Retour de la croissance

De
Publié par

En France, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,5 % en 2010, après une chute de 2,7 % en 2009 sans précédent depuis la seconde guerre mondiale. L’activité manufacturière repart à la hausse. Toutes les grandes branches contribuent à ce rebond à l’exception de la construction. Les dépenses de consommation des ménages progressent de nouveau en 2010 après s’être stabilisées en 2009 et l’investissement total diminue encore mais beaucoup moins qu’en 2009 (- 1,2 % après - 9.0 %). L’emploi marchand a redémarré en 2010 (+ 125 000 postes) après de nombreuses pertes d’emplois en 2009 (- 333 000). Le secteur tertiaire marchand a été le premier secteur à créer à nouveau des emplois fin 2009 avec la reprise de l’intérim. Avec la reprise de l’emploi, le taux de chômage est en légère baisse et s’établit à 9,2 % de la population active après avoir connu un pic à 9,5 % à la fin de 2009. Introduction La consommation des ménages rebondit L'investissement recule moins fortement qu'en 2009 Les échanges extérieurs contribuent légèrement à la croissance Reprise de l'emploi dans le secteur tertiaire marchand
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

4
Synthèse nationale
Retour de la croissance
n France, le produit intérieur trations publiques chutent nettement blit à 9,2 % de la population active
brut (PIB) a augmenté de 1,5 % (- 9,6 %) alors que les mesures prises après avoir connu un pic à 9,5 % à laE en 2010, après une chute de dans le cadre du plan de relance les fin de 2009.
2,7 % en 2009, sans précédent depuis avaient soutenues en 2009 (+ 2,4 %).
D’après la note de conjoncture de l’Insee
la seconde guerre mondiale. Le rythme Les variations de stocks sont à nouveau
de mars 2011
de la reprise française est proche de la positives et constituent le principal fac-
et les comptes nationaux 2010
moyenne de l’Union européenne, pour- teur de la croissance du PIB (contribu-
■■■■ Denis Cavaudtant davantage touchée par la crise en tion de + 0,6 point après - 1,2 en 2009).
Insee, Service études et diffusion2009 (- 4,2 %). L’activité manufacturière
française repart à la hausse (+ 4,5 %) Les échanges extérieurs
les comptes nationaux
après - 11,6 % en 2009. Toutes les gran- contribuent légèrement changent de base
des branches contribuent à ce rebond, à
à la croissance La publication du compte provisoire del’exception de la construction dont la
l’année 2010 est l’occasion du passage deproduction continue de baisser. Les échanges extérieurs de biens et ser-
la base « 2000 » à la base « 2005 », qui
vices croissent vivement après leur ef-
conduit à réviser le niveau des agrégatsLa consommation des ménages fondrement en 2009. Les niveaux
macroéconomiques publiés jusqu’alors.
atteints en 2010 restent cependant bienrebondit La base 2005 comporte peu de change-
inférieurs à ceux de 2007. La hausse de ments conceptuels. Le passage à la base
Les dépenses de consommation des mé- la demande étrangère associée à la re-
2005 consiste essentiellement à produire
nages progressent de nouveau en 2010 prise de l’activité mondiale explique le et publier les comptes dans la nouvelle
(+ 1,3 %) après s’être stabilisées en rebond des exportations alors que l’ac- Nomenclature d’Activités Française (NAF
2009. Cette augmentation intervient célération de la consommation des mé- révision 2) d’une part, et à intégrer les ré-
alors même que le pouvoir d’achat du nages favorise les importations. En sultats du nouveau dispositif d’Élaboration
revenu disponible brut des ménages ra- valeur, le solde extérieur se creuse par des Statistiques ANnuelles d’Entreprises
lentit (+ 0,8 % contre + 1,3 % en 2009), rapport à 2009 pour atteindre - 45,3 (ESANE) d’autre part. Le passage à la nou-
sa hausse étant freinée par la remontée milliards d’euros en 2010. velle base a par ailleurs été l’occasion d’in-
des prix. troduire de nombreuses améliorations dans
la mesure de l’activité dissimulée, l’actionReprise de l’emploi
Le regain de consommation concerne
sociale et les échanges extérieurs.dans le secteur tertiaire marchandpratiquement tous les postes, dont no-
Insee - Thèmes - Les comptes nationaux pas-
tamment l’alimentation, l’habillement
L’emploi marchand a redémarré en sent en base 2005 : www.insee.fr/fr/themes/
et les hôtels-cafés-restaurants ainsi que
2010 (+ 125 000 postes) après de comptes-nationaux/default.asp?page=base_
le chauffage du fait de conditions cli-
nombreuses pertes d’emplois en 2009 2005/methodologie/methodo-b2005-1.htm
matiques plus rigoureuses que la
(- 333 000). Le secteur tertiaire mar-
