Recherche et Développement, Innovation

De
Publié par

La recherche et développement, source d'innovation, est un facteur clé de la croissance et de l'emploi à moyen terme. En Alsace, en 2007, la dépense intérieure de recherche et développement représente 1,6 % du PIB. Fortement liée au profil sectoriel de la région, la recherche privée consacre plus de 90 % des montants à l'industrie. La recherche publique, relativement bien représentée, est essentiellement orientée vers la recherche fondamentale. La chimie et les sciences de la vie sont deux pôles forts de la région en matière d'innovation.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

JANVIER 2011N°13POURL'ALSACE
Recherche et Développement, Innovation
En 2007, l'Alsace occupe leLa recherche
e En 2007, la DIRD alsacienne10 rang des régions françaiseset développement, s'élève à 815 millions d'euros,
avec une dépense intérieure de re-
soit 1,6 % du PIB régional.source d'innovation,
cherche et développement (DIRD) 4 400 personnes (en équivalent
est un facteur clé s'élevant à 815 millions d'euros, temps plein) travaillent dans le
secteur de la recherche publiquede la croissance et de l'emploi soit 2,1 % de la dépense nationale.
en Alsace.
Les entreprises alsaciennes finan-à moyen terme. Le secteur "Conseils et assis-
cent 57 % de la dépense (63 % en tance" regroupe 62 % des éta-En Alsace, en 2007,
moyenne nationale), les pouvoirs pu- blissements "innovants" de la
la dépense intérieure de région.blics 43 %. Excepté l'Île-de-France,
recherche et développement six autres régions dépassent le
représente milliard d'euros de dépenses avec en mise en œuvre de la stratégie de
pôle position, pour l'intensité de re- Lisbonne.1,6 % du PIB.
cherche - mesurée par le rapport Seules deux régions, Île-de-Fortement liée
des dépenses au produit intérieur France et Midi-Pyrénées, ont
au profil sectoriel de la région,
brut -, la région Midi-Pyrénées. dépassé ce seuil avant la date
la recherche privée d'échéance.L'Alsace tend cepen-
consacre La DIRD représente 1,6 % du pro- dant à se rapprocher de la
duit intérieur brut (PIB) alsacien. moyenne nationale (2,1 % duplus de 90 % des montants
Malgré l'augmentation progressive PIB) et l'écart en points avec laà l'industrie.
des investissements en recherche France métropolitaine a été divi-
La recherche publique,
et développement depuis 1992, ce sé par trois en quinze ans.
relativement niveau reste encore en deçà du
bien représentée, seuil de 3 % du PIB régional, pré-
Dans cette étude, les effectifs
conisé par l'Union européenneest essentiellement orientée sont comptés en équivalent temps
pour 2010 dans le cadre de la plein.vers la recherche
fondamentale.
Effectifs salariés* dans la recherche et le développementLa chimie
et les sciences de la vie Effectifs dont entreprises dont administrations Évolution
en 2007 (en %) (en %) 2004-2007 (en %)sont deux pôles forts
Alsace 9 300 52,7 47,3 13,2de la région
France 378 749 57,0 43,0 6,5
en matière d'innovation. France de province 225 900 52,2 42,8 9,0
* en équivalent temps plein
1Atlas de l'industrie en Alsace Chiffres pour l'Alsace · n° 13 · janvier 2011
Sources : MEN ; MESR-DEPP
(Chiffres définitifs)Dépense intérieure de recherche et développement limité et une externalisation des
par région en 2007 centres de décision. Les unités
Rhône-Alpes importantes de recherche et
Midi-Pyrénées développement privées sont enProvence-Alpes-Côte d'Azur Île-de-France
Languedoc-Roussillon Privée : 10 355 M€ majorité proches de leur centre
Bretagne Publique : 5 411 M€ de décision, mais leur nombreAquitaine
Centre tend à diminuer dans la région.
Pays de la Loire
Alsace
Auvergne
Les grandes entreprises régionales
Franche-Comté
Haute-Normandie de 1 000 salariés et plus regroupent
Lorraine
la moitié de la DIRD alsacienneNord - Pas-de-Calais
Picardie privée. Les PME, quant à elles,
Bourgogne
représentent environ 30 % de laBasse-Normandie
Poitou-Charentes dépense alsacienne pour 18 % au
Champagne-Ardenne
Limousin niveau national.
