Résultats satisfaisants pour la Suisse et le Bade-Wurtemberg

De
Publié par

L'Allemagne poursuit en 2005 une croissance timide de 1,1%. Ce tiède résultat est, comme en 2004, la résultante de deux tendances antinomiques. La puissance exportatrice et la forte compétitivité de l'économie allemande font gagner aux entreprises de ce pays des parts de marché dans le commerce mondial. Mais la consommation finale des ménages est la plus faible de l'Union. Pour sa part, la Suisse affiche une croissance assez favorable, entraînant une embellie de l'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ÉCONOMIE
Résultats satisfaisants pour la Suisse
et le Bade-Wurtemberg
L’Allemagne poursuit en 2005
Taux de couverture rapprochés en incluant les Servicesune croissance timide de 1,1 %.
Ce tiède résultat est, 130
Taux de couverture (en %)
Allemagne (seuls biens)comme en 2004,
larésultante dedeuxtendances 125
antinomiques.
120 Total SuisseLa puissance exportatrice
et la forte compétitivité Total Allemagne
115
de l’économie allemande
font gagner aux entreprises 110
de ce pays des parts de marché
Suisse (seuls biens)
105dans le commerce mondial.
Mais la consommation finale
100des ménages est la plus faible
de l’Union.
95
Pour sa part, 2000 2001 2002 2003 2004 2005
la Suisse affiche
année consécutive de déclin dans partie "biens d’équipement" et unune croissance
ce secteur. recul de 3,6 % de la partie "cons-assez favorable,
truction". La consommation privée
entraînant une embellie
des ménages, pour sa part, stagne,Côté emplois, la dynamique est
de l'emploi. alors que s’observe chez tous lesessentiellement due au commerce
autres pays de l’Union une hausse,extérieur. La machine exportatrice
même légère.croît de 7,5 % (10,1 % en 2004),
tandis que les imports accélèrent
ôté ressources, la croissance toujours avec une hausse de 8,7 % La réforme de l’impôt sur le revenuC du PIB allemand a principale- en 2005.Le solde, qui s’élève à plus a entraîné en 2005 sa baisse de
ment été soutenue par la production de 160 milliards d’euros, contribue 2,7 % et une évolution en ciseau
manufacturière avec 2,6 %, l’en- aux deux tiers à la croissance éco- des salaires et traitements bruts
semble des services dégageant nomique globale. En revanche, les (-0,3 %) et nets (0,1 %). Le revenu
1,5 %, soit à peine plus que la dépenses publiques de consom- disponible des ménages privés
moyenne. Comparés à l’année pré- mation diminuent toujours, permet- croît toujours légèrement : les mé-
cédente, le secteur primaire est en tant au déficit national de se résor- nages continuent de freiner leur
baisse de 3,6 %, de même que celui ber, bien qu’encore au-dessus des consommation privée et font croître
de la construction (-4,1 %), ce der- 3 % du PIB.Il en va de même de l’in- une épargne dont le taux (10,6 %)
nier contribuant le plus à freiner la vestissement, tiraillé entre une se rapproche un peu plus du niveau
croissance. Il s’agit de la sixième hausse prometteuse de 4 % de la de 1995 (11 %).
