Reprises et transmissions d'entreprises à Paris

De
Publié par

ILE-DE-FRANCE études Septembre 2009 Reprises et Transmissions PROMOTIONS Entrecôtes saucisses d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Bouch A CEDER A CEDER Reprises et transmissions d’entreprises à Paris Jean Bresner et Olivier Satger Insee Ile-de-France Ce document, produit d’un partenariat entre la Direction régionale de l’Institut national de la statistique et des études économiques d’Ile-de-France et la Mairie de Paris, a donné lieu à la réalisation d’un article de 4 pages « A Paris, une entreprise individuelle de proximité sur deux sera à transmettre dans les dix prochaines années » Insee Ile-de-France à la page n° 305 - octobre 2008 Insee Ile-de-France Septembre 2009 Page 1 Reprises et transmissions d’entreprises à Paris Sommaire Introduction……………………………………………………………………………………………………………………………... 3 Synthèse…………………………………………………………………………………………………………………………………….. 4 Partie I - La transmission d’entreprises individuelles à Paris èreSynthèse de la 1 partie………………………………………………………………………………………..7 1 Quelques caractéristiques des entreprises individuelles ................................................................. 8 1.1 A Paris, huit entreprises individuelles sur dix ont une activité de service .................................... 8 1.2 Une entreprise sur deux est individuelle dans les services.......................
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 100
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE études
Septembre 2009
Reprises
et
Transmissions
PROMOTIONS
Entrecôtes
saucisses
d'entreprises à Paris
Jean Bresner
Olivier Satger
Insee Ile-de-France
Bouch
A CEDER
A CEDER



Reprises et transmissions d’entreprises
à Paris









Jean Bresner et Olivier Satger
Insee Ile-de-France










Ce document, produit d’un partenariat entre la Direction régionale de l’Institut national
de la statistique et des études économiques d’Ile-de-France et la Mairie de Paris,
a donné lieu à la réalisation d’un article de 4 pages
« A Paris, une entreprise individuelle de proximité sur deux
sera à transmettre dans les dix prochaines années »
Insee Ile-de-France à la page n° 305 - octobre 2008












Insee Ile-de-France Septembre 2009


Page 1Reprises et transmissions d’entreprises
à Paris



Sommaire

Introduction……………………………………………………………………………………………………………………………...
3
Synthèse……………………………………………………………………………………………………………………………………..
4


Partie I - La transmission d’entreprises individuelles à Paris

èreSynthèse de la 1 partie………………………………………………………………………………………..7

1 Quelques caractéristiques des entreprises individuelles ................................................................. 8
1.1 A Paris, huit entreprises individuelles sur dix ont une activité de service .................................... 8
1.2 Une entreprise sur deux est individuelle dans les services.......................................................... 9
1.3 Les entreprises individuelles : 9 % des emplois salariés de la capitale ..................................... 10
1.4 Les entreprises individuelles : six salariés sur dix travaillent dans les services......................... 10
1.5 15 100 entreprises individuelles de proximité............................................................................. 12

2 Dans les 10 ans à venir, 41 000 chefs d’entreprise partiront à la retraite dans la capitale ........... 13
2.1 44 % des entreprises individuelles concernées.......................................................................... 13
2.2 Des risques de départs différents selon les secteurs................................................................. 14
2.3 Zoom sur les principales activités concernées........................................................................... 16
2.3.1 Un tiers des départs concernent les services aux entreprises ........................................... 16
2.3.2 Des risques de départs massifs dans la pratique médicale ............................................... 20
2.3.3 Quatre entreprises sur dix concernées dans les services aux particuliers......................... 23
2.3.4 Le commerce : près de la moitié des chefs d’entreprise ont plus de 50 ans...................... 25
2.3.5 Les autres activités ............................................................................................................. 25

3 Impact sur l’emploi salarié.............................................................................................................. 27
3.1 Près de 17 800 emplois salariés à sauvegarder ........................................................................ 27
3.2 86 % des emplois salariés concernés sont dans les services et le commerce.......................... 27
3.3 Beaucoup d’emplois salariés concernés dans les services aux entreprises.............................. 27
3.4 Le nombre moyen de salariés concernés par entreprise individuelle est le plus élevé dans
l’industrie agricole et alimentaire en raison de la présence dans ce secteur des boulangeries........ 29