Corse* En millions d'euros
0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 Une recherche privée
DIRD privée DIRD publique très liée au profil* La DIRD de la Corse correspond seulement à la partie dépense intérieure de R&D publique
sectoriel...(des administrations), le montant de la DIRD des entreprises étant regroupé avec celui de la région
Provence-Alpes-Côte d'Azur.
en trois ans, de 2004 à 2007, il a aug- L'industrie représente la part la
menté de 13 % contre 6,5 % en plus importante de la dépenseNeuf chercheurs
France métropolitaine. régionale privée : plus de 90 % depour 1 000 salariés
la dépense intérieure de recherche
et développement des entreprisesEn termes d'emplois, l'effectif total R&D privée :
e
des salariés travaillant en Alsace en 2007. Les industries manufac-l'Alsace au 13 rang
turières de haute et de moyenne-pour la recherche et développe-
ment (R&D) s'élève à 9 300 per- Avec 462 millions d'euros investis haute technologie concentrent à
elles seules 78 % de cettesonnes en 2007, dont 45 % consti- par les entreprises de la région,
tuant le personnel de soutien au soit 1,9 % de la dépense privée fran- dépense. En outre, la part
e consacrée à la recherche estmonde de la recherche pure. çaise, l'Alsace occupe le 13 rang
L'Alsace compte en tout, recherche des régions métropolitaines pour le beaucoup plus élevée pour les
entreprises des secteurs deprivée et publique confondues, montant des investissements en
5 100 chercheurs, soit neuf cher- recherche privée. En termes d'inten- moyenne-haute technologie à
savoir, les secteurs du matérielcheurs pour 1 000 emplois salariés sité de recherche privée, la région se
e
contre onze pour la France métropoli- classe en 11 position. professionnel, de l'automobile, de
la chimie, du transport et des ma-taine.Seules Provence - Alpes - Côte
d'Azur, Rhône-Alpes, Île-de-France Cette situation moyenne est due chines électriques (hors communi-
cation) et non électriques (hors bu-et Midi-Pyrénées enregistrent un au lien, encore peu développé,
taux de chercheurs supérieur à la entre le monde des petites et reau) : 43 % contre 29 % pour la
moyenne nationale.moyenne métropolitaine. moyennes entreprises (PME) et
Les efforts entrepris en matière de celui de la recherche, mais aussi à
Les industries des équipementsR&D et d'innovation dans la région se la situation de la recherche privée
sont poursuivis et l'emploi alsacien régionale caractérisée par un mécaniques, des du
foyer et de l'automobile, activitésdans le secteur est en progression : développement technologique
Montant des dépenses de recherche et développement en 2007
Part dans la Part dans la
Alsace France de Province France métropolitaine Rang
( en %) (en %)
e
Dépense intérieure de recherche et 814,6 3,7 2,1 10
développement (DIRD) (en millions d'euros)
dont
e
des entreprises (DIRDE) ou privée 462,0 4,6 1,9 13
e
des administrations (DIRDA) ou publique 352,6 3,2 2,6 8
e
Intensité de recherche* (en %) 1,59 1,67 2,04 9
* Intensité de recherche : part de la dépense intérieure de recherche dans le produit intérieur brut
2 Chiffres pour l'Alsace · n° 13 - janvier 2011 Atlas de l'industrie en Alsace
Sources : MESR - DGESIP ; DGRI - SIES
Sources : MESR-DGESIP ; DGRI-SIES ; Insee… avec un effectif Recherche et développe-Intensité de recherche et chercheurs
salarié ment, innovationen 2007
en forte progression
La recherche et développement
(R&D) permet de faire progresser
Près de 4 900 personnes, dont l'ensemble des connaissances
humaines ; elle contribue grande-2 330 chercheurs, travaillent dans
ment à la compétitivité d'une éco-la recherche privée en Alsace. Le
nomie nationale ou régionale.
nombre de chercheurs rapporté à Selon l'OCDE, la mesure des acti-
l'ensemble des salariés tous sec- vités scientifiques et techniques
e
teurs, place l'Alsace au 8 rang s'est constituée autour de deux ty-
pes d'indicateurs : d'une part, lesdes régions métropolitaines.
ressources allouées à la re-
En quinze ans, le nombre de cher-
cherche et développement (R&D)
cheurs en Alsace a doublé et d'autre part, les comptages de
(+4,8 % par an), tout comme au brevets.
