Nouvelles entreprises de 1994 :leurs spécificités subsistent 5 ans après

De
Publié par

Au premier semestre 1994, 8 546 entreprises ont été créées en Rhône-Alpes. Fin septembre 1999, elles n'étaient plus que 3 692, soit 43 % d'entreprises survivantes. Au départ, commerce et services représentent ensemble les trois quarts des créations. Cinq ans plus tard, cette prépondérance subsiste, mais les services augmentent leur avantage sur le commerce. C'est dans l'hôtellerie, les transports et les services aux ménages que le risque de disparition est le plus important. A leur création, les nouvelles entreprises occupaient 16 600 personnes, dont la moitié de salariés. Cinq ans plus tard, l'emploi était de près de 15 000, dont les trois quarts de salariés. Tout au long de la période, les nouvelles entreprises ont une structure d'emploi par secteur différente de l'ensemble de l'économie régionale : le commerce tient une place plus importante, tout comme la construction. En revanche, les services ont une part moindre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Insee Rhône-Alpes
Résultats
Numéro 100
Septembre 2002
Nouvelles entreprises de 1994 :
leurs spécificités subsistent 5 ans après
Au premier semestre 1994, 8 546 entreprises ont été créées en Rhône-Alpes.
Fin septembre 1999, elles n’étaient plus que 3 692, soit 43 % d’entreprises
survivantes.
Au départ, commerce et services représentent ensemble les trois quarts
des créations. Cinq ans plus tard, cette prépondérance subsiste, mais les
services augmentent leur avantage sur le commerce. C’est dans l’hôtellerie,
les transports et les services aux ménages que le risque de disparition
est le plus important.
A leur création, les nouvelles entreprises occupaient 16 600 personnes,
dont la moitié de salariés. Cinq ans plus tard, l’emploi était de près de
15 000, dont les trois quarts de salariés. Tout au long de la période, les
nouvelles entreprises ont une structure d’emploi par secteur différente de
l’ensemble de l’économie régionale : le commerce tient une place
plus importante, tout comme la construction. En revanche, les services
Annie Rebatet ont une part moindre.
Taux de survie des entreprises à 3 et 5 ans, par région en %
70
60
50
40
30
20
10
0
Taux de survie à 3 ans
Taux de survie à 5 ans
Source : INSEE, Sirène et enquêtes Siné
Ce numéro d’INSEE Rhône-Alpes Résultats est téléchargeable à partir du site Internet
www.Insee.fr/rhone-alpes, à la rubrique «Publications».
Limousin
Alsace
Bretagne
Auvergne
Basse-Normandie
Corse
Bourgogne
Pays-de-la-Loire
Poitou-Charentes
Centre
Nord-Pas-de-Calais
Franche-Comté
Lorraine
Guadeloupe
Aquitaine
Champagne-Aedenne
Midi-Pyrénées
Haute-Normandie
Rhône-Alpes
Picardie
France
Martinique
Languedoc-Roussillon
Ile-de-France
Provence-Alpes-Cote-d'Azur
Réunion
Guyanneest la plus importante. Par la suite, lesParmi les 8 546 entreprises créées auUn taux de survie proche
(1) disparitions sont moins nombreuses.premier semestre 1994 7 730 sont
de la moyenne française Les taux de survie à 3 et 5 ans pour latoujours vivantes en septembre 1994 ;
région sont très proches de ceux de latrois ans plus tard, on compte 4 305
France, et un peu supérieurs à ceuxsurvivantes ; au bout de cinq ans, elles
d’Ile-de-France et de Provence-Alpes-ne sont plus que 3 692. C’est au cours
Côte-d’Azur.de leurs trois premières années d’exis-
tence que la mortalité des entreprises
prises individuelles sans salarié.L'emploi total des créations de 1994L'emploi non salarié
L’emploi salarié augmente au cours deaugmente au cours des premiers mois, plus vulnérable chacune des trois périodes en Rhône-et diminue par la suite, ce qui conduit
Alpes, alors qu’en France il baisse en- que l’emploi salarié à une baisse de 10 % entre la date de
tre 1994 et 1997 et augmente ensuite.création et septembre 1999. Au bout
Dans la région sa progression globalede 5 ans, il reste 15 000 emplois créés.
