser. Le taux
continuent de croître modérément, mais le de chômage s’établit à 8,4 % en fin d’année
commerce de gros perd à nouveau des emplois. 2006 et à 8,1 % au premier trimestre 2007.
Dans l’industrie, les effectifs salariés sont de Dans les aéroports et dans les gares, le
nouveau en net recul en 2006, après une accalmie trafic voyageurs s’intensifie en 2006. Pour
en 2005. les marchandises, le trafic maritime
diminue alors que le fret ferroviaire se
Reprise des créations d’entreprises redresse.
Les exportations régionales, en particulier
En 2006, 17 530 entreprises ont été créées les ventes de vins, augmentent en 2006.
en Aquitaine. Après deux ans de forte hausse en La fréquentation dans les hôtels et dans les
2003 et 2004, et un fléchissement en 2005, le campings durant la saison 2006 progresse
nombre de créations d’entreprises croît de 4 % par de 4 % par rapport à 2005, elle dépasse les
rapport à l’année précédente. La dynamique de 18 millions de nuitées.
création reste forte dans la construction, mais
ralentit dans les services aux entreprises. e er L’Aquitaine conserve son 4 rang parmi les régions Au 1 janvier 2006, l’emploi total
métropolitaines avec un taux de création de aquitain est estimé à 1 195 500, et 89 % sont
12,9 %. des emplois salariés. La part de l’Aquitaine
dans l’emploi métropolitain se situe à 4,7 % Les créations pures augmentent de 4 % comme en
pour les salariés et à 6,2 % pour les non- moyenne métropolitaine. En revanche, les
salariés. réactivations et les reprises progressent
En 2006, l’emploi continue de progresser en respectivement de 3 % et de 2 % en Aquitaine,
Aquitaine, mais un peu moins qu’en 2005. alors qu’elles continuent à baisser au niveau
D’après les données provisoires, le nombre national.
d’emplois salariés dans le secteur marchand
non agricole, hors intérim, augmenterait de Le chômage en baisse
1,3 % sur l’année. En 2005, la hausse était de
1,7 %. En 2006, le dynamisme de l’emploi Le taux de chômage en Aquitaine au sens
resterait plus vif en Aquitaine qu’en France. du BIT s’établit à 8,4 % fin 2006, contre 9,6 % un
Les effectifs salariés du secteur marchand non an auparavant. Au niveau national, il s’élève à
agricole croîtraient de 1,3 % et de 1,5 % si l’on 8,6 % contre 9,5 % un an avant. La situation s’est
inclut l’intérim, contre + 1 % au niveau améliorée dans tous les départements au fil de
national. l’année 2006.
Depuis l’automne 2003, le nombre de demandeurs
Créations d’emploi dans la construction et d’emploi inscrits en fin de mois (catégorie 1)
les services augmentait plus vite en Aquitaine qu’en France. Il
continuait d’augmenter en 2004 alors qu’il se
La construction (7 % de l’emploi stabilisait au niveau national. En 2005, le scénario
salarié) reste le secteur le plus porteur. se modifie : le nombre de chômeurs diminue en
L’emploi progresserait en 2006 de 5,2 %, soit Aquitaine, de 5,2 % comme au niveau France
une augmentation légèrement supérieure à (glissement annuel). En 2006, cette baisse
celle de l’année précédente. Il s’agit de la plus s’observe encore et plus fortement qu’au niveau
forte progression depuis 2000. national : entre fin décembre 2005 et fin décembre
La hausse des effectifs des services 2006, le nombre de demandeurs d’emploi chute de
marchands (44,5 % de l’emploi salarié) se 11 %, contre 10 % en France.
poursuit aussi. Le nombre de salariés
INSEE AQUITAINE 10 NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006
Synthèse Les tendances en Aquitaine

