Revue économie de La Réunion N° 4 Hors série - juillet 2008 (format html et pdf)

De
Publié par

OiMayotte Activité croissante à Mayotte En 2007, l’activité économique de Mayotte a port à l’année précédente, malgré un léger poursuivi sa croissance, portée par une ralentissement au premier semestre en rai- consommation des ménages toujours plus son essentiellement de difficultés d’approvi- dynamique, des investissements des entre- sionnement. Avec près de 1 300 véhicules prises en hausse significative et une com- vendus en 2007, les ventes de véhicules par- mande publique qui n’a pas faibli. Mais ticuliers neufs ont ainsi progressé de 22 % l’année 2007 a aussi été marquée par des par rapport à 2006. Quant aux biens d’équi- mouvements de grève au deuxième tri- pement, les statistiques douanières font état mestre, ainsi que par des perturbations d’une hausse de près de 35 % des importa- récurrentes dans l’approvisionnement par tions en valeur entre décembre 2006 et voie maritime (retards causant des pénuries décembre 2007. et des problèmes de stockage). Par ailleurs, l’inflation a accéléré de manière sensible et Renchérissement des produits le déficit de la balance commerciale alimentairescontinue de se creuser. L’indice des prix à la consommation a aug-La consommation des ménages continue de menté de 3,9 % entre décembre 2006 etprogresser, soutenue par la revalorisation décembre 2007, soit encore légèrement plusdu SMIG de 17 % en juillet 2007 et par le qu’en 2006 (+ 3,7 % en glissement annuel).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

OiMayotte
Activité croissante à Mayotte
En 2007, l’activité économique de Mayotte a port à l’année précédente, malgré un léger
poursuivi sa croissance, portée par une ralentissement au premier semestre en rai-
consommation des ménages toujours plus son essentiellement de difficultés d’approvi-
dynamique, des investissements des entre- sionnement. Avec près de 1 300 véhicules
prises en hausse significative et une com- vendus en 2007, les ventes de véhicules par-
mande publique qui n’a pas faibli. Mais ticuliers neufs ont ainsi progressé de 22 %
l’année 2007 a aussi été marquée par des par rapport à 2006. Quant aux biens d’équi-
mouvements de grève au deuxième tri- pement, les statistiques douanières font état
mestre, ainsi que par des perturbations d’une hausse de près de 35 % des importa-
récurrentes dans l’approvisionnement par tions en valeur entre décembre 2006 et
voie maritime (retards causant des pénuries décembre 2007.
et des problèmes de stockage). Par ailleurs,
l’inflation a accéléré de manière sensible et Renchérissement des produits
le déficit de la balance commerciale
alimentairescontinue de se creuser.
L’indice des prix à la consommation a aug-La consommation des ménages continue de
menté de 3,9 % entre décembre 2006 etprogresser, soutenue par la revalorisation
décembre 2007, soit encore légèrement plusdu SMIG de 17 % en juillet 2007 et par le
qu’en 2006 (+ 3,7 % en glissement annuel).recours au crédit à la consommation, dont
L’inflation à Mayotte évolue ainsi nettementles encours ont progressé de 30 % sur un an.
plus vite qu’en métropole (+ 2,5 % en glisse-Les revenus salariés vont continuer à aug-
ment annuel), principalement en raison dementer dans le cadre du schéma de conver-
la part relativement plus importante desgence qui amènera le SMIG net de Mayotte
er produits alimentaires dans la consomma-à 85 % du SMIC net métropolitain au 1 juil-
tion mahoraise. Ce sont en effet essentielle-let 2010.
ment les produits alimentaires qui se sont
Les importations de biens de consomma- renchéris (+ 9,8 % entre décembre 2006 et
tion des ménages, de produits alimentaires décembre 2007), et plus particulièrement les
et de biens d’équipement ont toutes connu viandes et volailles, les poissons et les
des augmentations significatives par rap- produits frais.
150
Évolution des prix par 145
Ensemble
140grands postes à Mayotte
Alimentation
135
Produits manufacturés130
125 Services
120
115
110
105
Source : Insee 100
1996 1997 2002 2003 2004 2005 2006 20071998 1999 2000 2001
37Selon les résultats des enquêtes de vice d’une liaison hebdomadaire Paris-
conjoncture menées tout au long de Nairobi-Dzaoudzi par Kenya Airways et par
l’année par l’Iedom, 2007 a été satisfai- la desserte hebdomadaire Paris-Dzaoudzi
sante en termes d’activité dans la plupart par Corsairfly durant l’été. L’étude d’oppor-
des secteurs. Cependant, la forte augmen- tunité et de faisabilité du projet de cons-
tation du SMIG a alourdi les charges et les truction d’une piste longue a été inscrit au
difficultés rencontrées concernant l’appro- Contrat de projet État-Collectivité 2008-
visionnement maritime ont perturbé la 2014.
gestion des stocks. Les entrepreneurs des
Le secteur du tourisme a connu une activi-secteurs concernés signalent par ailleurs
té plutôt satisfaisante, avec un nombre deque les délais de paiement des créances
touristes estimé à environ 40 600 (contrepubliques sont de plus en plus longs.
31 000 en 2006, année où Mayotte avait
été victime de la crise du chikungunya).Un secteur agricole Les touristes réunionnais sont majoritai-
res et le tourisme affinitaire occupe tou-en difficulté
jours la première place.
Le secteur agricole connaît toujours d’im-
Même si les hôtels-restaurants ont enregis-
portantes difficultés, notamment dans les
tré une bonne fréquentation cette année, le
filières exportatrices traditionnelles. Les
secteur souffre toujours d’un manque de
entrepreneurs soulignent le manque d’or-
formation du personnel et de capacités
ganisation de la profession, un défaut de
d’accueil limitées (700 lits environ au
formation et des problèmes de commer-
total).cialisation. La filière souffre également
d’un déficit d’attrait auprès des jeunes, et Depuis décembre 2007, un navire de croi-
a besoin d’être revalorisée. sière de grande capacité effectue réguliè-
rement des escales d’une journée à
La reprise amorcée en 2005 des exporta-
Mayotte, donnant l’occasion aux taxis et
tions d’essence d’ylang-ylang ne s’est pas
aux réceptifs mahorais de prendre en
confirmée : les exportations annuelles ont
charge des milliers de croisiéristes.
baissé de 30 % en valeur par rapport à
2006. Les de vanille ont, Le tourisme, à condition qu’il préserve les
quant à elles, été quasi nulles. Seule l’a- milieux naturels qui constituent la riches-
quaculture, premier secteur exportateur, se de Mayotte, s’annonce donc comme un
poursuit son développement, avec des secteur d’avenir, porteur d’activité et
exportations en légère hausse. La France d’emploi. Le Plan d’Aménagement et de
constitue toujours le principal fournisseur
Développement Durable, initié en 2004 et
et client de Mayotte, avec plus de la moitié
aujourd’hui en phase de validation par le
de part de marché. Avec un taux de cou- Conseil d’État, devrait permettre le lance-
verture inférieur à 2 %, la balance com- ment de plusieurs projets hôteliers.
merciale reste très largement déficitaire.
Matthieu MORANDO
chef de l'antenne de l'Insee à MayotteTrafic aérien et tourisme en
hausse
(sur la base de la synthèse du rapport
annuel de l’Iedom "Mayotte en 2007")
En 2007, l’aéroport de Dzaoudzi-Pamandzi
a accueilli 9 % de passagers supplémen-
taires (hors transit) par rapport à 2006, une
progression permise par la mise en ser-
38

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.