moyenne saisonnière. A l’inverse, les
chand a été le premier secteur à créer à Pour en savoir plusachats d’automobiles neuves dimi-
nouveau des emplois fin 2009 avec la re-
nuent de 4,9 %, moins soutenus par la Bessone A.-J., Perben M. : « En 2010, la
prise de l’intérim. Au cours de l’année
prime à la casse, rendue moins attrac- consommation des ménages soutient la re-
2010, le secteur tertiaire marchand a été
tive en 2010. prise», Insee première, n° 1354, juin 2011.
très dynamique avec 195 000 postes
Houriez G., Passeron V., Perret A. : « Lessupplémentaires, dont 97 000 en intérim.
L’investissement recule comptes de la Nation en 2010 - la croissanceLa baisse de l’emploi se poursuit dans
repart», Insee première, n° 1349, mai 2011.moins fortement qu’en 2009 l’industrie et dans la construction, mais
elle est de bien moindre ampleur qu’en « Note de conjoncture de l’Insee de mars 2011 ».
L’investissement total diminue encore
2009. Les emplois créés dans le secteur Insee - Analyse de la conjoncture : Rubriqueen 2010 mais beaucoup moins qu’en
tertiaire non marchand sont moins « Comptes nationaux annuels » :
2009 (- 1,2 % après - 9 %). La formation
nombreux qu’en 2009, conséquence www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17
brute de capital fixe (FBCF) des entrepri- d’une moindre hausse du nombre de &sous_theme=3&page=note.htm
ses non financières renoue avec la
bénéficiaires de contrats aidés.
Insee - Comptes nationaux - Finances pu-croissance alors que le recul de l’inves-
bliques : www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?tissement des ménages s’atténue. Les Avec la reprise de l’emploi, le taux de
theme=16&nivgeo=0&type=2dépenses d’investissement des adminis- chômage est en légère baisse et s’éta-
Insee Ile-de-France 2011 Regards sur... l’année économique 2010Retour de la croissance
5
Contributions à l’évolution du PIB (en volume)Le PIB et les opérations sur biens et services
(en %)
2008 2009 2010
2,0
1,5Evolution en volume
aux prix de l'année
1,0précédente (%)
0,5
Produit intérieur brut (PIB) -0,1 -2,7 1,5
0,0Importations 0,9 -10,8 8,8
2008 2009 2010Total des emplois finals 0,1 -4,6 2,9 -0,5
Consommation effective des ménages 0,5 0,6 1,3
-1,0
dont : dépense de consommation
-1,5- des ménages 0,3 0,1 1,3
- individualisable des administrations 1,5 2,1 1,1 -2,0
Consommation collective des administrations publiques 0,9 2,5 1,5
-2,5
Formation brute de capital fixe (FBCF)* dont : 0,3 -9,0 -1,2
-3,0- entreprises non financières 2,6 -12,2 2,4
- ménages -3,1 -9,3 -1,5 Produit intérieur brut (PIB) Consommation
- administrations publiques -3,2 2,4 -9,6 Investissement Solde du commerce extérieur
Variations de stocks (contribution à la croissance) -0,2 -1,2 0,6
Variation de stocks
Exportations -0,3 -12,4 9,7
Source : Insee, comptes nationaux, base 2005
*FBCF : est constituée par les acquisitions moins les cessions d'actifs fixes réalisés par
les producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de
processus de production.
Evolution trimestrielle du PIB
Source : Insee, comptes nationaux - base 2005 variation t/t-1, en %,données cjo-cvs
1,0
Taux de croissance du PIB dans les principaux pays industrialisés
0,5
moyennes annuelles en %
PIB au prix de l'année précédente, cvs-cjo
0,0
2008 2009 2010 1 2 34 1 2 34 1 2 34 1 2
2008 2009 2010 2011Etats-Unis 0,0 -2,6 2,9
-0,5Japon -1,2 -6,3 4,0
Union européenne 0,4 -4,2 1,8
Royaume-Uni -0,1 -4,9 1,3
-1,0Zone euro 0,3 -4,1 1,7
Allemagne 0,7 -4,7 3,5
France 0,1 -2,5 1,5
-1,5
Italie -1,3 -5,2 1,2
Espagne 0,9 -3,7 -0,1
-2,0Source : Banque de France (d'après Eurostat et Insee), juin 2011
Source : Insee, comptes nationaux trimestriels
Evolution de l'emploi en France
données CVS
Créations d'emploi sur la période (en milliers) Evolution de l'emploi sur la période (en %)
er e er e2009 1 semestre 2010 2 semestre 2010 2009 1 semestre 2010 2 semestre 2010
Salariés des secteurs marchands dont : -333 65 60 -2,1 0,4 0,4
- industrie -172 -41 -20 -4,9 -1,2 -0,6
- construction -46 -5 -5 -3,1 -0,3 -0,4
- tertiaire essentiellement marchand -115 110 85 -1,0 1,0 0,8
Salariés agricoles -2 -5 -5 -1,1 -2,3 -2,3
Salariés du tertiaire non marchand 87 41 6 1,2 0,5 0,1
Non salariés 20 10 10 0,8 0,4 0,4
Emploi total -228 110 70 -0,9 0,4 0,3
Lecture : 110 000 emplois seraient créés (nets des suppressions) durant le premier semestre 2010, soit une hausse de 0,4 % par rapport au précédent semestre.
Source : Insee, estimations d'emploi
Insee Ile-de-France 2011 Regards sur... l’année économique 2010

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.