plan national. Entre 2000 et 2007,
Les dépenses de R&D et le per-Intensité de recherche* (en %) la progression s'est même accé-
Nombre sonnel employé renseignent sur3,0etplus de chercheurs lérée avec +5,5 % (+5,9 % en
pour 1 000 emplois les ressources allouées par lesde 2,0 à moins de 3,0
salariés France métropolitaine).de 1,5 à moins de 2,0 entreprises et les États ou les col-
20
de 1,0 à moins de 1,5 lectivités dans ces activités qui vi-
7
moins de 1,0 sent à accroître le stock deLes industries manufacturières à
* part de la dépense intérieure connaissances dans les domai-
France métropolitaine : haute et à moyenne-haute techno-de recherche dans le PIB (en %)
11 chercheurs nes scientifiques et techniques.
France métropolitaine : 2,1 % pour 1 000 salariés logie regroupent les trois quarts
des emplois de chercheurs, soit la La recherche et développement
représente également une sourcespécifiques alsaciennes, font même proportion d'emplois que
d'innovation pour les entreprisespour l'ensemble des salariés. L'in-partie des secteurs de pointe de la
et la société. Cependant, il ne faut
région. Ces industries sont liées à dustrie automobile, l'industrie pas réduire ce processus à la
pharmaceutique, la fabricationdes activités de production et de simple innovation technologique
mais d'une manière plus globalerecherche phares de la région et à des machines et équipements et
lier celle-ci aux dimensions d'usa-la chimie, secteurs clés de lades volontés politiques de déve-
ges et de services.
loppement. Ainsi, le pôle de R&D, concentrent la plupart des
chercheurs de la région.compétitivité "Véhicule du Futur"
des atouts majeurs pour la région.regroupe des entreprises dans les
L'université et les écoles d'ingé-Les grandes entreprises de 1 000secteurs de la construction de véhi-
nieurs alsaciennes bénéficientcules automobiles, de fabrication salariés et plus emploient 45 %
d'une réputation solidement établiedes chercheurs du domaine privéd'équipements automobiles et de
en France comme à l'étranger etpompes et compresseurs. dans la région, soit sensiblement
moins qu'au niveau national (58 %). représentent un potentiel impor-Quant à la chimie, activité de
moyenne-haute technologie, elle tant de recherche et de forma-
retrouve des connexions d'une R&D publique : tions supérieures.
e
part en matière de sciences physi- l'Alsace au 8 rang Malgré une progression moins
ques et naturelles et en biotechno- forte ces dernières années,
elogie dans le pôle à vocation mon- L'enseignement supérieur et la l'Alsace se place au 8 rang des
diale "Alsace Biovalley", et d'autre recherche publique constituent régions françaises pour la part
part en termes de produits chimi-
En 15 ans, un écart Alsace-France qui se resserre
ques, du papier et du carton, dans
Évolution de l'intensité de recherche* de 1992 à 2007
le pôle "Fibres Grand Est".
2,6
Intensité de recherche (en %)
Fortement liée à la structure du France
2,2tissu économique de la région, la
dépense intérieure de recherche
et développement des entreprises 1,8
Alsacealsaciennes dans les services
représente 6 % de la dépense 1,4
totale, soit deux fois moins en
valeur relative qu'au plan national.
1,0
* Intensité de recherche : part de la dépense intérieure de recherche dans le produit intérieur brut
3Atlas de l'industrie en Alsace Chiffres pour l'Alsace · n° 13 - janvier 2011
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1992
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
© ESRI (1997) Région Alsace / SIGS 2010
Sources : MEN ; MESR-DEPP ; INSEE
Sources : MESR - DGESIP ; DGRI - SIES ; InseeRecherche et développement en 2007 : effectif total et chercheurs
selon l'intensité technologique* du secteur (en %)
la France métropolitaine (quatre
75
pour 1 000 pour la France de
province).60
Cependant, en nombre de cher-45
cheurs, la recherche publique en
30 Alsace a diminué depuis 2001 par
rapport au privé. Le nombre de
15 chercheurs exerçant dans le
domaine public a peu progressé
0
(+5 % contre +37 % pour laEffectif total Chercheurs Effectif total Chercheurs
Alsace France recherche privée) et la part des
Industries manufacturières : haute et moyenne-haute technologies chercheurs du public est passée
Industries manufacturières : moyenne-faible et faible de 61 % en 2001 à 54 % en 2007.