4 Zoom sur les activités de proximité................................................................................................ 31
4.1 La moitié des entreprises individuelles de proximité seront à transmettre dans les dix à venir.31
4.2 Principalement dans les commerces non alimentaires .............................................................. 32
4.3 Six départs sur dix dans le commerce de produits pharmaceutiques et de parfumerie ............ 32
4.4 L’emploi dans les activités de proximité ..................................................................................... 33
4.4.1 Un tiers des emplois salariés à préserver se situe dans les activités de proximité............ 33
4.4.2 Six salariés sur dix concernés dans les commerces non alimentaires............................... 35
4.4.3 Plus de trois salariés concernés en moyenne par commerce dans les pharmacies, les
parfumeries et les boulangeries - pâtisseries................................................................................. 37
Page 25 Zoom géographique ....................................................................................................................... 39
5.1 Données de cadrage sur les entreprises individuelles............................................................... 39
e5.1.1 Proportionnellement plus d’entreprises individuelles rive gauche et dans le 16 ............... 39
5.1.2 De 32 % à 50 % des entreprises individuelles concernées par le départ en retraite du
dirigeant selon les arrondissements............................................................................................... 40
5.2 Les activités de proximité ........................................................................................................... 42
5.2.1 Les activités de proximité plus nombreuses dans les arrondissements périphériques...... 42
5.2.2 Un impact plus faible des départs dans les arrondissements périphériques ..................... 42


Partie II - Reprises d'entreprises

eSynthèse de la 2 partie………………………………………………………………………………………. 44

1 Reprises d’entreprises à Paris ........................................................................................................ 45
1.1 Chaque année, en moyenne, 2 200 reprises à Paris ................................................................. 45
1.2 Plus de la moitié des reprises à Paris dans les services aux particuliers .................................. 45
1.3 Huit reprises pour cent créations à Paris.................................................................................... 47
1.4 Neuf reprises pour mille entreprises présentes .......................................................................... 49
1.5 La plupart des reprises débutent avec au moins un salarié. ...................................................... 49
1.6 Statut des entreprises reprises : six sur dix sont des SARL....................................................... 51

2 Zoom sur les arrondissements....................................................................................................... 51
2.1 Presque un tiers des reprises concernées dans quatre arrondissements ................................. 51
2.2 Des caractéristiques sectorielles différentes selon les arrondissements................................... 53
e2.3 Une part de reprises particulièrement importante dans le 5 ..................................................... 53
e e2.4 Les reprises concernent des entreprises de plus grande taille dans le 8 et le 16 ................... 54

3 Zoom sur les activités de proximité................................................................................................ 56
3.1 Une reprise sur trois à Paris dans les activités de proximité...................................................... 56
3.2 Huit reprises sur dix exerçant des activités de proximité sont des commerces......................... 56
3.3 Des reprises de plus petite taille dans les activités de proximité ............................................... 57


Partie III - Le profil des repreneurs

eSynthèse de la 3 partie………………………………………………………………………………………. 59

1 Quelques premières caractéristiques des repreneurs ................................................................... 60
1.1 Le profil type d’un repreneur : un homme autour de la quarantaine. ......................................... 60
1.2 Les services aux particuliers : un secteur privilégié par les repreneurs parisiens...................... 61
1.3 Des repreneurs moins diplômés que les créateurs .................................................................... 61

2 Expérience professionnelle des repreneurs................................................................................... 62
2.1 Une expérience acquise précédemment .................................................................................... 62
2.2 Des actifs occupés avant la reprise............................................................................................ 62

3 Montage du projet........................................................................................................................... 63
3.1 Indépendance et goût d’entreprendre : les principales motivations ........................................... 64
3.2 Les repreneurs aidés par leur entourage proche. ...................................................................... 64
3.3 Un budget plus élevé au démarrage.......................................................................................... 65

4 Emploi : la majorité des reprises démarrent avec des salariés...................................................... 66

5 Perspectives : des repreneurs optimistes ...................................................................................... 67


