PIB par emploi et PIB par habitant

De
Publié par

Le produit intérieur brut du Nord-Pas-de-Calais mesure ce que produit l'économie de la région. Les PIB régionaux sont calculés en répartissant la richesse produite en France selon des évaluations régionales de la valeur ajoutée. En 1998, le PIB du Nord-Pas-de-Calais s'élève à 458 milliards de francs soit 5,46% du PIB national. Afin de comparer les régions entre elles, indépendamment de leur taille, on utilise le PIB par emploi d'une part et le PIB par habitant d'autre part. Le premier situe le Nord-Pas-de-Calais au huitième rang des régions, le second, classe le Nord-Pas-de-Calais à la vingtième place. Utilisé pour les comparaisons entre pays, le PIB par habitant donne une mesure intéressante de la richesse disponible nationale. En revanche, au niveau régional, le PIB par habitant mesure de façon insatisfaisante la richesse disponible par habitant puisqu'il ne tient pas compte de la redistribution des revenus.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 54
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°4 - AOÛT 2001
PIB par emploi
et PIB par habitant
En réalisant 5,5% du produit intérieur brut
national, le Nord-Pas-de-Calais est la qua-
trième région économique française. CetteLe produit intérieur brut du Nord-Pas-de-Calais
position n’est pas sans lien avec le nombre
important d’emplois régionaux, lui-mêmemesure ce que produit l’économie de la région. Les
très corrélé à la production de valeur
ajoutée. D’ailleurs, sur l’échelle régionalePIB régionaux sont calculés en répartissant la richesse
des produits intérieurs bruts par emploi, le
Nord-Pas-de-Calais se place au huitièmeproduite en France selon des évaluations régionales
rang. Pour autant, la région descend à la
vingtième place sur l’échelle régionale desde la valeur ajoutée. En 1998, le PIB du
produits intérieurs bruts par habitant. Ce
paradoxe apparent fait oublier parfois leNord-Pas-de-Calais s’élève à 458 milliards de francs
dynamisme de la région en terme de création
de richesse.soit 5,46% du PIB national.
Le produit intérieur brut par emploiAfin de comparer les régions entre elles, indépendamment
(appelé aussi productivité de l’emploi, ou
contribution moyenne d’un emploi au pro-de leur taille, on utilise le PIB par emploi d’une part et
duit intérieur brut) correspond au rapport
du produit intérieur brut et du nombrele PIB par habitant d’autre part. Le premier situe le d’emplois régionaux. C’est un indicateur
de la richesse créée par chaque emploi, enNord-Pas-de-Calais au huitième rang des régions, moyenne. En 1998, il est estimé égal à
347 200 francs dans le Nord-Pas-de-Calais,
le second, classe le Nord-Pas-de-Calais pour 373 358 francs en moyenne
nationale. Les deux tiers de cet écartà la vingtième place. négatif entre la région et la France s’ex-
pliquent par des différences de structureUtilisé pour les comparaisons entre pays, le PIB par d’activité, et l’autre tiers par des écarts de
productivité de l’emploi. Ceux-ci sont
habitant donne une mesure intéressante de la appelés respectivement, effets structurels
et effets géographiques.
richesse disponible nationale. En revanche, au niveau
LES STRUCTURES D’ACTIVITÉSrégional, le PIB par habitant mesure de façon insatis-
À FORTE CRÉATION DE VALEUR
faisante la richesse disponible par habitant puisqu’il AJOUTÉE SOUS-REPRÉSENTÉES
ne tient pas compte de la redistribution des revenus. L’industrie textile génère dans la région
une valeur ajoutée importante parce
qu’elle y est fortement représentée (1,9%
de l’emploi de la région, 0,6% de l’emploiDanièle Lavenseau Joël Dekneudt
national). En revanche, les emplois de
SERVICE ÉTUDES DIFFUSION recherche et développement sont moins
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°4
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
LE NORD-PAS-DE-CALAIS PARTICIPE POUR PLUS DE 5% À LA RICHESSE NATIONALE PRODUITE que la moyenne, dans le domaine de
l’industrie : la chimie, l’agroalimentaire, laÉvolution du PIB du Nord-Pas-de-Calais
métallurgie et la pharmacie-parfumerie
Unités : milliards de francs, milliards de francs 1995, % prennent les quatre premières places
Produit intérieur brut Contribution au PIB suivies par l’agriculture qui allie une sous-
représentation structurelle avec une pro-
en valeur en volume national de province
ductivité supérieure à la moyenne.