Primaire - Énergie - BTP et Services
* Intensité technologique du secteur : voir encadré page 5 ... et des secteurs
d'excellence
nationale du nombre des diplômés
du supérieur. Elle est, avec 3 % des salariés La chimie alsacienne est un do-
l'Île-de-France et le Langue- de la recherche maine de compétence et d'activité
doc-Roussillon, une des régions publique nationale... important, tant sur le plan industriel
où la proportion du nombre de que sur le plan de la formation et
doctorants dans l'ensemble natio- 4 400 personnes travaillent dans le
nal est plus élevée que celle des secteur de la recherche publique
L'Alsace, troisième pôleinscrits en licence ou en master. en Alsace : deux tiers de cher-
régional du CNRSAvec Paris, Strasbourg fait cheurs (y compris les boursiers) et
partie des deux grandes villes un tiers de personnel de soutien à L'Alsace constitue, par ses ef-
qui accueillent le plus d'étudiants fectifs et le budget de ses labora-la recherche. Elles représentent
toires, le troisième pôle régionalétrangers en France, respective- près de 3 % des salariés de la
du Centre national de la recherche
ment 18 % et 16,5 %. recherche publique nationale, pro-
scientifique (CNRS), avec 54 la-
portion identique à celle de la popu- boratoires, 10 groupements ou
Avec 353 millions d'euros de lation alsacienne dans l'ensemble fédérations de recherche, 1 500 per-
sonnes et plus de 90 millions d'eurosnational.dépenses consacrées à la re-
de budget annuel.
cherche publique en 2007, soit
L'administration déléguée régio-
Plus de la moitié des chercheurs2,9 % de la dépense nationale, nale de l'INSERM est à Strasbourg
e
l'Alsace occupe la 8 place parmi (54 %) exercent dans le public et agit pour l'ensemble des régions
du Grand Est. Cet organismecontre 44 % au niveau national.Celes 22 régions métropolitaines.
compte 12 unités de recherche àCette dépense représente 0,7 % pourcentage important est essen-
Strasbourg - 95 chercheurs et une
tiellement lié à la place de l'univer-du PIB alsacien. L'université et le centaine d'ingénieurs, techniciens
centre national de la recherche sité alsacienne au plan internatio- ou administratifs - qui sont presque
nal, et à ses centres de recherche. toutes associées à l'Universitéscientifique (CNRS) sont les
de Strasbourg. L'Institut nationalprincipaux organismes de la re- Rapporté à l'ensemble des sala-
de la Recherche agronomiqueriés tous secteurs confondus,cherche publique de la région : ils
(INRA) a un centre à Colmar,
consomment 93 % des ressour- l'Alsace compte cinq chercheurs avec une unité mixte de recherche
dans le public pour 1 000 sala-ces et regroupent 92 % des effec- avec l'Université de Strasbourg.
tifs salariés. riés, soit le même ratio que pour
Répartition de la dépense intérieure de R&D des entreprises
selon l'intensité technologique* du secteur en 2007 (en %)
Industries manufacturières
Primaire-
Haute Énergie- Services EnsembleHaute Moyenne-haute Moyenne-faible Faible
et moyenne-haute BTPtechnologie technologie technologie technologie
technologie
Alsace 34,7 43,5 78,2 8,1 6,4 1,1 6,2 100,0
France 42,5 29,4 71,9 7,7 4,0 4,2 12,2 100,0
* Intensité technologique du secteur : voir encadré page 5
4 Chiffres pour l'Alsace · n° 13 - janvier 2011 Atlas de l'industrie en Alsace
Sources : MESR - DGESIP ; DGRI - SIES
Sources : MESR - DGESIP ; DGRI - SIESRépartition de la DIRD* des administrations en 2007
selon le statut de l'établissement
60
En %
45
30
Intensité technologique des
secteurs
15
Selon le classement établi par l'OCDE,
les industries manufacturières sont
0 regroupées en quatre ensembles en
Alsace France fonction de leur intensité technolo-
gique :EPST (hors CNRS) EPIC CNRS Universités Autres
- la haute technologie regroupe les
* DIRD : Dépense intérieure de recherche et développement
secteurs de l'aérospatial, l'électro-
EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique nique, les machines de bureau et ordi-
EPIC : Établissement public à caractère industriel et commercial nateurs, la pharmacie, les instruments
CNRS : Centre national de la recherche scientifique médicaux, de précision, d'optique et