est de 69 %. Ainsi, la répartition sala-L’emploi non-salarié, constitué à 91 %
riés/non salariés dans l’emploi total desde dirigeants, diminue au cours de cha-
créations en Rhône-Alpes évolue forte-cune des trois périodes, soit une baisse
ment, de 49 % / 51 % au démarrage deglobale de 60 %. Trois sur cinq des
l’entreprise à 78 % / 22 % en septembreentreprises cessées entre leur création
1999.et septembre 1999 étaient des entre-
Emploi des nouvelles entreprises en Rhône-Alpes et en France - Evolution 1994-1999 en milliers
Rhône-Alpes France
20020
15 150
10 100
5 50
00
Démarrage 1994* 1997* 1999*Démarrage 1994* 1997* 1999*
SalariésEmploi total Non salariés
* Au 30 septembre Source : INSEE, Sirène et enquêtes Siné
En 1994, la structure par activité éco- services aux ménages ; à l’inverse,Plus de commerce et de nomique du parc des entreprises nou- écarts de 7,5 points et 4 points à l’avan-
services aux entreprises, velles est proche de celle du parc des tage des premières, respectivement
entreprises existantes. On note quel- dans le commerce et les services auxmoins de services
ques différences : écart de 7 points en entreprises.aux ménages faveur des secondes pour le secteur des
Structure des entreprises de Rhône-Alpes par activité économique, en 1994 et 1999
en %
en %40 40
1994 1999
30 30
20 20
10 10
0 0
Nouvelles entreprises
Entreprises existantes
Source : INSEE, Sirène et enquêtes Siné
1 Tout au long du document, «entreprises nouvelles» ou «entreprises créées» s’entend : créées au cours du premier semestre 1994 (voir page 4)
2 Insee Rhône-Alpes Résultats n° 100 septembre 2002
IAA
IAA
Industrie
Construction
Commerce
Transports
Hôtels,cafés restaurants
Services aux entreprises
Services aux ménages
Industrie
Construction
Commerce
Transports
Hôtels,cafés restaurants
Services aux entreprises
Services aux ménagesSur 100 nouvelles entreprises en 1994, Au fil du temps, la situation évolue,
35 se sont créées dans le commerce, mais les différences de structure per-
40 dans les services (dont 18 dans les sistent. Les «entreprises Siné» rédui-
services aux entreprises et 11 dans les sent leur retard dans les IAA, mais
services aux ménages), 14 dans la cons- l’augmentent dans l’hôtellerie-restaura-
truction et 11 dans l’ensemble de l’in- tion et les services aux ménages. Leur
dustrie. Celles qui sont toujours vivan- avance baisse de moitié dans le com-
tes en 1999 se répartissent pour 29 merce ; en revanche, elle augmente
dans le commerce, 43 dans les servi- dans les services aux entreprises. En-
ces (20 dans les services aux entrepri- fin, ces entreprises prennent l’avantage
ses et 12 dans les services aux ména- dans l’industrie, la construction, et
ges), 15 dans la construction et 13 dans même les transports.
l’industrie.
En terme d’emploi total comme d’em- Sur 100 personnes (salariées ou non)Une structure d’emploi
ploi salarié, ce sont les services aux travaillant dans les nouvelles entrepri- différente ménages, les services aux entreprises ses 35 sont dans les services, 30 dans
et les transports qui affichent la plus le commerce, 21 dans l’ensemble de
forte croissance en cinq ans. l’industrie et 14 dans la construction.
Tout au long de la période, les nouvel- En 1999 les services occupent 44 ac-
les entreprises ont une structure d’em- tifs, le commerce 21, l’industrie 20, la
ploi par secteur différente de l’ensem- construction 15.
ble des entreprises : le commerce tient La part des salariés dans les services
une place plus importante, tout comme est en forte augmentation de 1994 à
la construction. En revanche les servi- 1999 (sauf l’hôtellerie) ; en revanche,
ces ont une part moindre. Dans l’in- elle chute dans le commerce et
dustrie, les deux pourcentages sont l’industrie.
proches.
Structure de l'emploi de Rhône-Alpes par activité économique, en 1994 et 1999 en %
Nouvelles entreprises
Ensemble de l'emploi
60 60
1994 1999
5050
4040
3030
2020
1010
0 0
Industrie Construction Commerce Services Industrie Construction Commerce Services
Source : INSEE, enquêtes Siné et estimations d'emploi
En Rhône-Alpes, une nouvelle entre- d’environ 0,5 à ceux que l’on trouve auLa taille moyenne des
prise regroupe en moyenne 2,3 emplois niveau national. entreprises survivantes dont 1,3 salariés en septembre 1994, Que ce soit à leur création ou cinq ans
augmente régulièrement trois ans plus tard les entreprises pé- plus tard les entreprises de l’industrie
rennes occupent 3,6 actifs dont 2,6 sont de taille plus importante que cel-
salariés et cinq ans plus tard les sur- les des autres secteurs : en moyenne 5
vivantes emploient 4,1 actifs dont 3,1 emplois dont 4 salariés en 1994, 7 ac-
salariés. Ces chiffres sont supérieurs tifs dont 6 salariés en 1999.