Une croissance de logements plus par avion (+5,9%). Dans les TER, la progression du
trafic se constate sur l’ensemble des liaisons modérée
voyageurs.
Le nombre de passagers locaux des aéroports en En 2006, après quelques années de
forte progression, l’activité du bâtiment marque Aquitaine s’élève en 2006 à 5,1 millions de
passagers. Il progresse de 5,9 % en un an. La une pause en Aquitaine, à contre-courant de la
tendance nationale. Les autorisations de hausse du trafic de l’aéroport de Bordeaux est à la
fois due à ses liaisons avec l’international qui construire se stabilisent, les ouvertures de
augmentent de 12,4 % et à l’augmentation de chantiers diminuent. Le nombre de logements
2,4 % du trafic national. Le trafic de l’aéroport de autorisés dans la région se stabilise autour de
Biarritz-Anglet-Bayonne progresse de 6 %. Le trafic 40 500, après la forte progression de 2005. Au
niveau national, la construction a poursuivi sa de l’aéroport de Pau est en légère augmentation au
niveau national et en hausse significative au niveau progression.
Le nombre de mises en chantier de logements international grâce à la mise en place progressive
de la liaison à bas coût sur Amsterdam. ralentit en Aquitaine : 30 700, en 2006, soit
une baisse de 10 % par rapport à 2005, année Le trafic maritime de l’Aquitaine baisse de 2,5 % en
2006, après une légère hausse en 2005. Cette de très forte expansion (+ 31 %). Ce recul des
mises en chantier est un fait essentiellement diminution résulte d’une baisse du trafic du Port
Autonome de Bordeaux conjuguée à une hausse urbain. Le nombre de logements commencés
en milieu rural est stable par rapport à 2005, de celui du Port de Bayonne.
Par ailleurs, le fret ferroviaire se redresse notamment grâce au dynamisme du secteur
individuel groupé. alors que le trafic routier Poids Lourds est
toujours croissant. L’activité dans le secteur des Travaux Publics
est en plein essor dans la région en 2006.
Reprise de l’export
Les vins de Pays de l’Atlantique
En 2006, les exportations, après leur
baisse en 2005, reprennent en valeur (+ 12 %) et En dépit de précipitations inférieures
aux normales saisonnières durant l'hiver et un les importations continuent de prgresser, mais
moins qu’au niveau national (+ 4 %). L’excédent été exceptionnellement chaud en juin et juillet,
les cultures ont bénéficié des pluies d'orages commercial, qui diminuait depuis 2002, retrouve le
niveau de 2004 : 2 750 millions d’euros. Les des débuts de mois en juin et juillet. Les
rendements en céréales restent globalement exportations aquitaines représentent 3,3 % des
exportations nationales. Les ventes dans les corrects. Les surfaces en colza continuent de
progresser, tandis que le repli de la sole maïs secteurs de la construction aéronautique et des
boissons augmentent en 2006 : 2 083 millions se ralentit. Grâce à de bonnes conditions de
floraison, la production de fruits est importante, d’euros pour le premier et 1 434 millions d’euros
pour le second. avec de bons rendements.
Suite aux mesures d'arrachage, les surfaces
erviticoles diminuent de 1,3 %. Au 1 octobre Une saison touristique satisfaisante
2006, Viniflhor a enregistré pour l’Aquitaine
689 dossiers relatifs à des demandes En Aquitaine, avec plus de 18 millions de
nuitées dans l’hôtellerie de plein air et l’hôtellerie d’arrachage représentant 1 955 ha de vignes,
dont 85 % localisés en Gironde. Pour la homologuée de mai à septembre 2006, la
fréquentation touristique progresse de 4 % par distillation, ce sont 439 000 hl de VQPRD
aquitains qui ne viendront plus grever les rapport à l’été 2005. L’hôtellerie de plein air affiche
un bilan positif avec une hausse des nuitées de stocks. Parallèlement, 33 000 hl de vins de
Pays de l’Atlantique ont vu le jour. Ce nouveau 4,6 %, et la saison est encourageante dans
l’hôtellerie avec 90 000 nuitées de plus. segment devrait permettre aux producteurs
aquitains de disposer d’une palette plus large
Les nuitées étrangères représentent 34 % de la
à l’attention du consommateur, autorisant une fréquentation totale dans l’hôtellerie de plein air.
meilleure adéquation entre demande et offre.
Avec 39 % des nuitées étrangères, les Hollandais
L’ensemble de ces mesures contribue en fin restent la principale nationalité étrangère
d’année 2006 à raffermir les cours des vins
fréquentant les campings aquitains (42 % au niveau
après trois années de baisse ininterrompue. national). Ils sont suivis des Allemands et des
Britanniques De plus en plus de voyageurs

En 2006, le trafic voyageurs poursuit sa
progression dans tous les modes, en
particulier pour les voyages par train (+ 8,8 %
pour les Trains Express Régionaux TER) ou
NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006 11 INSEE AQUITAINE

?Synthèse Pour en savoir plus


Les comptes de la Nation en 2006 Pour en savoir plus

Le déficit public de la France (Etat, Sécurité
sociale, collectivités locales, organismes Notes de conjoncture, Insee, mars 2007 et juin
d’administration centrale) s’élève à 45,5 milliards 2007.
d’euros et représente 2,5 % du PIB en 2006. La
limite de déficit public tolérée par le Pacte de L’économie française, Rapport sur les comptes de
stabilité et de croissance est de 3 % du PIB. la Nation, édition 2007, collection Insee
. Références, juin 2007.
La dette publique de la France, au sens du traité de
Maastricht (1 142 milliards d’euros) atteint 63,7 % Les comptes de la Nation en 2006 - Accélération
du PIB, en recul de 2,5 points par rapport à fin de l’activité. Insee première n°1134 - mai 2007.
2005. La France dépasse en 2006 la deuxième
limite imposée par le Pacte de stabilité : une dette Les comptes des administrations publiques en
publique inférieure à 60 % du PIB. 2006 - le déficit et la dette se réduisent. Insee
En 2006, rapportés au PIB, les prélèvements première n°1135 - mai 2007.
obligatoires (prélèvements de l’Etat, des
collectivités locales et pour les dépenses de santé) Les comptes financiers de la Nation en 2006 -
atteignent 44,2 %. Nouvelle poussée de l’endettement du secteur
privé, désendettement de l’État. Insee première
Taux (en % 2003 2004 2005 2006 n°1137 - mai 2007.
du PIB)
Déficit public -4,1 -3,6 -3,0 -2,5
Dette 62,4 64,3 66,2 63,7
publique
Dépenses 53,4 53,2 53,7 53,4
publiques
Prélèvements 42,9 43,2 43,8 44,2
obligatoires
Source : comptes nationaux base 2000, Insee ;
Eurostat



Union Européenne :
27 pays depuis le 1er janvier 2007

La Bulgarie et la Roumanie rejoignent l’Union
erEuropénne le 1 janvier 2007. L’Union compte
désormais 27 nations.
Et 13 pays sont dans la zone euro, avec l’adoption
de la monnaie unique par la Slovénie au ier janvier
2007.



Hausse de la TVA allemande au 01/01/2007

Hausse de trois points de taxe sur la valeur ajoutée
er(TVA) allemande depuis le 1 janvier 2007, relevée
à 19 %. L’Allemagne reste en dessous de la
moyenne communautaire : 19,6 % en France et
20 % en Italie, mais 17,5 % au Royaume -Uni et 16
% en Espagne.









INSEE AQUITAINE 12 NOTE DE CONJONCTURE RÉGIONALE 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.