de la recherche. Elle apparaît pôle fort de recherche associant d'horlogerie ;
- la moyenne-haute technologierégulièrement dans le haut des l'université alsacienne, le centre
rassemble les secteurs du matérielclassements nationaux et interna- national de la recherche scienti-
professionnel, l'automobile, la chimie,
tionaux. Dans le classement de fique et l'institut national de santé le transport, les machines électriques
Shanghaï 2010, l'Université de et de la recherche médicale. (hors communication) et non électri-
e ques (hors bureau) ;Strasbourg se situe au 14 rang La richesse et la diversité de com-
er - la moyenne-faible technologiemondial et au 1 rang des universi- pétences présentes en Alsace
regroupe les secteurs du caoutchouc
tés françaises en chimie. opèrent ainsi une différenciation
et plastiques, des raffineries de pé-
Les sciences du vivant, la biologie positive de la région au regard de trole, des métaux non ferreux, des pro-
et la santé constituent un autre la concurrence internationale. duits minéraux non métalliques, la
sidérurgie, des ouvrages en métaux, la
construction navale, les autres indus-
tries manufacturières ;
- la faible technologie regroupe les
industries du papier, imprimerie et édi-
tion, textiles, habillement et cuir, ali-
mentation, boissons et tabac, bois et
meubles.
Pour une stratégie de recherche, de développement
et d'innovation
La mise en cohérence des énergies et des moyens pour créer des liens
entre le monde de la recherche et celui des petites et moyennes entreprises
est indispensable pour assurer une recherche performante, innovante et
attractive. En Alsace, cette relation doit être renforcée pour les entreprises,
par le besoin d'accroître la mise en commun de compétence et de
savoir-faire, en application des technologies, en partage de plates-formes et
d'équipements de haut niveau.
L'implication des entreprises en matière de recherche se mesure par le
nombre de chercheurs qu'elles emploient et par leurs dépenses de R&D.
Celle du privé est faible par rapport à d'autres régions. Même si aujourd'hui,
la dépense intérieure de R&D des entreprises alsaciennes est supérieure à
celle des administrations (57 % de DIRDE et 43 % de DIRDA), c'est la re-
cherche publique qui emploie le plus de chercheurs (54 %).
Le manque ou l'insuffisance d'une vraie stratégie "RDI" (Recherche, Déve-
loppement, Innovation) dans les entreprises est un handicap pour les écono-
mies régionales. Aussi, les acteurs nationaux et régionaux ont-ils instauré
des politiques complémentaires, à travers la mise en place des pôles de
compétitivité et l'élaboration d'une stratégie régionale de l'innovation.
5Atlas de l'industrie en Alsace Chiffres pour l'Alsace · n° 13 - janvier 2011
Sources : MESR - DGESIP ; DGRI - SIESL'innovation potentiellement innovants ont vu La valorisation
en Alsace leur nombre progresser de 15 % de la recherche
depuis 2004 dans la région, en par- et le transfert
ticulier grâce aux secteurs "Con- de technologiesL'innovation est considérée comme
l'un des éléments moteurs de la seils et assistance", "Postes et télé- en Alsace
communications" et "Activités ré-compétitivité. Elle constitue à la
fois un facteur déterminant de la créatives, culturelles et sportives". L'innovation est le fruit d'un pro-
profitabilité des entreprises et de cessus global qui relève à la fois
la croissance économique d'un À lui seul, le secteur "Conseils et du développement et de la protec-
assistance" regroupe 62 % despays, voire d'une région. tion des technologies, de l'organi-
L'innovation est partout et ne se établissements "innovants" de la sation, du marketing, du design,
région et emploie 23 % des sala-cantonne plus à la technologie de la créativité, de la stratégie
issue de la R&D. Ce processus riés de l'ensemble des secteurs d'entreprise, de l'organisation, des
innovants. Il est de loin le secteurdoit également faire face à l'adap- politiques de recrutement, et de
tation d'un tissu économique en le plus important en nombre d'éta- toutes les composantes du mana-
blissements et d'effectifs salariés.Alsace - toujours très industriel, gement.