Structure de taille des nouvelles entreprises en Rhône-Alpes - évolution 1994-1999 en%
1999*1994*
Aucun 10 et 1 à 2 10 et1 à 2 3 à 5 6 à 9 Aucun 6 à 9 TotalTotal 3 à 5
plus plus
Aucun 91 7 1 1 0 100 63 24 9 3 1 100
1 à 2 7 77 12 2 1 100 15 45 25 8 8 100
3 à 5 3 4 76 13 3 100 615 41 20 18 100
6 à 9 3 3 10 67 17 100 5 6 24 46 19 100
10 et plus 0 0 0 0 100 100 512 3 7 72 100
Total 58 27 10 3 2 100 41 29 17 7 6 100
* Au 30 septembre Source : INSEE, enquêtes Siné
Note de lecture : parmi les entreprises n’ayant aucun salarié au démarrage, 91 % n’en ont toujours aucun en septembre 1994, 63 % aucun
en septembre 1999
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 100 septembre 2002 3L’enquête SINE
Définitions
L’enquête SINE (Système d’Information L’entreprise est une personne physique
sur les Nouvelles Entreprises) a été mise
ou morale qui exerce pour son propre
en place par l’INSEE pour suivre sur 5 compte une activité non salariée et pos-
ans les entreprises nouvellement créées. sède une autonomie de décision. Son
Elles sont interrogées en trois «vagues»,
objectif, qui est de produire des biens ou
respectivement les première, troisième et des services, se réalise dans un ou plu-
cinquième années suivant leur création.
sieurs lieux géographiques distincts cor-
Ainsi les entreprises créées ou reprises respondant à la notion d’établissements.
au cours du premier semestre 1994 ont La création d’entreprise recouvre :
été interrogées en septembre 1994, puis
- la création pure, qui se produit lors de
en septembre 1997 et enfin en septem- la mise en activité économique d’un pre-
bre 1999.
mier établissement exploitant des moyens
L’enquête est faite par sondage : les résul- de production jusque là inexistants.
tats sont donc entachés d’une marge d’in- - la création par reprise, qui se produit
certitude. Environ 29 000 entreprises ont
quand une unité reprend totalement ou
été interrogées au plan national dont partiellement l’activité économique de
2 047 en Rhône-Alpes (soit, pour la ré-
l’établissement d’une autre unité.
gion, un taux de sondage de 1/4 des créa- Les entreprises pérennes sont les en-
tions). treprises créées ou reprises au premier
Au premier semestre 1994, 8 900 entre-
semestre 1994 et toujours actives lors de
prises se sont créées en Rhône-Alpes dont la troisième enquête en septembre 1999.
pratiquement 400 transformations juri-
L’emploi non salarié comprend les di-
diques qui à ce titre sont exclues du rigeants non salariés et les conjoints col-
champ de l’étude. laborateurs. Une entreprise peut donc
Le suivi d’une seconde génération d’en-
regrouper plusieurs personnes non sala-
trepreneurs a été lancé en 1998. Il con- riées. A l’inverse, elle peut n’en avoir
cerne les créations et reprises des deux
aucune si le dirigeant de l’entreprise est
semestres de l’année 1998. Les entrepri-
salarié.
ses du premier semestre 1998 ont été
enquêtées pour la première fois en sep-
tembre 1998, la deuxième fois en septem-
bre 2001, elles le seront de nouveau en Documents disponibles
septembre 2003. Celles du second semes-
au niveau nationaltre 1998 ont été interrogées en mars
. «Création d’entreprise : les facteurs de1999, elles le seront en mars 2002 et en
survie», INSEE Première, n° 703, marsmars 2004.
2000.Une nouvelle cohorte démarrera en sep-
. «Les créateurs en 1998 - Moins de chô-tembre 2002 pour celles qui se créeront
meurs, plus de diplômés», INSEE Pre-au cours du premier semestre 2002.
mière, n° 743, octobre 2000
. «Créations et créateurs d’entreprises»,
INSEE Résultats (papier et cédérom),
Champ de l’enquête n° 773, décembre 2001,
. «Jeune, diplômé et créateur d’entre-
prise», INSEE Première, n° 814, décem-Les entreprises entrant dans le champ de
bre 2001.l’enquête doivent répondre aux conditions
suivantes : . «Les cinq premières années des nouvel-
les entreprises», INSEE Première, n° 815, - être issues d’une création pure ou d’une
reprise ; les réactivations et les activations décembre 2001.
au niveau régionaléconomiques ne sont pas prises en
. « 26 300 entreprises créées en l’ancompte,
- appartenir au champ ICS (Industrie, 2000", INSEE Rhône-Alpes Résultats,
n° 82, mai 2001, 5 pages.Construction, Commerce, Services). Sont
donc exclues les activités financières, les . «Les nouvelles entreprises en 1998 : des
créateurs mieux armés, des projets plusactivités agricoles, certaines sociétés ci-
solides qu’en 1994", INSEE Rhône-Alpesviles et les holdings,
- ne pas avoir d’activité saisonnière, Résultats, n° 88, octobre 2001, 4 pages.