Page 3Partie IV - Pérennité des reprises d'établissements

eSynthèse de la 4 partie………………………………………………………………………………………. 68

1 Cadrage sur les établissements repris à Paris................................................................................ 69
1.1 Données d’ensemble .................................................................................................................. 69
1.1.1 Une stabilité du nombre de reprises d’établissements à Paris entre 1993 et 2003 ........... 69
1.1.2 Une reprise d’établissement francilienne sur trois se situe à Paris .................................... 69
1.1.3 Treize reprises d’établissements pour mille établissements présents dans le tissu
productif…………………………………………………………………………………………………….71
1.1.4 Des reprises de plus petite taille à Paris............................................................................. 72
1.2 Les reprises parmi l’ensemble des créations d’établissements.................................................. 73

2 Etude sectorielle des établissements repris à Paris ...................................................................... 75
2.1 Commerce et services aux particuliers : les deux secteurs privilégiés pour la reprise............... 75
2.1.1 Entre 1993 et 2003, huit reprises sur dix dans le commerce ou les services aux
particuliers. ..................................................................................................................................... 75
2.1.2 Le nombre de reprises a augmenté dans les services aux particuliers
entre 1993 et 2003 ....................................................................................................................... 77
2.2 Les reprises parmi les établissements initialement présents ..................................................... 77
2.3 Zoom sur les activités de proximité ............................................................................................ 78
2.3.1 Les activités de proximité : quatre reprises sur dix............................................................. 78
2.3.2 Des reprises principalement dans les commerces non alimentaires.................................. 79

3 Pérennité des établissements repris .............................................................................................. 81
3.1 Plus de chances de survie.......................................................................................................... 81
3.2 Une plus grande pérennité dans le commerce........................................................................... 82
3.2.1 Des reprises plus pérennes dans le commerce, mais moins pérennes dans les services
aux particuliers 82
3.2.2 Les reprises dans le commerce résistent mieux................................................................. 83
3.2.3 Industrie : une durée de vie supérieure dans l’industrie agro-alimentaire à Paris.............. 84
3.2.4 Les services aux particuliers : des reprises moins pérennes ............................................. 85
3.3 Une survie plus importante dans les activités de proximité........................................................ 85

4 Impact sur l’emploi des reprises d’établissements......................................................................... 87
4.1 En moyenne, l’année de la reprise, 12 500 emplois salariés préservés .................................... 87
4.2 Une baisse de l’emploi salarié plus rapide dans les établissements repris ............................... 88
4.3 Gains et pertes annuelles d’emploi salarié dans lesris 88
4.3.1 Un gain d’emplois salariés la première année d’activité, puis des pertes d’emploi dans
les reprises comme les créations pures......................................................................................... 88
4.3.2 Les gains d’emploi dans les établissements dont l’effectif croît ......................................... 89
4.3.3 Les pertes d’emploi salarié dans les établissements dont l’effectif diminue ...................... 90
4.3.4 Les pemploi salarié suite à la cessation d’activité des établissements .................. 90
4.4 Zoom sur les activités de proximité ............................................................................................ 91
4.4.1 Résistance de l’emploi salarié dans les reprises d’activité de proximité ............................ 91




Table des figures………………………………………………………………………………………………………………………………………… 94



Page 4Reprises et transmissions d’entreprises
à Paris


Introduction




La problématique de la transmission des PME artisanales, commerciales, industrielles et de services a
donné lieu à un rapport du Conseil Economique et Social rédigé en 2004. L’inquiétude du Conseil est
qu’une transmission d’entreprise mal préparée coûte des emplois en réduisant les chances de survie de
l’entreprise concernée. Ce sujet est d’actualité en raison de la situation démographique du pays. En effet,
comme de nombreux salariés, beaucoup de chefs d’entreprise nés pendant le baby-boom vont partir à la
retraite. Leur nombre est estimé à 700 000 dans les 10 prochaines années en France. Le tissu productif
parisien sera particulièrement impacté dans les prochaines années par ces départs à la retraite.

Les enjeux ne s’expriment toutefois pas qu’en termes d’emploi. Les problématiques sont différentes
suivant que l’on se place du point de vue du cédant, pour qui l‘enjeu est avant tout patrimonial, du
repreneur ou de l’aménagement des territoires.

L’étude présente une photographie des entreprises à reprendre dans les prochaines années pour cause
de départ à la retraite du chef d'entreprise et une analyse de la dynamique de reprises des entreprises sur
les dernières années. L’étude est organisée autour de quatre parties.