même si en mutation - composé à Il est en progression un peu par-
tout en France.Au niveau régional,la fois de grands groupes et d'en- Avec la mise en place d'une poli-
treprises familiales. Les premiers entre 2004 et 2007, le nombre tique volontariste, la valorisation
d'établissements de ce secteur arésultats se traduisent par la créa- de la recherche publique connaît
tion d'entreprises innovantes et de augmenté d'un tiers (+12 % en ter- une forte croissance dans la
mes d'effectifs salariés).projets à haute valeur ajoutée, région : augmentation de 31 % du
grâce au développement de l'en- nombre de brevets déposés en
Si les établissements industrielstreprenariat et à l'action de structu- 2007 par rapport à 2004 et de
res porteuses (incubateur SEMIA). des secteurs potentiellement inno- 25 % pour les licences contrac-
vants ne représentent qu'un peu tuelles dans le cadre des brevets
Fin 2007, le nombre d'établisse- moins de 10 % des établisse- issus de la recherche alsacienne.
ments "innovants", ils regroupentments dans les secteurs potentiel- Le nombre de contrats de re-
lement innovants (industrie et ter- cependant, avec 13 700 salariés, cherche enregistre également une
plus de la moitié des effectifs.tiaire) s'élève à 2 440 en Alsace hausse par rapport aux années
qui emploient 25 500 salariés. Les Selon les secteurs industriels, la précédentes.
situation est contrastée en termesétablissements "innovants" repré- Cette politique s'est accompagnée
sentent 2,3 % des établissements d'évolution, depuis 2004, du de la mise en place du réseau Con-
nombre d'établissements et desconcernés au niveau de la France nectus Alsace. Créé en 2006, il a
métropolitaine (4,1 % au niveau de effectifs employés. pour vocation de rendre les res-
la France de province).Tous sec- sources académiques plus visibles
teurs confondus, les établissements aux entreprises et de favoriser ainsi
Secteurs potentiellement innovants en 2007
dont
France métropolitaine France de province (en %) Alsace (en %)
Secteurs
Effectifs Effectifs Effectifs
Établissements Établissements Établissements
au 31/12 au 31/12 au 31/12
Pharmacie, parfumerie et entretien 681 87 016 62,6 67,8 2,2 4,4
Industries des équipements du foyer 423 6 116 65,7 71,7 0,7 1,6
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 1 1 907 100,0 100,0 0,0 0,0
Industries des équipements électriques et électroniques 5 375 132 509 74,7 61,7 2,7 5,2
Chimie, caoutchouc, plastiques 1 004 46 379 80,7 91,0 3,0 4,8
Industries des composants électriques et électroniques 1 446 69 465 75,0 85,2 2,8 1,0
Commerce de gros, intermédiaires 9 776 64 929 54,2 44,6 2,7 2,2
Postes et télécommunications 7 784 167 103 63,9 60,9 2,7 1,8
Conseils et assistance 64 454 359 655 57,5 44,9 2,4 1,6
Services opérationnels 393 2 638 57,8 33,6 3,1 2,4
Activités récréatives, culturelles et sportives 16 771 76 220 38,7 29,5 1,3 2,0
Total 108 108 1 013 937 56,1 55,6 2,3 2,5
dont Industrie* 8 930 343 392 74,1 72,4 2,6 4,0
* industries des biens de consommation, des biens d'équipement, des biens intermédiaires, et industrie automobile
6 Chiffres pour l'Alsace · n° 13 - janvier 2011 Atlas de l'industrie en Alsace
Source : Insee, CLAP 2007Stratégie régionale de l'Innovation en Alsace
Encouragée par la Commission Européenne à l'occasion de la mise enles passerelles public-privé dans
œuvre du Programme Européen FEDER pour la période 2007-2013, lal'optique de valoriser et transférer
Région Alsace a élaboré et adopté en décembre 2009 sa "Stratégie Régio-
les savoir-faire et compétence des nale de l'Innovation en Alsace".
laboratoires publics. Cette stratégie a pour ambition de renforcer l'efficacité du système régional
d'innovation et de formaliser davantage la stratégie régionale, en meilleureDiverses structures en Alsace
cohérence avec les attentes et les besoins du territoire tout en marquant unepermettent d'accompagner le
volonté plus forte de définition de choix prioritaires, une accélération du mou-
transfert de technologies et de vement, une mobilisation des énergies et des talents et une dynamique
compétences, en particulier : les régionale nouvelles.
centres régionaux d'innovation et
Dans ce cadre, la Stratégie Régionale de l'Innovation vise à répondre à troisde transfert de technologie (Critt) au
grands enjeux :
nombre de six en Alsace ; les pla-
- être une région entreprenante et innovante en libérant le potentiel d'innovation
tes-formes technologiques (PFT) des entreprises et en agissant sur la qualification des ressources humaines ;
au nombre de quatre dans la - être une région ouverte, attractive et rayonnante au cœur de l'espace rhé-
nan et de l'Europe, en misant sur l'environnement économique, culturel etrégion ; l'Institut français du textile et
scientifique ;de l'habillement (IFTH).