. « 26 400 entreprises créées en 2001», - être établies en France métropolitaine
ou dans les DOM. INSEE Rhône-Alpes Résultats, n° 96, juin
2002, 5 pages. - avoir vécu au moins un mois.
Pour tout renseignement :Nomenclature
INSEE - Rhône-Alpes - DiffusionLes secteurs d’activités du champ ICS s’organisent ainsi selon la nomenclature CPF
165 rue Garibaldi - 69401 Lyon
CPF Tél 04 78 63 22 02Secteurs ICS agrégés
Fax 04 78 63 25 25
Industrie (hors IAA) 10 à 14, 17 à 41
Directeur de publication : E. TraynardIndustrie agroalimentaire 15, 16
Rédacteur en chef : P. ReydetConstruction 45
Commerce et réparation 50 à 52 Prix :
Services dont - au numéro, 2,2 €
- transports 60 à 63 - sur abonnement, 19 €
- hôtels, cafés, restaurants 55
- services aux entreprises 64, 70 à 74, 90 N°ISSN 1254-7093
- aux ménages 80, 85, 92, 93, 95
4 Insee Rhône-Alpes Résultats n° 100 septembre 2002Espérance de vie d’une entreprise
A titre d’exemple :Certains critères ont une influence plus ou
- les chances de voir une entreprise attein-moins déterminante sur l’espérance de vie
dre son premier anniversaire sont 5 fois plusd’une entreprise. Pour l’entreprise, les va-
faibles lorsqu’il s’agit d’une création pureriables les plus influentes sont le type de
que d’une création par reprise.création, l’activité économique, les moyensfinanciers de départ et la forme juridique.
dre son premier anniversaire sont 1,4 foisPour le créateur d’entreprise, les variables
plus fortes lorsqu’une étude préalable à étéles plus influentes sont la catégorie socio-
réalisée ; autrement dit, réaliser une étudeprofessionnelle et l’âge.
préalable génère moins de risques deOn peut évaluer les chances qu’a une entre-
disparition.prise* de passer le cap de la première
année.
Chances deChances de Critère (créateur)Critère (entreprise) surviesurvie
Type de création Catégorie socioprofessionnelle
Reprise 1 Etudiant 2,5
Création pure 0,2 Ouvrier 2,5
Artisan2
Activité Cadre 2
Industrie 1 Employé 2
Construction 1 Agent de maîtrise 1
Services aux entreprises 1 Chef d’entreprise 1
Services aux ménages 0,6 Profession intermédiaire 1
Transport 0,5 Sans activité 1
Hôtellerie 0,3
Age
Moyens financiers (en KF) Moins de 25 ans 0,6
Plus de 500 1 De 25 à 30 ans 1
De 100 à 500 0,8 De 30 à 35 ans 0,5
De 25 à 100 0,5 De 35 à 40 ans 1
Moins de 25 0,4 De 40 à 45 ans 1
De 45 à 50 ans 0,5
Forme juridique Plus de 50 ans 1
Personne morale 1
Personne physique 0,4 Expériences précédentes
Même secteur 1
Nombre de salariés Secteur proche 1
0 salarié 1 Associé 1
De 1 à 2 salariés 0,7 Secteur différent 0,7
De 3 à 5 salariés 0,6
Plus de 5 salariés 1 Activité précédente
Actif 1
Aide publique Chômeur de moins d’un an 0,7
Aide 1 Chômeur de plus d’un an 0,6
Aide en attente 1 Inactif 0,6
Pas d’aide 0,7
Etude préalable
Oui 1,4
Non 1
Source : INSEE, enquête Siné
* L’analyse des chances de survie d’une en- autres variables présentes dans le modèle
treprise 1 an après sa création est faite ici est neutralisé. Le modèle suppose que les
au moyen d’un modèle de régression logisti- effets sont additifs : plus le coefficient est
que. Pour chaque caractéristique, les effets élevé (supérieur à 1), plus la probabilité est
sont étudiés par rapport à une situation de forte que l’entreprise atteigne son premier
référence (en italique dans le tableau). Ainsi, anniversaire ; plus il est faible (inférieur à
«le créateur de référence» est âgé de 40 à 45 1), plus la probabilité est faible que l’entre-
ans, et il a repris une entreprise dans le sec- prise atteigne son premier anniversaire. Une
teur de la construction, etc. valeur de 1 signifie que la modalité n’a pas
Pour chaque variable, l’effet est estimé «tou- d’influence (ou une influence non significa-
tes choses égales par ailleurs» : l’effet des tive).
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 100 septembre 2002 5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.