Ralentissement de la croissance chez nos voisins

De
Publié par

En Allemagne et en Suisse, le ralentissement de la croissance a été marqué en 2008. Amorcé dès avril, il aboutit à un repli global en fin d'année. Il en résulte sur l'année 2008 une croissance moitié moindre qu'en 2007.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ÉCONOMIE
Ralentissement de la croissance
chez nos voisins
en 2008, et ce pour la première fois moins de 1 % : hors culture et loisirs,En Allemagne et en Suisse,
depuis la réunification. Ces emplois la consommation privée a stagné,le ralentissement
sont en hausse de 1,5 % par rap- reculant même dans l'alimentation,
de la croissance
port à 2007. Ceci s'accompagne les transports et les communications,
a été marqué en 2008. d'une baisse du taux de chômage à alors que la consommation publique
Amorcé dès avril, 7,2 %, malgré une stagnation du augmentait.
nombre d'heures travaillées par em-il aboutit à un repli global
ploi, corrélée à un léger recul (pour Le revenu national a progressé deen fin d'année.
la première fois depuis 1992) de la 2,9 % pour atteindre 1 880 milliards
Il en résulte
productivité. d'euros. Contrairement aux années
sur l'année 2008 2004-2007, les revenus de l'entre-
une croissance 2008 est marqué par la concomit- prise et du capital n'en ont pas tiré
tance d'un affaiblissement de la de- la plus grande part, augmentantmoitié moindre qu'en 2007.
mande extérieure et de la poursuite seulement de 1,7 %, contre 3,6 %
de la tendance de l'économie alle- pour les rémunérations du travail.
mande à importer.Le résultat est unee produit intérieur brut (PIB)
hausse des importations (+5,2 %) Les salaires et traitements brutsL allemand affiche une crois-
plus forte que celle des exportations ont progressé de 3,9 %, taux le plussance en volume de 1,3 % : c'est
(+3,9 %). C'est donc la demande élevé depuis 1992 et qui combinecertes moitié moins qu'en 2007,
interne qui a contribué à l'augmenta- autant l'essor des salaires que celuimais c'est plus que la moyenne de
tion du PIB, et avant tout les investis- du nombre d'emplois. Toutefois, lel'Union européenne et de ses
sements dont l'évolution globale salariat a subi des augmentationsprincipaux pays, c'est aussi plus que
(+6,1 %) a dépassé celle de 2007 notables d'impôt (5,9 %) et de coti-les États-Unis et le Japon.
(+5 %). La consommation a crû de sations sociales (5,2 %), ramenant
Les principaux agrégats qui cons-
tituent la valeur ajoutée brute ont Évolutions différenciées en Allemagne
tous continué de croître, mais avec
200
Indice 100 en 1991une ampleur réduite par rapport à Revenus de l'entreprise et du capital
2007 pour l'industrie manufacturière
180
(hormis BTP), les activités financiè-
res, l'immobilier, la location et les 160
services aux entreprises, lesquels
représentent en tout 55 % de l'acti- 140
vité économique totale. Seuls le Rémunérations du travail
secteur primaire et le BTP affichent 120
une meilleure progression que
l'année précédente. 100
Le seuil des 40 millions d'emplois 80
salariés et non-salariés a été dépassé 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
6
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 16 · L'année économique et sociale 2008 · juin 2009
Source : Office fédéral allemand de statistiqueÉCONOMIE
cette progression en net à 3 %. l'immobilier et des services à l'entre- de son ampleur durant les deux tri-
Avec un nombre de salariés en prise qu'à ceux du commerce et mestres médians pour aboutir, en fin
hausse (+1,6 %), les salaires et trai- des transports, contribue pour 70 % d'année, à une croissance du nombre
tements moyens ont augmenté de à la croissance. d’emplois d'à peine plus de 1 %. Tous
2,3 % en brut et de 1,4 % en net, les signes d'un retournement de
soit les plus fortes hausses depuis La crise économique n'a pas encore conjoncture sont là, même si le