1990 353 015 389 993 5,38 7,56
1991 369 780 397 738 5,44 7,64 LE DYNAMISME DE LA RÉGION1992 378 160 399 494 5,38 7,56
1993 379 995 393 243 5,34 7,56 S’EST ACCRU DEPUIS 1990
1994 397 266 404 678 5,39 7,61
1995 412 036 412 036 5,40 7,57 L’évolution de la région depuis 1990 révèle
1996 423 505 418 347 5,42 7,60 un changement de sens et d’ampleur des
1997 437 589 427 179 5,43 7,59
effets par rapport à l’ensemble de la
1998 457 758 442 706 5,46 7,61
province. L’effet structurel légèrement
Source : Insee - Comptes régionaux positif en 1990 est devenu négatif en
1998, alors qu’inversement, l’effet géo-
présents dans la région, (0,2% de l’emploi hors Île-de-France conduit à mettre en évi- graphique qui était un peu en dessous de
au lieu de 0,6%). Or ces emplois dégagent dence un effet géographique positif pour la moyenne et négatif est devenu large-
généralement une forte valeur ajoutée. la région, traduisant ainsi le dynamisme ment positif. La quasi-totalité des secteurs
Leur faible présence dans la région engen- propre du Nord-Pas-de-Calais. d’activité contribue à l’augmentation du
dre un déficit de richesse produite par rap- dynamisme régional.
port à celle qui serait créée si la structure La productivité de l’emploi dans la région aUN EFFET GÉOGRAPHIQUE POSITIF
d’activité avait été identique en France et progressé au même rythme que la
PAR RAPPORT À LA PROVINCEdans le Nord-Pas-de-Calais. Cet exemple moyenne nationale. Le Nord-Pas-de-Calais
illustre les effets structurels négatifs en se place ainsi en 1998 au huitième rang
Le montant du produit intérieur brut parœuvre dans la région. des régions et gagne trois places par rap-
emploi du Nord-Pas-de-Calais est de 200Cependant, pour de nombreux secteurs, la port à 1990, devançant la Lorraine, la
francs supérieur à la moyenne de province.productivité de l’emploi est forte dans la Bourgogne et l’Aquitaine qui ont enregistré
Cet écart est le résultat d’un effet géo-région, mais reste souvent inférieure à la une progression un peu moins rapide de
graphique de +900 francs et d’un effet dûproductivité nationale. C’est la raison pour leur productivité.