6
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 12· L'année économique et sociale 2005 · juillet 2006
Sources : Eurostat-Office statistique fédéralÉCONOMIE
Le chômage a atteint un record en …tandis que l’automobile L’économie suisse rebondit
février 2005, avec un taux de 12,4 %, du Bade-Wurtemberg depuis le printemps 2005
peu après la mise en application
regagne des parts de marché
(Hartz IV) de la fusion de l’alloca- La Suisse a aussi renoué avec la
tion versée aux chômeurs et du re- Après une année 2004 moins dy- croissance depuis deux ans, en affi-
venu minimum en une aide unique. namique que dans l’ensemble du chant chaque année un taux de
Depuis, une lente décrue est ob- pays, le Bade-Wurtemberg a vu en croissance voisin de 2 %, coupé
servée et le taux harmonisé au ni- 2005 son PIB augmenter de 1,5 %, dans le temps par une stagnation fin
veau européen s’établit pour l’Alle- soit plus que tous les autres länder, 2004-début 2005. Les banques,
magne à 9,5 % pour l’année 2005. Sarre et Schleswig-Holstein exclus. l’horlogerie, la pharmacie et la
À égalité avec le taux de la France, chimie poursuivent leur reprise,Il atteint la moyenne de l’"ancienne"
il est le plus élevé de l’Union après Union européenne à 15 membres. alors que le commerce de détail a
la Pologne, la Slovaquie et la Grèce. Ce retour de la dynamique provient stagné et que l’automobile a subi
Près d’un actif sur cinq se trouve d’abord d’un secteur automobile in- une légère contraction des ventes.
toujours sans emploi dans les nou- dustriel comme commercial surtout La consommation privée, en hausse
veaux länder, proportion qui se re- tourné vers l’export. Mais il faut de 1,6 %, ne s’est certes pas remise
trouve dans une zone couvrant aus- également citer les secteurs des à tirer la croissance. Mais le poids
si la Pologne voisine et la Slovaquie transports et communications des incertitudes économiques s’al-
orientale et continue à couper l’Alle- comme ceux des activités financiè- lège depuis le résultat positif de ré-
magne en deux. res et assurances, qui, eux, ont plus centes négociations salariales et le
profité à l’économie intérieure. regain constant de confiance des en-
treprises. Les investissements conti-Enfin, les administrations publiquesLa chimie,
et l’industrie du bâtiment ont obser- nuent à afficher des hausses voisi-en Rhénanie-Palatinat, patine…
vé une évolution positive, contras- nes ou supérieures à 3 %, que ce
Contrairement aux trois dernières tant avec la crise régnant dans ces soit pour l’équipement ou la cons-
années, l’évolution économique en secteurs au niveau fédéral. truction. Enfin, les échanges exté-
Rhénanie-Palatinat ne dépasse rieurs restent un moteur de crois-
plus l’évolution allemande. L’in- Ramené à la population, le PIB sance, même s’ils se sont émoussés
dustrie chimique, poids lourd dans bade-wurtembergeois permet au par rapport aux résultats records de
ce land, n’a pu en effet croître autant Sud-Ouest allemand de n’être dé- 2004 (+8,9 % à l’export, +7,4 % à
que dans tout le pays (5,5 % contre passé en richesse globale que par l’import). La population active oc-
7,5 %), et le recul dans le bâtiment a Hambourg, Brême, la Hesse et la cupée a crû de 0,3 % en 2005, et
été encore plus net. cette croissance concerne les fem-Bavière. Cette comparaison n’a
mes et les étrangers. Le nombred’ailleurs vraiment de sens qu’avec
Cependant, pour la deuxième d’emplois affiche la même évolution,ces deux derniers länder, dans la
année consécutive, les communes laquelle profite au secteur secon-mesure où le nombre de navetteurs
de Rhénanie-Palatinat perçoivent travaillant dans les deux cités han- daire (+1,1 %), alors que le tertiaire
plus de recettes d’impôt. La taxe séatiques et n’y résidant pas est très stagne. Cette embellie de l’emploi
professionnelle, qui avait chuté important. est d’autant plus remarquable que
entre 2001 et 2003, a crû de les emplois à plein temps ont arrêté
presque 10 %, en 2005. De même, Par ailleurs, l'évolution des em- de reculer pour la première fois au
avec 7,4 millions d’hôtes, la plois au Bade-Wurtemberg en 2005 dernier trimestre 2005, après 15 tri-
branche touristique établit un nou- mestres consécutifs de régression.a été infime, avec +0,1 %.
veau record en 2005, même si le
nombre de nuitées varie peu.
Sébastian CARLOTTI
7
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 12· L'année économique et sociale 2005 · juillet 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.