La première partie permet de quantifier le nombre potentiel d’entreprises qui seront touchées dans les 10
années à venir par le départ en retraite du chef d’entreprise. Pour certaines entreprises, la question de la
transmission n’est pas un problème. Parce qu’elles sont importantes, parce que la structure de leur capital
facilite cette opération (sociétés anonymes par exemple, ou sociétés appartenant à un groupe), elles ne
sont pas menacées par le départ à la retraite du dirigeant qui ne détient souvent pas la majorité du capital.
Ainsi, dans cette première partie du rapport, le champ a été réduit aux entreprises individuelles de moins
de 250 salariés et dont l’âge du chef d’entreprise est connu.

Toutes les entreprises n’ont pas vocation à être reprises. Une étude de la DCASPL réalisée en 2004 a
montré que seules 37 % des entreprises étaient reprises suite au départ en retraite du chef d’entreprise et
que 55 % des entrepreneurs n’ont pas cherché à faire reprendre leur entreprise. La deuxième partie est
pour cette raison centrée sur les reprises d’entreprises, en considérant l’ensemble des reprises, quelle
que soit la catégorie juridique ou la situation d’origine de l’entreprise reprise. En effet, on ne peut pas
préjuger de l’organisation juridique retenue par le repreneur.

Les repreneurs d’entreprises ont des profils spécifiques. C’est l’objet de la troisième partie : elle décrit les
caractéristiques des repreneurs en 2002, par comparaison aux créateurs ex-nihilo.

Enfin, la quatrième partie est consacrée à la pérennité des reprises d’établissements. La question est de
savoir si les établissements repris sont plus pérennes que les autres. Pour des raisons d’indisponibilité de
l’information statistique sur la pérennité des entreprises parisiennes, il a été décidé de réaliser l’étude à
partir des établissements repris.

L’étude porte sur les entreprises des secteurs de l’industrie, de la construction, du commerce et des
services (champ ICS). Toutes les données proviennent soit du répertoire des entreprises et des
établissements (Sirene), géré par l’Insee, soit de l’enquête « Système d’information sur les nouvelles
entreprises » (Sine) réalisée par l’Insee en 2002.
Page 5
Synthèse : principaux résultats de l’étude





En 2006, les entreprises individuelles à Paris représentent 94 000 entreprises et 32 200 emplois salariés,
soit 40 % des entreprises et 9 % des emplois salariés de la capitale. Potentiellement, 41 000 dirigeants de
ces entreprises, soit 44 %, prendront leur retraite entre 2006 et 2016. En termes d’emploi, 18 000 salariés
sont concernés.
Les arrondissements de la rive-gauche, où le poids des entreprises individuelles est élevé, devraient être
plus touchés que les autres.
Les activités de proximité sont les plus concernées.
Entre 1994 et 2006, 2 200 entreprises sont reprises en moyenne chaque année à Paris. Les reprises ne
représentent que 8 % des nouveaux établissements. La part des établissements repris dans l’ensemble
des établissements existants diminue entre 1994 et 2006 à Paris.
Entre 1994 et 2006, 4 500 salariés sont concernés chaque année par des reprises à Paris. En moyenne
par entreprise, 2,1 salariés sont employés au moment de la reprise. Les reprises à Paris sont concentrées
e e e esur quatre arrondissements : les 11 , 15 , 17 et 18 . A eux quatre, ils regroupent trois reprises sur dix
entre 1994 et 2006.
Les reprises d’entreprises s’effectuent principalement dans le secteur des services aux particuliers,
contrairement aux créations ex nihilo qui sont concentrées dans les services aux entreprises. Les activités
de proximité concentrent une reprise sur trois à Paris et emploient un salarié sur quatre au moment de la
reprise. Les activités de proximité sont des commerces, alimentaires et non alimentaires et des
entreprises de services à la personne.
Au premier semestre 2002, deux tiers des repreneurs parisiens sont des hommes. Les femmes sont
toutefois très présentes parmi les repreneurs, davantage que parmi les créateurs ex nihilo. Les repreneurs
sont moins diplômés que les créateurs ex nihilo. La majorité des repreneurs a une expérience
professionnelle identique à l’activité de l’entreprise reprise. Les repreneurs sont motivés par la volonté
d’être indépendant et le goût d’entreprendre. Ils font massivement appel à leur entourage proche pour
concrétiser leur projet de reprise.
Les repreneurs parisiens mobilisent des ressources financières élevées comparativement aux autres
repreneurs franciliens ou aux créateurs ex nihilo parisiens. Pour financer leur projet, ils recourent
massivement à l’emprunt.
A tout âge, quelle que soit la zone géographique, les reprises d’établissements sont plus pérennes que
les créations ou réactivations. Les reprises dans les activités de proximité résistent mieux que celles des
autres secteurs d’activité. Au contraire, les reprises dans les services aux particuliers sont moins
pérennes.
Chaque année, les reprises d’établissements à Paris permettent de préserver 12 500 emplois salariés,
l’année de la reprise. Pourtant, l’emploi maintenu la première année n’est pas assuré de l’être par la suite.
En effet, l’emploi dans les reprises est maximal à la fin de la première année de vie, puis diminue. Le
même phénomène est observé pour les créations pures ou réactivations. L’emploi salarié diminue plus
vite dans les reprises que dans les créations pures ou réactivations. Cependant, dans les activités de
proximité, l’emploi salarié est davantage préservé dans les reprises que dans les créations pures ou les
réactivations.
Page 6Partie I - La transmission d’entreprises individuelles à Paris