à la structure d’activité de -700 francs.laquelle l’effet géographique est négatif
Le déficit structurel provient essentielle-lorsqu’on compare la région à la France. DE LA HUITIÈME À LAment de la sous-représentation d’activitésSeules deux régions, l’Île-de-France et
à très forte valeur ajoutée (immobilier, VINGTIÈME PLACEl’Alsace, présentent un effet géographique
recherche et développement) mais aussi depositif. La première concentre des activités
l’agriculture et de l’hôtellerie-restauration. Une autre approche de la comparaisonet des emplois à forte valeur ajoutée, ce qui
En revanche, l’effet géographique prouve entre régions au regard de la richesse pro-génère des effets structurels et géo-
le dynamisme de la région. Des secteurs duite est le produit intérieur brut par habi-graphiques très élevés, hors de proportion
d’activité ont une productivité plus élevée tant. Cet indicateur de développementavec les situations en province. Une analyse
DEUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES SUR LA BALANCE UN EFFET DE STRUCTUR
Unité : francs ANALYSE STRUCTURELLE RÉSIDUELLE DU
Produit intérieur brut Produit intérieur brut
par habitant par l’emploi
1990 1998 1990 1998
Nord-Pas-de-Calais 89 049 114 118 273 514 347 243
Province 101 287 126 084 273 899 345 516
France métropolitaine 114 981 142 882 294 932 375 240
Source : Insee - Comptes régionaux
LE TERTIAIRE PLUS PRÉSENT DANS L’ÉCONOMIE RÉGIONALE
Unité : %
POIDS DES SECTEURS D’ACTIVITÉ
dans le PIB dans l’emploi
Évolution Évolution
1998 19981990 - 1998 1990 - 1998
Nord-Pas-de-Calais
Agriculture, sylviculture, pêche 2,5 +0,1 2,8 -0,9
Industrie 26,0 -3,2 21,3 -4,2
Bâtiment, travaux publics 4,2 -1,3 5,6 -1,1
Tertiaire 67,2 +4,3 70,2 +6,1
France
Agriculture, sylviculture, pêche 3,2 -0,5 4,4 -1,3
Industrie 20,5 -2,4 18,5 -3,2
Bâtiment, travaux publics 4,3 -1,4 6,1 -1,2
Tertiaire 72,1 +4,3 71,0 +5,8
Source : Insee - Comptes régionauxSource : Insee - Comptes régionauxN°4
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
souvent utilisé à l’échelle des nations, de quatre points en raison de la part
présente toutefois des défauts au sein d’un Vient de paraître importante de jeunes et d’étudiants.
même pays. La richesse produite dans une En 1990, le Nord-Pas-de-Calais passait de
Les produits intérieurs bruts régionaux la onzième place pour le produit intérieurrégion ne peut être assimilée à la richesse
brut par emploi à la vingtième place pouren 2000 - Insee Première n° 800, aoûtdisponible pour ses habitants du fait de
le produit intérieur brut par habitant. Lesl’existence des échanges de main-d’œuvre 2001.
raisons de ce changement de place dans leentre régions et des revenus de la redistri-
classement des régions étaient les mêmesbution (retraites, chômage, etc.). Le pro- Contrairement aux années antérieures, les
qu’aujourd’hui, mais l’effet du chômageduit intérieur brut par habitant ne mesure PIB régionaux des années 1999 et 2000
était moindre (6 points), alors que l’activitédonc pas la richesse moyenne par habitant reposent sur des données provisoires
féminine et la structure par âge généraientd’une région, et ce d’autant moins que la établies selon une méthode de projection
des écarts plus importants (respectivementvaleur ajoutée ne reste pas nécessairement qui prend en compte à la fois, l’évolution
7 points et 3 points).dans la région. Par ailleurs, il sous-estime des productivités de chaque branche au
les performances économiques des régions niveau national et l’évolution de l’emploi
Ainsi, la position peu avantageuse de la
qui ont un nombre élevé d’inactifs. de chaque branche au niveau régional.