- définir des priorités sectorielles, en faisant le choix de positionner l'Alsace,
ses valeurs et ses atouts sur des marchés émergents et en forte croissance.
Par ailleurs, l'Agence Régionale
de l’Innovation (ARI) assure la Pour répondre à ces enjeux, quatre leviers stratégiques ont été définis pour
agir de façon transversale sur tous les secteurs d'activité :coordination des différentes struc-
- agir sur la culture de l'innovation au sein des TPE-PME et dans la société ;
tures d'accompagnement. Ren-
- développer les compétences et les capacités des entreprises pour mener à
forcée suite à la Stratégie Régio- bien des démarches d'innovation ;
nale de l'Innovation (SRI), elle - favoriser les démarches collaboratives et les partenariats en s'appuyant sur
le potentiel de formation et de recherche ;joue aujourd'hui un rôle central
- promouvoir le territoire, ses talents et ses atouts à l'international.pour développer le réseau régio-
nal alsacien de l'innovation et pour Autres éléments de réponse aux enjeux, la définition d'axes stratégiques
piloter la mise en œuvre opéra- prioritaires, visant des marchés émergents et en forte croissance, dans les-
quels l'Alsace entend devenir une région de référence : économie verte, santétionnelle et les actions de cette
bien-être, humanisme et société.stratégie.
En matière de soutien financier,
Au travers d'un pilotage État-Région, cette stratégie est mise en œuvre par
différents dispositifs existent pour les acteurs organisés au sein d'un nouvel écosystème régional de l'innova-
favoriser le développement des tion où il ne s'agit plus "d'administrer" l'innovation mais de définir un nouveau
mode de pilotage opérationnel et de suivi des actions qui la nourrissent.entreprises par l'innovation. Des
aides permettent aux entreprises
Source : Région Alsace
d'entrer dans un premier proces-
sus d'innovation comme le chèque
innovation ou le pré-diagnostic Depuis 2005, le montant des aides
propriété intellectuelle. D'autres a augmenté du fait notamment de
visent à renforcer les compéten- la refonte du crédit d'impôt
Pour en savoir plusces comme la convention indus- recherche, de la revalorisation du
trielle de formation par la re- budget innovation de la Région www.region-alsace.eu
cherche (CIFRE). D'autres encore, Alsace et du budget Oseo. On
Agence régionale de l'innovation :
telles que le crédit d'impôt re- peut estimer le montant annuel de www.ari-alsace.eu
cherche ou le dispositif mutualisé ces aides à environ 40 millions
Dispositif Oseo : www.oseo.fr
Oseo - Région, financent directe- d'euros aujourd'hui.
www.insee.fr/alsace rubriquement les projets.
publications, dossier Atlas de
l'industrie en Alsace
François Diogo
Région Alsace
L'Atlas de l'industrie en Alsace est un dossier réalisé en partenariat entre l'Insee-Alsace, la Direction régionale des en-
treprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi d'Alsace (Direccte Alsace), la Région Alsace
et les Chambres de Commerce et d'Industrie d'Alsace.
Il est composé de 22 fiches sectorielles et de 16 fiches territoriales déjà disponibles, et d'études thématiques.
Insee-Alsace : Cité Administrative Gaujot - 14 rue du Maréchal Juin - 67084 Strasbourg Cedex
Tél : (33) 03 88 52 40 40 - Fax : (33) 03 88 52 40 48 - Internet :www.insee.fr/alsace
Directeur de la publication : Guy Bourgey❍ Rédactrice en chef : Simone Schnerf❍ Secrétaire de rédaction :Chantal Rousselle
Mise en page : Thana Kim, Christian Milanini, Patricia Sourine❍ Cartographie : Christiane Kuhn
7
Maquette : Carré Blanc - Strasbourg
© INSEE 2011❍ ISSN : 2104-4945❍ Dépôt légal : janvier 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.