Synthèse



▷ En 2006, les entreprises individuelles à Paris représentent 94 000 entreprises et 32 200 emplois
salariés soit 40 % des entreprises et 9 % des emplois salariés de la capitale. Huit entreprises individuelles
sur dix se situent dans les services, principalement dans le conseil et assistance ainsi que la santé et
l’action sociale. Six emplois salariés sur dix travaillent dans les services et deux sur dix dans le
commerce. Une majorité de ces emplois sont dans le conseil et assistance, les hôtels, restaurants et le erce de détail.

▷ Potentiellement, 41 000 chefs d’entreprises individuelles prendront leur retraite dans la décennie 2006-
2016, ce qui correspond à 44 % des entreprises individuelles. Les trois quarts des départs seront
observés dans les services.

▷ Plus d’une entreprise individuelle sur deux sera concernée dans l’éducation, santé, action sociale. Un
départ sur quatre est à prévoir dans les activités juridiques (services aux entreprises).

▷ Deux tiers des chefs d’entreprises médicales, médecins et chirurgiens, risquent de partir à la retraite
dans les dix prochaines années.

▷ Près de 18 000 emplois salariés sont potentiellement à sauvegarder, dont 87 % dans les services et le
commerce. Sept emplois sur dix sont concernés dans la santé, action sociale et conseils, assistance.

▷ Le nombre moyen de salariés concernés par entreprise individuelle est le plus élevé dans l’industrie
agricole et alimentaire en raison de la présence dans ce secteur des boulangeries.

▷ En 2006, la capitale compte 36 800 entreprises de proximité dont 15 100 (41 %) sont des entreprises
individuelles. Elles emploient 10 500 salariés. Compte tenu de l’âge de leur dirigeant, 7 400 entreprises s exerçant une activité de proximité seront à transmettre dans les dix ans à venir. 57 % de ces
entreprises se situent dans les commerces non alimentaires. Cette proportion est encore plus élevée pour
les activités de produits pharmaceutiques et de parfumerie.

▷ Un tiers des emplois salariés à préserver se situent dans les activités de proximité, soit 5 300 emplois.
Six salariés sur dix travaillant dans un commerce non alimentaire pourraient être touchés par le départ
prochain du chef d’entreprise. Un emploi sur deux dans les activités de produits pharmaceutiques et
parfumerie et les boulangeries - pâtisseries. On compte plus de trois salariés par entreprise dans les
activités de produits pharmaceutiques et parfumerie et les boulangeries - pâtisseries.
▷ A Paris, trois arrondissements sont les moins impactés par la transmission d’entreprises individuelles :
er e ele 1 , le 2 et surtout le 8 arrondissement avec 32 % de chefs d’entreprises individuelles bientôt à la
retraite. Inversement, les arrondissements de la rive-gauche, où le poids des entreprises individuelles est
e e e élevé, sont plus touchés. Cela est particulièrement le cas pour le 5 , le 6 et le 14 arrondissement. Dans
er eles arrondissements centraux de la capitale, du 1 au 8 , les activités de proximité sont moins
développées que dans les arrondissements périphériques. Pour autant, ces derniers seront moins
impactés que ceux du centre de la capitale.