région Nord-Pas-de-Calais sur l’échellePour le Nord-Pas-de-Calais, le produit Dans cette étude, en 2000, la région régionale des PIB par habitant est directe-eintérieur brut par habitant est parmi les Nord-Pas-de-Calais est classée au 7 rang ment liée à un taux d’emploi plus faible
plus bas de France : 114 100 francs en pour le PIB par emploi (353 874 francs que dans de nombreuses autres régions :
e1998. Le Limousin et la Corse sont les courants) et au 18 rang pour le PIB par 32,9 emplois pour 100 habitants en 1998,
seules régions où la richesse apparente habitant (124 515 francs courants) et fait contre 36,5 en province. Un taux de chô-
produite par habitant est moins élevée. toujours partie des huit régions qui con- mage élevé, un taux d’activité féminin plus
Cette chute de la huitième à la vingtième tribuent à la formation des deux tiers du faible qu’ailleurs, ainsi qu’une proportion
place selon que l’on considère le PIB par PIB national. de jeunes la plus importante de France
emploi ou le PIB par habitant, résulte d’un sont autant d’éléments qui concourent au
taux d’emploi dans la région faible : 32,9 faible niveau du PIB par habitant de la
tant, on prend en compte une populationemplois pour 100 habitants, le plus bas des région. Ce résultat masque trop souvent le
de plus en plus large. En partant des actifsrégions métropolitaines, à égalité avec le dynamisme de la région en terme de créa-
occupés, on ajoute successivement lesLanguedoc-Roussillon, alors que la tion de richesse, dont le PIB par emploi
chômeurs, puis les adultes inactifs, puis lesmoyenne nationale est de 37,9%. donne une mesure pertinente. Le para-
retraités et enfin les jeunes (dont les étudiants) doxe entre niveau de PIB par habitant et
pour englober l’ensemble de la population. niveau de PIB par emploi n’est doncUN TAUX D’EMPLOI PEU ÉLEVÉ L’écart entre le taux d’emploi régional et le qu’apparent. Il renvoie plus généralement
taux d’emploi national s’accroît successive- aux nombreux contrastes qui décrivent leLes facteurs qui contribuent au taux d’em- ment de sept points du fait du chômage Nord-Pas-de-Calais : région au plus faible
ploi sont la structure par âge de la popula- élevé, puis de cinq points en raison de l’im- revenu disponible brut par habitant detion, le taux d’activité féminin et le taux de portance de l’inactivité - essentiellement l’hexagone en même temps qu’un impôt
chômage. Or, pour le Nord-Pas-de-Calais, féminine -, puis d’un point du fait de la moyen élevé et une deuxième place sur
ces trois composantes confèrent une valeur structure plus jeune de la population ; pour l’échelle régionale des montants moyens
faible à cet indicateur. ce dernier facteur, l’écart diminue en fait d’impôt sur la fortune ; une forte présence
Pour passer du produit intérieur brut par de trois points en raison d’une faible pro- industrielle associée à une économie de
emploi au produit intérieur brut par habi- portion de personnes âgées mais se creuse plus en plus tertiaire…
LA QUASI-TOTALITÉ DES ACTIVITÉS CONTRIBUE À L’AUGMENTATION DU DYNAMISMEE NÉGATIF, MAIS UN DYNAMISME CERTAIN
ÉVOLUTON DE LA CONTRIBUTION DES SECTEURS D’ACTIVITÉ AUX EFFETS STRUCTURELS ET GÉOGRAPHIQUESU PRODUIT INTÉRIEUR BRUT PAR EMPLOI HORS ÎLE-DE-FRANCE
DANS LA FORMATION DU PIB PAR EMPLOI PAR RAPPORT À LA PROVINCE
^
^
Source : Insee - Comptes régionaux
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°4
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
LA PRODUCTIVITÉ CROÎT AU RYTHME NATIONAL
14% de croissance entre 1990 et 1998
Évolution du produit intérieur brut par emploi en volume
Le produit intérieur brut du Nord- pour 28% dans la constitution
Pas-de-Calais s’élève à 458 mil- du produit intérieur brut national,
n’a connu qu’une croissance deliards de francs en 1998, en hausse
10% alors que les régions dede près de 30% par rapport à
province atteignent 12%. Au1990. En francs constants, la crois-
final, bien qu’un peu au-dessussance est de 13,5%. Il faut toute-
de la croissance moyenne de lafois distinguer la période 1990-
province, le Nord-Pas-de-Calais1993, où le produit intérieur brut
occupe la place médiane des 21est resté stable et la période 1994-
régions classées selon leur crois-1998 sur laquelle se répartit la
sance de 1990 à 1998. En tête
quasi-totalité de la croissance.