1995 et 2004 respectivement. Les eu d'effet sur le marché du travail : les nombre de chômeurs diminuait en-
coûts salariaux (+2,1 %) n'ont jamais creux conjoncturels interviennent sur core au quatrième trimestre comparé
autant crû depuis le milieu des an- une diminution de l'emploi avec quel- à douze mois plus tôt.
nées quatre-vingt-dix. ques mois de retard.
Les emplois salariés et non salariés Suisse : +1,6 % malgré un
Les ménages disposent en 2008 ont progressé de 1,3 %, soit 0,1 % de secteur financier en baisse
d'un revenu de 1 553 milliards d'euros, plus que le PIB, ce qui signifie donc
soit +2,6 % par rapport à 2007. Du une baisse de la productivité de la D'après les premières estima-
fait de cette augmentation, légère- même ampleur. La Rhénanie-Palati- tions, le PIB de la Suisse aurait aug-
ment supérieure à celle de la nat continue de produire 41,3 euros menté de 1,6 % en valeur réelle et
consommation, l'épargne des mé- par heure ouvrée, soit 0,2 % de de 3,9 % en valeur nominale. Côté
nages a atteint 11,4 %, un record moins en valeur réelle qu'en 2007. utilisations, la consommation des
depuis 1994. L'indice des prix à la ménages et les exportations nettes
consommation (2,6 %) est le plus auraient tiré le PIB à la hausse,Ralentissement plus marqué
élevé depuis 14 ans et a atteint un alors que les investissements au-dans le Bade-Wurtemberg
pic de 3,3 % au milieu de l'année. raient eu un impact négatif. Sous
Cette alternance hausse-baisse La croissance du Bade-Wurtemberg, l'angle de la production, la construc-
provient de l'évolution des prix de en 2008, a été de 0,6 %, soit la moi- tion et surtout, après quatre années
quelques produits alimentaires, mais tié de celle observée en Allemagne. de vive expansion, le secteur dominé
surtout des pétroliers. Ici aussi, la croissance du premier par les services financiers auraient
Le déficit du secteur public s'est semestre a peu à peu disparu pour enregistré un repli de leur valeur
élevé à 0,1 % du PIB en 2008. aboutir à un recul de 2,7 % entre le ajoutée. Mais les autres secteurs
dernier trimestre 2008 et celui de 2007. sont à la hausse, et principalement
L'industrie bade-wurtembergeoise a les services marchands.Une croissance due au tertiaire
connu, entre septembre et novembre,en Rhénanie-Palatinat
de sérieuses pertes dans son chiffre Le nombre d'emplois a crû de 1,6 %
La croissance économique en d'affaires, principalement avec l'étran- en 2008, mais un changement de
Rhénanie-Palatinat a affiché +1,2 % ger, entraînant un recul global de tendance est à prévoir.
en 2008, soit pratiquement celle de 1,3 % sur 2008. Mais, comme en La forte dynamique conjoncturelle
la République fédérale. L'industrie, Rhénanie-Palatinat, le secteur pri- du début d'année a conduit en juin à
qui à mi-parcours avait crû de 4,1 % maire et le BTP ont mieux résisté, un minimum de 91 500 chômeurs,
et comptait pour 40 % de la crois- avec des hausses respectives de un record depuis juin 2002. Mais
sance, n'y a finalement contribué leurs valeurs ajoutées de 5,4 % et depuis, la tendance est à la hausse.
que pour 14 % en enregistrant un 3,1 %. Le tertiaire affiche une pro- Néanmoins, le taux de chômage
plus de 0,7 %. Tout au contraire du gression (+1,7 %), tiré principale- (2,6 %) observé en 2008 reste infé-
BTP et du secteur primaire, qui ont ment par le commerce, les trans- rieur à celui de 2007.
respectivement augmenté de 3,5 % ports et le secteur financier.
et de 3 %. Le secteur tertiaire, en affi- La reprise économique, amorcée
chant une augmentation de 1,4 % due en 2005 et enregistrée dans les Sébastian CARLOTTI
ici plus aux secteurs des finances, de chiffres de l'emploi dès 2006, a perdu
7
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 16 · L'année économique et sociale 2008 · juin 2009

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.