Page 7La transmission d’entreprises individuelles à Paris
L’étude ne porte que sur les entreprises individuelles. Ce sont, en effet, les seules pour lesquelles le
dirigeant est aussi gérant et donc pour lesquelles on connaît l’âge du dirigeant. Les entreprises
potentiellement à reprendre sont celles dont le chef d’entreprise a entre 50 et 69 ans et est donc
susceptible de partir à la retraite dans les dix ans à venir.

1 Quelques caractéristiques des entreprises individuelles

En 2006, à Paris, le nombre d’entreprises individuelles s’élève à 94 000, soit 40 % des 237 000
entreprises parisiennes. Les entreprises individuelles représentent respectivement 47 % et 59 % des
entreprises dans le reste de l’Ile-de-France et en province.

1.1 A Paris, huit entreprises individuelles sur dix ont une activité de service
Les entreprises individuelles parisiennes se situent principalement dans les services (78 entreprises
individuelles sur 100). Le commerce regroupe 14 entreprises individuelles sur 100.
A eux seuls, les services aux entreprises comprennent 37 400 des 94 000 entreprises individuelles, soit
40 % des entreprises. Plus de huit entreprises individuelles dans les services aux entreprises sur dix se
concentrent dans le conseil et l’assistance (activités informatiques, juridiques, comptables…). L’éducation,
santé, action sociale est le deuxième secteur en nombre d’entreprises individuelles (19 800). 90 % des
entreprises individuelles de ce secteur ont une activité dans la santé (activités de la pratique médicale,
dentaire et des auxiliaires médicaux) et l’action sociale. Le nombre d’entreprises individuelles pour les
services aux particuliers (12 200) est proche de celui du commerce (13 500) où 80 % des entreprises font
du commerce de détail.
Dans le reste de l’Ile-de-France, la part des services est moins importante (64 % des entreprises
individuelles). Le secteur « éducation, santé, action sociale » est le premier en nombre d’entreprises s (25 entreprises individuelles sur 100). Le poids des services aux entreprises est nettement
plus faible (18 entreprises individuelles sur 100) qu’à Paris alors, qu’au contraire, les parts du commerce
et de la construction y sont supérieures respectivement de 6 et 7 points.

Figure 1 - Répartition sectorielle des entreprises individuelles parisiennes
Nombre d'entrepreneurs individuels
Industrie
Construction
Commerce
Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Education,
santé, action
sociale
Autres services

Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Champ ICS
Page 8Figure 2 - Répartition sectorielle des entreprises individuelles dans le reste de l’Ile-de-France
Nombre d'entrepreneurs individuels
Industrie
Construction
Commerce
Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Education, santé,
action sociale
Autres services

Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Champ ICS


1.2 Une entreprise sur deux est individuelle dans les services
C’est dans le secteur des services que la part des entreprises individuelles est la plus importante dans la
capitale avec 47 individuelles sur 100 entreprises. Cette proportion se situe de 20 à 25 points au-dessus
des autres grands secteurs que sont l’industrie, la construction et le commerce. Cette situation se retrouve
dans le reste de la région avec, toutefois, des écarts moins grands entre ces 4 secteurs.
La part des entreprises individuelles est particulièrement élevée dans le secteur « éducation, santé,
action sociale » avec 86 %. Neuf entreprises individuelles sur dix de ce secteur se situent dans la santé et
l’action sociale.
La part des entreprises individuelles dans les services aux entreprises est de 46 %. Le conseil assistance
compte 49 % d’entreprises individuelles. Dans les services aux particuliers, la proportion (35 %) est
inférieure à la moyenne dans les services.
Dans l’industrie, seulement 23,5 % des entreprises sont individuelles. La part des entreprises individuelles
dans l’industrie des biens de consommation est très faible (19 %). En revanche, elle dépasse 50 % dans
les industries agro-alimentaires.
Dans le commerce, la part des entreprises individuelles (27 %) est légèrement supérieure à celle de
l’industrie. Elle est plus élevée dans le commerce de détail, réparations (40 %) et très faible dans le
commerce et réparation automobile (11 %) ainsi que le commerce de gros, intermédiaires (12 %).
Page 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.