de classement, l’Alsace affiche
La croissance régionale est un peu
une croissance supérieure à
plus élevée que la moyenne
20%, alors qu’en fin de peloton
nationale depuis 1994, et atteint
la Champagne-Ardenne n’a
1,5 point de plus en 1998. Cet
dépassé qu’en 1998 son niveau
écart est moitié moindre par rap-
de 1990, après une baisse de 8
port aux seules régions de
points entre 1990 et 1993.
province. L’Île-de-France, qui pèse
Source : Insee - Comptes régionaux
Pour comprendre ces résultats
Produit intérieur brut
Produit intérieur brut par habitant et par emploi
Le produit intérieur brut est égal à la somme des valeurs ajoutées L’analyse structurelle résiduelle
brutes, augmentées des impôts grevant les produits (TVA, droits de
douane, taxes spécifiques) moins les subventions sur les produits. Pour chaque région, on calcule ce que serait son produit intérieur brut
Les produits intérieurs régionaux résultent de la répartition par région par emploi si la productivité par emploi de chaque secteur d’activité
du PIB national en fonction des évaluations régionales de la valeur ajoutée. était égale à la moyenne nationale. On obtient ainsi un produit intérieur
brut par emploi attendu qui ne tient pas compte des écarts de produc-
Le PIB par habitant est calculé en rapportant le PIB de la région à la tivité sectoriels entre la région et le pays.
population résidant dans la région. Les différences régionales de PIB par La différence entre le PIB par emploi attendu et celui observé est une
habitant peuvent s’éclairer en prenant en compte deux indicateurs, le mesure de l’effet dû à la structure locale de l’activité, il est appelé effet
PIB par emploi et le taux d’emploi. En effet : structurel.
La différence entre le PIB par emploi national et la valeur attendue
PIB/habitant = PIB/emploi * Taux d’emploi dépend par contre des différences de productivité sectorielles, elle
mesure un effet géographique (aussi appelé effet résiduel).
Le taux d’emploi est défini comme le rapport du nombre d’emplois
de la région rapporté à la population. Ce taux d’emploi dépend de Soient : Pi,s le produit intérieur brut par emploi pour la région i et le
plusieurs paramètres : le poids des jeunes et des retraités, le chômage et secteur d’activité s
le taux d’activité féminin, le poids relatif des personnes résidentes allant Ei,s la part de l’emploi du secteur s pour la région i
travailler dans une autre région et des personnes venant travailler d’une ( P.,s et E.,s seront les valeurs pour la France)
autre région.
Le produit intérieur brut par emploi observé est : Pi,.=∑ s Ei,s*Pi,s
Le PIB par emploi est calculé en rapportant le PIB de la région à l’emploi Le produit intérieur brut par emploi attendu est : P’i,.=∑ s Ei,s*P.,s
régional défini par l’ensemble des actifs travaillant dans la région qu’ils y Le produit intérieur brut par emploi national est : P.,.=∑ s E.,s*P.,s
résident ou non.
L’effet structurel sera égal à Pi,.-P’i,. et l’effet géographique ou résiduel sera P’i,.-P.,.
Pour en savoir plus
• Les produits intérieurs bruts régionaux en 2000 - Insee - Insee Première n° 800, août 2001.
• Les produits intérieurs bruts régionaux en 1998 - Insee - Inse 754, décembre 2000.
• Les produits intérieurs bruts régionaux entre 1982 et 1996 : croissance et fluctuation - Insee - Insee Première n° 616, novembre 1998.
• Le resserrement des revenus des ménages entre les régions sur la période 1982-1996 - Insee - Insee Première n° 617, novembre 1998.
• L’appareil productif régional de 1975 à 1984 - Insee - Les collections de l’Insee, série R, n° 64, novembre 1987.
• De la richesse produite… au revenu disponible - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 14, décembre 1998.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal août 2001 - © Insee 2001 - Code Sage PRO 010420 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.